Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Préambule. Scénarios « en chiasme »

Texte intégral

  • 1 Bourdieu Pierre. La Distinction, op. cit., p. 122.
  • 2 Cette variable est, comme nous l’avons précisé p. 9, beaucoup plus spécifique de ce rapport à la l (...)

1Dans la perspective qui est la nôtre, la question de fond posée par la faible lecture interroge plutôt le comment que le qui. Il importe moins d’éclaircir « qui est faible lecteur ? » que de déchiffrer « comment le devient-on ? ». La position de faible lecteur apparaît plutôt comme le point d’une trajectoire complexe que comme le résultat de dispositions sociales déterminées et immuables. Pour cette raison, le faible lectorat ne constitue ni un habitus culturel systématisé ni une catégorie sociologique spécifique dotée de capital culturel et économique distinct. Bien que fortement représentée dans certaines catégories, les faibles lecteurs recouvrent une large partie de l’échelle sociale et des trajectoires culturelles, professionnelles, et géographiques distinctives. Tout au plus, le faible lectorat se caractérise, dans son rapport à la lecture, par un ensemble de conditions pratiques et sociales qui peuvent être commandées par un modèle structural ; c’est ce que nous tenterons d’explorer. Mais on devient faible lecteur en empruntant des trajectoires très variées et qui sont d’autant plus importantes qu’elles formulent l’articulation des conditions évolutives d’accès à la culture dominante. Autrement dit, « à un volume déterminé de capital (culturel) hérité, correspond un faisceau de trajectoires à peu près équiprobables conduisant à des positions à peu près équivalentes1 ». Les faibles lecteurs se retrouvent sur cette pratique lectorale spécifique armés de capital hérité variable, de « propriétés secondaires » également variables — sexe, appartenance géographique, ethnique — mais surtout de positions sociales très diverses articulées dans l’origine sociale, la catégorie socioprofessionnelle et le niveau d’instruction2.

Trajectoires sociales et scénarios de lecture : quelques cheminements

L’école et la lecture : liaisons passagères3

Entretien 1

2Issue d’une famille d’ouvriers d’origine paysanne, Christiane, âgée de dix-neuf ans, est elle-même ouvrière dans une entreprise allemande frontalière et vit chez ses parents dans une petite commune d’Alsace. Elle a suivi des études secondaires dans un collège d’enseignement secondaire (CES) local d’où elle est sortie à l’âge de dix-sept ans sans avoir passé son baccalauréat et a obtenu, par la suite, un CAP. Pendant son enfance et son adolescence, Christiane a fréquenté les lectures contraignantes du cycle scolaire et quelques bandes dessinées, des best-sellers du roman historique (Paris au mois d’août) et des ouvrages de la littérature dite « à l’eau de rose » (Guy des Cars, Harlequin, etc.). Entrée à l’âge de dix-huit ans dans la vie professionnelle, elle affirme avoir alors momentanément réduit sensiblement ses lectures pendant quelques mois pour reprendre ensuite, à un rythme très espacé, des ouvrages de genres et de thématiques « ciblés » : livres sur le cyclisme, sur la drogue, romans historiques sur l’époque contemporaine. Christiane ne lit plus les auteurs de la littérature classique figurant au programme des enseignements secondaires. Elle écoute de temps à autre de la musique avec quelques amis, achète ses livres — très épisodiquement — à l’hypermarché le plus proche ou dans une petite librairie où elle achète aussi chaque semaine ses Paris-Match et autres magazines d’actualité, et détient un petit stock d’ouvrages dans sa chambre. Son passage à l’école apparaît comme une expérience accidentelle dans sa trajectoire de lectrice : le refus de lire les ouvrages imposés par les enseignants a fait la place à la stimulation de lire des ouvrages rendus publics par la télévision, ou qui ont peuplé des conversations amicales.

