Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Chapitre I. La fréquentation des bibliothèques municipales en 2005

Texte intégral

Aller en bibliothèque, une pratique active pour plus de 40 % des Français

  • 1 Selon les chiffres du crédoc, le taux d’équipement à domicile en connexion Internet des Français de (...)

1Le développement spectaculaire des supports d’enregistrement numériques et l’importance acquise par Internet comme canal de diffusion ont fait craindre, au tournant des années 2000, que les bibliothèques soient directement concurrencées par ce vecteur nouveau, et particulièrement attractif, de diffusion des œuvres et produits culturels. Pourtant, l’enquête réalisée fin 2005 par le crédoc montre que le nombre de Français fréquentant les bibliothèques publiques a continué de progresser depuis 1995, parallèlement à la diffusion des abonnements à Internet dans les foyers1.

Bibliothèques municipales et bibliothèques scolaires sont les établissements de la lecture publique les plus nombreux.

  • 2 Par commodité, on désigne ici par le terme générique « bibliothèques publiques » l’ensemble des bib (...)

2Il faut rappeler que les bibliothèques publiques sont très diverses, tant dans leurs formes que dans les missions qu’elles poursuivent et donc dans leur offre de collections et de services2. Il y a bien évidemment un monde entre le modèle de médiathèque offert par la Bpi, qui ne dispose pas d’un service de prêt, et le local municipal d’une petite commune abritant une modeste collection de livres destinés à l’emprunt. De même, on ne peut pas mettre sur le même plan une bibliothèque universitaire et une bibliothèque scolaire, ou bien une bibliothèque spécialisée ouverte à tous mais attirant un public de spécialistes, comme peut l’être une bibliothèque de musée, et une bibliothèque à vocation généraliste s’adressant à un public particulier, dans une entreprise, un hôpital, une paroisse, une prison, etc. Toutes ces formes, y compris les bibliothèques associatives de quartier, concourent au projet social de la lecture publique et de l’accès au savoir et, plus largement, s’insèrent dans le tissu de l’offre de culture et de loisir.

3Dans ce vaste ensemble, dont on est bien en peine d’évaluer le nombre d’établissements, les bibliothèques et médiathèques municipales occupent une place largement prééminente. Étant les plus nombreuses, ce sont les bibliothèques qui sont le plus fréquentées par les Français : 57 % des Français de plus de 15 ans déclarent être allés au moins une fois au cours de leur vie dans la bibliothèque de leur commune de résidence, 37 % dans celle d’une autre commune (certains ayant fréquenté les deux). Au total, 72 % des Français ont eu l’occasion de découvrir et de profiter de l’offre d’une bibliothèque municipale au cours de leur vie.

4Au regard du volume de fréquentation, les bibliothèques scolaires arrivent au deuxième rang, ce qui révèle l’importance de ce premier maillon de l’édifice de la lecture publique. Près d’un Français sur deux (47 %) les a fréquentées à l’école primaire, au collège ou au lycée. Il faut noter que cette moyenne masque des disparités très marquées selon les classes d’âge : les générations de l’après-guerre ont été plus nombreuses à la fois à poursuivre des études et à bénéficier du développement des bibliothèques scolaires dans les établissements.

5Associées également aux études, les bibliothèques universitaires ou de recherche se situent au troisième rang : 20 % des Français de 15 ans et plus ont eu l’occasion de les fréquenter. Globalement, les bibliothèques destinées aux élèves et aux étudiants ont touché 79 % des 15-19 ans, 75 % des 20-24 ans et 71 % des 25-34 ans. La proportion chute ensuite fortement, ce qui laisse penser que le développement des équipements scolaires et universitaires au cours des années 1970 et 1980 a fortement contribué à la hausse de la fréquentation.

6Le troisième type est constitué par la grande variété des bibliothèques s’adressant à des publics particuliers, habitants de certains quartiers, communautés religieuses ou autres, salariés d’entreprise, usagers de lieux publics spécifiques (hôpitaux…), etc. En dépit d’une offre souvent limitée et très inégalement répartie sur le territoire, près de 20 % des Français ont eu l’occasion de les utiliser.

7Enfin, le dernier type réunit les bibliothèques spécialisées et les grands établissements, notamment la BnF et la Bpi qui, bien qu’étant les plus connus, sont ceux que les Français ont le moins l’occasion de fréquenter : 10 % de la population a eu l’occasion de se rendre dans une grande bibliothèque comme la BnF ou la Bpi, 5 % dans une bibliothèque spécialisée non universitaire.

Tableau 1-1. Niveau de fréquentation des différents types de bibliothèques (en %).

Tableau 1-1. Niveau de fréquentation des différents types de bibliothèques (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

85 % des Français ont eu l’occasion de se rendre dans une bibliothèque au cours de leur vie.

  • 3 Chiffres de l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997. Les chiffres de 2005 (cnc pour le (...)

8Parmi les Français qui ont une expérience concrète des bibliothèques pour s’y être rendus au moins une fois au cours de leur vie, seul un sur deux a une fréquentation que l’on peut considérer comme effective. En matière de pratiques culturelles, on admet que la pratique est effective quand elle a eu lieu au moins une fois au cours de l’année écoulée (c’est-à-dire dans les douze derniers mois). Si l’on prend en considération l’ensemble des bibliothèques publiques, tous types confondus, la pratique effective concerne 43 % de Français de plus de 15 ans. À titre de comparaison, la fréquentation des salles de cinéma était, en 1997, le fait de 49 % des Français, et celle des musées et monuments, de 42 %3.

9Pour les seules bibliothèques ou médiathèques municipales, la pratique effective est le fait de 35 % des Français de plus de 15 ans : 28 % déclarent s’être rendus au cours de l’année dans la bibliothèque de leur commune, 11 % dans celle d’une autre commune. Dans ces bibliothèques, la part des individus qui ont fait la démarche de s’inscrire pour détenir une carte annuelle leur permettant d’emprunter des documents est sensiblement plus faible : elle n’est le fait que d’un Français sur cinq (21 %). Ainsi, si le nombre des usagers des bibliothèques a connu une hausse continue au cours des trente dernières années, le niveau de fréquentation dans la population française reste modeste comparé à celui de pays comme la Grande-Bretagne ou les pays scandinaves.

