Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Troisième partie. Le livre et la lecture : perception, modélisation, représentation

Texte intégral

1L’espace des représentations du livre et de la lecture chez les faibles lecteurs, se présente comme le terrain de l’équivoque et du paradoxe. En réponse à la question générique de l’enquêteur sur « ce que représentent le livre et la lecture » et sur les modélisations de la pratique et de l’objet seront avancés les schémas légitimés par la culture dominante avec le poids de l’auto-dévalorisation d’un lecteur qui se place d’emblée à l’extérieur de ces schèmes. D’une certaine manière, ces représentations de la lecture légitime consistent pour le lecteur à mésestimer la sienne propre et à s’identifier comme faible lecteur :

  • 1 Il s’agit là pourtant d’un lecteur moyen qui illégitime sa pratique par son niveau d’instruction e (...)

« Ce n’est pas moi qui les mets en haut de l’échelle (les bons écrivains), c’est les autres, moi je ne m’y connais pas assez (...), il y a des gens plus lettrés que moi pour les classer, moi je ne suis qu’une petite roue1... »

2En contrepoids, les représentations spécifiques qui émergent des pratiques, tendent à formuler un modèle de lecture différenciée qui, tant dans la sélection et la classification des genres, dans l’acquisition des livres que dans le rapport au contenu de l’ouvrage, s’opposent aux modèles légitimes avancés par nos interlocuteurs dans leur discours général sur la lecture. En fait, la faible lecture apparaît comme une pratique dominée par des représentations génériques conformes aux modèles légitimes. La spécificité de la faible lecture est à situer dans ce fossé creusé entre lecture légitime et lecture différenciée dans la modélisation dominante, aussi bien lorsqu’elle est formulée dans le discours institutionnel que lorsqu’elle est incorporée par ceux qu’elle marginalise.

Le lecteur, un « professionnel » de la lecture2

  • 2 A distinguer de la lecture à usage professionnel.

3Cette dichotomie classifiante du discours sur la lecture se manifeste déjà, au plan des représentations générales, dans la manière d’identifier le lecteur sur le mode de l’archétype : il est un intellectuel, cultivé, pratiquant un métier intellectuel, un « professionnel » de la lecture qui systématise sa consultation des ouvrages et qui dispose d’éléments psycho-techniques et sémantiques de déchiffrement des textes :

4Certes le discours de l’horticultrice de 27 ans, ex-étudiante en lettres est à ramener à sa volonté de se distinguer de son milieu immédiat de faibles lecteurs en rappelant les modèles conformes à son origine sociale. Elle nous dira par exemple des lecteurs qui lisent beaucoup, qu’ils « font partie de la classe des « intellectuels », du corps professoral littéraire, les professeurs de philo, de français, d’histoire ». Mais à côté de ces attributs professionnels, les lecteurs disposent d’attributs personnels : ils sont des « passionnés de lecture », ils ont le goût pour la lecture, nous diront d’autres interlocuteurs, comme cet enseignant qui affirme que les lecteurs assidus sont ceux qui « sont penchés sur la lecture, qui ont un certain mode de vie qui est axé là-dessus » (E 29).

5La lecture légitime est donc plus qu’une pratique isolée, elle constitue un « mode de vie ». La distinctivité de la formule « lecteur » s’accompagne de la nécessité de posséder des « goûts » distinctifs. C’est pourquoi cet archétype de lecteur se trouve à l’opposé du faible lecteur qui se définit lui-même comme tel : il n’est pas intellectuel, il ne lit qu’accessoirement et la lecture n’est pas dans ses « goûts ». Ou bien il ne disposera que de l’un de ses deux attributs complémentaires : s’il a le goût de lire, il n’en a pas les moyens sociaux ; s’il en a les moyens sociaux, la lecture fait partie de ses choix secondaires.

