Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilités du livre et communautés de lecteurs

 | 
Martine Burgos
, 
Christophe Evans
, 
Esteban Buch

Troisième partie. Sociabilités du livre et identités culturelles : les librairies en langue étrangère à Paris

Chapitre 1. Traversée : entre insertion et intégration

Texte intégral

  • 199 Juan Carlos Paz, Alturas, tensiones, ataques, intensidades (Memorias III), Ediciones De La Flor, Bu (...)

« ...persisto en retornar a la legendaria librería Shakespeare and company, situada de côté gauche de Notre-Dame - Quai Montebello-, para renovar un estado de unción similar, supongo, al de los creyentes penetrando en su templo favorito, y disfrutar de una tarde acogedora y favorable a la más perfecta de las vagancias en torno a los anaqueles saturados de libros extraños, propios y ajenos.199 »

Cosmopolitisme

  • 200 Comme l'indiquait, par exemple, sa photo sur la couverture du livre de Jean-Pierre Colin et Norbert (...)

1Ce passage des Mémoires du compositeur argentin Juan Carlos Paz, écrit à Buenos Aires en 1968 au retour d’un voyage à Paris, est un témoignage à la fois extraordinaire et exemplaire. Dans ces quelques lignes et celles qui les suivent, on trouve résumée de manière singulièrement éloquente une certaine idée mythique de la plus célèbre des librairies parisiennes en langue étrangère, la librairie anglaise Shakespeare and company - qui est d’ailleurs l’une des plus célèbres librairies parisiennes toutcourt200. Ce mythe de la librairie étrangère, aussi bien dans ce qui la rapproche des librairies françaises qu’en ce qui l’en écarte, nous le retrouverons tout au long de cette enquête comme horizon idéal des pratiques de sociabilité que nous aurons à cerner.

2« Je persiste à retourner - écrit donc Juan Carlos Paz, compositeur, écrivain et grand lecteur - dans la légendaire librairie Shakespeare and company, située du côté gauche de Notre-Dame, pour renouveler un état d’onction semblable, je pense, à celui des croyants pénétrant dans leur temple favori. » Il s’agit du témoignage d’un homme qui avait vécu et étudié à Paris dans les années 1920 et qui, peu avant de mourir, y retourne une dernière fois la veille de Mai 68. La librairie, fondée en 1919, rue Dupuytren, par Sylvia Beach, est, pour Paz, le site d’un souvenir personnel, lié aussi bien au temps de son éveil à l’art d’avant-garde qu’à l’époque de ses voyages ultérieurs, site où il se plaira à retourner. Mais il est surtout un lieu de mémoire collectif littéralement hanté par une certaine tradition littéraire, celle des compagnons de Shakespeare, les « mânes de Joyce, Hemingway, Faulkner, Gertrude Stein, Gershwin, Scott Fitzgerald, Antheil et autres anciens animateurs de la glorieuse S.A.C  ».

3Or il ne s’agit pas seulement d’un défilé d’esprits. De Shakespeare and company, Juan Carlos Paz, fondateur de l’avant-garde musicale argentine, souligne la condition de lieu d’origine du grand chef-d’œuvre de la littérature anglaise du vingtième siècle : « D’ici est parti Ulysse, poussé par les fantastiques visionnaires Margaret et Jane, à la conquête de Paris, puis du monde. » La librairie porte donc à la fois la trace du plus grand livre et celle des sociabilités de la plus illustre tradition parisienne de littérature étrangère. Ces traces historiques permettent le déploiement du plaisir privé du visiteur, qui vient y jouir « d’un après-midi accueillant et favorable au plus parfait des vagabondages autour de rayons saturés de livres étranges, connus et inconnus ».

  • 201 Voir le livre de mémoires de Sylvia Beach, Shakespeare and company, El Laberinto, Barcelona, 1984.

4Peu importe, dans cette conception légendaire, que Joyce n’ait pas connu la Shakespeare and company située près de Notre-Dame, mais celle du 12 rue de l’Odéon, installée en 1921 en face de la librairie d’Adrienne Monnier ; peu importe de savoir si Paz, lui, a bien connu le magasin de Sylvia Beach à l’époque de Joyce. En fait, l’Argentin évoque aussi bien les vrais habitués de la rue de l’Odéon, comme Hemingway et Scott Fitzgerald, que ceux qui, comme Gertrude Stein, n’y allaient que rarement, ou même qui, comme Faulkner, n’y mirent jamais les pieds ; en même temps, il oublie des visiteurs célèbres tels que Pound ou T. S. Eliot201. Dans la librairie du texte de Paz, le visiteur rencontre les auteurs connus et inconnus, leurs œuvres connues et inconnues, et devient un vagabond culturel au sein d’une légende qui transcende le temps sous le modèle du culte ; car la librairie, en tant que lieu physique, n’est que le support d’un temple, le temple laïc d’une culture universelle.

  • 202 L'adresse officielle de Shakespeare and company est 37 rue de la Bûcherie. Dans ce qui suit, tous l (...)
  • 203 Au sujet des tensions concernant le statut commercial de la librairie, voir les Notes sociologiques (...)

5S’il pouvait le lire, il est probable que l’Américain George Whitman, successeur de Sylvia Beach et actuel propriétaire de Shakespeare and company, se retrouverait aisément dans les Mémoires de Paz. « Il y a, dans les autres pays, un amour pour ma librairie qui est franchement étonnant, dit Whitman. Parce qu’elle n’est pas tellement extraordinaire. Quand vous pensez au Louvre, quand vous pensez à tout ce qu’il y a à Paris ! Mais il y a quelque chose, une dimension humaine, ici, qui plaît aux gens, qui ont une nostalgie de ce contact humain qui disparaît un peu dans le monde moderne202. » Depuis sa reprise du fonds et du nom de la librairie de Sylvia Beach dans les années 1950, Whitman, qui n’est pas mécontent de son illustre nom de famille, a su renouveler la légende du lieu de la lost generation, en y ajoutant «les mânes » d’Allen Ginsberg, Gregory Corso, William Burroughs et autres chantres de la beat generation, « qui ont habité l’hôtel, qui venaient étudier, lire souvent dans ma salle de lecture ». Pour lui aussi, l’intérêt fondamental de sa librairie se concentre dans une sorte de sociabilité partiellement imaginaire, où les clients tissent des liens autour des livres et de leurs auteurs d’une manière non soumise aux contraintes de la vie ordinaire, notamment commerciale203 « On est chez soi, ici, dit Whitman. Il y a des chaises pour s’asseoir. On est indifférent au fait que les visiteurs achètent des livres ou non, on est parfaitement indifférent. Ça nous est parfaitement égal. C’est l’amour des livres, on pratique l’amitié par les livres. Parce qu’on a l’impression de connaître les gens dès qu’ils rentrent par la porte, même s’ils viennent du bout du monde, parce qu’ils ont les mêmes amis en commun, ils ont lu les mêmes livres. Il connaît Raskolnikov, il connaît les œuvres de Proust, les personnages qui sont vivants dans les romans français sont presque des amis. Donc on a des amis en commun, si on a lu les mêmes livres. »

