Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Deuxième partie. La lecture en pratiques

Texte intégral

1Si les faibles lecteurs ne constituent pas une entité sociale, ni une population spécifique, et si la faible lecture ne peut être repérée comme un corpus de pratiques systématiques, parce qu’elle résulte, comme nous l’avons vu, de la rencontre de scénarios variables de pratiques lectorales, elle se manifeste pourtant par un ensemble d’actes dont la récurrence paraît formuler un « modèle structural », une forme systématique que l’on peut repérer dans les modalités de ces pratiques : la fréquence, la durée et les moments de lecture, les lieux où l’on lit, les formes psycho-techniques de la lecture et les cadres sociaux dans lesquels elle s’inscrit nous fourniront un premier cadre d’analyse.

La lecture, une question de temps

2L’enquêteur qui enregistre indéfiniment les complaintes des faibles lecteurs sur leur manque de temps pour la lecture ne peut s’empêcher d’y voir la rationalisation discursive d’un enjeu social qui dépasse largement le pur investissement en volume de temps.

3Pour en saisir les supports sociaux, on peut néanmoins tenter d’appliquer à ce discours sur le temps de la lecture — ou sur la lecture et le temps — le déchiffrage positiviste du rythme et de la fréquence de la lecture, de la durée et des moments, des circonstances de la lecture.

La fréquence de la faible lecture : la logique des temps morts

4Si l’on s’en tient aux catégories statistiques initiales dans lesquelles notre enquête a été organisée, lire faiblement, c’est lire peu de livres. Ce déterminisme quantitatif ne peut manquer de structurer le rythme et la fréquence de la lecture. On imagine nécessairement des rapports très espacés avec le livre. Nos interlocuteurs nous entraînent dans cette illusion en nous rappelant fréquemment que la distance qu’ils entretiennent avec le livre se manifeste par le caractère fortuit de leur lecture, soumise aux aléas de l’apparition d’intérêts personnels. C’est la logique du « je lis quand j’en ai envie », n’importe quand, à n’importe quel moment, et qui manifeste l’aspect non systématique d’une pratique que le lecteur veut « libre » et sans entrave.

5La distinction entre lecture de presse et lecture de livres s’impose ici. La première est plus soumise à la forme cyclique de la parution des journaux et des magazines, bien qu’elle puisse consister en une simple consultation occasionnelle de documents rencontrés chez des amis, chez le médecin ou lors d’une visite familiale ponctuelle.

6Dans la faible lecture de livres, le rythme apparaît sensiblement différent. Dans le cadre délimité d’une période annuelle, il n’offre aucun caractère cyclique ou de régularité. La seule exception à cette règle est la lecture systématique des vacances, qui peut-être d’ailleurs l’unique période de lecture. Mais si l’on entend par « fréquence » le nombre et la périodicité de l’occurence de la lecture de livres dans l’année, lire faiblement consiste à consulter le livre en l’absence de toute planification temporelle :

  • 1 Ouvrier pâtissier. 22 ans, célibataire vivant dans une petite commune d’Alsace (E 33).

« En une semaine, je peux tomber sur des choses qui m’intéressent et je lirais 10 livres comme ça (...) mais aussi bien dans les six mois je ne ferais rien... Je ne sais pas, c’est toujours le hasard, ça m’intéresse, je prends ça, ça ne m’intéresse pas, je laisse.1 »

7C’est ainsi que la jeune ouvrière alsacienne justifie sa difficulté à quantifier précisément sa lecture de livres, par la forme occasionnelle qu’elle lui attribue, et à la question : « combien de livres lisez-vous dans l’année ? », elle répond :

« 6 à 7, ça dépend, parfois j’en lis un en une semaine et d’autres fois je n’en lis plus pendant quatre mois. »
(E 1)

8La faible lecture ne relève pas du registre de la systématisation. Elle ne suppose pas une démarche délibérée d’organisation. Cette fréquence non planifiée et quasi anarchique d’une lecture apparaissant comme occasionnelle, tout à fait circonstanciée, ne contribue pas nécessairement à exclure le livre du cadre matériel de vie : il y a des livres qui traînent volontiers sur les tables de chevet, qui sont lus partiellement et alternativement et dont la lecture s’éternise : c’est la lecture simultanée de plusieurs ouvrages indéfiniment ouverts. Elle paraît plus spécifique des scénarios de lecture croissante ou variable qui s’accompagnent de l’accumulation des ouvrages à titre ostentatoire, comme si l’hyperprésence matérielle du livre entendait compenser sa présence très épisodique dans l’univers intellectuel du lecteur.

9L’aspect occasionnel et circonstancié de la faible lecture s’affirme plutôt comme la marginalité du livre par rapport au temps actif du lecteur, au temps positif. Parce que sa lecture est perçue essentiellement comme un loisir et une fuite par rapport au rythme de vie professionnel et actif, elle apparaît comme le « négatif » — au sens quasi photographique du terme — de l’emploi du temps structuré et planifié de la vie active ; la faiblesse de la lecture, plus que dans sa dimension quantitative, apparaît comme l’effet qualitatif de la marginalisation du livre par rapport à la vie programmée en action. La lecture est au passif, on ne peut lui accorder que les « temps morts » qui surgissent hors du temps programmé de la vie active :

« Je n’ai jamais vraiment le temps de lire, je suis toujours en train de courir. Quand je travaille, je n’ai pas le temps et le soir je suis tellement crevée que je m’endors (...). Et en vacances, comme tout le monde, je lis dans des moments de détente (...) dans les temps morts. Quant je travaille à Paris, je suis obligée de prendre le métro, je préfère avoir de la lecture. Mais enfin un bouquin peut me durer deux mois si je ne le lis que dans le métro pendant dix minutes par jour... ça me dure très longtemps un bouquin. »
(E 27, horticultrice, 27 ans, célibataire).

