Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

III. Âge tendre, âge de raison : grandir en section Jeunesse

Les limites de la tolérance

Texte intégral

1Le cas de Céline est un peu particulier puisque, déjà grande lectrice, elle se rend à la médiathèque des 7 Mares avec sa mère, et parfois son frère ou sa sœur, uniquement pour choisir et emprunter des ouvrages. Elle est d’ailleurs celle qui admet le plus volontiers la difficulté de se concentrer pour lire dans une ambiance sonore confuse.

2« Et quand il y a beaucoup d’enfants, tu trouves qu’il y a trop de bruit ?

  • Je m’en fiche un peu, moi je m’en fiche un peu, vu que je cherche des livres, c’est un peu normal quand même, parce que…dans une bibliothèque ça peut jamais être…en silence, et puis y a beaucoup de monde…
  • Toi, ça te gêne pas ?
  • Non. Enfin des fois quand y en a qui hurlent, quand même, heu…c’est trop bizarre mais…mais non, ça me gêne pas trop. […] »

3La tolérance a des limites, naturellement. Ces limites sont socialement et culturellement déterminées. On pressent chez Céline une réserve due probablement à un contexte familial particulièrement favorable à la lecture : chez elle, tout le monde lit et quand son frère et sa sœur ne peuvent se rendre à la bibliothèque, c’est elle qui, connaissant leurs goûts, se charge d’emprunter à leur place. Cette légère réticence est confirmée par la suite de l’entretien, au moment où nous revenons sur le thème des petits. La tolérance généralisée dont font preuve les enfants de milieux moins favorisés à l’égard des désagréments de la cohabitation dans un espace public paraît donc, chez cette petit fille dont la pratique de lecture est confortée par son entourage, quelque peu émoussée. On sent poindre en arrière-plan du discours légitimiste (« ceux de trois ans, ils ont largement le droit »), des restrictions concernant l’universalité de l’application de ce droit (« permise un peu à tout le monde », « un peu normal »), et notamment à l’égard des bébés, restrictions que l’on ne trouve pas du tout chez les enfants de milieux populaires même lorsqu’ils concèdent qu’ils sont eux-mêmes incommodés par la proximité des petits. La section Jeunesse est aux yeux de Céline un endroit certainement moins propice à la lecture que ne l’est le salon familial ou sa chambre.

4« Je voudrais revenir un peu sur l’ambiance de la bibliothèque. Par exemple, là, on est en train de discuter toutes les deux, on est juste à côté de l’endroit où il y a les plus jeunes enfants…

  • Oui, qui…
  • Voilà. Alors…
  • On leur lit des histoires ici !
  • Et est-ce que tu trouves que, par exemple, le fait que de temps en temps il y a des bébés ou des enfants…
  • Ben oui, y a des bébés !
  • Tu trouves ça bien d’amener des très jeunes enfants à la bibliothèques ?
  • Ben ceux de trois ans, en fait, heu…elle est permise un peu à tout le monde donc… je pense que c’est un peu normal parce que on va pas laisser son enfant qui est chez nous pendant que…pendant que on va à la bibliothèque, c’est mieux de l’emmener comme ça on peut lui montrer des images, c’est bon pour lui.
  • –Tu penses que ça encourage les… [Un énorme hurlement de bébé éclate !], ça encourage les enfants à lire, de venir à la bibliothèque ?
  • Heu…non ! Ça les empêche pas, non ! [Un second hurlement tout aussi éclatant.] Je pense, ben ceux de trois ans, ils ont largement le droit comme ça on peut leur lire les histoires qu’ils veulent, mais des fois, bon, ben, les parents ils aiment pas trop, ils disent : je te lirai à la maison. C’est comme ça.
  • Mais le fait qu’ils fassent du bruit, par exemple, qu’ils pleurent, c’est pas gênant ?
  • Ben non parce que moi, quand…Moi je trouve que c’est gênant quand, quand je lis parce que après je sais plus où j’en suis et, et…sincèrement, ça me trouble. Mais…vu que dans cette bibliothèque je…heu, comment…je… ne lis pas, je prends les livres et je m’en vais, heu…Non, ça me gêne pas. »

5On constate enfin que, même chez les filles qui affirment être peu dérangées par le bruit, la tolérance à l’égard des manquements à la règle, très grande lorsqu’ils viennent des tout-petits, diminue à mesure que les contrevenants gagnent en âge. Une fois qu’ils les ont intériorisées, les enfants considèrent que les règles qui s’imposent dans la section Jeunesse relèvent du simple bon sens. En grandissant, tout le monde devrait apprendre, progressivement, à les respecter. Ceux qui s’y refusent ne veulent pas consentir au minimum d’effort qu’exige la vie en commun. Ainsi, lorsqu’on demande à un groupe de filles, aux 7 Mares, quels sont les comportements proscrits en bibliothèque et comment elles ont appris à ne pas s’y livrer, on entend très clairement la voix de l’une d’elle poser les fondements naturels d’une nécessaire discipline :

6« On n’a pas le droit d’abîmer… (Sylvie.)

  • On vous l’a dit ou c’est des choses que vous savez…
  • Non c’est marqué dans le règlement… (Sylvie.)
  • Non mais même, non mais même, c’est des choses à savoir ! Ouais, c’est quand tu vois un livre, tu vas pas le déchirer, ou le mettre par terre, ou quand tu entres dans une bibliothèque, tu vas pas te mettre à courir, quoi ! (Une troisième amie qui se joint à Radia et Sylvie.)
  • Oui mais par exemple dans une bibliothèque comme ici, il y a beaucoup d’enfants, il y a beaucoup de bébés, même…
  • Ben les bébés, faut pas trop leur en vouloir, genre jusqu’à deux ans, faut pas…faut pas trop non plus les… (La troisième.)
  • … les pousser à bout… (Radia.)
  • … mais à partir de… quatre ans, quatre ans, on pourrait faire un effort. (La troisième.)
  • Et tu penses que la cohabitation entre tous les âges, ça se passe bien, ici ?
  • Ouais.
  • Et tu penses que c’est bien
  • Ouais. » (Filles, 12 ans.)

7Si l’on trouve dans les deux médiathèques la même acceptation de la cohabitation entre les âges au sein la section Jeunesse, il semble cependant que les enfants (surtout les filles) qui, aux 7 Mares, ont la charge effective des petits – à partir de 4 ans, justement – la vivent plus difficilement. Outre la responsabilité qui incombe aux aînés et qui les met constamment au contact (parfois dérangeant) avec les plus jeunes, pour les surveiller, les occuper et parce que les petits appartiennent de plein droit au groupe, la faible présence des mères et le manque de formation aux us et coutumes de la bibliothèque dont certaines font preuve, donne à la section Jeunesse des 7 Mares une atmosphère sensiblement plus bruyante et agitée que celle du Canal. On trouve en effet, dans le public des 7 Mares, un certain nombre de traits socioculturels qui, en d’autres contextes, dans d’autres circonstances, pourraient fonctionner comme autant de catalyseurs de tensions, voire de violence. La section Jeunesse est aujourd’hui paisible. Il serait plus exact de dire apaisée car elle a connu des périodes difficiles, comme beaucoup d’équipements culturels installés dans des quartiers dont la population n’a pas d’habitus conformé au lieu. La présence d’un agent de sécurité témoigne de la proximité de cette époque et que les équilibres sont toujours fragiles. Cela étant, le quartier des 7 Mares n’est pas une zone particulièrement « sensible » et nous avons entendu fort peu d’évocations des difficultés rencontrées, pas plus de la part des bibliothécaires que de celle des enfants. Nous-mêmes n’avons assisté à aucune scène notable relevant de l’incivilité ou de la violence – mais peut-être est-ce dû au fait que nous avions focalisé notre attention sur des aspects plus banals de la vie en section Jeunesse.

8Le témoignage collectif d’un petit groupe de filles, déjà citées, qui fréquentent ensemble, avec petits et grands frères, la médiathèque des 7 Mares, permet cependant de deviner les zones de tensions possibles dans la section Jeunesse. Le fragment suivant débute au moment où la question du nouvel aménagement de la bibliothèque semble épuisée. On y trouve, clairement articulés, des thèmes déjà amplement évoqués : le silence (corrélé au « vide ») qui marque peut-être l’entrée dans une phase du cursus scolaire appelant une nouvelle modalité de travail ; la tolérance au bruit des petits (c’est « normal ») ; la nécessité d’imposer le respect de la règle aux plus grands (adolescents et adultes) et, enfin, l’émergence d’un sentiment d’injustice, rare mais dont on imagine qu’alimenté par quelques maladresses involontaires, il pourrait déboucher sur des comportements d’insubordination, même chez ces filles dont on n’a aucune raison de suspecter la bonne volonté et la parfaite intégration à la médiathèque :

9« Donc vous avez un petit peu l’impression qu’ici c’est trop pour le travail maintenant ? Y a plus assez de jeux, plus assez…

  • C’est un peu vide. Un tout petit peu vide mais c’est plus agréable qu’avant, c’est vide mais c’est plus agréable.
  • Dans l’ancienne bibliothèque, et dans cette nouvelle bibliothèque, c’est presque toujours la même chose pour le silence et puis y en a, y en a, c’est des copains à mon frère, ils sont pas vraiment…comment je pourrais dire…ils arrêtent pas de faire du bruit, ils parlent à haute voix, même si on doit faire le silence et là, même maintenant, ils continuent à le faire c’est pour ça qu’ils ont mis un…comment ça s’appelle déjà…un agent de sécurité pour voir si ils font du silence ou pas et il les renvoie si ils font vraiment n’importe quoi. Sinon, il leur donne une chance mais c’est toujours comme dans l’ancienne.
  • Et par exemple, vous parlez du bruit, mais là, tout à l’heure, vous étiez installées pour travailler à côté des petits, heu…bon les petits…
  • On est pas gênées.
  • Et ça c’est pas gênant ?
  • Non parce avant…au début y en avait pas, tout à l’heure y en avait pas mais après quand il y en avait un, bon, c’était quand même normal et après quand il y avait cette dame avec ses trois enfants, là y a commencé à y avoir du rabuge [sic] dans l’air.
  • Ben au début on est allées chercher cette table mais y avait des gens dessus alors on est venues là, on voyait que c’était vide mais après y a des gens qui sont venus et après y a un garçon qui est venu, et alors on a vu qu’il y avait plus de place alors on a été obligées de rester ici.
  • Ben pour moi, être au coin des petits, enfin juste à côté du coin des petits, ben pour moi c’était gênant parce qu’il y avait une dame qui est venue en croyant que c’était nous qui faisons du bruit et en fait c’était eux mais c’est vrai qu’on faisait du bruit mais pas autant qu’eux, en plus, et peut-être qu’en se mélangeant ça peut être nous mais…en fait c’était pas nous, c’était plus les petits que nous. C’est ça qui m’a plus gênée.
  • Alors le fait qu’il y ait des petits, des petits avec vous, ça vous dérange ou en gros… [Pendant que je pose la question le petit frère se met à exiger bruyamment l’attention et provoque les rires…]
  • Oui.
  • Oui, un petit peu…
  • Oui, quand y a des femmes qui ramènent leur bébé, là c’est gênant comme lui, comme lui mon petit frère, il arrête pas de crier et là c’est gênant quand on veut travailler… [Toutes, elles rient.]
  • C’est vrai aussi, quand y a des petits qui veulent lire des livres, comme le petit frère d’Amara et puis il voit une page qu’il aime bien, il commence à crier pour dire…[Elles sont toutes pliées en deux de rire !] » (Laura et la bande des 7.)

10Ce long passage oblige à nuancer quelque peu les analyses précédentes où, à l’égard des petits, la tolérance des enfants paraissait presque sans limite. À nuancer mais, de notre point de vue, pas à remettre en cause fondamentalement car le rire rétablit entre les grands et les petits cette relation de tendresse et de familiarité partagée qui fait qu’on accepte tout – ne serait-ce que parce qu’il le faut bien. Quand les petits gênent mais font rire, c’est qu’on leur a déjà pardonné. Les grands, en revanche, ne bénéficient pas de la même indulgence. Les frères perturbent gravement, sans aucune raison valable, la tranquillité de la bibliothèque. À cause d’eux, les filles se trouvent amenées à accepter, contre leur gré, le « vide » (la moindre fréquentation) et le surcroît de silence qui y est associé parce qu’ainsi la paix est garantie. Prémisses, peut-être, à une remise en cause plus radicale de leur autorité, ces propos de collégiennes présentent les adultes sous un jour plutôt négatif – hormis l’agent de sécurité qui assure le maintien de l’ordre avec la fermeté compréhensive d’un père de famille qui ne souhaite pas chasser l’enfant fautif (« Il leur donne une chance… »). Les adultes figurent, ici, comme de mauvais éducateurs : les mères s’avèrent incapables de tenir leurs enfants ; une « dame », comprenons une bibliothécaire, porte contre les filles qui, parce qu’elles font leurs devoirs en groupe, peuvent être un peu bruyantes des accusations qui ne font pas suffisamment la part des choses. Ce ne sont pas les cris et l’agitation des petits qui sont une gêne, mais le fait qu’ils deviennent un prétexte à morigéner les plus grands. La « gêne » éprouvée est alors plus morale que matérielle. Elle est produite par la découverte que les adultes peuvent, sans raison, faute d’attention et dans l’irrespect des règles, se rendre responsables d’injustice à l’encontre des enfants. Quand ce n’est pas d’exploiter leur faiblesse, comme il ressort de ce dialogue, qui ne manque pas de vivacité, à propos de ce qu’il en coûte de ne pas restituer dans les temps les livres empruntés :

11« […] Par exemple, si on dépasse la date limitée [sic], on a une amende de 12 francs…

  • N’importe quoi ! Par exemple, la dernière fois, j’avais une amende de combien, devine ?
  • 10 francs ?
  • Non, de 1 franc, pour un jour, j’étais en train de rigoler… [Rires.]
  • Oui, mais maintenant ils ont changé, c’est 12,50 F un truc comme ça !
  • C’est des arnaqueurs.
  • 12,50 F pour combien de retard ?
  • Moi, pour un jour, ils m’ont mis 1 franc, ça sert à rien !
  • 12 francs c’est exagéré quand même. » (Filles, 13 et 10 ans.)

12À tort ou à raison, dans l’une des médiathèques, la section Adultes paraît avoir fort mauvaise presse auprès des plus jeunes. Les bibliothécaires, dans un déplorable esprit de suspicion, n’y tolèreraient pas les enfants : « On peut pas descendre en bas… », quand les enfants s’y risquent « ils…on met à peine nos pieds, ils gueulent », « parce qu’on est des enfants, ils pensent qu’on veut faire du bruit » et d’ailleurs, pourquoi s’y rendre : l’endroit est « triste » et « silencieux » tandis qu’à la section Jeunesse, la proximité de la discothèque, située au même niveau, « ça donne une ambiance ».

13Même les enfants apparemment les mieux disposés à aimer et apprécier la médiathèque en son entier se sentent l’objet d’une discrimination sans objet : « Est-ce que de temps en temps tu vas au rez-de-chaussée ?

14– J’y vais, mais le problème c’est que, à ce qu’il paraît, c’est qu’on peut pas y emprunter des livres parce que c’est que avec la carte adulte, donc ça m’a un peu…déçue… » (Fille, 12 ans.)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable