Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilités du livre et communautés de lecteurs

 | 
Martine Burgos
, 
Christophe Evans
, 
Esteban Buch

Troisième partie. Sociabilités du livre et identités culturelles : les librairies en langue étrangère à Paris

Chapitre 4. Deux enjeux de la sociabilité du livre

Texte intégral

1Au terme de notre enquête, une première conclusion semble s’imposer assez naturellement : les sociabilités sont plus fréquentes, plus intenses, plus prolongées dans les deux librairies « culturelles » de langue arabe que dans les deux librairies en langue espagnole ; la langue d’origine y est plus présente ; les Français le sont moins ; et entre les deux, la librairie Al Manar est un lieu où la sociabilité semble plus intense qu’à la librairie Avicenne.

2L’urgence des problèmes liés au monde arabe et à l’islam donne sans doute aux sociabilités des librairies arabes un caractère de gravité dont on ne saurait trouver l’équivalent dans les librairies espagnoles d’aujourd’hui. Dans ces dernières domine plutôt une vision distanciée de la culture. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, ce n’est ni l’actualité, ni le poids de l’histoire qui sert de base au développement des sociabilités.

3Dans les librairies de langue arabe, celles-ci semblent liées d’un côté au fonctionnement d’un milieu intellectuel arabe dont les pratiques sont proches de celles des milieux intellectuels français, et de l’autre à l’existence, dans une partie de l’espace urbain parisien, d’une communauté arabophone engendrant des modes de socialisation relativement autonomes. Parmi ces sociabilités, on en retrouve qui concernent spécifiquement la pratique de la religion musulmane, et dont l’intensité et l’importance sont loin d’être négligeables, surtout parmi la population d’origine maghrébine. Ces sociabilités-là, cependant, qui sont l’apanage des librairies islamiques, restent faibles ou inexistantes dans les deux librairies « culturelles » où nous avons mené notre enquête.

4Il va sans dire que, chez les Espagnols, aucun système de croyance ne peut y être comparé. Ici, les sociabilités découlent surtout de l’existence d’une culture hispanisante partagée par des Français ayant souvent des liens personnels avec le monde espagnol, dans le cadre de modes de socialisation qui sont ceux de l’ensemble de la société française.

5Le moment du café, qui n’existe pas chez les Espagnols et qui semble si important dans les librairies arabes, est à la fois l’emblème et le catalyseur d’une suspension du temps qui pose la convivialité en alternative à la rationalité commerciale. Cela a lieu indépendamment de l’efficacité commerciale elle-même, comme l’indiquent les destinées économiques différentes de nos deux librairies arabes. Pour leur part, les sociabilités d’arrière-boutique entraperçues dans l’une des librairies espagnoles se constituent elles aussi en marge de l’activité commerciale de l’établissement. Et, dans les deux cas, on constate l’existence d’une sociabilité plus ordinaire qui, elle, reste directement liée à l’échange commercial, sous la forme du conseil argumenté.

6Si le bilinguisme, ce va-et-vient plus ou moins spontané entre le français et la langue étrangère, est le propre de toutes ces librairies, la langue arabe semble plus présente que l’espagnole. Aussi bien les libraires arabes que bon nombre de leurs clients ont une relation plus étroite avec leur langue que leurs homologues espagnols, une langue qui est souvent le véhicule d’une confidentialité qui, chez les hispanophones, n’aurait vraisemblablement pas de raison d’être.

7Par ailleurs, si dans les deux cas on trouve des Français prenant part active aux sociabilités, les librairies arabes semblent davantage fonctionner comme un relais intra-communautaire. Ceci est d’ailleurs encore plus vrai des librairies islamiques, où les Français sans lien autre qu’intellectuel avec le monde arabo-musulman ne vont pratiquement jamais. En ce qui concerne les Espagnols de Paris, le constat tient notamment au fait que l’existence même d’une communauté, perceptible sur le plan culturel, reste problématique en termes de sociologie urbaine.

8Pour revenir aux termes de notre chapitre introductif, disons donc que les librairies en langue arabe répondent d’avantage au modèle de l’insertion communautaire, tandis que les espagnoles se trouveraient plutôt du côté de l’intégration à la culture universelle. Ceci, bien entendu, est une observation qu’on devrait se garder de prendre en termes absolus, en évitant surtout de faire de ce couple insertion/intégration, ici employé à des fins descriptives, la conséquence directe d’une stratégie sociale communautaire. Dans ce sens, il faut notamment garder à l’esprit le fait que la communauté arabophone ne peut être conçue comme un bloc monolithique, étant traversée de clivages sociaux et culturels dont les traces, on l’a vu, ne manquent pas de se retrouver dans les librairies.

9Arrivés à ce point, il nous faut souligner que les contrastes entre les deux terrains ne devraient pas faire oublier les ressemblances, qui sont, elles aussi, fondamentales. Elles tiennent pour beaucoup aux codes partagés avec la société française aussi bien par les arabisants que par les hispanisants, partage sans lequel il ne peut y avoir d’expérience plurielle de la culture. Les codes peuvent parfois se référer à des manières françaises qu’auraient adoptées les communautés d’origine étrangère, mais le plus souvent ils ont pour horizon des valeurs communes à toutes les sociétés concernées, voire à la civilisation en général. Pour ce qui nous intéresse, on peut dire que, partout où il y a des livres, certaines manières d’en parler et de se rencontrer pour en parler se retrouvent.

