Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Première partie. Le livre en pratiques

Texte intégral

1Lorsque l’on admet qu’il existe chez les faibles lecteurs des scénarios variables de lecture impliqués dans un faisceau de trajectoires sociales et culturelles, on est tenté de négliger ce qui constitue pourtant une logique structurale dans les pratiques elles-mêmes, que la fréquentation répétée des matériaux d’enquêtes finit par faire émerger. Cette logique se manifeste non seulement par la spécificité des cadres sociaux qui soutiennent la circulation et la lecture des livres, mais aussi par la sélectivité de la pratique à l’égard des genres de livres, et par l’emploi du temps de la lecture.

2Ce qui sera évoqué ici, plutôt que le rapport au livre tel qu’il se manifeste dans un groupe social que ne constituent pas les faibles lecteurs, c’est la logique des actes et des représentations qui régit une pratique de lecture dont l’homogénéité se situe dans son expression quantitative. C’est plus de la logique des actes que de celle des lecteurs en actes qu’il s’agira ici.

L’information sur les livres et l’acquisition des livres

3Le cheminement suivi par un lecteur pour accéder au livre est une trajectoire sociale qui l’inscrit dans un faisceau de réseaux sociaux. L’acquisition d’un livre, quelles que soient ses modalités, suppose une connaissance minimale de l’ouvrage qui permet au lecteur de décoder son contenu, de le classifier, de lui attribuer un genre.

4Les informations que les lecteurs détiennent sur les livres constituent des repères d’identification sociale. Un intellectuel parisien exerçant une profession académique, bénéficie de réseaux d’information sur le livre auxquels ne peut accéder un employé de banque résidant en province. Les lieux d’acquisition du livre sont donc significatifs de l’information dont disposent les acheteurs sur les livres : acquisition et connaissance du livre sont indissociables ; nous les avons à dessein regroupées.

5Les réseaux informatifs qui soutiennent les actes de faible lecture, quelle que soit la trajectoire professionnelle, familiale, éducative ou géographique des lecteurs, se regroupent autour de deux pôles, l’un replié sur le domaine privé le plus intime, l’autre ouvert sur le domaine public le plus anonyme : c’est entre la famille et les moyens de communication de masse qu’est diffusée l’information sur les livres et sur la lecture, bien que les modalités de cette dualité varient en fonction des trajectoires socioprofessionnelles et éducatives. Entre ces deux pôles, figurent différents réseaux de socialisation, professionnels, associatifs ou locaux ainsi que les réseaux de diffusion de l’information par correspondance et les réseaux commerciaux :

Tableau 1 : Les réseaux d’information et d’acquisition

6Certains réseaux informatifs sur le livre brillent par leur absence dans ce faisceau. L’école est l’un d’entre eux, même pour ceux qui sont récemment issus du système scolaire. Si l’école diffuse des informations sur le livre, celles-ci sont rarement capitalisées par nos faibles lecteurs, parce qu’à la sortie de l’école, les références acquises dans la contrainte sont substituées à d’autres, bâties par les réseaux de la classe d’âge ou de la classe sociale. C’est le cas surtout des adolescents issus de l’enseignement technique et d’origine sociale peu élevée — milieux ouvriers, de petits artisans ou d’employés — et qui retrouvent des formes d’information plus conformes aux valeurs de leur groupe d’âge et de leur classe sociale.

7Ici la faible lecture semble signifier l’une de ses spécificités : les informations acquises à l’école ne stimulent pas la lecture ; elles permettent l’accumulation sommaire de connaissances — noms d’auteurs ou titres tout au plus — mais jamais la constitution d’une connaissance conduisant au choix (contenu, style, thématique du livre). Même les lecteurs d’origine sociale plus élevée et plus proches des valeurs de la culture dominante, donc ceux qui sont généralement en scénario de lecture décroissante, ont très rarement recours aux connaissances acquises à l’école ; tout au plus pourront-ils relire des ouvrages conservés depuis leur adolescence, mais ces lectures s’affirmeront rarement comme des découvertes menant à l’ouverture sur de nouveaux horizons littéraires.

  • 1 Cf. Données complémentaires sur les faibles lecteurs... op. cit.

8Il faut ici rappeler que d’une manière générale ce faible lectorat dispose d’un acquis scolaire ne dépassant que très rarement le niveau du BEPC, ou du baccalauréat dans le meilleur des cas1 : l’aspect limité des niveaux d’instruction révèle celui du poids de l’école et du système scolaire dans l’information qui soutient des pratiques de lecture de faible envergure.

9Ce qui vaut pour l’école vaut aussi pour le réseau des bibliothèques publiques, qu’elles soient municipales ou scolaires, et pour les bibliothèques d’entreprise. On peut donc se demander si la politique du ministère de la Culture en faveur de l’accroissement du réseau des bibliothèques publiques peut réellement encourager la lecture chez les faibles lecteurs.

  • 2 Robine Nicole. Les jeunes travailleurs et la lecture. — Paris : Documentation française, 1984. pp. (...)
  • 3 Témoin, cet artisan-tailleur qui achète et lit de nombreux livres dont il emprunte une partie à la (...)