10L’écart très important entre la part de ceux qui ont fréquenté les bibliothèques au cours de leur vie et la part de ceux qui les fréquentent actuellement laisse penser que l’intérêt manifesté à l’offre de lecture publique n’est pas constant au cours du cycle de vie. Indépendamment de l’effet générationnel, il faut reconnaître que la pratique est fluctuante et peut connaître des moments d’éclipse relativement longs au cours de la vie : pour des raisons qui ne sont pas de même nature, la pratique est plus intense chez les jeunes en cours d’études et chez les jeunes parents, elle l’est moins chez les jeunes actifs sans enfants et chez les personnes âgées. Ces fluctuations de la fréquentation sont de nature à démonter une sorte de vision idéale qui consisterait à penser qu’on entre dans la lecture publique comme en religion. Les jeunes qui fréquentent les bibliothèques de leur commune, poussés par leurs études, n’y reviendront pas forcément par la suite ; quant aux adultes qui s’inscrivent, ils satisfont le plus souvent un besoin du moment et seule une minorité s’engage dans une pratique « pour la vie ».

11Pour beaucoup, la bibliothèque prend place dans un univers de loisirs multiples, entre lesquels les individus vont et viennent, et qui se concurrencent les uns les autres faute de temps.

  • 4 Propos d’un usager recueilli dans la phase qualitative préalable à l’enquête. Sauf mention expresse (...)

« On est beaucoup sollicité, il y a énormément d’activités. Il faut vraiment être passionné de lecture pour venir [à la bibliothèque]. Après c’est un manque de temps, on ne peut pas tout faire, il faut bien choisir4… »

L’inscription est très inégalement développée selon les types de bibliothèques.

12Les bibliothèques et médiathèques municipales sont des établissements culturels accessibles librement à toute personne : en règle générale, l’inscription n’est pas requise pour consulter les collections présentées en libre accès. Cette inscription devient néanmoins indispensable pour obtenir une carte qui donne droit à l’emprunt de documents, de livres, de cd, de films vidéo, de cd-rom… Beaucoup de bibliothèques publiques fonctionnent sur ce principe. En revanche, dans les bibliothèques de recherche ou encore à la BnF, il est indispensable d’établir une carte de lecteur pour accéder aux salles de lecture.

  • 5 Les deux cumulés conduisent à ce chiffre de 21 % de Français inscrits dans au moins une bibliothèqu (...)

13Dans le détail, 17 % des Français de plus de 15 ans se déclarent inscrits dans la bibliothèque de leur commune, 5 % dans celle d’une autre commune5. Si l’on rapporte le nombre d’inscrits au nombre total de fréquentants, la part des détenteurs de carte représente 61 % des usagers pour les personnes fréquentant la bibliothèque de leur commune, mais seulement 46 % quand il s’agit de personnes allant dans la bibliothèque d’une autre commune.

  • 6 Les propos recueillis dans la phase qualitative préalable à l’enquête en témoignent : « C’est injus (...)

14Les conditions tarifaires que les municipalités imposent aux personnes n’habitant pas la commune sont manifestement dissuasives et expliquent la chute des inscriptions chez les individus qui fréquentent une bibliothèque municipale d’une autre commune que la leur. À Grenoble, par exemple, le droit d’inscription annuel atteint 60 euros si l’on habite une autre commune, contre 13 seulement pour les Grenoblois. Cette différence de traitement est mal acceptée par les habitants des zones urbaines périphériques6. Au handicap financier s’ajoute l’éloignement qui rend la fréquentation plus irrégulière et fait hésiter à s’inscrire.

  • 7 Propos d’un habitant de Rosporden (Finistère) recueilli dans la phase qualitative préalable à l’enq (...)

« Si on veut vraiment le top, il faut aller à Quimper ou à Lorient, mais comme on n’est pas résident, c’est plus cher, et il faut pouvoir y aller7. »

15Pour les bibliothèques universitaires ou de recherche, le ratio est plus élevé : l’inscription est le fait de 71 % de ceux qui fréquentent les bibliothèques d’étude. En réalité, les règles et obligations de l’inscription comme préalables à la fréquentation sont très variables selon les établissements. Sachant que, généralement, ceux-ci n’ont les moyens de compter que les seules inscriptions, l’évaluation de leur fréquentation reste très en deçà du flux réel d’usagers.

  • 8 Il faut entendre ici la notion d’inscription au sens restrictif de détention d’une carte permettant (...)

16C’est en particulier le cas des bibliothèques non universitaires et non municipales : les usagers qui les utilisent sans s’y inscrire représentent plus de la moitié du flux de fréquentation8.

Graphique 1-2. Taux d’inscrits dans les différents types de bibliothèques (en %).

Graphique 1-2. Taux d’inscrits dans les différents types de bibliothèques (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 1 171, personnes ayant fréquenté une bibliothèque au cours des 12 derniers mois).

Multifréquentation des bibliothèques publiques

  • 9 Le rapport de l’enquête dll-sofres ne précise pas le champ des différents types de bibliothèques pr (...)

17Une minorité d’usagers des bibliothèques municipales (24 %) fréquentent simultanément, au cours de l’année, une ou plusieurs bibliothèques autres que municipales. Ce résultat confirme celui de 1997 : dans l’enquête dll-sofres, 25 % d’usagers disaient en effet avoir fréquenté en même temps une autre bibliothèque9.

18La multi-inscription est très limitée : 7 % d’inscrits en bibliothèque municipale ont également une carte en bibliothèque universitaire, principalement des jeunes qui poursuivent des études supérieures. L’inscription simultanée dans les bibliothèques municipales de plusieurs communes est rare.

19Pour satisfaire l’ensemble de leurs besoins (professionnels, culturels d’information ou de loisir...), la plupart des Français fréquentent une seule bibliothèque. Ce sont essentiellement les étudiants et les scolaires qui en utilisent plusieurs pour des raisons d’offre, d’horaires d’ouverture ou de commodité par rapport à leurs déplacements.

Inscrits, usagers non inscrits et ex-usagers

  • 10 Le cas d’individus ne se rendant jamais en bibliothèque mais lisant régulièrement les livres emprun (...)

20La non-fréquentation d’une bibliothèque au cours des douze derniers mois ne préjuge pas d’une absence de fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales tout au long de la vie. En effet, nombreux sont les Français à avoir fréquenté une bibliothèque au cours des années antérieures. De plus, parmi les individus qui ne vont pas dans les bibliothèques municipales, un certain nombre profitent des collections de manière indirecte : on peut en effet bénéficier du prêt sans se déplacer quand quelqu’un emprunte pour vous, ce qui est fréquent au sein d’une même famille10.

