Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans ses numéros 1 et 2 de l’année 2003, le Bulletin des bibliothèques de France a ouvert le débat (...)

1À partir des années 2000, un certain nombre d’alarmes ont laissé penser aux professionnels des bibliothèques que les mutations en cours étaient de nature à entamer très directement l’intérêt porté par les Français aux bibliothèques de proximité. Ces inquiétudes, qui ont donné lieu à un débat nourri entre bibliothécaires1, sont apparues suffisamment sérieuses pour que la Direction du livre et de la lecture (dll) envisage la réalisation d’une nouvelle enquête de population d’envergure nationale.

  • 2 Pour l’enquête dll-Arc de 1979, voir « L’expérience et l’image des bibliothèques municipales », Bul (...)
  • 3 Donnat (Olivier) et Cogneau (Denis), Les Pratiques culturelles des Français : 1973-1989, La Découve (...)

2Réalisée par le crédoc à la fin de l’année 2005 auprès de la population française, cette étude permet d’actualiser des indicateurs concernant le rayonnement des bibliothèques municipales dont les précédentes collectes remontent à 1979 et 19972. Ces nouvelles données viennent s’ajouter aux résultats des enquêtes conduites périodiquement par le Département des études, de la prospective et des statistiques sur les Pratiques culturelles des Français qui fournissent pour leur part un indicateur général de l’évolution de la fréquentation des bibliothèques en France depuis trente ans3.

3L’enquête 2005 vient par conséquent éclairer les évolutions qui marquent le fonctionnement du réseau de la lecture publique depuis le milieu des années 1990. L’écart chronologique entre les deux dernières enquêtes lancées par la dll – moins de dix ans – semble à première vue limité pour tenter d’enregistrer des évolutions significatives. En effet, on peut penser que les missions des bibliothèques évoluent peu dans le temps et que ces institutions connaissent peu de changements en dehors de la modernisation de leurs locaux. En réalité, si le dispositif de la lecture publique se développe progressivement et avec régularité depuis les années 1970, la fréquentation des bibliothèques se trouve fortement influencée par les évolutions socioculturelles survenues au cours des années 1990, dont la plus importante, la diffusion des nouvelles technologies, s’est accélérée au tournant du nouveau siècle.

Une période de mutations profondes

  • 4 Le Journal du Net, 14 mars 2006 (consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.journaldune (...)
  • 5 Ce type d’observation a été rapporté par un des bibliothécaires consultés au cours de la phase d’en (...)

4Le développement rapide des accès domestiques à l’Internet haut débit, en particulier, a pu légitimement apparaître comme une source de concurrence directe pour les bibliothèques publiques, grandes pourvoyeuses d’informations, de savoirs et de contenus culturels. En la matière, les années 1997 et 2005 peuvent être considérées comme des dates charnières. La première, parce qu’elle amorce le processus de diffusion d’Internet dans les foyers, que la France a abordé avec un retard conséquent sur d’autres pays européens. La seconde, parce qu’elle est le moment du franchissement d’un seuil symbolique, celui des 50 % de foyers français équipés en micro-informatique à leur domicile, qui matérialise la généralisation des usages privés des nouvelles technologies. « La France bascule dans la société Internet », titre ainsi Le Journal du Net au début de l’année 2006 puisque la proportion des internautes actifs et celle des cyberacheteurs ont également franchi la barre des 50 %4. Entre 1997 et 2005, les bibliothèques ont assisté à la montée en puissance des usages documentaires d’Internet et certains bibliothécaires constatent, très concrètement, la raréfaction de la consultation des dictionnaires et des encyclopédies dans les espaces dédiés aux usuels5.

  • 6 Lahire (Bernard), La Culture des individus, La Découverte, 2004, p. 612-636.

5Cette mutation technologique apparaît d’une ampleur au moins aussi grande que l’apparition de la télévision puis le développement des programmes audiovisuels, qui mobilisent un temps sans cesse accru dans l’occupation des loisirs. La puissance d’attraction des nouveaux médias a souvent été présentée comme la cause principale de l’érosion continue des supports traditionnels de la culture dans la consommation des ménages. Plus largement, la réflexion sociologique actuelle, notamment autour des travaux de Bernard Lahire, interprète le développement de certaines pratiques de loisir éloignées du modèle de la légitimité culturelle, notamment dans les nouvelles générations, en termes de « relâchement6 ». L’affaiblissement des pratiques cultivées privilégiant les formes les plus savantes de la culture et des institutions chargées de les faire vivre est ainsi sensible dans tous les domaines. La pratique assidue de la lecture, par exemple, s’affaiblit régulièrement depuis les années 1970, si l’on en juge à travers le nombre moyen de livres lus, notamment chez les moins de 25 ans, évolution qui est évidemment une source d’inquiétude majeure pour l’avenir de la fréquentation des bibliothèques municipales.