3Si l’entrée dans l’univers professionnel de la classe ouvrière a correspondu pour Christiane à une réduction quantitative de ses lectures, elle s’est en revanche soldée par une certaine fidélité à des genres et thématiques promus plutôt par la culture de masse que par l’institution scolaire. Les références aux auteurs, qui structurent les ouvrages scolaires et la classification des livres selon la culture institutionnelle sont absentes des évocations de Christiane : elle cherche plus un thème, une expérience — le combat, les intrigues amoureuses, les acquisitions sportives, la drogue — que l’accumulation de savoir didactique sur la littérature et ses auteurs.

Entretien 40

4Martine a dix-neuf ans, est fille d’un ouvrier et d’une employée, aime à peu près les mêmes lectures que Christiane — à y ajouter la bande dessinée — et vit chez ses parents. Elle est bachelière et commence une formation para-juridique courte. Les copains, la plage, la musique pop sont ses loisirs favoris, non pas la lecture. Au lycée elle a lu pour avoir son bac, les fascicules de préparation aux examens, ou les classiques destinés à des études spécifiques de textes en classe. Bien que d’un niveau d’instruction supérieur à celui de Christiane, elle ne lit plus ces textes à usage purement scolaire, selon elle, et consulte très rarement des bandes dessinées empruntées à des amis, des ouvrages sur la drogue ou des magazines consacrés à la jeunesse et à ses loisirs — musicaux essentiellement. Le stock privé collecté par son père ne semble pas pour l’instant encourager de plus larges lectures, pas plus que l’abonnement à France-Loisirs offert par une parente à l’occasion d’un anniversaire.

5Lorsqu’elle visite ses grands-parents, en vacances, elle se trouve encore dans un milieu d’origine ouvrière, où elle ne dispose d’aucun contact avec le livre. La fin des études secondaires semble avoir pour elle marqué le renforcement de l’origine sociale et le retour à des pratiques lectorales conformes aux comportements culturels familiaux.

Formation scolaire et formation professionnelle : les ruptures dans la trajectoire culturelle

Entretien 27

6Marie-Laure a vingt-sept ans, lit moins de dix livres par an, est horticultrice dans un village du midi de la France depuis qu’elle a quitté ses parents il y a quelques années ; ceux-ci sont artistes ; elle-même a fait deux années d’études littéraires après le baccalauréat qui n’ont pas été sanctionnées par un diplôme.

7Son discours est peuplé de références aux auteurs classiques et contemporains lus pendant l’adolescence familiale, et par la rupture sociale et culturelle qu’a constitué le « déracinement » géographique et familial : Marie-Laure a perdu ses références pratiques à la lecture légitime, et ne lit que de très rares bandes dessinées, un gros roman chaque été, et consulte partiellement des ouvrages consacrés à l’horticulture. L’essentiel de ses lectures régulières est tourné vers les magazines féminins. Marie-Laure décrit son mince stock de livres — ouvrages sauvés ici et là dans le déménagement — avec la même connotation anarchique qu’elle perçoit dans ses cheminements géographiques.

Entretien 36

8Issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie, Marc, trente-neuf ans, est bachelier et représentant de commerce pour diverses entreprises. Il est célibataire, vit seul et rencontre quelques amis l’été ou pendant ses séances de bricolage dans la maison de campagne qu’il s’est construite lui-même. C’est à son père, collectionneur, qu’il emprunte les « grandes littératures » classiques et contemporaines, bien qu’il dispose d’une importante bibliothèque privée à son propre domicile. Marc lit beaucoup moins que jusqu’après son service militaire mais conserve néanmoins de ses acquis scolaires le goût pour la littérature romanesque et lit également des biographies, des ouvrages et des magazines d’actualité. Marc aime le sport et la musique classique, mais sa passion de jeunesse pour le cinéma n’atteint plus les sommets de la curiosité pour des ouvrages consacrés au septième art. L’image du père apparaît comme le socle d’appartenance à une catégorie sociale — bourgeoise et « cultivée » — dont Marc s’est marginalisé pour avoir changé de filière professionnelle par rapport aux tendances familiales.

Lecture en augmentation et évolution du statut familial

Entretien 38

9Marguerite a soixante-douze ans, elle est retraitée, a travaillé jusqu’à l’âge de soixante et un ans comme employée dactylo, est mère de six enfants. Son époux, artisan-menuisier, est décédé il y a huit ans et, après s’être dévouée pour ses tâches familiales pendant de très longues années où elle nous dit « ne pas avoir eu le temps de lire », elle exploite sa retraite au profit de loisirs comme les voyages et la lecture. Les enfants, employés ou artisans eux-mêmes, ont tous leur propre foyer. Les rencontres familiales assez fréquentes semblent faire office de stimulateurs de lectures pour Marguerite qui a très peu lu dans sa jeunesse et jusqu’après la fondation de son foyer ; elle lit aujourd’hui quelques romans prêtés par sa fille ou des ouvrages et magazines pratiques à usage familial : condensés de droit, utiles pour la connaissance de formalités juridiques, ouvrages de médecine, magazines de mode où elle emprunte des idées de confection de vêtements pour ses enfants et petits-enfants, et des biographies de personnages publics de l’actualité contemporaine. Marguerite achète ses livres chez le libraire le plus proche qui lui vend aussi des magazines, mais elle ne courra pas toutes les librairies de Nice où elle habite pour trouver un ouvrage que la télévision aura promu.

Entretien 9

10Jean-Luc a trente-sept ans, est marié et père d’une fillette de quatre ans, occupe un emploi de représentant de commerce et est titulaire d’un CAP de menuisier — son père est menuisier retraité et sa mère sans profession. Jean-Luc a très peu lu pendant son séjour au domicile de ses parents où les livres étaient absents. Depuis la création de son ménage et peut-être surtout depuis la naissance de sa fille, Jean-Luc achète progressivement des ouvrages et des encyclopédies, qu’il feuillette de temps à autre pour s’informer sur des questions de connaissances générales soulevées dans l’exercice de son métier. Il aime aussi les ouvrages ou articles consacrés à des questions scientifiques. Mais la littérature classique et contemporaine reconnue par la culture dominante est quasiment absente des préoccupations lectorales de Jean-Luc.

Stabilité socioprofessionnelle et stabilité de la démarche de lecture

Entretien 42

11Mireille a cinquante-huit ans, vit en banlieue parisienne, n’a aucun diplôme, est mariée et mère de trois enfants âgés de plus de vingt ans, dont l’aîné est marié. Son époux est retraité de la RATP et ne lit aucun livre, mais consacre quelque temps chaque après-midi à la lecture du journal. Mireille lit moins de quatre ouvrages par an, dont certains pourront être « dévorés » en quelques heures, mais ses lectures préférées sont celles des romans-photos et des magazines féminins. Sa fille, étudiante en institut universitaire de technologie (IUT), ne parvient pas à l’encourager à lire, mais ne lui prête jamais ses propres livres. Mireille ne connaît rien aux auteurs des ouvrages qu’elle lit, auxquels elle demande de « parler de la vie des gens », des artistes de variétés en particulier et de leurs amours. Elle lira aussi des best-sellers à thème d’actualité ou des textes à grand tirage adaptés à la télévision. Il n’y a pas de bibliothèque privée personnalisée pour Mireille à son domicile ; les enfants retiennent dans leur chambre les ouvrages dont ils ont l’usage. Mireille est originaire d’Algérie, et issue d’une famille de commerçants peu familiers du livre.

Entretien 46

12Antoine est agriculteur, a cinquante et un ans et vit dans une petite commune de Bretagne avec son épouse et son fils. Il n’est titulaire que d’un ceritificat d’études primaires (CEP), n’a pratiquement jamais lu, ou très rarement si ce n’est pendant un séjour à l’hôpital. Et bien qu’actif dans le milieu syndical et associatif et cultivant un certain goût pour le théâtre amateur qu’il a longtemps pratiqué dans sa commune natale — où il vit aujourd’hui — il lit essentiellement des magazines consacrés au monde paysan et les quotidiens régionaux : ce qui l’intéresse particulièrement est composé de reportages sur des pays étrangers et de chroniques politiques. S’il peut citer quelques auteurs de littérature comme Malraux qui sont aussi des figures de l’histoire politique contemporaine, les classiques du roman lui sont quasiment étrangers.

La lecture en hésitation

Entretien 2

13Jean-Pierre a cinquante-deux ans, vit dans une commune rurale de l’Oise avec sa femme et sa fille et enseigne le dessin industriel dans un établissement technique de la région. Jean-Pierre lit moins de dix livres par an dans lesquels il n’inclut pas les ouvrages consultés ponctuellement dans un but purement professionnel. Après avoir travaillé pendant plusieurs années comme ouvrier qualifié, il a repris ses études à l’âge de trente-deux ans pour l’obtention du diplôme du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Son cheminement de lecteur pourrait être représenté par un graphisme « en dents de scie » : commençant par une faible carrière de lecteur après la sortie de l’école, il se remet à lire, et des ouvrages plus prestigieux — textes de psychologie, de sciences humaines et de littérature contemporaine — lorsqu’il reprend des études de technologie au CNAM. Mais aussitôt après la fin de ce cycle, le rythme initial de lectures ciblées et très espacées est retrouvé : ce sont des magazines consacrés à l’aéronautique, de très rares romans à grand tirage que Jean-Pierre lit parfois après avoir acheté ses ouvrages en réponse à une publicité reçue à domicile. Jean-Pierre dispose d’un très grand stock privé d’ouvrages accumulés depuis l’adolescence, mais affirme que sur ses choix de lecture, il est aujourd’hui « un peu plus indécis, parce qu’(il) ne sait pas dans quel domaine » se diriger, faute d’orientation livresque dans sa socialisation actuelle. A la première observation, une typologie de quatre scénarios apparaît dans cette diversité :

  • scénario croissant : le faible lecteur ne lisait pas de livres jusqu’à l’émergence d’un changement d’ordre professionnel, éducatif, familial ou géographique qui lui a fait découvrir progressivement la lecture ;
  • scénario décroissant : le faible lecteur a été un moyen ou un grand lecteur et a réduit ses lectures par le même type de modification de ses conditions sociales ;
  • scénario stable : le faible lecteur a toujours peu lu ;
  • enfin scénario variable : le faible lecteur a réduit ses lectures après avoir été un grand lecteur ayant eu accès au livre par un changement d’orientation professionnelle — ou d’implantation sociale et géographique — bien que provenant d’une pratique très faible de lecture. Il a peu lu à l’origine, a commencé à lire moyennement puis a réduit ensuite ses lectures pour revenir à l’intensité initiale.
  • 4 Nous nous référons à la terminologie de la « structure en chiasme » au moyen de laquelle Pierre Bo (...)

14En réalité ce qui nous apparaissait comme une typologie de scénarios n’est que l’expression formelle de trajectoires « en chiasme4 » qui recouvrent des ruptures d’ordre éducatif et culturel, socioprofessionnel, socioéconomique ou géographique, et qui s’ajustent sur la succession de tranches de vie.

15Le discours de nos interlocuteurs manifeste bien cette structure, sur le plan narratif, lorsqu’il place les ruptures lectorales aux points saillants du cycle de vie, ceux liés à la formation scolaire, à la formation des ménages et à la trajectoire professionnelle.

« J’ai l’impression que c’est en relation avec une rupture d’équilibre. Dans le temps où j’étais au lycée, j’étais bien canalisée, je savais où j’étais, je savais ce qui me plaisait et j’arrivais à lire et puis après (...) j’ai eu des bouleversements dans ma vie, j’ai bougé, ma vie a changé, et c’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à beaucoup moins lire »
(E 27, horticultrice, travailleuse intermittente, 27 ans, bachelière).

16La structure du discours E 25, employée dans une parfumerie, est plus « parlante » encore lorsqu’elle emprunte l’analogie entre l’expérience de vie personnelle et l’univers narratif des ouvrages et de leurs auteurs :

« Vian c’était en seconde, Vian et Camus, parce que tous les deux inspirent pas mal de malaises. J’ai lu L’écume des jours, L’étranger, un peu dans la même période, un peu après, J’irai cracher sur vos tombes, L’arrache-cœur, c’est après la dépression nerveuse de maman et je n’étais pas très bien. Le lycée ne me plaisait pas, donc j’ai beaucoup lu cette année-là, et surtout ces livres-là parce que l’ambiance du lycée c’était l’horreur. »
(E 25, employée dans une parfumerie, âgée de 20 ans, résidant dans une commune rurale de l’Oise).

