Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Annexes

Extraits d’entretiens

Texte intégral

Entretien 1

1Ouvrière spécialisée, 19 ans, titulaire d’un CAP, résidante dans une commune de l’Est de la France, de 500 habitants. Faible lectrice.

2« En classe, j’avais plus le temps de lire... toutes les semaines on lisait un livre de bibliothèque... comme ça, quand tu n’as rien à faire, tu peux lire... moi, ma lecture, c’est des romans, des romans-photos. Je lis un roman-photo toutes les semaines... mais autrement c’est des magazines. Parfois, je lis un livre un peu plus long, s’il y a une copine qui me dit « il y a un bouquin qui est vachement bien », tiens, il y a trois ou quatre semaines, j’ai lu un bouquin Le pavillon des fous... »

3Question : Pour toi, c’est un livre ça ?

4Réponse : « Oui c’est ça, un livre de poche, c’est ce que je lis le plus souvent, un vrai livre je ne le lis pas. Muriel, elle veut toujours me lire des livres, comme elle est en terminale, elle veut que moi aussi je lise des bouquins qu’elle lit, moi je ne les lis pas... je ne comprends pas, je n’ai pas tellement envie de comprendre, envie de lire ça, ça me sert à rien ».

5Qu’est-ce que tu appelles un livre qui te sert ?

6« Quelqu’un qui a vécu quelque chose... qui a, comme Christiane F., l’avocat, c’est connu, et il y a un film qui est sorti, comme ça, c’est un truc qui me sert, ça me sert à connaître le monde des drogués, le monde des gens quoi, un autre monde, même si je ne les côtoie pas, ça me fait découvrir autre chose, j’aurais pu le lire deux ou trois fois... Paris au mois d’août, c’est connu je crois, j’avais vu le film alors j’ai acheté le bouquin, mais il est super. Je dépenserais 100 f pour un bouquin comme ça, pour un truc qui m’intéresse, parce que j’aurais aimé le cyclisme, j’aime bien savoir qui a gagné le Tour de France, ça me sert à rien mais ça m’intéresse, j’ai acheté le Livre d’or du cyclisme de 76, 77, 78, j’en ai quatre en tout. Là j’ai acheté le Livre du Racing, il a coûté presque 200 f, ça m’a intéressé,... il y a des trucs, les juifs dans la guerre mondiale, ça j’aime bien lire aussi, comme Anne Frank, je l’ai lu même deux fois, des trucs comme ça, ou bien Au nom de tous les miens de Martin Cray... »

7Comment choisis-tu un livre ?

8« Un premier truc, c’est le titre, ça, tout de suite, ensuite, c’est la photo du devant si ça me plaît et bon après je regarde le prix... sinon je regarde, je lis l’arrière du livre, bon si ça m’intéresse je le prends, si ça m’intéresse pas, je le laisse.

9Des trucs intelligents, je ne suis pas... ça n’a pas besoin d’être intelligent, je m’en fous moi... je suis sûre que je comprendrais peut-être un peu, mais je n’ai pas envie de lire un bouquin avec le dictionnaire à côté, parce que sinon je peux lire un dictionnaire aussi, hein, au lieu du bouquin.

10Tu vois, chez moi, c’est la vie active maintenant, c’est le travail, métro, boulot, dodo, c’est ça. c’est pas... les loisirs, je n’ai pas envie de les passer en lecture, tu as envie de prendre l’air, de respirer, de courir, j’arrive du boulot, je trouve ça plus intéressant que de rester dans une chambre et de lire, oh ben tu peux t asseoir dehors, mais je ne sais pas, de là un bouquin, le nez dans un bouquin, j’ai un métier qui demande un effort physique, je ne pense pas que tu aies envie de lire... parce que la lecture c’est quand même un effort physique, mais pas physique c’est dans la tête, tu travailles avec la tête, et si tu es crevé physiquement tu n’as pas envie de travailler avec la tête. Si je lis un bouquin, il faut que je puisse le lire, que je sois vraiment dans le bouquin, il faut que je sois seule, que je sois quelque part où je suis relaxe, que je me sente à l’aise. »

11Est-ce que tu vas parfois dans une librairie pour acheter un livre ?

12« Ça dépend, comment tu dis « librairie »... j’y vais une fois par semaine, même deux fois, en principe quand je vais dedans, j’achète les magazines, je regarde les livres de poche, mais parfois c’est cher, je n’ai pas tellement envie de dépenser plein de fric pour un bouquin. »

13Et au Mammouth ?