  • 7 Pour la Grande-Bretagne, voir les statistiques du lisu sur le site http://www.lboro.ac.uk/departmen (...)
  • 8 Gaudet (Françoise) et Lieber (Claudine), « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux ser (...)

6Mais les mutations sociologiques des années 1990 ne se réduisent pas au renforcement de la concurrence qu’exercent les pratiques relevant de ce qu’on peut appeler la « culture de l’écran » et qui partagent le même caractère chronophage, qu’il s’agisse de la télévision, des jeux vidéo ou d’Internet. Des évolutions démographiques majeures sont également en cours : parmi elles, l’élévation du niveau moyen d’études des Français et le vieillissement de la population peuvent avoir des conséquences importantes sur les pratiques culturelles dont l’intensité est commandée, en premier lieu, par le nombre d’années d’études et, en second lieu, par l’âge. Comment anticiper l’incidence de ces tendances sur la fréquentation des bibliothèques ? Les pays où la fréquentation des bibliothèques publiques est nettement plus importante qu’en France, comme le Royaume-Uni, les pays scandinaves ou les États-Unis, font de leur côté des constats qui donnent aux bibliothécaires français des motifs d’inquiétude. L’orientation à la baisse de la fréquentation est ainsi une tendance qui a été observée dans plusieurs de ces pays : le Royaume-Uni a enregistré un recul de la fréquentation entre 1998 et 2005 et une baisse des emprunts de livres7 ; aux États-Unis, la concurrence d’Internet a fait planner, au début des années 2000, la menace de la deserted library sur les bibliothèques universitaires8. Ces deux pays ayant souvent fait figure de précurseurs en matière de lecture publique, les évolutions qu’ils enregistrent aujourd’hui ont de bonnes chances de concerner l’Hexagone, même si c’est avec un certain décalage. Or, il se trouve justement que les statistiques produites par la Direction du livre et de la lecture à partir de la base de données renseignée par plusieurs milliers de bibliothèques municipales ont fait état d’une légère baisse du taux des inscrits rapporté à la population desservie. Passée de 18,2 % en 1999 à 17,1 % en 2003, cette baisse tiendrait principalement au recul du nombre d’inscrits parmi les moins de 15 ans. La régression de la fréquentation constatée dans plusieurs pays développés serait-elle amorcée en France en dépit de la progression du nombre de communes équipées et de la modernisation des établissements selon le modèle de la médiathèque propre à la France ?

7C’est à cette question centrale et cruciale que la Direction du livre et de la lecture a voulu répondre, en rééditant l’enquête conduite en 1997, avec le souci d’appréhender les évolutions survenues au tournant des années 2000 en élargissant les dimensions explicatives prises en compte.

Une investigation en trois étapes

8Pour cette nouvelle exploration des liens que les Français entretiennent avec les bibliothèques municipales, approches qualitative et quantitative ont été étroitement articulées dans le but de cerner non seulement les phénomènes qui peuvent expliquer les évolutions de la fréquentation observées depuis 1997, mais aussi ceux qui peuvent permettre d’anticiper les évolutions des prochaines décennies.

9Une enquête exploratoire auprès d’une centaine d’usagers et de non-usagers a servi à interroger qualitativement l’image des bibliothèques et les freins à la fréquentation. Elle a pris la forme de réunions de groupe avec des usagers et des non-usagers des bibliothèques municipales de trois villes : Grenoble (38), Rosporden (29) et Villeparisis (77).

10Parallèlement, un volet d’analyse statistique exploitant la base de données de la Direction du livre et de la lecture a établi une typologie des bibliothèques municipales en fonction, d’une part, de l’évolution de leur fréquentation, et, d’autre part, du contexte sociodémographique du territoire communal où elles sont implantées. Les bibliothèques municipales, qui sont aujourd’hui les premiers espaces culturels de proximité, dépendent des dynamiques sociales et économiques locales.

  • 9 La méthodologie de l’enquête et ses conditions de réalisation sur le terrain garantissent une fiabi (...)

