Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’écrit à l’écran

 | 
Michel Peroni

Chapitre 1. Entre lecture et télévision : la culture en question

Texte intégral

« Certaines sortes de communication sur certaines sortes de sujets, portées à la connaissance de certaines personnes, dans certaines sortes de conditions, ont certaines sortes d’effets. » (Berelson)

Le livre et la television : une question d’actualité

1« En vingt ans, la France a basculé dans l’ère de la télévision : un million de récepteurs en 1959, quinze millions aujourd’hui. La lecture pourrait-elle résister, les mots tenir bon devant les images ? Pour le savoir, L’Express a fait interroger par l’institut Louis-Harris un échantillon de 2 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Conclusion sans appel, surprise, stupeur même : le pourcentage des Français qui lisent a augmenté de 15 %. » La surprise est à la mesure du titre qui fait la couverture de ce numéro de L’Express du 4 novembre 1978 : « La France se met à lire » ! Il est vrai que les chiffres manifestent une évolution sensible.

2« A la question : “En dehors des journaux, magazines, revues, vous est-il arrivé de lire un livre au cours des trois derniers mois ?”, 57 % des Français âgés de 20 ans et plus répondent oui, 43 % non. A une question comparable, en 1960, lors d’un sondage effectué par le Syndicat national des éditeurs, 42 % avaient répondu oui, 58 % non. Les chiffres avaient fait scandale, à l’époque. En vingt ans, la proportion a basculé, dans le bon sens. »

  • 1 Sur ces trois modalités d’examen, cf. J. Schlanger. Penser la bouche pleine, Fayard, 1983. Au nivea (...)

3Que l’on ne se méprenne cependant pas sur notre propos : il ne s’agit pas pour nous de placer cette étude du rapport livre-télévision sous le signe de la stupeur provoquée par des chiffres aussi « satisfaisants ». Ce que nous voudrions au contraire problématiser à travers les différents sondages et autres données statistiques rassemblés dans cette première partie, et par delà leurs propres résultats, c’est la question commune dont ils procèdent. « Quels sont les effets de la télévision sur la lecture ? » Au-delà de l’examen méthodologique qui interroge la validité des réponses apportées : les données statistiques dont nous disposons sont-elles fiables ? Au-delà de l’examen épistémologique qui considère la pertinence des réponses au regard de la question posée : les données statistiques dont nous disposons constituent-elles vraiment des réponses ? C’est à l’examen critique de l’évidence de la question elle-même que nous entendons nous livrer ici1 : quel type de présupposé autorise donc à (ne) concevoir le rapport lecture-télévision (que) comme un rapport de causalité univoque ; et plus encore, à ne concevoir télévision et lecture que du point de vue de leur rapport (problématique) ? Ainsi entendue, ce type d’analyse des statistiques sur la lecture et la télévision se doit de considérer, plus encore que les chiffres qu’elles produisent, leurs présupposés et commentaires ; quand bien même et à plus forte raison encore, lorsque les chiffres, comme l’on dit, « parlent d’eux-mêmes ».

4Tel est justement le cas du présent sondage de L’Express ; et c’est précisément pour avoir fait en son temps la « une » de l’actualité qu’il peut plus que tout autre nous révéler le cadre implicite du questionnement générique sur le rapport entre télévision et lecture.

5Tout d’abord, c’est le nombre de livres lus, quels qu’ils soient et à l’exclusion de tout autre type d’imprimé, qui tient lieu de critère d’appréciation de l’évolution de la lecture. Se féliciter, dans ces conditions, que cette dernière se fasse « dans le bon sens » revient à tenir la lecture pour une valeur en soi, sous l’argument implicite que la lecture c’est la culture. Dans une telle identité métonymique, il faut voir l’effet d’un double jugement prescriptif : d’un côté, la lecture est la condition de possibilité même de la culture (encore faut-il savoir lire, disposer d’une compétence au déchiffrage), de l’autre, elle en est l’accomplissement par excellence (encore faut-il aimer lire, être disposé à la lecture). Comme pratique indissociable d’une valeur, la lecture transcende la différenciation sociale. Sorte d’universel concret elle est aussi bien pratique distinctive de la culture lettrée qu’instrument de lutte contre l’illettrisme. « Satisfaisants », les résultats du présent sondage le sont alors à double titre. D’un côté, comme l’indique le titre de l’article repris en couverture du numéro : « La France se met à lire », ce qui équivaut littéralement à « La France sort de l’illettrisme » ; toutes formulations fondées sur l’idée d’une compétition (sur le modèle de la statistique électorale) sanctionnée par le fait majoritaire : la lecture dépasse la barrière des 50 % !

6De l’autre côté, l’évolution se fait « dans le bon sens », dessinant ainsi implicitement un parcours lectoral univoque conçu comme un continuum non lecteur-gros lecteur. Quelle est en effet la carte de la lecture en France ? « Deux noyaux durs et stables, un tiers d’étrangers au livre, 22 % de passionnés. Entre les deux, une moitié de Français vient doucement mais sûrement à la lecture. Là se trouvent les nouveaux bataillons gagnés en vingt ans » (apprécions au passage la belle métaphore guerrière). La stabilité du noyau des gros lecteurs atteste ici que l’évolution se fait bien au détriment des non-lecteurs en même temps qu’elle en fixe le terme logique ; les faibles et moyens lecteurs y viendront tout aussi « doucement et sûrement » qu’ils sont venus à la lecture.

7Mais prendre acte d’une telle évolution de la lecture, alors même qu’elle suscite l’enthousiasme, ne suffit pas, et le commentaire journalistique d’inscrire d’emblée les résultats du sondage dans un contexte spécifique : celui d’une « montée inéluctable de l’audiovisuel » supposée repousser la lecture « dans des retranchements désespérés ». A l’intérêt statistique de l’information s’ajoute ici un intérêt proprement dramaturgique : voilà que la lecture résiste... à la concurrence, mieux encore, au devenir hégémonique de la télévision ! Ce n’est que dans le cadre de cet antagonisme que les résultats du présent sondage prennent véritablement tout leur sens, toute leur portée. Ils peuvent être l’objet de deux types de commentaires renvoyant chacun à une interprétation de la nature de cet antagonisme : la télévision s’opposant dans un cas à la lecture entendue comme pratique (participant du domaine des loisirs), dans l’autre à la lecture entendue comme valeur (participant du domaine de la culture). Mais vérifions à l’instant comment le passage d’une interprétation à l’autre s’opère insensiblement.

  • 2 Cf. Livres-Hebdo du 29 septembre 1987, « Le temps de la lecture et de ses concurrents en minutes » (...)

8En premier lieu, répétons-le, il convient de se féliciter d’une évolution de la lecture qui va « dans le bon sens » ; la satisfaction est ici à la mesure de la surprise. C’est que le présent sondage confirme par ailleurs que la télévision se pose aujourd’hui en concurrent direct du livre dans le domaine des loisirs même si le faible écart en pourcentage entre les deux pratiques (73 % pour la télévision, 69 % pour la lecture) tient pour partie à l’hétérogénéité de leur critère de mesure respectif (dans un cas on comptabilise ceux qui regardent la télévision « tous les jours ou presque », et dans l’autre, ceux qui « ont lu des livres les douze derniers mois »). D’ailleurs d’autres sondages portant sur le temps consacré en moyenne à ces deux pratiques, et donc sur leur intensité respective, accusent pour leur part cet écart2 (télévision 1 heure 44, lecture 27 minutes par jour).

  • 3 Ce sont, en effet, toujours les jeunes qui lisent le plus. Et de loin. Le pourcentage des gros lect (...)

