Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilités du livre et communautés de lecteurs

 | 
Martine Burgos
, 
Christophe Evans
, 
Esteban Buch

Première partie. La socialisation privée des lectures : circuit « prête-main », « tournantes » et clubs de lecture

Chapitre 4. Effets des sociabilités : augmentation et altération

Texte intégral

  • 95 Hermann Hesse, « La fréquentation des livres », in : Magie du livre, José Corti, 1994.

« La fréquentation des livres, l’art de lire sont tout aussi dignes de soins intelligents et bienveillants, et en ont autant besoin que toute autre branche de l’art de vivre.95 »

1On a déjà évoqué en étudiant le circuit « prête-main », les conséquences que ces formes de sociabilité pouvaient entraîner sur la lecture et les lecteurs. On a notamment montré que ces activités pouvaient être envisagées sous l’angle d’un processus de capitalisation. En intégrant l’enquête réalisée sur les clubs de lecture, les « tournantes » et le Liseron, on peut se demander quels autres effets sont à attendre des sociabilités privées. Deux axes ont été retenus pour conduire cette dernière analyse. L’un concerne la façon dont les lectures sont intensifiées, l’autre, les mécanismes d’« altération » que les lectures ou les lecteurs subissent.

Intensification des lectures : « augmenter sur les livres »

2Il n’est pas rare en cours d’entretien de recueillir des témoignages explicites avançant l’idée que la circulation privée des livres ou le phénomène des clubs de lecture recouvre un ensemble de pratiques qui influent considérablement sur l’activité même de lecture. Ce qui change, c’est souvent l’attention qui est portée au texte : la lecture semble moins superficielle parce qu’elle est contextualisée dans un environnement convivial qui contribue à la singulariser. L’ensemble des processus de socialisation privée des lectures que nous avons décrits, c’est-à-dire leur inscription dans l’intimité de certaines relations - aussi relative au demeurant que soit cette intimité - , donne ainsi la possibilité aux lecteurs, non seulement de « passer un agréable moment en bonne compagnie » comme on nous l’a souvent rapporté, de capitaliser des expériences livresques, mais également, de les approfondir, de passer d’une lecture extensive à un lecture intensive :

« Avec les réunions, les discussions, ce que vous apportent les autres lectrices, plus les exposés qu’on prépare parfois pour présenter un livre, avec les conférences, on augmente sur les livres. » (Femme, 54 ans, tournante de prêt, banlieue sud-ouest)

3Les conversations ayant pour sujet une ou plusieurs lectures sont souvent l’occasion, pour un des interlocuteurs, d’accomplir un travail de remémoration, de synthèse - de critique parfois - afin d’exposer à autrui ses impressions personnelles. La relecture à voix haute de certains passages, l’évocation de certaines situations, des personnages livresques, l’analyse raisonnée de l’oeuvre (telle qu’elle nous a été donnée à entendre dans la plupart des clubs de lecture) constituent autant de circonstances qui placent les lectures sous un éclairage particulier et mettent en éveil l’attention de ceux qui n’ont pas encore lu. Certains sont même amenés à réviser, a posteriori, leur opinion.

4De cette façon, la réception du texte par d’autres lecteurs est susceptible d’être déjà préparée, voire grandement influencée. Il est manifeste en tout cas que les lectures qui subissent ce genre de traitement peuvent s’ancrer plus facilement dans la mémoire des lecteurs, peut-être plus facilement que certaines lectures non partagées, notamment pour les lecteurs peu coutumiers de cette sorte de « lecture raisonnée » :

« Depuis que je suis arrivée au club de S., je lis différemment, plus en profondeur, des livres que je ne lirais certainement pas seule. Ceci, grâce aux autres adhérents. Façons d’analyser, de voir les choses... Des détails qui paraissent anodins, mais qui changent la compréhension du livre. » (Club de S., femme, 43 ans, moyenne lectrice, BTS de secrétariat, ayant comme elle le dit elle-même, à l’instar d’un tiers des participantes du club de S., fait « le choix de rester à la maison pour s’occuper de ses enfants. »)

