Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eugène Morel et la lecture publique

 | 
Jean-Pierre Seguin

Annexes

Annexe V

Texte intégral

L’« Esprit » d’Eugène Morel. Extraits de pensées, traits et jugements tirés de ses textes sur les bibliothèques

  • i Le chiffre qui précède une citation renvoie à la pagination de notre livre.

1En choisissant les brefs extraits qui suiventi, je n’ai nullement eu l’intention de résumer le contenu des livres de Morel ; beaucoup d’idées qui s’y trouvent – certaines d’une grande importance – ne sont pas même évoquées.

2S’agissant d’un homme d’un tempérament exceptionnel et d’un écrivain aimant les formules concises et fortes qui frappent l’imagination, plaisent ou choquent, mais, à coup sûr, « font mouche », j’ai pensé qu’il convenait sans doute d’en citer quelques-unes et de la placer sous la rubrique « Esprit de… » qu’Octave Uzanne employa aussi, précisément en 1908 et également au Mercure de France, à propos de Barbey d’Aurevilly, proche de Morel, sinon par les idées, du moins par le goût et l’art des formules.

Accès libre aux collections

3138 Il faut avoir la haine invétérée des livres, comme l’ont tant de bibliothécaires et même quelques gens de lettres pour ne pas préférer la libre recherche en place au choix aveugle du catalogue.

4140 L’open-shelf a donc une vertu obligatoire… Il donne l’habitude de la recherche personnelle, de la décision.

Architecte

595 Il y a un ennemi des bibliothèques, le plus dangereux après l’archiviste ; c’est l’architecte. Nous avons de grands artistes. Ils bâtissent pour l’éternité. Mais une bibliothèque n’est pas une œuvre d’art, c’est un outil. Une bibliothèque n’est pas un palais, c’est une machine.

Bibliothécaires

Avancement-carrière

6160 Ainsi les savants vénérés, le front dans leurs mains, plongés dans de très anciens livres, fixent de leurs petits yeux quelque petit niais honneur, quelque petite sale augmentation.

7162-163 Voilà l’émulation qui fait des hommes mûrs de sinistres gamins, des collégiens cafards et couards, et donne à ce pays gorgé de fonctionnaires cette allure de pleutres dont toute l’énergie est en prose de M. Millevoye et en vers de Cyrano.

8163 Prime à la mort, voilà ce qu’est l’avancement. Rien ne marcherait plus mal par une prime à la vie. Il n’y a nulle crainte que les bibliothécaires fassent trop d’enfants !

Chartistes

934-35 Si l’École des Chartes est un titre pour les bibliothécaires, ce n’est nullement par ce qu’on y apprend, bien au contraire.

1036 Curée des sinécures. L’archéologue s’y dresse tel que l’intendant qu’on fait venir dans les grandes maisons où règne le coulage. Celui-là seul volera céans.

Examens

11157 Il ne faut tout de même pas nous en conter. La part qui revient aux « techniciens » n’est pas grande dans le métier. On ne sort pas tous les jours son savoir quand on en a, et pourvu qu’on soit diplômé, on y passe fort bien sa vie sans s’apercevoir qu’on n’en a aucun. Les vertus du bibliothécaire sont ordre, zèle et application ; et la grande pratique du métier. On dit trop « exactitude », je voudrais que l’on dise aussi « rapidité ».

12Un examen ne s’assure pas de ces mérites ; il dispense de les avoir.

13198 Je n’écris pas pour ceux qu’une longue suite d’examens a enfin dispensés d’apprendre… qu’ont-ils besoin d’opinion ?

Femmes

14153 On se représente le bibliothécaire comme un vieux ou un jeune malingre, contrefait ou infirme, mais un mâle… Qu’est-ce que le sexe féminin aura gagné à ce que les quelques douzaines de places honorées soient femelles au lieu d’être mâles ? Rien que de la vanité. En a-t-il tant besoin ?… Et cependant le sort des femmes est trop précaire pour qu’on puisse leur refuser, que dis-je, ne pas leur indiquer un métier aussi approprié à leurs besoins comme à leurs facultés.

Profil

15147 Venir vivre parmi les livres sans en avoir le goût, sans en pouvoir tirer d’avantage que le piètre appointement d’un fonctionnaire de second ordre n’est pas seulement renoncer aux profits plus grands des métiers ordinaires, c’est un gâchis analogue à celui des barbares qui, dans la Rome antique, prenaient le marbre des statues pour pierre des bâtiments.

16148 Nous n’avons d’espoir que dans les jeunes gens. Eux seuls peuvent avoir assez d’énergie pour vivifier nos bibliothèques ou établir des librairies publiques.

Bibliothèque nationale

1738 Donc un Français a besoin de lire. Il songe tout de suite au gouvernement, il va à la Bibliothèque nationale.

1850 La Bibliothèque nationale n’est qu’une assurance, une réserve. Le pays vit sur elle comme on vit sur sa graisse.

1953 Un Nîmois qui se plaint de sa concession d’eau n’insulte pas le pont-du-Gard ! Mais il demande à boire, et nous demandons à lire.

Bottin

20179 C’est… un bien beau livre que le Bottin ! C’est un outil pédagogique de premier ordre. C’est le plus vivant des livres. On ne fait que le consulter, il faudrait le lire, quitte à passer, de temps en temps, quelques pages. C’est la vie, ce livre-là. Je voudrais, à la licence ès lettres, qu’on s’assurât que les élèves savent le Bottin. Et que n’examine-t-on les examinateurs ? Que d’idées fausses en science sociale, en littérature, en pédagogie, viennent de ne pas avoir lu le Bottin !

Café

2158 Le rôle, le vrai rôle d’une bibliothèque n’est assuré que par une de nos institutions : les cafés.

22C’est sans doute pour ne pas leur faire concurrence que nos bibliothèques ferment de si bonne heure ?

23Elles ne les remplacent pas. C’est encore au café qu’on trouve les journaux, les revues, le Bottin et les Indicateurs.

Catalogues

2432 Ce qui est malsain pour les bibliothécaires, c’est les livres… Aujourd’hui le livre est représenté par une fiche.

2533 Le catalogue ne connaît que des numéros, c’est le régiment.

2654 Un immense travail accapare les bibliothèques, on catalogue, on dresse l’inventaire minutieux… Le bibliothécaire va où il y a des livres, des livres qu’on ne lit plus, à classer, à décrire.

2760 Un livre est-il un fait, un objet qui se décrit comme un vase précieux, ou est-ce un récipient, une bouteille qui ne vaut que par ce qu’elle contient ?

2863 Tant de gens croient que les bibliothécaires ne font rien. Quel dévouement, quel amour ! Ils cataloguent comme une mère soigne son garçon. Ce serait bien s’il restait toujours petit, petit… Mais c’est à tant le gâter, hélas, qu’il ne grandit pas.

29116 Les catalogues ne seront utiles que le jour où, débarrassés de tout leur appareil de bibliophilie [Notice descriptive], ils chercheront à nous dire les livres qu’il faut lire et ce que nous trouverons dedans.

Bibliothèque-école

3076 L’école parfois s’est trompée… La bibliothèque répare.

3181 On parle trop. Il faudrait apprendre et réfléchir. La réflexion veut du silence. On traite le peuple comme un enfant, ou un bourgeois. Le prend-on pour M. Jourdain ?

32102 La librairie publique, c’est la coopérative où les esprits libres trouvent des produits naturels et se passent d’intermédiaires.

33112 Il faut des bibliothèques populaires pour instruire un peu les savants.

34168 Écrire, lire. Cela change plus un individu qu’une forme nouvelle de gouvernement.

Égalité, paix, neutralité

3558 Une librairie publique est de stricte égalité. Ne viennent à elle que ceux qui s’instruisent eux-mêmes, qui aiment mieux, fût-ce à tâtons, chercher eux-mêmes que de suivre le monsieur qui parle bien.