14« Non, disons, je regarde avant les disques, et s il me reste encore un peu d’argent, alors je regarde les livres... je préfère écouter un disque que de lire un livre. »

Entretien 17

15Artisan coiffeuse, 58 ans, résidant dans une commune de plus de 100 000 habitants, Ouest de la France, titulaire d’un CEP. Faible lectrice.

16« J’aime lire, assez, des choses qui, à la limite, sont presque un peu inaccessibles, d’ailleurs, Claude me conseille des livres, alors de ce fait là. on lit facilement des choses un petit peu au-dessus de notre niveau.

17Je ne suis pas très club, je n’aime pas les contraintes, j’aime bien choisir, bon, on écoute assez les émissions littéraires, comment il s’appelle, l’émission de Pivot.

18Le petit Prince, c’est une histoire importante pour moi. Je suis très sensibilisée à cette histoire parce que je trouve qu’elle résume plein de choses et je l’ai aimée très jeune et je l’aime toujours autant en avançant dans le temps. Le petit Prince, si je suis cafardeuse, comme ça peut arriver, je pense à tout le monde, à certaines périodes de vie, l’écoute du Petit Prince m’a toujours beaucoup apporté.

19Il y a le genre Henri Troyat, Alain Decaux, François Nourrissier ça, j’aimais bien aussi, ça a été offert aux enfants, ça, c’est ce que j’ai offert à mon mari... La racine de l’homme, ça aussi ça c’est ma petite belle fille qui me l’avait offert,... en fait c’est surtout des cadeaux, ou alors des choix que l’on fait, je vous dis, après Apostrophes.

20Quand la Chine s’éveillera, j’ai trouvé que c’était un peu statistique... c’est assez ardu à lire, je ne l’ai pas la en entier d’ailleurs, j’ai capitulé et je pense que ce ne sont pas des livres qu’on lit d’une traite, et dans la mesure où l’on a pas beaucoup de temps, ça dépend de l’état d’âme qui est le sien, parfois vous avez envie de lire des choses qui détendent et puis d’autres auxquelles on se consacre davantage pour acquérir une connaissance, lion celui-ci ma fille vient de me l’offrir pour la fête des mères : J’ai des choses à te dire. Les chocolats d’Alençon, ce sont des choses vécues ça, François Chalet : je préfère les histoires vécues, les récits, les voyages plutôt que les romans. »

21Quels sont les moments où vous vous trouvez la plus disposée à lire ?

22« Je ne sais pas, on ne doit pas être un bon exemple, parce que nous, nous ne prenons pas de vacances ou peu. Quand nous prenons des vacances, c’est surtout des vacances randonnées, et bon la saison des vacances n’est pas vraiment lu saison où l’on lit, sauf si on va à la mer ou dans le jardin, mais combien de lundis ou de dimanches peut-on vraiment consacrer. »

23Lorsque vous lisez un livre, à quel rythme vous préférez lire ?

24« Je n’ai pas le temps, j’aimerais lire rapidement mais je n’ai pas le temps, en fait c’est toujours le même leitmotiv qui revient, sinon je pense que j’aimerais lire très vite mais je n ai pus de temps suivi, je n’ai pas d’heures, pas suffisamment d’heures à se suivre. »

25Vous disiez tout à l’heure que vous n’aimiez pas trop prêter les livres ?

26« Non, je n aime pas trop prêter les livres... je considère ça comme... d’ailleurs parce que la plupart sont des cadeaux et je ne sais pas, un livre, je trouve que c’est quelque chose de très personnel. Quand je prête un livre à quelqu’un, c’est parce que c’est une amie et que j’ai envie vraiment de lui être agréable, mais je ne le fais pas volontiers. D’ailleurs ce n’est pas pour une question de prix, c’est pour une question d’attache à ce livre, si vous le prêtez, c’est qu’il a retenu votre attention, si vous le faites consulter à une amie, c’est parce que vous pensez qu’il lui serait agréable de le lire... Et puis, il y a un phénomène de cadeaux ou de choix fonctionnels hein, en fait ma bibliothèque est surtout remplie de livres que l’on a choisis personnellement puisque même si c’est un cadeau c’est tout de même un choix... on s’offre pas mutuellement des livres sans se consulter. »

27Est-ce que dans votre famille, vos parents, vos frères, vos sœurs lisaient ?

28« Je ne crois pas, en fait, des quatre que nous étions, je pense que c’est moi qui ai le plus lu, et puis vous savez les enfants qui ont continué leurs études, ont été jusqu’au bac, enfin, ils nous ont ouvert à nous les parents un nouvel horizon, nous n’avions pas fait d’études secondaires ; on a lu des livres que lisaient nos enfants. »

Entretien 26

29Deux élèves, d’un lycée d’enseignement professionnel de la région parisienne, âgés de 15 et 16 ans, titualaires de CAP et préparant un BEP.

30Quantification variable de la lecture de livres. L’un, Bou Salem, est né en France de parents maliens, le père est chef comptable chez Renault, Francis vit avec sa mère qui est vendeuse (père décédé).

31B. S. (Bou Salem) ; F. (Francis) Qu’est-ce que tu fais comme loisirs ?

32F. : « On a des copains, on joue au football, on est inscrits à un club. » B. S. : « Je fais de la batterie aussi, je vais aller à Pornichet pour faire un stage. »

33Et tu lis des revues de musique ?

34B. S. : « Je ne me rappelle plus... Best... »

35F. : « Le matin, quand je me réveille il y a la radio, et à l’école des fois avec mon walkman, ou alors le soir, il me faut toujours de la musique moi dans la vie. »

36Et au niveau des lectures ?

37F. : « Des bandes dessinées, tous les soirs j’en lis une, Mickey, des trucs comme ça. Je les achète au bureau de tabac. J’ai lu aussi Vingt mille lieues sous les mers, je l’ai lu en entier ça. »

38Combien de livres lis-tu par an ?

39F. : « Je ne peux pas les compter, je ne sais pas 7 à 8. »

40Qu’est-ce que tu comptes comme livres là ?

41F. : « Que des bandes dessinées, et des livres de musique. »

42Et des livres pornos, vous en regardez aussi ?

43Les deux : « Ben évidemment » (rires)

44F. : « Moi, les livres, je ne les revends pas à mes copains, mais habituellement, quand je vais au marché, il y a un marchand de livres, il achète les vieux livres très peu recherchés et moi je les vends 15 f, 20 f. Je ne les garde jamais. »

45B. S. : « Moi je les garde souvent et quand un copain il vient me dire : « Tu n’as pas un Strange à me prêter ? », et ben je lui prête. »

46Qu’est-ce qui te paraît le plus important, un journal, une revue ou un livre ?

47BS. : « Un journal, ça se lit plus, on s’instruit plus qu’un livre et on sait plus de choses... parce qu’il y a des mots qu’on ne connaît pas et qu’on voit dans les journaux. »

48C’est pas inventé ? Et dans un livre ce n’est pas le cas ?

49B. S. : « Pas dans tous, ils racontent des histoires vraies et d’autres non. »

50Tes parents te passaient quelquefois des livres ?

51B. S. : « Non, ils s’en foutent. »

52F. : « Si, ils me passent des livres, mais je ne veux pas les lire, ils sont épais comme ça, ça me décourage. »

Entretien 27

53Horticultrice 27 ans, résidante dans une commune du midi de la France de moins de 20 000 habitants, titulaire du baccalauréat. Faible lectrice.

54Parle-moi des livres que lu as chez toi.

55« Disons qu’il y a beaucoup de livres qu’avaient achetés mes parents, et comme j’ai habité chez eux très tard, c’étaient les livres de la famille et c’était mélangé, une bibliothèque très complète, il y avait des essais, des romans, de la poésie, des livres d’art, des livres étrangers. »

56Est-ce qu’il y a eu des moments dans ta vie où tu as lu plus que maintenant ?

57« Oui, oui, dans ma famille mes parents lisaient beaucoup, ils achetaient des bouquins et il y avait une bibliothèque énorme. Toute petite j’ai commencé à lire énormément, je me rappelle, je me réveillais à 6 h du matin, avant d’aller à l’école je lisais pendant une heure avant de me lever. »

58Quand as-tu commencé à moins lire ?

59« C’est en revenant d’Argentine, en fait, je n’arrivais pas à me concentrer sur la lecture, je crois en fait que ça fait partie de tout un processus mental, d’un malaise intérieur peut-être ; j’ai l’impression que c’est en relation avec une rupture d’équilibre. Dans le temps où j’étais au lycée, j’étais bien canalisée, je savais où j’étais et je savais ce qui me plaisait et j’arrivais à lire, et puis après, j’ai eu des bouleversements, ma vie a changé, j’ai pas mal bougé et c’est à partir de ce moment-là où j’ai commencé à beaucoup moins lire... Ça se faisait après sans guère de livres, je lisais des textes... j’ai lu pas mal de textes isolés.