10Ce sont des pratiques de sociabilité propres aux milieux intellectuels en général, qui sont ceux où les quatre librairies de notre enquête trouvent la plupart de leurs clients. Ces librairies ont même de nombreux points en commun qui les rapprochent davantage du reste des librairies vouées aux cultures reconnues comme légitimes, la française y comprise, qu’à d’autres références culturelles du même domaine linguistique. Une librairie arabe de la rive gauche peut, sur certains plans, être plus proche d’une librairie espagnole que d’une librairie islamique de Belleville ; une discussion sur un auteur classique peut ressembler à une autre, qu’elle ait lieu en arabe, en espagnol ou en français.

11D’autre part, une nostalgie peut, elle aussi, ressembler à une autre, lorsqu’elle a pour objet un pays lointain. La pratique habituelle du bilinguisme n’est que l’exemple le plus évident de tout ce que le fait d’être étranger peut amener comme problématique commune. Parmi d’autres effets, cette condition incite, et même oblige, à élaborer un discours sur sa propre identité qui prenne en compte la dimension nationale et son articulation avec l’identité française. Dans ce sens, indépendamment du besoin d’acheter des livres, la fréquentation de certains lieux liés à cette identité, tels que, parfois, des librairies, fait partie de ces pratiques discursives que l’on assume aussi bien individuellement que collectivement. Les cartes que dessinent ces fréquentations ne sont cependant pas les mêmes pour tout le monde. Chez les arabophones, les deux types de librairies correspondent à des parcours assez différents, vue l’origine historique, sociale et culturelle diverse de leurs clientèles respectives.

12Cela étant, pour revenir à notre comparaison entre librairies de langue arabe et librairies en langue espagnole, les différences que nous avons repérées dans les pratiques sont à distinguer de celles relevées dans les discours concernant le rôle des librairies et des sociabilités qui y ont lieu. La présence plus forte de la langue d’origine dans les librairies arabes, par exemple, ne s’accompagne pas d’un discours plus emphatique sur le rôle de la langue dans le maintien de l’identité culturelle ; au contraire, on y constate volontiers la mixité des pratiques : « Je m’énerve en arabe, je ne peux prier qu’en arabe, mais je parle d’amour en français. » Inversement, pour ce qui est du rôle culturel, le discours le plus appuyé se retrouve chez ce libraire français d’origine espagnole : « Ce n’est pas une librairie de langue espagnole, ce n’est pas une librairie sur la culture de l’Espagne, c’est une librairie espagnole, c’est-à-dire que nous sommes ici une petite enclave où on parle l’espagnol. » Face à cette image, les descriptions que font les Arabes de leurs librairies peuvent sembler plutôt dédramatisées, comme dans le cas des professions de foi commerciale des libraires islamiques.

13Tout ceci illustre assez bien ce fait que le discours sur la tradition n’est jamais aussi fort que là où cette tradition est déclinante ou menacée. Cependant, il faut à nouveau souligner le caractère relatif de ces différences. Nous avons vu, en effet, que les discours militants n’étaient pas absents des propos tenus par les habitués des librairies arabophones, alors qu’une libraire du domaine espagnol pouvait très bien, à l’occasion, se passer de toute proposition sur l’identité pour arriver à ce simple constat : « Des fois, on n’a pas envie de parler espagnol. »

14Par ailleurs, les discours et les pratiques des uns comme des autres se dessinent sur le fond d’une société française dont on retient souvent comme trait marquant la raréfaction croissante des sociabilités. Sur le plan de la lecture, cela se traduirait par un contact solitaire avec le livre et une relation instrumentale avec le libraire, deux images que l’on rejette comme appartenant à ce qu’on pourrait appeler l’ethos de la grande surface.

15On est même tenté de dire que, dans l’esprit de certains lecteurs en langue étrangère, la France c’est la Fnac. La Fnac Internationale, déjà disparue à l’époque de cette enquête, apparaît donc rétrospectivement comme une tentative de réabsorber les différences culturelles que soutiennent à grand-peine ces petits libraires indépendants, dans une logique du marché foncièrement autoritaire et unificatrice, même si elle avance parée de bonnes intentions multiculturalistes.

16Face à cela, l’enquête met à jour des sociabilités du livre précisément dans des lieux qui, dans l’esprit de certains, concentrent les inquiétudes concernant l’identité de la France ou de l’Occident. C’est M., l’enthousiaste des librairies islamiques, qui nous a fourni l’éloge le plus éclatant de ces pratiques, en disant, immédiatement après avoir cité la fameuse sourate du Coran : « Vous pouvez lire des livres, comme vous pouvez lire en contactant les autres gens. » Autrement dit, pour ce musulman fervent, la sociabilité peut être une pratique de lecture, et la lecture, le premier signe de fidélité à l’islam. Peu de lecteurs occidentaux iront aussi loin dans la formulation d’une métaphysique des sociabilités de la lecture.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access