21Pour bien interpréter les résultats de l’enquête réalisée fin 2005, il faut adopter une vision des usages de la bibliothèque municipale sensiblement plus large que l’image renvoyée habituellement par le modèle de la lecture publique en France. Si l’on s’en tient à une vision restrictive de ce dernier, seuls les inscrits constituent les « vrais » usagers dans la mesure où eux seuls valorisent concrètement les collections par leur démarche d’emprunt. Adoptant cette conception, les statistiques des bibliothèques ne comptabilisent, le plus souvent, que les nombres d’inscrits et d’emprunteurs.

22Pourtant, une proportion croissante de personnes ne se rendent à la bibliothèque municipale que pour consulter sur place des documents ou, simplement, bénéficier de l’espace offert par les salles de lecture. Par ailleurs, un nombre conséquent de personnes empruntent pour d’autres qui ne se déplacent qu’irrégulièrement ou pas du tout. Non seulement les usages des bibliothèques se diversifient, mais la place qu’occupent les inscrits pourrait devenir minoritaire sans que les missions de la lecture publique soient remises en cause pour autant. Les bibliothèques vouées à la consultation sur place telles que la Bpi en témoignent.

La fréquentation au cours du cycle de vie

Une majorité de Français ont déjà été inscrits.

23Si, parmi les Français de plus de 15 ans, un sur cinq seulement déclare être titulaire d’une carte en cours de validité dans une bibliothèque ou une médiathèque municipale, on constate que 56 % de la population, soit plus du double, l’ont déjà été par le passé.

24En effet, parmi ceux qui fréquentent actuellement ces bibliothèques sans y être inscrits, 75 % l’ont déjà été auparavant : un quart seulement n’ont donc jamais fait la démarche de s’inscrire. Et, parmi ces usagers non inscrits, la moitié ont fait une démarche d’inscription plus de trois fois (soit plus de trois années, mais pas nécessairement consécutives).

25Il faut noter que ce constat vaut également pour les anciens usagers : parmi ceux qui ont fréquenté au moins une fois une bibliothèque municipale mais ne le font plus (au moment de l’enquête), 70 % ont été inscrits au moins une année, et 45 % plus de trois fois.

26Ce résultat invite à reconsidérer l’idée que les professionnels se font parfois du déficit d’inscriptions. La faiblesse du nombre d’inscrits observée en France n’est pas l’indice d’une faible pénétration de la lecture publique au sein de la population française. Le fait que plus de 50 % des Français aient eu l’occasion d’effectuer des emprunts en bibliothèque municipale conduit à reformuler les questions que suscitent la stagnation du nombre des inscrits voire, localement, son érosion. C’est moins le rayonnement des établissements que les stratégies des usagers qu’il faut interroger. Faut-il lire dans le « zapping » des inscriptions la fluctuation des besoins au cours du cycle de vie ? Doit-on admettre que l’emprunt d’ouvrages, de cd ou de films vidéo a perdu de son intérêt pour les utilisateurs d’Internet ? Ne faudrait-il pas y voir, au moins en partie, l’indice d’un comportement plus consumériste cherchant à maximiser le rendement des cartes permettant d’emprunter en en limitant le nombre par foyer, notamment au sein des familles ? Un faisceau de facteurs peut expliquer que, en dépit de l’intérêt que suscite l’emprunt, le recours à l’inscription est loin d’être systématique pour les usagers des bibliothèques municipales.

Moins de fidélité dans le comportement des usagers

  • 11 La notion de « séjourneur » revient souvent, aujourd’hui, dans les analyses des professionnels des (...)

27La frontière entre les inscrits et les non-inscrits, mais aussi celle entre les usagers actuels et les ex-usagers sont plus perméables qu’on ne le pense habituellement. De ce fait, les « va-et-vient » dans le temps entre le statut d’emprunteur, celui d’usager non inscrit et celui d’ancien usager sont très fréquents, bien que l’on ne puisse pas les quantifier. Il convient dès lors de retenir une vision plus dynamique de la relation avec les bibliothèques municipales. En rester à l’idée que l’honnête homme (ou femme) est nécessairement un titulaire de carte d’emprunt conduit à entretenir une vision traditionnelle et élitiste de l’intérêt porté aux productions culturelles. De même, regarder les usagers non inscrits comme un public de moindre qualité, que beaucoup de bibliothécaires sont tentés de voir comme de simples « séjourneurs », n’est pas conforme à la réalité des pratiques, dans la mesure où la majorité de ces usagers ont, dans le passé, déjà fait la démarche de s’inscrire11.

Tableau 1- 3. Nombre d’années d’inscription au cours de la vie : usagers et ex-usagers des bibliothèques municipales (en %).

Tableau 1- 3. Nombre d’années d’inscription au cours de la vie : usagers et ex-usagers des bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

La multi-inscription dans les foyers

Moins d’inscrits par foyer

28Si le passage par l’inscription est moins obligé et moins systématique que par le passé, ce n’est pas uniquement parce que les bibliothèques offrent, sur place, un ensemble de ressources bien plus large que le service de prêt. Comme on l’observe de plus en plus dans le champ des consommations culturelles, le comportement des usagers se fait plus pragmatique, voire plus stratégique ou consumériste. L’un des indices de cette évolution se lit dans la gestion de l’inscription au sein des familles. La carte comme l’emprunt ne sont pas aussi strictement personnels que peut le laisser penser le principe de la carte nominative. Dans beaucoup de foyers, une même carte d’inscription fait souvent l’objet d’une utilisation collective. Si 21 % des individus interrogés sont inscrits dans une bibliothèque municipale, 36 % ont déclaré qu’au moins un membre de leur foyer, eux-mêmes et/ou un ou plusieurs autres membres ont une carte en cours de validité. L’écart est important, même si les cartes « jeunesse » sont comptabilisées dans le nombre de cartes du foyer. Dès lors, on peut s’interroger sur l’indicateur de pénétration de la lecture publique qui serait aujourd’hui le plus pertinent : le nombre d’individus titulaires d’une carte ou bien le nombre de foyers où une carte au moins est disponible ?

