Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de lire

 | 
Michel Peroni

Conclusion

Texte intégral

1En matière de conclusion, nous voudrions paradoxalement insister sur ce que nous semble apporter, ou plus exactement enlever notre « recherche sur la faible lecture » à une « sociologie de la lecture » dont on a dit déjà qu’elle n’en est qu’à ses prémices : la catégorie de la faible lecture elle-même.

2L’étalonnage des pratiques dont procède la catégorie de la faible lecture repose sur le présupposé d’une commensurabilité des pratiques, laquelle ne devrait pas seulement concerner leur régularité et leur accessibilité, mais également leur sens. Or, le postulat d’une commensurabilité ne tient qu’à l’efficacité d’une imposition culturelle qui viendrait homogénéiser le sens des pratiques.

3Ce que montre, au contraire, notre recherche (attentive justement aux procédures d’attribution de sens à la pratique davantage qu’aux pratiques objectives), c’est bien la diversité des normes d’appréciation et des critères de définition de la pratique lectora-le. La légitimité d’une pratique n’est pas seulement fonction de sa conformité à des normes socialement dominantes, mais de son inscription dans une carrière, un milieu ou même une situation.

4S’il est vrai qu’il n’est pas de connaissance sans la construction de catégories, celles-ci ne sauraient pourtant valoir pour la réalité des choses, sauf à oublier l’opération d’agrégation dont elles résultent. Si la faible lecture constitue une catégorie de sens pratique, le sociologue qui prétend reprendre une telle catégorie ne saurait faire l’économie d’une analyse de ses conditions de production et de mise en œuvre. En outre la notion de faible lecture participe davantage du rapport au livre que du rapport à la lecture.

  • 49 Cf. Peter Berger, Thomas Luckman, op.cit.

5La lecture pour sa part, qui se donne comme l’un des actes les plus individuels qui soient (« ce qui apparaît spontanément quand on va se trouver enfermé seul quelque part ») n’en constitue pas moins une opération de « construction sociale de la réalité49 ». Par cette expression, nous désignons la double interaction entre, d’une part ce que je lis (ce que je peux lire, ce que j’ai envie de lire...) et ce que je considère comme réel dans le monde et, d’autre part, entre le sens donné à l’acte de lecture et la définition de la situation dans laquelle il s’inscrit.

6De ce point de vue on ne saurait dire d’une expérience lectorale qu’elle est plus faible qu’une autre. Il serait plus opportun de parler de lecture étroite pour désigner une pratique régie par un impératif de conformité du monde du texte à une réalité ; s’opposant en cela à une lecture ouverte qui considère, sur le modèle lettré, le monde du texte pour lui-même.

  • 50 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 224.

7Ce que manifestent, en effet, les récits biographiques recueillis c’est bien l’association très étroite entre lecture et pratique. La lecture prend sens par rapport à ceux des domaines d’activité (travail, loisir, vie familiale...) qui assurent son inscription pratique dans l’ordinaire en lui fournissant ses occurrences ou simplement « un marché sur lequel on peut placer des discours concernant les lectures50 », c’est-à-dire lui reconnaissent une réalité (même lorsqu’il s’agit exclusivement de lecture de fiction) ; en retour, par les choix, les arbitrages dont elle procède (pour passer du stock de lectures disponibles sur le marché à ce que je me représente comme lisible), la lecture vient confirmer de manière sélective le statut de réalité du monde de la vie quotidienne suivant les modalités de son recouvrement par le monde du texte.

8Précisément parce que l’incarcération vient rompre ces modalités pratiques d’enracinement de la lecture dans l’ordinaire de la vie quotidienne, l’acte de lecture se retrouve bientôt proprement dénué de sens ; sauf à ne valoir que comme pratique permettant d’assumer une situation d’enfermement définie comme menaçant la propre intégrité (« il fallait à tout prix tenir »), ou encore à préfigurer la pratique effective dans le cadre d’un projet de réinsertion susceptible de transcender l’ordinaire carcéral.

9La critique de la catégorie de faible lecture, aussi radicale soit-elle, ne serait pourtant qu’un bien faible apport à la sociologie de la lecture si elle n’impliquait paradoxalement un élargissement de la catégorie même de « lecture » à des pratiques et significations de l’acte de lecture tenues jusqu’ici pour approximatives ou marginales.

  • 51 A. Schütz, « Sur les réalités multiples », Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens, 1987, p (...)

10Reprenant les termes de L’Esthétique de la réception, seul véritable précédent en matière d’analyse de la lecture proprement dite, rappelons que nous avions d’emblée placé notre approche sous le signe de cette interaction entre « monde du texte » et « monde du lecteur » que nous savions certes caractéristique de la lecture lettrée, mais dont nous pensions retrouver un équivalent dans notre approche de la faible lecture. En fait, s’il est vrai que le réseau conceptuel élaboré autour de la notion de « lecteur implicite » permet d’objectiver dans le champ de la critique littéraire ou de l’approche esthétique le travail de construction (l’écriture comme prévision d’une lecture implicite) et de reconstruction (lecture effective) de « mondes possibles », l’analyse sociologique ne saurait se satisfaire d’une pareille définition a priori de la lecture comme expérience esthétique de déterritorialisation, en ce qu’elle présuppose un intérêt, un sens (en soi, qui plus est) à la lecture. D’ailleurs la capacité même de la lecture à refigurer un quelconque « monde possible » repose sur le postulat d’une compétence du lecteur dite « implicite » (compétence à passer d’une région de « réalité » à une autre), et à renouer le fil du texte par delà les interruptions de lecture51. Cette compétence ne peut précisément apparaître comme telle que par défaut, parce qu’elle aurait été perdue (au sens où l’on peut perdre un mot de passe).

11Tout l’intérêt d’une analyse portant sur la faible lecture est précisément d’interroger au contraire les conditions d’émergence d’une pratique sociale significative dans des situations où c’est le sens même de la lecture qui est à établir : dans un cas (départ à la retraite), la lecture ne se rapporte pas tant à des mondes « du texte » et « du lecteur » dont elle opérerait la rencontre qu’aux domaines d’activité dans lesquels elle trouve à s’inscrire dans la vie quotidienne ; dans l’autre (prison), la rencontre entre les mondes « du texte » et « du lecteur » trouve un obstacle dans leur objectivation en mondes du dehors et du dedans.

12Les comptes rendus d’expérience lectorale recueillis auprès de « métallos » en préretraite constituent une sorte de répertoire des procédures d’attribution de sens à la lecture suivant les modalités de son inscription dans la réalité du quotidien. Nous en soulignerons simplement deux caractéristiques : les pratiques lectorales sont dotées d’une dimension collective, la lecture prend sens indépendamment de la lecture effective.

13Le premier compte rendu l’illustre parfaitement : la lecture peut contribuer, fût-ce partiellement, à structurer certains milieux, aussi bien dans le domaine du travail (la liberté de lire sur le lieu de travail constitutive de professionnalité) que des loisirs (la lecture alternative à l’abrutissement). Indépendamment de la chose lue, c’est alors comme opération de catégorisation (par exemple : ceux qui lisent en savent plus long...) que la lecture se constitue en activité ordinaire et significative : parmi les collègues de travail ou les camarades, il y a les lecteurs et les autres.

14Objectivée encore par sa dimension collective, la lecture peut être cependant l’occasion de pratiques non plus distinctives mais conjointes : procurer à son mari des livres qu’il aimera forcément, prescrire autour de soi telle lecture que l’on a déjà personnellement éprouvée... Une singularisation des pratiques risque fort alors de remettre en cause leur réalité de fait lectoral. C’est ce qu’ont coutume de déplorer les parents à propos de leurs enfants : « On essaie de les initier à la lecture et ils finissent toujours par lire autre chose : science-fiction, B.D... » ; est-ce encore de la lecture ? Par singularisation des pratiques, nous entendons ici leur extériorité par rapport au cadre de leur réalisation. C’est ainsi par exemple que la famille ne constitue pas forcément la communauté la plus pertinente pour apprécier comme lecture les pratiques scolaires (« En ce moment, mon fils n’arrête pas de réviser ; mais sinon, il en lit des gros ! »).

15Parce que son acquisition ne relève pas forcément des seules préférences personnelles (mais aussi d’arbitrages familiaux, de choix préétablis : le « livre du mois »), le genre de l’imprimé compte moins que son « efficience » pourrait-on dire, pour désigner sa propension à ne pas être immédiatement et définitivement rangé sur quelque étagère (à la manière de Nécropolis). Eu égard au contexte dans lequel il s’inscrit, l’objet-livre peut même porter la trace de la lecture, attester de sa réalité : suivant que tel livre est plus ou moins rapidement rangé, suivant que tel autre est situé d’un côté ou de l’autre d’une étagère, ils sont lus ou non. Le livre vaut alors pour la lecture, comme dans l’hyperbole : « les livres, c’est la culture » : la culture est en substance contenue dans le livre ; aussi, le posséder, est-ce en disposer virtuellement. On comprendra l’importance des dispositifs de présentation du livre dès lors que la réalité de la lecture se mesure ainsi à la visibilité du livre (encore faut-il pour l’assurer « que le livre présente bien »), voire à son accessibilité (il faut « qu’on puisse l’attraper facilement »). Ne pas même savoir où un livre peut bien avoir été rangé, c’est déjà laisser entendre qu’on ne l’a pas lu.

16La lecture effective est pour sa part une activité résiduelle ; qu’il s’agisse de la lecture d’appoint impliquée par une quelconque activité (jardinage, cueillette de champignons...) ou de l’injonction à la lecture opérée par la présence même du livre (« ils sont là, il faut bien les lire »). A cette lecture effective dont le livre porte simplement la trace ou la virtualité, on peut enfin associer cette autre, rendue possible en même temps que superflue par une réciprocité de perspectives d’ordre aussi bien éthique (le monde des militants...) que pratique (le monde des collectionneurs...). Pour les uns comme pour les autres, le livre (ou la revue) apparaît en effet comme un « signe du lien » (Goffman), un marqueur identitaire renvoyant à ce qu’on pourrait appeler une « communauté de lecteurs ». Encore qu’une telle expression soit inadéquate puisque l’affiliation ne requiert précisément pas la lecture effective, et qu’elle peut même se satisfaire du simple abonnement. La lecture proprement dite, sorte de rituel de confirmation, ne fait alors que venir éprouver l’a priori d’une communauté d’horizons (« ça m’étonnerait qu’un mec comme Le Pen ait pu lire un bouquin de Sartre »).

17A côté des situations où le sens de la lecture tient et s’entretient dans un ordre de réalité qui est celui de la pratique (pouvoir lire quand d’autres ne le peuvent pas, participer à la pratique lectorale d’autrui, ranger des livres, être abonné...), la situation carcérale a ceci de particulier que s’y pose, on l’a vu, de manière explicite la question du sens même de la lecture, de ses régimes possibles de réalité. La rencontre heureuse que célèbre L’Esthétique de la réception entre les dits mondes « du texte » et « du lecteur » devient ici éminemment problématique dans la mesure où la trivialité recouvre la métaphore : le décalage entre « monde du texte » et « monde du lecteur » est d’autant plus insurmontable qu’il recoupe celui autrement concret entre mondes du dehors et du dedans. Tout l’intérêt, pour la recherche, d’une réelle situation tient d’ailleurs dans cette objectivation d’une dimension inhérente à toute lecture.

  • 52 Paul Ricœur, Temps et Récit, t. III, p. 247.
  • 53 Paul Ricœur, Ibid., p. 358. 176

18C’est alors seulement que devient pertinente la question de la détermination du genre des livres à lire. Sous l’aspect d’une question pratique (« Qu’est-ce que je peux bien lire qui ne soit pas une perte de temps inutile mais qui puisse me profiter ? », voire : « y a-t-il seulement des lectures profitables ? ») se trouve remise en cause la lecture comme « expérience vive52 » débouchant sur une « fusion des horizons » du texte et du lecteur, « une provocation à être et à agir autrement53 ». Puisque les détenus sont unanimes à définir l’incarcération comme une expérience de perte du sens de la réalité, leur redéfinition polémique de la lecture ne saurait se faire dans le cadre de la traditionnelle opposition réalité-fiction mais de clivages transversaux qui thématisent une problématicité spécifique.

19La valorisation des ouvrages d’actualité(s) (aux deux sens du terme) au détriment des « vieilleries », des livres où je me retrouve au détriment de ceux qui me présentent un monde qui n’est pas le mien (d’un côté, Sartre, Zola ou J. H. Chase, de l’autre Sulitzer...) sont autant de tentatives de réponse à la question oppressante de la « contemporanéité » : confiné spatialement, le détenu est-il encore hic et nunc membre de la société ? La question de la lecture en prison (ce qui, par la lecture, est accessible du monde extérieur au détenu) s’avère alors indissociable de la question des lectures sur la prison (ce que la lecture présente de l’univers carcéral à l’homme de la rue). Soumettre d’une part, la lecture à un impératif d’actualité (prédilection pour « les actualités » ; presse, revues..., préférence pour l’actualité du livre), manifester de l’autre une revendication d’objectivité à l’égard des publications sur la prison (L’Ecrou étant à cet égard le type même de la lecture pour autrui), c’est à la fois reconnaître la lecture comme une épreuve et poser les conditions de félicité de la lecture comme expérience de la contemporanéité. Sur le mode d’une lecture restreinte et raisonnée, d’une « faible lecture » en somme, sont alors tracées les limites d’une lecture que l’on a qualifiée d’« étroite » mais que l’on pourrait aussi bien dire « sédentaire », au delà de laquelle lire risquerait d’exposer à quelque crise identitaire.

Notes

49 Cf. Peter Berger, Thomas Luckman, op.cit.

50 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 224.

51 A. Schütz, « Sur les réalités multiples », Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens, 1987, p. 128.

52 Paul Ricœur, Temps et Récit, t. III, p. 247.

53 Paul Ricœur, Ibid., p. 358. 176

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access