10L’impact de la bibliothèque se manifeste très faiblement dans les scénarios de lecture y compris pour d’anciens moyens lecteurs qui ont réduit leur rapport au livre, et qui ont fréquenté la bibliothèque dans le passé ; celle-ci s’estompe progressivement en même temps que le nombre de livres lus est réduit. La fréquentation de la bibliothèque est proportionnelle au nombre de livres lus : plus celui-ci est élevé, plus la bibliothèque est fréquentée, elle sera abandonnée en même temps que le livre. La bibliothèque apparaît dans les discours comme l’incarnation institutionnelle du livre : elle est la lecture institutionnalisée. Comme l’a montré Nicole Robine dans son étude sur Les jeunes travailleurs et la lecture2 la bibliothèque est perçue par le milieu étudié comme un cadre contraignant de lecture. Elle n’est fréquentée ni pour la lecture sur place ni pour l’emprunt d’ouvrages, pratique que l’on observe cependant chez des moyens lecteurs d’origine sociale peu élevée3.

11Il nous semble que cette absence de la bibliothèque dans les scénarios de faible lecture doit être rapportée à trois types de spécificités de la pratique :

12• La première a trait au volume et à la nature de l’information dont les lecteurs disposent sur les livres et la lecture légitimes. La bibliothèque s’en fait le vecteur, à condition d’en connaître le décodage : il faut savoir ce que l’on veut lire, avoir déjà opéré une sélection pour utiliser les services de la bibliothèque, ou du moins est-elle ainsi perçue. La faible lecture apparaît nettement de ce point de vue, et dans sa distinction, comme opposée à la lecture institutionnalisée qui se pratique dans les bibliothèques publiques.

13• La seconde est relative à la forme pratique de la lecture chez les faibles lecteurs, dont la tendance manifeste est la non planification, la non structuration du choix et de la lecture de livres, qui ne peut s’accommoder du caractère contraignant des délais de remise des ouvrages et des sanctions encourues en cas de retard : la bibliothèque est presque perçue comme un inquisiteur de la lecture, par conséquent on la fuit. Elle ne constitue ni un lieu d’information ni un lieu d’acquisition d’ouvrages. Cette coiffeuse formule la désertion de la bibliothèque en termes de temps, qui expriment bien cette nécessité de planifier l’accès à la bibliothèque :

« J’allais à la bibliothèque quand j’étais dans une petite commune de l’Eure, j’étais abonnée... et puis ici à Caen, je ne l’ai pas fait, peut-être parce que (...) il faudrait disposer de temps (...). Je crois que c’est un entraînement, quand vous avez pris un engagement quelque part, ça vous oblige à continuer. »
(E 17)

14• La troisième formulation de la désertion des bibliothèques publiques est dans le rapport matériel au livre-objet, dans l’appropriation du livre que ne permet pas l’emprunt systématisé en bibliothèque perçu comme « impersonnel » ; et parce que l’appropriation matérielle du livre est très marquée chez les faibles lecteurs, la valeur du livre-objet est incompatible avec l’emprunt public d’un ouvrage qui circule entre de nombreuses mains.

  • 4 Cf. Robine Nicole, op. cit. 44

15Enfin, dernière grande absente de ce réseau informatif, la librairie « d’assortiment général4 » est rarement fréquentée ; elle n’est ni un lieu d’acquisition ni un lieu d’information sur les livres. Les promenades exploratoires dans les librairies, auxquelles se prêtent certains moyens et grands lecteurs, sont inconnues des faibles lecteurs : dans ces sanctuaires du livre se pratique un culte dont les opérations ne sont pas dans la familiarité des faibles lecteurs, ni dans leurs habitudes culturelles, y compris pour ceux qui proviennent de classes proches de la culture dominante : les pratiques qui perdent leur support social perdent aussi leur raison d’être.

Les médias et le livre

16L’illusion de l’intimisme de la lecture privée oppose traditionnellement cette dernière à la fréquentation de moyens de communication de masse. Il est vrai que la faible lecture de livres n’est pas l’auxiliaire de la lecture de la presse — quotidienne surtout : à deux types différents de supports correspondent des fonctions variables quant à l’acquisition du savoir. C’est la raison pour laquelle la presse écrite ne constitue que très rarement un support d’information sur les livres lorsque ceux-ci sont peu lus. La faible lecture de livres n’est pas sollicitée par la fréquentation des rubriques littéraires, et moins que les publicités d’éditeurs qui peuvent figurer dans les quotidiens. Mais dans ce dernier cas, c’est le support publicitaire qui est concerné plus que le support-presse : la sélectivité en genres de la faible lecture s’accomode mieux de la sémantique publicitaire que de celle de l’article du critique littéraire. Il y a dans ce rapport d’exclusion entre les deux supports d’information, l’impact des médias audiovisuels qui quant à eux, occupent une place de choix dans les réseaux d’information sur le livre : apparaissent ainsi dans les scénarios de faible lecture les émissions littéraires telles qu’Apostrophes, les interviews télévisées d’écrivains lors des magazines ou journaux d’information, les adaptations télévisées d’œuvres littéraires ainsi que diverses émissions où le livre s’infiltre au hasard de la composition des plateaux : le livre mis en images et mis en scène est un support privilégié d’information sur le livre et un stimulateur de lecture du texte. On passe ainsi de l’écrit en images à l’écrit en texte. L’image paraît l’élément dominant dans ce rapport auxiliaire entre les médias audiovisuels et la lecture, car la radio ne figure pas très haut dans ce palmarès.

17La prédominance de la télévision dans l’information sur le livre apparaissait rapidement à l’enquêteur qui voyait défiler dans ses entretiens un stock de titres récurrents de livres à gros tirages ayant constitué des événements télévisés notoires à leur parution : Les oiseaux se cachent pour mourir, Paris brûle-t-il et Le mal français étaient ainsi constamment et spontanément cités, à côté des prix littéraires qui occupent l’actualité médiatique audio-visuelle d’automne.