29Les inscrits appartiennent dans la moitié des cas (52 %) à des ménages possédant plusieurs cartes. En 1997, l’enquête dll-sofres évaluait ce taux à 68 %. Cette baisse sensible contribue au tassement du recours à l’inscription : si le nombre de Français de plus de 15 ans détenteurs d’une carte a plutôt progressé, le nombre de cartes par foyer a vraisemblablement diminué. L’usage d’une même carte par plusieurs personnes est une pratique courante qui fait partie des tolérances largement répandues dans la gestion du service de prêt. Les usagers sont nombreux à expliquer qu’ils utilisent indifféremment les cartes des autres membres de la famille et, surtout, qu’ils rationalisent le nombre de cartes en fonction de l’intensité du recours à l’emprunt. Une mère de famille, par exemple, peut assurer la gestion familiale des emprunts et des retours sans s’être inscrite pour autant :

« J’emprunte soit sur la carte de mes fils, soit sur la carte de mon mari. »

30Même dans les foyers où tous ceux qui utilisent les services de la bibliothèque sont inscrits, les cartes circulent :

« On a trois cartes pour tout le monde, chacun emprunte avec n’importe quelle carte. »

31Les considérations financières influencent ces stratégies :

« Je ne m’inscris pas vu le volume de livres que l’on prend : c’est une dépense inutile. Pourquoi payer 14 euros pour quelque chose que l’on a déjà ? »

32Les entretiens réalisés pour préparer l’enquête montrent que le nombre de cartes par foyer est le plus souvent optimisé : trois cartes paraît être un maximum dans les familles comptant deux ou trois enfants, ce qui signifie que tous les membres n’en n’ont pas une à leur nom.

« Deux cartes, ça aurait été juste car les enfants empruntent beaucoup, donc on a trois cartes. »

33L’incidence de ces stratégies sur le volume de l’inscription n’est pas négligeable. La réduction du nombre de cartes par famille fait partie des mutations à prendre en considération pour comprendre l’évolution du volume des inscrits dans les bibliothèques municipales.

34Les possibles emprunteurs « indirects »
Parmi les usagers qui fréquentent les bibliothèques municipales sans carte, 41 % peuvent bénéficier de prêts par l’intermédiaire d’un tiers vivant dans leur foyer.
De plus, et c’est l’autre aspect important, 19 % des anciens usagers ainsi que 9 % de ceux qui n’ont jamais fréquenté une bibliothèque municipale vivent avec une personne ayant une carte en cours de validité (voire plusieurs). Bien que non-usagers, ils peuvent entretenir une relation à distance avec le réseau de la lecture publique. Susceptibles d’avoir connaissance de l’offre proposée par la bibliothèque municipale, ils ont l’opportunité de consulter à domicile des documents empruntés par un tiers.
Globalement, 15 % des non-fréquentants sont, potentiellement, des « usagers indirects » : il s’agit d’un public invisible pour les bibliothécaires.

Tableau 1-4. Nombre de cartes de bibliothèque ou médiathèque municipale dans les foyers des Français de 15 ans et plus (en %).

Tableau 1-4. Nombre de cartes de bibliothèque ou médiathèque municipale dans les foyers des Français de 15 ans et plus (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

La diversité des formes d’usage des bibliothèques municipales

Un rayonnement bien plus large que le cercle des inscrits

35Au-delà de la fréquentation des salles de lecture, il faut rappeler que l’emprunt reste la principale forme d’usage des bibliothèques et médiathèques municipales. Or, en France, pour rendre compte de l’activité des bibliothèques municipales, on se focalise sur le nombre d’inscrits, alors que les Anglo-Saxons quantifient l’activité de leurs bibliothèques par des statistiques du nombre de prêts. En comptant les individus, on quantifie un public mais on ne dit rien des usages et donc des fonctions que remplissent les bibliothèques municipales auprès de la population. Le simple fait d’étudier le public au-delà des inscrits conduit à élargir la vision des publics, mais la rend aussi plus complexe : l’usage des bibliothèques municipales apparaît multiforme selon que l’on fréquente ou non leurs locaux, que l’on s’est inscrit ou non, que l’on mobilise ou non le service de prêt de documents.

36En croisant les différents niveaux d’utilisation des ressources des bibliothèques, on peut identifier quatre grandes familles d’usage qui se décomposent chacune en deux ou trois sous-familles.

37– « L’usage classique » des bibliothèques allie la fréquentation des lieux, l’inscription nominative et, pour la grande majorité, l’emprunt de documents.

38Dans la catégorie 1 (cf. graphique 1-5), considérée a priori comme le « cœur de l’usage » et la plus nombreuse, la fréquentation de la bibliothèque engage l’inscription nominative et l’emprunt : 19 % des Français de plus de 15 ans sont des « inscrits emprunteurs ».

39Néanmoins, on constate que tous les usagers détenteurs d’une carte à leur nom n’empruntent pas, bien qu’ils se déplacent à la bibliothèque. La catégorie 2 correspond à des « inscrits non emprunteurs ». Cette forme d’usage, très minoritaire (moins de 2 %), mériterait une analyse spécifique.

40– « La fréquentation sans inscription » correspond à des fréquentations d’une ou plusieurs bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois sans que soit prise une inscription nominative. C’est l’autre grande famille d’usagers.

41Parmi eux, le cas le plus fréquent est celui des « non-inscrits non emprunteurs », qui se contentent de fréquenter les bibliothèques sans mobiliser le prêt (catégorie 4) : cette catégorie correspond aux 8 % de Français qui pratiquent, sur place uniquement, la lecture des livres et des revues, l’écoute des cd de musique, la consultation et le travail sur des documents, la fréquentation des animations…

42Néanmoins, comme on l’a souligné dans ce qui précède, une partie des usagers sans carte personnelle bénéficient de prêts en utilisant la carte d’un tiers : 6 % des Français de plus de 15 ans relèvent de la catégorie 3 des « non-inscrits emprunteurs ».

43– « L’inscription sans fréquentation des locaux » représente une autre famille d’utilisateurs, plus atypique, à la frontière entre usagers et non-usagers. Pour ceux-ci, la détention d’une carte personnelle n’entraîne pas la fréquentation de la bibliothèque au cours de l’année écoulée, ce qui n’exclut pas la mobilisation du service de prêt par le biais d’un tiers. À travers le questionnaire de l’enquête réalisée en 2005, on ne peut quantifier les catégories de « l’emprunt par délégation » ou de « l’emprunt pour autrui » (catégorie 5).

44Cette famille d’utilisateurs est composite. Il peut s’agir d’enfants que les parents ont inscrits mais dont les emprunts au rayon jeunesse sont effectués par la mère ou le père, voire aussi de l’inverse. Par ailleurs, un certain nombre de bibliothèques développent un service de portage à domicile, pour les personnes âgées, les handicapés, etc., qui favorise l’emprunt par délégation. Un autre cas de figure correspond aux utilisations détournées de la carte, dont les entretiens qualitatifs attestent la réalité. C’est le cas, par exemple, de personnes qui inscrivent un parent uniquement pour avoir plus d’une carte à leur disposition et pouvoir emprunter un plus grand nombre de livres, de cd de musique ou de films.

45Reste une quatrième famille, « ni fréquentation ni inscription », qui correspond aux non-usagers qui n’ont, a priori, aucune relation avec les bibliothèques. Cette catégorie est trompeuse.

46En effet, l’absence de fréquentation et d’inscription nominative n’exclut pas le bénéfice d’emprunts, lorsqu’un tiers, un membre du même foyer par exemple, emprunte des documents dont la personne peut bénéficier. Cette catégorie 7 de « l’emprunt par délégation » est le pendant de la catégorie 3. Ces « usagers invisibles », non quantifiables par l’enquête, mériteraient une étude spécifique qui permettrait d’évaluer plus complètement l’impact du réseau de la lecture publique.

47Il n’en reste pas moins que la majorité des Français qui ne fréquentent pas les bibliothèques ne s’intéressent pas, a priori, à leur offre. Toutefois, comme on l’a signalé plus haut, une part importante d’entre eux ont fréquenté les bibliothèques municipales dans le passé. Leur abandon de la fréquentation (catégorie 8) peut n’être que temporaire.

48Parmi l’ensemble des Français qui n’ont pas poussé la porte d’une bibliothèque municipale au cours des douze derniers mois, soit 65 % de la population de plus de 15 ans, 28 % n’en ont jamais eu l’occasion au cours de leur vie. Tous ne sont pas pour autant complètement étrangers à l’offre de la lecture publique. Il faut noter, on y reviendra plus loin, que 5 % seulement des Français ignorent s’il existe une bibliothèque municipale dans leur commune et 13 % ne savent pas où se trouve la bibliothèque municipale la plus proche.

49Le questionnaire de l’enquête 2005 ne permet pas de quantifier toutes les catégories d’usage des bibliothèques et médiathèques municipales. Or, une telle comptabilisation serait souhaitable pour appréhender la diversité des usages et leur évolution, mieux prendre la mesure de la diffusion de la lecture publique dans le corps social et suivre la transformation des usages dans les bibliothèques municipales. À l’avenir, il serait utile que les questionnaires d’enquête quantitative concernant les bibliothèques soient conçus de façon à caractériser les usages selon plusieurs dimensions : la fréquentation, l’inscription, le bénéfice, direct et indirect, du prêt de documents, l’ancienneté de la fréquentation notamment.

Graphique 1-5. Diversité des usagers, « directs » et « indirects », des bibliothèques municipales.

Graphique 1-5. Diversité des usagers, « directs » et « indirects », des bibliothèques municipales.

Fréquentation des bibliothèques municipales crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

Effets générationnels

Cycle de vie et générations

50Les effets générationnels ont un poids important dans l’évolution de la fréquentation des bibliothèques. Deux phénomènes ont joué un rôle déterminant au cours des trente dernières années : d’une part, la multiplication et la modernisation des établissements de lecture publique ont favorisé l’acculturation des jeunes générations, notamment via la mobilisation de l’école ; d’autre part, l’élévation du niveau d’études de la population a renforcé l’utilité sociale des bibliothèques.

Une pratique généralisée dans les générations nées après 1950

51Dans les générations nées après 1950 et plus encore parmi celles nées après 1970, la fréquentation des bibliothèques publiques est généralisée : plus de 95 % des 15-35 ans et plus de 85 % des 35-54 ans ont eu l’occasion de fréquenter des bibliothèques. Parmi les 15-35 ans, 82 % ont déjà fréquenté des bibliothèques et médiathèques municipales. Cette proportion décroît ensuite tendanciellement avec l’âge (72 % parmi les 35-54 ans, 60 % chez les Français âgés de plus de 55 ans).

52De prime abord, on pourrait voir dans cette différence très marquée une désaffection progressive des bibliothèques au cours du cycle de vie. On peut penser, en effet, que les jeunes de moins de 20 ans constituent un public essentiellement captif en raison des obligations scolaires. À l’autre extrémité du cycle de vie, on sait que plusieurs freins tendent à limiter la fréquentation des bibliothèques (réduction de la mobilité, de la capacité à lire, etc.). Toutefois, ces facteurs, qui peuvent être décisifs au niveau du grand âge, ne paraissent pas suffisamment explicatifs pour la tranche d’âge des 55-64 ans.

53Le phénomène le plus déterminant paraît être plutôt l’effet générationnel. On constate en effet que tous les indicateurs de fréquentation (visite au cours de la vie, au cours de l’année, inscription) chutent significativement passé 55 ans. Or l’enquête dll-sofres montre clairement qu’en 1997 la chute de fréquentation se situait à 45 ans. Il s’agit donc de la même rupture générationnelle, séparant les générations nées après 1950 de celles nées antérieurement.

54Pour les bibliothèques municipales proprement dites, une autre rupture paraît se dessiner entre les générations nées après 1970 et les générations plus âgées. Ces deux dates, 1950 et 1970, peuvent être mises en relation avec deux phénomènes explicatifs majeurs déjà évoqués : l’allongement de la durée des études des Français d’une part, le développement du réseau de la lecture publique d’autre part.

Graphique 1-6. Fréquentation des bibliothèques au cours de la vie et au cours des douze derniers mois (1997 et 2005), selon les tranches d’âge (en %).

Graphique 1-6. Fréquentation des bibliothèques au cours de la vie et au cours des douze derniers mois (1997 et 2005), selon les tranches d’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

Un renouvellement générationnel favorable à la fréquentation

  • 12 Après une augmentation continue depuis les années 1960, l’espérance de scolarisation des jeunes s’e (...)

55La fréquentation des moins de 20 ans est sensiblement différente de celles des autres classes d’âge. Ces jeunes, en très grande majorité en cours d’études12, fréquentent non seulement les bibliothèques municipales (47 % des 15-19 ans), mais aussi les bibliothèques scolaires et les grandes bibliothèques d’étude (56 % d’entre eux). Dans cette classe d’âge, en 2005, près de 80 % se sont rendus dans une salle de lecture, tous types de bibliothèques confondus : ces résultats ne confortent pas vraiment la vision des professionnels qui s’alarment d’une désaffection des jeunes dans les bibliothèques municipales.

56En revanche, il apparaît une corrélation assez nette entre le taux de scolarisation et la fréquentation des établissements municipaux. Cette relation est très marquée entre 15 et 18 ans, c’est-à-dire dans la phase où la scolarité secondaire cesse d’être obligatoire : la décrue du nombre de jeunes scolarisés paraît entraîner, mécaniquement, une baisse de fréquentation dans les bibliothèques municipales.

Graphique 1-7. Taux de scolarisation et fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois, entre 15 et 25 ans (en %).

Graphique 1-7. Taux de scolarisation et fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois, entre 15 et 25 ans (en %).

Source : * insee-dep, Éducation nationale, rentrée 2004 – ** dll-crédoc 2005, courbe lissée.

57Si les bibliothécaires constatent des baisses de fréquentation chez les adolescents, on doit les attribuer plutôt aux processus de concurrence résultant des différences d’attractivité entre bibliothèques.

58Un tel processus est sensible dans la génération suivante. En effet, une part importante des 20-24 ans fréquentent les bibliothèques universitaires ou, à Paris, les grandes bibliothèques publiques (type BnF ou Bpi) plutôt que les bibliothèques municipales. Dans leur cas, ce sont les besoins liés aux études supérieures qui déterminent ces arbitrages. Globalement, cette génération est loin de déserter les bibliothèques – la majorité les fréquentent (51 %) –, mais elle investit moins que les autres les établissements municipaux.

59La fréquentation des bibliothèques municipales redevient importante dans la tranche d’âge des 35-54 ans : 40 % d’entre eux se sont rendus dans une bibliothèque et médiathèque municipale au cours des douze derniers mois. La présence d’enfants en cours de scolarité exerce un effet d’entraînement certain. Toutefois, le fait le plus marquant de l’évolution de la fréquentation en fonction de l’âge est la régression importante de celle-ci dans les générations au-delà de 55 ans. Si, comme on l’a dit, il peut s’agir, en partie, d’un effet du cycle de vie, en raison du ralentissement de la mobilité et du niveau de consommation des individus, c’est bien l’effet générationnel qui paraît le plus déterminant.

Une pratique qui démarre par l’expérience scolaire

60On a évoqué l’effet de l’allongement des études sur la fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales. Pour les générations nées après 1970, la fréquentation à l’âge adulte s’inscrit dans le prolongement d’un apprentissage initié pendant la scolarité. Cet apprentissage remonte le plus souvent au primaire. C’est alors que s’enracine le goût de la lecture. L’expérience de la bibliothèque s’approfondit ensuite au collège et au lycée en s’élargissant à la recherche documentaire. La moitié des Français de plus de 15 ans se souviennent d’être allés dans une bibliothèque municipale au cours de leur scolarité primaire (49 %), et la même proportion au cours de leur cycle secondaire (52 %). Cette pratique est plus répandue dans les nouvelles générations : 60 % des moins de 25 ans se sont rendus à la bibliothèque municipale avec un enseignant du primaire, cette proportion diminuant fortement et régulièrement avec l’âge.

61Cette expérience ne laisse pas de bons souvenirs à tout le monde et, pour une partie des jeunes adultes, la bibliothèque reste fortement connotée par la contrainte scolaire.

« La bibliothèque, c’est quand on fait des études. Quand on arrête, on n’a pas de raison d’y aller : ce n’est pas un lieu convivial. »
« Le silence, les livres, c’est l’école, et le personnel pas chaleureux, c’est les profs. »
« Les étudiants, ils n’ont pas le choix. Ils sont contraints [d’aller en bibliothèque] : c’est un moyen de travailler au calme. »

62Sur la fréquentation à l’âge adulte, l’impact de ces expériences dès le plus jeune âge est très inégal. En particulier, le fait d’avoir été à la bibliothèque de la commune au cours du primaire a une incidence très modeste sur la fréquentation à l’âge adulte, une fois dégagé de la scolarité obligatoire : 53 % des usagers actuels ont eu l’occasion d’aller à la bibliothèque pendant leur scolarité primaire, contre 47 % des non-usagers. La différence est faible.

63L’impact est plus important pour la fréquentation pendant le secondaire : 63 % des usagers actuels se souviennent d’être allés en bibliothèque pendant leur scolarité au collège ou au lycée, contre 46 % des non-usagers. Cette ancienneté de la fréquentation confirme l’observation faite en 1997 par l’enquête dll-sofres : 64 % des usagers adultes déclaraient en effet avoir commencé à fréquenter une bibliothèque avant d’avoir 20 ans.

64Néanmoins, si l’on considère la population dans son ensemble, on doit relativiser l’impact de la mission initiatrice de l’école pour la découverte de l’offre des bibliothèques municipales. Celle-ci, en effet, n’a touché qu’une minorité de Français : parmi les individus de plus de 15 ans, la part de ceux qui ont été conduits dans une bibliothèque municipale par un enseignant n’atteint que 33 % dans le cycle primaire et 20 % dans le secondaire.

  • 13 Cf. Gottesdiener (Hana) et Vilatte (Jean-Christophe), Rôle de l’école dans la fréquentation des mus (...)

65Dans bon nombre de cas, la découverte de la bibliothèque municipale se fait par le biais du milieu familial (c’est le cas de 24 % des individus de plus de 15 ans au cours du primaire et de 38 % d’entre eux au cours du secondaire), processus qui contribue à entretenir les inégalités sociales d’accès à la culture. On constate que la démarche initiée par le milieu familial a un impact plus fort que l’entraînement par l’école. Les individus qui, au cours de leur scolarité obligatoire, ont fréquenté une bibliothèque incités par leur famille ont plus de chances de devenir, à l’âge adulte, des usagers des bibliothèques municipales. Ce constat en rejoint d’autres concernant, d’une part, l’impact limité qu’ont les initiations organisées par l’école sur les pratiques culturelles à l’âge adulte et, d’autre part, le rôle plus déterminant des pratiques culturelles volontaires des adolescents13.

Les effets du renouvellement générationnel

Les 15-25 ans sont la classe d’âge la plus utilisatrice des bibliothèques.

66Parmi les différentes formes possibles de fréquentation des bibliothèques publiques, l’inscription peut être considérée comme une démarche clairement orientée vers la satisfaction d’un besoin précis : selon les cas, l’accès au service de documentation (par exemple, les cdi des établissements scolaires du second degré), à des salles de travail (comme celles de la BnF pour ceux qui résident en région parisienne) ou bien au prêt de documents dans les bibliothèques qui offrent ce service. En ce sens, il s’agit d’une pratique utilitariste d’autant plus développée que l’offre est en mesure de satisfaire l’un de ces besoins : besoin des jeunes orientés par leurs études, besoin des parents désireux d’insuffler le goût de la lecture à leurs enfants, besoin de passe-temps chez les plus âgés.