3682 Voilà donc une œuvre de paix qui tente, sur le terrain pratique, d’égaliser les chances des doctrines diverses. Voilà une œuvre communiste, la mise en commun des livres d’instruction, de références, d’apprentissage et de plaisir.

3790 La seule institution totale, libre, qui réponde à la fois à ces deux buts : loisirs, perfectionnement du travail, qui puisse mettre d’accord les partis politiques, et ne doive être accaparée par aucun d’entre eux, nous semble être la librairie publique.

Hommes de lettres dans les bibliothèques

3815 Ils ne faisaient rien, là où il n’y avait rien à faire. Ils n’avaient pas besoin d’inventer un jargon spécial, de dresser des manies en principes et de simuler une science pour paraître des savants. Ils conseillaient utilement ceux qui venaient.

39Ils faisaient peu de catalogues. Certes ils auraient bien dû en faire un peu plus, mais ils n’en faisaient pas d’inutiles…

40Et, en général, ils aimaient les livres. Il arrivait même qu’ils s’y connaissaient quelquefois.

Impôt

41169 On ne tire pas vanité d’un cadeau qu’on reçoit, mais d’une chose qu’on achète, et toute la pompe de l’officielle charité ne vous donne pas l’orgueil de payer par vous-mêmes.

Journaux

42111 Je sais des gens qui n’achètent pas le journal ennemi… Cependant, cet ennemi-là a peut-être la vérité.

43112 C’est le journal qui fait la vie d’une bibliothèque ; c’est lui qui attire les gens, les habitue à venir, et, renouvelé chaque jour, crée ce lien quotidien, cette nécessité de la bibliothèque. Le repas en commun crée la famille.

44125 Ce journal que tu coupes pour faire une couverture à ce roman jaune que tu ne veux pas salir sera plus précieux un jour que le roman lui-même.

Patrimoine

4554 [Les bibliothèques] servent tout leur passé, glorieux, certes. Elles sauvent nos trésors… Mais elles chassent les lecteurs, mais elles ne servent en rien le mouvement de la vie… Pas un instant il ne semble que les bibliothèques soient faites pour qu’on y lise.

4660 Si vous voulez des bibliothèques en France, il faut résolument en détacher le Musée, l’enterrer sous verre et qu’on n’en parle plus.

47133 Il est temps de considérer la bibliothèque autrement que comme un dépôt d’antiquités.

Périodiques

48105 Le périodique est bien plus que le livre.

49109 Les livres sont une réserve. Les mouvements en avant s’opèrent par des troupes plus légères.

Populaires ?

5057 Théâtre populaire, université populaire, restaurant populaire, bibliothèque populaire… C’est avec ce mot-là que les meilleures intentions dressent de suite une insulte devant l’œuvre qu’elles entreprennent.

Prophétisme

51185 Les bibliothèques ne seront plus des monuments, mais des agences. Et le jour viendra peut-être où les livres nomades, allant et venant là où un lecteur les appellera, n’auront plus d’adresse fixe, sinon la poste restante, le bureau bibliographique chargé de les trouver et de leur faire joindre celui qui a besoin d’eux. Je ne rêve pas, je raccourcis un peu, voilà tout.

Service public

5276 À l’époque où le prix des livres fait de la lecture en commun une nécessité, où de justes loisirs, enfin arrachés à des travaux abrutissants, permettent d’être un homme en restant un travailleur, la bibliothèque prend l’importance de l’École ; elle devient service public.

53166 Le temps est venu, après un demi-siècle d’efforts qui triomphent aujourd’hui en Angleterre, en Amérique, de concevoir la lecture comme un service public, municipal, analogue à la voirie, aux hôpitaux, à la lumière… à l’hygiène…

Vol

54128 Un livre digne d’être lu est digne d’être acheté, dit Ruskin. Je dirai plus : il est digne d’être volé. Et c’est avec tristesse que je constate l’honnêteté de mes concitoyens.

Notes de fin

i Le chiffre qui précède une citation renvoie à la pagination de notre livre.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access