La lecture : apprendre, se détendre, s’évader, définition fonctionnelle

  • 3 Lire peut être perçu comme un moyen de connaître « des gens plus cultivés », de vrais lecteurs, de (...)
  • 4 Robine Nicole Les jeunes travailleurs et la lecture. — Paris : Documentation Française. 1984. p. 1 (...)

6Nous laisserons de côté la représentation rebattue de la lecture comme acte de culture par excellence et d’élévation sociale3, nous nous attarderons plutôt sur les fonctions ludiques attribuées à la lecture qui nous paraissent relever de la spécificité de la faible lecture, comme paraissait le souligner l’étude de Nicole Robine sur les jeunes travailleurs et la lecture4. La terminologie de la lecture-loisir est pourtant encombrante ; lorsqu’elle est d’emblée formulée dans l’interrogation de l’enquêteur, elle a tendance à extraire la lecture du cadre de la socialisation professionnelle, associative ou familiale pour la transformer en retraite intime et tout à fait individuelle.

  • 5 C’est le cas pour la lecture de textes consacrés à la connaissance des contrées et de sociétés exo (...)

7La lecture envisagée comme une « détente », une « évasion », un « dépaysement5 », un encouragement au rêve, par ceux-là mêmes qui affirment préférer les textes qui traitent du « vécu », « de choses et de faits réels » ayant trait à la vie pratique et concrète, se positionne, dans les représentations hors du champ social de l’expérience. Cet archétype de lecture, parce qu’il est perçu comme lecture légitime, est placé par le discours de nos interlocuteurs à l’extérieur de leur expérience sociale : se détendre, se dépayser, s’évader en lisant permet d’affirmer cet effet de fuite et surtout de distance que l’on perçoit dans la pratique lectorale. La lecture est en quelque sorte le « négatif » du vécu ordinaire. C’est la raison pour laquelle le temps qui lui est attribué ne peut être que celui de l’anti-travail (à opposer au temps libre du loisir), un temps résiduel. Cette forme de temps envisagé pour la lecture est le principe interprétatif du fameux leitmotiv « je n’ai pas le temps de lire », traduire « je n’ai plus le temps résiduel à consacrer à la lecture, parce que la lecture pour moi ne peut être que dans ce temps du non actif, du négatif, de l’opposé à la vie réelle, et jamais programmée comme pratique courante et légitime de mon mode de vie ».

8C’est dans la même logique que le seul mode de lecture envisagé est celui qui consiste à lire un ouvrage de bout en bout, en lecture pleine et qui exige que l’on consacre une portion programmée de temps. La lecture partielle ou consultative d’ouvrages tels que les encyclopédies ou les dictionnaires, n’est pas rangée dans la catégorie archétypique du « Lire ».

9Enfin c’est encore dans cet ordre d’idées génériques que sont exclues les lectures à usage ciblé et professionnel, en particulier, de la catégorie légitime de la « Lecture ». Celle-ci ne peut-être qu’une détente, pour ceux qui ont le « goût » ou la passion pour la lecture, mais ce n’est pas lire que consulter des ouvrages techniques, juridiques, etc. dans un but professionnel.

10Ainsi, cet enseignant alsacien nous répond-il à la question du nombre de livres lus en n’y incluant que les ouvrages lus pendant la détente, et non ceux consacrés à la préparation de ses cours (E 2).

11De même cet ouvrier qualifié d’EDF, interviewé avec son épouse, une lectrice assidue de romans sentimentaux, qui range ses brochures professionnelles dans un placard, ne les considérant pas comme objets de lecture, comme objets culturels, et par conséquent, se définissant comme « non lecteur » du fait que ces textes professionnels sont ses uniques lectures avec celle de la presse quotidienne (E 12).

12Enfin, un technicien des Postes et Télécommunications, non diplômé, nous explique qu’il a « décollé de la lecture » parce qu’il ne lit plus que des textes à usage professionnel : la lecture est pour lui :

« Une façon comme une autre de sortir du milieu habituel (...) ça apporte des informations extérieures... »

13En revanche, au sujet des livres à usage professionnel, notre technicien affirme qu’il pratique

« une lecture plus... qui a un rapport avec mon travail, directement ou indirectement, qui m’apporte des informations techniques au niveau de mon travail. »
(E 16, technicien PTT, 30 ans, non diplômé).

