Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de lire

 | 
Michel Peroni

Première partie. Pratique de lecture et domaines d'activité

Conclusion

Texte intégral

1Le départ en préretraite s’avère donc être une rupture bien peu décisive dans les carrières de lecteurs envisagées : ceci pourrait sembler contradictoire avec notre projet de promouvoir ici la perspective biographique. Les ruptures de pratiques ne sauraient être conçues comme univoques et définitives et des pratiques inchangées peuvent recevoir des significations tout autres.

2Le temps libre généralement escompté de la cessation d’activité n’est pas cet élément déterminant que l’on pouvait croire ; soit le sens attribué à la lecture relevait déjà de pratiques et de domaines d’activité autres que celui du travail : relations familiales dans un cas, réseau de militants dans l’autre, il n’est, en conséquence, pas remis en cause par la préretraite ; soit parce que celle-ci se traduit simplement par le remplacement de l’activité de travail par une activité de loisir (de quasi-travail dans le cas du bricolage) dont la lecture n’est qu’une annexe.

3Cependant, chacun à leur manière, les quatre exemples retenus remettent en cause certaines des caractéristiques traditionnelles de la faible lecture dont Joëlle Bahloul dresse un inventaire exhaustif et que nous rappellerons tout d’abord brièvement.

La marginalité du temps consacré à la lecture

  • 36 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 65.

4« L’aspect occasionnel et circonstancié de la faible lecture s’affirme comme la marginalité du livre par rapport au temps actif du lecteur, au temps positif. Parce que sa lecture est perçue essentiellement comme un loisir et une fuite par rapport au rythme de vie professionnel et actif, elle apparaît comme le « négatif » de l’emploi du temps structuré et planifié de la vie active ; la faiblesse de la lecture, plus que dans sa dimension quantitative, apparaît comme l’effet qualitatif de la marginalisation du livre par rapport à la vie programmée en action. La lecture est au passif, on ne peut lui accorder que les " temps morts " qui surgissent hors du temps programmé de la vie active. Parce qu’elle se situe dans l’ordre du passif, la faible lecture n’est pas systématisée et refuse toute socialisation planifiée du rapport au livre36. »

L’aspect limité de l’intervention de liens sociaux habituels dans le soutien de la lecture

  • 37 Ibid., p. 70.

5« Cette faiblesse du soutien social de la faible lecture (se manifeste) notamment dans les échanges d’information sur les textes lus ou dans leur usage social37. »

L’extrême sélectivité du contenu informatif des lectures

  • 38 Ibid., p. 74.

6« Les thèmes et contenus énoncés se regroupent autour de la sémantique de l’action, du “pratique”, du “vécu”, selon les termes employés par nos interlocuteurs38. »

L’impossibilité pour le faible lecteur de se définir comme tel

  • 39 Ibid., p.104.

7« (Ils) se placent d’emblée comme des non lecteurs ; la catégorie du " faible " lectorat n’étant jamais par eux évoquée : on est ou on n’est pas lecteur. Nous sommes dans le registre des définitions absolues39. »

8Or les précédents comptes rendus nous autorisent aux reformulations qui suivent. Ce n’est pas tant par rapport à l’hégémonie d’un modèle nominatif que par rapport à sa propre carrière de lecteur qu’une lecture peut être effectivement qualifiée de faible : c’est pour autant que l’on a été « moyen » ou « gros » lecteur que l’on peut avouer lire moins qu’avant ; ou bien encore (car la logique du rapport au livre ne s’arrête pas aux frontières de génération) légitimer sa faible lecture par la lecture assidue des enfants. La faible lecture trouve alors sa justification dans une histoire individuelle ou familiale. A cet égard, la présence du livre dans les intérieurs objective cette historicité du rapport au livre : le coin bibliothèque du « living » est bien l’endroit propice pour se dire faible lecteur !

  • 40 Cf. Pierre Bourdieu, op. cit., p. 224 : « Il est probable qu’on lit quand on a un marché sur leque (...)

9Le soutien social de la lecture ne s’exerce pas seulement en aval de la lecture, sous la forme éminemment cultivée du discours concernant les lectures40 ; il peut également intervenir de manière plus tacite en amont. C’est notamment le cas, dans la sphère familiale ou dans un réseau de relations de ces procédures de détermination, de sélection d’ouvrages pour un proche (cadeau ou simple service) en fonction de la connaissance que l’on a de ses intérêts.

10« L’extrême sélectivité du contenu informatif », généralement tenue pour une caractéristique principale de la faible lecture n’en est, en fait, qu’une caractéristique dérivée, impliquée par cette particularité autrement décisive : faible, la lecture l’est, qui ne constitue pas une pratique autonome mais seulement une annexe à d’autres activités. La lecture militante, que l’on peut également désigner comme une lecture d’affiliation, est à cet égard typique.

11En d’autres termes, après cette première série d’investigations, la faible lecture s’avère prendre sens par rapport à des domaines d’activités (travail, famille, loisir...) qui assurent son inscription pratique dans l’ordinaire et qui garantissent son statut de réalité, sous l’espèce d’une congruence entre monde du livre et monde du lecteur.

  • 41 George Herbert Mead définit la « région manipulatoire » comme celle qui se trouve au cœur de la ré (...)

12La situation carcérale que l’on se propose de considérer maintenant apparaît d’emblée comme problématique en égard à cette redéfinition. En effet, les domaines d’activité susceptibles d’ancrer la lecture dans la réalité y font défaut ; sans compter que le livre y est absent de la « région manipulatoire » de nos interlocuteurs41. Qui plus est, la surpopulation carcérale et l’omniprésence de la télévision s’opposent de plus en plus à ces lieux propices sinon propres à la lecture dont les entretiens précédents nous révélaient l’importance.

Notes

36 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 65.

37 Ibid., p. 70.

38 Ibid., p. 74.

39 Ibid., p.104.

40 Cf. Pierre Bourdieu, op. cit., p. 224 : « Il est probable qu’on lit quand on a un marché sur lequel on peut placer des discours concernant les lectures. »

41 George Herbert Mead définit la « région manipulatoire » comme celle qui se trouve au cœur de la réalité. « Elle comprend les objets qui sont à la fois vus et maniés, par opposition aux objets lointains dont on ne peut faire l’expérience par contact direct mais qui restent présents dans le champ visuel. » The Philosophy of the Present, Chicago, 1932, p. 124 et s., cité par Alfred Schutz, « Sur les réalités multiples », Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987, p. 121.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access