Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?

 | 
Benoît Berthou

III. Circulations de la bande dessinée : achat, emprunt, collection

Xavier Guilbert

Texte intégral

  • 1 On pourra y rapprocher la déclaration de Daniel Couvreur en ouverture de son article « La popularit (...)
  • 2 Voir l’article de Jean-Philippe Martin, « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique e (...)

1Depuis plus d’un demi-siècle de discours critique, l’image populaire de la bande dessinée, construction qui prend ses fondations dans le slogan programmatique du Journal de Tintin (« le journal des jeunes de 7 à 77 ans1 »), entretient également autour d’elle l’idée d’une lecture rassembleuse. Au milieu des années 1980, dans les pages de Circus, les éditoriaux d’Henri Filippini ne cessent d’évoquer « notre chère bédé », exaltant ce que l’on désigne désormais comme « le discours amoureux2 » – un discours implicitement partagé.

2Plus près de nous, dans un article du Monde des livres datant de 2008, le journaliste Alain Beuve-Méry s’inscrit dans le prolongement de cette pensée, affirmant sans détour (et sans citer de source) : « Un livre acheté sur huit est un album. En bibliothèque, c’est un ouvrage emprunté sur cinq. La BD apparaît comme le livre le plus convivial, le seul qui rassemble toutes les générations. »

  • 3 Les « Fauves d’Angoulême » ont subi une réorganisation profonde pour l’édition 2010, Benoît Mouchar (...)

3Enfin, à sa manière, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême entérine également cette vision par son choix d’intégrer à son palmarès un prix intergénérations (entre 2010 et 2012), décerné à « une œuvre transgénérationnelle, susceptible d’intéresser tous les publics sans distinction d’âge3 ».

4Face à ces affirmations souvent péremptoires, on est en droit de se demander ce qu’il en est vraiment des dynamiques de circulation de la bande dessinée. Jusqu’ici, les données relatives à la bande dessinée en général ont été particulièrement peu nombreuses, mais l’enquête menée sur son lectorat par TMO en 2011 représente, tant par la taille de l’échantillon interrogé que par l’ampleur de son questionnaire, une solide base d’exploration que nous nous proposons de mettre en œuvre.

5Dans un premier temps, nous nous attacherons à établir une cartographie de la circulation de la bande dessinée, en couvrant l’ensemble des pratiques qui y sont associées. Dans un second temps, nous nous emploierons, en nous appuyant sur les résultats de l’enquête 2011 relatifs à cette dimension, à en mettre en évidence les vecteurs les plus marquants.

1. La propriété de bandes dessinées

6Traditionnellement, l’œuvre de bande dessinée est associée à son support physique – une identité qui s’établit avec l’émergence de l’album comme format privilégié de sa commercialisation, dans le courant des années 1980 et 1990. Cependant, malgré l’inscription durable de la bande dessinée au sein des périodiques (spécialisés ou non), il faut reconnaître combien est ténue la nuance existant entre « la bande dessinée » (entendue comme mode d’expression) et « une bande dessinée » (terme longtemps associé à l’album, alors format dominant). On notera d’ailleurs que des glissements sémantiques similaires ont pu émerger par rapport aux productions étrangères : ainsi, un comics (majoritairement utilisé au pluriel) désigne tout autant une bande dessinée américaine que le format réduit avec couverture souple qui lui est associée. Plus rarement, un manga sera une bande dessinée en format de poche, en noir et blanc et à forte pagination, quand bien même l’œuvre en question ne serait pas originaire du Japon.

7Dans le modèle traditionnel où œuvre et support physique sont confondus, la question de la collection apparaît comme un premier point d’entrée dans notre tentative de cartographie.

8La notion de « collection » mérite d’ailleurs que l’on s’y arrête : d’usage courant pour les professionnels (éditeurs ou bibliothécaires), elle revêt chez le lecteur une dimension bien différente, qui implique l’accumulation d’ouvrages. S’il s’agit sans aucun doute de l’expression consacrée lorsque l’on évoque la bande dessinée, on parle rarement de « collection » dans le cadre du livre : on se constitue plutôt une bibliothèque, l’idée de collection correspondant généralement à une approche bibliophile particulière tournée vers une forme de fétichisme de l’objet.

  • 4 Il faut noter que le fait de suivre un auteur est significativement plus important pour les possess (...)

9S’il est indéniable que de tels comportements existent au sein des lecteurs de bandes dessinées, ils ne caractérisent probablement pas l’ensemble des pratiques. De fait, la question Q90 de l’étude (« Pour vous, quels sont les deux critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée… ») révèle que l’histoire (66 %) et le dessin (59 %) sont les critères principaux du choix, bien loin devant le fait de poursuivre une série (15 %) ou l’auteur (12 %)4 – semblant souligner l’importance accordée à la narration sur les dynamiques de série, et donc privilégier la lecture par rapport à la collection (voir VI-4, §35-36).

10La question Q71 de l’étude (« Vous personnellement, possédez-vous des bandes dessinées au format papier ? ») montre que la propriété de bandes dessinées touche un individu sur deux (49 %) au sein de la population âgée de 11 ans et plus – et ce, bien que l’on ne compte que 29 % de lecteurs « actifs » déclarant avoir lu de la bande dessinée au cours des douze derniers mois. De fait, les lecteurs « actifs » sont très majoritairement (87 %) possesseurs de bandes dessinées au format papier, alors que ce n’est le cas que de 44 % des anciens lecteurs et d’un peu moins de 10 % des personnes déclarant ne jamais avoir été lectrices de bandes dessinées. Il ressort ainsi que la propriété est essentiellement le fait de lecteurs « actifs » (pour 52 %) et d’anciens lecteurs (pour 43 %), seuls moins de 5 % des possesseurs de bandes dessinées se déclarant comme non lecteurs. Le fait d’avoir des enfants constitue par ailleurs, pour les anciens lecteurs et les non-lecteurs, un facteur significatif mais pas forcément déterminant dans la possession de bandes dessinées au format papier : ainsi, on compte 36 % de « possesseurs » chez les anciens lecteurs et non-lecteurs de plus de 15 ans qui ont des enfants, contre seulement 29 % de possesseurs pour ceux qui n’en ont pas. Chez les lecteurs actuels, on observe une proportion comparable de « possesseurs », qu’ils aient des enfants ou pas (85 % contre 84 %, respectivement).

11Pour mettre ces données en perspective, rappelons que lors de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 2008, seulement 6 % des plus de 15 ans ne possédaient aucun livre (VI-2-1, question 58 : « nombre de livres possédés au foyer »), alors que l’on comptait 61 % de lecteurs « actifs » déclarant avoir lu un livre au cours des douze derniers mois (VI-3-2, question 66 : « nombre de livres lus au cours des douze derniers mois »).

