Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de lire

 | 
Michel Peroni

Préface

Martine Poulain

Texte intégral

1A l’origine de cette étude, initiée en 1986 par le service des Etudes et de la Recherche de la Bibliothèque publique d’information pour le compte de la Direction du livre et de la lecture, deux préoccupations.

  • 1 Joëlle Bahlou, Lectures précaires, étude sociologique sur les faibles lecteurs, Paris, Bibliothèqu (...)

2L’une, scientifique, cherchait, dans la lignée de travaux précédemment menés1, à mieux connaître les pratiques des « petits lecteurs », expression dont la simplicité apparente cachait mal la diversité effective. La restitution de récits de vie, auxquels avaient recours à l’époque, avec une certaine fortune, plusieurs approches ethno-sociologiques, pouvait contribuer à enrichir la connaissance des pratiques de lecture d’un regard qui ne se satisferait pas de la seule confrontation à un ici et maintenant d’une pratique, forcément réducteur.

  • 2 Martine Poulain, « L’illettrisme, fausses querelles et vraies questions », Esprit.

3Du côté de la Direction du livre et de la lecture, cette demande d’étude était guidée par des préoccupations évidemment plus politiques. Chercher à conquérir de « nouveaux publics » à la lecture passait par une connaissance affinée des résistances et obstacles supposés à une telle pratique. Si l’agir politique souhaitait mettre en œuvre des propositions et tentatives de développement de la lecture envers des personnes peu familières de l’écrit, il était déjà aussi investi dans la lutte pour le maintien du savoir lire, contre un phénomène d’apparition récente — tout au moins dans la conscience publique — qu’un nouveau terme était venu reconnaître et tenter de définir : l’illettrisme2.

4Comme tout bon chercheur, Michel Peroni a su prendre en compte cette demande, mais aussi en souligner les limites ou les pré-supposés, remettre en cause certaines fausses évidences. Bref, confronter l’action publique à la complexité du réel, toujours moins simple que ce qu’un volontarisme lui aussi légitime voudrait qu’il soit et enrichir la recherche scientifique en la confrontant elle aussi à ses propres implicites, en lui proposant de nouvelles approches.

5Une lecture attentive de l’ouvrage de Michel Peroni montre à quel point celui-ci représente à l’évidence un enrichissement et une rupture, se situant dans la continuité, mais plus souvent en différence, si ce n’est en dissidence, par rapport à certaines analyses précédentes.

6Le choix des populations étudiées a constitué une première rupture. Là où l’on pouvait attendre une sélection, relativement traditionnelle, d’une population représentative des petits lecteurs, Michel Peroni a proposé l’analyse des parcours biographiques de deux populations dont la relative spécificité aurait pu surprendre : des pré-retraités ouvriers de la métallurgie de l’entreprise Creusot-Loire d’une part et, plus « atypique » encore, des prisonniers de la prison Saint-Paul à Lyon. Plus durkheimien qu’il ne le laisse entendre, Michel Peroni savait que dans l’analyse de formes d’anomie gît la compréhension de l’ordinaire. Rupture méthodologique, par le recours au récit de vie, cette recherche fut aussi une rupture de point de vue, adoptant une attitude résolument compréhensive. Comme y invite une certaine école sociologique, l’écoute de la parole humaine n’avait pas pour but de chercher à identifier ou mettre à jour des comportements et une logique de l’agir supposés être obscurs aux acteurs, mais bien de s’appuyer sur le puzzle discursif et interprétatif proposé par les interviewés, sur les morceaux de savoirs sur eux-mêmes ainsi exhumés, pour prolonger ces tentatives de compréhension.

  • 3 Paul Ricœur, Temps et Récit, éditions du Seuil, 1983-1985.

7Le recours aux récits de vie consistait, on l’a dit, à penser qu’une approche des pratiques quotidiennes de lecture ne saurait se satisfaire d’une vision figée à un instant T de la vie des individus. Or, l’époque n’était pas avare en discours, qui, à l’occasion de vibrantes — et généreuses — dénonciations des carences de notre société contemporaine, décrivaient les comportements sociaux supposés comme un donné éternel, qui opposerait les héritiers aux exclus. Les précédentes études sur la lecture, et notamment celle de Joëlle Bahloul, avaient au contraire déjà dressé un tableau beaucoup plus nuancé, qui témoignaient du caractère profondément évolutif de cette pratique. Michel Peroni confirme et amplifie un tel constat : la lecture, souligne-t-il, est profondément évolutive. Tous les portraits ici réunis en sont la preuve : pas un de ces retraités ou de ces prisonniers n’a connu de parcours linéaire en matière de lecture ; pas un n’est resté toute sa vie durant lecteur (ou non lecteur) ; pas un n’a conservé toute sa vie durant les mêmes goûts, les mêmes choix, les mêmes attentes face à l’écrit ; pas un n’a observé toute sa vie durant les mêmes usages de l’écrit. Une lecture attentive des interviews montre l’importance et la diversité des facteurs qui encouragent ou contreviennent à la lecture. La lecture est réactive, toujours insérée dans les nécessités de la construction de soi, toujours pensée dans une forme d’aller et venir entre soi et autrui. Les récits de vie mettent ainsi toujours en scène l’expérience de l’autre, des proches familiaux notamment. Ils mettent toujours en scène les modalités de la rencontre avec l’écrit, les lieux, les circonstances, les finalités. Portée par un individu, la lecture est pourtant éminemment sociale, toujours décrite comme se situant en relation à une extériorité. Plus paradoxal encore, les mêmes environnements (la famille, l’école, la prison), les mêmes impératifs (vivre, se forger une identité, travailler, se détendre, dormir), les mêmes investissements (comprendre le monde, élever ses enfants, se comporter avec autrui, se défendre) supposent ou entraînent la volonté de lire ou au contraire de ne plus lire. Face aux nécessités vitales ou existentielles, les uns chercheront un soutien, une aide, une réponse dans la consultation d’écrit, les autres non, lui préférant d’autres initiations, d’autres médiations, d’autres compréhensions, d’autres oublis. Et les mêmes mettront en place des stratégies et choisiront des outils différents selon les époques de leur vie. La lecture d’écrits en fera partie, ou non. L’exercice du lire est socialement porté (tous ces milieux petits lecteurs sont faiblement diplômés, font partie des catégories populaires, etc.), certes, mais Michel Peroni montre à quel point derrière cette unité apparente existent des parcours individuels profondément différents et profondément évolutifs, les mêmes nécessités pouvant entraîner des réponses qui intégrent, ou non, un recours à l’écrit. Il devient alors difficile, voire impossible, d’identifier in abstracto un ensemble de raisons (ou de déraisons), qui conduisent à la lecture, ou qui en éloignent. Les raisons du lire ne peuvent en effet être séparées de ceux qui les portent. Pour autant, l’analyse sociologique ne se dissoud pas dans une reconnaissance de la singularité des expériences individuelles. Michel Peroni souligne, en restituant dans leur quasi-intégralité les récits de vie recueillis, que lisent ceux pour qui la lecture, d’une manière ou d’une autre, fait sens dans une situation et un moment donnés de leur vie. Telle ouvrière, lectrice de témoignages et d’essais lorsqu’elle était investie dans des mouvements associatifs, ne sera plus lectrice lorsque cet investissement prendra fin. Tel prisonnier, devenu fin lecteur, grand lecteur et lecteur de « grands auteurs », s’apprête à ne plus lire lorsque viendra le temps de la liberté : lire alors ne lui paraît pas un soutien approprié pour se confronter au réel. Tel ouvrier lit parce qu’il élève ses enfants, pour pouvoir les accompagner dans leur éducation, tel autre cesse lorsqu’il est confronté à un enfant lecteur. Autant que l’écrit en lui-même comptent les circonstances et les contextes de sa lecture et la manière dont des individus, à un moment de leur vie, vont décider, ou non, d’y avoir recours. Les discontinuités dans l’exercice du lire ne tiennent ni aux seuls aléas des existences, ni, en soi, aux caractéristiques des écrits. Les plaisirs ou déplaisirs du texte, les enrichissements ou apauvrissements ressentis, les nécessités ou vacuités éprouvées ne tiennent pas seulement aux lecteurs ou aux écrits, mais au moment de la rencontre, à l’attente portée par le lecteur à un moment donné de sa vie. Michel Peroni s’est attaché à comprendre les modalités de cette émigration dans le monde du texte qu’est, selon le beau mot de Paul Ricœur3, toute lecture. Cette émigration prend des formes diverses. Elle suppose et suscite des éloignements du monde du lecteur plus ou moins intenses et plus ou moins acceptables par celui-ci. Certains se perdent avec délices dans les profondeurs de cette émigration, d’autres ne peuvent supporter cet abandon, ayant besoin que leur présence dans le monde du texte entretienne plus que des résonances avec leur propre monde. Les lecteurs acceptent, plus ou moins, de « s’irréaliser » dans le texte, pour reprendre une fois encore les termes de Paul Ricœur. D’où la proposition, féconde, faite par Michel Peroni, de distinguer une lecture étroite d’une lecture ouverte, selon la nécessité plus ou moins grande de son inscription dans le monde du lecteur. La rupture proposée par Michel Peroni est donc aussi critique. Ne voulant pas expliquer les pratiques de lecture par leur seul rapport à une norme sociale, qui légitime des écrits et illégitime des lectures, il refuse de considérer ces « faibles lecteurs » comme des êtres soumis, ne se déterminant que par la confrontation à des valeurs qui leur seraient entièrement extérieures. Ces valeurs sont aussi réinterprétées par les personnes, en fonction de leurs propres impératifs. La légitimité ou l’illégitimité n’est alors plus seulement pensée en référence à un ordre social extérieur. Elle est resituée au sein d’une logique personnelle qui voit l’individu vouloir, ou devoir, selon les moments de sa vie, choisir telle ou telle modalité de confrontation au monde et déterminer le sens de son rapport à l’écrit en conséquence.

8L’approche biogaphique proposée par Michel Peroni s’est révélée plus que fructueuse. Elle a fait la preuve que la lecture ne peut se comprendre que si l’on veut bien écouter ce qu’en disent ceux qui l’exercent. Elle a montré que le rapport au lire entre dans une nécessité première de se définir. Elle a interrogé de manière exemplaire la perpétuelle recherche de compréhension des hommes sur eux-mêmes. Elle a enfin rappelé, par la richesse et l’humanité des récits de vie recueillis, que chaque existence pourrait être un roman et chaque lecteur une forme d’écrivain.

Notes

1 Joëlle Bahlou, Lectures précaires, étude sociologique sur les faibles lecteurs, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, 1988 (coll. Etudes et Recherche).

2 Martine Poulain, « L’illettrisme, fausses querelles et vraies questions », Esprit.

3 Paul Ricœur, Temps et Récit, éditions du Seuil, 1983-1985.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable