Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Conclusion

Texte intégral

1Bien que limités par les déterminations quantitatives de cette étude, qui tendent à présenter un groupe statistique comme réalité sociale homogène, nous nous étions proposés de saisir une pratique recouvrant un faisceau de trajectoires, dans la diversité de ses modalités. Il ressort de la consultation répétée des matériaux et de la récurrence de certaines modalités pratiques ou sociales, que la faible lecture paraît commandée par un modèle structural impliqué à tous les niveaux de la démarche du lecteur. Quelles sont donc ces formes et les mécanismes qui tendent à se regrouper sous ce modèle ?

2La première manifestation procède du discours et de la présentation ou de la représentation de soi du faible lecteur : il se définit comme lecteur par sa trajectoire scolaire et surtout rationalise la faiblesse de sa démarche en termes d’échec scolaire et de « domination » culturelle : le faible lecteur s’envisage d’emblée comme démuni de « capital culturel » et donc de moyens sociaux d’accéder à la lecture reconnue par lui comme légitime. De fait, c’est donc toujours en rapport avec la légitimité de la lecture savante que la faible lecture s’articule et se définit, plutôt que dans ses modalités et ses conditions intrinsèques. De ce point de vue, même si elle apparaît à l’enquêteur comme une pratique différenciée qui comporte sa logique sociale propre, elle s’affirme d’abord comme pratique illégitime. Les circonvolutions discursives des lecteurs sur la justification de la faiblesse de leur rapport au livre en sont d’évidentes formulations.

3Autre manifestation « structurale » de la faible lecture, sa sélectivité et sa spécificité :

  • dans les moyens de communication de l’information sur le livre et de diffusion des ouvrages : on relève la prédominance des moyens de communication de masse et de réseaux de commercialisation en grandes surfaces, qui s’opposent paradoxalement au pôle privé des relations familiales ;
  • dans l’emploi du temps de la lecture : le livre figure ici en grand marginal, occupe les temps morts, laissés libres par les activités majeures — on lit si on n’a rien d’autre à faire. C’est ce qui explique sans doute ce leitmotiv du refus des faibles lecteurs à y investir l’« effort » nécessaire ; le livre est ici dans le registre du passif ;
  • enfin, et c’est là une des spécificités majeures de la faible lecture : elle sélectionne des « genres » thématiques où l’univers narratif est dominé par 1’« action », le « vécu », le « pratique » et qui n’ont pas reçu la légitimation institutionnelle de l’école (ouvrages ne risquant pas de se trouver dans le Lagarde et Michard, recueil de textes littéraires destinés aux élèves de l’enseignement secondaire).
  • 1 Bien qu’elle apparaisse dans ses définitions fonctionnelles comme pure activité ludique.
  • 2 Lesquelles néanmoins, peuvent stimuler la lecture dans le choix de certains thèmes tels que le spo (...)

4Le livre faiblement lu s’inscrit dans des réseaux d’interactions sociales et de communication où il ne figure ni en tant qu’objet culturel ni en tant qu’objet spécifique. Il semble s’infiltrer presque en clandestin dans la masse d’informations et de relations qui évoluent dans divers domaines de l’expérience sociale. La lecture de livres ne semble donc pas, pour les faibles lecteurs, constituer une forme de « capitalisation culturelle », elle n’est pas effectuée en vue d’acquérir du capital culturel. Les lecteurs le savent bien qui reconnaissent que les genres de livres et de magazines qu’ils préfèrent ne leur « rapportent » pas au plan intellectuel, pas plus que la place que tient le livre dans leur emploi du temps ne saurait leur permettre un tel profit. La lecture ne figure pas non plus parmi les loisirs préférés des faibles lecteurs1. Elle est là sérieusement concurrencée, non pas par la télévision, mais par les activités physiques et les rencontres familiales2. D’où la représentation de la lecture comme activité passive, qui n’offre pas la possibilité du mouvement. Il faut sans doute ajouter à cette remarque l’analyse du « capital culturel incorporé » impliqué dans la faible lecture. Selon Pierre Bourdieu, cet « état » du capital culturel exige un investissement personnel et physique nécessaire à « l’incorporation » du savoir. Dans la faible lecture, l’incorporation du capital culturel semble manifestement minorée par les réticences des lecteurs à investir physiquement et personnellement dans cette pratique. C’est sans doute la raison pour laquelle les événements physiques que constituent les maladies et les séjours à l’hôpital sont évoqués comme des moments exceptionnels dans la carrière lectorale : à vrai dire, ils libèrent nos interlocuteurs des activités « personnalisées et incorporées » habituelles qui ne leur laissent aucune place pour la lecture, dans le temps ordinaire.

  • 3 Ouvrages pratiques, sur les voyages, etc.

5Ni mouvement physique, ni mouvement social : les acquis de la lecture ne font que très rarement l’objet d’échanges ou d’interactions sociales : si la lecture est ici soutenue par les cadres sociaux familiers (télévision ou famille), elle n’est pas un stimulateur de rapports sociaux, il est rare qu’elle fasse l’objet d’échanges intellectuels ou même pratiques, sauf pour certains ouvrages consultés très ponctuellement3. S’il est un guide de vie, le livre met rarement en place des actes sociaux effectifs. Et si la télévision fait parler du livre après la diffusion d’une émission, le livre n’introduit pas les lecteurs dans de nouveaux horizons sociaux. Les lecteurs paraissent ainsi exprimer un vœu pieux plutôt qu’une réalité lorsqu’ils affirment que la lecture permet de rencontrer ou de « parler avec des gens plus cultivés » (qu’eux).

6Ce modèle structural qui semble commander la faible lecture fait apparaître la conjonction de deux types d’effets :

  • Le premier est relatif au niveau d’instruction : la faible lecture est dominée par les effets de la faiblesse du niveau scolaire ou de l’échec de la scolarisation. La faible lecture, dans les genres et les modes choisis, est une lecture non certifiée, non sanctionnée par l’institution légitimante. La forme institutionnalisée du capital culturel lui fait défaut.
  • L’origine sociale et les cadres de la socialisation des lecteurs se conjuguent dans les scénarios de faible lecture pour dénier à la lecture un profit social ou culturel. Les scénarios de faible lecture évoluent dans des milieux sociaux où la lecture ne peut permettre la constitution d’un capital social, effet de la faiblesse des niveaux d’instruction qui ne permet pas l’accès à ces réseaux sociaux où l’on « capitalise » en lisant.

7On ne peut manquer d’être frappé par une apparente contradiction entre la socialisation de l’acquisition du livre et de l’information sur le livre dans les réseaux habituels des lecteurs, et l’absence de socialisation de la lecture comme acte d’engagement physique. Tout se passe comme si le social disparaissait progressivement du scénario lorsque le livre entre dans l’univers intime de l’incorporation individuelle. Les lecteurs signifient cette disparition dans la contradiction formulée entre leurs pratiques effectives et leurs représentations de la lecture et du livre. Si la représentation de soi du faible lecteur exprime sa condition de domination culturelle, et si la faiblesse de sa pratique lectorale se manifeste par un processus de désocialisation ou de manque de soutien social, il n’en reste pas moins que les connaissances acquises lui permettent de maintenir sa conscience d’appartenir à la culture majoritaire, transmise par toute la gamme des médias : les Harlequin ne permettent pas l’accumulation de capital culturel ni social, mais ils sont au moins bien écrits — nous disait cette femme au foyer de la banlieue parisienne — (E 30), on peut y apprendre à se familiariser avec la langue. La faible lecture, de ce point de vue, et quel que soit son scénario, n’a rien à voir avec la sphère de l’illettrisme ; dominée culturellement, elle ne représente pas un univers socialement exclu.

Notes

1 Bien qu’elle apparaisse dans ses définitions fonctionnelles comme pure activité ludique.

2 Lesquelles néanmoins, peuvent stimuler la lecture dans le choix de certains thèmes tels que le sport, la vie familiale ou les univers romanesques dominés par les sentiments amoureux ou familiaux.

3 Ouvrages pratiques, sur les voyages, etc.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access