Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Chapitre III. La permanence du livre face à Internet

Texte intégral

1L’affaiblissement de la pratique assidue de la lecture livresque, que les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français observent depuis les années 1970, est l’une des principales tendances habituellement convoquées lorsqu’on s’interroge sur l’avenir des bibliothèques. Ne faut-il pas chercher d’autres explications, notamment dans la concurrence qu’exercent d’autres pratiques culturelles et d’autres lieux de consommation plus attractifs ? Les entretiens recueillis pour cette enquête attestent de l’importance de ces concurrences, particulièrement pour les jeunes générations, mais pas seulement.

« On est beaucoup sollicité, il y a énormément d’activités, il faut vraiment être un passionné de lecture pour venir [en bibliothèque]. Après c’est le manque de temps, on ne peut pas tout faire, il faut bien choisir. »

« La lecture c’est un loisir, mais les mômes, ils en ont plein des loisirs, ils font plein de choses. »

« Les jeunes ados ont autre chose en tête que d’aller à la bibliothèque », « ils vont au ciné, ils vont dans les centres commerciaux, ils font du sport ».

L’intensité de lecture, déterminant majeur de la fréquentation

2Nous avons souligné dans le chapitre précédent la prééminence que conserve le livre dans les pratiques actuelles en bibliothèque. L’enquête de 2005 permet également de réinterroger l’impact des pratiques de lecture des Français. Elle pointe, en particulier, un possible changement de tendance de la proportion de lecteurs dans la population par rapport à l’évolution observée au cours des années 1980 et 1990. Or, comme nous le verrons plus loin, la part de lecteurs dans la population française est le premier des critères qui expliquent la fréquentation des bibliothèques municipales.

Le nombre de lecteurs dans la population française pourrait avoir cessé de baisser.

3Le nombre de livres lus au cours des douze derniers mois, hors livres scolaires, universitaires ou professionnels, mais bandes dessinées et lectures de vacances comprises, permet d’identifier la part des « non-lecteurs de livres » (0 livre lu dans l’année écoulée), des « faibles lecteurs » (1 à 9 livres lus), des « moyens lecteurs » (entre 10 et 24 livres) et des « gros lecteurs » (25 livres et plus). En 2005, 21 % des personnes interrogées sont des « non-lecteurs de livres », mais elles peuvent avoir lu des magazines, des quotidiens ou même des livres en relation avec leurs études ou leur activité professionnelle. Près de 80 % sont lecteurs au sens défini ci-dessus et se répartissent entre 38 % de « faibles lecteurs », 25 % de « moyens lecteurs » et 15 % de « gros lecteurs ».

  • 1 Comparaison avec l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997.

4La proportion de lecteurs dans la population s’est accrue entre 1997 et 2005, de 74 % à 79 %1. Contrairement à la tendance à la baisse observée antérieurement, la part des lecteurs réguliers a légèrement progressé depuis huit ans, tant pour les « moyens » lecteurs, qui lisent 10 à 24 livres par an (23 % en 1997, 25 % en 2005), que pour le petit nombre de « gros » lecteurs, qui lisent 25 livres et plus par an (14 % en 1997 et 15 % en 2005). Si cette tendance est confirmée par la prochaine enquête Pratiques culturelles des Français, l’étiolement du cercle des Français ayant une pratique de lecture « conséquente » (au moins 10 livres par an), qui a pu paraître inexorable au vu des chiffres enregistrés depuis le début des années 1980 (46 % en 1981, 43 % en 1989 et 37 % en 1997), pourrait se trouver enrayé (40 % en 2005).

Tableau 3-1. Nombre de livres lus au cours des douze derniers mois (en 1997 et 2005, en %).

Tableau 3-1. Nombre de livres lus au cours des douze derniers mois (en 1997 et 2005, en %).

Source : pcf 1997 et dll-crédoc 2005.

Graphique 3.2. Proportion de lecteurs parmi les Français de 15 ans et plus depuis 1973 (en %).

Graphique 3.2. Proportion de lecteurs parmi les Français de 15 ans et plus depuis 1973 (en %).

Source : pcf 1973-1997 et dll-crédoc 2005.

5Néanmoins, il n’est pas encore assuré qu’il s’agisse d’une véritable inflexion de tendance. L’évolution depuis 1997 montre que le ratio entre faibles lecteurs au sens large (non lecteurs + lecteurs de moins de 10 livres par an) et lecteurs plus réguliers (plus de 10 livres par an) n’a pas changé. Ce qui a augmenté, c’est le nombre de Français déclarant avoir lu au moins un livre dans l’année. En revanche, pour savoir si ceux qui lisent plus de 10 livres par an sont plus nombreux aujourd’hui ou non, une marge d’incertitude demeure compte tenu du nombre d’individus déclarant ne plus savoir le nombre de livres qu’ils ont lus dans l’année.

6Or ces tendances sont essentielles pour éclairer le bilan quantitatif de l’évolution de la fréquentation dans les bibliothèques et médiathèques municipales. Elles permettent d’étayer l’hypothèse selon laquelle l’évolution de la fréquentation pourrait résulter d’un double phénomène : d’un côté, la stagnation du nombre des inscrits autour du noyau stable des « grands lecteurs », de l’autre, une fréquentation plus volatile de « faibles lecteurs » dont le nombre va croissant. Le léger redressement de la proportion de moyens et gros lecteurs dans la population hexagonale est en phase avec la progression modérée du taux d’inscrits dans les bibliothèques. Parallèlement, la croissance tendancielle des faibles lecteurs (1 à 9 livres par an), qui peut se trouver stimulée plutôt que contrecarrée par les usages de l’écrit sur Internet, peut expliquer l’élargissement du nombre des Français qui exploitent les ressources des bibliothèques de manière épisodique sans s’inscrire.

L’intensité de la lecture est un moteur de la fréquentation des bibliothèques.

7Sur le critère du nombre de livres lus dans l’année écoulée, les anciens usagers sont très proches de la moyenne de la population française, mais comptent moins de « gros lecteurs » (10 %, contre 15 % en moyenne). Il ne suffit pas d’avoir fréquenté des bibliothèques étant jeune, notamment pour ses études, pour trouver un attrait à la lecture tout au long de la vie. Pour fréquenter les bibliothèques municipales à l’âge adulte, le goût de la lecture, plus qu’autre chose, paraît être le moteur principal.

« Je ne suis jamais retourné à la bibliothèque depuis le collège. »

« On a une vie active, on n’a pas le temps, pour venir ici [à la bibliothèque], il faut vraiment en avoir l’utilité. »

« Avant 90 % de ce que j’empruntais c’était pour mes études, maintenant j’emprunte des polars, de la science-fiction. »

8C’est bien parmi les Français qui ne sont jamais allés dans une bibliothèque municipale que l’on trouve la proportion la plus élevée de non-lecteurs (42 % d’entre eux n’ont lu aucun livre au cours des douze derniers mois) et de très faibles lecteurs (16 % n’ont lu qu’un livre ou deux).

« Je n’ai jamais été en bibliothèque. De toute ma vie je n’ai lu qu’un livre, Mermoz [...] La seule chose que je lis aujourd’hui, ce sont les programmes télé. »

9Le nombre de livres lus paraît particulièrement discriminant pour l’inscription dans les bibliothèques et médiathèques municipales. Dans la population des plus de 15 ans, la probabilité pour un non-lecteur d’être inscrit en bibliothèque municipale n’est que de 1 %, alors qu’elle approche 50 % pour les « gros lecteurs ».

Graphique 3.3. Intensité de la lecture de livres selon le type de fréquentation (en %).

Graphique 3.3. Intensité de la lecture de livres selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

10Guide de lecture : 1,5 % des inscrits n’ont lu aucun livre au cours des douze derniers mois, alors que c’est le cas de 41,9 % de ceux qui déclarent n’avoir jamais fréquenté une bibliothèque municipale au cours de leur vie.

Graphique 3-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du nombre de livres lus (en %).

Graphique 3-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du nombre de livres lus (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : 62,4 % des « gros lecteurs » (25 livres et plus lus au cours des douze derniers mois) fréquentent les bibliothèques municipales.

Le goût de la lecture explique la surfréquentation féminine.

11Si la présence plus assidue des femmes dans les bibliothèques s’explique par le rôle qu’elles assument auprès des enfants, on peut dire que ce rôle s’impose d’autant plus à elles qu’elles lisent plus que les hommes. Les différences sont très marquées entre les deux sexes, mais plus particulièrement au niveau des très faibles lecteurs : 42 % des hommes lisent moins de trois livres par an, contre 27 % des femmes.

12Par rapport à 1997, la hausse du nombre de grands lecteurs est aussi importante chez les hommes que chez les femmes. Toutefois, la diminution de la part de non-lecteurs a été plus importante chez les femmes.

13Par ailleurs, la pratique de la lecture selon les classes d’âge révèle plusieurs phénomènes importants. Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas dans les nouvelles générations que l’on rencontre le moins de lecteurs : bien au contraire, la proportion de « non-lecteurs » progresse régulièrement avec l’âge, comme le montraient déjà les enquêtes Pratiques culturelles des Français, essentiellement en raison du niveau moyen de diplôme par génération.

14La proportion cumulée des moyens et gros lecteurs ne suit pas la même tendance : elle fluctue en grande partie en fonction des âges de la vie. Importante chez les adolescents (42 % entre 15 et 19 ans), elle se tasse chez les jeunes adultes (38 % entre 20 et 34 ans), puis augmente de nouveau à l’âge où les enfants sont à charge (44 % entre 35 et 44 ans). Elle rebaisse ensuite, mais connaît une embellie entre 55 et 64 ans (42 %).

15Faut-il y voir un effet du passage à la retraite ou bien un effet générationnel ? La comparaison avec 1997 montre que ce sont les personnes de plus de 55 ans qui ont le plus accru leur intensité de lecture. Si la part des individus ayant lu plus de 10 livres au cours des douze derniers mois a très peu varié parmi les moins de 55 ans, elle a fortement augmenté chez les plus âgés : comparés à la situation de 1997, ces derniers ont comblé un déficit qui était très marqué. Il faut rappeler que la génération des 55-64 ans correspond à la première vague du baby-boom et plus particulièrement à la génération 1968. Peut-on en conclure que le relèvement de la part des grands lecteurs dans cette classe d’âge est principalement imputable au renouvellement générationnel ? On pourrait l’affirmer si les plus de 64 ans étaient restés à un niveau voisin de celui de 1997, ce qui n’est pas le cas : parmi eux, la part des grands lecteurs a également fortement progressé.

Graphique 3-5. Quantité de livres lus selon la classe d’âge en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 3-5. Quantité de livres lus selon la classe d’âge en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

La concurrence d’Internet

  • 2 Throsby (David), « Determining the Value of Cultural Goods », Journal of Cultural Economics, n° 27, (...)

16La crainte d’une désaffection des bibliothèques du fait de la concurrence des usages d’Internet est un sujet de préoccupation majeur tant pour la profession des bibliothécaires que pour les élus qui ont la charge de la gestion des bibliothèques et médiathèques municipales, et donc la responsabilité des arbitrages financiers. Doit-on continuer à investir dans les bibliothèques si leurs usagers les fréquentent moins, du fait de la concurrence de l’offre d’Internet en matière de recherches documentaires et de téléchargement de livres, de cd et de films ? Depuis quelques années déjà, cette question est posée aux États-Unis, au Royaume-Uni, mais aussi dans les pays scandinaves où c’est l’évolution du coût des établissements qui est directement mise en question. En effet, si le budget de fonctionnement croît régulièrement tandis que la fréquentation stagne, voire régresse, le coût de la lecture publique par habitant se renchérit fortement. Certains pays comme la Norvège ont abordé cette question en cherchant à estimer la valeur, et donc l’utilité sociale, que la population reconnaît au réseau de la lecture publique2.

17En France, on a pensé, il y a quelques années, que la pratique de la lecture était vouée à reculer inexorablement et l’on craint aujourd’hui qu’Internet contribue, plus encore, à remettre en question l’utilité des bibliothèques de proximité. C’est bien pour répondre à ces interrogations, dont on ne peut nier l’importance pour le fonctionnement des bibliothèques dans l’avenir, qu’a été engagée la nouvelle enquête de fréquentation ; il en était attendu, en particulier, un éclairage sur l’impact de la concurrence d’Internet. L’enquête apporte un premier élément de réponse important à travers le diagnostic sur la lecture : le fait que cette pratique ne soit pas en régression parmi les moins de 35 ans doit être considéré comme une tendance positive pour la fréquentation des bibliothèques.

L’accès aux technologies numériques est plus développé parmi les usagers des bibliothèques.

  • 3 Op. cit., crédoc 2006.
  • 4 Source : Eurostat 2005.

