Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eugène Morel et la lecture publique

 | 
Jean-Pierre Seguin

Préambule

Texte intégral

Non seulement je vous dis : lisez ce livre ; j’ajoute : faites-le lire, prêtez-le et en proclamez les louanges. Lisez ce livre, goûtez-en l’enseignement âpre, et parfois amer comme un fortifiant, méditez cette critique de nos mœurs, cette critique ardente qui vous propose une foi, un enthousiasme… Lisez ce livre, poètes et romanciers jalons de l’influence de votre œuvre ; lisez-le, intellectuels, bourgeois, femmes de bonne volonté qui désirez « aller au peuple » et ne savez comment vous y prendre ; lisez-le, professeurs, instituteurs, conférenciers ; lisez-le, électeurs des villes et des campagnes, et tâchez que vos députés et vos sénateurs ne l’ignorent point ; lisez-le, conseillers de nos villes, de nos villages et de nos départements. Certes, je voudrais enfler ma voix et que tous m’entendissent ; je voudrais être persuasif et que l’on m’écoutât ; ce livre n’est point, en dépit de son titre, la sèche monographie d’une profession modeste et d’une institution mourante ; il déborde de vie ; les suggestions et les conseils dont il est rempli sont des conseils et des suggestions de vie, de vie plus saine, plus intense et plus belle ; et c’est de cela que nous avons besoin, vieux pays ligoté des routines, rongé de précaire bien-être, aux provinces anesthésiées, nous avons besoin que l’on exalte en nous le goût et le sens de la vie.

Lucien Maury, compte rendu de Bibliothèques d’Eugène Morel, dans La Revue bleue, février 1910

1Les bibliothécaires français s’honorent d’avoir eu dans leurs rangs, depuis le xviisiècle, quelques hommes qui furent « grands » par leur qualité personnelle et par leur œuvre. Jusqu’à la fin du xixe siècle, ceux-ci firent tous carrière à la Bibliothèque royale, puis impériale, enfin nationale. Le dernier en date et l’un des plus considérables, à la veille des temps « modernes », fut Léopold Delisle, à propos duquel l’un de ses successeurs, un autre grand administrateur, Julien Cain, écrivait en 1960 : « Il fut un bibliothécaire admirable. »

2Léopold Delisle est mort en 1910. Lorsque je suis entré à la Bibliothèque nationale, en 1942, il me fut demandé, le premier jour, en guise d’initiation, de lire la préface qu’il avait écrite en 1897 pour le premier volume du Catalogue général des livres imprimés. Cette lecture produisit en moi une émotion de même nature que celle que m’avait procurée la première vision des salles et des collections : une admiration révérencieuse pour quelque chose d’unique, et, je le dis comme je le ressentis, « sacrée ». Le texte de Delisle, que, je l’espère, on fait encore lire aux néophytes, reflétait et faisait mieux comprendre la majesté de l’institution. L’on y percevait comment la rigueur, l’intelligence et le sens de la prévision de quelques hommes avaient fait en sorte que cette pyramide de documents les plus divers, et qui se comptaient par millions, pût encore se trouver debout, et servir efficacement la recherche. Je pensais que, vraiment, la nation pouvait se reconnaître dans cette grande œuvre.

3En 1942, surtout intra-muros, l’on ne se préoccupait guère que de lui. Les autres bibliothèques, même celles qui avaient été « classées », en raison de l’importance de leurs fonds « anciens », étaient certes connues et estimées, mais elles étaient regardées comme peu de chose comparées à une maison que l’on pouvait bien considérer comme leur « mère ». Quant aux bibliothèques « publiques » de toutes sortes (et il y en avait beaucoup, beaucoup trop, disait Morel), on n’en savait trop rien, à la Nationale, si ce n’est que quelques-unes d’entre elles pouvaient occasionnellement être distrayantes, ou utiles.