6Pour son propriétaire, le charme de Shakespeare and company est même celui d’« une certaine ambiance qui rappelle Paris d’autrefois », celui des cabinets de lecture du XIXe siècle de Balzac, un peu librairie, un peu bibliothèque, un peu lieu de rencontre ; le tout, fonctionnant sous le régime d’une « entreprise familiale » que l’actuel propriétaire entendait ranimer, au moins sur le plan symbolique, en donnant à sa fille, aujourd’hui adolescente, le nom de Sylvia Beach. « C’était une ambiance familiale, et c’est un peu comme ici : en ce moment ma fille est à la caisse, le chat est ici pour accueillir les gens. »

7Il faut dire que la prise de distance par rapport au monde moderne que George Whitman entend manifester par le fonctionnement de sa librairie ne semble pas être partagée par cet artiste moderne presque archétypal que fut Juan Carlos Paz. Mais à ceci près, on retrouve chez Paz et Whitman, client et libraire, un accord frappant quant à la signification symbolique d’un lieu qui, tout en étant un commerce de livres, ne semble pas s’y résumer : celui de la pratique de sociabilités réelles et imaginaires, où livres, personnages, auteurs et lecteurs sont autant de figures en mouvement au sein d’un espace idéal défini et limité par la présence physique du livre et la lecture. « L’amitié par les livres », avec ses allures de slogan et son parfum de lieu commun, résume parfaitement ce projet, qui trouve, dans les librairies en langue étrangère à Paris, autant de lieux d’accomplissement virtuel ou effectif.

  • 204 « N'oublie pas d'apprendre un peu de français tous les jours. »

8Or la célébrité de Shakespeare and company, que sa fondatrice, fille d’un pasteur presbytérien de Princeton, définissait comme une librairie américaine, vit et prend force sur fond de langue anglaise, que ce soit dans les livres ou dans les échanges verbaux entre clients et libraires. Car si on y trouve aussi quelques livres en russe, allemand ou espagnol, si on y entend parfois le français aussi bien que d’autres langues, l’immense majorité des livres sont en anglais, et l’anglais est bien la langue qu’on y parle le plus souvent. Cela, pour Whitman, ne va pas sans regret. « Don’t forget to learn a little French every day204 », répète-t-il à sa fille, avant de préciser : « Ça me gêne que je passe toute la journée à parler l’anglais, j’aurais préféré parler d’autres langues. » Et encore : « J’aurais aimé passer toute ma journée à parler français. » Il se trouve, cependant, que les Français ne viennent pas à la librairie de Whitman en nombre suffisant : « Je n’ai pas assez d’occasions de parler français, je n’ai pas assez de clients français  », dit-il, ce que le choix de vendeurs anglais au français « déficient », d’après son propre aveu, ne risque pas d’arranger. Peut-on avancer une explication ? « Peut-être à cause de son caractère trop informel ou je ne sais pas quoi, ce lieu n’est pas autant aimé des Français que des étrangers. »

9Absence de code formel ou autres raisons, le fait est donc que le public de Shakespeare and company est surtout formé d’étrangers. Et cependant, pour George Whitman la différence historique - d’être le lieu de résistance d’une certaine convivialité ancienne face aux ravages de la vie moderne - semble être plus importante que la différence linguistique. Dans son esprit, cette mission éminemment conservatrice l’emporte nettement sur la diffusion d’un certain corpus littéraire anglophone, et plus généralement, sur toute revendication d’une culture américaine ou anglaise. La librairie, siège d’une altérité culturelle et linguistique par rapport au Paris francophone des Parisiens, se retrouve donc dans la situation quelque peu paradoxale de prétendre incarner, pour des étrangers anglophones, l’essence conviviale d’un Paris francophone disparu.

10Cette particularité anglophone s’épanouit toutefois comme différence culturelle légitime au sein d’une certaine culture française générale, qu’elle contribue à nourrir et à légitimer dans sa dimension plurielle ; comme si la gloire cosmopolite de Paris venait trouver, dans la librairie Shakespeare and company, un lieu d’accomplissement qui aurait traversé presque tout le XXe siècle.

Etat des lieux

  • 205 Notre enquête fait état de 86 librairies en langue étrangère à Paris, qui se répartissent ainsi : a (...)

11Disons maintenant qu’on trouve sur Paris près d’une centaine de librairies en langue étrangère - des librairies qui, de manière exclusive ou non, vendent des livres en langues autres que le français205. Ces commerces sont parfois prospères, affichant leur enseigne dans les quartiers riches et « intellectuels » de la capitale ; parfois modestes, situés dans les quartiers à forte présence d’immigrés. La distribution de ces librairies sur la carte parisienne n’est évidemment pas sans lien avec leur rôle et leur histoire : alors que nous verrons les librairies en langue arabe et vietnamienne, par exemple, s’installer au cœur de quartiers fortement marqués par la présence de populations originaires du Maghreb ou du Sud-Est asiatique, nous rencontrerons une librairie roumaine et une librairie polonaise dans un quartier - le 5e et le 6e arrondissements - où l’on trouve, plutôt que beaucoup de Roumains ou de Polonais, de nombreuses librairies tout court. Ce seul élément géographique annonce déjà la complexité du problème sociologique qui se pose. En effet, les librairies en langue étrangère à Paris varient énormément, non seulement d’une langue à l’autre, mais aussi, pour une même langue, d’un quartier à l’autre et même d’un propriétaire à l’autre ; c’est tout un éventail de situations personnelles, sociales, politiques, linguistiques, commerciales, religieuses, historiques, idéologiques, matérielles qui s’y déploie.

