Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Chapitre II. La diversification des usages

Texte intégral

L’évolution des rythmes et modes de visite

1Les évolutions dégagées par l’enquête de 2005 ne se limitent pas aux constats quantitatifs concernant l’élargissement des publics dans les bibliothèques municipales. Parce que la « grande mutation des bibliothèques » s’est poursuivie tout au long des années 1990, on est aujourd’hui en mesure d’évaluer les changements profonds que le modèle de la médiathèque a entraînés dans le comportement des publics et la diversification de leurs pratiques. Au cours de la décennie écoulée, les modalités de fréquentation des bibliothèques ont évolué de façon notable, qu’il s’agisse de la régularité des visites, de leur durée ou encore de leur caractère individuel ou collectif. S’agit-il d’une évolution générale ou bien de la juxtaposition de deux univers distincts, celui de la bibliothèque traditionnelle centrée sur le prêt d’ouvrages et celui de la médiathèque fonctionnant comme un centre culturel proposant de multiples activités sur place ?

2En réalité, il semble bien que les deux dimensions s’interpénètrent l’une l’autre et que la médiathèque est perçue comme une extension de la bibliothèque classique plutôt que comme un lieu d’une tout autre nature. La résistance du terme « bibliothèque » dans le langage courant pour désigner tous les lieux de lecture publique est le meilleur indice de la proximité entre ces deux instances. Alors que dans l’esprit du public la notion de médiathèque renvoie clairement à l’élargissement de l’offre par rapport à la bibliothèque dont l’image reste fixée sur le livre, une majorité des usagers privilégient toujours l’appellation de bibliothèque quelle que soit la diversité des collections proposées. « Ici on dit bibliothèque, même si dans la pub, c’est médiathèque. » Les deux appellations – « bibliothèque » et « médiathèque » – cohabitent pour les mêmes lieux, notamment dans la manière dont les collectivités locales désignent leurs établissements. Il y a d’un côté un souci d’affichage moderniste, à travers le référent médiathèque, de l’autre la fidélité à la fonction la plus fondamentale, attachée à la lecture publique. Le public perçoit très bien cette dualité terminologique qui influence la fréquentation, selon que l’on voit ces établissements culturels plutôt comme un lieu de savoir ou comme un lieu de loisir.

L’intensité de la fréquentation des bibliothèques municipales

La majorité des usagers se rendent en bibliothèque municipale au moins une fois par mois.

3L’intensité et la régularité de la fréquentation varient fortement selon les usagers. La majorité d’entre eux (61 %) vont à la bibliothèque municipale au moins une fois par mois. Un bon tiers seulement de ces 61 % la fréquentent sur un rythme hebdomadaire. La fréquence de visite des inscrits est nettement plus élevée que celle des usagers non inscrits : 30 % y vont au moins une fois par semaine (contre 10 % des non-inscrits) et 47 % une à deux fois par mois (contre 30 % des non-inscrits). Pour les inscrits, la fréquence plus élevée des visites s’explique par le rythme imposé par l’emprunt, la durée de prêt dans les bibliothèques étant généralement de trois semaines.

4En comparaison, les pratiques hors emprunt conduisent à des rythmes de visite moins fréquents, en deçà de la fréquence mensuelle (61 % des usagers non inscrits se rendent à la bibliothèque moins d’une fois par mois).

Graphique 2-1. Rythme de visite selon que l’usager est inscrit ou non (en %).

Graphique 2-1. Rythme de visite selon que l’usager est inscrit ou non (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).

5Guide de lecture : parmi les usagers inscrits 8,5 % viennent plusieurs fois par semaine, 21,6 % environ une fois par semaine… (total : 100 %).

6Comparée à l’enquête dll-sofres de 1997, l’enquête dll-crédoc de 2005 montre que la part des usagers des bibliothèques municipales qui sont très assidus et les fréquentent au moins une fois par semaine a faiblement progressé (19 % en 1997, 22 % en 2005), alors que la part des usagers occasionnels dont les visites ont lieu moins d’une fois par mois a plus sensiblement augmenté, passant de 30 % en 1997 à 39 % en 2005.

7L’accroissement du nombre des usagers hors inscription est la première raison du ralentissement de la fréquence de visite enregistrée depuis 1997. La fréquentation des usagers ne recourant pas à l’emprunt est en effet, comme on l’a vu, plus occasionnelle et plus irrégulière. En outre, bien que le noyau dur des usagers les plus assidus – ceux qui se rendent une fois par semaine en bibliothèque – se maintienne, même chez les inscrits on peut noter une tendance à l’espacement des visites. Il y a huit ans, seuls 16 % des inscrits fréquentaient une bibliothèque municipale moins souvent qu’une fois par mois, contre 23 % en 2005.

Graphique 2-2. Rythme de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-2. Rythme de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : en 1997, 19 % des usagerrs venaient au moins une fois par semaine… (total : 100 %).

La majorité des usagers ont une fréquentation irrégulière, voire épisodique.

8L’appréciation subjective que les usagers portent sur leur rythme de visite offre un autre aperçu de la notion de régularité en matière de fréquentation des bibliothèques municipales. Globalement, 43 % des usagers se définissent comme des « réguliers », soit près du double de ceux qui ont une assiduité hebdomadaire (22 % des usagers). On peut en déduire que la notion de régularité ou d’assiduité correspond au fait de s’inscrire dans un cycle régulier d’emprunt – un cycle dont la fréquence varie entre une visite hebdomadaire et une visite toutes les deux ou trois semaines. Sur la base de cette échelle subjective, il apparaît que la majorité des usagers ont une fréquentation soit irrégulière (27 %), soit concentrée sur certaines périodes (16 %) ou bien rare (14 %).

9À travers ce critère subjectif apparaît de manière très marquée la différence des rythmes d’usage entre ceux qui viennent en bibliothèque municipale pour emprunter et ceux qui fréquentent les lieux pour d’autres raisons. Dans près de 60 % des cas, l’inscription entraîne la régularité des visites. À l’inverse, seuls 20 % des non-inscrits déclarent une pratique régulière. Chez ces derniers, la pratique est irrégulière dans près d’un cas sur trois (30 %) et, surtout, elle est épisodique pour la moitié d’entre eux : 50 % disent en effet venir en bibliothèque municipale « à certaines périodes » ou « quelquefois seulement » dans l’année.

10Faute de données suffisamment détaillées dans les enquêtes antérieures sur la fréquence de visite des usagers dans l’année, il est difficile d’apprécier l’évolution du nombre des visites dans les bibliothèques municipales. Ce critère est pourtant essentiel pour pouvoir se prononcer clairement sur la tendance d’évolution de la fréquentation. Le critère du nombre de Français déclarant s’être rendus au moins une fois par an dans une bibliothèque municipale est, en effet, insuffisant. S’il quantifie la pénétration de la pratique dans la population, il ne dit rien de son intensité et, par voie de conséquence, de l’évolution de l’affluence dans les bibliothèques. Il faudrait, pour ce faire, pouvoir quantifier le nombre des visites en bibliothèque et, au-delà, le volume des emprunts, la quantité de livres, de cd et de vidéos consultés, le nombre de consultations du catalogue, la présence aux manifestations organisées par les bibliothèques, etc.

11Si l’on peut affirmer que le nombre d’individus qui ont l’occasion de se rendre en bibliothèque a augmenté, les résultats de l’enquête de 2005 indiquent que l’intensité de fréquentation a plutôt diminué. En l’absence de données comparatives sur le nombre de visites par usager, il est impossible de préciser si la résultante des deux phénomènes – hausse du nombre d’usagers et baisse de la fréquence de leurs visites – oriente le volume de ces dernières à la hausse ou à la baisse.

  • 1 Voir le chapitre conclusif.