4L’on était en 1942. Eugène Morel, le personnage, le « héros » de ce livre, était mort huit ans seulement auparavant, alors qu’il était encore en activité à la Nationale, où il fit toute sa carrière. Il avait publié en 1908 Bibliothèques et en 1910 La Librairie publique, deux ouvrages qui, le premier surtout, avaient quelque peu secoué l’établissement et ses collègues. Rue de Richelieu au moins, les critiques formulées par Morel avaient vivement choqué, sur le coup. Elles avaient pourtant été vite oubliées. Après tout, pouvait-on prendre au sérieux un « étranger » (au corps des bibliothécaires sortis de l’École des chartes), un trublion, et de surcroît un romancier et un utopiste ? Le mieux à faire, dans une maison aussi « convenable », était de l’oublier à jamais.

5De fait, à la Nationale et qui plus est dans le département des imprimés où Morel exerça, jamais je n’entendis parler de lui. Dans un autre milieu, celui de la lecture publique, presque un autre monde, pour qui travaillait rue de Richelieu, l’impact de la pensée de Morel avait en revanche été considérable et durable, mais on y faisait référence sans recourir assez aux textes eux-mêmes, de toute façon quasiment inaccessibles au commun des bibliothécaires, parce que épuisés et rarement conservés dans leurs fonds.

6Ce que je puis dire en tout cas, dans ce livre qui voudrait avoir un accent « personnel », c’est que le hasard seul me fit découvrir, en 1978, chez un bouquiniste, les trois volumes que j’ai « dépecés » pour ce choix de texte. L’impression que j’ai alors ressentie n’est comparable, toutes choses égales par ailleurs, qu’à celle éprouvée à la lecture du texte de Delisle. Que de différences, cependant ! Chez Morel, la Nationale était également, au départ, l’objet principal, mais malmené, non pas, certes, parce que mal aimé, trop aimé au contraire pour qu’il supportât les pesanteurs d’une sclérose qui empêchait d’entreprendre les changements nécessaires que les grands bibliothécaires des siècles précédents avaient su faire lorsqu’il le fallait. Et c’est dans l’analyse de ces pesanteurs que Morel trouva cette idée, géniale, qu’au lieu de vouloir à toute force que la Nationale fût déviée de sa mission traditionnelle et immuable de conservation et de destination « savante », il fallait, absolument, trouver ailleurs, et d’une autre façon, la solution au grand problème qui se posait de son temps ; procurer aussi, à tous les citoyens, un instrument de libre développement personnel des connaissances, nécessaire complément de l’enseignement scolaire.

7On va le voir, Morel expose et développe cette idée en la retournant sous toutes ses facettes, inlassablement, à la manière des prophètes de l’Ancien Testament. Comme eux, il lassera par ses répétitions, il irritera par son verbe incisif, son refus des compromis. Il mourra sans avoir vu la Terre promise, mais il l’aura clairement désignée et ceux qui y parviendront lui devront l’essentiel de leur succès.

8De cela, je l’espère, ces « morceaux choisis » devraient apporter la preuve. Ils devraient aussi montrer que Morel fut un bibliothécaire exceptionnel parce qu’il était un homme exceptionnel, emporté certes et provocant, pas toujours « raisonnable », brouillon et incapable d’éviter les répétitions, mais aussi intelligent, généreux, dévoré par sa passion du service du public, un éveilleur, un entraîneur, et, enfin, un véritable écrivain. De toutes les façons, ce fut une grande et bonne fortune pour la profession de bibliothécaire que Morel y entrât, par hasard ; non seulement parce qu’il y fit passer un souffle nouveau, dont on peut encore attendre, dans le présent, des effets bénéfiques, mais aussi parce qu’il s’y est révélé comme un homme fascinant. C’est d’abord à cet homme que ce livre est consacré, au personnage dont l’une des activités, celle qu’il mena en faveur de la lecture publique, fait apparaître les vertus dans leur étendue et dans leur diversité.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access