12L’étendue de cette gamme, d’ailleurs, peut être aperçue sans même entrer dans les commerces en question : déjà les enseignes et les vitrines constituent des stratégies de présentation de chaque culture qui informent le spectre des sociabilités possibles et donnent des pistes quant au projet qui les sous-tend : ici l’icône de Shakespeare, là une enseigne bilingue, ou encore un nom intraduisible. Cette diversité se retrouve dans le choix des livres qui y sont offerts, compris dans une, plusieurs ou toutes les catégories suivantes : a) livres d’auteurs étrangers, dans la langue originale ; b) livres d’auteurs français, traduits dans cette même langue ; c) livres d’auteurs d’une troisième langue, toujours dans la langue étrangère concernée ; d) traductions françaises de livres d’auteurs de langue étrangère ; e) livres d’auteurs français, en français, sur la culture étrangère en question ; f) livres bilingues savants ; g) livres bilingues didactiques ; h) dictionnaires ; i) méthodes de langue ; j) presse du ou des pays concernés ; k) guides de tourisme ; 1) livres d’auteurs français en français (rayon de librairie générale).

13Le cas le plus répandu est vraisemblablement celui de la librairie qui, tout en privilégiant la première de ces catégories, cherche à inclure le maximum possible des autres ; les clivages s’organisent surtout par rapport aux traductions françaises (groupe « d », qui appartient de droit aux librairies françaises générales) et les méthodes de langue (groupe « i »). Il faut souligner que le choix de ces catégories, s’il s’inscrit dans une logique commerciale, renferme aussi des choix idéologiques importants : tels ces libraires qui se refusent à vendre des traductions au nom d’une définition linguistique de la culture ; ou ceux qui mettent en avant les méthodes de langue en fonction d’un idéal de bilinguisme, etc.

14Cela étant, on rencontre souvent un souci d’équilibre qui se traduit par la mise en avant à la fois de la légitimité de la langue étrangère et de la nécessité d’une médiation avec la langue française. Cette solution apparemment « naturelle » s’explique aisément par le désir de diversifier l’offre au maximum pour toucher une clientèle plus vaste, en faisant jouer les deux modes de l’échange interlinguistique, à savoir la traduction et le bilinguisme. Les deux paradigmes de la communication entre les hommes, les deux réponses à Babel - soit on légitime les traductions et il devient inutile d’apprendre des langues ; soit on pense qu’un monde d’individus polyglottes rend inutiles les traductions - s’ils coexistent sans problèmes dans beaucoup de librairies réelles, ne manquent pas de se heurter dans les discours qu’on peut tenir sur la librairie idéale.

15Par ailleurs, si les stratégies peuvent varier, il se trouve que la quasi-totalité des propriétaires (et des employés) de ces librairies sont des gens qui ont un rapport personnel à la langue étrangère en question : langue maternelle en général, langue d’adoption quelquefois. Car le livre en langue étrangère n’est pas un objet quelconque, qu’un commerçant pourrait choisir comme marchandise en vertu de principes exclusivement économiques ; il n’est pas non plus un livre quelconque, qu’un libraire pourrait choisir pour en faire un sujet de spécialisation parmi d’autres. Il est lié à l’histoire des personnes qui choisissent d’en faire un métier ; une histoire qui leur donne une compétence pour ce rôle, mais aussi, surtout, une motivation.

16La même observation, quoique modulée de manière différente, est valable pour leur clientèle : acheter un livre en langue étrangère implique évidemment de connaître cette langue ou tout au moins de s’intéresser à elle, et donc d’avoir une certaine relation avec la culture en question. Qu’il s’agisse d’un Français « de souche » voulant lire dans une langue autre, d’un étranger pratiquant ainsi sa propre langue, d’un Français qui entretient son rapport aux « origines » en lisant la langue de ses ancêtres, ou d’une autre situation, à tous les coups se pose, dans ce fait en apparence trivial qu’est l’achat d’un livre, dans ces phrases et gestes souvent minimes qu’échangent clients et libraires, voire les clients entre eux, la question du lien de ces personnes avec leur culture, celle du lien entre les cultures, celle du lien entre la France et le reste du monde.

  • 206 Dossier de presse de la librairie, comprenant un entretien avec Denis Pryen, responsable fondateur.

17Or il s’agit de la réalité actuelle de ces relations, mais aussi de leur histoire. Le cas de Shakespeare and company est le plus remarquable pour ce qui est de l’inscription historique, mais il y en a d’autres peut-être plus dramatiques : telle la Librairie du globe, fondée en 1953 par des communistes entretenant des liens solides avec Moscou, qui connut son apogée commerciale au temps de la Perestroïka pour modifier tout récemment son profil soviétique au profit d’une spécialisation plus nettement russe doublée d’un élargissement de son rayon de librairie générale française. Ou encore la librairie de la rue des Ecoles, créée par un groupe d’exilés brésiliens et portugais - dont Mario Soares et Celso Furtado, appelés par la suite à jouer des rôles de premier plan dans leur pays respectif - qui devait être rachetée en 1981 par la maison d’édition L’Harmattan, déjà propriétaire depuis 1975 d’une librairie spécialisée sur le tiers-monde206.

18Il faut donc souligner que les sociabilités dans de tels endroits sont entièrement marquées par cette inscription historique, que celle-ci prenne ou non, dans les récits, une forme emphatique : ces expatriés russes qui, comme se plaît à l’assurer une employée, après trente ans d’exil vont toujours dans « leur » librairie «respirer l’air natal » ; ou ces intellectuels haïtiens qui, se rencontrant par hasard à L’Harmattan avant d’aller poursuivre dans un café le débat sur leur pays, renouvellent l’image du «lieu de rencontre pour les exilés du tiers-monde » qu’était cette librairie dans les années 1970. C’est donc l’histoire de l’asile et de l’immigration, aussi bien que l’histoire de la francophonie et de la colonisation, que l’on voit apparaître en tirant le fil de l’histoire de ces librairies parisiennes.

19Bien entendu, l’observation est valable pour l’ensemble de la lecture en langue étrangère, vaste domaine pratiquement inexploré, au sein duquel les sociabilités dans les librairies doivent être situées, analysées et évaluées. En effet, ces lectures, par leur seule existence aussi bien que par les sociabilités qu’elles engendrent, participent de l’articulation entre chaque groupe linguistique et la culture francophone dominante. Cette articulation est définie déjà par la pratique même de la langue étrangère et, partant, par les formes particulières de bilinguisme qu’elle engendre. Mais elle correspond aussi à la rencontre de diverses traditions dont la légitimité est sujette à discussion aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des groupes linguistiques concernés.

20Tout ceci, bien entendu, est vrai de n’importe quel lieu, commerce ou pas, où le thème de l’altérité culturelle se pose. Or on sait jusqu’à quel point sont idéologiques les débats qui touchent à ce qu’on a pu appeler l’identité culturelle, cette entité qui, loin des essences nationales et autres entités métaphysiques, ne peut être pensée qu’à l’intérieur de l’échange discursif. En fait, ce sont des débats constamment traversés aussi bien par le double imaginaire du cosmopolitisme et de « l’exception française », que par l’idée que les étrangers se font de leur propre spécificité - idée qui par ailleurs se transforme au contact même de la culture française.