9Retenons simplement que les chiffres, quels qu’ils soient, ne font ici que confirmer cette idée observable par quiconque, d’une concurrence entre les pratiques. Le temps de loisir n’étant pas extensible, regarder la télévision revient à amputer le temps virtuellement disponible pour la lecture. Dans cette formulation élémentaire du rapport concurrentiel livre-télévision, si la télévision (concurrente de la lecture dans l’utilisation du temps de loisir) se pose en obstacle de fait à la culture, simple mass média, elle ne remet pas directement en cause les prérogatives culturelles de la lecture. C’est d’ailleurs précisément dans cette différence de nature entre les deux pratiques que peut se résoudre ce qui apparaît désormais comme un paradoxe : les Français n’ont pourtant jamais été aussi nombreux à lire ; et les jeunes tout particulièrement qui ont cependant grandi avec la télévision et dont on ne cesse d’affirmer qu’elle les a détournés de la lecture3.

10A bien des égards, en effet, on peut considérer la télévision comme étant le contraire du livre : elle impose des horaires, une audience collective ; tandis qu’il invite à une aventure individuelle. « Cette différence de statut entre le livre et la télévision a contenu la poussée de l’image et renforcé le livre... Mais, ne concluons pas trop vite à la victoire de l’écrit.

11Notre sondage montre que la situation n’est pas stabilisée. En ce premier âge de la télévision, celui de l’image collective, le livre a réussi à se développer comme l’outil de la culture personnelle... Mais sa résistance reste fragile parce qu’elle repose sur les faiblesses – passagères – de la télévision ». Qu’en sera-t-il demain lorsque, grâce au progrès technique, son caractère collectif va disparaître ? Grâce à la transmission par câble, chacun pourra choisir son programme comme on choisit un livre ; avec le magnétoscope, chacun pourra revoir comme on peut relire, en puisant dans sa « bibliothèque » personnelle d’images. En bref, « entre l’imprimerie et l’électronique, le sort de la culture est toujours en balance ». Voilà, on ne saurait être plus explicite, la question du rapport concurrentiel livre-télévision est finalement reformulée d’un point de vue prospectif : la télévision menace virtuellement la lecture sur le terrain même de la culture, préfigurant alors la transformation d’une culture lettrée en une culture de l’image.

  • 4 P. Chambat, A. Ehrenberg, « La culture de l’écran », Le Débat, n° 58, 1988.

12Les analyses des transformations récentes de la télévision confirment quant à elles cette virtualité. Ainsi, pour P. Chambat et A. Ehrenberg4, la télévision échapperait aujourd’hui « au modèle de la consommation de masse centré sur le ménage et travaillé par les valeurs du confort, du standing et de la possession » au profit d’un « modèle de communication centré sur l’échange interindividuel et travaillé par les valeurs de l’activité et de la relation ». Or la transformation de l’imaginaire consommatoire qui régit nos rapports avec la télévision est précisément interprétée par ces auteurs en termes d’émergence d’une « culture de l’écran ».

13Ils rappellent tout d’abord que les premières années de la télévision en France « ont été marquées par une rhétorique de type pédagogique intrinsèquement liée aux préoccupations de service public... L’image était destinée à frapper l’esprit des gens qui maîtrisent mal l’écrit... La télévision (média nouveau perçu comme plus efficace que l’écrit grâce à l’image et à son pouvoir de pénétration bien supérieur à l’école) était le moyen d’accès à la culture pour ceux qui en ont été exclus. »

14Au cours des années soixante, c’est au contraire dans le cadre d’un modèle de consommation de masse centré sur le ménage et la famille que se diffuse la télévision. « La télévision est alors le plus souvent élaborée dans un modèle culturel que l’on peut appeler le “prêt à consommer”... [elle] se met à symboliser le loisir populaire sans effort et la détente familiale à domicile. L’imaginaire de la télévision la situe aux antipodes du temps contraint, à l’opposé des valeurs de l’effort et du recueillement que nécessite la (“vraie”) culture. » Les critiques qui lui sont dès lors adressées stigmatisent à la fois la « médiocrité des émissions populaires ne demandant aucun effort personnel » et la « passivité de l’écoute liée à la nature du média ». Au nivellement de la programmation répond l’inertie d’un public fasciné.

15Aujourd’hui, avec la surabondance d’images issue des nouvelles technologies de communication, cette thématique de la fascination est en voie de disqualification. « On croyait le téléspectateur halluciné par le petit écran, on découvre aujourd’hui qu’il se fait volage... Les moralistes d’hier cherchaient à arracher les gens à la télévision, les experts d’aujourd’hui ont pour principale préoccupation de les fidéliser. A un usage flottant, distrait, à éclipse de la télévision répond une stratégie de réimplication du téléspectateur dont l’interactivité est le mot d’ordre. » Parallèlement, la multiplication et la diversification des « objets à écran » semblent annoncer l’émergence d’une « culture de l’écran s’articulant, se substituant partiellement ou réaménageant la culture de l’imprimé ». L’écran devenant alors, comme ce fut le cas pour l’imprimé, support universel.

16Ces éléments de réflexion sont un utile appui en ce qu’ils invitent à considérer l’opposition entre culture livresque et inculture télévisée, hégémonie pratique de la télévision et légitimité culturelle de la lecture, et même culture de l’imprimé et culture de l’écran, comme des schémas discursifs associés chacun à un moment de l’histoire du média. Dans ces conditions, nous ne saurions reprendre à notre compte de telles oppositions dans l’analyse des enquêtes et autres sondages périodiquement renouvelés sur le rapport qu’entretiennent la lecture et la télévision. Ce qui reviendrait à considérer les données statistiques comme l’indicateur par excellence susceptible de déterminer rien moins que le sort de la culture. Il s’agira, au contraire, de montrer dans notre analyse comment ces dits instruments de saisie objective de la réalité et de ses transformations sont eux-mêmes le produit de ces schèmes, que l’on peut dès lors proprement qualifier de cognitifs et dont ils contribuent en retour à renforcer l’évidence.

La lecture et la télévision : la question de la concurrence

  • 5 Données dont la production même, antérieure à la mise en place du Centre d’étude d’opinions (Ceo), (...)

17« Quel rôle joue donc la télévision par rapport à la lecture ? Fait-elle qu’on lit moins ? Qu’on lit plus ? Qu’on lit mieux ? Ou tout simplement peut-elle faire qu’on lise ; c’est-à-dire peut-elle amener au livre ces millions de lecteurs potentiels ? » Telles sont les questions posées déjà, en juillet 1968, par une note de synthèse : « La télévision et la lecture », exhumée des archives du ministère de la Culture et de la Communication. Rassemblant les données alors disponibles sur ces différents points5, cette note constitue un document exemplaire dans sa tentative de les organiser dans le cadre d’une problématique de la concurrence entre la télévision qui se diffuse alors et la lecture. Aussi, reprendrons-nous ici les grandes lignes de son argumentation avec les têtes de chapitre d’origine.

L’hypothèse de la concurrence

18Où il apparaît que la pratique du livre est érigée en norme culturelle a priori par l’intermédiaire de l’argument de la concurrence télévisuelle.

19Plusieurs enquêtes, datant de la fin des années 1950, sur le temps consacré à la lecture avant et après l’acquisition d’un téléviseur, donnent des résultats convergents. Pour ne reprendre que les chiffres de l’enquête Ortf de 1959 : 47 % des personnes interrogées disent lire autant ; 46 % moins et 7 % plus, qu’avant l’acquisition d’un téléviseur.

20« Il semble donc, d’après ces pourcentages, que la télévision ait une influence plutôt défavorable sur l’activité de lecture, en tant que loisir. » D’autant qu’une enquête menée par les services de l’Ortf à Paris et en province, en février et mars 1961, révèle qu’avant l’acquisition du poste de télévision la distraction favorite des téléspectateurs était la lecture. Il est d’ailleurs significatif que 20 % des téléspectateurs se retournent vers la lecture quand le programme de télévision ne leur plaît pas.