67À travers le recours à l’inscription se confirme la surreprésentation des 15-19 ans dans les bibliothèques municipales et le déficit des 20-24 ans. Pour les 20-24 ans, on enregistre moins d’inscriptions dans les bibliothèques municipales que dans les autres types de bibliothèques. Pour les jeunes encore en cours d’études, les premières satisfont moins les besoins en ressources documentaires que ne le font les bibliothèques d’étude et de recherche.

68En revanche, passé 25 ans, l’inscription dans les autres bibliothèques décroît très vite, alors que l’inscription en bibliothèque municipale se stabilise autour de 22 % pour les 25 à 54 ans.

Graphique 1-8. Taux d’inscrits par classes d’âge dans les différents types de bibliothèques (en %).

Graphique 1-8. Taux d’inscrits par classes d’âge dans les différents types de bibliothèques (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).

69Si, pour les différentes classes d’âge, on rapproche les taux de fréquentation globale des taux d’inscription, on constate qu’ils évoluent dans le même sens. Le ratio des inscrits parmi les fréquentants des bibliothèques tous types confondus est remarquablement stable entre 15 et 54 ans : pour ces cinq générations, 55 % des fréquentants s’inscrivent. Pour les générations plus âgées, ce ratio augmente nettement, indiquant que la démarche de l’inscription devient l’usage prépondérant, au point d’atteindre 75 % pour les plus âgés.

70Pour les bibliothèques municipales, le ratio se situe au même niveau (59 % toutes classes d’âge confondues), sauf pour les 20-24 ans (ratio de 39 %) dont le comportement particulier est bien mis en évidence par ce critère : si ceux-ci investissent moins l’inscription dans les établissements de proximité, ce n’est pas parce qu’ils les désertent mais parce qu’ils privilégient les bibliothèques d’étude (grands établissements des grandes villes, bibliothèques universitaires et spécialisées). Il importe d’insister sur le fait que les 20-24 ans comme les 15-19 ans sont les classes d’âge les plus utilisatrices des bibliothèques publiques, tous types confondus. S’il existe une érosion du nombre d’inscrits dans les sections jeunesse des bibliothèques municipales, comme le signalent bon nombre de bibliothécaires, ce phénomène concerne des tranches d’âge plus jeunes.

Graphique 1-9. Ratio entre nombre d’inscrits et nombre de fréquentants en 2005 (en %).

Graphique 1-9. Ratio entre nombre d’inscrits et nombre de fréquentants en 2005 (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 867, personnes ayant fréquenté une bibliothèque, quel que soit son type, au cours des 12 derniers mois).

Plus de jeunes dans les salles, moins en banque de prêt

71Dans les bibliothèques municipales, la perception que les bibliothécaires ont du public est fortement influencée par le profil des personnes qu’ils voient défiler à l’emprunt et au retour des documents. D’une manière générale, ils évaluent moins précisément le public qui fréquente les salles et qui n’emprunte pas.

72En réalité, le public qui circule dans les salles et celui qui se présente au bureau de prêt pour emprunter diffère sensiblement en termes de classes d’âge. Sur 1 000 personnes se présentant à la banque de prêt, 158 ont moins de 25 ans. Comparativement, sur 1 000 personnes qui déambulent dans les salles sans emprunter, 247 ont moins de 25 ans, soit 56 % de plus.

73À l’autre extrême des classes d’âge, sur 1 000 personnes se présentant à la banque de prêt, 287 ont plus de 55 ans. Mais sur 1 000 personnes fréquentant les salles sans être inscrits, seulement 165 ont plus de 55 ans, soit 57 % de moins.

74À mesure que la part des usagers non inscrits s’accroît, les professionnels peuvent avoir le sentiment que les jeunes sont moins présents et que les usagers vieillissent. Cette illusion d’optique influence également les perceptions des usagers, en particulier celles des jeunes adultes qui peuvent avoir le sentiment que les bibliothèques municipales attirent surtout des enfants et des personnes âgées.

« On voit des très jeunes ou des vieux, mais des gens de 20-25 ans on n’en voit pas. »

« J’ai l’impression que ce sont toujours les mêmes gens : il y a des vieux ou des tout-petits, mais entre 20 et 35 ans, il n’y a personne. »

Graphique 1-10. Répartition des usagers inscrits et des usagers non inscrits par classes d’âge dans les bibliothèques municipales (en %).

Graphique 1-10. Répartition des usagers inscrits et des usagers non inscrits par classes d’âge dans les bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : sur 100 usagers inscrits en bibliothèque municipale, 11 ont entre 15 et 19 ans.

Le vieillissement des publics des bibliothèques

75La comparaison, à huit ans d’intervalle, des chiffres de fréquentation globale des bibliothèques et médiathèques municipales invite cependant à reconsidérer ces constats. En effet, aucune classe d’âge n’a régressé dans le public des établissements de l’Hexagone. La seule régression sensible concerne le nombre des inscrits chez les moins de 25 ans. Mais, on l’a vu, loin de traduire systématiquement une désaffection des bibliothèques, cette baisse révèle la plupart du temps des transferts de fréquentation vers d’autres établissements, spécifiquement pour la tranche d’âge des 20-24 ans dont les comportements sont orientés par les obligations des études supérieures.

76La forte progression de la fréquentation chez les 45-54 ans (de 21 à 40 %) s’explique essentiellement par la rupture générationnelle correspondant aux individus nés après 1950. De ce fait, on peut anticiper un accroissement significatif de la présence des retraités dans les bibliothèques municipales dans les vingt années à venir. Ce phénomène aura pour effet d’amplifier le vieillissement de la population des fréquentants ; mais, loin de traduire un recul de la pratique chez les plus jeunes, l’augmentation de la présence de retraités traduira surtout l’effacement des générations faibles utilisatrices de l’offre de la lecture publique.

Graphique 1-11. Comparaison des indicateurs de fréquentation entre 1997 et 2005 par classes d’âge (en %)

Graphique 1-11. Comparaison des indicateurs de fréquentation entre 1997 et 2005 par classes d’âge (en %)

Source : dll-sofres 1997 (n = 8418) et dll-crédoc 2005 (n = 2001).
Guide de lecture : 23 % des 15-24 ans étaient inscrits en bibliothèque municipale en 1997, 19 % le sont en 2005.

  • 14 Voir à ce sujet : Rouet (François), La Grande Mutation des bibliothèques municipales, dag/dep, mini (...)