12On note d’ailleurs qu’un homme est plus susceptible de posséder des bandes dessinées (à 59 %) qu’une femme (40 %), alors que la situation n’est pas aussi tranchée du côté du livre en général (7 % de « non-possédants » chez les hommes, contre 5 % chez les femmes). Un constat s’impose : au même titre que la lecture, la propriété ressort comme étant inégalement partagée, et fortement « genrée ». Sommes-nous ici en présence d’une lecture qui manquerait de légitimité aux yeux des lectrices ? Ou s’agit-il de la conséquence de l’absence d’une offre spécifique qui leur soit destinée (voir I-2, §16-17) ?

13On observe ensuite que la possession diminue avec l’âge, passant de 89 % chez les 11-14 ans à autour de 50 % à partir de 30 ans, pour connaître une forte chute au-dessus de 60 ans (23 % seulement). Cette évolution est à mettre en parallèle avec l’abandon de la lecture de bandes dessinées, et pose la question du lien qui peut exister entre lecture et possession – et en particulier, de la conservation d’une collection de bandes dessinées, quand bien même il y aurait eu abandon de la lecture de ces dernières.

14On notera que la situation pour le livre en général (en se basant toujours sur les données de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 2008) est bien différente : ainsi, la possession de livres au sens large se montre stable et s’inscrit entre 93 % et 96 % pour toutes les catégories d’âge entre 15 et 64 ans. Même chez les 65 ans et plus (au sein desquels on enregistre le plus faible taux de lecteurs, à 63 %), la possession de livres s’établit à 91 % de la population.

15La question Q72 de l’étude (« Combien de bandes dessinées possédez-vous personnellement en format papier ? ») vient d’ailleurs confirmer ces observations. Tout d’abord, on constate que la majorité des collections compte dix à cinquante ouvrages (25 % de la population âgée de 11 ans et plus, pour 49 % de possesseurs). Cette valeur se montre de plus remarquablement stable dans le temps, ne variant guère entre les 18-24 ans et les 50-59 ans.

16Ensuite, il apparaît que l’avancée en âge, une fois passé le cap des 18 ans, met en évidence deux périodes particulières : d’une part, un grand nombre de « collections modestes » (moins de dix ouvrages) chez les 18-29 ans, pour lesquels on peut supposer qu’ils doivent faire face à des impératifs économiques liés à cette période de transition (études avec éloignement potentiel du foyer familial, puis installation et entrée dans la vie active) ; et d’autre part, un renforcement après 30 ans des « grosses collections » (au-delà de cent ouvrages), qui pourrait correspondre à une accumulation graduelle au fil du temps.

Figure 1. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par tranches d’âge

Figure 1. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par tranches d’âge

Population : lecteurs âgés de 15 ans et plus.

Figure 2. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par intensité de lecture

Figure 2. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par intensité de lecture

Population : lecteurs âgés de 15 ans et plus.

17Au sein des lecteurs, si la possession de bandes dessinées progresse avec l’intensité de la lecture (nombre total de bandes dessinées lues sur une année), on observe un véritable point d’inflexion autour de dix bandes dessinées lues dans l’année, avec une possession qui s’inscrit dans la fourchette 92-95 %. Ce seuil est également présent lorsque l’on s’intéresse au détail des collections, et représente peut-être l’indicateur d’une « lecture installée ». On note par ailleurs que ce basculement se traduit également dans le détail des collections (question Q72 de l’étude), puisqu’il correspond au point où les collections de cinquante bandes dessinées ou plus passent devant les collections de moins de dix ouvrages. Au même titre que la « lecture installée » se situant au-delà du seuil de dix bandes dessinées lues dans l’année, on pourrait identifier ici une « collection conséquente » se positionnant au-dessus de cinquante bandes dessinées possédées.

18À ce stade, il est important de souligner à nouveau l’écart significatif qui s’établit vis-à-vis de la possession de livres en général. Si l’on observe ici que seuls 5 % de la population âgée de plus de 11 ans possèdent cent bandes dessinées ou plus, l’enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 2008 révélait que 40 % de la population âgée de plus 15 ans possédaient cent livres ou plus.

19La question Q73 de l’étude (« D’autres personnes au sein de votre foyer possèdent-elles d’autres bandes dessinées ? ») valide l’importance d’un environnement familial dans la présence d’une autre collection au sein du foyer (voir II-2, §16-17). Très fréquente chez les 15-17 ans (63 %), elle fléchit ensuite pour remonter chez les 40-49 ans (52 %), dans une évolution qui semble suivre la présence d’adolescents au sein du foyer. Au-delà de la question de la transmission de parent à enfant, celle du partage au sein d’une fratrie semble revêtir ici une importance notable. On notera ainsi que la présence d’une collection au sein du foyer encourage l’intensité de lecture : 62 % des lecteurs qui déclarent avoir lu plus de vingt bandes dessinées au cours des douze derniers mois font état de la présence d’une autre collection que la leur au sein du foyer.

20Si 45 % de la population âgée de 15 ans et plus possèdent en propre des bandes dessinées au format papier, ce chiffre tombe à 34 % quand on considère la présence d’une collection ne leur appartenant pas au sein du foyer – ce qui indique que dans la majorité des foyers, on ne trouve qu’une seule collection de bandes dessinées.

21Par catégorie d’âge, cet écart connaît deux positions extrêmes : tout d’abord, pour les 25-29 ans (59 % et 36 %, respectivement), chez qui semble ressortir majoritairement une pratique de collection personnelle ; ensuite, pour les 40-49 ans (46 % et 52 %, respectivement), ce qui met en évidence l’importance des collections des enfants par rapport à une pratique personnelle. On peut alors s’interroger sur les dynamiques de transmission, qui n’opéreraient pas de la même manière pour les pratiques de lecture que pour celles de collection de bandes dessinées. La collection de bandes dessinées pourrait alors relever d’une démarche autonome de la part de l’adolescent, marquant une première étape dans la constitution d’une bibliothèque personnelle.

22Les questions Q78 (« Au cours des douze derniers mois, vous est-il arrivé d’emprunter des bandes dessinées papier à des personnes extérieures à votre foyer ? ») et Q79 (« Combien de bandes dessinées, approximativement, avez-vous empruntées en moyenne par mois à des personnes extérieures à votre foyer ? ») de l’étude permettent d’aborder la sphère sociale par le biais de l’emprunt de bandes dessinées papier.

23On note tout d’abord que seulement 45 % des lecteurs de bandes dessinées de 11 ans et plus ont recours à l’emprunt entre particuliers. Contrairement à la possession de bandes dessinées papier qui se révèle relativement « sexuée » (90 % chez les lecteurs hommes, contre 80 % pour les lecteurs femmes), la pratique d’emprunt ne semble pas changer significativement en fonction du sexe. Tout juste observe-t-on plus de « gros emprunteurs » chez les hommes (5 % à plus dix bandes dessinées empruntées par mois en moyenne, contre 2 % chez les femmes).

24Si l’emprunt est plus répandu chez les jeunes lecteurs (60 % pour les 11-14 ans, 52 % pour les 15-17 ans), on observe une certaine stabilité des pratiques par la suite (autour de 40 %), à l’exception d’un décrochage net pour les 60 ans et plus (22 %). L’intensité de lecture apparaît finalement comme un déterminant concernant les pratiques d’emprunt, et l’on y observe à nouveau le seuil de « lecture installée » identifié plus haut : au sein des lecteurs de 15 ans et plus qui lisent moins de dix bandes dessinées sur une année, plus de 70 % déclarent ne jamais emprunter à des personnes extérieures à leur foyer ; à l’inverse, parmi ceux qui lisent plus de dix bandes dessinées sur une année, près d’un sur deux (49 %) a recours à l’emprunt, un taux qui monte à 62 % pour ceux qui déclarent lire plus de cinquante bandes dessinées sur une année.

25Les questions Q80 à Q83 s’intéressent aux pratiques liées à une sphère « institutionnelle » relative aux bibliothèques ou médiathèques. Cependant, il faut souligner une particularité surprenante des résultats de cette étude : ainsi, selon la question Q137 (« Êtes-vous inscrit dans une médiathèque ou une bibliothèque municipale ? »), on aurait 28 % d’inscrits pour l’ensemble de la population de 11 ans et plus, et même 48 % d’inscrits pour l’ensemble de la population des lecteurs de bandes dessinées de 11 ans et plus – soit des valeurs particulièrement élevées, surtout lorsqu’on les compare avec les données publiées dans la Synthèse nationale 2010 sur les bibliothèques municipales, qui faisaient état de 16,6 % d’inscrits. Il existerait donc un lien très fort existant entre bandes dessinées et lecture publique (voir IV-1, §10).

26Parmi les lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus, on observe que si les femmes fréquentent plus les bibliothèques que les hommes (66 % contre 59 %), les hommes sont plus nombreux à lire des bandes dessinées sur place (34 % contre 28 %, soit 57 % pour les hommes contre 43 % pour les femmes, une fois rapporté à la population qui fréquente les bibliothèques). À l’inverse, les pratiques d’emprunt de bandes dessinées en bibliothèque ne présentent pas de différences en fonction du sexe, malgré une fréquentation des établissements plus marquée chez les lectrices.

27L’observation des mêmes pratiques en fonction de l’âge suit une évolution attendue : la fréquentation est très forte chez les 11-14 ans (89 %) et les 15-17 ans (86 %), et baisse progressivement par la suite. La lecture sur place suit une évolution similaire : très répandue en dessous de 18 ans, elle est une pratique plutôt stable jusqu’à 40 ans, et s’effondre par la suite. La question Q81 (« Combien de bandes dessinées, approximativement, avez-vous lues sur place, en bibliothèque ou en médiathèque, en moyenne par mois ? ») révèle d’ailleurs qu’il s’agit d’une véritable pratique de lecteur au sein des établissements, avec une intensité qui est loin d’être négligeable : ainsi, 46 % des lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus étant allés lire à la bibliothèque au cours des douze derniers mois déclarent avoir lu une à cinq bandes dessinées par mois, auxquels il faut rajouter les 16 % qui déclarent avoir lu plus de six bandes dessinées par mois.

28On observe une situation comparable pour l’emprunt, tant au niveau de la pratique que de l’intensité : 48 % des lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus ayant emprunté à la bibliothèque au cours des douze derniers mois déclarent avoir emprunté une à cinq bandes dessinées par mois, auxquels il faut rajouter les 20 % qui déclarent avoir emprunté plus de six bandes dessinées par mois.

Figure 3. Bande dessinée et bibliothèque

Figure 3. Bande dessinée et bibliothèque

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.

  • 5 Même si, pour les plus jeunes, se pose la question de l’autonomie financière – une dimension que le (...)

29Au vu de l’importance des pratiques de lecture et d’emprunt en bibliothèque5, on peut s’interroger sur le rapport à la possession de l’objet physique. Le besoin de propriété est-il aussi affirmé en bande dessinée que pour d’autres livres ?

30Les questions Q75 à Q77 nous permettent ensuite d’aborder la sphère commerciale, dans le rapport à l’acte d’achat. La question Q75 (« Au cours des douze derniers mois, avez-vous acheté des bandes dessinées au format papier ? ») illustre à nouveau le clivage hommes-femmes que nous avions observé quant à la possession de bandes dessinées. Si 59 % des hommes et 40 % des femmes possèdent des bandes dessinées au format papier (au sein de la population de 11 ans et plus), 62 % des hommes et 56 % des femmes parmi les lecteurs de bandes dessinées de 11 ans et plus déclarent en avoir acheté au cours des douze derniers mois. L’écart se traduit également dans l’intensité de la pratique d’achat : 63 % des hommes acheteurs ont ainsi acheté cinq bandes dessinées papier ou plus (et 10 % plus de vingt), contre à peine 47 % des femmes acheteuses (et 7 % plus de vingt).

31L’approche par âge révèle un creux pour les 18-24 ans (46 % d’acheteurs, contre 59 % pour l’ensemble des lecteurs de bandes dessinées de 11 ans et plus), qui confirme un arrêt de la lecture de bandes dessinées, mais pas de la lecture en général. Nous reviendrons plus loin sur les spécificités de cette tranche d’âge. La pratique d’achat est relativement stable (y compris dans son intensité) au-dessus de 25 ans, et marque à nouveau le pas au-delà de 60 ans.

32Par contre, la question Q77 (« En général, où achetez-vous vos bandes dessinées papier ? ») met en lumière des comportements faiblement contrastés. Ainsi, au sein des lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus, les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’acheter sur un site internet généraliste (19 % contre 13 %) ou dans des braderies, dépôts-ventes, solderies, brocantes (21 % contre 15 %). On peut rapprocher cette dernière donnée de la fréquentation de festivals de bande dessinée, légèrement en faveur des hommes (27 % contre 23 % pour les femmes), toujours parmi les lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus.