10Parce qu’elle se situe dans l’ordre du passif, la faible lecture n’est pas systématisée et refuse toute socialisation planifiée du rapport au livre, telle que la bibliothèque publique, où le temps de la lecture est quadrillé par les délais de remise des ouvrages :

« Il y a un truc qui me bloque avec les bibliothèques, c’est d’avoir un délai ; dans la mesure où je sais que j’ai un délai, je ne peux pas terminer le livre en temps voulu et après je me sens tellement coupable d’avoir prolongé le délai que je ne peux pas les lire, donc je n’aime pas les bibliothèques. »
(E 27 ans, horticultrice)

A lecture marginale, moments marginaux : la lecture en patience

11Parce que non programmée, la fréquence de la faible lecture induit la marginalité des moments de lecture par rapport à l’emploi du temps actif. Les moments de lecture semblent se situer à des points de clôture ou de jonction de cycles d’activités, avant le sommeil de la nuit, la lecture est soporifique :

« C’est intéressant, je n’arriverais plus à éteindre la lumière, il faut que je lise ou sinon je n’arrive pas à dormir. »
(Ouvrière, 19 ans, célibataire).

« Je lis principalement le soir, avant de m’endormir dans le lit, mais si je n’ai pas fait trop de sport ou d’activité physique, parce que dès que je prends un livre, j’ai tendance à m’endormir ; à mon avis, c’est pour ça que je lis peu. »
(E 29, enseignant, 38 ans, marié).

12La lecture encadre et organise le sommeil à défaut d’être elle-même planifiée dans la vie active. Elle apparaît dans les marges de l’emploi du temps actif : dans le temps de vacances annuelles, après le déjeuner pour les retraités ou les femmes au foyer et avant d’entamer un nouveau cycle d’activités dans l’après-midi, pendant l’attente chez le médecin, le dentiste.

Le temps classificateur de la lecture

13Plutôt que de considérer le manque de temps pour la lecture comme un manque objectif et quantitatif que les rationalisations évoquent, c’est au temps représenté et hiérarchisé de la lecture qu’il faut se référer : la lecture est faible parce qu’elle est placée par les lecteurs hors du temps plein et positif ; mais elle n’a pas non plus, dans le temps résiduel et extérieur au cycle d’activités, le statut dont disposent d’autres loisirs comme le sport, les promenades et les réunions familiales.

14Martine (E 40, étudiante, 19 ans) nous explique ainsi qu’à choisir entre lire et écouter des disques, elle préfère la seconde alternative. Martial, 21 ans, titulaire d’un CEP affirmera que le sport et la musique l’attireront plus que la lecture pendant les week-ends. (E 28).

  • 2 Pour des raisons sensiblement proches, le livre ne peut constituer une valeur d’échange, être inté (...)

15En réalité le temps consacré à tel ou tel loisir est considéré comme temps actif s’il s’inscrit dans la logique de la socialisation des lecteurs ; la faiblesse de la lecture paraît se situer dans l’aspect non rentable, non profitable du temps qui lui est imparti. La lecture n’est pas considérée comme une activité d’accumulation de profit symbolique ou social2, elle ne peut faire l’objet d’une programmation de temps spécifique. La lecture est faible parce que non soutenue par des interactions qu’elle n’est pas en mesure de reproduire elle-même.

16Le temps qui lui est imparti est un temps marginalisé par rapport a celui consacré à la reproduction des liens sociaux habituels.

17Ce manque de « temps social » s’exprime dans la complainte de cette jeune horticultrice, ex-étudiante en lettres, issue d’une famille d’artistes et qui se plaint de ne disposer d’aucune stimulation sociale à la lecture, ni dans son emploi du temps professionnel, ni dans son réseau de socialisation amicale et locale (E 27). Dans la même logique, la coiffeuse de Caen nous explique clairement que sa sensation de « manque de temps » pour la lecture n’est fonction que de la position qu’elle attribue à celle-ci dans sa hiérarchie des loisirs.

« Il faudrait vraiment donner la priorité à la lecture, on l’a donnée au sport parce que ça nous était bénéfique au point de vue santé, malheureusement, on a un métier sédentaire (...). Je préfèrerais qu’on consacre du temps à la lecture plutôt qu’à la télévision, seulement comme on est pris par une vie professionnelle, le dimanche, je regarde la télévision en faisant mon repassage, je ne peux pas lire vous voyez, quand on peut lire, c’est vraiment du temps à disposer, ce n’est possible que comme ça. »
(E 17, Coiffeuse, à Caen, 58 ans).

18Ainsi cette répartition hiérarchisée du temps s’ajuste sur un classement social. Ne pas avoir le temps pour la lecture, ou placer la lecture dans un temps négatif ou temps mort, c’est affirmer son exclusion des réseaux sociaux habituels des lecteurs mais aussi de la logique de leurs « goûts ».

« C’est une personne qui ne lit jamais, elle ne tient jamais un livre dans ses mains. D’après elle, elle n’a pas beaucoup de temps. Moi, j’ai l’impression que c’est une affaire de goût. Peut-être qu’elle n’a pas beaucoup de goût à lire. »
(E 42, femme au foyer, non diplômée, 58 ans).

19Il peut paraître paradoxal que la lecture soit placée hors du temps actif et de ses cadres sociaux lorsque l’acquisition du livre — achat ou emprunt — s’est faite dans les formes habituelles et familières d’interactions. Qu’advient-il au livre après l’achat ou l’emprunt pour qu’il sorte alors, au moment où il s’apprête à être lu, du temps planifié des activités journalières, qu’elles soient professionnelles, associatives, familiales ou locales ? On peut probablement repérer l’une des spécificités de la logique de la faible lecture : l’aspect limité de l’intervention des liens sociaux habituels dans le soutien de la lecture elle-même. Nous verrons dans la suite de notre exposé comment se manifeste cette faiblesse du soutien social de la faible lecture, et notamment dans les échanges d’information sur les textes lus ou dans leur usage social.

20Cette logique du temps classificateur classe aussi les genres et les auteurs en termes de volume de temps imparti aux uns et aux autres. Ainsi le temps de la faible lecture est celui, apparemment réduit, exigé par les genres et les auteurs mineurs de la littérature illégitime, tandis que les auteurs « difficiles » de la « grande littérature » sont écartés parce que le volume de temps qu’ils exigent ne peut être imparti dans l’emploi du temps de la faible lecture :

« On se rend compte qu’il y a beaucoup de livres qu’on n’a pas eu le loisir de parcourir parce qu’on n’a pas assez de temps à consacrer à la lecture... Le Mal français, c’est de Peyrefitte, il écrit très bien, mais je crois qu’il faudrait avoir beaucoup de temps pour pouvoir... il faudrait pouvoir lire à un moment déterminé. » (E 17, coiffeuse, ibid.).

21Il faudrait donc distinguer, dans le temps de la lecture, celui que l’on consacre aux genres et aux auteurs légitimes et celui que l’on consacre aux genres et auteurs de seconde zone. La lecture affirme ici sa faiblesse lorsque le temps qui lui est imparti sélectionne les textes non légitimes, les seuls pour lesquels le lecteur restera assis plusieurs heures juqu’à la terminaison de l’ouvrage, tandis que les textes légitimes (auteurs et genres dits « difficiles ») sont censés exiger plus de temps de lecture. Le temps représenté de la faible lecture est un temps mineur comme les livres auxquels il est consacré. Le temps de la lecture n’est rien d’autre qu’un classificateur des livres, des pratiques et des lecteurs.

La lecture, une question de genres

  • 3 Mauss Marcel. Durkheim Émile. De quelques formes primitives de classification. Mauss Marcel, Essai (...)
  • 4 Parmentier Patrick, Les genres, le classement des lecteurs et le classement des livres Trois étude (...)

22Dans la lecture et dans le rapport au livre, la détermination du genre relève d’une opération de classification, au sens maussien du terme3, c’est-à-dire dans sa fonction sociale : les classifications des objets renvoient à un ordre social, et pour ce qui nous concerne, le livre apparaît comme un objet classifié et classificateur social, comme l’a montré Patrick Parmentier dans son étude sur les lecteurs de bibliothèques4.

  • 5 Pratiques culturelles des Français, op. cit., p. 68.

23L’idée de classification appelle donc, concernant le genre littéraire, celle de « légitimité » culturelle. Le classement des livres selon le genre relève de la « taxonomie5 » légitimée par l’institution culturelle, qu’il s’agisse du ministère, de la bibliothèque ou de l’école.

  • 6 Voici la liste des catégories énoncées dans les Pratiques culturelles : dictionnaires et encyclopé (...)

24La terminologie du genre suppose nécessairement des connaissances quant aux formes de distinction des catégories d’ouvrages. Elle implique la connaissance de ces catégories. Son emploi par l’enquêteur ne manque pas, lorsqu’il s’adresse à un faible lecteur qui se présente comme démuni des instruments de distinction des ouvrages (« Je manque de références » expliquait l’ouvrière alsacienne), de provoquer des effets de légitimation des pratiques propres au lecteur ou bien à l’inverse, d’évitement de la terminologie « générique ». De fait, l’enquêteur qui citait les catégories énoncées par l’enquête institutionnelle du ministère de la Culture se voyait orienté vers des formes de classification différentielles et partiellement étrangères au classement institutionnel6.

25Certaines catégories étaient rarement citées par les lecteurs, telles que la poésie, le livre d’art ou même la bande dessinée, et faisaient l’objet d’une sollicitation spécifique de la part de l’enquêteur. La catégorie « scientifique » porte à confusion : elle dérive entre les livres de sciences naturelles — sur les plantes et les animaux — et ceux consacrés à l’astrophysique. Rarement seront mentionnées les sciences humaines et parmi celles-ci, l’histoire fait l’objet d’une catégorie spécifique (comme dans la classification des Pratiques culturelles).

26La classification par « genres » implique la reconnaissance de la légitimité de l’œuvre et constitue un mode d’emploi pour la lecture, un code de déchiffrement du texte. Elle informe sur les modes de socialisation du livre et sur la logique de la perception des textes. Elle pourra aussi orienter la compréhension de la lecture en tant qu’acte de déchiffrement psychotechnique.

27Une première observation s’impose : la faible lecture est partiellement soutenue par le classement des livres en genres, entendus comme catégories de style et de structure littéraires du texte. Le terme « genre » est rarement employé, si ce n’est en réponse à la question de l’enquêteur qui le sollicite. Du genre, le discours passe au contenu thématique et narratif du texte. On observe ainsi un glissement de la terminologie du « livre de » (poésie, histoire, art) à celle du « livre sur » (la médecine, le sport, la guerre, les animaux, etc.), ou bien à la catégorie inscrite dans l’univers narratif du texte :

Question :
« Pourrais-tu faire une typologie des genres ? »
Réponse :
« Oui, alors le genre le plus intéressant c’est à vrai dire une certaine philosophie dans l’action ; c’est le cas de Saint-Exupéry qui était quand même un homme d’action et il avait à travers de tout ça toute une philosophie. »
(E 2, enseignant de dessin industriel, 52 ans).

28C’est donc essentiellement dans ce registre narratif ou dans la thématique du texte que les livres trouvent leurs critères de classement, lorsque ceux-ci s’inscrivent dans des pratiques de faible lecture. De ce point de vue, il semble que la faible lecture se présente comme une pratique culturelle sinon dominée, au moins marginalisée par rapport aux catégories institutionnelles de la culture légitime. On repèrera dans les catégories énoncées cette référence prédominante à ces deux critères : la « taxonomie » des faibles lecteurs relève plutôt du contenu informatif du texte que de sa structure stylistique. Et si faiblesse il y a dans la lecture, c’est probablement dans l’extrême sélectivité du contenu informatif : les thèmes et contenus énoncés se regroupent autour de la sémantique de l’« action », du « pratique », du « vécu », selon les termes employés par nos interlocuteurs. La faible lecture manifeste sa sélectivité qualitative jusque dans le contenu du texte préféré et lu : on y retrouve l’exigence — déjà repérée au précédent chapitre — de la fonction expérimentale du texte, auquel on demande d’être en prise directe sur la vie. Le « goût » qui soutient la faible lecture se porte sur des textes évoquant la vie en action et en mouvement que signifie bien l’opposition discursive établie par cet interviewé (E 33, ouvrier pâtissier de 22 ans) entre la forme passive de l’acte de lire et l’exigence de textes évoquant le mouvement physique :

« La lecture pour moi, c’est une activité passive, dire tu es là, tu es assis, tu lis ton bouquin, tu ne bouges pas quoi, j’ai l’impression que ça ne m’apporte rien (...) Cousteau, Géo, Science et Vie, je lis, ça va là (...) comme roman rien... je lis sur le sport, le football oui (...) tout ce qui avait rapport avec l’activité que j’avais. »

Le roman : une « histoire vraie, vécue »

29Les discours de nos interlocuteurs offrent un apparent paradoxe. Les uns rejettent le roman parce qu’il n’est pas suffisamment réaliste, parce qu’il relève de la fiction, les autres réclament qu’il mette en scène des expériences humaines dans lesquelles il est possible de reconnaître les siennes propres.

  • 7 C’est nous qui soulignons.

« J’aime bien les bouquins qui parlent d’une vie, de la vie d’un homme, d’un truc qu’il a vécu (...) quelqu’un qui perd sa femme ou quelqu’un qui divorce... des histoires vraies, vécues, un récit quoi, ça, j’aime bien le lire. »
(E 1, ouvrière, 19 ans, titulaire d’un CAP7).
« Les livres qui pour moi sont intéressants, c’est les livres qui apportent quelque chose au point de vu philosophique et au point de vue vie... enfin c’est des romans ou des livres de philosophie hein... les livres que j’ai lus... enfin de Frison Roche La grande crevasse, La montagne aux écritures, tous les livres de Frison Roche m’ont énormément marqué. »
Question :
« Mais ça a un rapport avec le sport aussi ? »
Réponse :
« Bien, la découverte de la montagne, l’alpinisme et la vie des gens de la montagne. Comme Marcel Pagnol aussi (...) C’est au niveau de la vie des Provençaux-types. »
(E 29, enseignant, 38 ans).

  • 8 Cf. Brefs repères sur les faibles lecteurs... op. cit.
  • 9 Bourdieu Pierre. La lecture, une pratique culturelle. Pratiques de la lecture, op. cit. p. 227.

30Dans la catégorie des romans, qui comme nous l’avons déjà évoqué, constitue le genre préféré des faibles lecteurs8, la faible lecture procède à une sélection thématique dans le contenu : c’est un roman qui fait office de « philosophie de la vie » — d’où cette confusion dans le discours de notre interviewé entre le genre romanesque et le genre philosophique. La faible lecture « tient le livre comme un guide de vie, comme un texte auquel on demande l’art de vivre9 ».

31L’opposition des goûts et des aversions des lecteurs pour le roman est un mécanisme qui en réalité sélectionne dans le genre les romans qui ont trait aux expériences vécues et réalistes. Le surréalisme qui exige un surplus de facultés imaginaires n’est pas dans le goût des faibles lecteurs.

32Cette sélectivité dans le genre romanesque a pour effet de marginaliser certaines catégories de romans et d’en exemplariser d’autres.

La science fiction : trop de fiction

33Les romans de science-fiction sont les grandes victimes de l’exigence du vécu dans la faible lecture. On leur reproche d’être trop extérieurs à l’expérience vécue :

« Je ne lis pas du tout de science-fiction, ça ne m’intéresse pas (...) tout imaginer, je ne trouve pas ça très savant. »
(E 36, représentant multicartes, 37 ans).
« Le premier truc, c’est le titre. Si c’est un titre... je ne sais pas... Les étoiles dans la nuit, non je ne l’achète pas, c’est sûr (...). Non, surtout si c’est un livre de science-fiction. Je n’ai jamais aimé un livre de science-fiction. »
(E 1, ouvrière, 19 ans).

Aventures et réalisations personnelles

34Autre effet de la survalorisation du texte mettant en scène l’action et la vie en mouvement, en expérimentation, la faible lecture place très haut dans le classement des ouvrages lus, le roman d’aventures, surtout lorsqu’il évoque des réalisations physiques et personnelles. On retrouve d’ailleurs cette valorisation dans des scénarios de lecture moyenne mais qualitativement sélectifs, comme celui de cet artisan tailleur de 54 ans qui lit « beaucoup » selon ses dires, accumule des quantités énormes de livres dans son domicile, est un habitué de la bibliothèque de son quartier, mais n’a aucun diplôme parce qu’ayant interrompu sa formation scolaire pendant la seconde guerre mondiale, soit environ à la fin du cycle primaire.

« Je ne suis pas amateur des académiciens (...) j’aime bien ce qui est vécu, les histoires vécues, pas des romans..., les histoires vraies (...). Je n’ouvrirai jamais un livre de Françoise Sagan... J’aime les romans d’aventure vécue (...) un type qui fait fortune, il brasse des milliards et on ne sait plus où il en est... je voulais savoir jusqu’où il veut arriver, avec son argent et ses capitaux et j’ai été jusqu’au bout, j’ai été captivé. » (E 41)

  • 10 Voir p. 83.

35La sélectivité de la faible lecture dans le genre romanesque, et qui exemplarise les romans relatifs aux réalisations personnelles et aux expériences vécues serait-elle commandée par les faibles niveaux d’instruction qui induisent un manque d’entraînement du lecteur à l’abstraction ? La marginalisation du texte de mathématique dans les modélisations du livre par le genre pourrait être l’un des effets de ce mécanisme10.

Le roman setntimental : des goûts non certifiés

36Enfin, dans cette gamme restreinte de catégories construite sur la fonction expérimentale du livre, le roman sentimental occupe une place majeure dans la faible lecture : aux côtés des réalisations physiques et matérielles, les expériences du cœur — voire les expériences érotiques — tendent à manifester le plus nettement ce modèle structural inscrit dans la pratique de faible lecture. Les interviewés le formule dans les termes de l’opposition entre le goût pour le concret propre aux gens pauvres en diplômes et le goût de l’abstrait et les choses « intellectuelles » spécifiques des gens cultivés et qui ont fait des études poussées. De fait, on retrouve cette attraction pour les genres mineurs et notamment pour le roman sentimental, chez des lecteurs moyens ou chez de grandes lectrices non diplômées ou dotées de diplômes mineurs (CAP ou BEPC tout au plus). Les classifications scolaires excluent ou dévalorisent totalement le roman sentimental ; l’une de leurs plus parfaites manifestations est le discours méprisant tenu par cette horticultrice de 27 ans, faible lectrice ayant fait des études universitaires et qui a réduit sa lecture en même temps qu’elle se déqualifiait et changeait de milieu social pour se retrouver dans un groupe d’amis de niveau d’instruction inférieur au sien :

« J’ai toujours eu un profond mépris pour toute la littérature bon marché, qu’on destine au grand public, considéré comme ignare quoi, du style de la série Harlequin, et même les polars SAS, pour moi, c’est de la basse littérature aussi. »
(E 27)

37Les faibles lecteurs dotés de faibles niveaux d’instruction et qui lisent assidûment ces romans sentimentaux reproduisent ce discours dévalorisant sur leurs lectures préférées, et de cette façon se classifient eux-mêmes hors du registre de la lecture légitime. La faible lecture est perçue par ses acteurs comme illégitime.

  • 11 C’est nous qui soulignons.
  • 12 Dans la catégorie des « grands auteurs » on retrouvera essentiellement les grandes figures de la l (...)

« Le fait est... un roman de quatre sous n’intéresse personne. »
Question :
« Alors ce sont des romans de quatre sous que vous lisez ? »
Réponse :
« Bien sûr, c’est pas des romans extraordinaires, c’est pas des romans de grands auteurs (...). Des fois, ça m’arrive, j’ai des bouquins Harlequin, des petits11 romans d’amour à l’eau de rose, bon j’en lis beaucoup, mais je n’ai pas l’impression que ça m’a fait faire un boum intellectuellement (...). C’est des petites histoires vraiment banales, toujours pareilles, mais elles sont bien écrites. Mais c’est pas ça qui m’apporte vraiment. Quand je lis un livre d’un grand auteur12 j’ai l’impression que ça m’a apporté plus. »
(E 30, femme au foyer, 64 ans, épouse d’un artisan menuisier).

  • 13 Cf. Parmentier Patrick, op. cit.
  • 14 Les mêmes mécanismes produisent des effets spécifiques de génération : la bande dessinée est aux j (...)

38L’enquête qualitative sur la faible lecture met en relief ce que d’autres formes d’exploration de la lecture avaient déjà relevé : la prédominance féminine dans la lecture sélective — voire exclusive — des romans sentimentaux13. Ce mécanisme ne distingue pas entre les femmes actives ou celles qui sont au foyer, pas plus que l’on y observe un effet de génération. En revanche, on voit bien apparaître l’impact du niveau de scolarisation des lectrices : c’est surtout dans les faibles niveaux d’instruction que recrute la lecture exclusive ou sélective des romans sentimentaux. De même que l’élévation du niveau d’instruction uniformise les pratiques de lecture sur le plan sexuel, il se creuse un fossé entre les sexes dans les bas niveaux d’instruction : le roman sentimental sont aux femmes peu instruites des classes populaires ce que les textes sur le sport est aux hommes faiblement diplômés des mêmes classes sociales14.

Le livre d’histoire : de l’histoire particulière vécue à l’histoire universelle

  • 15 Données complémentaires sur les faibles lecteurs.... op. cit.

39Si les faibles lecteurs font partie des meilleurs lecteurs d’histoire15, il convient de creuser le rapport spécifique qu’ils entretiennent avec ce genre dans lequel ils procèdent aussi à une sélection : on y retrouvera la dominante expérimentale qui commande les goûts pour certains types de romans. C’est sur l’histoire contemporaine et surtout celle de la seconde moitié du xxe siècle, relative à la période de la guerre, que la faible lecture porte un intérêt particulier : seconde guerre mondiale, guerres coloniales etc. C’est pour l’avoir vécue que les lecteurs retiennent cette histoire, comme s’ils entendaient en cela faire entrer leur histoire personnelle dans l’histoire universelle, par le passage légitimant de la littérature :

« J’aime lire des livres sur la guerre (...) parce que je l’ai beaucoup vécue cette guerre-là, de 40-45. »
(E 38, retraitée, 72 ans, titulaire d’un CAP).

40Nous avons rarement rencontré dans nos scénarios des textes de romans historiques mettant en scène des périodes plus anciennes, telles que le Moyen-Age ; ils s’infiltrent dans la catégorie du roman, souvent désignée par la terminologie de 1’« histoire » :

Question :
« Pour toi donc, les livres sont des romans ? »
Réponse :
« C’est des histoires. »

41Ainsi, le roman historique semble procéder d’une logique opposée à celle qui inscrit le livre sur l’histoire dans la faible lecture : il s’agit de faire passer l’Histoire universelle dans l’histoire particulière — ou dans les histoires particulières —, le parcours conduit ici de l’Histoire universelle à l’histoire plurielle.

Le livre-mode d’emploi : ouvrages pratiques sur la médecine ou sur le sport

42Le sens du « vécu » et de l’expérience qui commande la faible lecture dans la sélection « générique » des textes privilégie trois types de contenus informatifs liés à peu près tous à l’expérience quotidienne, ludique ou associative. Les ouvrages pratiques en sont un bon exemple qui guident le lecture dans son expérience pratique. Il peut s’agir d’ouvrages sur le bricolage ou le jardinage, mais aussi de textes construits en forme de guides : ouvrages de vulgarisation du droit ou de la médecine. Ici deux spécificités émergent : la forme de la lecture et le lien qu’elle établit avec la vie familiale et domestique. Ce sont généralement des ouvrages qui, comme les dictionnaires et les encyclopédies sont acquis à l’occasion d’un rite de cycle de vie ou d’une transition dans l’expérience domestique (changement de mobilier) ou dans les interactions familiales :

« Là j’ai un livre de droit que mon fils m’a prêté, sur tous les droits qu’on a, ça m’intéresse parce qu’il y a des choses qu’on connaît pas et puis avec mon fils on parlait du divorce, il veut savoir où il en est de son divorce, (...) donc il m’a dit que justement sur le livre ils expliquent bien (...). J’avais acheté des livres sur le cancer, parce que ma fille a eu le cancer, alors j’ai beaucoup lu sur le cancer. »
(E 38, retraitée, 72 ans).

43Les ouvrages pratiques font partie de l’aménagement domestique au même titre que l’appareil ménager : ils ont une prise directe avec les actes de la vie quotidienne :

« La première chose que j’ai faite lorsque je me suis installé chez moi, c’est d’acheter ne serait-ce que trois dictionnaires et un dictionnaire plus appronfondi sur le vocabulaire ; ça c’est indispensable dans un foyer. »
(E 36, représentant de commerce multicartes, 39 ans).

44Enfin dans une logique assez proche figurent au registre sélectif de la faible lecture les textes - livres ou magazines — consacrés au sport, à la moto ou à l’automobile, aux voyages ou aux pays étrangers : la sélection de ces contenus informatifs est fonction de la sélection des activités indiquées. Ainsi les lectures consacrées au sport sont-elles stimulées par la participation à des associations sportives.

45Mais il faut ici ajouter la seconde spécificité de la lecture de ces ouvrages : son aspect ponctuel et circonstancié de pratique consultative. Le paradoxe se trouve dans le fait de l’hyper-présence de ces ouvrages dans l’univers domestique et en même temps de la rareté de leur fréquentation dans le temps actif. C’est une lecture soumise aux exigences des pratiques domestiques, elle est programmée en tant que support d’une pratique domestique et non en tant que lecture pour elle-même, telle que celle-ci est définie dans les représentations.

Livres d’actualité : la vie d’artiste comme archétype romanesque

46Les livres d’actualité sont désignés par les lecteurs chaque fois que leur contenu informatif renvoie à une information diffusée par les moyens de communication de masse. Ainsi on trouvera parmi ces ouvrages, des livres ou des textes essentiellement relatifs à des personnages publics et à leurs réalisations. C’est le cas de l’ouvrage écrit par Rika Zaraï, à prétention paramédicale : il a l’avantage d’associer la forme de la communication médiatique à un sujet qui s’affirme comme prophétie médicale : le savoir périphérique au savoir savant, diffusé par des moyens d’information quasi exclusifs chez les faiblement diplômés s’assimile au savoir légitime. Le livre d’actualité donne l’illusion de légitimité littéraire à des contenus informatifs diffusés par des moyens audiovisuels : il s’agit de transformer la télé en livre.

47La biographie d’artiste de variétés s’inscrit, par une logique très proche, dans les scénarios de faible lecture. Lecture plus spécifique des femmes peu diplômées et non actives, elle consiste en la transformation d’une expérience individuelle exemplaire en trame romanesque : nous sommes encore dans le registre du goût pour les univers romanesques relevant des expériences « vraies et vécues ». Mais là, parce que ces ouvrages sont eux aussi liés à la forme de la communication médiatique hyper-publicisée, ils ont l’avantage de familiariser des procédures expérimentales distanciées par la médiation audiovisuelle.

La nature, animaux et végétaux : la « socioscience » des faibles lecteurs

48Par l’usage du terme « science » ou « scientifique », le discours des lecteurs entend légitimer des genres à thèmes très spécifiques en les englobant dans une terminologie générique incarnant l’institutionnalisation du savoir. En réalité, les ouvrages ou les textes scientifiques qui émergent dans la faible lecture manifestent une certaine prédominance des thèmes biologiques — animaux surtout — ou astrophysique — étoiles, astres, phénomènes planétaires. La « science » définie par les faibles lecteurs ainsi réduite à certains domaines, constitue leur « socioscience » ou science différenciée par l’appartenance sociale, comme 1’« ethnoscience » est la science différenciée par l’appartenance ethnique. On observera aussi la prédominance du support-presse pour ces lectures : il s’agit le plus souvent de magazines de graphisme et de composition sophistiqués et faisant une place importante à l’iconographie, Science et Vie en particulier. La forme éditoriale de ces magazines et leur esthétique leur attribuent une valeur et un support matériels qui les assimilent à la catégorie du « livre ». Les encyclopédies fournissent elles aussi un support privilégié d’accès aux thèmes scientifiques mais la forme consultative de leur lecture les marginalise dans l’emploi du temps de la faible lecture. Le thème scientifique paraît indissociable du support iconographique. Cette association se manifeste bien dans l’ordre discursif de cet ouvrier pâtissier, affirmant aimer la nature, et qui pratique l’analogie entre le « merveilleux » de la nature et celui de la communication audiovisuelle :

« Un truc sur les animaux, ça m’enrichit... comprendre leur comportement, leur vie familiale... Je trouve ça merveilleux. Je trouve la nature merveilleuse, cruelle mais merveilleuse... C’est comme un film, dès que tu vois un film et que tu sors de la salle, tu y penses encore. »
(E 33).

Les marginaux : poésie, politique, sciences humaines et philosophie

49Certains genres cités et manifestement rejetés par nos faibles lecteurs ont pour logique commune d’être ceux légitimés par les cursus scolaires. De fait, ils sont clairement exclus par les lecteurs à cause du lien qu’ils entretiennent avec la catégorie « intellectuelle » ou « intelligente ». Poésie, philosophie, sciences humaines constituent ces genres « intelligents » dont l’exclusion est partagée par les moyens lecteurs — sélectifs ou exclusifs — peu diplômés. Cette sélectivité renforce l’impact du niveau d’instruction dans la sélectivité « générique » de la faible lecture. En revanche, ces genres « cultivés » marginalisés, sont mentionnés mais peu fréquentés par des lecteurs en scénario de lecture décroissante — certains diplômés — et qui ont abandonné ces genres de même que les cadres sociaux de la scolarisation, milieux éducatifs et universitaires.

50Ainsi les genres constituent bien des classificateurs sociaux et il est rare de constater le passage d’un genre légitime à un autre mineur, à moins d’observer en même temps des modifications dans le capital culturel du lecteur dues à une élévation de son niveau scolaire. Le passage de genres « cultivés » à des genres mineurs correspond nécessairement au passage d’un statut social et culturel à un autre. Les faibles lecteurs le savent bien qui, en même temps qu’ils affirment leur préférence pour des genres mineurs et définis par eux comme tels, concluent que ce ne sont pas leurs genres préférés qui les « enrichissent », leur « rapportent », qui leur fournissent un profit social et culturel : une manière supplémentaire de définir la faible lecture par son « illégitimité ».

Le déchiffrement du texte dans la faible lecture

51Il n’est pas rare de rencontrer, dans les analyses institutionnelles de la faible lecture, l’association logique établie entre la faiblesse quantitative de la lecture et celle du déchiffrement psycho-technique ou du décodage du texte. Nos interlocuteurs nous orientaient fréquemment sur cette voie en admettant qu’ils ont du mal à comprendre certains textes, que les images sont des précieux auxilliaires du décodage de l’écrit, que la lecture représente un effort ardu de concentration, ou bien encore qu’ils ne retiennent rien ni du titre, ni du nom de l’auteur, ni même de la trame romanesque ou du contenu de l’ouvrage, tel cet ouvrier de 21 ans dont le propos est balisé par l’affirmation du manque de mémorisation et qui, avant de quitter l’enquêteur, lui avoue lire 15 à 20 livres par an, dont il a fait mention ici et là dans ses évocations. Mais d’emblée, il s’était présenté ainsi :

« Je n’ai aucune mémoire dans ce que je lis et bon je bouquine, je flirte, je bouquine une page, je lis un petit bout. »
(E 28).

52L’approche psycho-technique de la lecture, perspective clinique d’une pratique culturelle dont les enjeux sociaux se manifestent à chaque étape de la démarche, depuis le choix du livre ou du texte juqu’à l’acte intime de la lecture retranchée, a tendance à négliger le poids des implications et des interactions sociales du lecteur au moment même où il parcourt le texte. Une telle approche, souvent focalisée sur les déficiences de l’apprentissage scolaire de la lecture, peut aussi négliger la dimension historique du rapport au texte, et qui se tisse dans la période de l’après-apprentissage de la lecture : ainsi cet apprentissage se poursuit-il après les premiers mois de l’école primaire et hors de l’école, et le lecteur auquel se posent des problèmes de déchiffrement de l’écrit n’est pas forcément celui qui a mal appris à lire à l’école.

53Comment en effet expliquer que ceux-là mêmes qui affirment avoir des difficultés de compréhension du texte, peuvent « dévorer » certains livres, et en restituer la substance ? La faible lecture comporte ainsi différents scénarios de durée et de difficulté de lecture : quelle est donc la logique de la variabilité de la lecture, entre celle qui conduit le lecteur à lire un ouvrage en quelques heures et celle qui en laisse traîner un autre pendant des mois pour finalement l’abandonner avant la fin ? Aucune loi de déchiffrement du texte ne régit la faible lecture uniformément. Ce n’est pas parce qu’on lit peu qu’on lit mal. Il faut donc chercher ces variabilités du déchiffrement ailleurs que dans les compétences psycho-techniques des lecteurs. Ils nous guideront dans cette voie en affirmant qu’à chaque genre de textes correspond une forme de lecture. On a déjà évoqué les propos de cette coiffeuse de 58 ans (E 17) selon laquelle certains textes « difficiles » exigeaient plus d’efforts et de temps de lecture que d’autres. C’est presque une évidence. Cependant elle met en relief le fait qu’à l’approche d’un texte, le lecteur a déjà estimé ses propres compétences de déchiffrement en fonction de son décodage de la nature du texte, et de sa classification dans la hiérarchie des genres. Ainsi pourrait-on dire que le lecteur a les compétences de déchiffrement pour le texte qu’il classe au niveau de ses compétences. Parlant de ses livres scolaires, un jeune ouvrier affirme ainsi :

  • 16 C’est nous qui soulignons.

« Je ne les ai pas lus dans le sens où l’on peut entendre lire, essayer d’approfondir, pas suivre sur des lignes et oublier quelque temps après, je n’ai pas suivi, j’ai lu ce qu’il y avait d’écrit, peut-être que je n’ai pas assez eu de connaissances de la part... c’est-à-dire qu’on ne m’a pas proposé des livres qui étaient dans mon créneau, c’est tout16 »
(E 28, ouvrier 21 ans, titulaire d’un brevet d’études professionnelles BEP).

54Si par conséquent, le déchiffrement du texte a affaire avec le niveau d’instruction, ce n’est pas parce qu’il formule le niveau d’apprentissage technique de la lecture, mais plutôt parce qu’il est marqué par les cadres sociaux auxquels le niveau d’instruction donne accès. Dans la faible lecture, comme dans d’autres pratiques de lecture, les réseaux de socialisation de la sélection et de l’acquisition des ouvrages se manifestent dans l’acte intime de lire : le lecteur aura peu de mal à lire un livre mis en scène à la télévision parce qu’il sera soutenu dans la lecture de l’écrit par les images qu’il a vu défiler devant ses yeux. Et notre ouvrière alsacienne lira près de quatre fois Paris au mois d’août parce qu’elle y retrouve ses « valeurs », ses goûts mis en texte.

55C’est la familiarité des univers sociaux repérés dans le texte qui constitue l’orientation du lecteur dans le déchiffrement. Autant la mémorisation de la substance du texte que la rapidité du déchiffrement sont soutenues par les réseaux habituels de socialisation des lecteurs. Ceux-ci ne se souviennent pas également de textes différents : cette variabilité de la durée de la lecture et de la mémorisation du contenu du texte correspond à la sélectivité des faibles lecteurs sur le genre du texte.

56Reste le problème de la langue et du rapport au graphisme. Considérons le second. La faible lecture semble focaliser sa faiblesse dans la difficulté d’appréhender l’écrit ; quelques uns de nos interlocuteurs situés dans les tranches d’âge 55-70 ans et plus, et ceux en particulier de faibles niveaux d’instruction (non diplômés ou titulaires de CAP ou de CEP) affirmaient être rebutés par la finesse et la petitesse de certains caractères d’imprimerie et ne choisir que les livres imprimés en gros caractères. D’autres, plus jeunes et parmi ceux en particulier qui sont issus du système scolaire juste après l’âge minimal de scolarisation, rationalisaient leurs difficultés de lecture par l’aversion pour l’écrit, que cet interviewé définit comme une « ligne continue » :

« Alors Gaston Lagaffe, ça oui, parce qu’il y a des images, c’est vrai, parce qu’il y a de l’écrit et de l’image, alors quand il n’y a que des lignes, je n’ai pas envie d’imaginer... je n’ai pas envie d’entrer... je pourrais mais ça serait vraiment un effort, ce n’est pas un plaisir de lire, c’est un effort. »
(E 33).

57Et plus loin, la relation entre lecture et écriture :

« C’est parce que je n’aime pas lire que je n’aime pas écrire. De toute façon, comme je n’ai jamais lu, le style n’est pas venu. Comme je n’étais pas doué et que je ne lisais pas, je n’étais pas bon en dissertation. »
(E 33, ouvrier pâtissier, 22 ans).

58Ainsi c’est parmi les moins bien diplômés, les moins bien entraînés au décodage linguistique que l’on repère des scénarios de faible lecture constitués sur des difficultés de déchirement. C’est probablement la raison pour laquelle ces scénarios incluent la lecture assez soutenue de la presse hebdomadaire mensuelle ou quotidienne où le texte écrit, bien qu’imprimé en caractères fins et de petite dimension, est structuré, décomposé et pré-mâché ou pré-décodé par la présence de titres et de sous-titres et par la différenciation des caractères qui suggère une classification des informations.

  • 17 Les méthodes d’observation manquent d’adéquation : comment faire émerger ces mécanismes en situati (...)

59Ce qui ressort distinctement des mécanismes de déchiffrement des textes dans la faible lecture c’est l’impact conjoint du niveau d’instruction et des réseaux de socialisation des lecteurs. Le déchiffrement est peu favorisé par des trajectoires scolaires articulées dans des processus d’échec ; il ne peut également être soutenu que par les cadres habituels d’interaction et de communication. Les modalités de cette conjonction sont variables mais d’une manière générale, ces réseaux ne soutiennent, pour la faible lecture que le déchiffrement de certains types de textes. Ce qui ressort clairement de cet ensemble de modalités qualitatives, c’est que d’une part, il est sociologiquement impossible de démontrer qu’à la faiblesse quantitative de la lecture de livres correspond la faiblesse qualitative du déchiffrement17 et que d’autre part, les faibles lecteurs ou la faible lecture sont loin de recouvrir les univers sociaux de l’illettrisme.

Notes

1 Ouvrier pâtissier. 22 ans, célibataire vivant dans une petite commune d’Alsace (E 33).

2 Pour des raisons sensiblement proches, le livre ne peut constituer une valeur d’échange, être intégré dans une transaction de type potlatch que constitue le cadeau ; la faible lecture, parce qu’elle est illégitime ne peut accorder au livre une valeur d’échange ; le livre ne peut soutenir des interactions qui ne le supportent pas. Le discours manifeste cette exclusion, lorsqu’il l’explique en termes de difficultés d’ajuster le livre offert au « goût » de la personne. Les lecteurs plus familiers avec le livre ne se poseront pas la question du goût du destinataire si ce dernier fait, comme eux, partie des gens qui ont le « goût de la lecture ». Chez les faibles lecteurs en revanche, le doute qui pèse sur la présence du livre dans les « goûts » personnels manifeste la remise en cause de sa valeur d’échange : plus que personnels, ce sont des goûts sociaux qui sont désignés :
« Quelquefois, il y en a qui ne pensent pas à nous offrir des livres, parce qu’il faut tomber dans les gôuts (...) il y a des livres qui vous sont chers et ils ne sont pas tellement appréciés. Il faut que ça provoque une curiosité ».
(E 18, coiffeur, 59 ans, résidant à Caen, titulaire d’un CEP).

3 Mauss Marcel. Durkheim Émile. De quelques formes primitives de classification. Mauss Marcel, Essais de sociologie. — Paris : Seuil, 1969. pp. 162-230.

4 Parmentier Patrick, Les genres, le classement des lecteurs et le classement des livres Trois études sur la lecture, op. cit., pp. 11 et suivantes.

5 Pratiques culturelles des Français, op. cit., p. 68.

6 Voici la liste des catégories énoncées dans les Pratiques culturelles : dictionnaires et encyclopédies ; romans autres que policiers ou d’espionnage ; ouvrages pratiques ; livres sur l’histoire ; romans policiers ou d’espionnage ; œuvres de la littérature classique ; livres pour enfants ; bandes dessinées ; livres d’art ; beaux livres de photographies ; livres scientifiques, techniques, professionnels ; livres de poésie ; essais politiques, philosophiques, religieux, de psychologie ; reportages d’actualité.

7 C’est nous qui soulignons.

8 Cf. Brefs repères sur les faibles lecteurs... op. cit.

9 Bourdieu Pierre. La lecture, une pratique culturelle. Pratiques de la lecture, op. cit. p. 227.

10 Voir p. 83.

11 C’est nous qui soulignons.

12 Dans la catégorie des « grands auteurs » on retrouvera essentiellement les grandes figures de la littérature romantique, naturaliste ou populiste du xixe siècle : Hugo, Balzac, Zola, Stendhal.

13 Cf. Parmentier Patrick, op. cit.

14 Les mêmes mécanismes produisent des effets spécifiques de génération : la bande dessinée est aux jeunes peu diplômés ce que les ouvrages sur la médecine sont aux retraités ou aux adultes s’approchant de la retraite. Creusant des distinctions hiérarchisantes dans les genres, les niveaux d’instruction creusent aussi les distinctions d’âge. Le cas de la bande dessinée est quelque peu ambigu cependant dans la mesure où elle est aujourd’hui reconnue comme genre littéraire — voire artistique — légitime et inclus dans les goûts « savants » des intellectuels. Elle reste néanmoins un genre spécifique des pratiques des jeunes peu diplômés des classes populaires, même si à l’intérieur du genre s’opère une sous-classification qui « illégitime » les Lucky Luke, Astérix, Super Héros apparentés plutôt au style du roman-photo qu’à celui du dessin artistique mis en scène.

15 Données complémentaires sur les faibles lecteurs.... op. cit.

16 C’est nous qui soulignons.

17 Les méthodes d’observation manquent d’adéquation : comment faire émerger ces mécanismes en situation clinique — le lecteur interrogé pendant la lecture ou tout de suite après — ou en situation parfaitement distanciée — et enregistrer l’ampleur de la mémorisation, sans introduire à chaque fois le déchiffrement du texte dans des conditions limitées au plan sociologique ?

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access