12Compte tenu de la croissance du nombre d’usagers (+ 41 % en effectifs entre 1997 et 20051), le relatif fléchissement du rythme de fréquentation n’est manifestement pas suffisant pour orienter à la baisse le nombre total de visites dans l’ensemble des bibliothèques municipales. Localement, toutefois, on ne peut écarter l’hypothèse qu’une partie des établissements puisse connaître des évolutions paradoxales caractérisées par l’élargissement du nombre d’individus usagers et la baisse du nombre global de visites. D’où cette contradiction qui existe entre la perception de certains bibliothécaires qui observent un ralentissement de leur activité, notamment au niveau de l’emprunt, et les résultats de l’enquête attestant de la hausse du nombre des usagers, seul indicateur que les enquêtes existantes permettent véritablement de suivre dans la durée.

Graphique 2-3. Régularité de la fréquentation (usagers inscrits et non inscrits, en %).

Graphique 2-3. Régularité de la fréquentation (usagers inscrits et non inscrits, en %).

Source : dll-crédoc 2005. (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).
Guide de lecture : 58,3 % des inscrits viennent régulièrement, 24,5 % irrégulièrement… (total : 100 %).

Des durées de visite qui se sont allongées

  • 2 « En treize ans, moins de temps contraint et plus de loisirs », insee-Première, n° 675, octobre 199 (...)

13La grande majorité des usagers (71 %) passe sur place plus d’une demi-heure au cours de leurs visites, la durée moyenne pouvant être estimée à cinquante minutes. Si l’on y ajoute le temps moyen de déplacement pour se rendre à la bibliothèque la plus proche – de l’ordre de vingt minutes aller et retour en moyenne –, la fréquentation de la bibliothèque municipale occupe plus d’une heure de temps pour l’usager moyen. C’est à peu près le temps de loisir qui, en moyenne, reste disponible aux femmes dans une journée, une fois déduit le temps passé à regarder la télévision2.

  • 3 Bpi, enquête de fréquentation, novembre 2006.

14Ceux qui ne font que des visites courtes à la bibliothèque – soit moins d’une demi-heure – sont minoritaires (29 %) tout comme, à l’opposé, ceux qui restent habituellement plus d’une heure (25 %). Dans les bibliothèques municipales, les usagers qui séjournent habituellement plus de deux heures font figure d’exceptions (5 % des usagers), à la différence de ce que l’on observe dans les bibliothèques d’étude (BnF, Bpi, bibliothèques universitaires, bibliothèques spécialisées). À titre de comparaison, la durée moyenne de visite atteint trois heures et dix-sept minutes à la Bpi3.

15La comparaison avec l’enquête dll-sofres de 1997 montre que la durée du séjour en bibliothèque municipale a connu une évolution notable. Si, dans la majorité des cas, la visite dure moins d’une heure (82 % des visites en 1997, 75 % en 2005), on assiste à une élévation de la durée de séjour dans les locaux. La part des usagers séjournant moins de trente minutes a nettement chuté (47 % en 1997, 29 % en 2005) tandis que celle des usagers restant entre trente minutes et une heure a sensiblement progressé (35 % en 1997, 46 % en 2005). Ainsi, on voit que si les usagers des bibliothèques municipales sont moins assidus qu’il y a huit ans, ils y séjournent en revanche en moyenne plus longtemps.

16L’allongement de la durée de visite dans les bibliothèques peut être considéré comme l’une des conséquences directes de la modernisation des équipements. L’offre plus diversifiée des médiathèques suscite des comportements comparables à ceux que l’on observe dans les grandes surfaces commerciales spécialisées dans la diffusion des produits culturels : la propension à feuilleter les livres et les magazines, à explorer les collections de nouveaux supports, cd de musique, films et cd-rom, est plus fréquente que dans les bibliothèques traditionnelles.

17De plus, les nouveaux équipements ont tous développé des agencements intérieurs intégrant des espaces d’étude avec un grand nombre de tables et de places assises qui favorisent leur utilisation à des fins studieuses. Enfin, la diversification de l’offre des bibliothèques, c’est aussi le développement des espaces consacrés spécifiquement à la lecture des enfants ou encore la multiplication des animations.

Graphique 2-4. Durée de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-4. Durée de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

Un effet des 35 heures ou de la modernisation des équipements ?

18L’évolution des usages en bibliothèque se lit dans la comparaison des durées de visite des inscrits et des non-inscrits. On pourrait penser, en effet, que les inscrits, dont la fréquence et la régularité de visite sont plus importantes que celles des autres usagers, ont des durées de visite plus courtes parce que plus centrées sur l’emprunt. Il n’en est rien : les visiteurs séjournant moins d’une demi-heure sont minoritaires dans les mêmes proportions chez les inscrits (28 %) et les non-inscrits (29 %). La visite courte n’est donc pas spécialement le fait de ceux qui ne passent à la bibliothèque que pour rendre des documents ou faire un emprunt.

19De la même manière, la part des usagers qui ont l’habitude de rester plus d’une heure sur place est équivalente dans les deux cas (21 % des inscrits, contre 22 % des non-inscrits). Cette homogénéité des pratiques est en réalité le résultat d’une évolution particulièrement marquée du comportement des inscrits. En effet, l’enquête dll-sofres de 1997 avait, pour ces derniers, enregistré une durée de séjour plus courte que chez les usagers sans carte : 14 % des inscrits mentionnaient des durées de visite de plus d’une heure, contre 21 % des non-inscrits. Les premiers ont donc élargi le champ de leurs usages en bibliothèque, se rapprochant ainsi du comportement des seconds.

20La majorité des usagers ont des habitudes de visite bien installées et stables dans le temps, structurées autour d’une série d’activités bien précises. Beaucoup évaluent assez précisément le temps que cela leur prend :

« Avec ma fille, on reste toujours au moins une heure, on feuillette des magazines ou des livres de voyage. »

21Cela explique que la part des usagers déclarant des durées de visite très variables d’une fois sur l’autre est très minoritaire : ils sont logiquement un peu plus nombreux parmi les non-inscrits (6 %, contre 3 % des inscrits). La réduction du temps de travail à 35 heures peut avoir contribué à amplifier le mouvement suscité par cette plus grande attractivité des médiathèques. On pourrait en effet émettre l’hypothèse qu’elle a permis aux usagers d’accroître le temps consacré à cette pratique et qu’elle a contribué à homogénéiser les comportements.

L’élévation du temps passé en bibliothèque a touché toutes les classes d’âge.

22Globalement, l’allongement de la durée de visite est, avec l’élévation du taux de pénétration dans la population française des 15 ans et plus, le meilleur indicateur du renforcement de l’attractivité des établissements du réseau de la lecture publique. C’est en effet un bénéfice direct de la transformation des bibliothèques de prêt traditionnelles en médiathèques invitant au séjour sur place.

23Entre 1997 et 2005, l’élévation du temps de visite dans les bibliothèques s’observe dans toutes les classes d’âge, ce qui conforte l’hypothèse d’une évolution générale des pratiques sous l’effet de l’élargissement de l’offre. Toutefois, la hausse du temps passé en bibliothèque a été plus marquée aux deux extrêmes de la pyramide des âges, chez les moins de 25 ans d’un côté, chez les plus de 55 ans de l’autre, c’est-à-dire dans les catégories comptant le plus d’inactifs. Pour les actifs de 25 à 55 ans, la hausse plus modérée indique que le déficit du temps de loisir reste manifestement un facteur très contraignant.

24Dans le détail, ce sont les jeunes en âge de poursuivre des études supérieures, les 20-24 ans, qui sont les plus nombreux à déclarer des temps de visite de plus d’une heure : plus de quatre sur dix sont dans ce cas (43 %), contre 30 % des 15-19 ans et moins de 20 % chez les usagers plus âgés. Au-delà de 35 ans, la part des usagers ne faisant que des visites courtes (moins de trente minutes) est nettement plus élevée (34 %, contre 20 % parmi les moins de 35 ans).

Graphique 2-5. Durée de visite en bibliothèque municipale selon la classe d’âge : part des visites supérieures à une heure (en %).

Graphique 2-5. Durée de visite en bibliothèque municipale selon la classe d’âge : part des visites supérieures à une heure (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).