33Selon l’âge, on observe des comportements assez marqués : si la grande surface arrive en premier en dessous de 25 ans, les 18-29 ans sont les plus enclins à acheter dans une librairie spécialisée en bande dessinée (alors même qu’ils représentent la population qui achète le moins), et le recours à Internet pour les moins de 40 ans s’inscrit au-dessus de 20 % pour les sites généralistes, soit une part sensiblement plus élevée que celle constatée d’Internet dans les ventes de livres (17 % selon les chiffres clés 2011-2012 publiés par l’Observatoire de l’économie du livre). On constate par ailleurs une certaine stabilité des librairies et espaces culturels généralistes (utilisés en moyenne par 59 % des lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus), un constat assez étonnant si l’on considère les énormes difficultés rencontrées par les chaînes Chapitre et Virgin ces dernières années.

34Les pratiques selon le niveau de diplôme suivent globalement les schémas « attendus », enregistrant une progression correspondante de l’achat en librairie ou en espace culturel généraliste, en librairie spécialisée en bande dessinée, ou via Internet. L’achat en braderies, dépôts-ventes, solderies, brocantes s’inscrit à l’inverse de cette progression, et représente au contraire une pratique plus favorisée par les lecteurs plus faiblement diplômés. Enfin, on pourra s’étonner de la stabilité de l’achat en grande surface, indépendamment du niveau de diplôme – pratique qui ne fléchit que chez les détenteurs d’un diplôme universitaire de deuxième ou troisième cycle, diplôme d’ingénieur, d’une grande école, etc.

35L’augmentation de l’intensité de lecture voit une montée en puissance de la librairie ou de l’espace culturel généraliste, de la librairie spécialisée en bande dessinée et du recours à Internet, soit une progression en direction de canaux de plus en plus spécialisés. Cependant, on constate encore la stabilité de la grande surface, qui demeure en seconde position comme lieu d’achat de bandes dessinées papier. Le commerce de la bande dessinée semble moins clivé que celui d’autres livres par rapport aux canaux de distribution (voir V-1, §8-9), comme le confirment les données fournies par l’institut GFK au sein de l’étude « Le marché du livre en France – État des lieux des circuits de distribution6 », réalisée pour le compte du Syndicat de la librairie française. Sa dépendance par rapport à la librairie (39 % des ventes) est moindre que celle d’autres secteurs éditoriaux (46 % pour la littérature générale, 53 % pour l’histoire), son implantation en grande surface alimentaire diffère de celle d’autres genres (16 % contre 6 % pour les beaux-arts et 27 % pour la jeunesse), tandis que ses ventes en grandes surfaces spécialisées et sur Internet figurent dans les plus hautes valeurs observées (45 % contre 43 % pour les sciences humaines et 37 % pour la littérature).

2. Une théorie des genres ?

36Avec l’installation du manga au début de la décennie 2000, l’affirmation du roman graphique et la montée en puissance annoncée des comics ces dernières années, le dispositif éditorial semble se structurer autour de grands genres souvent présentés comme imperméables les uns aux autres. Cependant, les résultats de l’étude montrent que l’on est face à des lecteurs bien souvent multigenres – et qu’au contraire, ce sont les lecteurs exclusifs (monogenres) qui fournissent le plus gros contingent d’abandon de la lecture de bandes dessinées. À l’inverse, on peut supposer que les lecteurs multigenres sont les plus impliqués dans cette pratique.

  • 7 Pour donner un exemple : si l’on s’intéresse aux lecteurs de mangas, il ne nous est pas possible d’ (...)

37Il faut également relever ici les limites de l’étude, qui considère les pratiques auxquelles nous nous intéressons dans le présent texte (possession, emprunt, achat, etc.) par rapport à la bande dessinée en général, et non pas par rapport à un genre donné7.

38Il apparaît que l’approche par genre de bande dessinée ne révèle aucune différence notable pour la possession de bandes dessinées (question Q71), y compris dans la taille des collections (question Q72) – et ce, malgré les spécificités éditoriales du manga, par exemple, qui présente un grand nombre de séries « feuilletonnantes ». Cette situation indifférenciée se retrouve également dans les questions relatives aux autres collections présentes au sein du foyer, ainsi qu’aux pratiques liées à l’emprunt à une personne extérieure au foyer.

39Les pratiques liées aux bibliothèques présentent par contre un clivage assez net, puisque les lecteurs de mangas et de comics enregistrent des taux de fréquentation beaucoup plus élevés que pour les autres genres – et montrent également une propension plus forte à la lecture et à l’emprunt. On n’observe pas, par contre, de différence notable au niveau de l’intensité de ces deux pratiques, lorsqu’elles sont avérées, pour l’ensemble des genres.

40Il est probable que cette spécificité des mangas et des comics soit liée à un lectorat ancré dans les générations les plus jeunes, et par conséquent plus actives par rapport aux bibliothèques et médiathèques. Ces dernières prennent-elles la mesure des spécificités des pratiques de ces publics ? On peut s’interroger sur l’accueil qui est réservé à ces lectures au sein des bibliothèques, avec en particulier la problématique que représente la constitution du fonds, pour un genre souvent culturellement déconsidéré et dont les titres les plus plébiscités sont des séries comportant un nombre très conséquent de volumes.

41Enfin, les questions liées à l’achat mettent en évidence des dynamiques différentes. Ainsi, les lecteurs de mangas s’affirment comme les plus multicanaux, et les seuls pour qui la grande surface est le premier lieu d’achat (64 %, contre 56 % en moyenne pour l’ensemble des lecteurs). C’est également le genre pour lequel la librairie spécialisée en bande dessinée est la plus importante (29 %, contre 19 % en moyenne pour l’ensemble des lecteurs). À l’inverse, on observe que les lecteurs de romans graphiques délaissent la grande surface (46 % seulement), favorisant plutôt la librairie spécialisée en bande dessinée (26 %). Cette particularité découle peut-être de la spécificité éditoriale du roman graphique (qui se rapproche des schémas de la littérature) par rapport aux dynamiques de séries établies tant pour les albums traditionnels que pour les mangas (voir IV-2, §9).

42Enfin, de manière générale, la librairie ou l’espace culturel généraliste émerge comme un standard stable autour de 60 %, quel que soit le genre considéré, pour les lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.

3. La frontière numérique

43La lecture de bandes dessinées au format numérique abordée par la question Q84 (« Lisez-vous des bandes dessinées au format numérique ? ») révèle une pratique encore peu répandue : en effet, seuls 14 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus déclarent en lire. De fait, les échantillons considérés pour les questions relatives à ces pratiques (questions Q84-88) sont plutôt faibles, ne représentant que cent quatre-vingt-deux individus en effectif pondéré.