18Le développement de la pratique d’Internet est-il de nature à réduire l’intérêt que l’on peut porter aujourd’hui à l’offre de la lecture publique ? En 1997, l’équipement informatique des ménages était encore modeste (19 % de foyers équipés d’un micro-ordinateur) et les connexions à Internet tout à fait minoritaires (5 % de personnes âgées de 15 ans et plus déclarant être connectées au domicile). La progression s’est accélérée à partir de 1999 pour atteindre, en 2006, 60 % de ménages équipés d’un micro-ordinateur et, pour les connexions Internet à domicile, le seuil symbolique des 50 %3. La progression actuelle observée en France traduit un rattrapage rapide du retard pris sur les pays les mieux équipés : en 2005, les Pays-Bas et la Suède comptaient déjà 75 % de foyers connectés, l’Allemagne et la Grande-Bretagne 60 %4.

19Fin 2005, selon les résultats de l’enquête dll-crédoc, 45 % des individus interrogés disposaient dans leur foyer d’une connexion à Internet. Cette proportion dépassait 55 % parmi les usagers des bibliothèques.

20La diffusion d’Internet est aujourd’hui généralisée dans toutes les classes d’âge jusqu’à 55 ans : en 2005, plus de 55 % des individus âgés de 15 à 54 ans déclaraient ainsi disposer d’une connexion à domicile. Ce n’est plus que dans les générations de plus de 65 ans que la pénétration d’Internet reste faible.

Tableau 3-6. Taux d’équipement en informatique domestique fin 2005, en fonction de la fréquentation (en %).

Tableau 3-6. Taux d’équipement en informatique domestique fin 2005, en fonction de la fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Internet : une pratique concurrente pour la recherche documentaire

21Les entretiens qualitatifs qui ont précédé la réalisation de l’enquête ont montré que la pratique de recherche documentaire sur Internet concurrençait très directement le recours aux bibliothèques municipales pour la recherche d’informations que l’on trouvait jusque-là dans des encyclopédies et des livres pratiques figurant dans leurs collections. Grâce à Internet, « on n’a pas à se déplacer, c’est un gain de temps… Pour la bibliothèque, il y a des horaires : Internet, c’est n’importe quand ».

« C’est instantané : je tape “galette”, j’ai tout de suite des recettes. Je tape “peinture à l’éponge”, je tombe sur des sites qui vont m’expliquer comment faire. »

« Internet, j’étais contre au départ. J’ai changé d’avis depuis qu’on l’a à la maison. Il y a beaucoup d’infos que je ne trouve pas ailleurs. Depuis, je dois dire que la bibliothèque est devenue un peu obsolète. »

« Internet est un concurrent des bibliothèques parce qu’on y trouve tout. »

22Ce phénomène est confirmé par les données de la phase quantitative. Quand ils recherchent des informations pour faire du bricolage, du jardinage ou réaliser des recettes de cuisine, le premier réflexe des Français est dorénavant de se tourner plutôt vers Internet : 26 % des Français utilisent d’abord ce canal de recherche et les usagers des bibliothèques encore plus (30 %), en partie parce qu’ils sont plus souvent équipés. Les différentes catégories d’usagers des bibliothèques présentent des comportements quasi identiques quant à l’importance du recours à Internet. Seuls les inscrits se distinguent par leur utilisation nettement plus fréquente du fonds des bibliothèques municipales qui, pour eux, se substitue à d’autres sources d’approvisionnement (grandes surfaces, réseau familial et amical notamment).

23Le recours à Internet est encore plus souvent la règle quand il s’agit de la recherche d’informations utiles aux études des enfants : parmi les personnes qui ont des enfants en âge d’être aidés pour leur scolarité, 49 % placent Internet au premier rang des moyens pour trouver des sources utiles à la réalisation des devoirs. Toutefois, pour 33 % des inscrits et 21 % des usagers non inscrits, le réflexe de se rendre à la bibliothèque municipale pour trouver des ressources documentaires afin d’aider leurs enfants reste premier. À l’opposé, ceux qui n’ont jamais fréquenté de bibliothèque se limitent plus souvent à leurs propres ressources (leur bibliothèque personnelle) et à celles de leur entourage. On peut tirer de ces constats deux conclusions importantes : il est certes incontestable qu’Internet est devenu en très peu de temps un outil majeur dans la recherche d’informations ; mais, sur ce terrain, la contribution des bibliothèques reste néanmoins conséquente puisque celles-ci se placent au second rang des moyens contribuant à l’acquisition de connaissances.

Tableau 3-7. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations pour bricoler, jardiner ou réaliser des recettes de cuisine (en %).

Tableau 3-7. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations pour bricoler, jardiner ou réaliser des recettes de cuisine (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 3-8. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations afin d’aider les enfants à chercher des informations pour leurs devoirs ou pour un exposé, pour les personnes ayant un enfant d’âge scolaire (en %).

Tableau 3-8. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations afin d’aider les enfants à chercher des informations pour leurs devoirs ou pour un exposé, pour les personnes ayant un enfant d’âge scolaire (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 608).

Surfer et fréquenter des bibliothèques vont de pair.

24Compte tenu du développement récent d’Internet, il serait prématuré de se prononcer sur un éventuel abandon progressif des bibliothèques au profit du réseau. D’aucuns anticipent le succès inéluctable de la révolution numérique, dès lors que la dématérialisation des ouvrages sera véritablement engagée. D’autres argumentent qu’Internet n’est pas en mesure de faire disparaître de sitôt la relation tactile du lecteur à l’objet livre. Dans l’immédiat, et quels que soient les avenirs respectifs du numérique et du papier, une autre interprétation se dégage de l’analyse des comportements des usagers : le modèle encyclopédique d’Internet et celui de la médiathèque sont fondamentalement de même nature. L’échelle du premier est moins vaste qu’il n’y paraît, dans la mesure où la très grande majorité des internautes n’explorent sur Internet que des pages nationales. L’offre de la seconde est potentiellement beaucoup plus large que ce que proposent ses rayonnages en libre accès, dans la mesure où les médiathèques offrent au public des connexions à des bases de données ouvrant à de nombreux champs du savoir.

  • 5 Passeron (Jean-Claude) et Grumbach (Michel) (avec le concours de François de Singly, Martine Naffre (...)
  • 6 Ne sont pris en compte que les usages personnels, hors activité professionnelle ou études.