11La troisième étape de l’enquête constitue le cœur de l’investigation destinée à évaluer quantitativement la fréquentation et les formes d’usage des bibliothèques municipales fin 2005. Réalisée auprès d’un échantillon de 2 000 individus, représentatif de la population française sur la base de quotas, l’enquête quantitative offre une photographie détaillée de cette pratique culturelle9.

12Le texte qui suit présente une synthèse des résultats les plus importants obtenus dans le cadre de cette exploration approfondie.

13Le premier chapitre établit le bilan quantitatif de la fréquentation en 2005 des bibliothèques publiques entendues au sens large, c’est-à-dire des bibliothèques des collectivités territoriales, des bibliothèques universitaires et scolaires, des bibliothèques de niveau national et des bibliothèques spécialisées, sans omettre les bibliothèques de statut associatif. Sont abordées dans ce chapitre les évolutions générationnelles qui influencent la fréquentation de l’ensemble des bibliothèques.

14Le deuxième chapitre se penche sur la diversification des usages dans les bibliothèques municipales, tant au regard des modalités de visite qu’à travers la diversité des pratiques que suscite l’offre de plus en plus diversifiée des bibliothèques et médiathèques. On met en lumière, dans cette partie, la place prééminente des femmes parmi les usagers de la lecture publique.

15Le troisième chapitre analyse les conséquences du développement des usages privés d’Internet ainsi que l’importance de l’intensité de la lecture sur la fréquentation des bibliothèques. Ce chapitre réévalue par ailleurs l’impact du développement de l’audiovisuel et aborde également d’autres concurrences, notamment la place prise par la grande distribution dans la diffusion des produits culturels de masse.

16Dans le quatrième chapitre sont étudiées les influences qu’exercent sur la fréquentation, d’une part, la diversité de l’offre des bibliothèques et, d’autre part, l’image de ces établissements dans la population. Ce chapitre met en évidence le fait que les bibliothèques municipales s’inscrivent simultanément dans deux univers, celui des loisirs et celui des savoirs.

17Le cinquième chapitre se penche, pour sa part, sur les déterminants sociaux de la fréquentation, tant pour les usagers que pour les non-usagers des bibliothèques municipales. Si le niveau de diplôme reste le facteur sociodémographique le plus déterminant, on verra qu’il n’explique pas tout : la familiarisation précoce, l’image que l’on se fait des bibliothèques, les centres d’intérêt de chacun sont également essentiels pour expliquer que l’on s’intéresse ou non à l’offre de la lecture publique.

  • 10 Le questionnaire utilisé est présenté en annexe.

18Enfin, une fois n’est pas coutume dans un compte rendu d’enquête sociologique, on s’appuie dans la partie conclusive sur la progression de la fréquentation observée depuis dix ans pour anticiper le niveau que celle-ci pourrait atteindre dans la décennie 2010-202010.

19Quand ce travail a été engagé par la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture, l’objectif principal était de faire la lumière sur les évolutions qui pouvaient expliquer la tendance à la baisse des inscriptions, enregistrée dans de nombreuses bibliothèques municipales. Dans cette réflexion, l’attention se trouvait focalisée sur le développement des usages d’Internet et, plus largement, de la culture numérique, ainsi que sur l’amplification du recul de la lecture, deux phénomènes imbriqués et jugés déterminants pour le devenir de l’attractivité des bibliothèques.

20Pourtant, contrairement à ce qui avait été anticipé, l’enquête réalisée fin 2005 pour actualiser l’état des lieux effectué par la dll en 1997 établit le constat que la fréquentation des bibliothèques s’est amplifiée au cours des huit dernières années, le nombre de Français de plus de 15 ans inscrits dans les établissements municipaux passant de 10 millions en 1997 à 12,5 millions en 2005. Si l’on y ajoute les usagers qui fréquentent les bibliothèques sans s’inscrire, la progression a été encore plus importante.

21Cette progression oblige à reconsidérer le schéma explicatif qu’avaient esquissé les bibliothécaires. Elle ne peut se comprendre en effet que comme la conjonction de plusieurs phénomènes, parmi lesquels le mouvement de transformation des bibliothèques traditionnelles en médiathèques, particulièrement dynamique au cours des années 1990, est tout à fait central. Le développement de l’offre des établissements de la lecture publique et l’attractivité qui en résulte ont contribué à l’élargissement des usages et des usagers. L’augmentation du nombre d’années d’études dans les nouvelles générations a en outre soutenu la croissance de la fréquentation de ces établissements. Au-delà de l’impact, certainement déterminant, de ce processus de modernisation des équipements, la bonne tenue de la fréquentation des bibliothèques municipales s’explique aussi par le fait que l’usage d’Internet n’est pas aussi concurrentiel que prévu et que le livre conserve pour le moment une place prééminente dans les transmissions culturelles.