14Mais le plus paradoxal dans cette définition restrictive de la lecture légitime par ceux qui n’y ont pas accès, c’est qu’elle exclut partiellement la lecture de la presse — quotidienne en particulier — pratique ponctuelle d’acquisition d’information de « petit gabarit » et qui ne fait pas l’objet d’un effort d’accumulation du savoir. Car c’est bien en cela que la « lecture » consiste : lire c’est accumuler des connaissances, c’est capitaliser.

Le livre : définitions matérielle, graphique, par le genre ou par l’auteur

15Il est toujours équivoque d’enquêter par la terminologie du livre, car le poids des mythes s’impose sur l’usage des mots.

  • 6 « Le livre, c’est la culture par excellence » (E 36, agent commercial, 39 ans, titulaire d’un bacc (...)

16La terminologie du livre est aujourd’hui empruntée pour désigner des univers sociaux de structures très diverses mais regroupés sous la catégorie générique et sémantique universelle du livre : on dira « les ouvriers du livre » — en y incluant aussi ceux de la presse —, le salon du livre et non des livres, etc. Le livre est en quelque sorte une abstraction valorisante qui lui permet d’une part d’être assimilé à la culture par excellence6 et d’établir la distance nécessaire qu’impose tout culte. C’est pourquoi l’usage de terme « bouquin » familiarise, démythifie et d’une manière générale caractérise des lecteurs proches du livre, aux plans matériel et intellectuel. Ou bien, et plus généralement, le terme « bouquin », désignera des ouvrages quelque peu dévalorisés, soit par leur forme éditoriale — poche, petit format — soit par leur contenu — collection Harlequin et ouvrages à thèmes non légitimes.

Tableau 2 : Les représentations du livre et de la lecture

17Les représentations enregistrées chez nos interlocuteurs formulent quatre critères de définitions du livre : sa forme éditoriale, son genre, son auteur, et le rapport qui y est établi entre le texte et l’image. Ces critères apparaissent le plus souvent complémentaires et non pas exclusifs l’un de l’autre.

La forme éditoriale

  • 7 « Le capital culturel objectivé dans des supports matériels tels que des écrits, des peintures, de (...)

18La terminologie du « livre », telle qu’elle se manifeste dans les discours de nos interlocuteurs, privilégie d’emblée la définition matérielle du livre : c’est d’abord à un ouvrage « cartonné », relié et broché qu’ils font allusion, un ouvrage qu’on aime « conserver ». C’est donc dans sa fonction de « capital culturel objectivé », tel que le définit Pierre Bourdieu7, que la catégorie du livre est formulée dans un premier temps :

« A partir du moment où vous l’avez acheté, c’est le vôtre, il prend une valeur de conservation, il prend sa place en tant qu’objet qu’on aime conserver. »
(E 18, coiffeur, 59 ans).
« ... N’importe quel livre, tout ce qui peut, tout ce qui a ce format là, ou plus petit, tout ce qui a forme d’un livre, même une bande dessinée reliée. »
(E 33, ouvrier pâtissier, 22 ans).
« C’est le livre qu’on n’a pas honte de faire voir dans la bibliothèque parce que quand même il a une certaine beauté en lui. »
(E 2, enseignant technique, 52 ans).

19Cette définition matérielle du livre renvoie donc à des pratiques d’appropriation du livre et à la fonction ostentatoire des stocks privés d’ouvrages conservés à la maison. De ce point de vue, elle tend à rationaliser certains scénarios pratiques de lecteurs pour lesquels l’appropriation matérielle du livre apparaît tangiblement comme la tendance à s’identifier, au moins à ce niveau matériel, aux modèles légitimes de la lecture « cultivée ».

20La définition matérielle du livre apparaît restrictive lorsqu’elle marginalise les imprimés dont la forme éditoriale, format et volume, ne sont pas conformes aux normes de l’édition officielle et dont la diffusion est restreinte : imprimés à usage professionnel, limités à la diffusion interne d’institutions professionnelles, et non « exposés » : leur marginalisation dans les représentations du livre les exclut du domaine du visible ; ils seront enfermés à l’intérieur d’armoires non vitrées. Et si les revues, illustrés et magazines sont exclus eux aussi de la catégorie du livre, ils pourront y être intégrés s’ils font l’objet d’une collection reliée et stockée dans les bibliothèques privées.

21Les périodiques dont la mise en page est luxueuse — esthétique du papier, du caractère, de l’iconographie — sont ainsi en position marginale. Certains d’entre eux, régulièrement lus et présents au foyer pendant plusieurs semaines après l’achat, peuvent être désignés par le terme « livre » que semble appeler l’amoncellement anarchique mais visible des textes empilés en forme de bibliothèque de fortune.

22C’est dire combien la matérialité du livre-objet importe dans la représentation du livre, combien la forme « objectivée » du livre détermine sa perception et les mythes qu’il produit.

Le genre

23C’est le genre romanesque qui émerge des discours comme la catégorie incarnant le « livre » par excellence. Mais ce n’est pas à la définition officielle et savante du genre que les discours se réfèrent, c’est plutôt à une définition fonctionnelle.

« Une histoire (...) soit réelle, soit imaginaire, qui commence et qui a une fin. »
(E 33, ouvrier pâtissier, 22 ans).

24Cette définition du livre par le genre littéraire n’est pas fortuite. On y trouve celle, formelle, de la lecture. Le livre désigne dans son contenu un texte synthétique et homogène dont on ne peut lire un chapitre pour en abandonner un autre. On ne peut lire le « livre » que dans un ordre particulier, du début jusqu’à la fin. Le livre est un texte plein comme la forme de lecture légitime.

25Cette définition exclut donc les ouvrages dont le genre les limite à une lecture consultative et ponctuelle : encyclopédies, dictionnaires, livres de recettes, et que l’on ne comptera pas dans la quantification des livres lus : c’est à la fois le genre et la forme de lecture qu’ils supposent qui les marginalisent.

26Autre particularité de la définition : le genre romanesque hyper-valorisé, marginalise les ouvrages scientifiques ou mathématiques. Le vrai livre est considéré par nos enquêtés, comme un ouvrage ouvert sur l’imaginaire, sur le rêve et aussi sur l’évocation de trames réalistes que ne suggèrent ni la construction systématique, ni l’abstraction des textes scientifiques ou mathématiques.

  • 8 Données sur les faibles lecteurs, op. cit.

27On retrouve dans la définition du livre par le genre, comme dans sa définition matérielle, une certaine conformité à la spécificité pratique de la faible lecture. Rappelons en effet que parmi les genres préférés des faibles lecteurs8, le roman non policier occupe une place privilégiée. Mais l’ouvrage pratique et le dictionnaire bien placés eux aussi dans les préférences des faibles lecteurs ne sont pas autant valorisés par les représentations du livre. Le roman est le genre qui légitime la pratique. Pourront également y être inclus des genres qui, distants par la forme, se rapprochent du roman par leur contenu. Ainsi certaines biographies d’acteurs ou de vedettes de variétés, racontées comme en forme de roman, seront assimilées à cette catégorie modèle, et ce d’autant plus qu’elles conjuguent la concrétude des faits à la formulation romanesque d’une expérience personnelle similaire à un conte de fée, exemplarisée par le genre.

L’auteur

28La représentation du livre légitime désigne un ouvrage écrit par un « grand auteur », écrivain classique ou contemporain, reconnu soit par le medium scolaire — livres de classe — soit par les medias « cultivés » — l’émission Apostrophes en particulier et d’autres émissions sur les livres. Ainsi auteurs inconnus ou hyper-connus comme Barbara Cartland qui plus qu’un auteur devient une désignation de collection, sont manifestement marginalisés dans la catégorie du livre. On a vu qu’ils sont exclus également des stocks visibles de livres conservés. Cette définition du livre par l’auteur légitime s’ajuste donc sur les formes d’appropriation matérielle du livre. Néanmoins elle s’oppose à la sélection pratique des auteurs qui privilégie justement les « illégitimes », les exclus de la culture dominante et savante :

29Ainsi cette femme au foyer de 64 ans (E 30) épouse d’un artisan retraité, nous explique que les livres qu’elle a lus, parfois de manière intensive, ne lui ont pas « apporté » — entendre « rapporté » au sens de profit culturel — parce que c’étaient des « livres de quatre sous » qui n’ont rien à voir avec ceux écrits par les grands auteurs.

30De fait, en traçant un fossé entre cette représentation du livre-modèle écrit par un « grand auteur » - ou auteur légitime — et le livre qu’il préfère lire, le faible lecteur tend à formuler la non légitimité de sa pratique elle-même. La représentation de la lecture chez les faibles lecteurs les marginalise en tant que lecteurs parce qu’elle dévalorise leur pratique de lecture.

31La mention de l’auteur comme critère de définition du livre apparaît plus souvent dans les représentations des lecteurs dont la pratique de lecture est affaiblie ou en réduction, et issus de catégories sociales mieux dotées en capital culturel que les faibles lecteurs en scénario stable, issus de classes populaires le plus souvent.

32En principe la mention de l’auteur, surtout si elle est spontanée, s’inscrit dans la volonté de se distinguer comme détenteur du « goût » pour la lecture « cultivée » et qui se réfère aux classifications dominantes et savantes du livre par son auteur.

Le rapport texte/image

33Le livre par excellence est essentiellement écrit. Il est dominé par la présence de texte et comporte peu d’images. L’iconographie y a une place secondaire.

34Cette définition graphique du livre met en évidence la relation étroite qu’il entretient avec l’écriture dans les représentations, et également avec la langue. La qualité du style et de la langue utilisée par l’auteur apparaît comme l’un des critères prioritaires d’estimation des ouvrages, surtout chez les faibles lecteurs démunis de diplômes et pour lesquels le livre est un peu leur école : c’est l’apprentissage de la langue et de son usage qui sera exigé dans la lecture. Mais ici on trouvera la spécificité du discours de certaines générations de lecteurs dont la scolarisation a été freinée par la seconde guerre mondiale, ceux qui issus de milieux populaires, ont cessé d’aller à l’école à cette époque et n’y sont pas retournés après la guerre.

35Cette définition du livre, comme texte essentiellement, permet de marginaliser radicalement la bande dessinée, non seulement parce que l’image y prédomine, mais surtout parce que la langue employée — jargons et argots ou néologismes non encore intégrés dans le dictionnaire — n’est pas considérée par nos enquêtés comme langue légitime et savante.

36Ce n’est pas le cas pourtant du groupe d’adolescents interrogés dans leur lycée d’enseignement professionnel (LEP) de la banlieue parisienne et qui lisent presque exclusivement des bandes dessinées, comme certains jeunes adultes tout juste sortis du système scolaire. La lecture de la bande dessinée qui privilégie l’image, se présente pratiquement comme le rejet des normes de l’apprentissage de la langue dominante.

37Le rapport entre le texte et l’image dans la définition du livre est celui qui distingue la langue légitimée par la culture dominante de celle usitée dans la culture dominée. Les faibles lecteurs manifestent bien ce fossé lorsque les uns présentent la faiblesse de leur pratique de lecture comme l’effet du manque de maîtrise de la langue légitime, et les autres l’arborent comme le refus de s’identifier socialement et culturellement à elle. Effet de génération et effet de domination culturelle se rejoignent dans ces représentations.

  • 9 S’ils recouvrent la plus grande partie de l’échelle sociale, ils sont néanmoins très peu représent (...)

38Un autre paradoxe produit par la survalorisation du texte dans la définition du livre est la marginalisation du livre d’art, pourtant privilégié par la définition matérielle du livre. La prédominance de l’iconographie dans ces ouvrages les transforme en musées mobiles. On ne lit pas un livre d’art, nous dit-on, on le regarde, comme on visite une exposition ou un musée. Il faut dire que la population de faibles lecteurs fréquente très rarement les expositions et les musées. On distinguera cependant entre livres d’art où l’iconographie est support de communication, où elle est texte, et les ouvrages où l’image illustre un texte. Ces derniers sont moins marginalisés parce que l’image permet le déchiffrage du texte, elle est l’auxiliaire du texte. Lorsque l’image est le texte, elle suppose des formes spécifiques de décodage que les faibles lecteurs, de par leurs caractéristiques et itinéraires sociaux, ne maîtrisent pas (par l’impact du niveau d’instruction et de la déqualification ou de la mobilité sociale descendante notamment9).

39L’ensemble structuré de ces représentations apparaît principalement antithétique des pratiques des faibles lecteurs. Elles permettent donc à nos interlocuteurs de se placer d’emblée comme des non lecteurs, la catégorie du « faible » lectorat n’étant jamais par eux évoquée : on est ou on n’est pas lecteur. Nous sommes dans le registre des définitions absolues, on comprend mieux pourquoi bon nombre d’entre eux repoussaient, dans un premier temps, notre démarche d’entretien sur le thème de la lecture : « Je ne suis pas concerné ! ».

40Ces représentations divergentes des pratiques nous permettent de mieux repérer ce que l’on entend par lire « faiblement », en termes de définition qualitative ; la faible lecture se présente dans cette articulation comme :

  • une lecture non planifiée et non systématique ;
  • une lecture consultative, ponctuelle et partielle ;
  • une lecture d’auteurs non reconnus par la lecture savante ;
  • une lecture de livres non capitalisables, qui circulent et que l’on ne garde pas ;
  • une lecture de genres et d’auteurs mineurs, non légitimée par la culture dominante ;
  • une lecture qui semble parfois privilégier l’image sur l’écrit (magazines, presse soutenue par l’iconographie, bandes dessinées, romans-photos, etc.

Notes

1 Il s’agit là pourtant d’un lecteur moyen qui illégitime sa pratique par son niveau d’instruction et sa sélection en genres, similaire à celle des faibles lecteurs quantitatifs. La représentation enregistrée vise à le transformer en un faible lecteur qualitatif (E 41, artisan-tailleur, 54 ans, non diplômé).

2 A distinguer de la lecture à usage professionnel.

3 Lire peut être perçu comme un moyen de connaître « des gens plus cultivés », de vrais lecteurs, des lecteurs légitimes.

4 Robine Nicole Les jeunes travailleurs et la lecture. — Paris : Documentation Française. 1984. p. 131.

5 C’est le cas pour la lecture de textes consacrés à la connaissance des contrées et de sociétés exotiques, support du voyage.

6 « Le livre, c’est la culture par excellence » (E 36, agent commercial, 39 ans, titulaire d’un baccalauréat technique).

7 « Le capital culturel objectivé dans des supports matériels tels que des écrits, des peintures, des monuments, etc., est transmissible dans sa matérialité ». Cf. Les trois états du capital culturel Actes de la recherche en sciences sociales. n° 30, 1979, p. 3.

8 Données sur les faibles lecteurs, op. cit.

9 S’ils recouvrent la plus grande partie de l’échelle sociale, ils sont néanmoins très peu représentés dans les catégories les plus fortes consommatrices de l’art : enseignants, spécialistes de la culture institutionnelle et professions intellectuelles plus généralement. Cf. Pratiques culturelles des Français, op. cit.. p. 150 et suivantes+154 et suivantes.

Table des illustrations

Légende Tableau 2 : Les représentations du livre et de la lecture
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access