Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Annexes

Les enquêtes sur la faible lecture

Texte intégral

La méthode

1L’orientation qualitative de l’étude a déterminé le choix de deux types de techniques que l’on range traditionnellement dans la catégorie générique des méthodes qualitatives d’observation :

  • l’entretien semi-directif, thématique et individuel,
  • l’observation directe, fût-elle minimale comme dans notre cas, qui est réalisée auprès des enquêtés mis en situation. Il s’est agit ici d’une interrogation à domicile sur l’aménagement domestique, sur les stocks privés de livres, commentés et historicisés ; mais on n’a pas procédé à une observation de type « clinique » des lecteurs en train de lire.

2Le déroulement de l’enquête a également suggéré la réalisation de quelques entretiens avec des élèves d’un lycée d’enseignement professionnel (LEP) après les heures de cours, dans les locaux de l’établissement situé en région parisienne. Ces enquêtes présentent l’intérêt de leur contexte : les lycéens y sont interviewés dans leur environnement culturel quotidien — lycée, groupe de copains — et sur un terrain où se conjuguent leur formation professionnelle et la socialisation de leur classe d’âge ; ces enquêtes constituent de ce fait un mode d’observation en situation dans la mesure où la faible lecture de ces enquêtés et leur rapport au livre s’articulent partiellement dans leur expérience sur ce terrain.

  • 1 Un ou deux entretiens ont été effectués dans des locaux commerciaux gérés par les enquêtés, pendan (...)

3Les autres entretiens ont été pour la plupart recueillis à domicile1, par questionnement individuel ou à deux, chacun des deux époux alternativement. Cette seconde technique suggère des différenciations sexuelles mais appelle également l’évocation spontanée des scénarios familiaux. Une partie substantielle des entretiens, — d’une durée totale d’un peu plus d’une heure et parfois plus — a été consacrée au recueil de données d’observation « ethnographique » ; les enquêtés entraînaient spontanément l’enquêteur devant leur bibliothèque, s’ils en possédaient une, présentaient les ouvrages, commentaient la disposition des rayonnages ou l’histoire spécifique de la lecture de chaque livre.

4Pour chaque entretien, une fiche technique a été dressée qui indique les conditions d’entretien, le repérage sociologique et biographique du lecteur, la description de son environnement domestique et la place que le livre y occupe. L’ensemble de ces informations doit être considéré comme la contextualisation du rapport au livre, aussi bien matériel qu’intellectuel (voir exemple de fiche reproduite ci-dessous).

Entretien n° 5 : Faible lectrice, 19.5.85

Profil de l’interviewée / renseignements personnels.

5CSP (catégorie socioprofessionnelle) : secrétaire Âge : 34 ans ; sexe : féminin

6Lieu de résidence : commune rurale à 15 km d’une grande ville

7Niveau d’instruction : BEPC

8CSP des parents : gendarme / couturière

9Origine géographique : Algérie

10Situation de famille : vit en concubinage, deux enfants âgés de 2 1/2 ans et 7 1/2 ans.

Conditions de l’entretien

11L’entretien a eu lieu en fin d’après-midi, après une journée passée ensemble au domicile de l’interviewée, et comme une activité parmi d’autres dans une ambiance très amicale. Nous nous étions assises à côté de la cheminée allumée, le magnétophone posé sur une petite table proche. L’enregistrement est perturbé par les bruits du feu, les horloges qui sonnent, et les enfants qui entrent dans la pièce de temps en temps. Mais ce qui a été perdu en perfection sonore a été compensé par l’ambiance très décontractée qui donnait lieu finalement, à des réponses très naturelles. Dans la mesure où la famille avait récemment emménagé, et que la plupart des livres étaient toujours emballés dans les cartons, la description de la bibliothèque a été impossible. Enfin, l’interviewée mentionne ici et là les noms de ses parents et de son frère, qui la visitaient ce jour-là.

Plan d’observation ethnographique

12L’interviewée travaille dans une administration ; elle est syndiquée et lit régulièrement le journal de son syndicat.

13La vie familiale est très intensive dans le foyer qui reçoit aussi de nombreux amis. L’interviewée et son compagnon passe beaucoup de temps à aménager le foyer : jardinage, menuiserie, bricolage, travaux électriques, plomberie, tapisserie, décoration. Ils cultivent ainsi une sorte de conscience du foyer en tant que lieu de vie, lieu à habiter et que l’on travaille à perfectionner dans ses divers aspects. L’environnement matériel est très riche de leurs propres travaux : une certaine partie de la menuiserie dans la cuisine (assez bien équipée en appareils ménagers, parce que nos interlocuteurs aiment cuisiner) ; certains meubles ont été refaits ou réparés par eux. Tout est aménagé pour le confort et la fonctionnalité.

14Nous sommes dans une maison individuelle, avec un jardin et une terrasse de face, ainsi qu’un jardin à l’arrière, les deux jardins étant reliés par un couloir qui traverse la maison. Le rez-de-chaussée comporte une salle de séjour, avec une cheminée, une télévision, un bureau, des canapés et des fauteuils, et la cuisine de l’autre côté du couloir. Au premier étage se trouvent deux chambres, un bureau et une salle de bains. Le grenier sera transformé en deux chambres dans deux ou trois années.

15L’interviewée parle abondamment de ses nombreuses activités créatrices, de ses goûts en activités « de découverte » (cinéma, voyages, musique), ainsi que de sa façon d’organiser son temps extra-professionnel consacré à des tâches ménagères et à des projets plutôt ludiques. Le lien établi entre ses activités de travail manuel (couture etc.) et sa pratique de lecture est manifeste.

L’échantillon (voir ci-après, la liste des personnes interviewées)

16Le corpus des entretiens réalisés recouvre en partie les spécificités sociologiques majeures du faible lectorat mais répond aussi aux nécessités de diversification des scénarios et des catégories socio professionnelles. On trouvera ci-dessous la répartition de ce corpus en fonction des variables couramment utilisées.

17Personnes interviewées

18Age Nombre

1915-24 ans................................. 19

2025-39 ans.................................. 14

2140-59 ans.............................. 16

2260 ans et plus............................ 6

23Sexe

24femmes................................... 25

25hommes............................. 30

26Catégorie socio-professionnelle

27agriculteurs ...................................................................... 3

28patrons de l’indutrie et du commerce.......................... 7

29cadres supérieurs et professions libérales, enseignants 5

30cadres moyens ................................................................ 4

31employés, ouvriers qualifiés et spécialisés (OQ, OS) 12

32femmes au foyer de moins de 60 ans.......................... 4

33inactifs de moins de 60 ans (dont lycéens) ................ 16

34inactifs de plus de 60 ans.............................................. 4

35Résidence

36commune rurales ............................................................ 7

37communes de moins de 20 000 hbts............................ 7

38communes de 20 à 100 000 hbts....................................

39communes de plus de 100 000 hbts.............................. 13

40Paris et banlieue.............................................................. 28

41Niveau d’instruction

42non diplômés .................................................................. 8

43CEP, CAP, BEP, BEPC ................................................ 34

44baccalauréat .................................................................... 6

45études supérieures .......................................................... 7

Notes

1 Un ou deux entretiens ont été effectués dans des locaux commerciaux gérés par les enquêtés, pendant les heures de fermeture.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access