25Avec le renouvellement générationnel, dont l’importance a été soulignée plus haut, la tendance à l’allongement de la durée de visite pourrait se poursuivre. L’enquête dll-sofres de 1997 notait déjà que les jeunes de 15 à 24 ans, s’ils viennent moins souvent à la bibliothèque, y restent plus longtemps : 26 % d’entre eux annonçaient une durée de visite de plus d’une heure, contre 16 % pour l’ensemble des usagers. En 2005, un jeune de 15 à 24 ans sur trois séjournait plus d’une heure en bibliothèque municipale (34 % d’entre eux, contre 21 % en moyenne).

Graphique 2-6. Durée de visite en bibliothèque municipale des 15-24 ans comparée à celle de l’ensemble des usagers en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-6. Durée de visite en bibliothèque municipale des 15-24 ans comparée à celle de l’ensemble des usagers en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

26Cette évolution quantitative engendre un phénomène de surreprésentation du public juvénile qui, dans certains établissements, devient source de tension : les jeunes occuperaient le terrain au détriment des autres usagers, pour retrouver leurs amis, faire leurs devoirs, sans se sentir nécessairement très concernés par les collections d’ouvrages et le service de prêt. Ces jeunes « séjourneurs », comme on les appelle parfois, sont devenus pour certains bibliothécaires le spectre d’un dévoiement possible du fonctionnement traditionnel des bibliothèques publiques. Si des régulations sont nécessaires pour que les comportements des jeunes en groupe respectent les codes de conduite indispensables à la sérénité de l’ambiance d’une bibliothèque, il serait dommage de ne pas mettre l’accroissement de la présence des jeunes à l’actif du succès du modèle français des médiathèques.

27Pour les usagers, la différence d’image entre bibliothèque traditionnelle et médiathèque est très claire et cette différence a une répercussion importante sur le caractère répulsif ou attractif que ces deux formes du rapport à la culture exercent sur les jeunes générations. Pour les bibliothèques, c’est le sérieux et l’austérité qui l’emportent :

« Déjà le mot bibliothèque ça fait très sérieux. » De ce fait, « les jeunes ne vont pas naturellement dans une bibliothèque ».

28C’est un univers fortement associé au livre et à la tradition des humanités :

« Bibliothèque ça fait austère, je vois une maison bourgeoise avec des rayonnages en bois. »

29L’image de la médiathèque s’en démarque par l’irruption de la modernité incarnée par une tout autre architecture et la place qu’elle réserve aux nouvelles technologies.

« La médiathèque c’est plus de possibilités, la bibliothèque c’est seulement le livre. »

« Une médiathèque c’est plus grand, il y a plus de choix. »

« On a en plus des cd-Rom, des dvd, des cd audio, des cassettes, c’est un peu la caverne d’Ali Baba. »

« C’est plus moderne, on s’éloigne de la bibliothèque. »

« C’est les nouvelles technologies. »

« C’est plus adapté à la société d’aujourd’hui. »

Le rythme de fréquentation au cours du cycle de vie

30Par comparaison avec les usagers plus âgés, on pourrait dire des jeunes qu’ils se caractérisent surtout par une fréquentation épisodique. La moitié des moins de 25 ans déclarent n’aller à la bibliothèque municipale qu’à certaines périodes (33 %) ou seulement quelquefois (18 %). Les exigences des études et le rythme des examens déterminent pour une grande part ce comportement. Au-delà de 25 ans, c’est la régularité qui l’emporte et celle-ci croît avec l’âge. Les usagers les plus réguliers se rencontrent parmi les 35-44 ans (49 % de « réguliers ») et chez les plus de 65 ans (57 % de réguliers), pour des raisons différentes : les premiers pour satisfaire les demandes des enfants, les seconds plutôt par habitude.

Graphique 2-7. Régularité de fréquentation en fonction de l’âge : part de ceux qui déclarent aller régulièrement à la bibliothèque (en %).

Graphique 2-7. Régularité de fréquentation en fonction de l’âge : part de ceux qui déclarent aller régulièrement à la bibliothèque (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).

  • 4 Octobre (Sylvie), Les Loisirs culturels des 6-14 ans, La Documentation française, 2004, p. 320 : «  (...)

31Entre l’enfance et les débuts de l’âge adulte, l’usage des bibliothèques se transforme beaucoup : largement répandue et essentiellement ludique avant le collège4, la fréquentation des bibliothèques devient, à partir du cycle secondaire, plus utilitaire, moins assidue et orientée par les obligations scolaires. Dans ce processus, d’autres lieux prennent le relais des bibliothèques municipales pour répondre aux besoins induits par les études : les cdi au collège et au lycée, puis les bibliothèques d’étude dans le supérieur. En progressant dans leurs études, les jeunes passent moins de temps dans les bibliothèques municipales et davantage dans des bibliothèques spécialisées. Quand les études s’achèvent, la fréquentation des bibliothèques baisse subitement, par contrecoup.

32Les variations du rythme de la fréquentation au cours du cycle de vie transparaissent dans le sentiment qu’ont les usagers d’« aller dans les bibliothèques ou médiathèques municipales plus souvent ou moins souvent qu’il y a cinq ans ». Les jeunes adultes jusqu’à 35 ans sont les plus nombreux à estimer qu’ils fréquentent l’établissement de leur commune moins assidûment : ils sont 68 % parmi les 15-25 ans et 63 % parmi les 25-34 ans à le penser. On pourrait y voir l’indice que la fréquentation des bibliothèques municipales recule dans les nouvelles générations. C’est aussi la transformation des pratiques avec l’âge qui est en jeu ici : les lycéens et les étudiants pour qui la bibliothèque est synonyme de travail scolaire y vont moins souvent que les plus jeunes, qui fréquentent les médiathèques de manière ludique ; après 25 ans, les jeunes actifs semblent se rendre compte qu’ils y vont moins que pendant leurs études.

33Passé 35 ans, la proportion de ceux qui estiment avoir une fréquentation moindre diminue par paliers avec l’âge : 52 % entre 35 et 54 ans, 48 % entre 55 et 64 ans, 45 % après 65 ans. On peut voir dans cette tendance le signe que les usagers les moins réguliers disparaissent progressivement au profit des usagers les plus assidus. Autrement dit, plus les usagers sont âgés, plus la probabilité qu’il s’agisse des plus réguliers d’entre eux augmente.

L’influence des contextes résidentiels

34Les Français perçoivent clairement que l’offre du réseau de la lecture publique varie en fonction de l’importance de la commune de résidence. Quand on habite une petite ville ou un bourg, la bibliothèque, quand elle existe, n’est pas au même niveau que ce que proposent les grandes villes de la région. De plus, à la taille de la commune s’ajoute parfois le degré d’ambition des élus en matière d’équipement culturel.

« La bibliothèque municipale, c’est en fonction de la municipalité. Paris, c’est la référence, la taille de la bibliothèque dépend de la taille de la ville. C’est dommage pour les petites villes. »

35Cette intériorisation de la hiérarchie des établissements n’est sans doute pas sans incidence sur la fréquentation.

36Aux deux extrêmes, communes non urbaines d’un côté, grandes villes ou agglomérations de l’autre, les rythmes de fréquentation divergent sensiblement. Les usagers des communes de moins de 5 000 habitants sont les seuls à se définir majoritairement comme des « réguliers » (52 % d’entre eux), mais cette régularité correspond à des fréquences de visite plus espacées que dans les villes de plus de 100 000 habitants ou en région parisienne. Dans les communes de moins de 5 000 habitants, 16 % des usagers vont en bibliothèque au moins une fois par semaine, alors qu’ils sont 23 % dans ce cas dans les villes de plus de 100 000 habitants et 27 % en région parisienne. À l’inverse, les moins nombreux à avoir des habitudes régulières sont les usagers de la région parisienne (30 % seulement d’usagers se définissant comme réguliers).

37Globalement, le nombre de visites tend à croître avec la taille de la commune de résidence, ce qui est imputable tant à l’accessibilité des bibliothèques qu’à l’importance des structures. Mais bien qu’ils cumulent plus de visites au total, les habitants des grandes villes sont plus souvent des usagers irréguliers. L’abondance de l’offre culturelle, l’attractivité propre des grandes médiathèques drainant un public plus large mais plus souvent non inscrit et irrégulier dans ses usages, ainsi que la diversité des bibliothèques publiques facilement accessibles expliquent le fait que le zapping des urbains s’accroît avec la taille des agglomérations. Ce phénomène est important car il permet de comprendre que, en fonction des contextes sociodémographiques, certaines bibliothèques ont une fréquentation à la hausse quand d’autres ont un nombre d’inscrits qui évolue peu, voire régresse. On verra dans la dernière partie que lorsque la fréquentation se rétracte, elle concentre un plus grand nombre d’usagers assidus – le noyau dur des emprunteurs réguliers –, alors qu’à l’inverse, lorsque le rayonnement s’élargit, c’est surtout la fraction des publics ne pratiquant pas l’emprunt mais utilisant fréquemment les ressources de la bibliothèque qui s’accroît.

Les modes de visite

Près d’un usager sur deux vient à la bibliothèque accompagné.

38La fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales est une pratique culturelle majoritairement individuelle – 53 % des visites sont solitaires, 47 % collectives, mais ces dernières se sont légèrement accrues (42 % en 1997). Cette progression a été plus forte parmi les inscrits (37 % de visites accompagnées parmi les inscrits en 1997, contre 44 % en 2005), leur pratique se rapprochant progressivement de celle des usagers non inscrits. Néanmoins, les activités dans la bibliothèque municipale conservent une dimension très individuelle souvent associée à la lecture solitaire sur place, tant des livres que de la presse.

« C’est un moment d’évasion pour lire des magazines, des bd. » « C’est une détente. Je viens pour emprunter et lire des magazines sur place. J’emprunte surtout de la musique. Mais j’aime bien être là pour feuilleter, bouquiner. Toutes les semaines, je lis L’Auto-Journal. C’est un moment de tranquillité. »

39La visite accompagnée est avant tout le fait des adultes venant avec des enfants (30 % des visiteurs), en particulier de jeunes enfants (24 % accompagnent des moins de 12 ans). Passé 12 ans, on peut penser que les enfants se rendent à la bibliothèque par eux-mêmes, principalement en groupe avec leurs amis. La phase qualitative a ainsi montré que la pratique intergénérationnelle était souvent valorisée dans le discours des usagers.

« Une fois par semaine, je vais en bibliothèque avec mes trois enfants, la bibliothèque est tout près de chez nous. »
« Je vais à la bibliothèque avec mes petits-enfants. »
« Mon petit frère n’arrête pas de lire, il est inscrit à la bibliothèque : il a 11 ans. Quelquefois, je l’emmène : ça me fait passer du temps avec lui. »

Graphique 2-8. Visites solitaires et accompagnées (en %).

Graphique 2-8. Visites solitaires et accompagnées (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

40Par rapport à 1997, la proportion des usagers accompagnés d’enfants est restée stable (31 % en 1997 et 30 % en 2005), et c’est plutôt la proportion d’usagers venant avec des pairs, des amis, un(e) conjoint(e), qui a nettement progressé (11 % en 1997 et 17 % en 2005). Bien que ce cas de figure ne soit le fait que d’un visiteur sur six, cette croissance est directement imputable au développement dans les médiathèques de places assises permettant d’étudier sur place. Elles offrent aux collégiens et lycéens, notamment, la possibilité d’y faire leurs travaux scolaires en petits groupes. Dans la classe d’âge des 15-19 ans, 35 % des individus vont en bibliothèque habituellement avec des amis.

« C’est un endroit calme pour travailler : quand j’étais au collège, on venait entre potes pour faire nos devoirs. »
« Quand les enfants ont un exposé à faire à plusieurs, ils viennent ici : c’est un lieu de retrouvailles. »

41Le fait d’aller en bibliothèque seul ou accompagné évolue fortement au cours du cycle de vie. Il y a des âges où l’on vient le plus souvent seul : avant d’avoir des enfants à charge (61 % des 20-24 ans) et quand les enfants sont grands (66 % après 45 ans). La fréquentation accompagnée d’enfants est importante chez les 25-34 ans (48 %) et devient largement majoritaire parmi les 35-44 ans (63 %).

Les pratiques en bibliothèque

« La bibliothèque, c’est un lieu pour la transmission de la culture : le livre permet de faire ce transfert, et c’est essentiel pour l’avenir de la société. »

  • 5 Op. cit.

42Mais, en plus, « le fait qu’il y ait des bd, des dvd, ça change tout : ça donne envie d’y aller ». Aujourd’hui, « la médiathèque ce sont, à la fois, les livres, cd, dvd, logiciels, Internet ». Ça permet de « faire des événements autour de thèmes en regroupant tous les médias, livres, cd, dvd. » On le voit, la multiplicité et la complémentarité des points de vue des usagers montrent bien le considérable élargissement des vecteurs de découverte culturelle que la médiathèque offre aux individus et le potentiel d’animation qui peut en résulter pour les bibliothécaires. Toutefois, comme le notait déjà en 1998 La Grande Mutation des bibliothèques municipales, la variété des pratiques que suscite la diversité des collections des médiathèques n’a pas remis en cause la suprématie du livre : « Contrairement à une idée répandue, de tous les types de documents disponibles, les supports écrits (livre et presse) restent ceux qui intéressent le plus les usagers, quelle que soit la classe d’âge5. »

La diversité des usages de la bibliothèque municipale

Le prêt de livres, activité centrale des bibliothèques municipales

43Si les bibliothèques municipales ont diversifié les services qu’elles offrent aux usagers et ne sont plus seulement des lieux de prêt, il n’en demeure pas moins que l’emprunt de documents qui seront lus, écoutés ou regardés chez soi reste la motivation première de ceux qui fréquentent ces établissements.

44L’usage de loin le plus fréquent est l’emprunt de livres. Près de neuf usagers actuels sur dix (86 %) ont eu l’occasion de bénéficier du service de prêt d’imprimés depuis qu’ils fréquentent les bibliothèques et médiathèques municipales : cette proportion est une moyenne entre les actuels inscrits (parmi lesquels 97 % ont déjà fait des emprunts de livres) et les actuels non-inscrits (dont 72 % ont eu également l’occasion, dans le passé, d’emprunter des livres). Ce taux élevé pour les usagers qui n’ont pas de carte s’explique par le fait que ceux-ci sont très majoritairement d’anciens inscrits ou des emprunteurs indirects (cf. chapitre I).

45Si l’on ne considère que la pratique des douze derniers mois, 93 % des inscrits sont des emprunteurs de livres, mais également 59 % des usagers non inscrits quand un membre au moins de leur foyer est inscrit.

46Dans l’année écoulée, l’emprunt de livres a été pratiqué par plus des deux tiers des usagers dans toutes les classes d’âge au-delà de 25 ans. Il en va de même pour l’emprunt de revues et magazines dont la fréquence d’emprunt maximal, de l’ordre d’un quart des usagers, concerne toutes les classes d’âge entre 25 et 65 ans. Les moins de 25 ans ont un comportement particulier dont on a souligné précédemment qu’il dépend fortement des obligations scolaires. Cette classe d’âge se distingue par un taux d’emprunt moindre qui est compensé par un taux de consultation plus élevé, tant pour les livres que pour les revues et magazines. Leur mode d’utilisation plus studieux des bibliothèques explique cette particularité. Sur l’ensemble des usagers, on observe que la relation aux bibliothèques change complètement au cours du cycle de vie, particulièrement entre les jeunes encore scolarisés et les actifs dégagés des obligations scolaires.

Tableau 2-9. Activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).

Tableau 2-9. Activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Graphique 2-10. Proportion d’emprunteurs parmi les inscrits en 1997 et 2005 : activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).

Graphique 2-10. Proportion d’emprunteurs parmi les inscrits en 1997 et 2005 : activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

Tableau 2-11. Emprunt selon le type d’usagers : activités pratiquées au cours des douze derniers mois (en %).

Tableau 2-11. Emprunt selon le type d’usagers : activités pratiquées au cours des douze derniers mois (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

L’emprunt d’autres supports que le livre est encore minoritaire.

47Bien que les collections de supports enregistrés de musique, de films et de multimédia connaissent un développement important dans les bibliothèques municipales, les usagers qui ont fait des emprunts autres que le livre sont minoritaires : 27 % ont emprunté des magazines, 30 % des cd de musique, 17 % des films. Quant aux supports de type cd-rom, logiciels et reproductions d’art, on voit bien que leur présence dans les bibliothèques municipales reste l’exception : 7 % des usagers ont déjà emprunté des cd-rom ou des logiciels, 4 % des reproductions d’art.

48L’emprunt de cd de musique est surtout fréquent entre 20 et 55 ans (38 % dans ces tranches d’âge), le maximum s’observant parmi les 25-34 ans (42 %), ce qui peut en partie s’expliquer par les emprunts que les familles réalisent à l’intention des jeunes enfants. En revanche, la pratique de l’écoute sur place est surtout développée chez les jeunes de moins de 25 ans (30 %, contre 11 % pour les plus âgés).

49L’emprunt de films atteint son maximum entre 20 et 44 ans (21 %) et l’emprunt de cd-rom entre 25 et 44 ans (11 %). Ces offres, qui sont parmi les moins prisées si l’on se fonde sur le volume des emprunts, intéressent plus fortement les jeunes actifs et les parents de jeunes enfants. Les usages en la matière sont limités par les fonds proposés dans les établissements, mais aussi par la possibilité de prendre connaissance, pour les usagers potentiels, d’une offre accrue. La comparaison avec l’enquête dll-sofres de 1997 témoigne néanmoins de l’enrichissement progressif et de la diversification des collections. La progression a été importante pour l’emprunt de cd de musique – 23 % des inscrits en 1997 en avaient emprunté, contre 40 % en 2005 – comme de films – les emprunteurs passant de 10 % en 1997 à 19 % en 2005.

50Il n’en reste pas moins que bon nombre de non-usagers, qui ne sont pas retournés depuis plusieurs années dans les bibliothèques municipales, ne savent pas que celles-ci prêtent des albums musicaux, des films, des cd-rom, ou bien s’interrogent sur les genres que l’on peut y trouver.

« Je ne savais pas qu’on pouvait emprunter des cd ici : c’est intéressant. Je vais revenir à la bibliothèque pour ça. »
« Le fait qu’il y ait des bd, des dvd, ça change tout ! Moi, ça me donne envie de venir. »

51Les entretiens qualitatifs préalables à l’enquête témoignent ainsi d’un grand nombre de doutes et d’interrogations concernant les autres supports que le livre, tant de la part des non-usagers qui méconnaissent cette offre que de celle des usagers qui la connaissent mais soit la jugent trop limitée, soit doutent de son intérêt, compte tenu de l’importance prise par le téléchargement de musiques, d’images et de logiciels. Pour la musique, l’offre est importante mais ne satisfait pas vraiment les jeunes.

« Pour moi, c’est comme pour les bouquins, ça permet de goûter à tout. Je prends au hasard du jazz, du rock, des musiques du monde, du classique, du blues, n’importe quoi… »

52Mais « les cd, c’est des trucs assez vieux, c’est bien pour retrouver des trucs qu’on n’a pas entendus depuis longtemps ». En fait « c’est plus facile de télécharger, car souvent on est déçu par les cd complets ». Pour les films, l’offre est jugée souvent restreinte.

« Le stock est trop limité, on en a vite fait le tour. »

53Dans ce registre, pourtant, la demande semble forte.

« Ce qui m’intéresserait, c’est qu’ils créent ici un rayon dvd, mais en restant sur le côté culture, pas en faisant ce que font les vidéoclubs. »

« Tout ce qu’on ne trouve pas en vidéoclub, tout ce qui touche au patrimoine, des documentaires sur les vieux châteaux, les musées, les pays étrangers… »

« Les films anciens ce serait bien de les trouver en bibliothèque » ainsi que « le même genre de documentaires que sur la 5 et Arte ».

54Pour les collections vidéo, l’ouverture d’une nouvelle médiathèque exerce manifestement un effet d’attraction puissant.

« Ici il y a très peu de dvd. Quand la médiathèque de Quimper va ouvrir, il y a sûrement beaucoup de gens qui vont se déplacer là-bas. »

55Enfin, la demande concernant les cd-rom n’est pas négligeable mais paraît plus orientée vers le secteur jeunesse.

« Ce serait bien de trouver des cd-rom ici, ce serait complémentaire des encyclopédies, […] notamment des cd-rom pour enfants, des cd-rom de jeux. »

En revanche, « ce n’est pas la peine d’avoir un fonds de logiciels dans une bibliothèque : ça évolue tellement vite […], et puis n’importe qui peut télécharger la dernière version sur Internet ».

La circulation des cartes d’emprunt

56De nombreux usagers, qu’ils soient inscrits ou non, peuvent utiliser les cartes d’emprunt d’autres personnes (cf. chapitre I). De plus, 38 % des inscrits déclarent emprunter pour d’autres personnes. En 1997, l’enquête dll-sofres concluait déjà à une utilisation largement collective des emprunts : 79 % des usagers inscrits indiquaient en effet que d’autres personnes qu’eux lisaient les livres qu’ils avaient empruntés. Ces chiffres montrent bien que le cercle des bénéficiaires du service de prêt de la lecture publique rayonne au-delà des seuls titulaires de la carte nominative, et même au-delà de leur foyer. Il faut néanmoins relativiser l’importance de la pratique de l’emprunt pour d’autres : bien qu’elle soit répandue, elle n’est pratiquée « souvent » que par 11 % des inscrits et 5 % des non-inscrits. Les bénéficiaires de ces emprunts sont avant tout les enfants (47 %), le conjoint ou l’ami(e) (30 %). Ils peuvent bénéficier également à d’autres parents (16 %) et, hors du cercle familial, à des copains et amis (16 %), voire à d’autres personnes (13 %). Dans la pratique, toutes les combinaisons semblent possibles, même si les cartes circulent surtout au sein du même foyer.

« Mon frère est inscrit et j’emprunte quelques bouquins sur sa carte de temps en temps. »

« Je vais à la bibliothèque avec la carte de ma mère. »

« J’emprunte soit sur la carte de mes fils, soit sur la carte de mon mari. »

« Parfois je prends la carte d’un ami pour emprunter. »

57Utiliser la carte en cours de validité de quelqu’un d’autre se justifie très souvent par le fait de ne pas prendre le temps de s’inscrire ou de se réinscrire, mais l’aspect financier du coût de la carte entre également en ligne de compte. Par ailleurs, la circulation des cartes favorise également des attitudes compulsives en matière d’emprunts. Aux dires des usagers eux-mêmes : « C’est de l’opportunisme. »

« Ça m’arrive de vouloir prendre quinze cd d’un coup : je pique la carte de mamie et celle des enfants. »

« Pour emprunter de la presse pour le week-end, je prends la carte de mon fils, comme ça j’ai huit revues pour le week-end. »

« Avec quatre cartes, on peut emprunter énormément. »

Lecture et travail sur place se développent parmi les jeunes.

58La consultation de documents sur place, en particulier la lecture de livres et de journaux, vient au second rang des usages que favorise la bibliothèque municipale : 63 % des usagers lisent des livres ou de la presse sur place (dont 50 % des livres et 36 % de la presse). La lecture de la presse sur place, notamment, tant des quotidiens que des magazines, est une activité également très présente et par conséquent bien visible dans les bibliothèques municipales. Elle est un peu plus souvent le fait des hommes (40 %, contre 33 % pour les femmes), notamment chez les 20-34 ans et les 55-64 ans (42 % d’entre eux), et elle concerne plus les grandes bibliothèques. Toutefois, « on ne vient pas à la bibliothèque pour lire un magazine ».

« C’est bien qu’il y ait des magazines si on vient pour autre chose, mais on ne va pas se déplacer juste pour ça. »

« Le temps que les enfants cherchent ce qu’ils vont emprunter, je prends un journal et je m’assois. »

59Pour les livres, la lecture sur place concerne certains registres mais pas tous : les ouvrages pratiques (guides de voyage notamment), les livres illustrés (bd, livres de photos…), les livres utiles aux études (manuels, encyclopédies…). En revanche, lire à la bibliothèque de la fiction ou de la littérature est une activité qui rencontre manifestement des résistances.

« La bibliothèque, ce n’est pas un salon de lecture. »

« Je n’aime pas lire ici, on n’a pas assez d’intimité. »

« Je n’ai pas envie que les autres voient ce que je lis. »

« Le principe de la bibliothèque, c’est : on prend un livre et on s’en va. »

60Enfin, parmi les activités pratiquées dans les salles de lecture, le travail sur place compte parmi les plus répandues : 43 % des usagers ont eu l’occasion de le faire dans les locaux des bibliothèques municipales, que ce soit avec des documents de la bibliothèque ou avec leurs propres documents. La grande majorité d’entre eux (37 %) mobilisent des documents de la bibliothèque pour cette activité studieuse. Seuls 6 % déclarent ne travailler que sur leurs propres documents.

Graphique 2-12. Proportion d’usagers travaillant sur place en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-12. Proportion d’usagers travaillant sur place en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

61La lecture de documents sur place et, plus encore, le travail sur place sont des usages qui connaissent un réel développement depuis vingt ans. Les équipements ont facilité ces changements majeurs en accroissant l’offre de collections en libre accès et la surface réservée aux places assises. Cette évolution de la conception des établissements de lecture publique satisfait un besoin devenu très important pour les nouvelles générations : celui de trouver des espaces bien équipés permettant de mener une activité studieuse. Les trois quarts des usagers de moins de 25 ans travaillent sur place, les trois quarts des moins de 35 ans pratiquent la lecture sur place. Ces deux pratiques vont souvent de pair et on peut faire l’hypothèse que la lecture sur place ne peut que continuer à se développer dans la mesure où les nouvelles générations seront plus nombreuses à utiliser les bibliothèques municipales comme des espaces favorisant aussi bien les démarches vers le savoir que le désir d’évasion et le plaisir du divertissement. Indice de la mutation générationnelle en cours, on constate que ce sont surtout les plus de 65 ans qui limitent leur pratique à l’emprunt de livres et qui sont les moins nombreux à valoriser les usages nouveaux proposés par les médiathèques.

Les activités d’animation culturelle

62Tout porte à penser que le modèle de la lecture publique connaît un renouvellement profond qui conduit à l’enrichissement des fonctionnalités des bibliothèques municipales au-delà de la mission consistant à favoriser l’accès à la lecture. Les conséquences de ce processus sont importantes pour les professionnels : leur rôle ne peut évidemment plus se limiter à la constitution de collections classiques, notamment littéraires. Ils doivent développer parallèlement des fonctions d’accueil et de médiation dans des registres nouveaux comme la recherche documentaire, le maniement des outils informatiques, sans oublier la fonction d’animation dans des espaces consacrés aux lectures publiques, aux expositions et à des manifestations diverses.

63On constate à ce sujet que le nombre des usagers ayant participé à des animations organisées par des bibliothèques municipales n’est pas négligeable : 28 % des usagers déclarent avoir déjà visité une exposition, 16 %, avoir participé à une animation pour enfants, 9 % à une animation pour adultes, soit, tous genres confondus, 37 % des usagers. C’est dans la tranche d’âge des 25-34 ans que ces manifestations rencontrent le plus de succès (46 % d’entre eux en ont déjà bénéficié), ce qui s’explique par l’importance accordée aux animations en direction des enfants, notamment la lecture de contes.

64Cette audience n’est pas mineure, mais elle n’est pas aussi importante que le souhaiteraient les bibliothécaires à qui ces opérations demandent un fort investissement, au-delà de la gestion quotidienne. Pourtant, la demande est manifestement importante.

« Je regrette qu’il n’y ait pas plus d’animations », [j’aimerais] « que quelqu’un vienne parler sur un thème », « qu’ils fassent venir des auteurs ou des conférenciers ».

65Des usagers évoquent même l’intérêt d’animations organisées hors les murs :

« Faire, comme ils font déjà, des opérations hors murs, en présentant une sélection de livres à l’extérieur de la bibliothèque ; ça a beaucoup de succès. »

L’apparition des équipements numériques

66La consultation de documents sur place s’enrichit aujourd’hui de nouvelles pratiques, notamment via les postes informatiques qui équipent un nombre croissant d’établissements : 14 % seulement des usagers ont eu l’occasion de se connecter à Internet à la bibliothèque, 6 % ont utilisé sur place des cd-rom et/ou des logiciels didactiques (langues, bureautique), 7 % en ont emprunté.

67Si, au total, seulement 17 % des usagers ont mobilisé des supports numériques, cette proportion atteint 45 % chez les moins de 25 ans. D’une manière générale, l’offre informatique des bibliothèques (catalogues informatisés, documents électroniques, accès à Internet) connaît donc un réel succès, même si, dans certains cas, ces usages nouveaux posent encore certains problèmes d’organisation et risquent, en l’absence d’actions volontaristes, de ne se diffuser que lentement dans les générations plus âgées.

« Internet, c’est compliqué : il faut réserver, et si la personne n’est pas là, on ne peut pas y aller. »

« Internet, ce n’est que le samedi matin, c’est beaucoup trop restreint. »

« Le multimédia, ça devrait être plus large, et en accès libre. »

68À l’inverse, certains estiment que l’équipement informatique n’est pas forcément bien adapté à une bibliothèque municipale :

« Il ne faut pas qu’il y ait trop de postes informatiques dans une bibliothèque, sinon ce n’est plus une bibliothèque », d’autant que « c’est dommage d’avoir un équipement qui ne sert pas ».

69Dans ce domaine, des missions nouvelles pourraient être investies par les bibliothèques municipales, tant pour contribuer à réduire la fracture numérique parmi la population que pour stimuler l’autoformation des adultes via des logiciels didactiques.

70Finalement, l’intensité et la diversité des pratiques remettent en cause l’idée reçue d’une opposition franche entre des inscrits intéressés surtout par le service de prêt et des non-inscrits « séjourneurs », occupant les salles de lecture sans utiliser les collections. Au-delà des imprimés, les inscrits pratiquent l’écoute de cd de musique sur place autant que les non-inscrits (14 %, contre 16 %) et profitent également des possibilités de connexion à Internet sur place (14 % et 16 %). Il en va de même pour la participation à des animations pour enfants (18 %, contre 14 %), pour adultes (10 % et 8 %) et pour la visite d’expositions (30 % et 24 %). On peut donc considérer que l’offre culturelle des bibliothèques est mobilisée par tous les usagers, les différences entre inscrits et non-inscrits ne jouant que sur l’importance accordée à l’emprunt.

Les femmes, piliers des bibliothèques municipales

71La bibliothèque municipale est un lieu très investi par les familles, particulièrement pendant la période de la scolarité obligatoire des enfants. Cette dimension familiale de la fréquentation explique plusieurs phénomènes comme la diffusion du service de prêt bien au-delà des seuls titulaires de carte et la place privilégiée occupée par les femmes qui accompagnent les enfants et se chargent de l’emprunt pour toute la famille.

Une fréquentation plus importante de la part des femmes

72Au sein du public des bibliothèques municipales, les femmes dominent largement : 60 % des usagers sont des femmes (64 % parmi les inscrits, 55 % parmi les non-inscrits). Les hommes sont plus nombreux à ne jamais s’être rendus en bibliothèque.

  • 6 Voir à ce sujet « La lecture », in Les Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, op. cit., (...)
  • 7 Mauger (Gérard), « Lire au féminin, lire au masculin », Lecture jeune, décembre 2006, p. 14.

