Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures précaires

 | 
Joëlle Bahloul

Introduction. Lecture et lectures

Texte intégral

1De la construction de son objet à la collecte de l’analyse des matériaux, la sociologie de la lecture ne peut se priver de l’exploration, par le sociologue lui-même, de son propre rapport à la lecture, de sa pratique et des modèles qui façonnent sa représentation du livre et de la lecture. Le sociologue est un lecteur, doté de ses modèles pratiques et idéologiques ; il se présente d’emblée à son objet armé de ses présupposés culturo-centristes. Sur le terrain, il ne peut éviter d’apparaître aux yeux de ses interlocuteurs comme le détenteur de la légitimité d’interroger une pratique dont il maîtrise le modèle dominant. La distanciation scientifique qu’exigerait toute approche sociologique des pratiques de lectures paraît particulièrement âpre sur un terrain où le sociologue est lui-même si activement impliqué. Elle constitue un préalable épistémologique qui rend nécessaires la critique des documents d’enquête collectés, et le réajustement constant des hypothèses et de la démarche.

2Cette exigence apparaît d’autant plus impérieuse lorsque l’enquête de sociologie de la lecture est gérée par une demande du ministère de la Culture qui la formule, comme dans le cas de la présente étude, dans le cadre d’une politique générale de lutte contre l’affaiblissement des pratiques de lectures :

  • 1 Gattegno Jean, Bilan d’une action : la politique de la Direction du livre. Pratiques de la lecture (...)

3« Des freins considérables subsistent sur lesquels il faut agir (...). Réapparition d’une perte de la capacité de lire (« illettrisme »), blocages dus aux conditions de vie et de travail, à l’appartenance culturelle, disparition trop souvent du plaisir de lire au profit d’un simple apprentissage de la lecture1 »

  • 2 Bénichou Jean-Pierre, Espérasdieu Véronique. Lion Antoine. Des illettrés eu France. — Paris : Docu (...)
  • 3 Proposition de recherche sur les obstacles à la lecture, ministère de la Culture, Service des étud (...)

4La présente étude de sociologie d’une pratique lectorale s’inscrit donc manifestement dans un processus historique et idéologique particulier de lutte contre l’illettrisme croissant mis en exergue dans les rapports publiés ces dernières années par les services conjoints du ministère de la Culture et du ministère de la Solidarité nationale2. C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter la formulation de la demande de la Direction du livre qui suggère l’exploration des pratiques de « faible lecture » en termes d’« obstacles à la lecture ». La demande portait sur l’exploration qualitative et psychosociologique « des démarches de lecture fragilisées par la situation sociale des individus concernés (...), des démarches cumulatives et différenciantes (...) appelant fortement les représentations tant du livre que de l’individu lisant3 ». Cette perspective négativiste proposée dans le projet d’étude suggérait en fait un modèle de lecture légitimé par le rédacteur lui-même, à savoir l’institution culturelle représentée par le ministère et par la Direction du livre. Ce modèle était précisé dans la justification de la demande : on mettait en exergue une population spécifiée de lecteurs « faibles », produit d’une typologie construite sur la base de variables statistiques, à savoir le nombre déclaré de livres lus dans l’année, soit un à quatre livres et au maximum neuf livres.

5L’approche statistique de la sociologie de la lecture est de loin la plus répandue parmi les quelques deux cent dix enquêtes réalisées depuis 1955. On observe cependant dans cette riche panoplie d’outils statistiques des variations sensibles dans la construction des questionnaires et des échelles de quantification de la lecture ; au sujet de ces dernières, on enregistre également des variations dans la détermination des périodes de quantification : on questionnera sur les lecteurs ou les achats de livres effectués soit dans la dernière semaine ou dans le dernier mois, soit dans le dernier trimestre ou dans les derniers six mois, soit encore dans l’année écoulée. De ce fait, les résultats de ces sondages se prêtent difficilement à la comparaison et font d’ailleurs apparaître des divergences sensibles dans la quantification. Dans ces conditions l’approche statistique de la lecture semble n’autoriser que la mise en évidence de tendances générales mais ne permet ni une estimation ni une construction exhaustives de la typologie du lectorat français.