La faible lecture et la trajectoire scolaire

17Le cycle scolaire et ses ruptures apparaissent dans les cheminements des faibles lecteurs comme le cadre prédominant d’émergence des ruptures initiales dans les pratiques de lecture. La sortie du système scolaire en est le point saillant, qui marque la réduction des lectures surtout lorsqu’elle sanctionne une formation technique ou une expérience d’échec scolaire dans le cadre d’établissements d’enseignement secondaire. Les jeunes adultes issus de familles ouvrières, paysannes ou d’employés, et qui se trouvent en situation d’échec scolaire ou de substitution d’une formation technique ou professionnelle à la formation générale dispensée au lycée ou au collège, constituent de faibles lecteurs typiques des scénarios de lecture décroissante. Ainsi Christiane (E 1), dix-neuf ans, qui travaille comme ouvrière depuis quelques mois, a abandonné ses études secondaires à dix-sept ans pour préparer un CAP, en même temps que les rares lectures de la littérature classique imposées en classe, pour se tourner vers la bande dessinée, les ouvrages et magazines consacrés au sport et les textes traitant de l’histoire contemporaine. Assez proche, la trajectoire de Martine (E 40), du même âge est sensiblement différente puisqu’elle ne s’inscrit pas dans un processus d’échec scolaire. Pour autant, la fin du cycle secondaire et l’obtention du baccalauréat vont marquer pour elle la cessation des lectures à usage scolaire et la conservation des ouvrages consacrés à la drogue, des magazines de variétés et de musique pop et des bandes dessinées.

18Les ruptures liées à la trajectoire scolaire dans les pratiques de lecture sont donc fréquemment l’effet d’un échec scolaire ou d’une réorientation professionnelle ramenant les jeunes adultes sur des secteurs plus conformes à leur origine sociale : secteurs tertiaire et secondaire.

19Cependant, ce qui apparaît comme une réduction quantitative de lecture consiste, pour ces lecteurs d’origine ouvrière et paysanne ou de familles de petits employés ou commerçants, en un changement dans la sélection des genres. On passe alors en réalité d’une lecture de textes légitimés par la culture dominante dispensée à l’école, à la lecture de textes non reconnus comme littérature « cultivée » — textes et ouvrages pratiques, ouvrages aux thèmes familiers des moyens de communication de masse, magazines sportifs ou consacrés à la moto. Ce glissement, dans la sélection des livres, d’un genre légitime à un autre, conforme aux pratiques culturelles d’origine, est vécu comme une forme d’autonomie par rapport au système scolaire transmetteur des valeurs culturelles légitimes :

« Une fois que j’ai quitté l’école, j’ai lu les bouquins que j’avais envie de lire. »
(E 3, femme au foyer de quarante-cinq ans, époux enseignant, bachelière, sans emploi).
« Les livres que tu lis à l’école, tu n’as pas toujours envie de les lire, parce que tu n’as pas toujours le droit de choisir les livres que tu as envie de lire. »
(E 1, ouvrière, 19 ans, titulaire d’un CAP).

  • 5 Voir annexes, p. 114 entretien n° 2.

20Plus évidente encore est la fonction réductrice de la sortie du système scolaire, lorsqu’elle se manifeste à la suite d’une seconde formation ou d’une formation tardive telle que celle suivie par cet enseignant de dessin industriel qui après avoir travaillé comme ouvrier qualifié a repris des études à l’âge de trente-deux ans5. Propulsé dans le milieu universitaire, il se met alors à la lecture d’ouvrages de sciences humaines et de littérature contemporaine qui peuplent la socialisation universitaire de l’époque (années 1960). La fin de cette formation tardive et l’entrée dans la vie professionnelle — même si elle consacre l’insertion dans l’éducation nationale — marquera l’abandon de lectures diversifiées et le retour à des lectures plus ciblées, sur des intérêts exclusivement professionnels et techniques (revues d’information aéronautique).