25La similarité du rapport à l’information et au savoir que proposent, chacun avec des logiques et des outils propres, Internet et les médiathèques se lit dans l’étroite ressemblance des profils de leurs usagers. L’enquête révèle tout d’abord que la proportion d’internautes est plus élevée parmi les usagers des bibliothèques municipales que parmi les non-usagers : on trouve ici une illustration de la logique du cumul culturel que Jean-Claude Passeron, Michel Grumbach et leur équipe de chercheurs avaient pour leur part observée dans le cadre d’une enquête consacrée à l’introduction des images animées en bibliothèque5. Parmi les usagers des bibliothèques, on ne compte que 36 % de personnes n’utilisant pas Internet6, contre 46 % parmi les anciens usagers et 70 % parmi ceux qui ne les ont jamais fréquentées ; la résistance de ces derniers s’explique principalement par un effet générationnel.

Tableau 3-9. Intensité d’utilisation d’Internet des différents types d’usagers des bibliothèques (en %).

Tableau 3-9. Intensité d’utilisation d’Internet des différents types d’usagers des bibliothèques (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

26Le taux de fréquentation des bibliothèques municipales est plus élevé parmi les internautes que parmi les Français qui ne se connectent jamais. Et c’est pour ceux dont l’activité sur Internet est moyenne (1 à 14 heures par semaine, soit moins de 2 heures par jour en moyenne) que le taux de fréquentation est le plus élevé. Toutefois, lorsqu’on dépasse des durées de connexion de plus de 2 heures par jour en moyenne, le caractère chronophage de l’usage d’Internet a des répercussions négatives sur la fréquentation des bibliothèques : les 11 % de Français « très gros utilisateurs » (plus de 15 heures par semaine) sont moins nombreux à être inscrits en bibliothèque. En revanche, la part de ceux qui sont des usagers occasionnels, sans carte, s’accroît en fonction du temps de connexion à Internet.

27Finalement même à un niveau d’usage très élevé, les internautes sont des usagers des bibliothèques municipales dans des proportions au moins égales à la moyenne des Français. Il ne faut pas oublier que parmi les internautes les plus mordus on compte beaucoup de jeunes qui poursuivent des études.

Graphique 3-10. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la durée hebdomadaire de consultation d’Internet (en %).

Graphique 3-10. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la durée hebdomadaire de consultation d’Internet (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : parmi les Français qui ne consultent pas Internet, 25,8 % sont allés en bm au cours des douze derniers mois.

Les usagers des bibliothèques privilégient les usages pratiques d’Internet.

28La quantification du temps d’usage d’Internet est un paramètre précieux pour contester l’idée reçue qui voit dans la culture de l’écran et la navigation sur le réseau des mutations propres à détourner les Français de l’offre de la lecture publique. Aujourd’hui, les internautes se rencontrent dans toutes les classes d’âge jusqu’à 55 ans, parmi les actifs, les catégories sociales intermédiaires et supérieures, les ménages qui ont des enfants, les urbains des plus grandes villes. Or, les Français qui fréquentent le plus les bibliothèques municipales ont les mêmes caractéristiques.

29Au-delà du profil sociologique, l’affinité entre internautes et habitués des bibliothèques est surtout liée aux centres d’intérêt qui motivent les comportements des uns et des autres. Les usagers des bibliothèques municipales équipés d’une connexion à domicile se distinguent des non-usagers par une pratique plus fréquente :

  • de la consultation de sites pour des recherches documentaires (90 % des usagers assidus le font, contre 68 % des non-usagers) ;

  • de la lecture de la presse sur Internet (44 % des usagers assidus, contre 25 % des non-usagers) ;

  • des achats via Internet (54 % des usagers assidus, contre 36 % des non-usagers).

30Les usagers des bibliothèques municipales ont manifestement intégré les fonctionnalités pratiques d’Internet dans leur quotidien. Les recherches d’informations de toute nature qu’ils effectuent aujourd’hui sur le réseau les détournent, en partie, d’usages antérieurement satisfaits par les bibliothèques, comme la consultation des encyclopédies ou des dictionnaires.

« Avant mes filles venaient pour les exposés. Maintenant qu’on a Internet, elles font leurs recherches dessus. Elles vont toujours à la bibliothèque, mais pour les romans, pas pour les exposés. »

31Mais les bibliothèques municipales offrent des avantages qui sont plutôt complémentaires que concurrents d’Internet. C’est le cas, par exemple, de la lecture de la presse : les usagers qui vont à la bibliothèque de leur quartier lire le journal ou des magazines ne sont pas les adeptes de la presse en ligne.

32Par comparaison avec ce que l’on observe dans le développement du commerce électronique, on peut penser que les mutations en cours, dans le registre des recherches documentaires, relèvent plutôt de la diversification des offres et des pratiques plutôt que de substitutions à proprement parler. La période actuelle favorise les allées et venues entre Internet et la médiathèque. S’agit-il d’un fonctionnement qui va se stabiliser ou bien évoluer au bénéfice des supports virtuels ? Doit-on penser que l’on basculera inévitablement dans le tout numérique quand se développeront de véritables bibliothèques virtuelles ? Rien n’est moins sûr. Dans les jeunes générations, dont les besoins de recherches documentaires sont plus importants que dans les générations précédentes, on sait déjà optimiser les recherches en bibliothèque en s’appuyant sur Internet.

« [À la bibliothèque] j’arrive avec ma liste que j’ai constituée avec Amazon. »

« Je me sers de toutes les bibliothèques : on va sur Internet, on sait où sont les documents. Je cherche une bd et je la réserve. »

La concurrence de l’audiovisuel (télévision, films)

À la différence de la moyenne des Français, les usagers des bibliothèques n’ont pas accru leur consommation télévisuelle.

33On a beaucoup accusé la télévision de tuer le livre et la lecture. On ne peut nier, en effet, que l’absence de fréquentation des bibliothèques municipales va de pair avec une consommation importante de télévision. Ce lien est-il une causalité ? En partie seulement : certes l’écoute de la télévision est chronophage et plutôt exclusive, et son offre d’évasion et de divertissement plus directement accessible que la lecture. Pourtant, la position hégémonique de la télévision n’a pas empêché le livre de conserver une valeur et une place certaines dans les interstices de la vie quotidienne. Lire dans les transports, avant de s’endormir, en vacances… sont des pratiques encore très courantes.