  • 4 Pratiques culturelles des Français, évolution 1973-1981, ministère de la Culture. Service des étud (...)

6La méthodologie employée dans la réalisation de la dernière enquête sur les Pratiques culturelles des Français4 et sur laquelle est fondée la demande de la présente étude, vient uniformiser les critères et la périodisation de la quantification : les statistiques recueillies portent sur les livres lus pendant l’année écoulée et sont découpées selon l’échelle suivante :

70..........................non lecteurs

810 à 24................moyens lecteurs

91 à 4 ; 5 à 9........faibles lecteurs

  • 5 Pratiques culturelles..., op. cit.. p. 72.

10plus de 25..........gros lecteurs5

11Cette approche statistique de la typologie de la lecture implique donc la formulation d’un modèle légitimé par le critère quantitatif : le meilleur lecteur est censé être celui qui lit le plus grand nombre de livres, quel que soit le type de publications, la forme de la lecture et son usage social et culturel. D’autre part, cette modélisation statistique comporte des seuils d’appréciation de la lecture : on est « faible » lecteur lorsqu’on lit un à quatre livres (et jusqu’à neuf livres) par an, « moyen » lecteur lorsqu’on lit dix à vingt-quatre livres par an, « gros » lecteur lorsqu’on lit plus de vingt-cinq livres par an. Cette modélisation quantitative ne s’accompagne d’aucune justification du positionnement des seuils : 1, 4, 9, 24, plus de 25. On ne peut s’empêcher d’y voir une légitimation, sous forme quantitative, d’une certaine pratique lectorale, ici instituée en modèle qui consisterait à privilégier une accumulation quantitative de lecture, quels qu’en soient le rythme et la forme.

12C’est dans cette logique qu’il faut réinscrire la formulation négative de la demande d’étude de la faible lecture : considérée comme un « obstacle » à la lecture, et de ce fait associée à l’abandon ou à la fragilité de certaines pratiques lectorales, la faible lecture en augmentation dans la dernière décennie est interprétée d’emblée comme un mécanisme de réduction ou de fragilisation de pratiques de lecture plus soutenues.

13L’orientation méthodologique de la demande d’étude, plutôt qualitative dans l’approche et dans les techniques envisagées, ouvre une perspective qui a pu nous apparaître, au moment de l’investigation sur le terrain, assez éloignée des typologies statistiques sur lesquelles elle se fondait.

De l’utilité méthodologique des questions « Qui est faible lecteur ? » et « Comment le trouver ? »

14La demande de délimitation de notre champ d’investigation paraissait simple : il s’agissait de constituer un réseau d’informateurs stratégiquement représentatifs du faible lectorat, c’est-à-dire composé de lecteurs de un à quatre livres par an, et au maximum de neuf livres par an.

  • 6 Brefs repères sur les faibles lecteurs, A Données complémentaires sur les non-lecteurs, les faible (...)

15Le repérage sociologique du faible lectorat, effectué par le Service des études et recherches du ministère de la Culture dans le cadre de l’enquête sur les Pratiques culturelles des Français6 fournit des indications qui mettent en relief certaines spécificités démographiques et socioprofessionnelles. Les 27,9 % de lecteurs de un à neuf livres par an se distinguent par une légère prédominance masculine, tandis que les femmes sont majoritaires parmi les non-lecteurs. Ils disposent d’un niveau d’instruction moyen ou faible, dépassant rarement le brevet élémentaire du premier cycle (BEPC) ; dans leur grande majorité, ils ont interrompu leur scolarité aux alentours de l’âge de 15 ans ou auparavant.

16Les caractéristiques relatives à l’âge des lecteurs ne sont pas aussi saillantes : on observe que les lecteurs de un à quatre livres sont en majorité âgés de 25 à 29 ans, une tranche d’âge assez étendue recouvrant des scénarios éducatifs très divers. En revanche, les lecteurs de cinq à neuf livres sont beaucoup plus jeunes puisqu’on y trouve une forte pénétration des 15-24 ans (30 %).

17La répartition socioprofessionnelle des faibles lecteurs est plus parlante. Elle recoupe les données concernant leur niveau d’instruction, pour le groupe des lecteurs de un à quatre livres surtout : à la faiblesse des qualifications correspond une forte implantation de la catégorie dans les groupes socioprofessionnels placés au bas de l’échelle sociale, ouvriers qualifiés et spécialisés, manœuvres et personnels de service, contremaîtres et aussi une bonne proportion de petits agriculteurs. Les lecteurs de cinq à neuf livres se recrutent dans les fractions sociales plus élevées, employés pour la plupart, et comportent aussi un grand nombre de femmes au foyer. Distincts au plan de la catégorie socioprofessionnelle et de l’origine sociale, les faibles lecteurs le sont également à celui de la répartition géographique puisqu’ils résident essentiellement dans des communes rurales ou dans des villes de moins de 100 000 habitants, c’est-à-dire dans les régions où la distribution du livre reste encore limitée.

18Les faibles lecteurs semblent donc constituer une catégorie qui se distingue par sa position dans la hiérarchie socioprofessionnelle et par son niveau d’instruction. Pour autant, ces spécificités nous fournissent des informations sommaires sur les « scénarios » de lecture, les représentations du livre et de la lecture, la modélisation des genres et les pratiques d’acquisition du livre, les mécanismes psychotechniques de la lecture, la socialisation de la lecture, la place du livre dans l’univers matériel, et celle de la lecture dans les biographies éducatives et familiales.

19Il nous a paru intéressant, plutôt que de conformer notre échantillon d’enquêtes aux spécificités sociodémographiques et socioéducatives du « faible lectorat », d’élargir notre recrutement à l’ensemble de l’espace socioprofessionnel, de diversifier les trajectoires socio éducatives et les niveaux d’instruction, afin d’avoir accès à la variété des scénarios de lecture et surtout d’en faire apparaître la fonction diachronique : comme bien des pratiques culturelles, la lecture ne constitue par un donné de la condition sociale ; elle répond aux circonvolutions complexes de la biographie socioéducative, socio professionnelle et familiale. Nous entendons donc par « scénario de lecture » l’ensemble des conditions sociales produites par l’histoire familiale, socioprofessionnelle et éducative des lecteurs.

  • 7 Voir description du réseau d’informateurs en annexes.

20Nos contacts de pré-enquête avaient mis l’accent sur la diversité des trajectoires des faibles lecteurs : pour être faible lecteur, on peut avoir suivi des formes évolutives de pratiques, avoir plus ou moins lu, modifié ses préférences en genre et en types d’imprimés, son mode de lecture. C’est pour accéder à ces mécanismes évolutifs que nous avons choisi de diversifier notre recrutement des personnes à interroger7. De ce point de vue, notre réseau d’informateurs constitue moins un échantillon statistiquement représentatif qu’un regroupement de scénarios constituant des variables stratégiques.

  • 8 Brefs repères sur les faibles lecteurs, op. cit.

21L’approche diachronique de la faible lecture pouvait en outre fournir des éléments de réponse à une autre question fondamentale : d’où provient l’accroissement du nombre des faibles lecteurs entre 1973 et 1981 ? Les rangs du faible lectorat ont-ils été approvisionnés par la réduction des moyens ou gros lecteurs ou par celle des non-lecteurs ? Bref, comment devient-on faible lecteur ? Est-on faible lecteur après avoir diminué ses lectures ou bien en ayant progressivement accès à la lecture après n’avoir lu aucun livre pendant une longue période ? Comment s’aménage, dans ces mécanismes, le rapport des pratiques à l’origine sociale, aux acquis scolaires et pour ce dernier point, observe-t-on dans la génération du baby-boom un effet de l’accès massif au système scolaire ? La question est importante : elle permet de justifier ou de contredire l’approche négativiste généralement admise de la faible lecture. L’analyse des données partielles de l’enquête sur Les Pratiques culturelles des Français permet d’avancer certaines hypothèses concernant cette question fondamentale8.