21Ces circonvolutions dans les trajectoires, bien que déterminées par l’origine sociale des lecteurs, n’en permettent pas moins d’accumuler un certain volume de capital culturel pendant la formation scolaire. Si on est faible lecteur, on est néanmoins capable de citer des auteurs-phares de la littérature contemporaine ou de celle du xixe siècle (Saint-Exupéry, Aldous Huxley, Jules Verne, Balzac), dont l’étude balise les enseignements secondaires traditionnels.

22Malgré cela, le faible lectorat se distingue plutôt par la faiblesse des acquis scolaires dans l’articulation des actes positifs et volontaires de lecture.

Mobilité socioprofessionnelle et scénario de lecture

23La sortie de l’univers familial et domestique et la création d’un foyer constituent cette autre forme de rupture dans les trajectoires lectorales, souvent associée à la précédente, au demeurant, parce qu’elle s’accompagne aussi de mécanismes de mobilité géographique — plus ou moins marqués — et donc de modifications des conditions sociales et culturelles. On change de domicile et dans le déménagement se perdent certains livres et le rapport physique et matériel à la lecture. En réalité c’est la mobilité sociale qui se manifeste par ces ruptures dans les pratiques lectorales, apparemment liées à l’évolution de l’univers familial.

24L’accroissement des lectures pourra ainsi accompagner des formes de mobilité ascendante tandis que l’évolution inverse de la pratique lectorale constituera l’effet de la mobilité descendante. Témoin cette horticultrice de vingt-sept ans qui, après avoir quitté le foyer de ses parents artistes, fait deux années d’études littéraires non sanctionnées par un diplôme, puis s’« exile » dans un petit village du midi de la France où elle travaille dans le milieu agricole et ne lit que de très rares bandes dessinées ou quelques magazines féminins ou ouvrages professionnels, et a abandonné les grands classiques de la littérature légitime :

« Les gens que je fréquente ici ne lisent pas, donc ils ne parlent jamais de bouquins,... ce dont ils parlent, c’est des BD, Le loup garou des îles..., non je ne suis pas dans un milieu qui me pousse à lire. » (E 27)

25La réduction des lectures depuis la séparation d’avec le milieu familial et après le déracinement géographique et social sont interprétés par notre interlocutrice comme l’effet d’une perte d’identité sociale, et en référence constante à ce qui est présenté comme un capital culturel d’origine plus prestigieux, muséographié dans les vestiges de la bibliothèque parentale qui ont résisté au déménagement et qui sont éparpillés anarchiquement dans le logement. La perte de la socialisation familiale du livre et d’une partie des livres du foyer d’origine peut accompagner un processus de déqualification. Il est probable que ces mécanismes soient souvent caractéristiques des scénarios de lecture en réduction. On peut imaginer que la déqualification menant au chômage procède à des effets similaires en matière de pratique de lecture.

26Autre effet de la conjonction entre mobilité socioprofessionnelle et mobilité culturelle, l’accroissement des lectures et du stock d’ouvrages possédés par les fils d’artisans ou d’employés accédés à des postes de cadres du secteur tertiaire, après la création d’un ménage : ainsi cet agent commercial de trente-sept ans, marié et père d’une petite fille, se dote progressivement des livres qu’il n’a jamais eus au foyer de ses parents, artisan et femme au foyer. L’investissement personnel sur le livre et la lecture est ici présenté comme l’effet du souci de s’inscrire dans un processus d’ascension sociale : une stratégie qui prend la forme d’une « politique du livre » ; les ouvrages achetés sont presque tous stockés dans la chambre de l’enfant. (E 9).

  • 6 Voir annexes, p. 112 et suivantes entretien n° 17.

27Les ruptures qui marquent les pratiques de lecture sont fréquemment associées à la conjonction des biographies familiales et socioprofessionnelles et des biographies culturelles. Elles permettent ainsi à des lecteurs d’origines sociales variables de se retrouver sur des pratiques similaires. Ainsi des faibles lecteurs déqualifiés provenant de milieux bourgeois « cultivés » côtoieront des faibles lecteurs urbains d’origine paysanne et reconvertis dans l’artisanat, telle cette coiffeuse de cinquante-huit ans, résidant dans la banlieue de Caen6 et dont le fils aîné est chercheur dans une institution nationale. Après une longue période de très rares lectures, pendant l’enfance et après la création du ménage, elle entreprend une lecture progressive vers l’âge de quarante ans, au moment où ses enfants entament leurs études et injectent dans le foyer livres universitaires et sujets de conversation intellectuelle. Les mécanismes de mobilité sociale ascendante et d’élargissement du recrutement scolaire après la seconde guerre mondiale ont conduit à l’acquisition progressive dans les classes populaires, de volumes faibles de capital culturel, par la lecture en particulier. La mobilité culturelle a opéré dans le même sens, ascendant, que la mobilité sociale et économique, de même que dans les années 1970, elle s’est manifestée, en sens contraire dans les générations déqualifiées issues de la petite et de la moyenne bourgeoisie.

28Mais si deux mouvements contraires aboutissent aux mêmes pratiques lectorales de faible envergure, la configuration du capital culturel s’y conclut différemment : le lecteur qui est en scénario croissant de lecture ne dispose pas des références à la lecture dominante — citations d’auteurs légitimes, classification par genres littéraires — que conservent les lecteurs en scénarios de lecture réduite, du fait du haut niveau de leur capital culturel d’origine. Ils utiliseront d’ailleurs ces références comme emblèmes identitaires : les auteurs et les titres prestigieux sont les grandes figures du mythe d’origine sociale qu’alimentent les faibles lecteurs issus des classes moyennes.

  • 7 Ibid.

29Ces scénarios « en chiasme » se retrouvent dans la rupture que constitue la cessation des activités professionnelles par le chômage ou par la retraite. Traditionnellement le discours rationalise cette dernière en la présentant comme une période de temps libre et de loisirs par excellence7, opposée au temps contraint et au « manque de temps pour la lecture » qui caractérise la représentation de la période active.

30De fait, la retraite ne peut encourager la lecture que si celle-ci dispose de réseaux de socialisation et de supports de communication que le lecteur aura constitués pendant la période active.

  • 8 Voir annexes, p. 120 et suivantes entretien n° 38.

31La retraite n’est pas nécessairement cette période où l’on accumule systématiquement des activités de loisirs ; elle s’inscrit dans les formes de socialisation tissées dans la vie active, même si le discours la perçoit en opposition totale avec les activités professionnelles. De fait si cette opposition se manifeste, ce sera plutôt dans le sens de la réduction des activités de loisirs qui nécessitent des supports vigoureux de socialisation. Dans bien des cas, la perte de liens sociaux qui se manifeste au moment de la retraite correspond en réalité à la réduction des loisirs soutenus par ces liens. On observera le plus souvent des ruptures réductrices des pratiques de lecture au début de la retraite. A moins que ces pratiques ne se socialisent dans le cadre familial, lieu de repli post-professionnel, comme on peut le constater dans la trajectoire de cette secrétaire retraitée, âgée de soixante-douze ans, ayant pratiqué une dévotion zélée à l’égard de ses tâches d’épouse et de mère jusqu’à l’âge de soixante et un ans, et qui après le décès de son époux se met à lire faiblement sur l’encouragement de ses enfants, désormais mariés et insérés professionnellement8. L’accès à la lecture est donc ici le produit des structures évolutives de la famille plutôt que l’effet du cycle de vie.

32Dans le même ordre d’idées, la rupture que représente le chômage ne peut être interprétée au plan sociologique qu’en référence au volume du capital culturel accumulé et de l’origine sociale. Le « temps libre » n’est rien d’autre que du temps social disponible, on ne lit pas plus pendant la période du chômage, simplement parce qu’elle constitue une période inactive. Le plus souvent elle représente une perte de socialisation et de liens sociaux encourageant la lecture. C’est le cas des jeunes adultes récemment sortis du système scolaire et à la recherche d’un premier emploi, de lecteurs dont le milieu professionnel constituait un réseau de stimulation à la lecture, ou de chômeurs en situation de déqualification.

« Accidents » de parcours lectoraux

33Le discours qui structure l’évocation des trajectoires des faibles lecteurs, comporte un effet récurrent : les ruptures (réduction ou accroissement des lectures) y prennent fréquemment la forme événementielle d’un séjour à l’hôpital ou d’un événement physiologique : tout se passe comme si la rupture dans les pratiques lectorales constituait d’abord la réaction incorporée à l’égard de certains enjeux sociologiques. L’illusion événementielle qui s’infiltre dans l’évocation de l’autobiographie du lecteur est la formulation de l’approche « accidentaliste » de la pratique. Ainsi cet agriculteur de cinquante-quatre ans, non lecteur de livres, nous explique qu’il a connu une courte période de lectures pendant un séjour à l’hôpital, par l’effet du don de livres que cet événement suggère.

34La « dépression nerveuse » suivie d’une hospitalisation constitue une autre formulation de la rupture dans l’évolution de la lecture, et en particulier chez certaines femmes mariées ayant déjà constitué un foyer et connu des formes multiples de mobilité professionnelle.

35L’hôpital réapparaît ainsi souvent comme le lieu de stimulation de la lecture, comme si les lecteurs formulaient de cette manière la faiblesse de leur pratique en la mettant en scène dans un cadre pratique transitoire, thérapeutique et clos ; tout se passe comme si on voulait ainsi signifier l’éloignement de la lecture et du livre par rapport au milieu matériel et social habituel des lecteurs. Certains ont vécu cette rupture momentanée comme un simple accident de parcours : les seules lectures effectuées pendant les dernières années l’ont été pendant le séjour à l’hôpital. D’autres ont retenu cette rupture comme le point de départ d’une nouvelle « carrière lectorale ».

36De fait, cette formulation événementielle et accidentelle de la rupture dans le scénario de lecture met en évidence la rupture qui l’accompagne dans les conditions socioéconomiques des lecteurs : la croissance ou la décroissance des lectures est le résultat quasi systématique de la mobilité, qu’elle soit sociale, géographique ou économique, et de la divergence entre la position socioéconomique et les acquis culturels, quelles que soient les modalités de cette divergence. Les scénarios stables le montrent bien qui caractérisent des situations sociales plus ou moins marquées par la stabilité : la reproduction sociale de la classe, de la catégorie socioprofessionnelle et la stabilité géographique semblent contribuer chez les faibles lecteurs, à une certaine stabilité des dispositions culturelles et en particulier des pratiques de la lecture et du livre. Ces faibles lecteurs « stables » étant le plus souvent dans les échelons inférieurs de l’échelle sociale, ces scénarios apparaissent comme la résultante d’une certaine conformité entre la position socioéconomique et les acquis culturels, quelles que soient les modalités de cette convergence.

37Il reste à déchiffrer la dialectique de ces divergences et convergences qui tendent à regrouper des scénarios complexes sur une pratique commune dotée de sa logique propre.

Notes

1 Bourdieu Pierre. La Distinction, op. cit., p. 122.

2 Cette variable est, comme nous l’avons précisé p. 9, beaucoup plus spécifique de ce rapport à la lecture.

3 Les prénoms et patronymes mentionnés sont purement fictifs. Les indications numériques précédées de la lettre E renvoient à la numérotation des entretiens dont la liste est détaillée en annexes, p. 106 et suivantes.

4 Nous nous référons à la terminologie de la « structure en chiasme » au moyen de laquelle Pierre Bourdieu analyse les mécanismes de la classe construite cf. La Distinction, op. cit. p. 130.

5 Voir annexes, p. 114 entretien n° 2.

6 Voir annexes, p. 112 et suivantes entretien n° 17.

7 Ibid.

8 Voir annexes, p. 120 et suivantes entretien n° 38.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access