34L’évolution entre 1997 et 2005 rend compte de la poursuite de la progression du temps passé à regarder la télévision. Cette évolution est imputable à l’allongement de la durée globale de temps libre des Français plutôt qu’au renforcement de l’attrait des programmes : si le temps moyen passé devant la télévision progresse, c’est avant tout parce que le nombre d’inactifs tend à augmenter (vieillissement de la population, allongement de la durée des études, chômage, travail à temps partiel…). La part des Français de 15 ans et plus qui déclarent regarder les émissions télévisées au moins 15 heures par semaine a progressé de 45 % à 52 % entre 1997 et 2005. Or, la comparaison avec l’enquête bpi-sofres de 1997 montre que cette progression est quasi nulle parmi les usagers des bibliothèques municipales et forte parmi les non-usagers : pour les usagers, la part des grands consommateurs de télévision (plus de 15 heures par semaine) est passée de 41 % à 42 % en huit ans ; parmi les non-usagers, cette proportion a augmenté, passant de 47 % à 57 %.

Tableau 3-11. Temps hebdomadaire passé à regarder la télévision selon le type de fréquentation des bibliothèques : évolution 1997-2005 (en %).

Tableau 3-11. Temps hebdomadaire passé à regarder la télévision selon le type de fréquentation des bibliothèques : évolution 1997-2005 (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

35L’évolution de la consommation télévisuelle a une répercussion directe sur le taux de fréquentation des bibliothèques. Celui-ci croît en sens inverse du temps d’écoute de la télévision : 42 % des individus regardant peu la télévision (moins de 15 heures par semaine) sont allés en bibliothèque au cours des douze derniers mois ; ils sont moins d’un tiers (29 %) parmi ceux qui regardent la télévision plus de 14 heures, et moins d’un quart (23 %) parmi les plus téléphages (plus de 29 heures d’écoute par semaine).

Graphique 3-12. Fréquentation des bm en fonction du temps hebdomadaire passé à regarder la télévision (en %).

Graphique 3-12. Fréquentation des bm en fonction du temps hebdomadaire passé à regarder la télévision (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

36Guide de lecture : parmi les Français qui ne regardent jamais la télévision, 42,1 % sont allés en bm au cours des douze derniers mois.

37Contrairement à d’autres critères, usagers inscrits et usagers non inscrits ont des comportements très proches en matière de consommation de télévision : ils se distinguent nettement des anciens usagers, beaucoup plus téléphages. Les Français qui fréquentent les bibliothèques limitent l’envahissement télévisuel dans leurs occupations de loisir : ils n’ont pas tendance à passer plus de temps devant le petit écran, à la différence de la moyenne des Français. En revanche, ceux qui cessent de fréquenter les bibliothèques augmentent leur écoute télévisuelle. Si l’on ne peut pas considérer la télévision comme directement responsable de la stagnation du nombre des inscrits dans les bibliothèques municipales, on doit admettre que les Français qui se détournent de celles-ci sont plus que jamais influencés par la culture de l’image.

Moins consommateurs de télévision que la moyenne, les usagers des bibliothèques possèdent plus d’équipements « son et image ».

38Moins téléphages que les non-usagers des bibliothèques municipales, les inscrits sont néanmoins bien équipés de postes de télévision : seuls 5 % d’entre eux déclarent n’en posséder aucun, soit deux fois plus que les non-usagers. En outre, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les usagers inscrits sont mieux dotés que les non-usagers en matière d’équipements « son et image » : magnétoscope, lecteur de dvd, graveur de cd et dvd, console de jeux vidéo. Ainsi, 81 % des usagers inscrits possèdent au moins un magnétoscope, contre 73 % des non-usagers ; 77 % possèdent un lecteur de dvd, contre 66 % des non-usagers ; 51,5 % un graveur de cd et dvd, contre 26 % des non-usagers ; et 35 % une console ou un autre équipement pour les jeux vidéo, contre 27 % des non-usagers.

Tableau 3-13. Niveau d’équipement en appareils « son et image » selon le type de fréquentation des bibliothèques (en %).

Tableau 3-13. Niveau d’équipement en appareils « son et image » selon le type de fréquentation des bibliothèques (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Les autres formes de concurrence : la grande distribution

39Lorsqu’on s’interroge sur les évolutions qui peuvent peser sur la fréquentation des bibliothèques, on se focalise généralement sur l’impact du développement de la culture de l’image et de l’écran. On sous-estime, en revanche, les mutations en cours dans la distribution des produits culturels : le livre, le cd, la vidéo. Or celle-ci se caractérise par deux tendances majeures : la progression de l’achat à distance, stimulé par le développement du e-commerce qui se révèle particulièrement dynamique pour la vente des livres et des vidéos, et le développement de la vente des produits culturels dans les grandes surfaces spécialisées ou non. Au cours des vingt dernières années, les circuits de diffusion des produits culturels se sont diversifiés et la dynamique de la grande distribution a fortement contribué à rapprocher ces produits des consommateurs éloignés des grandes villes. Entre se rendre à la bibliothèque pour emprunter un roman et en acheter un quand on fait ses courses dans un hypermarché, l’alternative est bien réelle : ajouter un livre à son Caddie est, pour beaucoup de personnes, plus simple que de s’organiser pour aller emprunter dans une bibliothèque municipale.

« En faisant mes courses, je vais voir les nouveautés, les livres qui sont exposés. Ça m’arrive de craquer. »

« C’est plus facile de pousser la porte du Leclerc que celle d’une bibliothèque. »

Pour le livre de fiction, la bibliothèque est concurrencée par la grande distribution.

40Afin d’identifier les circuits de distribution des produits culturels qui concurrencent les bibliothèques municipales, les individus interrogés ont été questionnés sur des situations types dans le but de connaître leurs lieux d’approvisionnement quand ils recherchent un nouveau roman à lire ou bien un nouveau cd dans leur genre de musique préféré. Le but était de tester dans quelle mesure leur pratique habituelle les dirige vers les bibliothèques municipales ou vers des circuits d’approvisionnement marchands tels que les grandes surfaces spécialisées (type Fnac ou Virgin), les librairies de proximité, les hypermarchés ou la vente par correspondance, y compris via Internet.

La bibliothèque municipale, premier lieu d’approvisionnement pour les inscrits…

41Lorsqu’ils recherchent un nouveau roman à lire, les Français de plus de 15 ans se rendent en premier lieu dans une grande librairie ou une grande surface culturelle (25 % des réponses) et en second lieu dans un hypermarché (16 %). La grande distribution, spécialisée et non spécialisée, occupe aujourd’hui le premier rang pour la diffusion des produits culturels et, si l’on y intègre les sites internet, dont les plus visités sont ceux des grandes enseignes culturelles, la position de ces dernières s’est fortement renforcée.