« Les participantes du club sont unanimes à dire que le fait de se réunir dans un club et d’avoir à discuter d’un bouquin, ça oblige à lire d’une autre façon, parce que généralement, on lit d’une façon un peu superficielle, surtout pour l’histoire. Là, ça oblige chacun à lire un peu plus attentivement, à garder un esprit critique. D’habitude, on lit pour soi, bon, l’histoire, et on oublie très vite ce qu’on a lu. Tandis que là, il faut avoir l’esprit un peu plus aiguisé... on anticipe, on parle chacun des personnages... certains bouquins, on se dit, ça va pas nous mener loin, il n’y a pas matière à discussions, et puis si. » (Homme, 60 ans, gros lecteur, membre du club de S., cadre de banque retraité)

5Ces effets constatés sur la lecture, à l’évidence, ne passent pas inaperçus. Nombreux sont les lecteurs qui n’hésitent pas à les mettre en avant pour justifier leurs activités « associatives » et les principes de formalisation qui les régissent :

« J’ai fait ça, Autour du livre [club de N.], parce que je suis amenée à lire de plus en plus de livres et que je lis de plus en plus mal et vite. Et ça ne va pas. Alors il y en a au moins deux par mois que je lis bien parce que je les relis dans la foulée pour pouvoir mieux en parler. Je me suis dit : "Tu lis horriblement mal, ça va t’obliger à lire". » (Femme, 60 ans, professeur d’espagnol, animatrice du club mixte de N. et membre d’un petit club de lecture exclusivement féminin)

  • 96 Je pense ici au témoignage d’un « gros lecteur » amateur de « classiques » en littérature selon ses (...)

6A plusieurs occasions, les personnes interrogées signalent que les interactions privées, en plus de faciliter leurs choix, leur permettent d’accéder comme on l’a déjà vu, en étudiant la question des pourvoyeurs, à des genres littéraires méconnus voire totalement ignorés, d’élargir leur horizon livresque - au point de réviser des opinions qu’elles croyaient définitivement tranchées96 :

« Et donc, il m’a sorti le premier jour, un bouquin de "hard littérature" édité par Saffrat qui s’appelle La Viande qui parle. Et c’était dingue, parce que moi, c’est un truc, j’avais jamais lu ça, ça m’a vachement intéressé. Ça m’a un petit peu bouleversé, enfin pas bouleversé, ça m’a choqué parce que c’est un genre de texte qui joue là-dessus, c’est vachement cru. La Viande qui parle, pour moi, c’était nouveau, et après tout, dans tout ce que je lis aujourd’hui, même si c’est des bouquins qui me touchent et qui me marquent profondément, j’ai pas l’impression de lire des trucs nouveaux, alors que là, soudain, attention, c’est pas de la littérature au sens... C’est tout à fait approximatif au niveau écriture, mais il y a un truc étonnant qui m’a fait une impression très différente. Et après tout, la littérature, si c’est pas être touché... » (Homme, 33 ans, gros lecteur, libraire, Paris)

« Kessel, c’est par un copain, j’ai connu par Les Cavaliers, je l’ai lu quatre fois tellement c’est bien. C’est lui qui l’avait, je l’avais vu un jour dans sa bibliothèque et il m’en a parlé un jour, il m’a dit : "̎Tiens, vas-y, prends-le, lis-le et tu me le ramènes.̎ Je l’ai pris, je l’ai lu, je lui ai rendu. Je lui ai dit : "Tu me le reprêtes, je voudrais le faire connaître à quelqu’un.̎ Je l’ai prêté à un pote qui me l’a repassé, je l’ai passé à ma copine, puis il est retourné autre part, on me l’a repassé et je l’ai rendu pour finir. Pour Les Cavaliers, c’était juste en me connaissant. Il m’a dit : ̎Celui-là, il va te plaire, tu vas craquer.̎ J’ai pris le bouquin et j’ai lu les trois premières pages et après, je me suis cassé, j’ai été lire le bouquin, c’était génial, c’était géant. Après, j’ai lu Le Lion, j’en ai lu un autre aussi de Kessel, enfin j’aime bien, bon, un petit truc d’aventure quoi. Le Lion, c’était un autre pote qui me l’a prêté. » (Homme, 30 ans, moyen lecteur, ouvrier en bâtiment, Paris)