22• L’accroissement du nombre des faibles lecteurs entre 1973 et 1981 s’accompagne d’une diminution proportionnelle de celui des non-lecteurs.

23• On peut estimer qu’il existe une faible probabilité d’abandon chez les gros lecteurs, et ce pour les raisons suivantes :

24— La progression du faible lectorat est surtout le résultat de l’apport de catérogies sociales en général bien représentées parmi les non-lecteurs et les faibles lecteurs ; à ce sujet on s’appuiera sur la forte augmentation des faibles lecteurs chez les agriculteurs, les ouvriers qualifiés et spécialisés, les manœuvres et les contremaîtres (plus de 11 % pour les agriculteurs, plus de 9,9 % pour les autres). Dans le même ordre d’idées, cet accroissement du faible lectorat est aussi en grande partie assuré par l’apport substantiel des titulaires de qualifications moyennes voire rudimentaires (certificat d’aptitude professionnelle [CAP], certificat d’études primaire [CEP], BEPC), population elle aussi spécifique du petit et du non-lectorat. Les catégories de gros lecteurs ont très peu participé à l’augmentation du faible lectorat, sauf les cadres supérieurs et les professions libérales (plus de 8,6 % en pénétration), et les résidents des villes de plus de 100 000 habitants (plus de 8,2 % en pénétration). En ce qui concerne cette dernière donnée, on observera cependant que les faibles lecteurs résident essentiellement dans les villes de moins de 100 000 habitants (58,7 %), agglomérations dont les composantes et la structure sociale contribuent à la faible diffusion du livre.

  • 9 Données complémentaires..., op. cit.

25• Les genres littéraires les plus fréquemment lus par les faibles lecteurs9, ouvrages pratiques, encyclopédies, romans (autres que les policiers et les romans d’espionnage) sont pour certains en promotion sensible depuis quelques années, faciles d’accès et d’une manière générale moins fréquentés par les lecteurs dont la pratique est plus diversifiée et intensive.

26L’ensemble de ces données permet de renverser la perception négativiste du faible lectorat : l’accroissement de cette pratique entre les deux enquêtes des Pratiques culturelles semble en effet provenir essentiellement de la réduction des non-lecteurs ; l’amplification d’une lecture « faible » en quantité constitue donc un mécanisme de développement et non de fragilisation de la lecture. Dans ces conditions, il apparaissait nécessaire de tenir compte, dans le recrutement de nos informateurs, non seulement de l’appartenance socio-professionnelle ou socio-éducative mais aussi des modalités biographiques de la pratique lectorale : origine sociale, capital culturel familial, formation intellectuelle et professionnelle, insertion sociale, etc. Il devenait nécessaire de diversifier également les scénarios de lecture.

De la signification méthodologique de la question « Combien de livres lisez-vous dans l’année ? »

27Après avoir procédé à une sélection diversifiée de nos recrutements, tant par les critères sociodémographiques et socioprofessionnels que par les scénarios, nous retombions dans les avatars de la typologie statistique et quantitative des pratiques lectorales lorsque pour sélectionner nos interviewés — lecteurs de 1 à 4 livres par an — nous devions poser la question préalable : « Combien de livres lisez-vous dans l’année ? » La question nous renvoie à ce que Pierre Bourdieu appelle « l’effet de légitimité » :

  • 10 Bourdieu Pierre et Chartier Roger, La lecture : une pratique culturelle, Pratiques de la lecture, (...)

« Dès qu’on demande à quelqu’un ce qu’il lit, il entend : qu’est-ce que je lis qui mérite d’être déclaré ? C’est-à-dire : qu’est-ce que je lis en fait de littérature légitime10 ? »

28C’est dans la formulation quantitative de l’interrogation et dans l’emploi de la terminologie du livre qu’il faut trouver l’effet de légitimité de notre question sélective. On pourrait donc, à l’appui de nos observations sur le terrain concernant les réactions à cette question, ajouter les détails suivants aux interprétations de Pierre Bourdieu sur l’effet de la légitimité de la question : le « combien de livres lisez-vous » était interprété comme suit :

« Quelle quantité de livres dois-je déclarer qui puisse être considérée comme la pratique légitime du lecteur » ou bien « quelles sortes d’imprimés est-ce que je lis qui puissent être compris dans la catégorie « livre » ? »

29Ainsi le travail de l’enquêteur-sélectionneur s’ouvrait sur ce préambule dans lequel les personnes interrogées indiquaient déjà leur propre modélisation et de la lecture et du livre. Et l’enquêteur était contraint dans bien des cas d’explorer ces modélisations pour conformer sa sélection à la typologie quantitative initiale.

Ce que les lecteurs entendent par « lire »

30On nous dit : « Vous êtes très mal tombé car je ne lis pas ! » et l’enquêteur constatera au fil de son exploration introductive que son interlocuteur lit un à deux ouvrages pendant les vacances et au hasard de ses intérêts ponctuels. « Mais je n’appelle pas ça lire » ajoute l’interviewé. Cette fréquence et ce rythme de lecture équivalent pour lui à une non-lecture. D’autres modélisations ont trait au type de fréquentation des livres : les lectures en consultation des encyclopédies ou des ouvrages pratiques sont fortement dévalorisées : « Je n’appelle pas ça lire ! » nous dit-on. Enfin une approche fonctionnaliste de la lecture aura tendance à mésestimer les consultations ponctuelles et partielles d’ouvrages à usage purement professionnel : c’est le cas de certains lecteurs, techniciens, enseignants, avocats ou autres professions libérales qui considèrent que cet usage très ciblé de l’imprimé ne constitue pas une lecture, celle-ci étant classée au registre des activités de loisirs et de détente.

31Finalement, ceux qui lisent de manière fortuite, en consultation partielle et ponctuelle ou bien professionnelle, se présenteront d’emblée comme des non-lecteurs, ayant convenu que ces formes de lecture ne sont pas légitimées par le questionnement de l’enquêteur, formulé en termes quantitatifs, la présentation générique du « combien » et du « lire des livres » appelle des réponses sélectives et non différentielles.

Ce que les lecteurs entendent par « livre »

  • 11 Cette distinction est assez rigoureuse dans l’enquête sur les Pratiques culturelles des Français.

32L’un des avatars du questionnement sélectif de nos faibles lecteurs est qu’il est censé établir une estimation de la pratique lectorale par le recensement de la lecture exclusive des livres. Il exclut de ce fait les lecteurs de presse — quotidiens, magazines et revues — parmi lesquels on trouve beaucoup de non-lecteurs de livres, et qui sont néanmoins d’assidus lecteurs de presse. On négligerait une dimension essentielle de la lecture en distinguant lecture de presse et lecture de livres11, instituant cette seconde pratique en modèle de lecture, et concluant au décompte des seuls lecteurs de livres dans la quantification du lectorat. La lecture exclusive de presse peut constituer dans certains cas une alternative ou une compensation à la lecture de livres, par la forme de connaissance discontinue qu’elle fournit, mais n’en exige pas pour autant moins de compétences psychotechniques et de déchiffrage. La question sur la quantification de la pratique lectorale, étant centrée sur la notion de « livre », a tendance à produire des effets de minorisation et de dévalorisation de leurs pratiques lectorales par les lecteurs exclusifs de presse, qui se présentent le plus souvent comme des non-lecteurs.

33Outre cette distinction entre livre et presse, le questionnement sur la lecture suggère l’hypervalorisation de la catégorie « livre ». La plupart des interviewés y entendaient les romans essentiellement, et accessoirement les récits, essais historiques et livres d’actualité. La terminologie du livre sélectionne les genres littéraires : les bandes dessinées sont ainsi fortement dévalorisées pour la prédominance accordée à l’image.

  • 12 Pour cette raison également, la distinction entre le livre et la presse apparaît inopérante dans l (...)

34D’autres sélections opèrent dans la forme éditoriale de l’imprimé : on entend par livre un ouvrage broché ou « cartonné ». Cette modélisation tend à exclure de la catégorie les ouvrages de diffusion professionnelle et technique limitée, présentés en forme de documents multigraphiés. En revanche, certaines collections de revues — scientifiques ou culturelles — conservées et parfois reliées, peuvent être intégrées à la catégorie du livre12.

35Les terminologies de la lecture comportent des pièges et des avantages méthodologiques : elles mettent à nu des représentations du livre et de la lecture, mais en même temps exigent la critique permanente des informations lorsque celles-ci ont pour objectif de construire des typologies. Parce que les personnes interviewées situent l’enquêteur dans une position hiérarchique à laquelle ils associent les modèles dominants de la pratique lectorale, leurs réponses s’inscrivent d’emblée dans ces modèles pour aboutir à la dévalorisation de leurs pratiques. Cela est d’autant plus vrai que nous avons en l’occurrence enquêté dans un milieu de faibles lecteurs où la conscience de cette hiérarchisation est actualisée par l’arrivée de l’enquêteur : on sait qu’il est étudiant ou qu’il est « chargé d’études » et on le classe d’emblée dans la catégorie des intellectuels gros consommateurs de littérature légitime. Ainsi dans le déroulement des interviews, la question « Combien de livres lisez-vous en moyenne dans l’année ? » a pu être interprétée progressivement ou expressément par l’interrogation suivante : « Pourquoi ne lisez-vous pas plus ? » ou bien « N’avez-vous jamais lu un seul roman ? ».

L’approche qualitative de la sociologie de la lecture

  • 13 Bourdieu Pierre, op. cit.. p. 223.

36Ces mésaventures d’une enquête fondée sur des catégories statistiques nous ont contraints à reconsidérer ces typologies avec la nécessité critique que suggéraient les observations sur le terrain. Nous avions affaire tantôt à des non-lecteurs de livres — dévorant les colonnes des quotidiens — tantôt à des petits lecteurs de vacances se présentant comme des non-lecteurs absolus, tantôt à des lecteurs exclusifs de documents techniques et professionnels s’excluant de notre champ d’observation du « faible lectorat », estimant que « ça n’est pas de la lecture », tantôt à des lectrices exclusives de la collection Harlequin renchérissant sur leur goût assoiffé pour la lecture. Le faible lectorat et la lecture en général recouvrent des pratiques et des représentations différenciées. Il y a lecture et lectures, et comme le souligne Pierre Bourdieu, à la formulation générique ou statistique de la lecture, « il faut substituer l’idée de lectures au pluriel et l’intention de chercher des indicateurs des manières de lire13 ».

  • 14 La plupart des personnes interviewées lisent un à quatre ou neuf livres au maximum et en moyenne d (...)

37Les difficultés techniques de l’enquêteur à la recherche d’un « vrai » faible lecteur se sont transformées en données informatives sur ce qui sera probablement l’hypothèse initiale de notre étude : la faible lecture, même si elle est généralement appréhendée conformément aux typologies statistiques14, est ici envisagée en termes qualitatifs ; on recherchera en effet les mécanismes pratiques et idéologiques qui constituent cette approche de la lecture et qui peuvent s’observer dans des catégories statistiques différentes, celle en particulier de grands lecteurs exclusifs.

  • 15 Voir détails du plan d’entretien en annexes p. 108

38Cette perspective qualitative et sociologique de l’étude du faible lectorat appréhende la lecture comme une pratique sociale à part entière, et non plus seulement comme une pratique purement culturelle. Parce qu’elle s’inscrit dans la complexité des interactions et des échanges qui composent la socialisation du lecteur, elle sera explorée dans cette totalité, et dans la perspective maussienne, comme « fait social total ». Cette démarche suggère la mise en perspective historique d’une pratique dont la logique est à chercher dans la biographie familiale et éducative du lecteur mais également dans l’ensemble des pratiques de socialisation de la lecture et des représentations du livre. Notre plan de questionnement a donc été construit selon les trois axes suivants15.

Biographie familiale et éducative et biographie lectorale

  • 16 Hébrard Jean, Comment Valentin Jamerey Duval apprit-il à lire : l’autodidaxie exemplaire. Pratique (...)

39Parce que la faible lecture ne constitue pas un « donné » sociologique et pas plus ou moins que la « non-lecture » ou la « grande lecture », elle ne peut être envisagée comme un a priori de l’identité sociale : autrement dit, la faible lecture ne représente pas une catégorie sociale homogène. Elle s’inscrit nécessairement dans la diachronie des conditions sociales du lecteur. L’approche biographique offre donc la possibilité de reconstituer les divers scénarios qui ont abouti à la faible lecture ; en même temps elle replace la pratique lectorale « dans son horizon culturel de référence » et « dessine (les circonvolutions) de la mouvance culturelle » du lecteur16.

  • 17 Bourdieu Pierre, La Distinction. — Paris : Minuit. 1979. p. 12.

40L’approche biographique et diachronique de cette pratique spécifique de la lecture permet d’explorer, à l’instar des analyses de Pierre Bourdieu des pratiques culturelles, « la relation très étroite qui unit (ces dernières) au capital scolaire (mesuré aux diplômes obtenus) et, secondairement, à l’origine sociale (saisie au travers de la profession du père)17 ».

La socialisation de la lecture

  • 18 Bourdieu Pierre. Les trois états du capital culturel. Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

41La lecture n’est pas pratique sociale uniquement parce qu’elle classe ou est classée dans la hiérarchie des statuts sociaux. Elle donne lieu à des interactions et échanges sociaux. Elle n’est pas non plus, comme l’affirme la représentation traditionnelle, acte de pure intimité ou de retranchement individualiste à l’écart du monde et de la société. La lecture est totalement impliquée dans l’organisation et les conditions sociales. L’initiative de la lecture, la réception et la circulation des connaissances acquises, les représentations du livre et du lire opèrent dans le cadre des « réseaux » de socialisation. En bref, il s’agit ici d’explorer le tissu social dans lequel se déploient les faibles pratiques de lecture. Comment prend-on l’initiative de lire ? Quelle est la source stimulante ? Comment acquiert-on les livres que l’on lit ? Que deviennent les livres acquis ? Les lit-on ou les conserve-t-on dans sa bibliothèque à titre purement démonstratif ? Quand et où lit-on ? Quel type de lecture pratique-t-on ? C’est à une sorte d’archéologie de la pratique lectorale que nous nous sommes prêtés. L’approche nous permet par exemple de déchiffrer la part de « capital culturel objectivé18 » qui est investie dans la lecture et qui souvent rend compte de sa totalité sociologique. Les formes d’appropriation ou d’expropriation du « capital livresque » s’articulent déjà dans le rapport matériel au livre : la possession ou non d’un stock de livres, la forme et les lieux du rangement, le volume occupé par le livre-objet dans l’univers domestique, la gestualité de la lecture sont autant d’indicateurs non seulement du statut matériel du livre mais aussi de son statut idéologique et social.

42Enfin l’un des aspects et non des moindres de l’approche qualitative de la lecture a consisté à se poser la question des genres et de leur évaluation. Peut-on en effet classer dans la même catégorie de « grands lecteurs » les lectrices assoiffées et exclusives de la collection Harlequin, aux côtés des lecteurs d’une gamme diversifiée de genres littéraires, allant du roman de littérature classique à l’essai politique, en passant par la bande dessinée, le roman policier ou la science-fiction ? On a vu que les démarches s’imprimaient dans l’évaluation et la modélisation des genres. Il y a des genres légitimes et d’autres qui sont marginalisés. Il conviendra de s’interroger sur l’écart qui sépare ces évaluations, chez les faibles lecteurs, de leurs pratiques réelles, de leurs préférences et de leur sélection des genres lus.

  • 19 Parmentier Patrick, Les genres, le classement des lecteurs et le classement des livres, Trois étud (...)
  • 20 Données complémentaires sur les faibles lecteurs... op. cit.

43Comme l’a montré Patrick Parmentier dans une étude sur la lecture19, chaque genre littéraire est doté de son statut social. Les classements du livre et de l’imprimé sont régis par la distribution du capital social et culturel. Les textes classés sont aussi des classificateurs sociaux. On observait déjà ces mécanismes dans les résultats des Pratiques culturelles sur les genres littéraires préférés des faibles lecteurs20. Ils sont les lecteurs les plus assidus d’ouvrages pratiques, des dictionnaires, des encyclopédies et des romans autres que les policiers et les romans d’espionnage.

Représentations du livre et de la lecture

44Des échantillons substantiels de ces représentations nous étaient déjà fournis dans les toutes premières phases de nos enquêtes, lors de la sélection statistique de nos informateurs. Ils livraient d’emblée les repérages de la pratique légitime, la pratique instituée en modèle dominant. Pour autant, il existe des représentations pratiques, chez les faibles lecteurs, qui pourraient indiquer des formes de légitimation d’un modèle différentiel de lecture, caractérisé par des formes spécifiques d’accès à la culture de masse, médiatique et médiatisée. En d’autres termes, les faibles lecteurs développent des pratiques de lecture chargées de représentations parfois contradictoires de celles imprimées dans la logique du discours dominant qu’ils ont assimilé.

45Le faible lectorat dispose-t-il de stratégies pratiques d’appropriation de ses pratiques lectorales comme capital culturel légitime ? Les livres lus sont-ils par lui reconnus et de quelle manière, comme vecteurs de légitimation d’habitus culturels qui constitueraient le modèle différentiel apparemment formulé ?

Notes

1 Gattegno Jean, Bilan d’une action : la politique de la Direction du livre. Pratiques de la lecture, sous la direction de Roger Chartier. — Paris : Rivages, 1985. p. 215.

2 Bénichou Jean-Pierre, Espérasdieu Véronique. Lion Antoine. Des illettrés eu France. — Paris : Documentation française. 1984.

3 Proposition de recherche sur les obstacles à la lecture, ministère de la Culture, Service des études et recherches.

4 Pratiques culturelles des Français, évolution 1973-1981, ministère de la Culture. Service des études et recherches. — Paris : Dalloz, 1982.

5 Pratiques culturelles..., op. cit.. p. 72.

6 Brefs repères sur les faibles lecteurs, A Données complémentaires sur les non-lecteurs, les faibles lecteurs et les gros lecteurs, ministère de la Culture. Service des études et recherches. mai 1984.

7 Voir description du réseau d’informateurs en annexes.

8 Brefs repères sur les faibles lecteurs, op. cit.

9 Données complémentaires..., op. cit.

10 Bourdieu Pierre et Chartier Roger, La lecture : une pratique culturelle, Pratiques de la lecture, op. cit., p. 223.

11 Cette distinction est assez rigoureuse dans l’enquête sur les Pratiques culturelles des Français.

12 Pour cette raison également, la distinction entre le livre et la presse apparaît inopérante dans la quantification de la lecture.

13 Bourdieu Pierre, op. cit.. p. 223.

14 La plupart des personnes interviewées lisent un à quatre ou neuf livres au maximum et en moyenne dans l’année. Pour les besoins de la comparaison nous avons également interrogé quelques grands lecteurs et non-lecteurs. Voir les détails de l’enquête dans les annexes.

15 Voir détails du plan d’entretien en annexes p. 108

16 Hébrard Jean, Comment Valentin Jamerey Duval apprit-il à lire : l’autodidaxie exemplaire. Pratiques de la lecture, op. cit. p. 29.

17 Bourdieu Pierre, La Distinction. — Paris : Minuit. 1979. p. 12.

18 Bourdieu Pierre. Les trois états du capital culturel. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 30, 1979, p. 5.

19 Parmentier Patrick, Les genres, le classement des lecteurs et le classement des livres, Trois études sur la lecture, enquêtes et analyses réalisées par le Gides, 1981.

20 Données complémentaires sur les faibles lecteurs... op. cit.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access