21Il est bon de remarquer que la catégorie « librairies en langue étrangère » est construite de manière négative : en France, sont « étrangères » les langues qui ne sont pas le français - une définition dans laquelle, bien sûr, les acteurs ne sont pas prêts à se reconnaître. Et le glissement qui consiste à employer le terme « librairies étrangères » n’est banal qu’en apparence : ce qui peut être l’indice d’une diversité (les langues des différentes communautés vivant en France) devient, dans certains contextes, une image menaçante (le commerce étranger, le communautarisme). Or, l’équation qui consisterait à attribuer à chaque librairie un noyau de clients représentatif d’une certaine communauté nationale ou ethnique s’avère problématique. Elle peut décrire, par exemple, la situation de ces deux librairies vietnamiennes situées dans le quartier de résidence de la grande majorité des Vietnamiens de Paris, qui constituent, de manière quasi exclusive, leur clientèle (quitte à négliger pour un moment leurs propres clivages politiques et culturels). Mais elle ne saurait s’appliquer à une hypothétique communauté allemande, dont les liens associatifs, lorsqu’ils existent, s’expriment de manière suffisamment floue pour mettre en cause l’emploi même du terme « communauté ».

22Une librairie en langue étrangère renvoie toujours à un projet de mise en valeur d’une différence culturelle. Mais ce peut être aussi bien en s’appuyant sur les réseaux de sociabilité propres à une communauté qu’en s’adressant aux lecteurs français et en s’identifiant aux formes supposées de sociabilité qui caractérisent la société française. La diversité de ces établissements peut même être décrite à partir des diverses stratégies mises en place aussi bien par les acteurs concernés que par cette société (et, dans une certaine mesure, par l’Etat) pour établir, gérer et légitimer ladite différence. Ces stratégies sont donc autant d’instances de négociation de l’identité culturelle, quelque part entre le degré zéro de la reproduction endogène de la culture étrangère et l’horizon de sa dissolution dans l’ensemble de la culture française. Dans ce contexte, le livre semble avoir la capacité de concentrer certains de ces enjeux ; d’abord par le fait même qu’il est porteur de discours, notamment sur les identités culturelles, ensuite parce que, au-delà même des effets de sa lecture, il est investi d’une valeur symbolique particulière ; parce qu’il est, pour ainsi dire, le fétiche parlant de l’Occident. Les sociabilités dans les librairies en langue étrangère sont des instances d’actualisation intersubjective des cultures étrangères en tant que cultures lettrées réelles ou virtuelles, ce qui veut dire, en général, en tant que cultures légitimes.

Modèles

23Nous avons dit que les librairies en langue étrangère sont toujours tenues par des gens ayant un rapport étroit à cette langue. Cela est vrai aussi de certaines librairies qui offrent des livres en plusieurs langues, dans la mesure où ces dernières sont apparentées par des raisons thématiques ou historiques - telle la librairie Samuelian, « haut-lieu de l’orientalisme », tenue rue Monsieur-le-Prince par un Arménien chez qui l’on trouve des livres en arménien, mais aussi en arabe, en chinois, en russe ou en français ; ou encore cette Librairie polonaise qui offre beaucoup de livres dans d’autres langues d’Europe de l’Est.

24Cependant, l’existence de librairies fondées sur le principe même de la pluralité des langues vient apporter le seul démenti à l’affirmation concernant le rapport personnel du libraire avec son fonds. C’était le cas de la Fnac Internationale, courte expérience frappée par l’échec commercial, non sans avoir soulevé pendant l’hiver 1992 certaines frayeurs chez les libraires spécialisés ; actuellement, c’est encore le cas de la librairie Gibert Jeune - Lettres et langues du monde entier, créée en 1993 comme extension du rayon international de la toute proche maison-mère. Son directeur est un Français, Frank Ferrière, qui se définit comme un « pur produit Gibert Jeune » et qui n’a aucune ambition de jouer un rôle quelconque dans le débat sur les identités culturelles. « On ne veut pas - dit-il notamment - s’adresser particulièrement aux étrangers de Paris. Nous, ce qui nous intéresse, c’est de s’adresser aux gens qui veulent apprendre une langue ou se perfectionner dans une langue. » Il s’agit donc d’une clientèle universitaire française, qui ne parle pratiquement jamais la langue étrangère dans la librairie, même si les vendeurs sont des gens formés dans cette dernière ou bien, à l’occasion, des étrangers eux-mêmes. Eventuellement, Gibert Jeune s’adresse aussi, par la vente de méthodes de langue française, aux étrangers pas encore francophones. Bref, dit Franck Ferrière, « on ne se pose pas en concurrence directe des librairies spécialisées de Paris  », ce qui, ajoute-t-il en passant, les démarque de ce qu’avait tenté la Fnac Internationale.

25La librairie internationale de Gibert Jeune, en s’intéressant à toutes les langues étrangères en même temps, semble du coup se mettre, par principe, à l’écart des démarches de renfort des liens intra-communautaires. Or cela a lieu dans le cadre d’une politique de « grande surface », dont l’idéal serait, d’après le directeur, de « pouvoir tout proposer sur une seule surface » au sein de laquelle l’existence autonome d’une librairie internationale ne se poserait même plus. C’est donc la logique du marché qui vient s’imposer contre toute considération de mise en valeur des identités culturelles, d’une manière qui exclut d’emblée de ses préoccupations les sociabilités qui pourraient se développer.

26Face à ce modèle de la grande surface plurilingue, les librairies spécialisées dans une seule langue présentent une toute autre problématique. La librairie vietnamienne Khai Thi, située Avenue d’Ivry dans le 13e arrondissement, a été fondée en 1986 par un ancien inspecteur des finances qui avait quitté le pays en 1979 après la chute de Saigon. Il s’agit d’un petit magasin, tenu par toute la famille (père, mère, fils, fille), où l’on vend aussi bien des livres que des plats de cuisine vietnamienne ; c’est le rayon alimentation, en fait, qui assure en premier lieu la survie de la famille. Les rayons de livres sont presque entièrement garnis de textes en vietnamien, dont beaucoup de romans d’auteurs vietnamiens mais aussi beaucoup de traductions d’auteurs occidentaux ou orientaux, notamment chinois. Les livres de non-fiction sont également nombreux, avec des textes d’histoire et de politique vietnamiennes, mais aussi des livres de religion, de philosophie orientale, de médecine. Si l’éventail est large, on y trouve peu de belles éditions, et beaucoup de livres d’occasion, ce qui se reflète dans des prix relativement bas. La librairie propose d’ailleurs un système de location, ce qui en fait une petite bibliothèque payante, très prisée du public jeune au pouvoir d’achat restreint. Les rares livres qui ne sont pas en vietnamien forment un petit rayon français, avec, surtout, des livres sur le Vietnam, son tourisme, sa cuisine, sa musique.