73Il est bien connu que les femmes lisent plus que les hommes, en particulier des livres de fiction6. Gérard Mauger rend compte des écarts de pratiques de lecture selon le genre en avançant quatre types d’explication : l’écart entre le capital scolaire des filles et des garçons (les premières réussissent mieux que les seconds et leur capital scolaire est plus souvent de nature littéraire) ; la division sexuelle du travail (notamment l’essor et la féminisation des métiers intellectuels qui entretiennent un rapport privilégié avec les loisirs culturels) ; la permanence de la division du travail domestique (en particulier en ce qui concerne l’éducation des enfants) ; la sociogenèse familiale des habitus féminins et masculins (la « fabrique sexuée des goûts culturels »)7. La fréquentation des bibliothèques permet de vérifier à nouveau cet écart entre hommes et femmes : 41 % des femmes y sont allées au moins une fois au cours des douze derniers mois, contre 29 % pour les hommes. Mais les explications qui ne retiennent que le caractère sexué du goût pour la lecture restent insuffisantes.

74Les différences entre hommes et femmes en fonction des classes d’âge font apparaître trois phénomènes. Aux âges où la lecture est principalement un divertissement, chez les moins de 20 ans et chez les plus de 55 ans, la différence dans les taux de fréquentation des bibliothèques municipales n’excède pas 10 %. À l’âge où la fréquentation des bibliothèques devient une nécessité au regard des études (pour les 20-24 ans), l’écart entre hommes et femmes est faible.

75En revanche, quand les individus sont actifs et chargés de famille, la différenciation des rôles sociaux entre hommes et femmes joue à plein et accroît les écarts. C’est au moment où la charge des enfants est la plus lourde que les femmes se distinguent le plus des hommes : entre 35 et 44 ans, elles fréquentent bien plus la bibliothèque que les hommes (50 % d’usagers dans la population féminine de cette classe d’âge) et l’écart avec les hommes est très marqué (+ 22 %). Le plus souvent, les femmes justifient spontanément leur rôle au nom d’une mission de transmission culturelle au sein de la famille et cette mission semble désormais être réactivée par la place prise par Internet dans le quotidien familial.

« Mon ami a toujours été devant l’ordinateur ; moi, plus tard, mes enfants je vais leur apprendre à aller à la bibliothèque. »

« Ce n’est pas une question d’éducation : mon mari n’aime pas lire, il est entêté, il préfère la musique. »

« J’adore cet endroit [la bibliothèque] : je prends des livres pour tout le monde, je pousse mon mari à lire, je ne veux pas d’Internet. »

« Je dis à mes enfants d’aller regarder, toucher les livres : la bibliothèque c’est un lieu de plaisir, enfin, je l’espère... »

Graphique 2-13. Taux de fréquentation des bibliothèques municipales (au cours des douze derniers mois) par les hommes et les femmes, en fonction de l’âge (en %).

Graphique 2-13. Taux de fréquentation des bibliothèques municipales (au cours des douze derniers mois) par les hommes et les femmes, en fonction de l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

Graphique 2-14. Différences entre hommes et femmes : proportion d’usagers, d’inscrits, d’emprunteurs et d’emprunteurs pour autrui (en %).

Graphique 2-14. Différences entre hommes et femmes : proportion d’usagers, d’inscrits, d’emprunteurs et d’emprunteurs pour autrui (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

Depuis 1997, des évolutions contrastées pour les hommes et les femmes

76On peut noter que le pourcentage d’hommes qui s’inscrivent dans les bibliothèques municipales est resté stable depuis 1997 et que celui des femmes n’a que légèrement augmenté. En revanche, c’est bien la part des usagers non inscrits qui alimente la croissance de la fréquentation : elle a doublé chez les hommes et augmenté plus encore chez les femmes.

Graphique 2-15. Taux de fréquentation en fonction du sexe en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-15. Taux de fréquentation en fonction du sexe en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

  • 8 Et jusqu’à neuf fois, en moyenne, en région parisienne (source : cnc, chiffres 2005).

77Non seulement les femmes sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à fréquenter les bibliothèques, mais leur pratique est plus assidue. Les deux tiers des femmes qui vont en bibliothèque s’y rendent au moins une fois par mois (65 % des femmes, contre 55 % des hommes). De ce fait, en nombre annuel de visites, la différence est sensible : en 2005, on peut estimer la fréquentation moyenne des femmes à 14 visites par an, celle des hommes à 12 par an. À titre de comparaison, les Français de plus de 15 ans qui fréquentent les salles de cinéma y vont en moyenne près de six fois par an8.

78Cette fréquence s’est réduite depuis 1997 pour les femmes comme pour les hommes (65 % d’entre elles ont fréquenté la bibliothèque municipale au moins une fois par mois en 2005, contre 72 % en 1997 ; 65 % et 55 % respectivement pour les hommes). Mais le noyau dur des usagers les plus réguliers, ceux qui viennent au moins une fois par semaine, s’est maintenu tant parmi les hommes que parmi les femmes, même si ces dernières sont un peu plus nombreuses dans ce cas (24 % contre 19 %).

79En revanche, les hommes qui ont une fréquentation moins assidue compensent par une durée de séjour un peu plus importante : 26 % d’entre eux évaluent à une heure et plus la durée moyenne de leur visite, contre 18 % des femmes. Les comportements des hommes et des femmes sont donc plus différenciés que ce qu’en montrait l’enquête DLL-SOFRES en 1997.

Graphique 2-16. Fréquence de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-16. Fréquence de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

Graphique 2-17. Durée de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 2-17. Durée de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

La fonction d’accompagnement des enfants

80Une partie de la différence des comportements entre hommes et femmes résulte de la présence d’enfants au foyer. Structurellement, les femmes sont plus nombreuses à avoir à charge des enfants de moins de 14 ans. Cette différence se répercute sur le mode de fréquentation des bibliothèques municipales. La présence d’enfants au domicile et, plus particulièrement, d’enfants de moins de 14 ans favorise la fréquentation : le taux de fréquentation des individus de plus de 25 ans ayant des enfants au foyer atteint 40 %, contre 29 % pour ceux qui n’ont pas d’enfants dans leur foyer. C’est dans les foyers comptant deux enfants que le taux de fréquentation est le plus élevé (45 %).

81Parmi les individus de plus de 25 ans qui fréquentent les bibliothèques municipales, les femmes sont plus souvent accompagnées d’enfants (41 % des femmes, contre 24 % pour les hommes), et notamment d’enfants de moins de 12 ans (34 % des femmes, contre 20 % pour les hommes). À l’inverse, la fréquentation masculine est majoritairement individuelle (61 %, contre 48 % pour les femmes). Comparé à 1997, il semble que le pourcentage de femmes accompagnant des enfants s’est plutôt accru, alors que celui des hommes dans ce cas s’est notablement réduit.

Tableau 2-18. Type de fréquentation selon la composition du foyer (sous-population des plus de 25 ans) en %.

Tableau 2-18. Type de fréquentation selon la composition du foyer (sous-population des plus de 25 ans) en %.

Source : dll-crédoc 2005.

Graphique 2-19. Visites solitaires, hommes et femmes de plus de 25 ans (1997 et 2005, en %).

Graphique 2-19. Visites solitaires, hommes et femmes de plus de 25 ans (1997 et 2005, en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

L’emprunt pour toute la famille

82La dimension familiale de la relation à la bibliothèque municipale va au-delà de l’accompagnement des enfants. Elle intervient également dans la gestion de l’emprunt au sein des foyers : les femmes, plus que les hommes, se chargent d’emprunter pour toute la famille. Si 36 % des Français de 15 ans et plus appartiennent à des foyers disposant d’au moins une carte d’emprunt, les femmes sont près de la moitié dans ce cas (48 %) quand il y a des enfants dans leur foyer. De ce fait, les femmes pratiquent plus fréquemment l’emprunt. Parmi les usagers des bibliothèques municipales, le taux d’emprunteurs atteint 75 % pour les femmes, contre 67 % pour les hommes. Cet écart se retrouve dans la propension à emprunter pour autrui : 33 % des femmes le font, contre 25 % des hommes. Les bénéficiaires de ces emprunts sont plus fréquemment les enfants dans le cas des femmes (50 % des femmes, contre 41 % des hommes), et plus fréquemment le conjoint dans le cas des hommes (37 % des hommes, contre 27 % des femmes).

83En dépit de l’évolution tendancielle vers une plus grande parité dans les rôles sociaux, les femmes ont manifestement conservé dans le cercle familial un rôle bien spécifique : pour la fréquentation des bibliothèques municipales, comme pour la lecture, leur investissement dans la transmission culturelle paraît plus affirmé que celui des hommes. Par rapport à 1997, les résultats de l’enquête de 2005 tendent à remettre en avant l’idée que les femmes jouent toujours un rôle important en ce qui concerne l’approvisionnement de l’ensemble de la famille en supports culturels.

L’offre des bibliothèques municipales vue par les non-usagers

84On pourrait penser que les Français qui ne sont jamais allés dans les bibliothèques municipales, ou bien n’y vont plus, sont peu intéressés par l’offre de lecture publique. Leurs réponses à la question : « Dans la liste des activités que l’on peut faire dans les bibliothèques ou médiathèques municipales, quelles sont celles qui vous intéresseraient aujourd’hui ? » indiquent le contraire. L’intérêt pour l’emprunt de livres et, secondairement, de magazines est largement affirmé (58 % des non-usagers), même si la proportion de ceux qui se déclarent « intéressés » est très en deçà de la diffusion de cette pratique parmi les usagers (86 %).

85En revanche, la lecture sur place et le travail en bibliothèque attirent beaucoup moins les non-usagers que les usagers. La majorité des non-usagers ont de la bibliothèque municipale une image traditionnelle centrée sur l’offre de prêt : ils sont peu enclins à s’y rendre simplement pour y passer du temps à lire. Ils se déclarent cependant intéressés par les collections autres que le livre, notamment les cd de musique et, plus encore, les films : les non-usagers affichent un intérêt pour l’offre de musique et de films (45 % d’entre eux) supérieur à l’usage qu’en ont actuellement les usagers (38 % empruntent des enregistrements de musique et des films) ; les jeunes non usagers y sont particulièrement sensibles (62 % chez les moins de 20 ans).

  • 9 Il faut rappeler que l’on compare ici les déclarations des usagers qui rendent compte de leurs prat (...)

86Il en va de même pour les supports informatiques (20 % des non-usagers se déclarent intéressés, à comparer aux 17 % d’utilisateurs parmi les usagers), tout particulièrement quand ils sont jeunes (54 % des moins de 20 ans sont potentiellement intéressés par cette offre)9. Enfin, les non-usagers se déclarent également attirés par les animations organisées dans les bibliothèques (30 % de non-usagers intéressés) et, comme pour les usagers, plus particulièrement quand ils ont entre 25 et 34 ans (42 % d’entre eux).

Tableau 2-20. Attractivité de l’offre des bibliothèques municipales pour les non-usagers en fonction de l’âge (en %).

Tableau 2-20. Attractivité de l’offre des bibliothèques municipales pour les non-usagers en fonction de l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

87Le niveau d’intérêt que les non-usagers manifestent pour l’offre des bibliothèques municipales est révélateur de l’image très largement positive qu’ont les Français de ces établissements culturels (cf. chapitre IV). On peut penser, néanmoins que la majorité des non-usagers ont des goûts qui les portent vers une offre de musique, de films, de multimédia qui serait de nature à satisfaire le désir de divertissement plutôt que la découverte de la culture savante. La différence très marquée des goûts culturels entre usagers et non-usagers (cf. chapitre V) laisse penser qu’une bonne partie des non-usagers ne sont pas en affinité avec l’offre actuelle des bibliothèques municipales. Étant donné le déséquilibre persistant dans l’offre de collections entre imprimés et autres supports, on peut se dire qu’une bonne part des non-usagers sont des individus que la bibliothèque municipale aura du mal à satisfaire.

88L’expansion du modèle de la médiathèque et la généralisation du principe des collections en libre accès doivent être considérées comme des causes de premier ordre dans l’évolution des formes de fréquentation. Comme on le verra plus loin, les causes externes – recul de la lecture ou concurrence d’Internet – ne comptent pas parmi les plus déterminantes. La mutation majeure résulte plutôt de la transformation des bibliothèques elles-mêmes : plus attractives en raison de la modernisation de leurs espaces et de la diversification de leurs collections, mais aussi parties prenantes d’une offre de bibliothèques plus concurrentielle du fait de la multiplication des grandes médiathèques, les bibliothèques municipales sortent d’un temps où elles pouvaient se vivre comme des cercles dont le public privilégié était principalement constitué par les passionnés de lecture.

Notes

1 Voir le chapitre conclusif.

2 « En treize ans, moins de temps contraint et plus de loisirs », insee-Première, n° 675, octobre 1999, insee (consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP675.pdf).

3 Bpi, enquête de fréquentation, novembre 2006.

4 Octobre (Sylvie), Les Loisirs culturels des 6-14 ans, La Documentation française, 2004, p. 320 : « La fréquentation de la bibliothèque (au moins une fois au cours des trois derniers mois) augmente régulièrement du cp (37 %) au cm2 (52,5 %) pour décroître ensuite, à mesure que les valeurs scolaires sont remises en question (30 % en 3e). Ce sont notamment les fréquentants réguliers qui se raréfient (la part de ceux qui y vont à un rythme au moins hebdomadaire passe de 38,5 % en cm2 à 8 % en 3e). »

5 Op. cit.

6 Voir à ce sujet « La lecture », in Les Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, op. cit., p. 169.

7 Mauger (Gérard), « Lire au féminin, lire au masculin », Lecture jeune, décembre 2006, p. 14.

8 Et jusqu’à neuf fois, en moyenne, en région parisienne (source : cnc, chiffres 2005).

9 Il faut rappeler que l’on compare ici les déclarations des usagers qui rendent compte de leurs pratiques avec celles des non-usagers qui se prononcent sur des pratiques qui pourraient les intéresser.

Table des illustrations

Titre Graphique 2-1. Rythme de visite selon que l’usager est inscrit ou non (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 2-2. Rythme de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.Guide de lecture : en 1997, 19 % des usagerrs venaient au moins une fois par semaine… (total : 100 %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 2-3. Régularité de la fréquentation (usagers inscrits et non inscrits, en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005. (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).Guide de lecture : 58,3 % des inscrits viennent régulièrement, 24,5 % irrégulièrement… (total : 100 %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 2-4. Durée de visite en bibliothèque municipale en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 2-5. Durée de visite en bibliothèque municipale selon la classe d’âge : part des visites supérieures à une heure (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 2-6. Durée de visite en bibliothèque municipale des 15-24 ans comparée à celle de l’ensemble des usagers en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 2-7. Régularité de fréquentation en fonction de l’âge : part de ceux qui déclarent aller régulièrement à la bibliothèque (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 703, usagers des bibliothèques municipales).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 2-8. Visites solitaires et accompagnées (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2-9. Activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Graphique 2-10. Proportion d’emprunteurs parmi les inscrits en 1997 et 2005 : activités pratiquées au moins une fois depuis que l’individu fréquente les bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 2-11. Emprunt selon le type d’usagers : activités pratiquées au cours des douze derniers mois (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 2-12. Proportion d’usagers travaillant sur place en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 2-13. Taux de fréquentation des bibliothèques municipales (au cours des douze derniers mois) par les hommes et les femmes, en fonction de l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 2-14. Différences entre hommes et femmes : proportion d’usagers, d’inscrits, d’emprunteurs et d’emprunteurs pour autrui (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 2-15. Taux de fréquentation en fonction du sexe en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 2-16. Fréquence de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 2-17. Durée de visite selon le sexe en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 2-18. Type de fréquentation selon la composition du foyer (sous-population des plus de 25 ans) en %.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 2-19. Visites solitaires, hommes et femmes de plus de 25 ans (1997 et 2005, en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2-20. Attractivité de l’offre des bibliothèques municipales pour les non-usagers en fonction de l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/187/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access