21« A première vue, il semble donc que la télévision remplace pour un certain nombre de gens la lecture comme activité culturelle » (sic !). A cela, plusieurs raisons. Une raison d’ordre économique tout d’abord : « Le poste de télévision s’achète souvent à crédit ; les traites mensuelles grèvent lourdement et pendant de nombreux mois, le budget-loisir du foyer. Il est compréhensible que les autres postes de ce budget en pâtissent. ».

  • 6 Organisée à l’occasion de la première semaine nationale de la lecture en 1967 par la jeune chambre (...)
  • 7 Invités par les enquêteurs de l’Ires à apprécier l’affirmation : « Ce sont les paresseux qui aiment (...)
  • 8 R. Kaes, Images de la culture chez les ouvriers français, Cujas, 1968.

22Le manque de temps est aussi une des explications les plus fréquemment données pour expliquer la non-lecture. Ainsi à la question « Quelles sont les raisons qui vous empêchent de lire davantage ? », posée lors d’une enquête sur la lecture à Saint-Étienne6, quels que soient l’âge et la catégorie professionnelle, le manque de temps vient en tête des réponses. Mais le manque de temps est-il ici simple justification ou raison véritable ? « Le problème n’est sans doute pas si simple. Même si le manque de temps n’explique pas tout, la lecture est associée à l’idée d’effort7 et ceux qui ne disposent que de peu de temps de loisirs l’occupent plus volontiers à ce qu’ils considèrent comme étant davantage “détente”. Les résultats obtenus par R. Kaes8 dans son étude sur les ouvriers et la culture en font foi. »

23Enfin, les habitudes familiales peuvent accentuer cette tendance. En effet, « le moment privilégié pour la lecture reste le soir, après le travail (pour 73 % des personnes interrogées par l’Ires). C’est également le moment où l’on se retrouve en famille. Or la lecture est par définition une activité de loisir individualisée. Par contre, le fait de regarder la télévision peut être une activité collective qui permet la discussion commune, fût-elle limitée, et qui donne l’impression de ne pas s’isoler, de “rester en famille”. La structure familiale permet aussi à la télévision de s’enraciner facilement, comme type de loisir culturel vécu sur le mode collectif, et donc de supplanter la lecture. »

  • 9 J.-C. Passeron, présentation à R. Hoggart, La Culture du pauvre, Éd. de Minuit, 1970, p. 18 (rappel (...)

24On ne peut manquer ici de souligner l’adhésion tacite aux thèses formulées par R. Hoggart dans La Culture du pauvre et alimentées par la prise en compte de certains paradoxes dont celui-ci, tellement exemplaire qu’il est repris par J.-C. Passeron dans sa présentation de l’ouvrage au public français. « Si l’achat d’un poste de télévision est plus logique que celui d’une machine à coudre c’est que, dans les classes populaires, la préférence va toujours, quelle que soit l’exiguïté du budget, aux biens dont l’utilisation collective peut servir de support au rassemblement ou à la communion hé-donique de la communauté familiale, le repli sur la privauté ou même la promiscuité du foyer constituant le seul recours contre une condition qui serait autrement invivable9. » Aussi faudrait-il voir derrière l’hypothèse de la concurrence des pratiques, une théorie implicite de la culture populaire.

  • 10 A l’appui de cette thèse de l’invisibilisation, notons que c’est seulement en 1980 que des rapports (...)

25De fait, tandis que les données de base initiales concernaient « les téléspectateurs » en général, les explications invoquées convoquent ensuite une série de déterminants distinctifs pour leur part des conditions d’existence des couches populaires (contraintes de budget, de temps, habitudes familiales). Est ainsi produite la fiction d’un remplacement chez elles de la lecture par la télévision, comme activité culturelle... alors même que si la télévision a pu s’y diffuser massivement, c’est par sa prétendue intégration à une culture (i.e. « du pauvre ») préexistante, précisément antinomique par construction, de la lecture ! Notons, en effet, que parmi les téléspectateurs déclarant lire ou acheter autant qu’avant l’acquisition de leur téléviseur figurent implicitement ceux qui ne lisaient pas ou n’achetaient pas de livre. L’invisibilité de l’inégalité d’accès originelle à la culture lettrée constitue donc la condition même de la problématisation du rapport lecture-télévision, en termes concurrentiels10.

La télévision : « un guide pour la lecture », voire « une incitation à la lecture »

26Où il apparaît que la télévision ne peut accéder au rang de pratique culturelle légitime que si elle est au service du livre.

Guider

  • 11 D’autres enquêtes plus récentes confirment ce pourcentage. Par exemple, un sondage effectué pour Ma (...)

27« Si les chiffres d’ensemble traduisent une diminution du phénomène global de lecture chez les téléspectateurs, ne serait-ce pas aussi en raison d’une sélection plus rigoureuse des livres qu’on achète et qu’on lit ? C’est là d’abord une conséquence normale de certaines émissions comme Lecture pour tous dont la fonction manifeste est de guider le choix des téléspectateurs. » C’est en tout cas ce que semble confirmer l’étude sur Saint-Étienne, puisque 21 % des interviewés (non-téléspectateurs compris) déclarent se servir de la télévision pour sélectionner leurs lectures. Et, quel que soit l’âge ou la catégorie socio-professionnelle, c’est presque toujours entre 20 et 25 % que se situe ce pourcentage11. Par ailleurs, il apparaît que l’influence globale de la télévision opère une sélection des genres.

28L’enquête de l’Ires fournit à ce sujet des éléments intéressants, (cf. tableau A en annexes). Elle montre que chez les concurrents du livre, les magazines subissent beaucoup plus que les quotidiens les effets de l’entrée de la télévision dans les foyers. En ce qui concerne les livres, qu’il s’agisse des romans ou des livres documentaires, il y a presque exactement le même nombre de gens à ne pas avoir changé leurs habitudes. Mais s’il n’y a que 4 % de téléspectateurs à lire davantage de romans, il y en a 14 % à lire plus de livres documentaires. « C’est surtout aux dépens du roman que semble donc s’être faite la sélection. »

  • 12 Si cette observation générale est bien confirmée par d’autres enquêtes plus récentes, celles-ci nou (...)

29Une enquête britannique, réalisée en 1957 et citée par Henri Dieuzeide, va d’ailleurs dans le même sens. Elle indique que « l’introduction de la télévision dans une ville fait généralement baisser de moitié la lecture des romans et quadrupler la lecture des ouvrages géographiques, des récits de voyage, des manuels techniques et des livres d’art. En un mot, la télévision paraît combler les aspirations romanesques en même temps qu’elle suscite une curiosité nouvelle pour la réalité12 ».

30En guise de conclusion sur ce point, les auteurs de la note s’en remettent à l’autorité de Joffre Dumazedier. « Si on lit moins, peut-être lit-on mieux, parce que la télévision joue le rôle d’un guide du lecteur. » Se fondant sur les seules données que nous avons précédemment reproduites, on peut mesurer ce qu’une telle conclusion doit au parti pris axiologique.

Inciter

31Mais ce n’est pas tout : « la télévision peut-elle faire mieux que d’aider à orienter le choix de ceux des téléspectateurs qui sont déjà des lecteurs ? Peut-elle vraiment jouer un rôle d’incitation à la lecture ? » Incontestablement, répondent les auteurs, la télévision dispose pour ce faire de nombreux atouts.

32Alors qu’un obstacle majeur à la lecture tient dans l’effort qu’elle nécessite, la télévision n’est quant à elle accompagnée d’aucune représentation de l’idée d’effort : « elle peut très bien familiariser les téléspectateurs avec les livres sans qu’une telle idée y soit associée. »

33En outre, la télévision est supposée avoir les possibilités techniques de rendre simples et attrayants les problèmes les plus complexes, supprimant ainsi une partie de l’effort qui tient non à la lecture elle-même mais au sujet abordé. « Il peut s’en suivre un désir d’en savoir davantage qui amènerait au livre. »

34« La télévision peut aider à combattre l’idée que les livres sont faits par des intellectuels pour des intellectuels. » Les interviews télévisées mais aussi des émissions du type portrait d’auteur peuvent contribuer à leur démythification.

35La télévision peut faire en sorte que le livre cesse d’être perçu comme une chose à part, détachée de la vie réelle. « Elle peut aider à réintégrer le livre dans l’actualité, dans les préoccupations quotidiennes, dans la vie réelle que connaissent les téléspectateurs. »

36Enfin, par le biais des émissions littéraires proprement dites, elle peut amener les livres aux téléspectateurs au lieu d’attendre que ceux-ci aillent aux livres.

37Or, de 1958 à 1963, puis 1967, la part d’audience de Lectures pour tous n’a cessé de se réduire (il faut ici tenir compte de l’introduction de la deuxième chaîne) passant de 50 % à 30 % et 5 % et l’indice de satisfaction de 80 % à 65 % et 53 %.

38En conséquence, s’agissant plus précisément des milieux populaires ici explicitement visés, les auteurs doivent bien reconnaître qu’« il n’y a pas d’incitation directe à la lecture qui passerait par le canal d’émissions spécialisées, type Lectures pour tous ». Ils retiennent cependant la possibilité que certaines émissions puissent provoquer chez les téléspectateurs le désir d’en savoir davantage sur quelque sujet que ce soit et l’amener ainsi à la lecture. « Peut-il y avoir incitation directe ? Sans qu’il soit nécessaire de raisonner en termes de pourcentage, il semble cependant que l’on puisse répondre affirmativement. » La préférence même pour l’achat de livres documentaires « ne serait pas uniquement le fait de téléspectateurs opérant ainsi un simple transfert à l’intérieur de leur lecture, mais également de nouveaux lecteurs qui viendraient aussi à la lecture par souci de documentation sur un problème précis ».

39De même que l’on présupposait des téléspectateurs d’aujourd’hui qu’ils étaient les lecteurs d’hier, on suppose cette fois une efficacité culturelle de la télévision comme incitation à la lecture. Plus qu’elles n’apportent une confirmation sur l’un ou l’autre de ces points, les enquêtes disponibles témoignent de la prégnance d’un modèle culturel associant la culture au livre, et ne reconnaissant par définition de positi-vité à la télévision qu’au service (public) de la lecture.

Les émissions littéraires et la lecture : la question de l’effet induit

  • 13 O. Choquet, H. Valdelièvre, op. cit.

40Au regard de l’évolution de la télévision, la question cruciale, il y a vingt ans, de la concurrence des pratiques n’a plus de sens aujourd’hui. « En 1967, en effet, 57 % des ménages étaient équipés d’un téléviseur et 51 % des individus, qu’ils appartiennent ou non à un foyer équipé, regardaient la télévision “tous les jours ou presque”. Vingt ans plus tard, les taux sont respectivement de 94 % et 82 %. On mesure mieux ce qu’a de massif cette diffusion quand on se penche sur les durées d’écoute : chaque jour où il regarde la télévision, un adulte urbain y consacre 2,10 heures en moyenne, durée qui a augmenté de 20 minutes entre 1975 et 198613. »

  • 14 G. Cazeneuve, « Le livre et la télévision », La Nef, n° 61-62.

41Dans le cadre d’une telle hégémonie pratique de la télévision, ce qui importe n’est plus tant de savoir si les gens regardent ou pas la télévision, mais ce qu’ils y regardent. A l’unité de la télévision, antagoniste de la lecture, fait place la différenciation des émissions, à laquelle correspond d’ailleurs une reconnaissance de la diversité des genres constitutifs de la lecture. Par elle-même, la télévision peut être désormais opérateur de distinction. Elle n’est plus, en effet, tenue pour étrangère à la culture, comme en témoigne dès 1973 l’enquête sur les Pratiques culturelles des Français. Non seulement, il y est consacré une partie à la télévision, mais est prise en compte dans la partie réservée à la lecture, l’écoute des émissions sur la littérature et les écrivains, au même titre que la lecture de revues spécialisées. Rompant avec la problématique de la concurrence, les enquêtes cherchent alors à appréhender « les effets réciproques des divers moyens de diffusion dans un ensemble de plus en plus complexe qui caractérise les sociétés modernes14 ».

Le public des émissions littéraires

42Où il apparaît que la thèse d’un public spécifique aux émissions littéraires oriente la télévision du côté des pratiques culturelles légitimes.

43Dès lors que la pratique du livre est rapportée à l’audience non plus de la télévision en général (comme pratique de loisir alternative) mais des émissions littéraires (comme autre pratique culturelle), le rapport entre lecture et audience s’inverse : il n’est plus d’exclusion mais de renforcement. Ainsi, plus ils possèdent de livres et plus les Français regardent les émissions littéraires à la télévision (plus régulièrement aussi ils lisent une revue spécialisée). En effet parmi ceux qui n’en possèdent aucun, et de un à vingt-cinq livres, ils sont 60 % et 53 % à ne jamais regarder une émission littéraire, tandis que parmi ceux qui possèdent de cent à deux cent cinquante, et plus de deux cent cinquante livres, ils sont 15 % et 19 % à regarder souvent, et 24,3 % et 24,8 % à regarder de temps en temps une émission littéraire (cf. tableau B en annexes).

44L’assiduité aux émissions littéraires n’est alors qu’une modalité d’un investissement culturel cumulatif ; la présence d’équipements et autres biens culturels au foyer étant également liée à la possession et au nombre de livres possédés, (cf. tableau C en annexes). Par exemple, les possesseurs de plus de deux cent cinquante livres sont 88 % à posséder des disques (les non-possesseurs de livres sont 31,2 %), 47,9 % à avoir des reproductions d’œuvres d’art célèbres (3,4 % chez les non-possesseurs), et 74,4 % à être abonnés à un ou plusieurs revues ou journaux (contre 38 %).

45En fait de rivalité livre-télévision, la présence du livre semble prédisposer à l’écoute des émissions littéraires. Certes, mais possession ne veut pas dire lecture et l’existence d’une bibliothèque peut tout aussi bien n’être que l’héritage d’une pratique lectorale passée, révolue et dont l’écoute des émissions littéraires tiendrait lieu aujourd’hui.

46Or précisément, l’audience des émissions littéraires semble également être corrélée avec l’intensité de la lecture : que les non-lecteurs et les faibles lecteurs soient les téléspectateurs auprès de qui l’audience est la plus faible n’est pas pour nous surprendre. Ce ne sont pas néanmoins les plus « gros » lecteurs (cinquante livres et plus lus dans l’année) qui sont les plus assidus. C’est au-delà de quinze livres lus dans l’année que l’audience de ce type d’émission est la plus forte, et particulièrement dans la tranche des lecteurs de vingt-cinq à quarante-neuf livres par an.

47Notons d’ailleurs que le phénomène s’est accentué depuis 1973 à la faveur notamment d’une plus grande assiduité aux émissions littéraires rendue possible par une augmentation du taux de possession de la télévision (cf. tableau D en annexes).

48Pour autant, si l’on considère le taux de progression de l’assiduité aux émissions littéraires (calculé sur la base de ceux qui regardent « au moins de temps en temps »), entre 1973 et 1981, la thèse de la corrélation avec la lecture se trouve singulièrement remise en cause. Il apparaît, en effet, que cette assiduité accrue est paradoxalement le fait des faibles lecteurs et des non-lecteurs !

49Voici qui doit nous amener à reconsidérer l’argument communément admis d’un public spécifique pour les émissions littéraires, qui partagerait les mêmes caractéristiques socio-démographiques distinctives des possesseurs, des acheteurs et des lecteurs de livres. Il importe alors de différencier deux modalités de mesure de l’audience.

50Si l’on considère la proportion des téléspectateurs qui, au sein de chaque catégorie socio-démographique, regarde « souvent » ou « de temps en temps » les émissions littéraires, on ne peut manquer de noter une forte homologie avec les données correspondantes concernant les pratiques du livre (possession, achat et lecture). C’est dans le même sens que les variables « CSP », « taille de l’agglomération » et surtout « diplôme de fin d’études » déterminent le niveau de la pratique. Dans chacun des cas, l’intensité de la pratique est la plus forte chez les « cadres supérieurs et professions libérales » et au contraire la plus faible chez les « agriculteurs » et les « OS, manœuvres, personnels de service ». Elle augmente en fonction de l’accroissement de la taille de l’agglomération, et de manière plus spectaculaire encore en fonction du niveau du diplôme.

51Ajoutons que ces caractéristiques partagées par les téléspectateurs des émissions littéraires et avec les possesseurs, acheteurs et lecteurs de livres, les distinguent par ailleurs des téléspectateurs des autres émissions.

52Si l’on considère maintenant non plus la proportion des téléspectateurs qui, au sein de chaque catégorie socio-démographique, regarde souvent ou de temps en temps chaque genre d’émission, mais pour chaque genre, la structure de son audience comparée à celle de l’ensemble des téléspectateurs, les résultats apparaissent beaucoup plus contrastés. D’une part, les caractéristiques relevées précédemment se confirment effectivement, le public des émissions littéraires comprenant en particulier le plus fort pourcentage de « cadres supérieurs et professions libérales », de « bacheliers » et « titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur ».

  • 15 Mensuel n° 24 de Médiamétrie, octobre 1988 ; sources : structure du public repéré par l’audience cu (...)

53Ces caractéristiques générales sont au demeurant confirmées par des données récentes concernant le public d’Apostrophes. « [Il] est plus féminin que celui de la télévision le vendredi à cette heure-là (58 % contre 53 %) et plus urbain (49 % de son auditoire réside dans une agglomération de plus de 100 000 habitants contre 43 %). Les téléspectateurs, fidèles à l’émission, parmi les actifs, sont plutôt des cadres (8 % contre 4 % de l’ensemble des téléspectateurs), des membres de professions intermédiaires (11 % contre 9 %) et des petits patrons (4 % contre 3 %). De plus, le quart de ce public a suivi des études supérieures (contre 14 %)15. »

54Cependant, on note d’autre part certains traits qui, sans être spécifiques, sont néanmoins tout autant caractéristiques de ce genre d’émission. En particulier la forte représentation des « inactifs » (« plus de soixante ans » et plus encore « femmes de moins de soixante ans »), la part non négligeable des « OQ » et « OS », et surtout, le plus fort pourcentage de « cadres moyens ». Tandis que les téléspectateurs des communes de moins de 100 000 habitants constituent près de la moitié du public, et les non-titulaires du baccalauréat près des deux tiers !

  • 16 Les émissions littéraires télévisées, Seo, 7 août 1972.

55Tout compte fait, s’il n’est guère surprenant de retrouver les familiers du livre dans le public des émissions sur les livres, il est plus étonnant en revanche de constater qu’ils représentent à peine la moitié de l’audience. Procéder à l’analyse du public des émissions littéraires suppose donc pour le moins une attention égale à chacun de ces deux aspects. Or, de manière générale, c’est loin d’être le cas, les études statistiques, dans leurs présupposés aussi bien que dans leurs commentaires, contribuant à objectiver l’existence d’un public spécifique aux émissions littéraires, dans le cadre d’une problématique implicite de la domination culturelle comme domination de classe. Exemplaire de ce point de vue, ce commentaire d’un tableau portant sur la composition de l’auditoire des quatre émissions de la série Italiques de janvier 1972 dans le panel-télévision, comparée avec celle de l’ensemble des personnes interrogées : « cet auditoire compte proportionnellement plus de personnes de niveau d’instruction « supérieure » (+13 %), plus de cadres supérieurs (+5 %), plus de personnes habitant la région parisienne, (+10 %), plus de personnes de plus de 50 ans et enfin plus de femmes (+8 %)16 » (cf. tableau E en annexes).

56La thèse du public spécifique relève ici d’une interprétation abusive et constitue une véritable imposition de sens. D’une part, au lieu de rapporter la composition du public d’Italiques à celle d’autres émissions, on compare des pourcentages mesurant une pratique effective à des pourcentages qui tiennent à la répartition des différentes catégories dans la population française (dont l’échantillon du panel est, par construction, représentatif). Si bien que l’on ne peut déterminer la nature de l’écart enregistré : rien n’atteste ici qu’on ne retrouverait pas par exemple une aussi forte proportion de femmes ou de personnes de plus de 50 ans dans le public d’autres émissions, et que ce qui est pointé comme spécifique d’une émission particulière ne s’applique pas au public de la télévision en général. D’autre part, on note la sur-représentation des personnes dotées d’un niveau d’instruction supérieure, on ne relève pas que plus du tiers du public d’Italiques est composé de personnes de niveau d’instruction primaire !

L’impact des émissions littéraires

57Où il apparaît que la légitimation culturelle de la télévision établie par la reconnaissance de l’impact des émissions littéraires se paie d’une double méconnaissance : celle des pratiques du livre comme pratiques lectorales, celle des pratiques de la télévision comme pratiques spécifiques.

  • 17 « Les émissions de télévision sur les livres – les émissions de télévision sur la cuisine ». Enquêt (...)

58Si le public des émissions littéraires ne se réduit pas au cercle des familiers du livre, s’il convient en d’autres termes de ne pas « absolutiser » la corrélation entre pratique du livre et écoute des émissions littéraires, à plus forte raison, faut-il se garder de surestimer leur impact sur un tel public, et en premier lieu, de tout raisonnement par inférence. Établir que ceux qui possèdent ou lisent le plus grand nombre de livres regardent proportionnellement davantage que les autres les émissions littéraires signifie simplement que les pratiques du livre sont un déterminant important de cette écoute (mais pas le seul) ; et n’implique aucunement un effet en retour de l’écoute sur la possession ou la lecture de livres. Est-ce à dire, en soulignant de la sorte les dangers de l’inférence, que nous ne disposions pas de données spécifiques pour évaluer l’effet des émissions littéraires sur la pratique lectorale ? Une étude du Ceo de 1984 apporte pourtant des résultats significatifs relatifs à l’achat de livres présentés dans une émission de télévision17 (cf. tableau F en annexes).

  • 18 On retrouve ces mêmes tendances dans un tableau des Pratiques culturelles des Français (1973), moin (...)

59Il ressort, en effet, que plus on regarde les émissions de télévision sur les livres, plus on achète les livres qui y sont présentés. En outre, quand ceux qui regardent les émissions de télévision sur les livres achètent, c’est plutôt plusieurs livres qu’un seul. Enfin, plus on regarde les émissions de télévision sur les livres, plus on achète plusieurs livres18.

60Pour autant, le sens de la relation de causalité reste indécidable : on peut tout autant bien penser que ce sont ceux qui consomment le plus de livres qui regardent le plus souvent les émissions sur les livres. Sans compter que 72 % du public de ces émissions (et 45 % de ceux qui les regardent souvent !) n’achètent pas de livres... Alors, les émissions de télévision sur les livres font-elles vraiment acheter des livres ?

  • 19 Auprès d’un échantillon représentatif de la population française des lecteurs de livres âgés de 15 (...)

61A défaut de réponse, une enquête de 1976, intitulée « Le livre et l’information » menée par l’Arc.mc à la demande de l’Association des attachés de presse de l’édition19 nous fournit des éléments de comparaison avec les autres médias. Or, sur ce point si 57 % des lecteurs considèrent que l’information sur les livres à la radio, à la télévision et dans les journaux incite à la lecture (tandis que 41 % pensent le contraire), c’est l’impact de la presse écrite qui s’avère être le plus déterminant. 37 % déclarent en effet avoir lu ou acheté un livre, au cours des douze derniers mois, « après avoir lu dans un journal ou une revue, un article en signalant l’existence », 30 % « après avoir entendu parler de ce livre dans une émission de télévision » et 17 % « après avoir entendu parler de ce livre dans une émission de radio ».

62Cependant, il s’en faut de beaucoup que pour chaque média, l’impact des informations littéraires (proportion de lecteurs qui y trouvent cette catégorie d’informations) soit égal, voire même proportionnel à son audience auprès des lecteurs de livres. (Cf. tableau G en annexes).

63La presse périodique, bien qu’elle touche régulièrement un nombre moins important dé lecteurs de livres, se caractérise néanmoins, du point de vue des informations littéraires, par un impact égal en valeur absolue à celui de la presse quotidienne ou de la télévision, et par un impact nettement supérieur en valeur relative.

64On peut en conclure que la presse périodique remplit plus spécifiquement que les autres médias son rôle d’information sur les livres. Soit qu’elle ait une vocation particulière en ce domaine, soit que les lecteurs de livres qui lisent des revues et magazines s’intéressent plus à l’information littéraire que ceux qui lisent la presse quotidienne, écoutent la radio ou regardent la télévision.

65Par ailleurs, les informations sur les livres susceptibles d’être délivrées par les différents médias ne sont pas tenues pour équivalentes d’un point de vue formel. Les acheteurs (lecteurs) de livres préfèrent le plus souvent recevoir, dans la presse, l’information sur les livres sous des formes classiques et traditionnelles. C’est d’abord une critique détaillée analysant le contenu du livre, son intérêt, ses qualités et ses faiblesses (37 %) ; ce sont aussi des informations brèves sur le sujet du livre, son intérêt, le nom de l’auteur et de l’éditeur, son prix (36 %). Viennent ensuite : une interview de l’auteur (24 %), un reportage sur le sujet du livre (23 %) ; la publication de passages les plus significatifs (21 %) ; des commentaires de personnalités ou de spécialistes du sujet (17 %) ; un classement des meilleures ventes (8 %).

66En revanche, les débats, rencontres-discussions et reportages sont les formes privilégiées de l’information sur les livres à la télévision ; elles l’emportent de loin sur la trop classique interview de l’auteur. Les téléspectateurs se prononcent, en effet, par ordre de préférence, pour un débat entre l’auteur, des journalistes, des personnes concernées par le sujet du livre, éventuellement d’autres écrivains (37 %). Quand le sujet s’y prête (par exemple livre sur l’art, l’histoire, certains grands hommes, etc.), ils se prononcent pour un reportage sur le sujet du livre, avec documents photographiques, cinématographiques, etc. (35 %) ; une rencontre-discussion entre un auteur et des lecteurs (34 %) ; une interview de l’auteur chez lui, dans son cadre de vie habituel (26 %) ou faite, en studio, par un grand journaliste spécialisé de la télévision (16 %).

67A proprement parler, les téléspectateurs intéressés par les livres attendent de la télévision non pas tant des informations finalisées, centrées sur le livre (susceptibles de leur permettre d’en apprécier la qualité littéraire et donc de les orienter dans leur choix de consommateurs). Ils en attendent plutôt des commentaires, sur le thème traité par le livre dont l’intérêt n’est pas fonction de la qualité du livre. Autrement dit, la présentation du livre même, dans les modalités attendues de la télévision, y est moins étroitement finalisée. Sans nous prononcer ici sur l’impact respectif des différents types de traitement de l’information littéraire susceptibles de provoquer l’achat et a fortiori la lecture des livres présentés, notons que cette diversité des types en encourage l’usage cumulatif. Ce qui remet en cause la validité des sondages et autres enquêtes statistiques visant à hiérarchiser les différentes sortes de prescripteur du livre à partir du présupposé de leur exclusion mutuelle, et dont l’enquête « Le livre et l’information » fournit un exemple. Ainsi, 37 % des lecteurs interrogés (près de 9,8 millions de Français) avaient lu ou acheté au cours des douze mois précédant l’enquête certains livres donnés après avoir lu, dans un journal ou une revue, un article qui les leur avait signalés ; 30 % (près de 8 millions), après avoir entendu parler de ces livres dans une émission de télévision ; 17 % (4,5 millions environ), après en avoir entendu parler à la radio. » (cf. tableau H en annexes)

68Significatifs, ces pourcentages le sont tout au plus si l’on oppose le nombre restreint d’émissions littéraires à la multiplicité des titres de la presse écrite ; mais ce dont ils donnent alors implicitement la mesure c’est simplement celle de l’uniformisation résultant de la prescription télévisuelle.

  • 20 M. Peroni, Histoires de lire, Éd. Bpi, 1988, p. 8-9.

69Dénominateur commun des différentes tentatives pour évaluer statistiquement l’impact des émissions littéraires : c’est à l’achat qu’est rapportée l’influence supposée des émissions sur les livres. Ce point est d’importance pour qui interroge les conditions de production des données statistiques relatives aux rapports qu’entretiennent la télévision et le livre ainsi que les modalités de pertinence de leur usage sociologique. Il révèle, en effet, l’arrière fond tacite qui légitime ce type de questionnement : la production même des données statistiques participe implicitement du même modèle distributif qui prévaut dans « la sociologie de la lecture » et s’expose donc à la même critique que nous avons déjà formulée à son encontre20.

70« Ce qui d’ordinaire tient lieu d’approche de la lecture, c’est en effet une analyse de la distribution sociale des pratiques de l’usage du livre, comme pratiques culturelles socialement différenciées en fonction du niveau d’instruction et de l’origine sociale, et objectivement repérables (modes d’information et d’acquisition des ouvrages, temps consacré au livre, genres possédés...). L’acte de lecture proprement dit, quant à lui, lorsqu’il n’est pas tout simplement évacué, est au plus inféré de ces deux variables déterminantes. En d’autres termes, l’acte de lecture n’est paradoxalement pas l’objet de cette “sociologie de la lecture” qui se préoccupe en fait de mesurer l’efficacité pratique de l’imposition d’une pratique d’usage légitime des productions culturelles. »

  • 21 P. Chambat, A. Ehrenberg, op. cit. p. 116.

71Au-delà encore de la mise à jour des implicites attaches aux modalités de la mesure, il convient de remettre en cause la présupposition même d’un impact. « Si l’on se préoccupe tant des effets de la télévision, remarquent opportunément P. Chambat et A. Ehrenberg, c’est qu’elle est prisonnière d’un schéma culturel qui appréhende le téléspectateur comme consommateur amorphe, malléable ou passif, simple support de préférences, comme sujet transparent, sans épaisseur et à la limite sans existence. Cette explication recouvre une représentation du public comme masse, ancrée dans la définition même du média. Une sociologie spontanée de la masse tient lieu de réflexion sur les usages de la télévision21 » D’autre part, le type d’efficacité supposée des émissions sur les livres relève d’une acception instrumentale des médias, conforme à la théorie de l’information : un message est diffusé par un émetteur à destination d’un public-récepteur, dans une séquence de type stimulus-réponse. Cette représentation du média autorise un principe de mise en équivalence, tant des différents médias (dont on peut comparer l’efficacité respective) que des différentes émissions. Ainsi on peut tout aussi bien, et de la même manière, comparer l’impact des émissions sur les livres ou des émissions sur la cuisine... le pourcentage des téléspectateurs non influencés étant d’ailleurs le même dans les deux cas !

Les émissions littéraires : des émissions (presque) comme les autres

72Où il apparaît que la redéfinition de la pratique télévisuelle comme pratique culturelle à part entière est indissociable de la remise en cause de ses anciennes modalités de mesure.

73Si le public des émissions littéraires déborde le cadre des familiers du livre et si, par là même, la lecture (ou, tout au moins l’achat) ne finalise que partiellement l’écoute, il faut considérer enfin les émissions littéraires comme des émissions spécifiques. C’est-à-dire non plus du point de vue de la spécificité de leur public ou de leur effet sur les ventes, mais en tant que leur écoute constitue une pratique propre pour un public au contraire élargi.

  • 22 Pratiques culturelles des Français. Évolution 1973-1981, Dalloz, 1982.
  • 23 Il ne sera pas non plus question ici du dit « effet Apostrophes » sur les ventes. Le lecteur intére (...)
  • 24 Enquête Ipsos-Télé poche, octobre 1988, « Culturelle ou commerciale, quelle télévision pour les Fra (...)
  • 25 En réponse à une question ouverte. Enquête Estel/Antenne 2, janvier 1989.

74Rappelons, en effet, que parmi les différentes catégories d’émissions, les émissions littéraires sont les seules à avoir élargi leur audience (tout en conservant la même place dans la hiérarchie). Elle est passée de 30 % à 38,8 % entre 1973 et 1981 ; un nombre croissant de téléspectateurs regrettant même qu’elles ne soient pas « programmées plus souvent et en début de soirée22 ». A l’origine de cet accroissement spectaculaire d’audience, la création en 1975 d’Apostrophes, soit l’invention d’une nouvelle formule de débat télévisé entre des auteurs réunis sur le plateau. Il n’est pas dans notre propos ici de nous interroger à notre tour sur les raisons du succès d’Apostrophes23 mais simplement de l’apprécier du point de vue des goûts et préférences du public en matière de programmes ; de considérer en bref le véritable plébiscite dont elle est l’objet. Apostrophes arrive en effet en tête des émissions les plus appréciées, 95 % des téléspectateurs déclarant avoir du plaisir à la regarder, et 97 % qu’elle est une émission de très grande qualité24. En réponse à une question ouverte, dans la même enquête, Apostrophes est encore considérée par 33 % des téléspectateurs comme la plus culturelle des émissions (Océaniques, qui arrive en deuxième position, ne recueillant pour sa part que 5 % des suffrages) ; et last but not least elle est sacrée meilleure émission de télévision25. Cependant (et même si ce pourcentage est le plus faible parmi les émissions qui ne sont pas diffusées à 20h 30), la même enquête Ipsos nous indique que 38 % des personnes interrogées ne regardent jamais Apostrophes ! Voilà qui est clair, la réputation de l’émission dépasse largement son audience. En d’autres termes, ce dont il est question ici, ce n’est plus de pratiques mais de représentations. La note de synthèse du Service des études et de la recherche d’Antenne 2 qui analyse les principales conclusions des enquêtes que l’on vient de citer, en apporte la confirmation : elle oppose, au succès d’audience de TF1, une « supériorité d’image incontestable d’Antenne 2 » ; le plébiscite d’Apostrophes ayant pour effet de doter la chaîne du label culturel.

75Si TF1 est classée première dans la catégorie « films », « séries », « variétés » et « jeux », Antenne 2, elle, obtient la première place en ce qui concerne le sport » et les « magazines culturels ». A cet égard, Apostrophes est une émission de référence « car elle génère le sourire, l’humour et la complicité », témoignant ainsi que la vocation d’une chaîne n’est pas d’être soit culturelle, soit commerciale, et par là que « le culturel ne doit jamais être ennuyeux ».

  • 26 Sondage Sofres-Livre du mois, « Télévision et littérature », janvier 1988.

76Au-delà de la simple ( !) mesure des pratiques du livre et de la télévision, accéder aux représentations qui gouvernent le rapport entre télévision et culture, voilà précisément ce que vise un récent sondage26. Il pose de nouveau, dans un contexte, cette fois, de multiplication des chaînes, la même question « La télévision, entrave à la lecture ? », déjà posée dans les années soixante, dans un contexte de diffusion généralisée des postes de télévision. Dans la logique qui fut la nôtre dans le compte rendu critique des données statistiques sur le rapport qu’entretiennent la lecture et la télévision, ce présent sondage, dont nous rapportons ci-après les commentaires les plus significatifs, préfigure un nouveau type de problématisation, associé à une nouvelle transformation du champ télévisuel, radicalement distinct des précédents – problématiques de la concurrence puis des effets induits – qui, eux, partageaient une même focalisation sur les pratiques.

77« Si globalement, l’écrasante majorité des interviewés (72 %) estime que la multiplication des chaînes de télévision n’a rien changé à leurs habitudes de lecture, on constate la prégnance du stéréotype selon lequel la télévision inhiberait la lecture.

78« Deux indicateurs l’attestent. Lorsque les interviewés reconnaissent à la télévision une incidence sur leurs habitudes de lecture, il s’agit d’abord d’une diminution de ces pratiques : 18 % des interviewés pensent en effet avoir moins de temps à consacrer à la lecture contre 5 % d’entre eux qui estiment que la multiplication des chaînes constitue une incitation à lire davantage. De même lorsqu’ils se prononcent sur l’influence de la télévision sur la lecture des enfants, 68 % des interviewés estiment que la télévision constitue un frein à la lecture, tandis qu’ils ne sont que 14 % à reconnaître au petit écran une fonction d’éveil de la curiosité enfantine. »

  • 27 E. Fouquier, J.-C. Lioret, « Définitions du concept d’audience, analyse critique et orientations », (...)

79On ne saurait être plus clair, la question toujours répétée des rapports du livre et de la télévision a produit ses propres stéréotypes : ceux-là mêmes qu’enregistrent les enquêtes et autres sondages, en fait de mesure des pratiques objectives. « C’est un roman de science-fiction dans lequel nous sommes plongés depuis une trentaine d’années déjà : la guerre des mondes entre la galaxie Gutenberg et la galaxie Mac Luhan. » Et ces procédures d’objectivation, d’institution de la réalité que sont les enquêtes statistiques et autres sondages d’opinion, loin d’opérer dans une stricte extériorité, en constituent proprement les chapitres successifs ; en sorte qu’elles risquent fort de ne mesurer en fait que l’efficacité de leur propre activité d’imposition. D’ailleurs, n’est-ce pas par une citation empruntée au Métier de sociologue que s’achève cette récente analyse critique du concept d’audience27 ?

  • 28 P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon, J.-C. Passeron, Le Métier de sociologue, Mouton, 1968, p. 27.

80« Les usages sociaux liés aux médias évoluent, tout comme la société et les médias. La notion d’audience mérite donc une lecture critique pour résister à la trompeuse évidence d’un objet défini une fois pour toutes, dont il ne resterait plus qu’à améliorer la mesure par la mise au point de méthodes supposées de plus en plus fines. Le problème de fond n’est pas tant de perfectionner la méthodologie des mesures, que de prendre conscience que la “familiarité” avec laquelle tout le monde parle aujourd’hui d’audience, du chercheur au journaliste, est “l’obstacle épistémologique par excellence” », parce que cette « familiarité produit [...] des conceptions ou des systématisations fictives en même temps que les conditions de leur crédibilité28. »

81Ainsi, les enquêtes quantitatives d’audience actuelles (en dépit de leur sophistication croissante : audimat, système de bouton-poussoir, etc.) sont-elles vouées à rester à la périphérie du phénomène qu’elles prétendent mesurer, ne mesurant effectivement qu’« un artefact qui permet la commercialisation des audiences ». Sauf à s’engager sur la voie d’une « phénoménologie des audiences » qui reconnaisse enfin le téléspectateur comme un équivalent de ce qu’est le lecteur dans les recherches sur l’esthétique de la réception : non pas un récepteur passif voire fasciné mais un acteur de la communication, engagé dans une activité de réception. A l’heure où d’aucuns annoncent l’avènement d’une « culture de l’écran », des instruments de mesure renouvelés sont donc en passe d’établir une nouvelle réalité des pratiques. La distinction générique livre-télévision est révolue ; voici venu le temps de l’analogie.

82Cependant, alors même que des techniques de mesure adaptées s’apprêtent à instituer la pratique télévisuelle en pratique lectorale, qu’en est-il encore de la lecture ? Est-elle bien cet invariant supposé auquel rapporter toujours des pratiques télévisuelles dont on reconnaît, en revanche, les transformations ? Et si la télévision avait elle-même opéré une transformation profonde de la lecture ; non pas simplement de son intensité mais du sens même qui lui est attaché ? Et s’il fallait paradoxalement reconsidérer la pertinence de la question des « effets de la télévision sur la lecture » en la posant cette fois au niveau non plus de la pratique mais du sens de la pratique ?

Notes

1 Sur ces trois modalités d’examen, cf. J. Schlanger. Penser la bouche pleine, Fayard, 1983. Au niveau de l’examen critique où nous nous plaçons, il n’y a pas lieu de hiérarchiser les différents types de sondage, pourtant fort hétérogènes du point de vue de leur fiabilité, ce qui équivaudrait pour nous à mesurer la professionnalité des divers « faiseurs de sondage ». Du point de vue qui est le nôtre, un sondage Louis-Harris vaut bien un sondage Insee !

2 Cf. Livres-Hebdo du 29 septembre 1987, « Le temps de la lecture et de ses concurrents en minutes » (souligné par nous).

3 Ce sont, en effet, toujours les jeunes qui lisent le plus. Et de loin. Le pourcentage des gros lecteurs (moyenne nationale : 22 %) s’élève à 32 % dans la tranche d’âge des 18-24 ans, pour redescendre progressivement jusqu’à 16 % chez les 50-64 ans. La “génération Marconi”, sollicitée par la télévision, mais plus instruite, lit autant que les “générations Gutenberg» (L’Express, 4 novembre 1975).

4 P. Chambat, A. Ehrenberg, « La culture de l’écran », Le Débat, n° 58, 1988.

5 Données dont la production même, antérieure à la mise en place du Centre d’étude d’opinions (Ceo), témoigne de la précocité du problème posé par le rapport lecture-télévision, et de l’intérêt qu’il a aussitôt suscité.

6 Organisée à l’occasion de la première semaine nationale de la lecture en 1967 par la jeune chambre économique de la région de Saint-Etienne et l’association « Lire ».

7 Invités par les enquêteurs de l’Ires à apprécier l’affirmation : « Ce sont les paresseux qui aiment la lecture », 82 % des interviewés protestent, et cela malgré l’ambiguïté du terme « lecture ».

8 R. Kaes, Images de la culture chez les ouvriers français, Cujas, 1968.

9 J.-C. Passeron, présentation à R. Hoggart, La Culture du pauvre, Éd. de Minuit, 1970, p. 18 (rappelons que le texte original est paru en 1957).

10 A l’appui de cette thèse de l’invisibilisation, notons que c’est seulement en 1980 que des rapports officiels reconnaissent pour la première fois l’existence du problème de l’illettrisme. Cf. J. Dumazedier, H. Gisors : Français analphabètes ou illettrés ?, Adrac, octobre 1984.

11 D’autres enquêtes plus récentes confirment ce pourcentage. Par exemple, un sondage effectué pour Madame Figaro, 2 juillet 1988, auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, donne les résultats suivants à la question « En général, qu’est-ce qui vous incite à lire un livre ? » : le sujet du livre 71 % ; vous appréciez son auteur 34 % ; les émissions littéraires à la télévision, (Apostrophes, etc.) 24 % ; les critiques que vous avez lues ou entendues sur le livre 24 % ; les conseils d’amis ou de parents 16 % ; sans réponse 4 %. (Le total des pourcentages est supérieur à 100, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses. Lecteurs interviewés ayant lu au moins deux livres dans l’année.)

12 Si cette observation générale est bien confirmée par d’autres enquêtes plus récentes, celles-ci nous permettent cependant une évaluation plus nuancée de l’évolution des divers types de lecture. Ainsi l’enquête Insee sur l’évolution des loisirs entre 1967 et 1987 confirme que « dans la mesure où ils répondent à un besoin d’évasion que satisfont également les émissions télévisées de fiction », les livres subissent à plein la concurrence de la télévision. « A tous niveaux de diplômes, la lecture des livres décroît. Et ce n’est que parce que les plus diplômés, qui sont aussi les plus gros lecteurs, sont devenus plus nombreux, que la proportion de ceux qui lisent au moins un livre par mois est restée stable, autour de 30 %. » Elle révèle en revanche que la proportion de ceux qui lisent le journal tous les jours est passée de 60 % à 42 %. « Les jeunes surtout délaissent les quotidiens. Les agriculteurs et, plus généralement les habitants des communes rurales, résistent mieux que les autres ; mais précisément, la concurrence de la télévision est ici moins forte puisqu’elle ne traite pas contrairement aux journaux régionaux, de nouvelles très locales ». Elle révèle également que le seul type de lecture à s’être développé est celui des magazines et des revues. « 79 % de la population en lit régulièrement au moins un, contre 56 % en 1967. La concurrence de la télévision est sans doute moins forte ici. D’une part, le contenu des revues est souvent spécialisé, tandis que les émissions télévisées s’adressent de préférence au plus grand nombre. D’autre part, plus aisément que pour les livres, la lecture de revues peut être morcelée, sans pour autant que le contenu se périme rapidement comme celui des quotidiens : lus dans les interstices de la vie quotidienne, les magazines échappent mieux à la contrainte de temps que fait peser la télévision. » (O. Choquet, H. Valdelièvre : « Les loisirs 20 ans après : davantage de sorties et de télévision », Premiers résultats, Insee, n° 148, 1988.

13 O. Choquet, H. Valdelièvre, op. cit.

14 G. Cazeneuve, « Le livre et la télévision », La Nef, n° 61-62.

15 Mensuel n° 24 de Médiamétrie, octobre 1988 ; sources : structure du public repéré par l’audience cumulée 21h 30-23h 00 du vendredi entre janvier et juin 1988, enquête 55 000.

16 Les émissions littéraires télévisées, Seo, 7 août 1972.

17 « Les émissions de télévision sur les livres – les émissions de télévision sur la cuisine ». Enquête auprès d’individus âgés de 15 ans et plus, possesseurs de radio et/ou de télévision. Ceo, janvier 1984.

18 On retrouve ces mêmes tendances dans un tableau des Pratiques culturelles des Français (1973), moins accusées cependant du fait que les pourcentages portent sur les possesseurs de téléviseur et non pas, spécifiquement, sur le public des émissions sur les livres.

19 Auprès d’un échantillon représentatif de la population française des lecteurs de livres âgés de 15 ans et plus (ayant lu, au cours des 12 derniers mois, au moins un livre, à l’exclusion des livres scolaires et des revues ou magazines).

20 M. Peroni, Histoires de lire, Éd. Bpi, 1988, p. 8-9.

21 P. Chambat, A. Ehrenberg, op. cit. p. 116.

22 Pratiques culturelles des Français. Évolution 1973-1981, Dalloz, 1982.

23 Il ne sera pas non plus question ici du dit « effet Apostrophes » sur les ventes. Le lecteur intéressé trouvera dans l’ouvrage d’E. Brasey : L’Effet Pivot, Ramsay, 1987, p. 349, une corrélation entre meilleures ventes et passage à Apostrophes, pour la période 1983-1986.

24 Enquête Ipsos-Télé poche, octobre 1988, « Culturelle ou commerciale, quelle télévision pour les Français ? »

25 En réponse à une question ouverte. Enquête Estel/Antenne 2, janvier 1989.

26 Sondage Sofres-Livre du mois, « Télévision et littérature », janvier 1988.

27 E. Fouquier, J.-C. Lioret, « Définitions du concept d’audience, analyse critique et orientations », in l’Audience et les médias, Irep, Les Éditions d’organisation, 1989.

28 P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon, J.-C. Passeron, Le Métier de sociologue, Mouton, 1968, p. 27.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access