60Et pourtant j’ai un immense désir de lire, vraiment ce qui me manque c’est de lire, de lire, de lire, parce que plus ça va, plus j’avance en âge et moins j’ai de références, avant j’avais des tas de références et puis on oublie. »

61Quand tu dis que tu ne lis plus, ça veut dire que tu ne lis plus de livres, mais autrement tu lis quand même des journaux... ?

62« Oui le journal je l’achète presque tous les jours, des revues, j’achète Elle, tout le monde se moque de moi, tous mes amis, ils trouvent ça idiot. »

63A quel moment lis-tu ?

64« Alors c’est ça le problème, c’est peut-être aussi lié à une question de temps... il y a beaucoup de choses dans ma vie qui me distraient de la lecture, alors je n’ai jamais vraiment le temps de lire, je suis toujours en train de courir... »

65Maintenant dans ton entourage, est-ce que tu as l’occasion de parler de livres ?

66« Mais non, c’est ça qui est triste, les gens que je fréquente ici, des gens qui ne lisent pas, donc ils ne parlent jamais de bouquins ils ne vont pas au cinéma, ou quand ils vont voir des films, c’est des Kung Fu, des choses comme ça, des succès commerciaux, donc il n y a pas de conversation à axer là-dessus. Ce dont ils parlent, c’est des BD. Le loup garou des îles, ça, peut les faire parler, moi pas du tout. Voilà. c’est ça, c’est que je me trouve plus du tout dans un milieu qui me pousse à lire... Si j’invitais par exemple un intellectuel ou quelqu’un qui écrit ou qui lit beaucoup, peut-être que ça me stimulerait. »

67Tes anciens bouquins, tu les as laissés où ?

68« Mes bouquins à moi, ils sont mélangés aux bouquins du reste de la famille, et puis il y a mes bouquins d’enfance qui sont dans des caisses, que je sortirai un jour pour mes enfants... mais... un truc que j’ai oublié, c’est que de savoir, de voir mes bouquins là... a un côté rassurant, ça me rassure de les voir là posés sur ma table, ils sont prêts à être ouverts, à être lus, mais ça ne me pousse pas du tout à les ouvrir (rire). »

69Alors ça représente quelque chose d’important pour toi la lecture ?

70« Oui, oui c’est un de mes grands regrets, c’est comme de ne pas jouer de piano... j’ai l’impression qu’il faut que je réapprenne à lire, que je réapprenne à me concentrer. Il faut que je réapprenne l’habitude de la lecture que j’ai perdue. »

71D’après toi, qui sont les gens qui lisent beaucoup ?

72« Ils font partie de la classe de ceux qu’on appelle « les intellectuels », tout le corps professoral, littéraire, pas tous, les profs de philo, de français, de lettres, d’histoire, et puis après tu as des passionnés de la lecture. C’est pas un vrai loisir la lecture, c’est un truc qui fait partie justement, qui devrait faire partie de la vie quotidienne des gens. »

Entretien 30

73Femme au foyer, 64 ans, épouse d’un artisan retraité, résidant en banlieue parisienne, non diplômée. Non lectrice momentanée, ex-moyenne lectrice sélective.

74Combien de livres en moyenne lisez-vous dans l’année ?

75« J’en lisais un par semaine, pas plus, je ne pouvais pas, je n’avais pas le temps mais j’en lisais au moins un par semaine, des petits livres là, j’en ai lus beaucoup, j’aime bien en lire, mais... mes yeux... je ne lis plus depuis quelques années... Mais la lecture, ça apporte beaucoup, d’abord pour les gens de ma condition, ça apporte sur le plan intellectuel déjà beaucoup de choses,... les gens qui n’ont pas fait d’études poussées, alors déjà pour moi ça m’a beaucoup apporté : j’ai toujours lu, très peu, mais j’ai lu, comparativement à d’autres gens qui lisent des tas de livres dans l’année, mais avec plaisir à chaque fois.

76Quelle peut être la valeur de la lecture dans l’ensemble des médias ?

77« C’est variable, parce qu’il y a des gens qui lisent pour ceci, les autres... par exemple, les livres de science-fiction, c’est des livres que je ne veux pas lire, les policiers non plus, donc indépendamment de moi, il y a des gens... mon fils par exemple et ma fille adorent la science-fiction, à eux ça va apporter quelque chose que je n’aime pas... ça dépend des goûts des gens, voilà... la lecture, c’est selon le goût de chacun. »

78Quel genre de livres aimez-vous lire ?