  • 7 En nombre de livres vendus, neufs et d’occasion, hors ouvrages scolaires.

42Ces résultats sont conformes aux données fournies annuellement par l’enquête tns-sofres réalisée pour la dll, qui analyse les achats de livres des Français de plus de 15 ans, hors ouvrages scolaires. Entre 1997 et 2005, des évolutions significatives sont apparues : la croissance de la part de marché7 des grandes surfaces culturelles et des hypermarchés (passée de 31 % en 1997 à 41 % en 2005), qu’accompagne le développement des ventes sur Internet (ayant augmenté de 0 à 5 % entre 1997 et 2005) ; et la régression concomitante de la diffusion du livre assurée par les maisons de la presse, les librairies-papeteries, les soldeurs et le courtage (de 27 à 16 % sur la même période). Dans cette redistribution des circuits de vente du livre, la part des librairies s’est stabilisée (autour de 20 %), tout comme celle de la vente par correspondance si l’on y intègre les ventes via Internet (de l’ordre de 22 %).

Tableau 3-14. Canaux de vente du livre (en %).

Tableau 3-14. Canaux de vente du livre (en %).

Source : cnl, enquête tns-sofres (achats des plus de 15 ans hors livres scolaires).

43L’enquête dll-crédoc permet de situer la part occupée par les bibliothèques municipales dans l’approvisionnement des ménages en produits culturels. S’agissant des livres de fiction, et pour l’ensemble des Français, les bibliothèques municipales sont citées en troisième position (14 %), devant les librairies de proximité (12 %). Mais, pour les usagers inscrits de ces bibliothèques, elles représentent le lieu d’approvisionnement privilégié (37 % les citent), devant les librairies et les grandes surfaces culturelles (31 % pour les deux). Ainsi on peut dire des inscrits qu’ils cultivent les lieux spécialisés de la distribution du livre plutôt que les hypermarchés.

… mais pas pour les usagers non inscrits

44Les usagers non inscrits – qui n’ont pas, en théorie, la possibilité d’emprunter – optent plus que la moyenne pour les librairies et les grandes surfaces spécialisées (40 % pour les deux). Néanmoins, les bibliothèques apparaissent au second rang des sources d’approvisionnement (citées par 17 %), ce qui confirme que bon nombre d’entre eux utilisent les cartes de proches pour obtenir des livres en prêt.

45Comme les usagers non inscrits, les non-usagers se tournent d’abord vers les librairies et les grandes surfaces culturelles (39 % pour les deux), mais ils s’en distinguent par la fréquence de leurs achats de livres dans les hypermarchés (20 %). Leur recours aux bibliothèques est logiquement marginal, mais il n’est pas nul (5 % les citent), preuve supplémentaire du rayonnement des bibliothèques municipales bien au-delà des personnes qui se déplacent dans leurs locaux.

Tableau 3-15. Lieux d’approvisionnement pour le roman (en %).

Tableau 3-15. Lieux d’approvisionnement pour le roman (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Emprunter les livres ou les acheter ?

46Pour approfondir la comparaison des circuits où les Français se fournissent en livres, il faut tenir compte de ce qui pousse les individus à l’emprunt plutôt qu’à l’achat, et à acheter neuf plutôt que d’occasion. Le tableau ci-dessus révèle que 10 % des Français ont d’abord le réflexe d’emprunter dans le réseau familial et relationnel pour s’alimenter en romans, ce qui, joint à l’emprunt en bibliothèque, indique que près de 25 % des Français privilégient l’emprunt d’une manière générale plutôt que l’achat. Les entretiens réalisés préalablement à l’enquête montrent, d’une part, que les circuits d’approvisionnement en livres peuvent être très diversifiés et, d’autre part, que l’achat ou l’emprunt répondent à des stratégies qui évoluent au cours du cycle de vie.

« Moi, j’ai toujours un stock [de livres à lire] : ce sont des livres achetés, quelquefois empruntés. Je vais n’importe où : sur Internet, en librairie, au supermarché en faisant mes courses. J’achète des livres d’occasion, je vais dans les brocantes pour les livres. »

47Le désir de possession des livres reste fortement ancré, y compris chez les faibles lecteurs. L’idée de se constituer une bibliothèque personnelle est une ambition toujours présente, qui pousse à acheter les livres auxquels on tient. Ce désir d’appropriation est mis en avant par beaucoup de non-usagers des bibliothèques.

« Je suis abonné à France Loisirs, je veux pouvoir garder mes livres […], pour avoir un bel objet chez moi. »

« J’aime qu’un livre m’appartienne, le posséder. »

« J’aime le livre neuf, son odeur, ouvrir les pages pour la première fois. »

« Les biographies, je les achète, je ne les emprunte pas : Pasteur, Gandhi, j’achète, je ne sais pas pourquoi. »

« En bibliothèque, le livre n’est pas à moi, je ne suis pas sûr de le retrouver. »

« [En bibliothèque] le problème de base c’est de les rapporter : quand on achète, on n’a aucune obligation ».

48Face à ces très fréquentes manifestations d’attachement affectif au livre, d’autres usagers défendent l’idée que l’emprunt en bibliothèque permet de découvrir sans risque et de ne pas accumuler chez soi des ouvrages auxquels on ne tient pas.

« Il n’y a aucun risque à la bibliothèque », « ça permet d’aller au bout de sa curiosité », « de découvrir des choses que je ne connais pas ; je peux me tromper, être déçu ; c’est embêtant quand on achète ».

« On découvre des auteurs à la bibliothèque, quitte à acheter le livre par la suite. »

49S’ajoutent, pour certains, les problèmes d’encombrement de leur bibliothèque personnelle.

« On a beaucoup de livres à la maison : deux grandes bibliothèques, sept étagères pleines de livres. Je viens souvent à la bibliothèque, je n’achète plus, je n’ai plus de place. »

50On peut penser que la complémentarité entre emprunt et achat s’est accrue avec le développement des nouveaux circuits de vente, en particulier Internet et la grande distribution, qui contribuent à augmenter notablement la sollicitation des consommateurs à l’égard des produits culturels. Ce mouvement a deux conséquences importantes pour les bibliothèques municipales : il conduit à intégrer plus fortement le réseau de la lecture publique dans l’économie du livre mais, parallèlement, tend à accroître les va-et-vient entre emprunt et achat et, par voie de conséquence, l’irrégularité de la fréquentation des bibliothèques.

« Ici, à la bibliothèque, je viens chercher des guides de voyage, des guides pratiques, mais les romans, j’aime bien les avoir à la maison. »

Pour les cd de musique, les hypermarchés sont devenus le principal canal de distribution.

51La recherche d’un nouveau cd se fait en premier lieu dans les hypermarchés : pour 39 % des individus c’est le premier lieu d’approvisionnement. Les grandes surfaces culturelles occupent le second rang (31 %). Et pour la musique, Internet a pris ces dernières années la troisième place en raison de l’importance acquise par le téléchargement (15 %).

52En dépit de la progression de leurs collections de musique enregistrée, les bibliothèques jouent un rôle mineur pour alimenter les Français dans leurs genres de musique préférés (3 % les citent). Les inscrits sont peu nombreux à déclarer s’approvisionner en cd principalement à la bibliothèque municipale (9 %). Et parmi les non-inscrits, comme parmi les anciens usagers, c’est l’exception (1 %).

53Inscrits et non-inscrits s’approvisionnent en premier lieu, et plus que la moyenne, dans les grandes surfaces culturelles (36 %), mais également dans les hypermarchés, même si c’est dans des proportions moindres que la moyenne des Français (28 %, contre 39 % en moyenne). Inscrits et non-inscrits sont aussi de grands utilisateurs d’Internet (17 %).

54En revanche, c’est par l’importance de leur approvisionnement dans les hypermarchés (51 %) que se distinguent ceux qui n’ont jamais fréquenté de bibliothèque municipale. C’est dire le poids considérable acquis, en peu de temps, par les espaces commerciaux où les Français effectuent le gros de leurs courses hebdomadaires. En dehors du livre, l’offre de la grande distribution alimentaire se révèle plus attractive que celle des médiathèques pour la diffusion des productions culturelles. À la bibliothèque, « les cd, c’est des trucs assez vieux, c’est bien que pour retrouver des choses qu’on n’a pas entendues depuis longtemps ». Pour les dvd, « le stock est trop limité, on en a vite fait le tour. » Néanmoins, comme pour le livre, l’attrait principal de la bibliothèque, quelle que soit l’ampleur de son offre, est de favoriser la découverte et les expériences.

« On peut se permettre de découvrir des artistes qu’on n’achèterait pas. »

« C’est cher d’acheter un cd : pourquoi ne pas venir l’emprunter ? Et puis, on l’achète si ça nous plaît vraiment. »

Tableau 3-16. Lieux d’approvisionnement pour le cd de musique (en %).

Tableau 3-16. Lieux d’approvisionnement pour le cd de musique (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Graphique 3-17. Part des Français s’approvisionnant en bibliothèque, via Internet, en libriairie, en hypermarché, dans leur réseau relationnel, pour les produits culturels et les recherches documentaires (en %).

Graphique 3-17. Part des Français s’approvisionnant en bibliothèque, via Internet, en libriairie, en hypermarché, dans leur réseau relationnel, pour les produits culturels et les recherches documentaires (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : Pour trouver un nouveau roman, 14,4 % des Français ont pour « premier réflexe » de chercher à la bibliothèque, 10,6 % via Internet, 37,1 % en librairie, etc.

L’aide des bibliothécaires : un service à développer

55Face à l’évolution des canaux de distribution, parmi lesquels l’hypermarché et le site de téléchargement représentent deux extrêmes, on doit s’interroger sur la capacité des bibliothèques municipales à conforter leur place dans le circuit de la diffusion des productions culturelles. Il s’agit d’une question complexe qui renvoie notamment aux options prises pour développer les collections offertes aux citoyens : on reviendra, dans le chapitre V, sur le hiatus qui peut exister entre les goûts de la majorité des Français et l’offre de collections dans les bibliothèques, en particulier pour les œuvres musicales et cinématographiques.

56Indépendamment des contenus, les médiathèques ont besoin de s’inscrire dans les formes nouvelles de communication pour asseoir leur image de modernité et éviter d’être perçues comme des lieux ne donnant accès qu’à la culture consacrée du passé. Pour certains, « la bibliothèque, c’est complètement dépassé par les nouvelles technologies ».

La consultation à distance

57Le nombre de bibliothèques disposant d’un site sur Internet n’est pas connu avec précision. On peut l’estimer à partir des déclarations des bibliothèques répondant au questionnaire annuel de la dll : en 2003, 14 % des bibliothèques disposaient d’un site sur Internet.

58Parmi les usagers des bibliothèques municipales, 9 % seulement ont connaissance de l’existence d’un site concernant la bibliothèque municipale qu’ils fréquentent. Ceux qui visitent ces sites s’en servent principalement pour une consultation préalable du catalogue et, secondairement, pour obtenir des renseignements pratiques.

59Le développement de sites offrant des fonctionnalités diversifiées – notamment pour informer sur les collections, permettre des réservations de documents, etc. – est en cours, mais n’en est qu’à ses débuts. Un certain nombre de médiathèques ont ouvert des sites offrant des services innovants, mais il ne s’agit pour le moment que d’une minorité.

L’aide à la recherche documentaire

60La bibliothèque municipale se présente comme un établissement public ouvert à tous, dans lequel on peut s’installer et consulter les documents présentés sur les rayonnages sans contrainte et sans avoir à en référer au personnel d’accueil. Cela explique qu’environ la moitié des usagers ne s’adressent qu’exceptionnellement, voire jamais aux bibliothécaires.

Tableau 3-18. Le recours à l’aide des bibliothécaires (en %).

Tableau 3-18. Le recours à l’aide des bibliothécaires (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

61Pour trouver un document précis, la recherche se fait le plus souvent par soi-même dans les rayonnages de la bibliothèque (65 % des usagers). La moitié des usagers (55 %) seulement font la démarche de s’adresser à l’accueil de la bibliothèque. Ce comportement est également répandu dans toutes les classes d’âge, ce qui permet de penser qu’il est induit par le mode d’organisation habituel des établissements plutôt que par la méconnaissance de la manière dont fonctionne une bibliothèque.

Tableau 3-19. Les modes de recherche en bibliothèque (en %).

Tableau 3-19. Les modes de recherche en bibliothèque (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

62Les entretiens révèlent en effet deux types de comportements totalement opposés. Il y a, d’un côté, ceux qui n’osent pas s’adresser au personnel des bibliothèques pour être guidés ou considèrent que celui-ci n’est pas vraiment disponible pour accompagner les usagers.

« Ça m’arrive de rester une heure, je déambule, je ne sais pas quoi prendre […] »

« Je ne demande pas au personnel, c’est peut-être un tort, alors je prends au petit bonheur la chance. »

« Je voulais me mettre au jazz, mais je n’y connais rien. J’ai beau être une habituée de la bibliothèque, je suis restée devant le rayon, je ne savais pas quoi prendre : ça manque de conseils […] »

« Si la personne t’indique sans se déplacer, ce n’est pas évident de trouver un livre. » « On n’est pas assez guidé. »

« Quand on vient pour la première fois, il faudrait qu’on vous dise où sont les choses. »

63Cette attitude est plus souvent le fait d’usagers dont la fréquentation est irrégulière : c’est plutôt le cas des non-inscrits.

64À l’inverse, les usagers qui possèdent bien les codes de fonctionnement de la bibliothèque sont très organisés et n’hésitent pas à solliciter les bibliothécaires pour des conseils.

« J’arrive avec ma liste. »

« Je fais des listes par rapport aux amis, aux critiques, aux libraires. »

« La documentaliste sait ce que j’ai lu et elle me conseille : ça m’ouvre sur des choses. »

« Il faut faire la démarche de demander. »

65Pour rechercher un document, le recours à la consultation du catalogue dans la bibliothèque n’est pas habituel : moins d’un quart des usagers déclarent le faire (23 %). La proportion d’usagers procédant à une consultation du catalogue à distance, avant de se rendre en bibliothèque est encore plus faible (4 % des usagers), ce qui s’explique en partie par l’absence de ce service dans de nombreuses bibliothèques municipales.

66Les artisans de la modernisation des bibliothèques ont beaucoup investi dans le renouvellement de l’architecture, l’organisation intérieure des espaces et des équipements matériels, notamment informatiques. En revanche, la majorité des bibliothèques n’ont pas beaucoup élargi les services proposés au public et ont peu développé l’accompagnement des usagers à l’intérieur des établissements. Si l’attractivité actuelle des médiathèques tient beaucoup au renouvellement du cadre et des installations, sans une politique de valorisation de l’offre et d’initiation du public, cet attrait ne peut que s’éroder progressivement avec le vieillissement des établissements.

67Les attentes des usagers se focalisent beaucoup sur la convivialité des lieux et la connaissance de ce qu’ils offrent. Il faut « un lieu où l’on ait envie de se poser, de rester », « un endroit convivial et social, où l’on peut partager son amour de la lecture ». Mieux, il faudrait « un cadre agréable, un patio, où l’on puisse lire dehors », « un genre de bistrot-librairie ». Ces visions idéales imaginent « quelque chose de très différent de la réalité des bibliothèques actuelles », qui marque sans équivoque la valeur récréative du lieu et fasse que l’on n’y passe pas uniquement pour emprunter.

68Faire connaître la richesse du fonds et son renouvellement suscite également beaucoup de suggestions.

« La brochure des bibliothèques, on devrait la voir plus souvent », pour « montrer tout ce qu’on peut trouver à la bibliothèque », en valorisant « le côté médiathèque ».

« Il faudrait valoriser les acquisitions », « mettre des pubs dans les boîtes aux lettres avec la liste des nouvelles acquisitions », proposer « des critiques des livres disponibles », « faire des vitrines avec des livres qui seraient changés régulièrement ».

Notes

1 Comparaison avec l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997.

2 Throsby (David), « Determining the Value of Cultural Goods », Journal of Cultural Economics, n° 27, 2003.

3 Op. cit., crédoc 2006.

4 Source : Eurostat 2005.

5 Passeron (Jean-Claude) et Grumbach (Michel) (avec le concours de François de Singly, Martine Naffrechoux, Fernando Porto-Vasquez), L’Œil à la page, Éditions de la Bibliothèque publique d’informaion / Centre Pompidou, 1984.

6 Ne sont pris en compte que les usages personnels, hors activité professionnelle ou études.

7 En nombre de livres vendus, neufs et d’occasion, hors ouvrages scolaires.

Table des illustrations

Titre Tableau 3-1. Nombre de livres lus au cours des douze derniers mois (en 1997 et 2005, en %).
Légende Source : pcf 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 3.2. Proportion de lecteurs parmi les Français de 15 ans et plus depuis 1973 (en %).
Légende Source : pcf 1973-1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 3.3. Intensité de la lecture de livres selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 3-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du nombre de livres lus (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : 62,4 % des « gros lecteurs » (25 livres et plus lus au cours des douze derniers mois) fréquentent les bibliothèques municipales.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 3-5. Quantité de livres lus selon la classe d’âge en 1997 et 2005 (en %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 3-6. Taux d’équipement en informatique domestique fin 2005, en fonction de la fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 3-7. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations pour bricoler, jardiner ou réaliser des recettes de cuisine (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 3-8. Lieux d’approvisionnement pour la recherche d’informations afin d’aider les enfants à chercher des informations pour leurs devoirs ou pour un exposé, pour les personnes ayant un enfant d’âge scolaire (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 608).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 3-9. Intensité d’utilisation d’Internet des différents types d’usagers des bibliothèques (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Graphique 3-10. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la durée hebdomadaire de consultation d’Internet (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : parmi les Français qui ne consultent pas Internet, 25,8 % sont allés en bm au cours des douze derniers mois.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 3-11. Temps hebdomadaire passé à regarder la télévision selon le type de fréquentation des bibliothèques : évolution 1997-2005 (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 3-12. Fréquentation des bm en fonction du temps hebdomadaire passé à regarder la télévision (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 3-13. Niveau d’équipement en appareils « son et image » selon le type de fréquentation des bibliothèques (en %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 3-14. Canaux de vente du livre (en %).
Légende Source : cnl, enquête tns-sofres (achats des plus de 15 ans hors livres scolaires).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 3-15. Lieux d’approvisionnement pour le roman (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 3-16. Lieux d’approvisionnement pour le cd de musique (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 3-17. Part des Français s’approvisionnant en bibliothèque, via Internet, en libriairie, en hypermarché, dans leur réseau relationnel, pour les produits culturels et les recherches documentaires (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : Pour trouver un nouveau roman, 14,4 % des Français ont pour « premier réflexe » de chercher à la bibliothèque, 10,6 % via Internet, 37,1 % en librairie, etc.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 3-18. Le recours à l’aide des bibliothécaires (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 3-19. Les modes de recherche en bibliothèque (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/188/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access