22Toutefois, en découvrant le détail des résultats de cette enquête dans les chapitres qui suivent, le lecteur devra garder présent à l’esprit que la tendance plutôt positive qui a marqué la décennie écoulée peut se retourner, entraînée par un nouveau cycle. L’aura dont sont parées les médiathèques est susceptible de pâlir, remettant en question l’effort consenti par les collectivités territoriales pour leur équipement et leur enrichissement, tandis que les mutations technologiques qui s’annoncent sont peut-être de nature à remettre en cause l’existence même de l’objet livre.

23Sans présumer de tendances nouvelles qui pourraient surgir, les facteurs qui vont orienter la fréquentation dans les années à venir sont déjà à l’œuvre dans les phénomènes que l’on peut identifier à travers les résultats d’enquête présentés ici. Leur compréhension commande les anticipations qui aideront à adapter le projet de la lecture publique à l’ère numérique. C’est donc à une lecture résolument prospective que l’on invite le lecteur dans les pages qui suivent.

Graph 0-1. Évolution de la fréquentation dans les bibliothèques municipales entre 1997 et 2005 (en %).

Graph 0-1. Évolution de la fréquentation dans les bibliothèques municipales entre 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 (n = 8418) et dll-crédoc 2005 (n = 2001).

Notes

1 Dans ses numéros 1 et 2 de l’année 2003, le Bulletin des bibliothèques de France a ouvert le débat sur l’évolution de la fréquentation des bibliothèques municipales (voir le site du bbf à l’adresse suivante : http://www.enssib.fr).

2 Pour l’enquête dll-Arc de 1979, voir « L’expérience et l’image des bibliothèques municipales », Bulletin des bibliothèques de France, t. 25, n° 6, 1980 (consultable en ligne à l’adresse suivante : http://bbf.enssib.fr/sdx/BBF/pdf/bbf-1980-6/bbf-1980-06-0265-001.pdf). Pour l’enquête dll-sofres de 1997, voir Bertrand (Anne-Marie), Burgos (Martine), Poissenot (Claude) et Privat (Jean-Marie), Les Bibliothèques municipales et leurs publics, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001 (consultable en ligne à l’adresse suivante : www.bpi.fr, rubrique Publications, collection Études et recherche).

3 Donnat (Olivier) et Cogneau (Denis), Les Pratiques culturelles des Français : 1973-1989, La Découverte/La Documentation française, 1990. Donnat (Olivier), Les Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, La Documentation française, 1998. Une nouvelle enquête est en préparation.

4 Le Journal du Net, 14 mars 2006 (consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.journaldunet.com/0603/060314-mediametrie.shtml). Selon la manière de comptabiliser les internautes, il apparaît qu’en 2006, 43 % des Français de plus de 18 ans disposent d’une connexion Internet à leur domicile (chiffre crédoc) et que 50 % des Français de plus de 11 ans ont l’occasion d’utiliser Internet chez eux ou dans d’autres lieux (source : Médiamétrie).

5 Ce type d’observation a été rapporté par un des bibliothécaires consultés au cours de la phase d’entretiens préparatoires à la réalisation de l’enquête.

6 Lahire (Bernard), La Culture des individus, La Découverte, 2004, p. 612-636.

7 Pour la Grande-Bretagne, voir les statistiques du lisu sur le site http://www.lboro.ac.uk/departments/dils/lisu/downloads/digest05.pdf. Sur le site du cipfa, on peut également trouver des données plus récentes qui montrent toutefois que le nombre de visites serait à nouveau à la hausse (http://www.cipfa.org.uk/press/press_show.cfm?news_id=26181).

8 Gaudet (Françoise) et Lieber (Claudine), « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, nouveaux concepts de bâtiments… un avant-goût de notre avenir ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 6, 2002, p. 70-77.

9 La méthodologie de l’enquête et ses conditions de réalisation sur le terrain garantissent une fiabilité statistique équivalente à la dernière enquête Pratiques culturelles des Français réalisée par le ministère de la Culture en 1997. Pour le détail des conditions de réalisation des enquêtes, se reporter à l’annexe.

10 Le questionnaire utilisé est présenté en annexe.

Table des illustrations

Titre Graph 0-1. Évolution de la fréquentation dans les bibliothèques municipales entre 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 (n = 8418) et dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access