77Cette évolution sociologique survient à un moment où, paradoxalement, le renouvellement des équipements contribue à l’éviction des lecteurs âgés habitués aux bibliothèques traditionnelles. Le meilleur exemple de ce phénomène est incarné par la mutation de la BnF : le passage de la BN-Richelieu à la BnF-François-Mitterrand a produit un rajeunissement très sensible du public, imputable avant tout à la modernisation radicale du cadre. Dans de nombreuses villes, le passage d’une bibliothèque traditionnelle à une médiathèque plus vaste a produit un résultat similaire, donnant l’impression aux bibliothécaires que les jeunes plutôt « séjourneurs » ont « chassé » les anciens habitués14.

Notes

1 Selon les chiffres du crédoc, le taux d’équipement à domicile en connexion Internet des Français de plus de 18 ans est passé de 14 % en 2000 à 43 % en 2006. Cf. Bigot (Régis), La Diffusion des technologies de l’information dans la société française, Crédoc, collection des rapports, n° 241, décembre 2006.

2 Par commodité, on désigne ici par le terme générique « bibliothèques publiques » l’ensemble des bibliothèques qui ont vocation à être fréquentées par tous les publics, y compris les établissements qui reçoivent des publics scolaires (collégiens, lycéens, étudiants…) ou ceux qui sont restreints à certains ayants droit (bibliothèques d’entreprise, d’hôpital…). Cette notion est donc beaucoup plus large que la notion restrictive qui renvoie au réseau de la lecture publique soutenu par le ministère de la Culture et les collectivités territoriales. Elle correspond à la liste des bibliothèques prises en compte par les enquêtes Pratiques culturelles des Français du ministère de la Culture (cf. questionnaire en annexe).

3 Chiffres de l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997. Les chiffres de 2005 (cnc pour le cinéma, crédoc pour les musées) indiquent que ces proportions ont peu varié au cours des dix dernières années.

4 Propos d’un usager recueilli dans la phase qualitative préalable à l’enquête. Sauf mention expresse, toutes les citations d’entretien contenues dans cet ouvrage proviennent de cette phase.

5 Les deux cumulés conduisent à ce chiffre de 21 % de Français inscrits dans au moins une bibliothèque municipale ; 1 % seulement sont inscrits dans des bibliothèques de communes différentes.

6 Les propos recueillis dans la phase qualitative préalable à l’enquête en témoignent : « C’est injuste que ce soit si cher si on n’est pas résident. » « Je consulte, je n’emprunte pas, je n’ai pas envie de dépenser 60 euros (montant 2005). »

7 Propos d’un habitant de Rosporden (Finistère) recueilli dans la phase qualitative préalable à l’enquête.

8 Il faut entendre ici la notion d’inscription au sens restrictif de détention d’une carte permettant d’emprunter.

9 Le rapport de l’enquête dll-sofres ne précise pas le champ des différents types de bibliothèques prises en compte.

10 Le cas d’individus ne se rendant jamais en bibliothèque mais lisant régulièrement les livres empruntés par un proche n’est pas rare (en témoignent des propos recueillis au cours de l’approche qualitative préalable à l’enquête).

11 La notion de « séjourneur » revient souvent, aujourd’hui, dans les analyses des professionnels des bibliothèques pour rendre compte de l’occupation des places dans les salles de lecture par un nombre grandissant de personnes n’utilisant pas les collections offertes par l’établissement. Cette catégorie, souvent péjorative, vise surtout les étudiants qui utilisent les bibliothèques publiques pour leur seule fonctionnalité d’espace de travail.

12 Après une augmentation continue depuis les années 1960, l’espérance de scolarisation des jeunes s’est stabilisée à partir de 1995. En 2004, sont scolarisés 98 % des jeunes qui ont 15 ans, 92 % de ceux de 17 ans, 67 % de ceux de 19 ans et 54 % de ceux de 20 ans. Au-delà de 20 ans, la part des jeunes toujours scolarisés devient minoritaire (25 % à 23 ans, 12 % à 25 ans). Source : men-depp, insee, 2006.

13 Cf. Gottesdiener (Hana) et Vilatte (Jean-Christophe), Rôle de l’école dans la fréquentation des musées d’art à l’âge adulte (consultable en ligne à l’adresses suivante : http://www.inrp.fr/Acces/Biennale/7biennale/Contrib/longue/6088.pdf). Selon ces auteurs, « on n’observe pas d’effet significatif des différentes activités artistiques offertes par l’école sur la fréquentation ultérieure, chez les étudiants, des lieux d’art ».

14 Voir à ce sujet : Rouet (François), La Grande Mutation des bibliothèques municipales, dag/dep, ministère de la Culture, 1998.

Table des illustrations

Titre Tableau 1-1. Niveau de fréquentation des différents types de bibliothèques (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 1-2. Taux d’inscrits dans les différents types de bibliothèques (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 1 171, personnes ayant fréquenté une bibliothèque au cours des 12 derniers mois).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 1- 3. Nombre d’années d’inscription au cours de la vie : usagers et ex-usagers des bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 1-4. Nombre de cartes de bibliothèque ou médiathèque municipale dans les foyers des Français de 15 ans et plus (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 1-5. Diversité des usagers, « directs » et « indirects », des bibliothèques municipales.
Légende Fréquentation des bibliothèques municipales crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 1-6. Fréquentation des bibliothèques au cours de la vie et au cours des douze derniers mois (1997 et 2005), selon les tranches d’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 1-7. Taux de scolarisation et fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois, entre 15 et 25 ans (en %).
Légende Source : * insee-dep, Éducation nationale, rentrée 2004 – ** dll-crédoc 2005, courbe lissée.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 1-8. Taux d’inscrits par classes d’âge dans les différents types de bibliothèques (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001, ensemble de l’échantillon).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 1-9. Ratio entre nombre d’inscrits et nombre de fréquentants en 2005 (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 867, personnes ayant fréquenté une bibliothèque, quel que soit son type, au cours des 12 derniers mois).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 1-10. Répartition des usagers inscrits et des usagers non inscrits par classes d’âge dans les bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : sur 100 usagers inscrits en bibliothèque municipale, 11 ont entre 15 et 19 ans.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 1-11. Comparaison des indicateurs de fréquentation entre 1997 et 2005 par classes d’âge (en %)
Légende Source : dll-sofres 1997 (n = 8418) et dll-crédoc 2005 (n = 2001).Guide de lecture : 23 % des 15-24 ans étaient inscrits en bibliothèque municipale en 1997, 19 % le sont en 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/186/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access