« Les livres empruntés aux amis, on apprécie ça véritablement comme un enrichissement sachant qu’il y a des bouquins que tu aurais sûrement pas pris spontanément dans une librairie, que tu vas lire en l’occurrence parce qu’untel te dit que c’est vraiment génial. C’est une question de paresse et de confiance. Passif ouais, et de l’autre côté, accepter éventuellement de s’être trompé et faire confiance aux copains. » (Femme, 30 ans, grosse lectrice, secrétaire de rédaction, Paris)

« C’est assez curieux parce que je m’aperçois que lorsqu’on est plusieurs à lire plusieurs auteurs à la fois, eh bien on peut s’apercevoir qu’il y a certaines similitudes entre les auteurs. Et c’est là aussi que j’ai découvert que justement, que des gens comme Aragon et Breton n’étaient pas si éloignés qu’on pouvait s’y attendre. En fait, c’est là aussi que j’ai appris qu’Aragon pouvait être un héritier de la Commune, des poètes communards. Je m’en suis aperçu en passant des bouquins à des amis et en discutant avec eux. » (Homme, 34 ans, gros lecteur, serveur dans un restaurant)

Altération des lectures et des lecteurs : « lire l’autre »

7En plus des changements que l’on vient de décrire en terme d’intensification, on peut également signaler ce qui contribue à « altérer » les lectures et les lecteurs. Ici, il y a non seulement modification à la fois quantitative et qualitative, mais en plus, la présence de l’autre ou des autres est susceptible d’être perçue au cours même de la lecture sans qu’ils soient effectivement présents. Alors le lecteur n’est plus seul face au texte, lui aussi se trouve « altéré ».

8« Lire l’autre » dans le livre emprunté, songer à certains au cours de lectures (anticiper les discussions, voire les polémiques qui pourront avoir lieu), sont autant de processus qui contribuent à repeupler des lectures prétendument solitaires, à modifier leur cadre de référence :

« J’ai envie de partager ce que j’ai lu, j’ai envie d’en parler avec la personne qui l’a lu, de savoir si elle a la même opinion que moi, la même façon de voir les choses, quand je lis, ça me démange de savoir ce que les autres vont tirer de la même lecture. » (Femme, 51 ans, moyenne lectrice, employée de bureau, Paris)

« Traven, je dirais pas que ça m’ait pas intéressé. Je dois dire que j’ai eu un peu de mal au début. Je ne trouve pas que ça soit bien écrit, ou plus exactement très bien traduit, Le Vaisseau des morts. Par contre, la deuxième partie, quand lui monte sur le bateau, ce vaisseau fantôme, ça devient intéressant parce qu’il y a des situations extrêmes évoquées d’une façon très criante ; parce qu’en fait il est machiniste dans les cales d’un bateau et c’est un truc que tu crois pas tellement c’est inhumain. Et dans cet extrémisme, il réussit à trouver des formes d’humanité. J’ai lu un petit peu de R. là-dedans [celui qui lui a prêté le roman de Traven], son mode de vie, le voyage qu’il a entrepris seul... Tu lis forcément quelque part dans cette circonstance la personne qui t’a prêté parce que c’est un échange, évidemment ça marche dans ce sens-là aussi. » (Homme, 33 ans, gros lecteur, libraire, Paris)

« Je ne vais pas le lire plus vite parce qu’on me l’a prêté, ça c’est sûr. Je vais essayer de comprendre pourquoi il a plu à la personne qui me l’a prêté, pour quelle raison. Et puis, essayer de comprendre. Moi, s’il me plaît de la même façon, bon, pas de problème, on a la même façon de voir les choses. S’il me plaît moins, j’essaie de comprendre pourquoi il me plaît pas à moi et qu’il a plu à la personne qui me l’a prêté. » [Ça veut dire que vous n’êtes pas toute seule face au livre ? J « Oui, il y a l’image de la personne qui me l’a prêté. Oh je dis l’image, c’est plus la personnalité. Inconsciemment, il y a toujours la personnalité de l’autre derrière. » (Femme, 48 ans, moyenne lectrice, secrétaire, banlieue parisienne)

« Quand quelqu’un te prête un livre, systématiquement, tu l’aimeras pas plus qu’un livre acheté, mais tu le liras pas de la même façon parce que t’en auras déjà parlé avec quelqu’un. Donc, t’es plus vierge dans ton idée par rapport à un livre que tu achètes. Quand tu parles d’un livre avec quelqu’un, systématiquement déjà, ton imagination a travaillé dessus, et ton imagination, elle était pas toute seule, elle était avec une personne. Donc, c’est plus toi-même, donc tu le vois déjà d’un autre angle. Alors, en principe bon, d’une part on échange les livres avec les personnes qu’on aime, on échange pas les livres avec les personnes qu’on apprécie pas ; donc, si ça vient de quelqu’un que tu aimes, tu vas peut-être même le recevoir mieux qu’un livre acheté parce qu’il y a déjà eu un échange dessus, il y a eu un enrichissement avant même la lecture. » (Femme, 45 ans, moyenne lectrice, chef-comptable, Paris)

9Ainsi, le livre et la lecture qui sont entourés de discours, de formes de sociabilité privées sont-ils marqués, signalés. La présence des autres peut parfois s’objectiver de façon concrète, à travers des marques visibles, des stigmates portés par les livres :

« Quand je prête un bouquin, je sais que... la différence entre prêter et donner, c’est que quand tu donnes un bouquin, moi, je le ressens comme ça, moi, j’ai l’impression qu’il y a une partie de moi qui s’en va, que je ne reverrai pas et tandis que quand je prête un bouquin, c’est une partie de moi qui participe à la lecture de l’autre. Parce qu’en même temps, je sais qu’avec la personne à qui je l’ai prêté, je vais lui livrer mes impressions, je peux... même, je fais des annotations en marge des pages, un tas de trucs. Quelquefois, la personne me répond dans la marge : “Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi.” Quand quelqu’un me prête un bouquin, il marque certaines petites phrases, ses impressions personnelles. J’essaie de les déchiffrer. » (Homme, 34 ans, gros lecteur, serveur dans un restaurant, Paris)

10Ces marques qui sont le témoin de la présence des autres, on peut d’ailleurs les souhaiter, voire les provoquer. Il se peut également qu’elles paraissent inacceptables pour le lecteur possessif ou « associable » qui ne souhaite justement pas partager ce type d’intimité et ne supporte pas ce processus de « marquage », de « pollution » des livres, même involontaire :

« A la limite, un bouquin qui a des marques, des marques de doigt, il est corné à force d’avoir été lu et feuilleté, ses feuilles sont incurvées, la couverture est abîmée. Ça fait un bon vieux bouquin, tu te dis qu’il a une histoire, il devient attachant, il a fait ses preuves. Il a bien vécu sa vie de bouquin. Beaucoup de gens l’ont lu donc, il a été partagé par plein de gens et t’as envie de le connaître. Si beaucoup de personnes l’ont lu, c’est qu’elles ont dû se le prêter, il a plu et t’as envie de faire partie du maillon de la chaîne. C’est comme une personne âgée qui a vécu et qui a plein de rides sur le front, tu vois qu’elle est sereine et heureuse. Souvent d’ailleurs, si le bouquin qu’on m’a prêté me plaît, si je fais une tache avec un truc comme ça, je dirais presque que je m’arrange pour le garder, j’en rachète un autre à la personne. Au lieu de le rendre le bouquin à la personne et d’aller m’acheter le même, je préfère lui en offrir et garder celui que je viens de lire parce qu’il y a ma trace de doigt avec du beurre, je peux mettre des traces de doigt. » (Femme, 23 ans, faible lectrice, analyste programmeur, Paris)

« Ah, et puis la bibliothèque, je ne sais pas qui a touché les bouquins avant, non mais c’est le genre de bouquin qui... Ils appartiennent à personne ces livres. Alors que si un proche me prête un bouquin, je sais que ça lui appartient, que c’est lui qui l’a lu, alors que là, je ne vais avoir aucune référence derrière, ça va être à tout le monde, ça va être à personne. L’objet est le même, mais ce qu’il y a derrière, c’est pas le même et puis ils sont tout, je ne sais pas, il y a les étiquettes, les tampons. Je n’aime pas les livres de bibliothèque. Comme dans une salle d’attente, j’évite de feuilleter les magazines, il y a un côté aussi hygiène, un bouquin, je ne sais pas où il a traîné, qui l’a touché, c’est un livre à personne, c’est le livre à tout le monde, il n’y a pas de références derrière. Pour moi, bibliothèque, c’est école. Je ne peux pas dire comme certaines personnes que c’est mon objet, que c’est mon livre, qu’il est imprégné de quelque chose. » (Femme, 26 ans, faible lectrice, représentante en pharmacie, Paris)

  • 97 Dans l’Essai sur le don, Marcel Mauss insistait à propos des « formes archaïques » de l’échange, su (...)

11Cette thématique de la marque, du stigmate, nous renvoie à ce que l’on évoquait précédemment concernant les livres empruntés qui ne sont pas intégrés dans la bibliothèque personnelle. Dans bien des cas, c’est aussi parce que ces ouvrages sont porteurs de quelque chose qui rappelle leur propriétaire que certains lecteurs ne peuvent se résoudre à les mélanger à leurs propres livres97. Cette représentation du livre stigmatisé ou souillé, on a vu à travers les témoignages qu’elle était à relier aux mécanismes qui permettent ou empêchent l’appropriation des objets : certains lecteurs ne se sentent pleinement propriétaires d’un livre qu’à partir du moment où ils y ont apposé leurs marques distinctives. Ce type de marquage ressemble à une inversion du code le plus courant. Vierge de toute lecture, le livre semble inaccessible, hors de toute appropriation.

  • 98 Voir Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Maspéro-La Déco (...)

12Portant les traces des lectures et manipulations successives, le livre peut devenir un objet à soi (sous-entendu : on peut s’en approprier le contenu, l’essence98).

  • 99 Prenons l’exemple d’un enseignant qui, témoignant de ses propres émotions à propos d’un texte, parv (...)

13Les processus d’intensification des lectures et d’altération que nous venons d’analyser n’excluent pas les sociabilités privées du livre et de la lecture. On pourrait sans doute les voir à l’œuvre dans d’autres champs sociaux (dans le domaine de la lecture institutionnelle : en bibliothèque ou à l’école). Il semblerait toutefois que ces processus prennent toute leur dimension dans la sphère privée, ne serait-ce que parce qu’ils paraissent concerner l’ensemble des lecteurs - à des degrés divers, certes, mais toutes capacités confondues. On pourrait d’ailleurs ajouter que lorsque la pédagogie scolaire active chez les jeunes lecteurs ces mécanismes de l’intensification et de l’altération, elle le fait souvent en recourant à des procédures typiques du champ du privé et de l’intime99.

Modalités de formalisation de la sociabilité lectorale

  • 100 Maurice Agulhon, op. cit.

14On peut enfin, pour résumer, présenter les deux phénomènes que nous avons choisis d’étudier (circuit « prête-main » et autres modes de regroupement de lecteurs) en essayant de les différencier du point de vue de leur organisation interne, c’est-à-dire de leur formalisation - puisque c’est essentiellement cette question qui a retenu notre attention. Dans une certaine mesure, il est possible de comparer la circulation privée des livres entre lecteurs et les différents types de clubs ici étudiés en ayant recours à l’opposition entre sociabilité spontanée et sociabilité organisée100. Cette distinction exige bien sûr quelques ajustements. Il faut notamment rappeler que spontanéité et sociabilité ne font pas forcément bon ménage puisque la sociabilité est avant toute chose une forme de lien social caractérisé par son aspect norme (il serait plus judicieux alors de parler d’une sociabilité plus ou moins formalisée) ; ensuite, on peut difficilement l’appliquer telle quelle et de façon tranchée à l’un et à l’autre phénomène sans apporter quelques précisions : pour chaque terrain considéré à un moment donné, des degrés de formalisation des échanges (discursifs et autres) sont identifiables. L’informalité, même quand il s’agit de la circulation privée des livres de personne à personne sans cadre apparent préétabli, reste toute relative. En tout cas, elle ne rime pas forcément avec improvisation complète ou liberté totale (d’association de lecteur à lecteur et d’exécution). Nous avons montré que les individus qui déclaraient recourir au circuit « prête-main » le faisait avec des proches ; il arrive également - peut-être plus rarement il est vrai si l’on considère notre corpus d’entretiens - que ce mode d’échange soit l’objet de tentatives de formalisation plus élaborées (sensible organisation des flux de livres : tant de livres empruntés à telle personne, autant de prêtés ; retour du livre escompté voire explicitement planifié ; établissement de listes de livres prêtés ou plus simplement encore sélection des livres prêtés en priorité). D’une manière générale, il semblerait cependant que le circuit « prête-main » soit une pratique sinon totalement informelle (on vient de voir qu’il pouvait y avoir un peu d’ordre dans le désordre apparent de ces pratiques), du moins plus souvent spontanée : ne serait-ce que parce que souvent « c’est l’occasion qui fait le larron » (un livre vient à circuler au détour d’une conversation ou parce qu’il a été vu dans une bibliothèque privée). En revanche, pour les clubs de lecture, la formalisation est plus importante. Elle est en tout cas nettement plus visible. Celle-ci est mise en scène à travers, par exemple, la programmation des réunions : planification des lieux, dates et heures des rencontres, ainsi que le cérémonial qu’elles respectent ; ordonnancement des échanges discursifs (réglementation du temps de parole et éventuellement des contenus des interventions) ; ordonnancement des échanges livresques (établissement de listes des livres et des participants, mise à jour de la trésorerie du groupe).

  • 101 Appellations qui explicitement traduisent, au moins dans les termes, sinon dans les faits, une volo (...)

15Il est à noter que la grille de lecture sociabilité informelle/sociabilité organisée, ne recouvre pas forcément un autre mode envisageable de classification, sociabilité ouverte/sociabilité fermée. Certains clubs, en effet, font preuve d’une relative ouverture. Ils sont ouverts à la mixité, ouverts sur l’extérieur, permettant l’arrivée de nouvelles recrues. A tel point que certains groupements de lecteurs, malgré le caractère ostensiblement sélectif et restrictif de leur appellation (« club » ou « cercle »101), semblent plus ouverts, plus accessibles que la plus « informelle » des transactions privées, nécessairement plus intime et de ce fait exclusive, cloisonnée. D’autres au contraire, sont plus fermés, fonctionnant de manière beaucoup plus recluse, parfois quasi secrète. Ils constituent, dans ce cas, une assemblée relativement homogène, réunissant comme ce fut le cas pour les cercles de lecteurs que nous avons étudiés, des femmes souvent sans activité professionnelle, issues d’un milieu social relativement favorisé. Dans ces assemblées, la teneur des échanges, l’ensemble des dispositifs déjà évoqués (préparation, ordonnancement, conservation des traces, comptes rendus) laissent à penser que l’objectif de valorisation de sa culture livresque est, sinon une priorité, du moins un élément primordial auquel s’ajoutent bien-sûr des préoccupations d’ordre intime et personnel qui contribuent à la définition complète et à la reconnaissance d’un « soi lecteur » inséré parmi d’autres.

16Ce qui, en définitive, se révèle intéressant à l’issue de ce tour d’horizon des cercles de lecteurs, c’est l’éventail des possibilités qui s’offrent à l’individu pour satisfaire son désir de sociabilité privée. On a vu que ces possibilités différaient en fonction des compétences et des attentes des lecteurs ; ce n’est pas un hasard si les individus qui composent les groupements de lecteurs que nous avons étudiés en seconde partie sont presque toujours âgés de plus de quarante ans et généralement situés dans des catégories socio-professionnelles relativement élevées. Leurs exigences en matière de sociabilité sont probablement à relier à leur position sociale et aux caractéristiques de leur cycle de vie.

  • 102 Dans Stigmate, Erving Goffman donnait un bel exemple du sens - ou du défaut de sens - attribué à un (...)

17L’étude de ces formes de sociabilité nous permet en tout cas d’entrevoir à quel point les interactions privées sont importantes pour les lecteurs. Il semblerait en effet que ce soit en grande partie à la faveur ou dans la perspective de certains échanges ou contacts interindividuels que se décident, se renforcent ou s’initient certaines pratiques de lecture : justement parce qu’elles prennent sens au niveau collectif102. Certes, le « gros lecteur » paraît moins dépendant des autres et son volume de lecture ne semble pas radicalement modifié. Cela dit, il semble particulièrement bien placé si l’on considère les atouts dont il dispose (capital culturel, capital symbolique et social) pour profiter au mieux de ces pratiques. Comme l’écrit Francis Marcoin :

  • 103 Francis Marcoin, « Qualités de lecteurs, lecteurs de qualité  », in : Lire en France, Editions du C (...)

« Plus on lit, plus on se retrouve dans des réseaux d’échange, où parole et lecture s’entrecroisent, préparent à leur réciproque réception103. »

18Ainsi, on comprend mieux comment certains réseaux (qu’il s’agisse du circuit « prête-main », des cercles ou clubs de lecteurs divers ici évoqués) produisent sur les acteurs et leurs pratiques des effets spécifiques. Les sociabilités privées dans cette perspective exercent un effet d’entraînement évident, de même qu’elles peuvent exclure encore plus celui ou celle qui, étranger à la culture livresque, n’éprouve pas d’intérêt ou ressent un malaise à l’exercice de telles pratiques.

  • 104 La personne qui nous a informé sur le Liseron nous a précisé qu’elle connaissait très peu l’autre p (...)

19Partager livres et lectures apparaît ainsi comme une façon d’être ensemble, comme les formes constitutives d’un « savoir-lire » («  savoir-vivre  »), c’est-à-dire comme des pratiques socialement codées qui permettent connivence, complicité, reconnaissance de l’autre et de soi-même. En ce sens, il est révélateur que bon nombre de ces pratiques soient associées à d’autres formes de sociabilité liées notamment à la commensalité et aux plaisirs de table. A maintes reprises, les lecteurs, qu’il s’agisse du Liseron, des clubs de lecture, nous ont déclaré prolonger leurs réunions par des goûters, des dîners ou des pique-niques104. On peut pour terminer formuler l’hypothèse que c’est parce que le livre et la lecture sont des éléments culturels valorisés, symbolisés et formalisés (il suffit de considérer le livre à travers la persistance séculaire de ses formes rectangulaires), qu’ils génèrent à leur tour autant de formes, de codes ou de désirs de formalisation en ce qui concerne leurs usages sociaux privés et semi-privés. Tous ces éléments contribuent d’ailleurs, on a pu s’en apercevoir à maintes reprises lors des entretiens, à l’élaboration de ce que l’on pourrait désigner comme une « culture livresque » :

« C’est bizarre, j’ai toujours un sac à dos sur moi, et dans une des poches, il y a toujours un bouquin. Et si je n’ai pas de bouquin, je me sens presque nu. Ça peut paraître curieux, mais je me sentirais nu. Il me manque quelque chose. Alors quand j’éprouve ce besoin, ce manque à ce moment-là, je vais dans une librairie et je regarde les bouquins, je les touche aussi. Ça, les libraires ne comprennent pas du tout. Lire quelques lignes et puis ça y est, je suis ressourcé pendant quelques temps. La dernière fois, j’étais en train de regarder les bouquins et la libraire m’a dit : "il faut les toucher, touchez-les, c’est beaucoup mieux". Et finalement, je suis resté deux heures et j’ai lu une biographie sur Jouvet. C’est drôle parce que généralement, les libraires ne supportent pas qu’on touche les livres ; là, si, "touche, touche̋ Alors je pense que si je devais tenir un commerce, ce serait plutôt ça. Ça ne serait même plus un commerce, ça serait une salle de réunion, une salle de débat. » (Homme, 34 ans, gros lecteurs, serveur dans un restaurant, Paris)

Notes

95 Hermann Hesse, « La fréquentation des livres », in : Magie du livre, José Corti, 1994.

96 Je pense ici au témoignage d’un « gros lecteur » amateur de « classiques » en littérature selon ses propres dires, ayant été « initié » à la littérature policière - genre qu’il considérait comme mineur et négligeable - à la faveur d’un prêt chaudement recommandé.

97 Dans l’Essai sur le don, Marcel Mauss insistait à propos des « formes archaïques » de l’échange, sur l’importance de la notion Maori «d’esprit de la chose donnée » qui pousse à la restitution. Marcel Mauss, op. cit.

98 Voir Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Maspéro-La Découverte, 1971.

99 Prenons l’exemple d’un enseignant qui, témoignant de ses propres émotions à propos d’un texte, parvient à toucher son auditoire, « l’altère » au sens où il lui donne l’envie de lire le livre pour étancher la soif qu’il a provoquée.

100 Maurice Agulhon, op. cit.

101 Appellations qui explicitement traduisent, au moins dans les termes, sinon dans les faits, une volonté de mise à l’écart, de repli, non sur soi, mais au sein d’une communauté élue dont les frontières avec l’extérieur sont clairement tracées.

102 Dans Stigmate, Erving Goffman donnait un bel exemple du sens - ou du défaut de sens - attribué à une activité telle que la lecture par une communauté marginale (c’est un « bandit » qui parle) : « J’allais dans une bibliothèque publique près de là où j’habitais, et je regardais par-dessus mon épaule deux ou trois fois avant d’entrer pour de bon, juste pour m’assurer qu’il n’y avait personne qui me connaissait dans les environs qui pouvait me voir à ce moment-là. » La lecture dans un tel milieu étant une activité peu valorisée, voire suspecte, on voit de quel type de contraintes communautaires notre « bandit » doit s’affranchir pour assouvir son vice. Erving Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Minuit, 1975, p. 13.

103 Francis Marcoin, « Qualités de lecteurs, lecteurs de qualité  », in : Lire en France, Editions du Cercle de La Librairie, 1993, p.37.

104 La personne qui nous a informé sur le Liseron nous a précisé qu’elle connaissait très peu l’autre personne avec laquelle elle allait créer ce cercle de lecteurs, puisque : «ils n’avaient encore jamais bouffé les uns chez les autres  ». C’est le fait de partager un repas au domicile de l’un qui apparaît ici comme le préliminaire indispensable à toute relation conviviale digne de ce nom. Dans un autre ordre d’idée, mais toujours en ce qui concerne le parallèle entre commensalité et sociabilité livresque, l’une des participantes du club de Paris déclarait échanger des recettes de cuisine en plus de titres de romans au cours des réunions et des goûters du club.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access