27Le rayon des livres est tenu par les hommes de la famille, dont M. Nguyen fils, arrivé en France à l’âge de 12 ans et aujourd’hui jeune étudiant en comptabilité. Celui-ci confirme le fait que la clientèle de la librairie est formée presque intégralement par des gens d’origine vietnamienne résidant dans le quartier. « On a un marché, ici dans le 13e ; si on avait un marché très éparpillé la boutique ne survivrait pas. » Mais l’usage du terme « marché » est loin de remplacer, chez lui, celui du terme « communauté  », qui revient avec force dans son discours : « On vit pour ça et grâce à ça, dit-il, s’il n’y a pas de communauté vietnamienne on ne peut pas vendre les livres. Et d’une certaine façon on retrouve ce qui nous manque le plus en France, les relations, la langue, parler vietnamien. Parfois on parle vietnamien toute la journée... » C’est ainsi que pour beaucoup de compatriotes, la librairie fournit une occasion de se rencontrer et de parler la langue maternelle, même si, remarque le libraire, cela ne doit pas aller à l’encontre du fonctionnement commercial : « Souvent on ne peut pas se le permettre... mais dans les heures creuses on peut se parler des heures. » Nguyen est d’ailleurs prêt à accorder au livre un rôle de premier ordre dans le maintien des liens communautaires : « Je crois que quelqu’un a dit, grosso modo, que la culture, des livres en partie, c’était les racines d’un peuple, si on perd les racines il n’y a plus de peuple. » C’est un Vietnamien qui l’a dit ? Réponse : « Je crois que c’est un Occidental. Je crois que c’est un Juif même, qui a dit ça. »

  • 207 Une publication de l'INSEE révélait que « plus de la moitié des parents immigrés ne parlent pas leu (...)

28Les sociabilités dans la librairie ont lieu presque exclusivement entre Vietnamiens, même s’il peut arriver exceptionnellement qu’un non-vietnamien y entre et parle vietnamien, et alors, dit Nguyen, « c’est une fierté, un étranger qui nous parle notre langue, surtout d’origine occidentale  ». Cependant, pour lui, la relative clôture de la communauté ne devrait pas être interprétée dans le sens d’un repli : « Ce n’est pas une façon de se démarquer des Français, je pense que c’est primordial, obligé même de parler français, mais, je pense que garder la langue maternelle n’est pas une mauvaise chose. » De ce désir d’équilibre, on retrouve les traces dans sa manière de concevoir son rôle de libraire. D’une part, Nguyen respecte les traditions qui l’autorisent par exemple à donner des conseils aux gens de son âge mais pas aux personnes plus âgées. En revanche, l’ouverture du rayon français est due à son initiative, après avoir discuté l’affaire avec son père : « C’est moi qui l’ai influencé, mais je pense que je lui ai donné des arguments convaincants. » Nguyen prévoit la croissance de l’intérêt des Français envers le Vietnam - « il y aura plus de gens curieux qui viennent voir la communauté » - et aussi, la disparition progressive des membres de la communauté nés au pays : « La relève je ne crois pas qu’elle s’intéresse à cent pour cent à ces livres (en vietnamien). »207 Bref, on constate qu’aussi bien les pratiques de sociabilité dans cette librairie vietnamienne, que les discours de son responsable sur le présent et l’avenir de celle-ci, sont complètement informés par la présence physique et symbolique d’une communauté bien définie en termes spatiaux et temporels.

29Toute autre est la réalité de la librairie allemande Marissal bücher, fondée en 1981 par un important libraire de Hambourg, du nom, précisément, de Marissal. Il s’agit d’un commerce aux allures prospères situé face au Centre Pompidou, où le bilinguisme est de rigueur aussi bien dans l’offre que dans les échanges verbaux. Ses vitrines, renouvelées fréquemment, se partagent entre une présentation de la culture allemande au sens large (ce qui inclut par exemple des auteurs autrichiens) et les méthodes de langue. Si elle compte quelques Allemands résidents parmi ses clients, si les institutions telles que l’Institut Goethe ne négligent pas d’y diffuser leurs activités, le gros de sa clientèle est constitué par des Français germanisants, ou bien par des touristes allemands de passage. Et loin d’être un lieu de rencontre, les échanges entre clients sont plutôt minimes, en quoi, d’ailleurs, elle ne diffère pas trop d’une librairie française générale.

30D’après le récit de Petra Kringel, qui la dirige depuis 1986, la fondation de la librairie à Paris répondait au désir du propriétaire de « faire quelque chose de moins élitiste » que les librairies allemandes existant à l’époque, orientées surtout vers un public universitaire. « Marissal voulait un quartier touristique pour avoir une autre image et pas seulement l’image "rive gauche" », précise-t-elle, « et surtout un endroit très passager, et pas uniquement touristique ; vous savez, il n’y a pas beaucoup de touristes à la BPI. » Ce choix du profil d’une librairie « plus générale », cependant, ne relevait pas d’une volonté quelconque de contribuer à une politique culturelle, mais plutôt du « coup de tête » d’un homme qui, étant déjà propriétaire de huit librairies aux spécialités diverses - dont une librairie internationale à Hambourg - restait cependant « un peu un amateur pour la place de Paris  ». Et dans ce sens, Kringel, qui se dit « une européenne convaincue » et assure que « sa génération a horreur du mot “nation” », réagit vivement à l’idée que la librairie puisse être vue comme un foyer de diffusion de la culture allemande : « Il n’y a pas de diffusion avec un ordre un peu missionnaire, pas du tout », dit-elle, préférant concevoir son rôle dans une logique d’« intégration ».

31Par ailleurs, elle décrit une pratique quotidienne où le bilinguisme est de mise. «Si quelqu’un nous dit “Je veux du Dürrenmat”, la première question c’est : “En allemand ou en français ?”. » Cette disponibilité se retrouve dans les échanges verbaux. Au premier abord, dit-elle, on parle français, « car on est tout de même en France », mais il est fréquent de passer à l’allemand, qu’il s’agisse de touristes allemands ou d’étudiants français. D’ailleurs, « ça nous arrive, ce qui est très drôle, de changer entre les deux, dans la conversation. » De toute façon, la conversation avec les clients n’occupe pas une place primordiale dans son travail. Le contact qu’elle juge le plus intéressant, c’est avec un petit groupe de clients français âgés : « Là on peut vraiment faire quelque chose et parler beaucoup avec eux, et ils suivent les conseils, et ils reviennent, même, il y a un feed-back. » Mais en général, Kringel déplore le retrait progressif de la fonction de conseil, remplacée peu à peu par les recommandations de la presse : « J’aimerais que les gens vraiment écoutent ce qu’on recommande ; ils viennent vers moi, ils demandent “vous pouvez pas me recommander un livre”, ils écoutent, ils regardent, et puis ils achètent ce qu’il y a sur la liste des best-sellers. »

Insertion et intégration

32On voit très vite ce qui distingue ces librairies vietnamienne et allemande. La première semble agir dans le sens de la conservation de certaines formes de sociabilité dont l’univers de référence est plutôt la communauté d’expatriés que la société française - sans négliger pour autant la dimension dynamique de cet univers, évoquée par l’allusion à l’avenir de la communauté au sein de la société française. La seconde, en revanche, veut favoriser l’accès de certaines œuvres et discours spécifiques à l’espace cosmopolite de la culture française, au sein d’une sociabilité qui reste largement indiscernable des normes de la société française ; accessoirement, elle offre un service à un certain nombre d’étrangers dont l’enracinement géographique à Paris est faible ou inexistant.

33Ces deux librairies proposent deux modèles de librairies en langue étrangère, aux caractéristiques et fonctions distinctes, correspondant, grosso modo, à deux types de sociabilités différentes. D’un côté, il y a le modèle de l’insertion dans une communauté spécifique, fondée sur une sociabilité plutôt intense, en langue étrangère, intra-communautaire - la librairie vietnamienne présentée plus haut ou cette autre, également située avenue d’Ivry, dont l’employée ne parle que quelques mots de français, et où il n’y a pas de rayon français du tout. De l’autre, le modèle de l’intégration à une société défendant des valeurs culturelles universalistes, induisant une sociabilité plus faible, bilingue, voire majoritairement francophone, extra-communautaire - l’allemande ou cette librairie de langue portugaise dont le propriétaire est un Français, qui dit parler mal le portugais et ne prétendre aucunement s’adresser à la communauté portugaise, mais simplement manifester son amour du Portugal et de sa culture.

34En général, ces deux pôles de l’insertion communautaire (sans donner ici un sens trop fort au terme communautaire) et de l’intégration universaliste s’articulent directement aux degrés de prospérité des différentes communautés concernées, et surtout, au degré de légitimité des cultures respectives. Pour le dire rapidement : les librairies de langues européennes (allemandes, espagnoles, anglaises, italiennes, polonaises, russes..) ont l’air plus prospères et plus intégrées que celles du Tiers-Monde (arabes, chinoises, vietnamiennes, colombiennes). Ces librairies européennes offrent des littératures plus traduites, plus éditées, plus vendues, plus légitimées, écrites dans des langues plus enseignées, plus apprises de manière institutionnelle, que ne le sont leurs semblables non occidentales.

35Et pourtant, ni l’ancienneté, ni le statut social d’une communauté ne déterminent mécaniquement le degré de légitimité de sa culture. En particulier, on ne saurait se tenir à un schéma diachronique selon lequel, par exemple, la librairie vietnamienne finirait un jour par ressembler à la librairie allemande, dans la mesure où les affaires de la communauté vietnamienne deviendraient de plus en plus prospères et que son influence sociale et culturelle augmenterait. Dans une certaine mesure, pourtant, c’était là le projet, voire la prédiction du libraire que nous avons rencontré. Or, légitimation culturelle et intégration sociale sont deux logiques qui peuvent s’harmoniser, mais tout aussi bien se contredire.

36La culture allemande est légitime, et le problème de l’intégration des Allemands ne se pose pas, ce qui fait que les librairies allemandes sont sans exception prospères et intégrées ; de son côté, la légitimité de la culture arabe, quand elle se présente sous un jour résolument religieux qui s’exprime par l’existence de nombreuses librairies musulmanes qui vivent à l’écart des circuits culturels légitimes, ne manque pas d’être contestée ; c’est autour des populations maghrébines que se concentrent les débats autour de la question de l’intégration. En revanche, il existe une littérature portugaise savante légitime, et aussi une population portugaise, souvent faiblement qualifiée, qui ne semble lire que très peu cette même littérature, et dont la stratégie d’intégration ne suit que très faiblement une logique de légitimation culturelle. Cela donne d’une part une librairie style « rive gauche », la Librairie de langue portugaise dans le quartier Mouffetard, et d’autre part une « librairie bazar » dans le 13e arrondissement, la Livraria Portugal, avec, entre les deux, la Librairie lusophone près de la Sorbonne.

Légitimité culturelle

37La Librairie de langue portugaise est une librairie élégante, avec bon nombre de belles éditions en français et en portugais. Elle est tenue depuis sa fondation en 1986 par un Français, Michel Chandeigne, qui est aussi éditeur - ses livres sont à la place d’honneur - et traducteur de poésie portugaise. Or son lien avec la langue portugaise n’est pas dû à une origine familiale, mais à une expérience personnelle du Portugal et du Brésil. « J’ai vécu à Lisbonne, j’ai aimé Lisbonne, j’ai été heureux à Lisbonne, je me sens bien là-bas  », dit-il pour justifier son choix. En dépit de cet amour pour la langue et la culture portugaises, la pratique de la langue ne l’intéresse que moyennement. « Je ne parle pas très bien le portugais », avoue-t-il, en disant que, pour ce qui est des échanges verbaux à la librairie, il préfère nettement le français. Il se trouve que, alors qu’il aime créer des liens avec les auteurs qu’il édite, l’idée même d’une sociabilité avec ses clients l’intéresse modérément : « Je ne cherche jamais à lier conversation avec les clients », dit-il. En outre, ce gérant d’une librairie de langue portugaise ne prétend nullement s’adresser à la communauté portugaise, la partie portugaise de sa clientèle étant d’ailleurs formée «beaucoup plus de Portugais de la seconde ou de la troisième génération que de la première génération » et encore moins participer aux sociabilités de cette communauté : « Ils viennent rencontrer des livres, pas leur langue. »

38Qui plus est, Michel Chandeigne récuse l’idée de jouer un rôle quelconque dans la diffusion de la culture portugaise à Paris : « Je fais avant tout du commerce, je ne fais pas ça pour diffuser la culture portugaise (...). Il se trouve que la conséquence est que ça diffuse de la culture portugaise en France, mais ce n’est pas le but. » L’exercice d’un métier, qui représente d’après lui « une forme de liberté individuelle qui est très rare actuellement », amène Chandeigne à se démarquer de toute culture officielle : « Il y a un officiel qui me présente de temps en temps comme un animateur de la culture portugaise à Paris, j’ai envie de hurler, je ne suis pas un fonctionnaire de la culture portugaise, je suis indépendant. »

39Cela étant, si certains fonctionnaires voudraient bien le voir jouer un rôle plus actif, en revanche le fait que Michel Chandeigne soit français n’est pas apprécié de tout le monde : « Il y a un côté un peu nationaliste chauvin. J’ai même parfois été agressé ici en me disant, des Portugais m’ont dit, vous êtes français, vous n’avez pas le droit, pourquoi vous occupez-vous d’une librairie portugaise ? » Or ces propos ne prennent tout leur sens que par rapport à l’existence des autres librairies portugaises de Paris : « Les deux autres librairies font plus de choses que moi, les journaux, la musique, donc ils touchent une clientèle beaucoup plus populaire. C’est vrai que j’ai une librairie élitiste, c’est-à-dire avec des livres, seulement des livres. » Mais la différence principale tient, d’après lui, au fait que « les autres librairies portugaises, comme elles sont tenues par des Portugais, ont envie de diffuser “leur” culture ». Et face à sa conception du métier de libraire comme « une forme de pratique de l’anarchisme (...) et du dandysme », il reconnaît chez ses collègues ce qu’il exclut résolument de sa propre démarche, à savoir « un côté mission ».

40Il faut dire que, dans le contexte actuel, le terme de « mission » est suffisamment investi de connotations péjoratives pour qu’on ne s’empresse pas de l’assumer. En revanche, le propriétaire de la Librairie lusophone, Joao Heitor, conçoit volontiers son travail comme une tâche de « diffusion » entendue comme contribution à la «vraie intégration » des Portugais à Paris : « Notre projet c’était d’aller dans cette logique, dans cette philosophie, vous voyez, faire découvrir le Portugal à nos enfants, aux Portugais qui méconnaissent presque tout parce qu’ils sont venus par des raisons économiques, et donner aussi à la société française une image du Portugal, une image valorisante, une image culturelle du Portugal. » C’est dans un tel esprit « biculturel » que ce Portugais, sociologue de formation, résidant à Paris depuis vingt ans et marié à une Portugaise avec deux enfants nés en France, a fondé cette librairie en 1987, tout près de la Sorbonne. Dans ce schéma, les sociabilités dans la librairie forment l’une des raisons d’être de l’établissement : « Nous voulons donner un petit lieu de rencontre où on puisse discuter, de littérature, de politique, de thèmes sociologiques. » Cet esprit de partage, qui affirme « qu’une langue c’est une culture et une culture c’est fait pour être partagée  », il le résume dans le slogan : « chaque client c’est un ami, c’est un peu le label de notre librairie. »

41Il évoque ainsi une réalité quotidienne bilingue où le portugais et le français alternent constamment, au choix du client, car, dit-il, « je crois que c’est le client, les gens qui fréquentent la librairie qui doivent faire la loi ». Tantôt il s’agit d’encourager les «jeunes de la dite deuxième, troisième génération, qui en général ont presque un complexe à parler le portugais » dans une société qui la perçoit volontiers comme «une langue de concierges », tantôt de se pencher, dans le cadre « d’une politique commerciale universitaire  », vers les étudiants français qui font leurs premiers pas en portugais ; ou encore, de renseigner en français des touristes intéressés par un séjour à Lisbonne. Bref, dit-il, « nous parlons beaucoup » ; la possibilité de parler, et de parler portugais, est pour Joao Heitor l’un des atouts de sa librairie.

42Cela le démarque du propriétaire de la Librairie de langue portugaise : « Il y a une autre librairie dont le propriétaire est un Français, et les gens me disent, peut-être qu’ils diront le contraire, nous préférons venir chez vous parce que vous êtes mieux localisés, mais aussi parce qu’on a la possibilité de parler le portugais. » D’après cette conception, l’origine du libraire et sa relation à la langue est le critère principal pour en établir la légitimité dans l’esprit de ces clients censés « faire la loi (linguistique) ».

43Or tout ceci ne fait pas automatiquement de la Librairie lusophone une émanation de la communauté portugaise à Paris. En fait, il raconte que les premiers espoirs de la librairie étaient basés sur le « marché potentiel » de la communauté portugaise, mais qu’au lieu de ces clients potentiels, la survie du lieu dépend surtout des universitaires français. Ce résultat découle d’une réalité bien plus massive et plus grave que des éventuelles réticences d’une partie de son complexe et puissant réseau associatif. « C’est que - explique Heitor - la communauté portugaise, comme vous savez bien, c’est une communauté qui n’est pas habituée à lire, qui n’était pas habituée à une réflexion à travers le livre mais plutôt à une réflexion empirique, et bon, ils ne fréquentent pas tellement les librairies de langue portugaise. » L’existence d’une troisième librairie, la Livraria Portugal située en face du consulat de ce pays, ne change pas vraiment cet état de choses, même si elle y ajoute un élément. En effet, fréquentée par une clientèle plus « populaire » que les deux autres, dans ce commerce, le livre n’est qu’une marchandise parmi d’autres produits typiques tels que le vin du Portugal, et il s’agit en général de presse et de textes peu légitimes en éditions bon marché. Cela fait qu’on lui refuse parfois le statut même de librairie. En tout état de cause, la question de la légitimité de ces établissements ne semble concerner qu’un petit nombre des Portugais de Paris, lesquels constituent pourtant, rappelons-le, la première minorité d’immigrés de la capitale. Ces querelles s’expliquent évidemment par leur situation de concurrence dans un marché restreint, mais elles traduisent aussi des conceptions différentes de ce que doivent être la librairie et le libraire pour avoir droit au statut de « représentant » d’une culture donnée.

Pluralité

44Toutes ces discussions sur le statut des différences culturelles légitimes ne devraient pas être conçues par rapport à une référence invariable, la toile de fond que serait la langue française sur laquelle s’inscriraient les langues étrangères. Une conception plus dynamique est requise pour comprendre, par exemple, certains mouvements au sein des librairies parisiennes qui, tout en restant dans un cadre francophone, mettent parfois en jeu des questions apparentées aux langues étrangères. C’est ce dont témoigne la seule existence d’établissements tels qu’une Librairie de la francophonie, une Librairie française, une librairie du Livre français, ou une librairie spécialisée dans les « anciennes colonies françaises » qui n’offre que des livres en français ; ou encore la librairie Présence africaine, historiquement proche du mouvement de décolonisation, qui offre bien, elle, quelques textes en langues africaines parmi une majorité de textes français. C’est aussi une problématique de ce type qui informe la librairie canadienne The Abbey bookshop, située en plein quartier Saint-Michel, et fondée en 1989 par Brian Hunter Spence, un canadien d’origine anglophone. Cet établissement se présente au premier abord comme une librairie anglophone, ce qu’attestent son nom, les livres de la plupart de ses rayons et l’emploi fréquent de la langue anglaise de la part des vendeurs et des clients. Cependant, on a tôt fait d’y découvrir un important rayon francophone correspondant au « livre québécois ». En fait, l’articulation des rayons anglophone et francophone à l’intérieur de la librairie canadienne met en scène de manière éloquente la problématique du bilinguisme au Canada qui, comme on sait, va jusqu’à mettre en jeu le concept même d’une identité nationale - et partant, l’unité politique du pays. Dans ce sens, Brian Hunter Spence conçoit volontiers sa librairie, notamment en ce qui concerne les pratiques linguistiques, comme « un vrai reflet du Canada ».

45Encore faudrait-il savoir dans quelle mesure ce « reflet » est tel pour l’ensemble de sa clientèle. Jusqu’ici nous n’avons pas établi de distinction stricte entre les pratiques effectives et leur représentation dans le discours des acteurs. En outre, concernant les sociabilités, nous n’avons cité que les propos de certains acteurs - les libraires-, et pas les autres - par exemple les clients des librairies. En revanche, dans ce qui suit nous tâcherons de montrer que les pratiques de sociabilité du livre et de la lecture, telles que l’observation directe peut les dégager, ne sont pas moins capables de mettre en jeu les identités culturelles, le statut de légitimité de ces identités en tant que différences, et leur inscription au sein d’une ou des visions de la société contemporaine ; et cela, dans le cadre d’un dialogue permanent avec les représentations de ces sociabilités dans les discours des acteurs. C’est ce dialogue qu’il nous importe de présenter maintenant, en exposant le résultat de l’enquête comparative menée dans quatre de ces librairies en langue étrangère : deux librairies en langue espagnole, deux librairies en langue arabe.

46J’ai choisi d’étudier les librairies en langue espagnole en tant que représentantes d’une immigration ancienne (à partir de la fin des années 1930) et politique (lieux de référence pour les anti-franquistes et réfugiés politiques sud-américains dans les années 1960-70). Le choix des librairies de langue arabe tient du contexte actuel et des débats portant sur les questions de l’intégration et de la place de l’islam en France. L’idée était de prendre deux librairies dans chacune des langues choisies afin d’éviter de prendre les particularités d’un établissement pour le trait distinctif d’un groupe, voire d’une communauté ; il s’agissait aussi de tenir compte d’éventuels clivages dans chacun des groupes. J’ai réalisé, dans ces quatre établissements, des entretiens avec le libraire, des clients et des employés - au nombre de sept pour chaque cas en moyenne. En outre, j’ai tenu des permanences dans chacune de ces librairies - entre six et huit séances de trois à six heures de durée chacune -, détaillées dans un journal d’enquête. Par ailleurs ont été prises en compte d’autres sources d’information telles que documents, publications et entretiens supplémentaires. Mais les conditions pour mener cette partie de l’enquête n’ont pas été les mêmes : la possibilité, ou non, d’enregistrer, et même de prendre des notes ; l’alternative, ou non, de choisir entre la participation et l’observation passive, etc., font que je n’ai pu réaliser que très partiellement cet objectif. En tant d’hispanophone, je pouvais parfaitement comprendre les échanges verbaux accompagnant les interactions qui se déroulaient dans les librairies espagnoles. Mais faute des compétences linguistiques, je n’ai pu mobiliser les mêmes ressources dans les librairies en langue arabe. De plus, le contexte politique au moment de la réalisation de l’enquête n’a pas facilité le déploiement de toutes les méthodes de recueil des données. Ainsi, des aspects importants ont pu rester dans l’ombre.

Notes

199 Juan Carlos Paz, Alturas, tensiones, ataques, intensidades (Memorias III), Ediciones De La Flor, Buenos Aires, 1994, p 213.

200 Comme l'indiquait, par exemple, sa photo sur la couverture du livre de Jean-Pierre Colin et Norbert Vannereau, Librairies en mutation ou en péril  ?, Publisud 1990.

Pour la problématique des librairies françaises, et notamment le débat sur la loi Lang, voir aussi, de Baptiste-Marrey, Eloge de la librairie avant qu'elle ne meure, Le Temps qu'il fait, 1988.

201 Voir le livre de mémoires de Sylvia Beach, Shakespeare and company, El Laberinto, Barcelona, 1984.

202 L'adresse officielle de Shakespeare and company est 37 rue de la Bûcherie. Dans ce qui suit, tous les entretiens sont en français, sauf indications contraires.

203 Au sujet des tensions concernant le statut commercial de la librairie, voir les Notes sociologiques à propos du métier de libraire, Nathalie Ferrier, mémoire de maîtrise, Université de Provence, 1992.

204 « N'oublie pas d'apprendre un peu de français tous les jours. »

205 Notre enquête fait état de 86 librairies en langue étrangère à Paris, qui se répartissent ainsi : allemand, trois ; anglais, huit ; arabe, dix-neuf ; arménien, une ; berbère, une ; catalan, une ; chinois, trois ; coréen, deux ; espagnol, trois ; esperanto, une ; langues Scandinaves, une ; hébreu, onze ; langues du subcontinent indien, trois ; hongrois, une ; italien, deux ; japonais, quatre ; polonais, trois ; portugais, trois ; roumain, une ; russe, trois ; serbo-croate, une ; turc, une ; vietnamien, trois ; plurilingue, huit. Cette liste n'est pas exhaustive. Elle se base sur les visites que nous avons pu faire et sur une recherche sur Minitel. Nous avons également tenu compte du Guide des librairies spécialisées de Paris, de Claude Fallek, Editions de la Butte aux Cailles, Paris, 1986 (édition mise à jour par Annette Masset), et de la brochure Paris livres 85, Editions Livres de France, Paris. 1985.

206 Dossier de presse de la librairie, comprenant un entretien avec Denis Pryen, responsable fondateur.

207 Une publication de l'INSEE révélait que « plus de la moitié des parents immigrés ne parlent pas leur langue maternelle avec leurs enfants. », in : Le Monde, 10 juin 1994.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access