44Les taux de lecture les plus élevés se rencontrent chez les 18-24 ans (29 %) et les 25-29 ans (23 %) – deux catégories d’âge que l’on peut supposer plus technophiles, ou tout du moins techno-capables que leurs aînés. Selon la question Q85 (« Ces bandes dessinées au format numérique, vous les lisez… »), l’ordinateur est encore le support le plus fréquemment utilisé (80 % des lecteurs), loin devant les tablettes numériques (26 %), les téléphones portables (18 %) et les liseuses électroniques (12 %).

  • 8 Rappelons que l’étude dont nous analysons ici les résultats a été conduite entre mai et juillet 201 (...)

45Alors que 87 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus déclarent posséder des bandes dessinées au format papier, ils ne sont que 71 % (au sein des lecteurs de bandes dessinées au format numérique) à dire posséder des bandes dessinées au format numérique8, selon les réponses à la question Q86 (« Combien de bandes dessinées possédez-vous en format numérique ? »). On note, de plus, que les collections sont de faible importance, puisque seulement 41 % des lecteurs déclarent en posséder moins de dix, et 22 % entre dix et cinquante. Au final, seuls 7 % des lecteurs de bandes dessinées au format numérique – soit à peine 1 % de la population des lecteurs de bandes dessinées – disent posséder des collections supérieures à cinquante ouvrages (alors que c’est le cas de 28 % des lecteurs de bandes dessinées au format papier).

46Ils sont d’ailleurs 47 % à déclarer ne jamais avoir acheté de bandes dessinées au format numérique, selon la question Q87 (« Vous est-il arrivé, au cours des douze derniers mois, d’acheter des bandes dessinées au format numérique ? »), mais 42 % en ont échangé selon la question Q88 (« Et vous est-il arrivé, au cours des douze derniers mois, d’échanger des bandes dessinées numériques ? »).

47En définitive, on constate chez les lecteurs de bandes dessinées au format numérique un niveau de pratique comparable à celui des lecteurs de bandes dessinées au format papier : achat 53 % / possession 71 % pour les premiers, contre achat 59 % / possession 87 % pour les seconds.

48Même lorsque l’on s’attarde sur les 18-24 ans, chez qui l’on rencontre les plus gros lecteurs de bandes dessinées au format numérique, le portrait qui ressort de cette étude révèle une situation bien éloignée du spectre d’un piratage massif de la bande dessinée que l’on a pu voir agité, comme lorsque le MOTif titrait, en janvier 2012, « La bande dessinée, proie des pirates » pour présenter « BDZ, l’observation du piratage de la BD sur le Net ». Certes, les lecteurs âgés de 18 à 24 ans sont ceux qui achètent le moins de bandes dessinées papier (46 %, contre 59 % en moyenne pour les lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus). Pour autant, ils sont 71 % à déclarer ne pas lire de bandes dessinées au format numérique, et 77 % à ne pas en posséder. La bande dessinée au format numérique (quand bien même elle serait piratée) n’apparaît donc pas comme une solution de substitution à son équivalent papier.

49En fait, il semblerait plutôt que cette catégorie d’âge soit confrontée à un contexte particulier (éloignement du foyer parental, poursuite des études, diversification des centres d’intérêt, intégration sociale, etc.), et se retrouve à reconsidérer son rapport à la bande dessinée et au livre en général. Cette période charnière paraît se prolonger avec l’installation dans la vie active pour les 25-29 ans. Ce sont d’ailleurs les deux catégories d’âge qui comptent le plus d’anciens lecteurs de bandes dessinées (58 % pour les 18-24 ans, 65 % pour les 25-29 ans), et l’on peut discerner certaines de leurs préoccupations spécifiques dans les raisons invoquées pour l’abandon de la pratique (en dehors du trio habituel : « La bande dessinée ne vous intéresse plus », « Vous avez moins de temps pour lire » et « Vous préférez d’autres lectures ou d’autres loisirs » que l’on retrouve en tête).

50Ainsi, si la question du prix ressort (« Les bandes dessinées coûtent trop cher »), on relève également l’importance de l’intégration sociale (« Votre entourage ne s’intéresse pas à la bande dessinée »), l’évolution de l’offre en bande dessinée (« Vous ne savez pas s’il y a des genres de bandes dessinées qui pourraient vous intéresser », « Vous êtes déçu par l’évolution de la bande dessinée » et « Vos auteurs préférés ne publient plus »), et finalement la facilité d’accès à la bande dessinée (« Vous ne pouvez pas acheter ou emprunter les bandes dessinées qui vous intéressent à côté de chez vous »). Ces quatre facteurs (prix, intégration sociale, évolution de l’offre, accès) semblent revêtir une importance particulière pour ces deux catégories d’âge, qui les mentionnent nettement plus fréquemment que les autres : ainsi, les six raisons évoquées cumulent 54 % d’adhésion pour les 18-24 ans et 42 % pour les 25-29 ans, loin devant les 15-17 ans (34 %), les plus de 30 ans se situant à moins de 20 %.

4. Une tentative de cartographie

51L’analyse des résultats concernant les pratiques liées à la bande dessinée au format numérique par genre ne se montre pas vraiment plus significative que pour les bandes dessinées papier : possession, achat, échange, et même support de lecture se retrouvent globalement inchangés, quel que soit le genre considéré. Seule la lecture au format numérique semble favoriser le manga, pour lequel elle est pratiquée par 27 % des lecteurs de bandes dessinées de 11 ans et plus, contre 20 % pour les comics, 22 % pour les romans graphiques, 12 % pour les albums traditionnels et 16 % pour les journaux d’humour. Cet écart, que l’on ne retrouve pas au sein des autres pratiques, pourrait s’expliquer par le phénomène des scantrads (de « scan-traductions », traductions amateur de mangas généralement mises à disposition gratuitement en ligne), qui existe essentiellement pour les mangas. Cependant, il faut souligner ici que les lecteurs de mangas demeurent les acheteurs de bandes dessinées papier les plus actifs, comparé aux autres genres, puisqu’ils sont 69 % à déclarer avoir acheté des bandes dessinées papier au cours des douze derniers mois, et même 25 % à en avoir acheté plus de dix.

52Cinq sphères émergent ainsi pour notre cartographie :

  • une sphère personnelle [P] (relevant du lecteur lui-même) ;

  • une sphère familiale [F] (relevant des autres personnes du même foyer) ;

  • une sphère sociale [S] (l’ensemble des collections particulières hors du foyer) ;

  • une sphère institutionnelle [I] (regroupant l’ensemble des espaces destinés à la consultation et au prêt) ;

  • et enfin, une sphère commerciale [C] (regroupant l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre susceptibles d’établir une transaction marchande avec un particulier : auteurs, éditeurs, points de vente).

53Ces sphères se répartissent au sein d’espaces différents, que l’on peut identifier : foyer contre extérieur comme évoqué plus haut (PF/SIC), particuliers contre professionnels (PFS/IC), gratuit contre marchand (PFSI/C).