  • 5 C’est ce que semble conclure Nicole Robine dans son rapport sur Les jeunes travailleurs et la lect (...)
  • 6 Pratiques culturelles..., op. cit., p. 55.

18La télévision n’est donc pas la concurrente systématique de la lecture ; on pourrait même se demander si elle n’en est pas parfois l’auxiliaire pour des pratiques de lecture de faible envergure. Peut-on pour autant en déduire la faiblesse de ces lectures dans leur rapport à l’écrit ? Existe-t-il chez les faibles lecteurs une faiblesse du déchiffrement psychotechnique du texte qu’ils compenseraient en se soutenant par le recours à l’image5 ? Il nous semble qu’il convient ici de croiser ces mécanismes d’information sur les livres avec la fréquentation générale de la télévision par les faibles lecteurs. Les Pratiques culturelles des Français montrent en effet que les téléspectateurs les plus assidus se trouvent parmi les détenteurs de niveaux faibles d’instruction6, majoritaires chez les faibles lecteurs. C’est donc par les moyens audiovisuels de communication que ces catégories sociales, milieux des classes populaires, accèdent à la culture et au livre en particulier. C’est par les réseaux spécifiques de la communication de masse que la connaissance du livre est socialisée. La communication audiovisuelle est l’un de ces réseaux d’information spécifiques. La faible lecture est donc stimulée par l’image non pas parce que celle-ci est un auxiliaire du déchiffrement du texte, mais parce qu’elle est l’un des vecteurs spécifiques de communication chez les faibles lecteurs ; elle ne les empêchera pas de dévorer en quelques heures des ouvrages mis en scène à la télévision. La communication sur le livre s’articule dans les réseaux familiers de communication utilisés par les lecteurs, ceux qui par ailleurs peuplent les conversations de voisinage, ceux établis sur le lieu du travail ou en famille. Le livre est familiarisé par les moyens familiers de la communication et de l’interaction sociale.

Achat par correspondance et publicité à domicile : le livre en promotion

19Nous nous trouvons ici dans un réseau d’acquisition du livre qui fait aussi et d’abord office de réseau de transmission d’information sur le livre. Le lecteur est sollicité dans les réseaux où il se trouve le plus fréquemment. Parmi ces réseaux est celui de l’achat à distance ou de l’achat en promotion.

20Un représentant de commerce, 37 ans, titulaire d’un CAP de menuiserie s’équipe d’une encyclopédie et de quelques ouvrages, en promotion dans une publicité à domicile, au moment où il fonde un foyer et compose son aménagement domestique (E 9). Une étudiante de 19 ans, bachelière et lectrice sélective de bandes dessinées ou d’ouvrage sur la drogue, a reçu en cadeau lors de l’un de ses anniversaires un abonnement à France-Loisirs qu’elle méprise aujourd’hui et dont elle lit rarement les ouvrages reçus (E 40).

  • 7 Bourdieu Pierre, Les trois états du capital culturel. Actes de la recherche en sicences sociales, (...)

21Le livre est ici un produit de consommation. On peut l’acheter comme un mobilier qu’on commande. Les achats par correspondance ou à la suite de la réception à domicile d’une publicité font partie de ces réseaux où le livre est pur produit. Ils sont rarement sollicités à l’initiative du lecteur, c’est eux qui viennent à lui, ils ne font pas l’objet d’une planification de lecture spécifique. On nous dira pour cette raison, et parce qu’ils dépersonnalisent le rapport à la lecture, que les livres acquis par ces réseaux ne sont pas systématiquement lus ; ils sont souvent réduits à leur pure matérialité, parce qu’ils sont joliment reliés ou brochés, s’inscrivent dans une série ou une collection — « Club du Livre » par exemple. Ainsi si l’achat par correspondance stimule l’acquisition des livres, parce qu’il s’inscrit dans le modèle d’une pratique de consommation visant à réduire les budgets investis, il a tendance à restreindre le rapport au livre au seul registre de la matérialité. Le caractère contraignant et dépersonnalisé du choix d’un ouvrage inclus dans une série renforce cette image du livre consommé. L’achat par correspondance est ainsi souvent lié à la constitution d’un foyer et à l’aménagement du domicile : on s’abonne à France-Loisirs ou à quelque autre club du livre (ou on souscrit à l’achat d’une encyclopédie) comme on achète du mobilier ; l’achat de meubles de séjour s’accompagne d’ailleurs de l’achat de ces collections. Les cadeaux d’anniversaire aux adolescents en cours de formation scolaire sont constitués d’abonnements ou de souscriptions à un achat de livre par correspondance. Mais ils cessent progressivement avec la maturation du ménage et des enfants. L’achat du livre en promotion s’inscrit donc dans un système global de répartition du budget qui, de ce fait, minore sa valeur symbolique d’objet culturel. D’une certaine manière, en accentuant la fonction de capital culturel objectivé du livre7 — « supports matériels » — l’achat par correspondance qui dépersonnalise le livre porte atteinte à sa fonction de « capital culturel incorporé » — « dispositions durables de l’organisme ». L’achat du livre par correspondance résulte de l’exclusion de celui-ci du rapport volontaire à la lecture.

Les grandes surfaces et les petits commerces locaux

22L’achat dans les grandes surfaces relève du mécanisme socioéconomique que l’on observe dans les achats par correspondance. Les faibles lecteurs acquièrent le livre là où ils regroupent leurs pratiques générales de consommation. Mais si leur choix des livres est réglementé par les informations reçues auparavant dans les médias, l’achat dans les grandes surfaces relève néanmoins d’une démarche positive, qu’il n’est pas lorsqu’il s’effectue par correspondance. En outre, lorsqu’il trouve au supermarché un livre dont il a entendu parler à la télévision, le lecteur dispose d’un critère supplémentaire de sélection et d’information sur le livre. Il sait qu’alors ce livre-ci s’intègre à ses pratiques sociales et culturelles habituelles ; si le livre est au supermarché, c’est qu’il lui est destiné.

23L’achat dans la librairie-papeterie-kiosque du quartier relève d’un mécanisme social différent, dans la mesure où il sort des modes publics et anonymes de socialisation du livre pour s’inscrire dans les réseaux plus privés et personnalisés des échanges locaux. Il relève aussi plus manifestement d’un choix de lecture, même si, comme dans les petites communes ou dans les zones rurales, la librairie de quartier est l’unique lieu d’achat de livres.

  • 8 Il peut aussi être demandé ou même simplement découvert à la suite de l’achat hebdomadaire de la p (...)

24Ainsi d’un côté l’achat dans la librairie-kiosque maintient le livre dans sa matérialité de produit de consommation acquis parmi d’autres produits, stylos, cahiers, etc.8. En même temps, le livre est acquis à la suite d’une demande spécifique faite par le lecteur à son libraire qui lui en parle, commande l’ouvrage s’il ne l’a pas. Ces achats se font donc le plus souvent en vue de la lecture. De ce fait, ils semblent plus pratiqués par les lecteurs en scénario de lecture croissante, tandis que les autres types de scénarios s’inscrivent dans la fréquentation plus marquée des grandes surfaces et de l’achat par correspondance. Le faible lecteur qui lit depuis peu trouve dans le rapport personnalisé avec son libraire-voisin, un support social et informatif de sa pratique lectorale. Il lui pose des questions sur le livre, la collection etc. l’opération de demande et de commande du livre dote ce type d’acquisition d’une forme volontaire qui particularise un livre spécifique (un titre, un thème, un auteur) tandis que l’achat par correspondance, c’est plutôt du livre qu’on achète qu’un livre particulier.

Les amis, le réseau associatif et professionnel

25Avec la personnalisation et la privatisation progressive de l’acquisition des ouvrages, on change également de formes d’acquisition : ici elles donnent lieu à des échanges de livres et à des interactions sociales ciblées sur le réseau amical, le voisinage, le réseau associatif ou professionnel. L’emprunt ou le prêt appelle la lecture. C’est l’interaction spécifique d’un réseau social qui constitue le support d’information sur le livre : « un ami m’a parlé de ce livre et me l’a prêté » ; « ma voisine m’a emprunté ce livre sur lequel nous avions bavardé » ; « j’ai emprunté ce bouquin à un copain du syndicat après une réunion » etc. Le livre est ici socialisé dans les réseaux spécifiques d’interaction des lecteurs. Les jeunes et les femmes sont privilégiés par ce mécanisme : groupes de copains, de collègues de bureau, de voisines constituent des réseaux d’information et de circulation des ouvrages qui placent le livre dans la vie active et quotidienne, ce que ne suggèrent pas les représentations de la lecture envisagée comme acte de repli intime, d’isolement du monde. Le lecteur n’est jamais seul, quelles que soient les formes de lecture ; mais il n’y a pas là matière à spécifier la faible lecture par rapport à d’autres pratiques du livre. S’il existe une spécificité dans cette socialisation du livre, il faut la chercher dans la nature des réseaux, plus particuliers aux classes populaires et aux faibles niveaux d’instruction : les lieux de résidence (voisinage), les lieux du travail et les réseaux syndicaux en particulier. On ajoutera que pour ce qui est des lieux du travail, la socialisation du livre n’est pas institutionnalisée, elle n’est pas soutenue par l’institution professionnelle ou n’a pas un objectif professionnel ; elle se fait dans le cadre des relations interindividuelles. Ce ne sont pas des livres sur le système bancaire que se passent les employées de banque qui travaillent côte à côte, c’est en tant que femmes qu’elles lisent ensemble la collection des Cartland. Les employées au guichet n’échangeront pas de livres avec le chef de service qui lit le dernier Yourcenar ou Elie Wiesel : les échanges à l’intérieur des réseaux de socialisation sont conformes à la hiérarchie des statuts professionnels et sociaux : on échange des livres avec celui qui détient les mêmes acquis culturels, les mêmes dispositions sociales à la lecture, les mêmes formes de modélisation des genres.

La famille et le livre

26Au pôle tout à fait privé des formes d’acquisition des livres et de l’information, la famille occupe, dans les scénarios de faible lecture, une place privilégiée, et de manière paradoxale, dans la mesure où de nombreux lecteurs — à l’exception de ceux issus de milieux bourgeois ou assez élevés dans l’échelle sociale — se plaignent de n’avoir pas eu de livres dans leur enfance ou d’avoir été gênés par l’attitude familiale défavorable à l’égard de la lecture. Il faut préciser qu’il s’agit là surtout de lecteurs de la génération des 40-59 ans et parmi eux, ceux originaires de familles ouvrières ou paysannes. On peut se demander si la présence plus importante de la famille dans la socialisation du livre ne constitue pas un effet de l’histoire de la scolarisation et de l’élévation du niveau scolaire après la seconde guerre mondiale. C’est ainsi que dans les familles ouvrières où les jeunes adolescents sont de très faibles lecteurs ou des lecteurs exclusifs de bandes dessinées, des mères ou des sœurs aînées achètent des livres pour leur fils ou frère et l’encouragent à lire. Il est donc intéressant de voir que là où les niveaux d’instruction sont faibles, la famille peut se substituer à l’école dans la socialisation du livre et de la lecture, mais il ne s’agit ni des mêmes livres ni des mêmes lectures. On observera également que cette lecture et ces livres caractéristiques des milieux populaires sont socialisés dans le cadre d’une institution qui fait office de valeur identitaire : le familialisme propre aux « goûts » populaires familiarise aussi le livre, lorsque celui-ci existe. Enfin, les acquisitions de livres au sein de la proche parenté, par des prêts et des emprunts entre germains a aussi une fonction économique : on préfère échanger des ouvrages qu’il n’est pas utile d’acheter, surtout si ceux-ci s’échangent entre des ménages différents, mère et fille mariée par exemple. L’échange de livres s’inscrit dans les échanges de biens et de services par lesquels la parenté proche constitue une unité économique, au-delà des limites du ménage conjugal.

27Pour les lecteurs en scénario de lecture décroissante, les fonctions de l’intervention de la famille dans l’acquisition des livres et dans l’information sur les livres sont sensiblement différentes. Ici on a affaire à des lecteurs provenant souvent de familles de la moyenne bourgeoisie et qui ont connu des processus de déqualification ou de mobilité socioprofessionnelle descendante. Pour ceux-là, le capital culturel acquis dans la famille d’origine — références intellectuelles, citations d’auteurs, familiarité avec les genres légitimes, stock de livres conservés — constitue un repérage distinctif, un résidu de socialisation de la lecture légitime, par l’information qui est diffusée sur le livre et par les emprunts effectués. Témoin ce cadre commercial de 39 ans, célibataire vivant à quelques kilomètres du domicile de ses parents, qui dispose d’une faible stimulation à la lecture dans son milieu professionnel, et qui la trouve en revanche auprès de ses amis pendant la période de vacances, ou auprès de son père, collectionneur passionné de livres anciens et de gravures (E 36).

28Finalement, d’un scénario de lecture à un autre et d’une trajectoire sociale à une autre, la famille se retrouve toujours en position prédominante dans les réseaux privés d’acquisition du livre.

29La prédominance féminine est très nette dans la circulation des ouvrages, et surtout dans les milieux populaires peu dotés en diplômes. L’interaction mère-fille y est plus présente que la relation entre le père et le fils. C’est donc surtout du côté des femmes que circulent les livres et également entre germains de même sexe : la stimulation de la lecture se fait difficilement entre le frère et la sœur, entre le père et la fille.

30Au sein de la famille, le livre sépare les sexes. Il paraît définir des spécificités sexuelles dans les goûts pour le livre et la lecture. Il trace aussi des frontières dans l’univers domestique entre les ouvrages des parents (rangés dans le salon ou la chambre à coucher), les ouvrages des germains masculins, les ouvrages des filles et les ouvrages des garçons, etc. Chaque sexe stocke ses ouvrages dans son lieu distinctif d’intimité. La famille et l’unité domestique opèrent une classification matérielle des livres qui distingue les sexes, les générations et aussi l’alliance de la consanguinité : les époux s’empruntent rarement des ouvrages qui circulent plus volontiers parmi les consanguins.

31Même et y compris à l’intérieur du domaine privé de la parenté, la socialisation du livre s’inscrit dans les classifications propres au réseau interactions qui la soutient.

Les formes d’acquisition : l’appropriation matérielle du livre

32C’est essentiellement par achats, emprunts privés et cadeaux que les faibles lecteurs acquièrent leurs livres. Parmi ces formes d’acquisition, l’achat prédomine nettement sur l’emprunt, le cadeau étant encore plus rare. Le livre apparaît rarement en tant qu’objet de dons et de contre-dons chez les faibles lecteurs, et plus particulièrement dans les classes populaires, sauf peut-être s’agissant de cadeaux offerts lors des rites de passage de l’enfance et de l’adolescence (acquisition d’un diplôme, passage entre deux cycles scolaires, rites de puberté, anniversaires, etc.). Parce que les représentations du livre lui attribuent la valeur symbolique propre à la culture dominante, elles l’excluent en même temps des échanges spécifiques aux milieux exclus de la culture dominante.

33Pourtant, il est frappant de constater que si le livre est rarement offert, l’acquisition à usage personnel est essentiellement pratiquée par l’achat. On aurait tort de voir dans cette tendance à l’achat chez les faibles lecteurs une contradiction de leurs origines sociales : on pourrait ainsi penser que la faiblesse de la lecture est le produit des seules structures socioéconomiques caractéristiques du faible lectorat, et que plus les statuts sont bas, plus les budgets du livre sont faibles. L’étroitesse de ces budgets en volume est en réalité le produit du rythme de l’acquisition des livres et non des formes d’acquisition, ou du volume monétaire imparti à chaque livre. C’est parce que que les faibles lecteurs achètent rarement des livres (2 ou 3 par an) et de manière anarchique et non planifiée que le prix n’est pas un critère de sélection des ouvrages. Pourtant, on peut s’interroger sur la fonction de l’achat par correspondance qui est l’acquisition de livres en promotion et à prix réduits. Il nous paraît plutôt relever des habitudes de consommation caractéristiques des classes populaires : on achète le livre en promotion comme la soupe en sachets ou les boîtes de conserve. Le prix intervient dans l’achat du livre non pas comme volume monétaire imparti, mais en tant qu’inscrit dans une habitude de consommation. De ce fait, il n’est pas un critère de sélection des ouvrages : sur le rayon du supermarché, un prix littéraire sera acheté en promotion si c’est lui qui est désiré, mais on ne saurait lui substituer un guide de voyages meilleur marché. Le prix du livre ne saurait influer sur la sélection du livre lorsque le budget imparti est si faible. Nos interlocuteurs affirmeront ainsi que parce que ces achats sont très espacés et rares, ils ne peuvent que consister en une réelle capitalisation, un réel investissement. L’achat du livre consiste à le conserver, à le stocker et à l’exposer : les livres en démonstration dans les salons sont aussi emblématiques ; ils font office de repérage social ou de revendication de distinction sociale.

  • 9 On a vu que cette attitude contribue à la désertion des bibliothèques publiques où l’emprunt des o (...)

34Si l’achat domine les formes d’acquisition des livres, c’est donc qu’il concrétise une certaine attitude, peut-être spécifique, relative au rapport matérialisé avec le livre. Les faibles lecteurs interrogés déclarent apprécier la possession des livres, la proximité avec les ouvrages9, bref le rapport physique avec le livre. L’achat manifeste ce souci d’appropriation physique du livre, cette exigence du livre à soi. Certaines de nos interlocutrices affirmaient avoir acheté des livres après les avoir lus par emprunt à des proches amis ou parents. Le livre que l’on aimé lire doit figurer dans le stock personnel et personnalisé d’imprimés disposés en témoignages de portion de vie.

35Pour certains cependant, la tendance à l’achat du livre consiste à privatiser le rapport au livre : on achète parce qu’on méprise l’emprunt, surtout lorsqu’il se pratique hors du milieu familial. L’achat qui renforce la personnalisation du livre tend à fermer sa socialisation, au moment de la lecture notamment. Ainsi la coiffeuse de Caen, faible lectrice en scénario croissant, affirme qu’elle n’aime pas trop prêter les livres parce qu’elle trouve que le livre est quelque chose de très personnel, c’est pour une question d’attache à ce livre, dit-elle. (E 17).

Les critères de sélection des ouvrages

36Les lieux et les types d’information et d’acquisition des ouvrages sélectionnent déjà les livres, indiquent des formes de classification des imprimés et des lecteurs. La sélection des livres et les critères qui la commandent sont aussi des indicateurs des structures de socialisation du livre, de son inscription dans l’univers culturel des lecteurs et surtout des formes que peut prendre la lecture elle-même de l’ouvrage choisi. Nous n’évoquerons ici que les ouvrages choisis volontairement et spécifiquement désirés par les lecteurs ; ne seront pas concernées les acquisitions par correspondance.

37Les auteurs sont de rares stimulateurs de sélection des ouvrages, sauf s’il s’agit, comme Barbara Cartland, d’un sigle ou de la dénomination d’une collection. Seuls les lecteurs en scénarios de lecture décroissante affirment choisir le livre pour son auteur, lorsqu’il s’agit notamment d’auteurs prestigieux de la littérature légitime. Le repère « auteur » ne peut constituer une orientation que pour ceux qui en détiennent les règles de décodage : lecteurs issus de familles bien dotées en capital culturel.

38Le prix littéraire pourra aussi constituer un critère de sélection des ouvrages. Dans la faible lecture, ce critère s’affirme par la prédominance de la télévision dans les filières d’information sur les livres. L’attribution des prix littéraires d’automne est devenue un événement médiatique cyclique ; dès lors le prix littéraire, par ailleurs doté de la légitimité propre à la culture dominante pénètre progressivement les canaux de l’évaluation des lecteurs peu familiers de cette culture, par l’intermédiaire des moyens de communication de masse.

39Outre ces critères mineurs de sélection relatifs à la fonction intellectuelle du livre, les critères majeurs de sélection qui commandent les scénarios de faible lecture, se dégagent essentiellement des repérages matériels et éditoriaux portés sur les ouvrages : faute d’information substantielle sur le livre, la nature du texte sera décodée par :

40la sémantique du titre,

41les informations fournies par la quatrième couverture,

42le thème et le genre littéraire,

43le volume,

44la forme éditoriale.

45C’est donc l’ouvrage lui-même qui fournit son information. Le titre, la quatrième de couverture et le thème ou le genre indiquent le contenu de l’ouvrage ; le volume et la forme éditoriale, que l’on désire les plus légers possibles ne sont pas seulement des repères matériels : les gros ouvrages imprimés en caractères fins ne sont pas censés être destinés à des faibles lecteurs ; le volume du livre peut l’écarter des scénarios de faible lecture.

46On retrouve dans les formes de sélection des ouvrages la réduction du livre à sa matérialité chez les faibles lecteurs, comme nous l’avions déjà enregistrée dans d’autres pratiques, et qui manifeste un rapport au livre en marge de la culture savante.

47Les formes et les lieux d’acquisition du livre chez les faibles lecteurs ne font pas que témoigner de l’inscription de sa socialisation dans les réseaux habituels d’interaction sociale. Ils distinguent aussi les livres sur un plan fonctionnel, entre les livres seulement acquis, les livres acquis, stockés et lus, les livres acquis, lus, prêtés ou revendus. Ainsi les livres empruntés sont le plus souvent lus, l’étant dans des circonstances volontaristes et non contraignantes ; les livres achetés par correspondance sont fréquemment réduits à une matérialité ostentatoire : à défaut d’accumulation de connaissances, le livre-objet permet au moins l’accumulation de « capital culturel objectivé ». Mais le rapport volontaire à la lecture et au livre passe nécessairement par un échange interindividuel. Au supermarché, cet aspect volontaire de l’acquisition du livre semble minoré par le fait qu’on ait tendance à y acheter ce qui s’y trouve exposé, tandis que dans les commerces locaux, on y cherche ce que l’on veut acheter, quitte à commander l’ouvrage qui ne s’y trouve pas.

48On retrouvera ces distinctions fonctionnelles dans les stocks d’ouvrages possédés au foyer. C’est le destin du livre après l’achat qui est alors concerné. Acquisition et lecture des livres ne s’inscrivent pas dans la même logique fonctionnelle.

Livres possédés, livres stockés et rangés, livres liquidés

  • 10 Pratiques culturelles des Français, évolution 1973-1981, op. cit.. p. 65.

49Le préalable à toute analyse de l’acquisition des ouvrages et de ses réseaux est la distinction fonctionnelle entre l’ouvrage que l’on acquiert et qui est confiné à sa forme objectivée, et l’ouvrage que l’on veut lire. Cette opposition, entre ouvrages possédés et ouvrages lus nous informe sur la nature du rapport matériel au livre en tant que « capital culturel objectivé », et sur les usages sociaux de ce capital qui n’est qu’objet, dans certains cas. Cette différence sensible dans le rapport au livre, et qui est déjà mise en évidence dans l’enquête sur les Pratiques culturelles des Français, par la distinction entre livres lus et livres possédés10 indique que si certains non lecteurs peuvent posséder des livres chez eux, des lecteurs assidus peuvent aussi ne pas en avoir et fréquenter les bibliothèques publiques. C’est donc une forme différente de socialisation du livre et de la lecture que l’on repère dans la distinction entre livres lus et livres possédés. 11 ne suffit donc pas de savoir combien de livres chaque lecteur possède, mais bien comment il les a acquis et quel destin il leur réserve après les avoir acquis.

50Nous avons vu que du fait de la tendance à l’appropriation et à la personnalisation des livres, la faible lecture a tendance à appeler la conservation des ouvrages achetés.

51La revente ou la liquidation des ouvrages après la lecture est plutôt spécifique d’une lecture plus intensive de livres, où l’acquisition des ouvrages relève d’une véritable planification. Lorsque le budget imparti au livre est mince, il n’exige pas une « politique » de rééquilibrage par la circulation des ouvrages revendus ou donnés.

52Néanmoins on peut constater que lorsqu’elle existe, la liquidation des ouvrages opère une sélection des livres par le genre, par l’auteur ou par la forme éditoriale : les Harlequin et autres romans sentimentaux et policiers, édités en collection de poche et qui disposent d’une valeur matérielle et culturelle très faible — genre et auteur « illégitimes », esthétique minorée — ne sont pas conservés dans les stocks privés des lecteurs : la littérature « illégitime » est celle qui circule le plus volontiers ; les ouvrages conservés et stockés manifestent un effet de classification des genres, des auteurs et des collections.

53Une dominante s’impose dans l’appropriation matérielle des livres par les faibles lecteurs : les stocks privés d’ouvrages se font extrêmement rares chez les lecteurs en scénario stable de faible lecture, ceux qui proviennent en majorité de couches populaires, ouvrières et paysannes. Là, les rares livres sont achetés pour être lus et s’évaporent progressivement du champ visuel domestique après la lecture. Dans ces milieux, le livre n’est pas objectivé, parce qu’il est rarement soutenu par un niveau élevé d’instruction.

54Ce n’est pas le cas dans les foyers de faibles lecteurs en scénario de lecture croissante ou décroissante. Ici on observe assez souvent l’existence d’une bibliothèque personnelle, placée en position ostentatoire dans la salle de séjour. Pour les scénarios décroissants, il s’agit de stocks accumulés de longue date, vestiges ou repères identitaires d’une phase de la biographie plus riche en références livresques. Les scénarios de lecture croissante encouragent les stockages de livres accumulés de longue date, et font une place plus grande dans les bibliothèques aux ouvrages de collection Club, de reliure uniforme ; l’uniformité éditoriale donne au stock une profondeur historique par laquelle le faible lecteur s’identifie à un modèle dominant qui l’exclut.

55De fait, l’existence et le volume des stocks privés s’inscrivent dans les biographies familiales, ils sont historicisés. Parce que la possession des livres est sexuée ou répartie selon les âges des membres du ménage, elle contribue à une certaine forme de migration des ouvrages qui procède de l’effet structural de la famille nucléaire. Lorsque les enfants se marient, ils emportent avec eux les livres de leur enfance et de leur adolescence : nous retrouvons ce mécanisme inscrit dans l’acquisition de livres de collection Club au moment de la création du ménage et de l’unité domestique : le livre s’implique dans des processus de transmission et de reproduction sociales.

Les lieux de rangement : repérage et classification

56La représentation du livre est donc aussi inscrite dans le rapport matériel aux ouvrages. Dans l’univers domestique, le rangement des livres sélectionne et classifie les genres, les formes éditoriales et les usages sociaux du livre. Si la conversation sélectionne et classifie les genres, les auteurs et les collections, les formes et les lieux du rangement lui répondent en procédant au même tri : les ouvrages de genre et d’auteurs « illégitimes » sont stockés dans des lieux de rangement qui leur dénient toute valeur de conservation. Les lieux de rangement constituent en quelque sorte la mise en scène du rapport au livre.

  • 11 Ils rejoignent dans cette pratique des scénarios de lecture de moyens lecteurs exclusifs de littér (...)

57Si les grands auteurs — classiques ou contemporains légitimes — sont rangés dans la bibliothèque du salon auprès des livres de collection reliés et des encyclopédies, les livres de poche, les genres mineurs ou la littérature non romanesque ou à usage professionnel, seront rangés à l’intérieur des placards, parfois enveloppés dans quelque emballage. On ne montre que les livres légitimes, tels qu’ils apparaissent dans les représentations (voir ci-dessous). Les stocks visibles de livres sont donc plutôt spécifiques des scénarios mobiles ou variables de faible lecture. Les stocks invisibles de livres exclus de la lecture « cultivée » caractérisent des scénarios stables de faible lecture11.

58Chez les petits agriculteurs, on voit ainsi les ouvrages s’évader dans les greniers ou dans d’autres lieux de stockage non visibles, après la lecture. Le livre montré n’est capital distinctif que là où sa valeur est réduite à son support matériel.

  • 12 Voir annexes, p. 116 entretien n° 42.

59Outre cet effet de légitimité du livre, le rangement manifeste aussi les formes de distinction des statuts familiaux et les formes de transmission familiale. Les livres rangés dans le salon sont rarement consultés par les enfants, ce sont les livres des adultes. Lorsqu’ils se trouvent dans la chambre des enfants, ils tendent à marquer une forme assez nette de mobilité sociale ascendante et aussi de personnalisation des ouvrages : le rangement des ouvrages dans les chambres à coucher distingue les générations mais aussi des positions sociales potentielles différenciées au sein de la famille. Ainsi cette femme au foyer de 58 ans12, non diplômée et issue d’une famille de petits commerçants, résidant en banlieue parisienne, se plaint de la réticence de sa fille, étudiante en IUT, à lui prêter des ouvrages qu’elle détient dans sa chambre, et le plus souvent d’ailleurs achetés par notre interlocutrice. Le rangement du livre est donc classificateur social : la distinction entre le rapport de la mère et celui de la fille au livre manifeste une distinction de niveau d’instruction, et non pas seulement de génération. Le passage entre les deux générations tend à marquer un processus de mobilité sociale.

60Enfin, le rangement du livre ordonnance les sexes : les livres de la collection Harlequin, les magazines féminins, les biographies d’actrices sont rangés dans les chambres des filles, les bandes dessinées, magazines de sport ou consacrés à la moto, peuplent les chambres des garçons. Ici, règne une sorte de désordre presque ostensible dans le rangement des ouvrages, tandis que les livres des filles et de leurs mères sont systématiquement classés, ordonnés, selon les genres ou les auteurs.

61Le classement systématique des livres dans les rayons procède d’une opération manifestement plus féminine, comme l’achat des ouvrages d’ailleurs, surtout lorsqu’il s’effectue dans le cadre des acquisitions cycliques de provisions domestiques.

62Les scénarios de faible lecture caractéristiques des classes populaires manifestent clairement le dynamisme féminin dans la circulation et dans les formes d’appropriation matérielle du livre.

Rangements autobiographiques

63Si les rangements des ouvrages manifestent à la fois la réduction du livre à sa matérialité dans les pratiques de faible lecture et la distinction entre littératures légitimes et illégitimes, ils témoignent aussi, chez les lecteurs qui, en scénario de lecture variable ou décroissante ont accumulé les ouvrages sur une longue période, de l’inscription du livre dans le cycle de vie. Les promenades ethnographiques des enquêteurs devant les rayons indiquent que l’accumulation des ouvrages procède de la succession des tranches de vie et ne s’accompagne pas du rangement des ouvrages selon les classifications « légitimes » de la culture savante selon le genre, l’auteur, la date de publication. La datation des ouvrages est l’une des manifestations de ces mécanismes : elle renvoie le lecteur à sa biographie, associe la lecture à une période de son existence. Un peu comme la madeleine de Proust, le livre est mémorial.

  • 13 Qui donne accès ou qui mène à l’expérience.

64La mise en scène autobiographique du rangement des ouvrages sollicite parfois la relecture de certains livres en forme de renouvellement de l’expérience passée. De fait, elle manifeste l’association de la lecture et du livre avec l’expérience vécue. Les scénarios pratiques de la faible lecture le montreront clairement lorsqu’ils mettent en valeur la fonction « expérimentale »13 de la lecture : nos interlocuteurs ne nous disent-ils pas, comme un leitmotiv, que leurs lectures préférées sont celles qui mettent en scène des « expériences vécues » ?

Notes

1 Cf. Données complémentaires sur les faibles lecteurs... op. cit.

2 Robine Nicole. Les jeunes travailleurs et la lecture. — Paris : Documentation française, 1984. pp. 105-112.

3 Témoin, cet artisan-tailleur qui achète et lit de nombreux livres dont il emprunte une partie à la bibliothèque de son quartier (E 41).

4 Cf. Robine Nicole, op. cit. 44

5 C’est ce que semble conclure Nicole Robine dans son rapport sur Les jeunes travailleurs et la lecture, op. cit., pp. 142-145.

6 Pratiques culturelles..., op. cit., p. 55.

7 Bourdieu Pierre, Les trois états du capital culturel. Actes de la recherche en sicences sociales, n° 30, 1979, pp. 3-6.

8 Il peut aussi être demandé ou même simplement découvert à la suite de l’achat hebdomadaire de la presse, et perd de ce fait sa spécificité de support-livre.

9 On a vu que cette attitude contribue à la désertion des bibliothèques publiques où l’emprunt des ouvrages apparaît comme une forme de dépersonnalisation du rapport au livre.

10 Pratiques culturelles des Français, évolution 1973-1981, op. cit.. p. 65.

11 Ils rejoignent dans cette pratique des scénarios de lecture de moyens lecteurs exclusifs de littérature « illégitime » (romans sentimentaux).

12 Voir annexes, p. 116 entretien n° 42.

13 Qui donne accès ou qui mène à l’expérience.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Les réseaux d’information et d’acquisition
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access