79« Comme j’aime la vie familiale, je vais aimer un livre qui traite de la vie familiale, qui traite d’amour maternel, d’amour fraternel, d’amour tout court avec un grand A, ça j’aime parce que je suis comme ça. Ce sont des romans, mais quand j’étais plus jeune, j’ai lu des livres de bons auteurs, j’ai lu des trucs même... à la limite qui dépassaient ma compétence, ça ne fait rien, j’essayais de comprendre, je comprenais peut-être pas toujours, mais j’essayais et je me suis améliorée depuis... Des grands auteurs, des beaux livres... Balzac, Emile Zola. »

80Comment procédez-vous pour acheter un livre ?

81« Des fois je passe comme ça, je regarde la vitrine et j’en ai vu des super beaux, j’en ai même entendu parler à la télé, et ça m’aurait bien plu de l’acheter mais j’ai vu le prix et je ne pouvais pas l’acheter... j’aime un livre qui est bien relié, il a une belle reliure, tout ça, c’est très joli, parce que quand on met ça dans une bibliothèque, c’est bien plus beau qu’un livre ordinaire... la belle lecture et le beau livre en même temps, l’un n’empêche pas l’autre. Des fois ça m’arrive, j’ai des bouquins Harlequin, des petits romans à l’eau de rose, bon j’en lis beaucoup, mais je n’ai pas l’impression que ça me fait faire un boum intellectuellement, c’est juste pour m’évader un peu, me détendre... Ils sont bien écrits et c’est pour ça qu’il faut lire les livres bien écrits si on veut vraiment s’instruire un petit peu... C’est des petites histoires vraiment banales, toujours pareilles, mais elles sont bien écrites, mais c’est pas ça qui m’apporte vraiment : quand je lis un livre d’un grand auteur bien sûr, j’ai l’impression que ça m’a apporté plus. »

Entretien 33

82Ouvrier pâtissier temporaire, 22 ans, résidant dans une commune de moins de 20 000 habitants du midi de la France, titulaire du BEPC. Faible lecteur.

83« Mon père a beaucoup de livres, moi je n’ai que des BD, je lis mais pas trop... du temps que j’achetais Spatial... ça va mais ça s’arrêtait là, j’allais dans une librairie, je n’allais pas voir les livres, j’allais de suite voir les BD ou des trucs de musique, mais s’il y a des livres, des romans tout ça, je n’allais pas les voir, même pas par curiosité, parce que je ne suis pas curieux de ça. Mon père à une époque, il lisait des romans policiers, des trucs d’espionnage, après il a fait, enfin, il essaye de faire sa petite bibliothèque, des classiques, Victor Hugo tout ça, tous ces gens-là, ces gens intéressants mais qui ne m’intéressent pas ou que je ne veux pas m’intéresser. Non, lui il fait sa petite bibliothèque, il est abonné, « ... France Loisirs... Moi, quand arrivent les titres, je dis rien, je regarde plus facilement la télé qu’un bouquin. Je n’ai jamais lu, je n’ai jamais aimé, jamais, jamais, si quand j’étais jeune, j’ai lu peut-être un livre, c’est Robinson Crusoé, c’est tout, ça ne m’a jamais, jamais, ça m’a toujours arrêté... le français ça n’a jamais été quelque chose... Oh oui, si j’ai le temps je resterais là à lire des magazines, ça oui, pour moi, je n’aime pas lire tout ce qui est roman, tout ce qui est auteur qui écrit une histoire, soit réelle, soit imaginaire les magazines oui, tout ce qui est reportage, tout ce qui est sur les recherches scientifiques et sur l’histoire, sur les animaux, surtout ce qui a rapport avec la terre, ça d’accord...

84Alors ça, Gaston Lagaffe, le Chitalon ça oui, ceux-là oui parce qu’il y a des images, c’est vrai en plus parce qu’il y a de l’écrit et de l’image, alors quand il n’y a que des lignes, je n’ai pas envie de... je n’ai pas envie d’imaginer, je n’ai pas envie d’entrer dans ce... je pourrais mais ça serait vraiment un effort, ce n’est pas un plaisir de lire, c’est un effort.

85Four moi la lecture, c’est une activité passive, tu es là, tu es assis, tu lis ton bouquin, tu ne bouges pas quoi, j’ai l’impression que ça ne m’apporte rien... Oui Cousteau, Science et Vie ça oui, je lis ça va, sur le sport, sur le football oui, tout ce qui a rapport avec l’activité que j’avais.

86En fait, c’est le hasard, peut-être qu’il y a des périodes où je lisais plus, c’est possible, mais je n’ai jamais fait attention, je crois que c’est plutôt le hasard, si je tombe dessus et qu’il y a quelque chose qui m’intéresse alors je lis... Ça dépend du temps que j’ai évidemment, mais si j’ai le temps, je le lirai d’une traite parce que ça m’intéresse... De toute façon, je n’ai jamais travaillé en classe, en dissertation, je n’ai jamais été bon, j’avais des idées mais je n’avais pas le style, un bon style. Je pense que c’est parce que je n’aime pas lire que je n’aime pas écrire. Comme je n’ai jamais lu, le style n’est pas venu et je n ai jamais été doué. »

87Des BD, est-ce que tu parles avec tes copains ?

88« Pour voir des BD, il faut que tu parles avec des gens qui en lisent un peu, moi j’en lis, je n’en connais pas des masses, j’en connais un petit peu, avec un copain, on lisait, on parlait des BD... Non je préfère parler de cinéma, de donner mon impression sur un film que sur un livre.

89Ce que j’aime bien, c’est l’humour noir, Franquin en une page, il te fait passer quelque chose d’horrible, en quelques images. Mais quand j’ai vu le truc j’avais vraiment déliré dessus. C’était un mec qui passait au tribunal en BD : « Alors vous avez tué, donc vous devez être tué ». Alors le mec on le passe à l’échafaud, et puis le bourreau il est habillé et tout, il le tue quoi, il lui fait tomber le truc, donc lui il a tué, donc il doit se tuer... Et puis la dernière image, tu vois le mec, l’assassin soi-disant, il tombe, et puis le bourreau ça ne s’arrête jamais, l’un qui a tué, l’autre... j’ai trouvé ça génial. »

Entretien 36

90Représentant de commerce multi-cartes, 39 ans, résidant en banlieue parisienne, titulaire d’un baccalauréat technique. Faible lecteur.

91« Je pense que la lecture est plus culturelle que la musique ou le théâtre, ça apporte plus de choses, la musique, c’est facile, on a juste à écouter, on peut découvrir ce que l’on veut dans la musique, alors qu’un livre, il faut essayer de découvrir effectivement ce que l’auteur a voulu. Lorsque vous êtes jeune, vous lisez, ça vous apprend un peu le français, ça vous apprend à écrire des choses. Moi j’ai lu trop tard, c’est pour ça que je suis pas très fort en français et que par la suite, lorsqu’on a mon âge, on fait beaucoup moins attention, on a beaucop moins de mémoire, et la mémoire ça se cultive... Le livre, ça a une image de la culture par excellence.

92Moi un livre qui me passionne, je le lis dans la journée, enfin je le lisais dans la journée, maintenant... je vais partir en vacances, je vais lire le livre d’Yves Montand, des choses comme ça, des choses assez faciles. Enfin, je n’en achète plus, c’est mes parents qui maintenant sont en retraite en achètent beaucoup, ils sont abonnés à des tas de clubs et ils me les prêtent... Je passe chez mon père, je vais lire le Canard enchaîné... si j’y vais manger à midi, mais je n’ai vraiment plus le temps, c’est pas la peine que je l’achète. C’est vrai que je n’achète plus de quotidien. Si, je vais acheter L’usine nouvelle, des choses comme ça, pour mon travail, mais c’est professionnel. »

93Quel est pour vous le livre par excellence ?

94« Je suis beaucoup plus attiré par l’écrivain du xixe siècle... celui qui cultive, c’est ça... de toute façon, en plus c’est une éducation parce que qu’est-ce qu on vous apprend à l’école, enfin surtout à mon époque, qu’est-ce qu’on nous faisait lire ? des livres du xixe siècle, »

95Et la bande dessinée ?

96« Je n’en lis plus du tout, oui, quand j’étais jeune, je lisais Mickey, Spirou, parce que mon père m’en ramenait et puis je crois que c’est indispensable, un enfant qui ne lit pas de bandes dessinées c’est pas logique. »

97Les encyclopédies, les dictionnaires ?

98« La première chose que j’ai fait lorsque je me suis installé chez moi, c’est d’acheter 3 dictionnaires et un dictionnaire plus approfondi sur le vocabulaire, c’est vraiment indispensable dans un foyer. »

99Comment évaluez-vous le lecteur idéal ?

100« Quelqu’un qui lit tous les jours... C’est-à-dire, des bandes dessinées, non, ça n’est pas un lecteur ça... Et puis quelqu’un qui est capable de vous parler de ce qu’il a lu et de le finir. »

Entretien 38

101Secrétaire dactylo retraitée, 72 ans, résidant dans une agglomération de plus de 100 000 habitants, titulaire d’un CAP. Faible lectrice.

