Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilités du livre et communautés de lecteurs

 | 
Martine Burgos
, 
Christophe Evans
, 
Esteban Buch

Première partie. La socialisation privée des lectures : circuit « prête-main », « tournantes » et clubs de lecture

Chapitre 1. La socialisation privée des lectures

Texte intégral

  • 17 Michel de Certeau, « La lecture absolue  », Problèmes actuels de la lecture, Clancier-Guénaud 1982, (...)

« Qu’est-ce que le lecteur fabrique avec cet objet tatoué de graphes ?17 »

  • 18 Danièle et Francis Marcoin, « Le partage de la lecture », Pour une sociologie de la lecture, sous l (...)

« De même qu’il existe des manières de table, on pourrait parler de manières de lecture, c’est-à-dire d’un ensemble de gestes, de paroles, d’échanges autour de la lecture, qui sont aussi des manières de se fondre dans une communauté ou de s’en distinguer18. »

1C’est sous l’apparence de la multitude et de la diversité que les manifestations privées des sociabilités du livre et de la lecture se présentent à nous. De la discussion à bâtons rompus à propos d’une lecture, d’un auteur, d’un fait livresque quel qu’il soit, en passant par la circulation interindividuelle des livres, jusqu’aux regroupements moins éphémères de lecteurs au sein de clubs de lecture, cercles ou salons littéraires, associations des amis de tel ou tel auteur, le champ du possible en ce domaine est très vaste.

  • 19 L'expression « circuit prête-main » est empruntée à Benigno Cacérès (voir Robert Escarpit, Sociolog (...)

2Il sera essentiellement question ici de la circulation privée des livres et des clubs de lecture : circulation privée relativement informelle (circuit « prête-main » occasionnel19), ou plus formalisée (groupements de lecteurs constitués autour d’un fonds commun de livres appelés à circuler entre eux, surnommés « tournantes ») ; clubs de lecture eux-mêmes plus ou moins formalisés, officialisés, sous forme d’associations, ou non. Il existe plusieurs raisons à ce choix. Avant tout, parce que ces phénomènes, à travers notamment les nombreux dispositifs qu’ils mettent en jeu, sont beaucoup plus faciles à appréhender que les simples conversations privées. Des manifestations collectives telles que la circulation privée des livres et les clubs de lecture semblent en effet se fixer plus efficacement dans les mémoires et dans l’espace social dans la mesure où, aux discours, sont associés des gestes (faire circuler un livre), et dans la mesure où, aux pratiques elles-mêmes, sont souvent associés des moments et des endroits précis (la réunion de club et le cérémonial qui en général l’accompagne). Ensuite, parce que cette sélection, loin de prétendre à l’exhaustivité, nous procure tout de même la possibilité d’aborder les sociabilités privées du livre et de la lecture en prenant en compte l’éventail de leur diversité, ne serait-ce que leurs différences sur cet axe qui conduit des pratiques plus ou moins informelles aux pratiques plus formalisées.

  • 20 En poussant plus loin ce raisonnement, on pourrait aller jusqu'à dire que les émissions littéraires (...)
  • 21 Pour une récapitulation détaillée des nuances et des ambiguïtés que soulève la notion de « privé », (...)

3Notre attention va donc se porter vers diverses formes d’associations de lecteurs. Des formes d’associations plus ou moins durables et instituées, au cours desquelles les échanges verbaux occupent une place centrale, et relevant toujours du domaine de ce qui nous paraît pouvoir être considéré comme « privé ». On oppose en général « privé » à « public » en postulant que la première notion suppose une limite clairement tracée (« l’entre soi  », le « privatif  », qui ne concerne que certaines personnes), alors que la seconde, nettement plus englobante, ne sous-entend pas les mêmes limitations (tout un chacun devrait pouvoir y accéder). Ainsi, la dimension privée peut-elle être définie, non seulement en fonction d’une localisation géographique particulière (qui ne renverrait qu’à certains espaces privilégiés, le foyer par exemple), mais également en fonction des intentions et représentations des agents. De cette façon, des interactions qualifiées de privées, ou semi-privées, peuvent se dérouler dans des espaces publics : c’est le cas de certains clubs de lecture évoqués ici pour lesquels les réunions ont lieu dans des centres culturels20. Soulignons enfin, et ce point est d’une importance considérable au regard de la spécificité des formes de sociabilité qui nous occupent ici, que la dimension privée est aussi et surtout caractérisée par le fait qu’elle échappe - ou souhaite échapper - aux structures ou initiatives publiques et institutionnelles21.

  • 22 Maurice Agulhon, rapportant une discussion avec Pierre Bourdieu concernant l'ambiguïté de la notion (...)
  • 23 Ce rapprochement socialisation/collectivisation n'est pas nouveau, on peut notamment en trouver la (...)

4L’objectif poursuivi dans cette enquête est de montrer quelles fins ces interactions privées peuvent servir pour les individus concernés et, notamment, en quoi elles sont susceptibles de jouer un rôle important dans l’édification de leur « soi-lecteur », de l’image qu’ils s’en font et qu’ils souhaitent donner à voir. Ceci, à travers l’étude de leur rapport au livre et à la lecture et, plus précisément, à travers la relation qu’ils engagent avec d’autres lecteurs via le livre et la lecture. Le champ sociologique ainsi dégagé concerne la production, le renforcement, et l’objectivation des liens sociaux. C’est donc l’ensemble du processus envisagé à travers les différents modes d’interaction et de sociation des lecteurs22 que nous nous proposons de résumer par la formule : la socialisation privée des lectures. On considère dans la tradition sociologique la socialisation comme ce qui permet aux individus, à travers l’appropriation des représentations et pratiques sociales, d’intégrer les différents groupes sociaux. On insiste alors en général sur ce que reçoit et incorpore l’individu et que par la suite il met en pratique. Il s’agit, étant donné notre objectif, de mettre l’accent sur les aspects complémentaires et dynamiques de la notion de socialisation : à savoir, d’un côté une entreprise de « collectivisation » des lectures réalisée par les lecteurs eux-mêmes ; et d’un autre côté, une entreprise d’insertion ou plutôt de « réinsertion » des lectures dans des environnements collectifs sélectionnés - la lecture, pratique culturelle, n’échappant jamais au social pris dans son sens le plus englobant - et qui évidemment contribue à son tour à la socialisation des lecteurs23.

  • 24 Ce sont essentiellement les livres qui sont concernés par notre investigation (les textes hors le s (...)
  • 25 Ces formes de sociabilité sont souvent mentionnées ou simplement esquissées dans les nombreuses ana (...)

5Le livre, ou le texte24, dans une telle perspective est moins considéré en lui-même et pour lui-même, qu’à travers la possibilité qu’il procure aux lecteurs de fabriquer du lien social (le livre ou la lecture comme rapport social). Nous nous efforçons ainsi, dans une intention critique, de nous éloigner d’une vision normative ou « enchantée » du fait livresque, c’est-à-dire reflétant une conception élitiste ou exaltée parce que trop affectée par un prétendu pouvoir de séduction de l’objet observé - en l’occurrence les sociabilités privées du livre et de la lecture, objet consensuel ou prétendument consensuel par excellence25. Un tel pouvoir n’existe jamais en soi. Le livre n’est pas en soi, par essence, un fétiche ou un objet magique. Ce sont les individus eux-mêmes et en particulier certains commentateurs (chantres de la haute culture par exemple) qui contribuent à la production et à la reproduction de son statut d’exception.

  • 26 Marcel Mauss évoquait cet aspect de la sociabilité quand il rappelait l'importance à la fois symbol (...)
  • 27 Il y a d'ailleurs « double-altération » dans la mesure où la lecture et les lecteurs se trouvent mo (...)

6On l’aura compris, ce qui importe ici, ce ne sont pas à proprement parler l’étude exhaustive et l’analyse complète du circuit prête-main et du phénomène des clubs de lecture en tant que tels, mais plutôt la possibilité qu’ils offrent, considérant leurs différences et leurs similitudes, d’approcher cette notion de « communautés de lecteurs » évoquée à plusieurs reprises par l’historien Roger Chartier. Ces communautés, auxquelles les formes de sociabilité privée que nous avons retenues nous semblent renvoyer, nous pourrions à notre tour les présenter en utilisant l’expression «cercles de lecteurs ». Une telle formulation permet d’insister sur la question de la circularité qui revient régulièrement avec les sociabilités privées. Nous verrons à quel point le recours au motif circulaire s’impose pour nos informateurs afin de caractériser les interactions conviviales du livre et de la lecture (ce que nous sommes tentés d’interpréter comme le premier indice d’un désir affiché et revendiqué d’appartenance à une communauté de lecteurs)26. Il va sans dire enfin que ces communautés réduites ou élargies, ayant une forme concrétisée ou non (réelles et par conséquent directement observables, ou diffuses), semblent jouer un rôle considérable sur l’activité même de lecture. Sur le modèle communautés de lecteurs/communautés d’interprétation, nous tenterons d’apprécier dans quelle mesure les relations et interactions conviviales « altèrent » lectures et lecteurs, c’est-à-dire agissent sur la réception des textes à travers la modification, l’élargissement - la collectivisation - du cadre de leur réception27. En effet, comme le formule Roger Chartier :

  • 28 Roger Chartier, entretien accordé à Réseaux, journal de l'association des amis de la Bibliothèque d (...)

« Nous ne lisons jamais seuls. Il y a toujours une communauté qui lit en nous et par qui nous lisons. Lire s’apprend au sein d’un groupe, d’une culture qui conditionne nos choix et notre accès au texte. Nous lisons en fonction de nos compétences, de nos habitudes, de pratiques de lecture acquises au sein d’une communauté. L’historien du texte et des pratiques de lecture rencontre constamment de telles communautés de lecteurs bien différenciées, ou, comme les nomme si bien Stanley Fish : "communautés d’interprétation"28. »

7Cette citation relative à l’importance et aux effets des contextes sociaux qui donnent sens à la lecture en tant que pratique sociale, et contribuent à la construction du sens de certaines lectures, nous pourrions la compléter par ces propos de Martine Poulain, lesquels à leur tour, illustrent et situent les positions que nous souhaitons occuper en matière de processus de socialisation privée des lectures (en introduisant au passage la question de la visibilité sociale que nous développerons ici à propos du circuit « prête-main ») :

  • 29 Martine Poulain, « La lecture, lieu du familier et de l'inconnu, du solitaire et du partagé  », in  (...)

« On oppose toujours l’image, pour une part mythique, des veillées paysannes autour du conte ou de la lecture, à la solitude urbaine du lecteur contemporain face à Apostrophes. Mais s’est-on vraiment penché sur les sociabilités modernes ? Que sait-on de celles qui semblent survivre du début du siècle, telles ces chaînes de lectures, encore existantes dans certaines villes moyennes, qui, pour échapper à toute visibilité sociale et tout contrôle institutionnel, n’en sont pas moins toujours actives ? Que sait-on des courriers des lecteurs à telle ou telle émission littéraire, courriers qui sont bien le signe d’une volonté de communication sociale autour d’une expérience de lecture ? Que sait-on de toutes ces tentatives d’échange où se font ruminations et mémorisations, contestations et assimilations, oralisations qui sont autant de reformulations du texte, de construction de sens ?
C’est bien dans l’échange, même minimal, même proche de l’invisible et non revendiqué, que prend sens la lecture. On lit seul. Mais on sait qu’on partage avec d’autres du sens, des émotions, des refus, des plaisirs
29. »

  • 30 Petit nombre d'individus homogénéisés par leurs pratiques : lecture et circulation privée des livre (...)

8Afin de concilier nos objectifs et nos possibilités matérielles d’enquête, nous nous sommes détournés de la perspective sociographique classique (notamment sous son aspect comparatif-quantitatif) au profit d’une approche qualitative centrée sur un ensemble réduit de témoignages et d’observations30. Ce que nous perdons en recul et en possibilité de généraliser nos résultats, nous espérons le regagner par la précision des informations et observations recueillies. Ainsi, ce qui prédomine dans cette entreprise, c’est essentiellement son caractère descriptif et exploratoire. Nous nous détournons de cette façon d’une analyse comparative centrée sur les individus et leurs caractéristiques sociales, pour nous intéresser en priorité aux dispositifs concrets édifiés par ces mêmes individus ainsi qu’à leurs effets. Ce faisant, nous entendons rendre compte à la faveur d’une démarche aussi qualitative, d’une série d’impressions traduites par les lecteurs en cours d’entretien et notamment de toutes celles qui ont trait au plaisir, et plus particulièrement au plaisir de partager avec autrui lectures et livres.

  • 31 Nous pensons ici par exemple à ce gros lecteur, professionnel du livre et membre du cercle Le Liser (...)

9Il sera souvent question ici des pratiques et représentations d’individus familiers du livre et lecteurs assidus. Ceci tient bien sûr à la particularité des groupements que nous aurons à étudier qui sont plus souvent le fait de « gros lecteurs ». Ces derniers, quand le volume de leurs lectures est associé à un principe de légitimité - que celui-ci tienne à la position qu’ils occupent (lecteurs « professionnels » : professeurs, libraires, bibliothécaires), ou aux genres littéraires qu’ils apprécient (genres reconnus et valorisés) - exercent sans doute un double effet de domination sur les autres lecteurs. Ils lisent en général beaucoup plus et sur le plan social de façon plus visible et valorisante on le verra, mais aussi et surtout, il leur est plus facile de tenir un discours sur leurs pratiques voire d’en livrer dans la foulée une analyse « clef en main »31. Cet état de fait représente pour l’observateur un écueil supplémentaire quand il cherche à rapporter de façon un tant soit peu équilibrée des pratiques socialement différenciées - et l’on pourra sur ce point constater combien les « gros lecteurs » sont bavards. Qu’il nous soit donné à l’occasion de cette mise en garde de rappeler qu’entre les déclarations et les pratiques effectives, il existe fatalement un écart. S’agissant du livre, de la lecture et de leurs usages sociaux, cet écart est peut-être encore plus grand que pour d’autres pratiques culturelles. Ainsi, il convient de garder à l’esprit que ce que nous allons rapporter ici concerne essentiellement des représentations collectives du livre et de la lecture.

Notes

17 Michel de Certeau, « La lecture absolue  », Problèmes actuels de la lecture, Clancier-Guénaud 1982, p. 65.

18 Danièle et Francis Marcoin, « Le partage de la lecture », Pour une sociologie de la lecture, sous la direction de Martine Poulain, Editions du Cercle de la librairie, 1988, p. 82.

19 L'expression « circuit prête-main » est empruntée à Benigno Cacérès (voir Robert Escarpit, Sociologie de la littérature, Que sais-je ? n°777, P.U.F., 1958, p.93, note 1)

20 En poussant plus loin ce raisonnement, on pourrait aller jusqu'à dire que les émissions littéraires télévisées qui mettent en scène des cercles d'auteurs-critiques-lecteurs, profitent pleinement de cette labilité entre les frontières du privé et du public : ce qui est donné à voir (rendu public), c'est en quelque sorte une réunion, une petite assemblée souscrivant à certains critères du privé (l'entre-soi).

21 Pour une récapitulation détaillée des nuances et des ambiguïtés que soulève la notion de « privé », on peut se reporter à l'enquête ethnographique d'Olivier Schwartz : Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord ; P.U.F, 1990, pp. 19-34. Schwartz propose la définition suivante : « La notion de monde privé (...) renvoie, d'une manière très générale, au processus par lequel un sujet se sépare, pose une fraction de son existence ou du monde extérieur comme son bien propre, et cesse - à ses propres yeux - de relever du collectif. » (p. 29)

22 Maurice Agulhon, rapportant une discussion avec Pierre Bourdieu concernant l'ambiguïté de la notion de sociabilité, évoque la distinction que rappelle ce dernier entre les « modes d'interaction de la vie quotidienne » - relevant entre autres du courant interactionniste américain-, et les « formes de groupement permanent ou modes de “sociation” dont l'association volontaire est un aspect » : deux modalités distinctes du lien social par ailleurs confondues dans l'utilisation courante de l'expression « forme de sociabilité ». (Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d'une mutation de sociabilité, Armand Colin, 1977, p.88, note 34)

23 Ce rapprochement socialisation/collectivisation n'est pas nouveau, on peut notamment en trouver la trace dans une série de remarques effectuées par Julien Freund à propos de l'utilisation du terme socialisation chez Simmel : « D'une part il (le terme) définit la socialisation des biens économiques au sens de la doctrine socialiste, d'autre part, il fixe le processus qui conduit à la formation d'une société, c'est-à-dire le passage à la société ou l'entrée dans une société. » Georg Simmel, Sociologie et épistémologie, PUF, 1981, p. 84, note 1. Enfin, on retrouve avec cette dynamique de la socialisation privée amorcée délibérément par le lecteur lui-même, certaines réflexions formulées par Olivier Schwartz à propos de la notion de « monde privé » : «Il est clair qu'en fait, le "séparatisme" qui est au fond du privatisme ne signifie nullement que la personne se délie absolument de tout lien, et qu'au contraire ce sont des liens électivement investis, jusqu'à fonctionner dans le registre de la possession. » Olivier Schwartz, op. cit., p.21.

24 Ce sont essentiellement les livres qui sont concernés par notre investigation (les textes hors le support livresque n'interviendront qu'incidemment). Les romans - sans qu'il soit ici question de limiter cette appellation - représentent le genre le plus souvent cité par nos informateurs (de même que d'autres ouvrages à caractère littéraire tels que : les biographies d'écrivains et de personnages célèbres, les récits vécus, les récits de voyage). Les « essais » quant à eux sont quasiment absents hormis, en de rares occasions, certains essais à caractère historique. C'est par conséquent surtout la lecture littéraire qui sera évoquée quand il sera question de la réception des textes.

25 Ces formes de sociabilité sont souvent mentionnées ou simplement esquissées dans les nombreuses analyses voire dans les programmes de recherche consacrés à la lecture. On s'arrête alors, en général, sur leur non-fonctionnalité, leur gratuité, leur aspect ludique, convivial et altruiste, autant de caractéristiques extérieures qu'il convient de dépasser.

26 Marcel Mauss évoquait cet aspect de la sociabilité quand il rappelait l'importance à la fois symbolique et utilitaire de la table ronde dans le cérémonial des chevaliers du Graal (vaste table autour de laquelle on forme un cercle sans que les uns ne puissent se distinguer des autres). Mais surtout, en insistant sur le caractère fondamental de cette boucle que constitue la réciprocité au cœur même des formes de sociabilité que sont les dons et contre-dons. (Marcel Mauss, « Essai sur le don », in : Sociologie et épistémologie, P.U.F, 1950, p.279). Simmel, rappelons-le, accorde la même centralité à la notion de réciprocité et d'égalité temporaire dans son analyse de la sociabilité.

27 Il y a d'ailleurs « double-altération » dans la mesure où la lecture et les lecteurs se trouvent modifiés par la dimension collective du contexte, et dans la mesure où la présence des autres pendant la lecture elle-même peut se faire sentir matériellement ou non.

28 Roger Chartier, entretien accordé à Réseaux, journal de l'association des amis de la Bibliothèque de France, février 1992.

29 Martine Poulain, « La lecture, lieu du familier et de l'inconnu, du solitaire et du partagé  », in : Lectures et médiations culturelles, sous la direction de Yves Reuter et Jean-Marie Privat, P.U.L., 1990, p. 134.

30 Petit nombre d'individus homogénéisés par leurs pratiques : lecture et circulation privée des livres, participation à des activités lectorales regroupant d'autres lecteurs. L'essentiel de cette recherche a porté sur un ensemble d'entretiens semi-directifs réalisés auprès de lecteurs afin de sonder leurs pratiques en matière d'approvisionnement en livres et plus précisément en ce qui concerne leurs comportements et attitudes en matière de circulation privée des livres (vingt-cinq personnes interrogées). Pour les clubs de lecture, en plus des entretiens réalisés auprès de quelques membres fondateurs ainsi que des participants (quinze personnes interrogées), nous avons pu assister à quelques réunions de club en banlieue parisienne.

31 Nous pensons ici par exemple à ce gros lecteur, professionnel du livre et membre du cercle Le Liseron que nous évoquerons plus loin, qui témoigne de ses activités au sein de ce groupe en les qualifiant, à juste titre, de « pratiques de sociabilité  ».

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access