5. Données disponibles

54Si l’enquête 2011 s’intéresse de près au comportement des lecteurs de bandes dessinées, le questionnement en profondeur de la circulation se heurte à un certain nombre de limites. Il y a tout d’abord le choix de circonscrire la bande dessinée aux livres (ou assimilés – dont leurs équivalents numériques) ou aux journaux d’humour (magazines spécialisés). Or, la bande dessinée existe en dehors de ces seules formes, sous des formes marginales certes, mais dont certaines présentent une visibilité des plus importantes (en particulier, la prépublication dans un quotidien ou un hebdomadaire, au rythme de quelques pages par numéro, souvent durant l’été).

55On notera par ailleurs que le questionnaire se montre asymétrique quant aux modalités de la circulation de la bande dessinée, privilégiant les flux centripètes (achat, emprunt) au détriment des flux centrifuges (vente, prêt). Par le choix qui a été fait d’écarter les questions relatives à ces dernières pratiques, le lecteur y est essentiellement considéré comme un récepteur.

56Une fois ces limites posées (qui se veulent plus comme des encouragements à poursuivre plus avant l’exploration de ces problématiques que comme de véritables doléances), les données collectées par l’enquête se montrent particulièrement riches – tout juste regrettera-t-on que la question de la lecture sur le lieu de vente n’ait pas été abordée.

57Dans le cadre de cette analyse, nous nous sommes particulièrement intéressés aux données suivantes (organisées en fonctions des sphères que nous avons identifiées), qui nous permettront d’explorer la cartographie établie plus haut et de dresser une première ébauche de la circulation de la bande dessinée. Nous avons à chaque fois précisé le type de réponse (binaire, quantitative, gradation ou choix multiple) qui était proposé.

  • Sphère personnelle [P] : Q071 (« Vous personnellement, possédez-vous des bandes dessinées au format papier ? » – binaire) / Q072 (« Combien de bandes dessinées possédez-vous personnellement en format papier ? » – quantitative) / Q084 (« Lisez-vous des bandes dessinées au format numérique ? » – binaire) / Q086 (« Combien de bandes dessinées possédez-vous en format numérique ? » – quantitative)

  • Sphère familiale [F] : Q073 (« D’autres personnes au sein de votre foyer possèdent-elles d’autres bandes dessinées ? » – binaire) / Q074 (« Combien de bandes dessinées possèdent-elles, en dehors des vôtres ? » – quantitative) / Q091 (« Parlez-vous souvent, parfois, rarement, ou jamais bande dessinée avec vos enfants (pour les adultes) / vos parents (pour les jeunes et les enfants) » – gradation)

    • 9 Si nous introduisons ici une redondance avec la famille, celle-ci devrait s’équilibrer du fait de l (...)

    Sphère sociale [S] : Q078 (« Au cours des douze derniers mois, vous est-il arrivé d’emprunter des bandes dessinées papier à des personnes extérieures à votre foyer ? » – binaire) / Q079 (« Combien de bandes dessinées, approximativement, avez-vous empruntées en moyenne par mois à des personnes extérieures à votre foyer ? » – quantitative) / Q092 (« Parlez-vous souvent, parfois, rarement, ou jamais bande dessinée avec les autres membres de votre famille, vos amis ou vos collègues » – gradation)9 / Q093 (« Parlez-vous souvent, parfois, rarement, ou jamais bande dessinée avec des personnes que vous ne connaissez pas sur des forums ou des réseaux sociaux » – gradation) / Q088 (« Et vous est-il arrivé, au cours des douze derniers mois, d’échanger des bandes dessinées numériques ? » – gradation)

  • Sphère institutionnelle [I] : Q080 (« Toujours au cours des douze derniers mois, vous est-il arrivé d’aller à la bibliothèque ou à la médiathèque pour lire des bandes dessinées sur place ? » – binaire) / Q081 (« Combien de bandes dessinées, approximativement, avez-vous lues sur place, en bibliothèque ou en médiathèque, en moyenne par mois ? » – quantitative) / Q082 (« Et vous est-il arrivé, au cours des douze derniers mois, d’aller à la bibliothèque ou à la médiathèque pour emprunter des bandes dessinées ? » – binaire) / Q083 (« Combien de bandes dessinées, approximativement, avez-vous empruntées, en bibliothèque ou en médiathèque, en moyenne par mois ? » – quantitative)

  • Sphère commerciale [C] : Q075 (« Au cours des douze derniers mois, avez-vous acheté des bandes dessinées au format papier ? » – binaire) / Q076 (« Combien de bandes dessinées papier avez-vous achetées au cours des douze derniers mois ? » – quantitative) / Q77 (« En général, où achetez-vous vos bandes dessinées papier ? » – choix multiple) / Q087 (« Vous est-il arrivé, au cours des douze derniers mois, d’acheter des bandes dessinées au format numérique ? » – gradation)

  • 10 C’est pour une raison similaire que nous avons préféré privilégier les indications de fréquentation (...)

58On notera ici que la question de la lecture de bandes dessinées au format numérique n’apporte aucune indication de quantité, seulement une indication de pratique10, ce qui limitera d’autant l’exploration de cette dimension.

6. Profils de lecteurs

59Considérant la population des lecteurs actifs âgés de 15 ans et plus, on observe un investissement important dans l’ensemble des sphères de notre cartographie. Une forme de hiérarchie semble s’en dégager, la sphère personnelle se trouvant (naturellement) au premier plan, devant les sphères familiale et commerciale, et enfin les sphères sociale et institutionnelle.

Figure 4. La lecture de bandes dessinées : répartition en sphères

Figure 4. La lecture de bandes dessinées : répartition en sphères

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.

60La dimension numérique semble pour l’instant marginale, avec seulement 1 % des lecteurs possédant une collection conséquente, mais paraît indiquer une installation à venir : achat et échange (qui visent à enrichir ces collections) font preuve d’un dynamisme plus marqué, puisqu’ils concernent 5 % des lecteurs au global. Il faut cependant souligner combien la dimension numérique s’établit déjà comme un espace d’échange d’information autour de la bande dessinée : près d’un quart des lecteurs (23 %) déclare avoir parlé bande dessinée sur des forums ou des réseaux sociaux.

61Nous avons précédemment identifié un seuil se situant à plus de dix bandes dessinées lues au cours des douze derniers mois, qui sépareraient les lecteurs entre tenants d’une lecture occasionnelle, et ceux d’une lecture installée. De manière fortuite, cette distinction partage l’ensemble des lecteurs en deux populations quasiment égales, puisque l’on compte au sein des lecteurs âgés de 15 ans et plus 48 % d’« occasionnels » contre 52 % d’« installés ».