102« Je lis dans la journée, et le soir, je suis là, je lis un peu, je lis surtout avant de me coucher. Des fois, je tombe sur des livres. Là j’en ai que mon fils m’a prêté, un livre de droit. Ça m’intéresse parce qu’il y a des fois des choses qu’on ne connaît pas... Voilà on parlait du divorce parce que mon fils veut savoir où il en est de son divorce, alors il l’a acheté pour connaître un peu tous les droits. Ils expliquent tout dessus.

103J’aime lire tes livres sur la guerre, parce que je l’ai beaucoup vécue cette guerre-là de 40-45, j’aimais relire tout ça et revoir les épisodes qui se sont passés... Les romans, comme ça, d’amour, je n’aime pas, je ne lis pas tellement les livres policiers, parce que je trouve que c’est trop long, et comme c’est écrit très fin, ça m’abîme les yeux ; il faut que je lise des livres à gros caractères.

104Il y a beaucoup de choses qui m’attirent. Quand je finis de regarder un film qui parle, mettons, de gens que je connais, des artistes que je connais, j’aime savoir ce qu’ils font, et ce qu’ils ont dit d’après la presse que j’ai entendue, alors j’écoute et puis après je lis... J’ai acheté un livre qui m’a beaucoup intéressée, c’est le livre d’Elie Wiesel, je l’ai lu et je l’ai passé à ma fille ; elle a L’oiseau bariolé, elle finit de le lire et elle me le passe aussi. Oui, on se passe des livres, des fois c’est moi qui les achète, des fois c’est elle.

105J’ai beaucoup lu aussi sur le cancer, comme ma fille a eu le cancer... J’ai des livres sur la médecine, parce que je suis allergique aux médicaments, aux antibiotiques, alors quand on me donne un médicament je regarde et... Depuis la mort de mon mari, seulement, je me suis mise à lire beaucoup, avant je n’avais pas le temps, quand je travaillais, j’ai élevé mes enfants... Pour moi la lecture représente un moment de détente, et... puis ça nous apprend à connaître un peu ce qui se passe dans la vie courante... Je sais pas, pour moi ça m’instruit et ça me détend en même temps. »

106Est-ce qu’il vous arrive d’être stimulée à acheter un livre par la radio ou par un autre moyen ?

107« Oui, des fois, à la radio et quand j’assiste à l’émission de... Apostrophes, quand il parle des livres, je prends note des livres qui m intéressent. J’ai une liste de livres que je ne suis pas arrivée à acheter parce que je ne les ai pas trouvés. Des fois, quand je passe devant une librairie, je demande, je tire mon petit papier et je demande s’ils ont tel livre. Ils le cherchent mais des fois ils ne le trouvent pas... Mais je ne vais pas spécialement, c’est quand je suis devant une librairie que je pense que j’ai la liste des livres que j’ai relevés et je demande. »

108Quels genres de livres préférez-vous lire ? Comment les classez-vous ?

109« Un intérêt général, ça m’intéresse, sur la personne elle-même, pour ce qu’elle a vécu et ce qu’elle a fait ça non, je n’ai pas lu. Mais, je ne suis pas tellement littéraire, parce qu’il doit y avoir des bons livres que... un peu meilleurs que ceux que j’ai lus, alors je ne peux pas dire comment je les classe, je ne sais pas comment dire. »

110Est-ce que vous parlez des livres que vous avez lus avec certaines personnes ?

111« Oui... au fond la lecture ça aide la personne, moi depuis que je lis, je suis beaucoup aidée par la lecture, je suis mieux informée je suis plus au courant des lois, de ce qui se passe,... il y en a qui dramatisent tout, mais moi quand je lis et que je vois qu’il y a des gens qui s’en sortent de telle ou telle façon... ça m’encourage. »

Entretien 41

112Artisan-tailleur, 54 ans, résidant dans une agglomération de plus de 100 000 habitants, non diplômé. Moyen lecteur.

113« La lecture... je lis beaucoup, énormément, moi, tout ce qui se présente... la télé, je n’aime pas tellement, je regarde les informations et puis si le début du film me plaît je reste, sinon je vais faire un puzzle ou bien je vais lire. Je lis tous les soirs jusqu’à ce que mes yeux se ferment. »

114Que représente la lecture pour vous ?

115« J’aime bien ce qui est vécu, les histoires vécues, pas les romans sur l’Himalaya ou sur la Créée, des trucs comme ça, j’aime bien les histoires vraies... Je ne suis pas amateur des académiciens. Je n’ouvrirai jamais un livre de Françoise Sagan ou un truc comme ça... J’ouvre le livre si il me capte, si il me séduit au bout de la cinquantième page.

116A part les livres que j’achète, je suis abonné à une bibliothèque, quand je les finis, je les offre à la bibliothèque. Des fois quand je n’ai pas l’occasion.

117j’entends parler d’un livre, je vais là-bas et je le demande, ils l’ont.... des fois ils l’achètent exprès pour moi, parce que je leur fais cadeau des livres. »

118Pourquoi ne gardez-vous pas les livres ?

119« C’est pas des livres à garder, je ne peux pas faire une bibliothèque avec des livres comme ça... Tiens, j’avais acheté Les mémoires d’Abraham, je l’ai lu et quand je l’ai fini, j’ai dit : « qu’est-ce que je vais en faire ? je leur ai donné. »

120Que faut-il à un livre pour que vous le gardiez ?

121« Un qui a un événement qui veut dire quelque chose qui vraiment me donne envie de te relire un peu plus tard, je me dis : « un jour mon fils voudra le lire quand je lui parlerai de telle chose, je lui donnerai ce bouquin... » J’ai acheté quelques livres à France Loisirs, je me suis abonné et puis j’ai résilié mon contrat parce que là on est obligé de prendre le best-seller du mois... On n’a pas le droit de choisir le livre, ils envoient leur choix. »

122Que représente la lecture pour vous ?

123« Un dérivatif, un moment de détente... de distraction et aussi, moi je n’ai pas été beaucoup à l’école, alors je me suis instruit que pur ça. »

124Comment prenez-vous la décision de lire un livre ?

125« A la radio, un petit peu des fois Apostrophes à la télévision... ou bien je commence un bouquin et puis ce bouquin-là ils disent d’après Untel... alors je note le nom d’Intel et le bouquin qu’il a écrit et je m’en vais le chercher... et comme ça j’avais trouvé un livre qui parlait de la guerre que j’ai fait moi. »

126Avez-vous toujours lu comme ça ?

127« Depuis toujours j’avais cette soif de lire, de m’instruire, chose qui ne m’a été permise parce qu’il y avait la guerre et nous, on nous a renvoyés des écoles, les juifs... alors évidemment j’avais cette soif de recevoir... Il y a des choses que je ne comprenais pas, je les comprends beaucoup plus facilement maintenant et je peux tenir le coup en conversation et je lis le journal tous les jours, je suis au courant de la politique, au courant des événements, au courant de ce qui se passe dans le monde quoi. »

128Si on faisait un classement des genres, comment les classeriez-vous ?

129« Bon, il y a de très bons écrivains, comme un Proust... c’est-à-dire des écrivains dont les livres se vendent surtout... à cause de leurs auteurs. »

130Vous les mettez au sommet de l’échelle ?

131« Ce n’est pas mois qui les met en haut de l’échelle, c’est les autres, moi je ne m’y connais pas assez... Ce n’est pas à moi de faire le classement de ces gens-là, il y a des gens plus lettrés que moi pour les classer, moi je ne suis qu’une petite roue. »

Entretien 46

132Agriculteur, 51 ans, résidant dans une commune rurale, titulaire d’un CEP. Non lecteur de livres.

133« J’ai jamais été disposé à lire, non c’est drôle, j’ai jamais été passionné par la lecture, d’un roman tout au moins. Un reportage, une chronique politique des choses comme ça oui, j’aime. Je lis pas beaucoup, hein, je lis une demi-heure par jour, mais pas plus, je lis plutôt le journal, les commentaires sportifs, les commentaires politiques, les chroniques agricoles et ça s’arrête là. Peut-être que si je lisais un roman, je pourrais être pris, mais pour l’instant je ne suis pas passionné. Quand j’ai commencé un livre, je suis très longtemps à le lire. J’ai presque pas lu, quelques livres de Malraux peut-être quelque chose comme ça... Le nœud de vipères, enfin c’est si peu que ça vaut même pas la peine d’en parler,... quand on lit un livre tous les cinq ans... Les gens qui lisent beaucoup sont des gens qui ont poursuivi des études plus longtemps, qui ont été davantage en contact avec les études, avec les livres en général... Le fait que l’agriculteur par lui-même a une activité physique assez importante... je ne vois pas un agriculteur s’arrêter au milieu de la journée pour aller lire quelque chose, ça ne serait que le soir, et le soir la fatigue l’emporte ».

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access