62On y remarque cependant des différences qui renvoient bien souvent aux observations formulées plus haut dans ce texte : ainsi, les « installés » sont majoritairement des hommes (à 68 %) alors que les « occasionnels » sont plus équilibrés (52 % d’hommes, 48 % de femmes) ; on trouve plus d’« occasionnels » chez les 18-29 ans et chez les 60 ans et plus, alors que les « installés » sont très présents chez les 15-17 ans et chez les 30-49 ans ; enfin, on compte plus d’« installés » qui ont des enfants (à 50 %) que d’« occasionnels » (à 44 %).

63Par ailleurs, l’écart entre les deux populations est particulièrement marquant dans les pratiques de relecture (touchant 29 % des « occasionnels », contre 65 % des « installés »), d’emprunt hors du foyer (29 % contre 48 %), de lecture ou d’emprunt en bibliothèque (13 % et 16 %, respectivement, contre 30 % et 36 %), ou d’achat (42 % contre 70 %).

64Comme observé plus haut, on constate une rupture nette dans la taille des collections : alors que 46 % des « installés » possèdent plus de cinquante bandes dessinées au format papier, ce n’est le cas que de 15 % des « occasionnels ». De même, la moitié des « installés » déclare acheter cinq bandes dessinées au format papier ou plus dans l’année, alors que c’est le cas d’à peine 12 % des « occasionnels ».

65Un écart comparable se retrouve dans les pratiques d’emprunt « soutenues » (une fois ou plus par mois) auprès d’un tiers, ainsi que pour la lecture et l’emprunt en bibliothèque, concernant respectivement 26 %, 21 % et 27 % des « installés », contre 10 %, 6 % et 8 % seulement des « occasionnels ».

66Il en ressort que les lecteurs « installés » font preuve d’une pratique active et mobilisent fortement les diverses modalités d’accès à la bande dessinée, par rapport aux tenants d’une lecture occasionnelle, qui se montrent nettement moins impliqués (les données variant du simple au double) dans tous les domaines.

Figure 5. Types de lecteurs et monde du livre de bandes dessinées

Figure 5. Types de lecteurs et monde du livre de bandes dessinées

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.

67Enfin, les lecteurs « installés » sont déjà bien engagés dans le numérique, puisque 18 % d’entre eux déclarent lire des bandes dessinées au format numérique, et 28 % d’entre eux ont déjà participé à des discussions autour de la bande dessinée sur Internet. Ils sont aussi, de très loin, plus nombreux à posséder, échanger ou acheter des bandes dessinées au format numérique.

7. Non-acheteurs et non-possesseurs

  • 11 Le principe de Pareto, également appelé « principe des 80-20 », est un phénomène empirique constaté (...)

68Si la dimension commerciale de la bande dessinée est bien souvent mise en avant dans la presse (spécialisée ou pas), à grands coups de « santé insolente du secteur » et de « large succès populaire », il faut reconnaître que l’achat est loin de toucher tous les lecteurs, puisque seuls 59 % d’entre eux déclarent avoir acheté une bande dessinée au format papier au cours des douze mois écoulés. Plus encore, seul un lecteur sur six (16 %) dit avoir acheté plus de dix bandes dessinées durant les douze mois précédents – cette population réalisant autour de 70 % des achats totaux, une situation proche de ce qu’indique le principe de Pareto11. Enfin, à peine 1,5 % des lecteurs déclarent avoir acheté plus de cinquante bandes dessinées sur cette période – mais représentent près de 20 % de la totalité des achats.

69Dans cette cartographie de la circulation de la bande dessinée, deux typologies de lecteurs méritent alors que l’on s’y attarde : d’une part, les lecteurs qui n’achètent pas de bandes dessinées, et qui sont donc absents (si ce n’est momentanément) de la sphère commerciale (43 % des lecteurs) ; et d’autre part, les lecteurs qui ne possèdent pas de bandes dessinées (15 % des lecteurs), alors même que la « collection » semble être étroitement associée avec la pratique de lecture.

70Ces considérations font apparaître quatre populations distinctes de lecteurs : les possesseurs/acheteurs (P/A, 53 % des lecteurs adultes), les possesseurs/non-acheteurs (P/nA, 31 %), les non-possesseurs/acheteurs (nP/A, 5 %), et enfin les non-possesseurs/non-acheteurs (nP/nA, 11 %).

Figure 6. Propriété et achat : quelles populations ?

Figure 6. Propriété et achat : quelles populations ?

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.

71Alors que lecteurs « occasionnels » et lecteurs « installés » sont presque également représentés au sein de la population des lecteurs âgés de 18 ans et plus (48 % contre 52 %, respectivement), on observe un faible taux de lecteurs « installés » au sein des populations de possesseurs/non-acheteurs (39 %), de non-possesseurs/acheteurs (37 %), et surtout de non-possesseurs/non-acheteurs (22 %).

72Dans cette segmentation, la pratique de l’achat ressort comme fortement corrélée au fait d’avoir des enfants : ainsi, 59 % des possesseurs/acheteurs mais surtout 73 % des non-possesseurs/acheteurs déclarent avoir des enfants, alors que ce n’est pas le cas pour 43 % des possesseurs/non-acheteurs et de 42 % des non-possesseurs/non-acheteurs. Les non-possesseurs/acheteurs sont, de plus, en majorité des femmes (74 %), pour moitié (49 %) âgés de 30 à 49 ans, et qui déclarent à 84 % qu’une autre personne au sein de leur foyer possède des bandes dessinées au format papier – renforçant l’hypothèse d’un achat pour un tiers.

73Par ailleurs, les possesseurs/non-acheteurs semblent être actifs et impliqués, s’appuyant sur d’autres pratiques que l’achat pour compenser ce « déficit » : ils se montrent ainsi plus enclins à avoir recours à l’emprunt (à une personne extérieure au foyer ou en bibliothèque) et à la lecture au format numérique que les deux autres populations de « non ».

74Enfin, on observe une surreprésentation des 18-24 ans au sein des non-possesseurs/non-acheteurs (26 %, contre 18 % de l’ensemble des lecteurs adultes), population dont nous avons noté la situation particulière.

8. Conclusion

75Contrairement aux portraits de collectionneurs chasseurs de dédicaces qui fleurissent dans la presse chaque année au moment de l’ouverture du Festival d’Angoulême (lui-même revendiqué comme « la plus grande librairie de bande dessinée du monde »), le lecteur de bandes dessinées ne se réduit pas à sa seule dimension d’acheteur, et démontre au contraire sa capacité à mobiliser l’ensemble des modalités d’accès à la bande dessinée qui lui sont proposées. La sphère commerciale, bien que présente, apparaît comme largement concurrencée par les pratiques d’emprunt, et relève essentiellement d’un petit noyau de lecteurs très impliqués.

  • 12 Rappelons, s’il le faut, que l’enquête sur laquelle cette analyse est basée a été conduite durant l (...)

76Alors que le numérique y est encore restreint à une population relative jeune, la croissance de ce secteur durant les deux dernières années12 laisse envisager son implantation à large échelle dans un avenir proche. Dans cette perspective, il faut souligner combien les choix stratégiques et techniques effectués par les acteurs de la sphère commerciale négligent, voire interdisent le prêt.

77La disparition à moyen terme de cette modalité d’accès à la bande dessinée pourrait avoir diverses conséquences : la réduction du nombre de lecteurs occasionnels, perdant ainsi une part importante de leur exposition à la bande dessinée, lecture envers laquelle ils sont peu impliqués ; le report des gros lecteurs vers les alternatives moins légales mais plus souples vis-à-vis du partage et de l’échange, entraînant une diminution forte des achats ; enfin, la remise en question à long terme de l’un des principaux vecteurs de transmission entre les générations, à savoir l’accès à la collection parentale qui ne relèverait plus de l’évidence.

78Face à cette révolution numérique annoncée qui recompose en profondeur nos usages et notre rapport au livre, et a fortiori à la bande dessinée, la question de la circulation et de son évolution future pourrait bien constituer un enjeu majeur pour le secteur.

Notes

1 On pourra y rapprocher la déclaration de Daniel Couvreur en ouverture de son article « La popularité de la BD n’est pas un mythe » (Le Soir, 20 janvier 2009) : « Pour les jeunes de 7 à 77 ans : le slogan inventé par le fondateur du journal Tintin, Raymond Leblanc, reste la plus belle image de la vocation populaire de la bande dessinée. »

2 Voir l’article de Jean-Philippe Martin, « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée », Comicalités, mis en ligne le 10 février 2012, §16. URL <http://comicalites.revues.org/827> ; DOI <10.4000/comicalites.827> [page consultée le 5 août 2014].

3 Les « Fauves d’Angoulême » ont subi une réorganisation profonde pour l’édition 2010, Benoît Mouchart en expliquant les motivations dans 20 Minutes : « On a eu un retour mitigé des libraires. Le public n’accordait pas forcément de valeur aux prix ex aequo. Les nouveaux prix seront des conseils de lecture en fonction des affinités de chacun. Le but est que le plus grand nombre de personnes trouve dans le palmarès la BD qui lui convient » (dans « Angoulême laisse éclater quelques bulles », 20 Minutes, 3 décembre 2009. Disponible en ligne. URL <http://www.20minutes.fr/culture/368364-angouleme-laisse-eclater-quelques-bulles> [page consultée le 17 janvier 2015]). Les six catégories en résultant étaient alors : le prix spécial du jury, le prix de la série (rentrent dans cette catégorie les séries d’au minimum trois tomes), le prix révélation, le prix regards sur le monde (pour « une œuvre traitant des problématiques du monde contemporain »), le prix de l’audace (pour « une œuvre développant une approche innovante (formelle ou narrative) de la bande dessinée ») et le prix intergénérations (pour « une œuvre transgénérationnelle, susceptible d’intéresser tous les publics sans distinction d’âge »).

4 Il faut noter que le fait de suivre un auteur est significativement plus important pour les possesseurs de bandes dessinées au format papier que pour ceux qui n’en possèdent pas. Si histoire et dessin émergent comme les deux premiers déterminants de la lecture et de la propriété, le fait de « suivre un auteur » agit aussi, même marginalement. À l’inverse, il ne ressort rien de tel sur le fait de « suivre une série ».

5 Même si, pour les plus jeunes, se pose la question de l’autonomie financière – une dimension que les données à notre disposition ne nous permettent pas d’interroger.

6 Disponible en ligne. URL <http://www.syndicat-librairie.fr/images/documents/etude_slf_tat_des_lieux_circuits_distribution_mai_2013.pdf> [page consultée le 17 janvier 2015].

7 Pour donner un exemple : si l’on s’intéresse aux lecteurs de mangas, il ne nous est pas possible d’explorer leurs pratiques d’achat (ou de prêt, etc.) de mangas en particulier, mais seulement de bandes dessinées, tous genres confondus.

8 Rappelons que l’étude dont nous analysons ici les résultats a été conduite entre mai et juillet 2011. À cette époque, les offres légales de bandes dessinées au format numérique se présentent sous des formes et des formats très variés : formats ePub et PDF (Numilog), formats propriétaires (AveComics Production avec son format AVE, BDTouch ou encore Relay), applications dédiées (Mozzo), et enfin diffusion en streaming – c’est-à-dire sans réelle « possession » pour le lecteur-abonné (digiBiDi ou izneo, lancé en mars 2010). C’est cette dernière solution qui est aujourd’hui privilégiée par les deux acteurs majeurs du secteur, izneo et comiXology.

9 Si nous introduisons ici une redondance avec la famille, celle-ci devrait s’équilibrer du fait de la présence d’une question similaire au niveau de la sphère familiale. Par ailleurs, nous ne disposons d’aucun autre moyen (dans le cadre de ce questionnaire) d’accéder aux éléments relatifs aux discussions avec les collègues et amis.

10 C’est pour une raison similaire que nous avons préféré privilégier les indications de fréquentation des bibliothèques, plutôt que la donnée d’inscription à une bibliothèque, comparativement plus pauvre pour la problématique qui nous intéresse ici.

11 Le principe de Pareto, également appelé « principe des 80-20 », est un phénomène empirique constaté dans certains domaines, pour lesquels environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Il est généralement utilisé comme outil d’analyse (en particulier dans le domaine de l’entreprise), permettant de distinguer les éléments stratégiques des éléments plus secondaires.

12 Rappelons, s’il le faut, que l’enquête sur laquelle cette analyse est basée a été conduite durant l’année 2011.

Table des illustrations

Titre Figure 1. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par tranches d’âge
Légende Population : lecteurs âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-1.png
Fichier image/png, 161k
Titre Figure 2. La propriété de bandes dessinées en format papier : répartition par intensité de lecture
Légende Population : lecteurs âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-2.png
Fichier image/png, 243k
Titre Figure 3. Bande dessinée et bibliothèque
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-3.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 4. La lecture de bandes dessinées : répartition en sphères
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-4.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 5. Types de lecteurs et monde du livre de bandes dessinées
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-5.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 6. Propriété et achat : quelles populations ?
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1680/img-6.png
Fichier image/png, 167k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2015

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter