Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?

 | 
Benoît Berthou

V. La notion et les pratiques de médiation en question. Le cas de la bande dessinée

Benoît Berthou

Texte intégral

1« Ce rôle de tri, de sélection, d’orientation, d’aide au choix est normalement assuré par un certain nombre de médiateurs qui semblent manquer cruellement (et uniformément) à la bande dessinée » (Ciment, p. 41). Nous serions face à une lecture en mal de repères, et surtout de relais : tel est le sombre constat que dressait en 2007 Gilles Ciment, et que l’étude sur la lecture de bandes dessinées que nous exploitons dans le cadre de cet ouvrage nous invite à interroger et à mettre en perspective. Plus que la seule action des « médiateurs », c’est l’ensemble des « médiations » permettant de créer un lien entre des individus et un mode d’expression que nous interrogerons ici. La bande dessinée nous invite effectivement à repenser une notion qu’un chercheur comme Jean Caune présente comme un « hybride de techniques, d’objets et d’intervention humaine » (Caune, 2010, §13) mobilisant organisations, équipements ou compétences, et le présent article entend le faire au regard de deux thèmes : le partage et la prescription.

1. Se « débrouiller seul » : une condition de lecteur ?

2La définition que nous présentons ci-dessus nous semble en effet devoir être reconsidérée, tant elle nous semble problématique dans le cas qui nous intéresse : on peut même douter de sa pertinence et se demander si la bande dessinée ne se situe pas aux antipodes des positions qu’adopte un sociologue comme Antoine Hennion dans son ouvrage La Passion musicale. Une sociologie de la médiation. La notion y est en effet pensée comme un processus fondamentalement collectif : « C’est la longue série hétérogène des médiations renvoyant toutes les unes aux autres qui crée l’irréversibilité du mouvement, alors que chacune d’elles isolément n’y suffit pas » (Hennion, 2007, p. 247). Ne constituant pas l’apanage d’une seule et unique catégorie d’acteurs (qu’il s’agisse d’auteurs, de lecteurs ou de toutes sortes de professionnels), la médiation est ici appréhendée sur le mode de la « chaîne » : elle engage une organisation, ou du moins une communauté susceptible d’entraîner une « irréversibilité » en les « renvoyant les unes aux autres ».

3« Fauteuil de l’auditeur de disque et de concert », symbole d’un plaisir auquel il est légitime de se consacrer et adoubé par l’institution, « tradition d’excellents interprètes », reconnus et présentés comme tels, en passant par organes critiques (une « Tribune des critiques de disque » offrant un « écho à son sentiment exaspéré »), dispositifs pédagogiques (« le relais de tout le système institutionnel de l’enseignement »), cohésion des tenants de la distribution (« la programmation des grandes salles de concert ») : Antoine Hennion (idem, p. 247-248 pour toutes les citations ci-dessus) décrit ici un système posant les fondements d’une « passion » mobilisant une communauté de goûts, de professions et d’institutions… L’expérience du lecteur de bandes dessinées diffère diffère apparemment radicalement de ce modèle : en atteste clairement l’examen du « rôle de tri, de sélection, d’orientation, d’aide au choix » qu’évoque Gilles Ciment, et plus précisément les données que nous avons récoltées à propos d’un ensemble de propositions de réponses à la question « Pour choisir vos bandes dessinées… »

Figure 1. Les choix de lecture de bandes dessinées : quelles modalités ?

Figure 1. Les choix de lecture de bandes dessinées : quelles modalités ?

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

4Concernant le prêt ou l’achat (les modes d’accès aux livres n’étant pas ici spécifiés), ces statistiques ne semblent aucunement relever d’une « longue série hétérogène » : l’une des propositions (« Vous vous débrouillez seul ») arrive en effet très largement en tête et occupe une position absolument hégémonique (85 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de plus de 15 ans), ce quel que soit l’angle sous lequel nous considérons notre échantillon. Le sexe des lecteurs ne change pas grand-chose à l’affaire (87 % des hommes, 82 % des femmes), de même que l’âge (90 % des 18-24 ans, 80 % des 60 ans et plus, les autres catégories se situant entre ces deux valeurs), le nombre de bandes dessinées lues (81 % des lecteurs d’une à quatre BD dans l’année, 89 % de ceux en lisant cinquante et plus, en passant par 90 % des lecteurs de dix à dix-neuf BD dans l’année) ou encore le genre (83 % des lecteurs de mangas et de romans graphiques, 85 % de ceux qui affectionnent les comics ou les albums).

Les « médiateurs » : au-delà du « conseil »

5Ce faisant, la lecture de bandes dessinées nous place dans une situation des plus originales : il s’agit d’interroger cette « débrouille solitaire », cette autonomie clairement revendiquée par les personnes que nous avons interrogées comme si elles se reconnaissaient dans une capacité à choisir sans se confier à un intermédiaire ou à une quelconque autorité. Quelles procédures, compétences, exigences ces lecteurs sont-ils dès lors à même de mobiliser ou, pour le dire autrement, que signifie déployer une activité culturelle sans jamais se réclamer du système et de la « chaîne » qu’évoque Antoine Hennion ? Telles sont ici les questions puisque nous sommes face à des lecteurs qui lisent, achètent, empruntent et prêtent (voir III-1) en reléguant au second plan des « médiations » qui voient leur importance clairement minorée. Les contours de l’« hybride » qu’évoque Jean Caune semblent en effet devoir être largement précisés, comme en attestent les données concernant l’une des propositions soumises aux personnes interrogées : « Vous prenez directement conseil auprès de libraires, bibliothécaires ».

6Avis permettant de diriger une conduite, ce « conseil » porte directement la marque des « médiateurs » qu’évoque Gilles Ciment, puisqu’il renvoie à un rôle « d’orientation » et « d’aide au choix » parmi tous les livres constituant cet ensemble que nous appelons bande dessinée. Et on pourrait naïvement penser que l’importance de ces fonctions va grandissant, que cette « aide » est rendue toujours plus nécessaire par une proposition éditoriale s’étoffant continuellement (mille neuf cent soixante-trois nouvelles parutions en 2000 selon les chiffres fournis par le Syndicat national de l’édition, contre cinq mille deux cent treize dix ans plus tard, le nombre total de titres ayant crû de 354 % entre 1994 et cette dernière date). Mais, à en croire les données que nous avons récoltées, l’abondance de livres n’implique pourtant pas forcément le recours au conseil des professionnels du livre : 8 % des réponses seulement se portent sur la proposition mentionnée ci-dessus, soit la valeur la plus faible que nous pouvons observer. Se situant au même niveau que la consultation « de sites et de forums », elle est inférieure à la lecture de « critiques dans la presse » et presque trois fois moins élevée que les interactions entre les lecteurs et leur « entourage ».

7La faiblesse du recours au « conseil » est manifeste au regard de ces chiffres, mais elle est également structurelle puisque les données dont nous disposons montrent que cette position est largement partagée par les personnes constituant notre échantillon. L’âge n’a que peu d’influence puisque seulement 8 à 9 % de l’ensemble des « répondants » âgés de 25 ans ou plus se prononcent en faveur de cette proposition. Et il en est de même en ce qui concerne les catégories socioprofessionnelles, les réponses se distribuant de façon remarquablement homogènes (9 % des artisans, commerçants, chefs d’entreprises, des cadres et professions intellectuelles supérieures et des ouvriers, contre 8 % et 7 % des professions intermédiaires et des employés). Les seules (et timides) variations observables concernent le sexe (seulement 7 % des hommes déclarant avoir recours au « conseil » contre 10 % des femmes) et le genre de bandes dessinées lues (8 % dans le cas des amateurs d’albums, 9 % pour le manga, contre 11 % et 13 % dans le cas des comics et du roman graphique).

Quel rôle pour libraires et bibliothécaires ?

8Ces chiffres nous invitent assurément à préciser les tenants et aboutissants de « l’intervention humaine » qu’évoque Jean Caune : médiation il y a (puisque bibliothèques et librairies sont largement fréquentées), mais il s’agit apparemment de penser celle-ci en se situant au-delà d’identités professionnelles figées, voire de l’un des rôles que l’on peut attribuer à certains métiers du livre. Que penser par exemple d’une affirmation comme celle de Matthieu de Montchalin lors d’une table ronde organisée par la Société des gens de lettres : « Nous faisons du conseil, chaque libraire à sa façon, et cette subjectivité assumée et argumentée est justement ce que le client demande à la librairie indépendante, avec son offre riche et diverse » (SGDL, 2013) ? Au regard de nos données, cette « demande » n’est en fait pas significative, voire tout simplement inexistante, et il nous faut dès lors adopter un tout autre point de vue. D’autres raisons expliquent que 59 % des acheteurs (au cours des douze derniers mois) de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus déclarent privilégier une « librairie et un espace culturel généraliste » tout autant qu’une « grande surface » (56 %) et plus qu’un « site internet généraliste » (17 %) ou une « maison de la presse » et un « kiosque » (14 %).

Figure 2. L’accès à la bande dessinée : quels médiateurs ?

Figure 2. L’accès à la bande dessinée : quels médiateurs ?

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de plus de 11 ans et de plus de 15 ans. Données exprimées en pourcentages.

9Évoquant, lors de cette même table ronde, un « contexte d’incertitude sur le rôle que peut jouer le conseil dans une librairie » (ibid.), François Rouet semble faire preuve d’une prudence qui sied mieux au cas de la bande dessinée. En atteste par exemple au sein des pratiques d’achat la moindre représentation de commerces que l’on pourrait pourtant imaginer animés par des « médiateurs » résolument compétents en termes de recommandation. Si la relative faiblesse de la fréquentation des « librairies spécialisées en bande dessinée » (19 %) peut en partie s’expliquer par le nombre réduit d’officines et leur concentration au sein d’agglomérations de tailles conséquentes, le moindre recours à des « sites internet spécialisés en bande dessinée » (6 %) est par contre significatif tant l’actuelle proposition (bdfugue.com, bdnet.com, librairie.citebd.com…) est performante et conséquente. Et la même réflexion semble également valoir pour un autre métier du livre : une bibliothèque qui joue en termes d’équipement un rôle tout aussi prépondérant et nous place, ce faisant, face à un véritable paradoxe.

10Le faible recours au conseil de bibliothécaires (8 % des lecteurs, rappelons-le) est en effet à mettre en perspective vis-à-vis de l’extraordinaire popularité de ces établissements. En effet, notre étude nous livre sur ce point des données saisissantes, puisque 48 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de plus de 11 ans déclarent être « inscrits dans une bibliothèque ou une médiathèque municipale » : ce chiffre est plus de deux fois et demie supérieur à la moyenne nationale (17 %) présentée dans les Données d’activité 2012 des bibliothèques municipales : synthèse nationale (p. 39) établie par la Direction du livre de la lecture. Et, même si l’inscription constitue la mesure la plus tangible de l’attrait de ces équipements, il ne s’agit pas de la seule et unique preuve des liens forts unissant bibliothèques et bandes dessinées : 62 % des lecteurs déclarent ainsi avoir fréquenté une bibliothèque ou une médiathèque au cours des douze derniers mois, et 32 % avoir lu des bandes dessinées sur place dans des proportions parfois conséquentes (une à cinq par mois pour 10 % d’entre eux).

La bibliothèque : repenser la médiation

11Popularité des établissements, faible demande de conseil : telle est la situation que brossent les données que nous avons récoltées, et force est de constater qu’elles posent clairement problème vis-à-vis de l’« hybride » qu’évoque Jean Caune. Deux des pans de l’activité de bibliothécaire (et de libraire) ne paraissent pas fonctionner de concert, et il s’agit dès lors de revenir sur les idées reçues, voire préconçues, ayant trait à ces métiers du livre donné. Il semble avant tout nécessaire de pousser plus avant une réflexion sur la notion de « médiation », et nous nous devons ainsi de préciser, voire d’amender, les positions que nous adoptions en 2011 dans le Bulletin des bibliothèques de France en présentant la bande dessinée comme « un défi pour la bibliothèque » : « Il semble que nous soyons en fait face à un mode d’expression et de publication qui nous invite à reconsidérer tous les aspects du métier, sans exception aucune » (Berthou, 2011), et avant tout la capacité des personnels à prendre la mesure de la variété des publics de la bande dessinée.

12Se fondant sur l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, cette affirmation ne semble plus aller de soi au regard des nouvelles données dont nous disposons : si « médiation » il y a, celle-ci passe avant tout par la collection, la proposition éditoriale mise à disposition de « l’usager emprunteur » et « fréquentant ». L’hégémonique « Vous vous débrouillez seul » (85 % des réponses, rappelons-le) circonscrit en effet avant tout un espace bien précis : celui qui permet une confrontation aux ouvrages, que l’on peut considérer librement, feuilleter et parcourir à sa guise, plaisirs qui résident peut-être en partie dans la mise à distance de toute forme explicite ou formelle de recommandation. Et il est même permis de poser une question : la bande dessinée n’est-elle pas après tout en majeure partie une lecture rapide, supposant un investissement en temps somme toute limité, et permettant de se soustraire à une autorité ? « On » ne nous dit pas quoi lire, et si le « conseil » doit être disponible, peut-être faut-il le penser non sur le mode de la prescription mais sur celui de l’information.

13Il s’agit de tirer parti de cette « débrouille solitaire », de s’inscrire dans cet espace d’autonomie finalement revendiquée : multiplions les présentoirs mettant les livres « sous les yeux », agrémentons les ouvrages de « coups de cœur » sur le mode des libraires, mêlons les collections au sein de « bédéthèque » afin de permettre une circulation entre genres et styles (et ainsi lutter contre l’arrêt de la lecture dont Sylvain Aquatias montre qu’il concerne principalement ceux qui lisent un seul type de bandes dessinées : voir II-5, §85-86)… Entre deux des conceptions de la « médiation » qu’évoque Olivier Chourrot, peut-être faut-il trancher : plus qu’« animation », celle-ci reposerait sur une « validation, qui serait la véritable valeur ajoutée du bibliothécaire dans le grand vrac informationnel » et éditorial dans le cas qui nous intéresse (Chourrot, 2007). La bonne position nous semble dans tous les cas être la suivante : instituer la « politique documentaire cohérente » qu’Anne Baudot appelle de ses vœux à propos du manga (Baudot, 2010) et la valoriser à travers établissements et équipements : la mise en espace et le catalogue, c’est-à-dire la valorisation des collections, ne peuvent-ils avantageusement prendre le pas sur le conseil ?

2. La prescription : autorité ou sociabilité ?

14Cette interrogation nous semble d’autant plus sérieuse que cette mise à distance de la « prescription » au sens le plus traditionnel du terme ne concerne pas uniquement le « conseil ». En attestent les données que nous livre une autre proposition soumise aux lecteurs de bandes dessinées : « Vous lisez des critiques dans la presse », c’est-à-dire avez recours à des textes ayant à la fois valeur d’information et de prescription. Cette affirmation nous invite à interroger les positions qu’adopte Xavier Guilbert en évoquant au sein d’un article publié dans Comicalités un « désert critique » : la place qui serait accordée à la bande dessinée « dans les trois grands quotidiens nationaux (Le Monde, Le Figaro et Libération) contredi[rait] de manière flagrante la “reconnaissance culturelle” qu’on lui prête par ailleurs ». Signe d’un « regard critique réduit à la portion congrue » (Guilbert, 2011, §73), les quelques articles traitant du neuvième art s’apparenteraient à « du “reporting” journalistique : analyses économiques, annonces d’expositions ou comptes rendus de festivals » (idem, §74) plus qu’à des « chroniques d’albums ».

15Manquerait en fait à l’appel ce que Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard présentent comme « le lieu par excellence où presse et littérature se regardent et donc se co-construisent » (Lyon-Caen, Ribard, 2012, §1), c’est-à-dire un dispositif présentant une créativité à travers une réflexivité susceptible de l’expliciter, la mettre en perspective et finalement la légitimer. Pour avéré (et partagé) qu’il soit, ce constat se doit d’être considéré vis-à-vis de l’ensemble des données que nous avons récoltées : largement devancées par le poids « de l’entourage », ces « critiques dans la presse » arrivent tout de même en troisième position (avec 11 % de réponses) parmi les propositions que nous avons soumises à notre échantillon. Nous sommes de plus face à un phénomène qui semble structurant puisque l’on n’enregistre finalement que peu de différences en fonction des divers genres de bandes dessinées : si lecteurs de comics (10 %) et d’albums (11 %) s’inscrivent dans la moyenne des réponses (11 %), ceux qui disent affectionner le manga (14 %) et surtout le roman graphique (17 %) se situent un peu au-dessus.

16Mais, plus que le type de bande dessinée, d’autres variables paraissent bien plus signifiantes quant à l’attention portée à ces « critiques dans la presse ». Tel n’est pas le cas de l’âge (puisque les 15-17 ans et les 60 ans et plus déclarent s’y intéresser pour 10 % d’entre eux), mais du niveau d’étude (16 % des titulaires d’un diplôme universitaire de second ou de troisième cycle déclarant s’y intéresser contre 10 % de ceux qui possèdent un diplôme de premier cycle), des catégories socioprofessionnelles (16 % des cadres et professions intellectuelles supérieures, contre 13 % et 7 % des employés et professions intermédiaires) et surtout du nombre de bandes dessinées lues dans l’année. En effet, ici, le contraste est spectaculaire : si 20 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus disent s’y intéresser, cette valeur ne cesse par la suite de décroître pour passer à 12 % dans le cas des lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées dans l’année, puis à 10 % (dix à dix-neuf bandes dessinées dans l’année), 9 % (cinq à neuf bandes dessinées dans l’année) et enfin 8 % (une à quatre bandes dessinées dans l’année).

Le numérique : espace critique ?

17Les lecteurs les plus actifs, les plus instruits et occupant la position sociale la plus haute s’intéressent plus que d’autres à l’exégète, l’analyse, le commentaire. Intensité et réflexivité sont liées en termes de pratiques culturelles : la chose va de soi, mais d’autres facteurs rentrent également en compte vis-à-vis de l’analyse d’un mode d’expression, à commencer par l’environnement technologique et médiatique. En attestent les réponses se portant sur une autre proposition, concernant une activité directement voisine : « Vous consultez des sites ou des forums qui parlent de bande dessinée ». Faisant circuler « avis », « chroniques » ou « billets », soit des formes de « critiques » différant couramment de celles que l’on rencontre dans la presse, ces dispositifs offrent un usage nettement plus contrasté. En termes d’âge, on observe même au sein du lectorat une coupure radicale entre deux groupes : l’ensemble des personnes interrogées de moins de 40 ans (les réponses variant de 15 % pour les 30-39 ans à 11 % pour les 25-29 ans) et celles de plus de 40 ans (3 % au maximum pour les 40-49 ans).

18Au regard de ces données, on ne saurait en tout cas appréhender ces « sites » ou « forums » sur le mode de l’universalité : ils relèvent bien plus d’une forme de segmentation, de l’inscription dans un public donné, et sans doute faut-il se situer dans la lignée des travaux de Sylvie Octobre, auteure de l’étude intitulée « L’Enfance des loisirs », pour qui cet environnement technologique est à considérer vis-à-vis d’un faisceau de « pratiques emblématiques du passage adolescent » (Octobre, 2011, p. 3). Celles-ci s’organisent en effet autour d’un « transfert de l’expressivité et de la créativité vers un autre support, l’ordinateur », dont la large présence dans les foyers atteste de « l’ampleur et de la rapidité de la r-évolution numérique au sein de la population française » (idem). Et force est de constater que cette dernière est pleinement compatible avec la bande dessinée, puisque l’informatique sous toutes ses formes constitue son milieu technologique idoine. Quelles que soient les tranches d’âges considérées parmi les lecteurs (à l’exception des 60 ans et plus), la présence de consoles de jeux, d’un ordinateur et d’un accès à Internet dans le foyer est largement attestée (par plus de 85 % des personnes interrogées dans les deux derniers cas).

Figure 3. Médiation et numérique : répartition par âge

Figure 3. Médiation et numérique : répartition par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées. Données exprimées en pourcentages.

19La « culture de l’écran » qu’évoquent Josiane Jouët et Dominique Pasquier (voir IV-2, §17-18) prend ainsi la forme d’un véritable environnement, puisque l’ensemble de ces dispositifs participe du lieu et du mode de vie des lecteurs de bandes dessinées : il est dès lors intéressant de les appréhender au regard d’un enrichissement, et permis de s’interroger sur leur fonction de « médiation ». La « prescription », c’est-à-dire l’ensemble des indications susceptibles d’aiguiller des lecteurs dans les choix qu’ils ont à opérer vis-à-vis d’une production éditoriale, semble en effet rencontrer une dimension que décrit fort bien l’un des auteurs de ce livre dans une tout autre étude : « fabriquer du lien social » (Evans, 1996, p. 25), allant « de la discussion à bâtons rompus à propos d’une lecture, d’un auteur, d’un fait livresque quel qu’il soit, en passant par la circulation interindividuelle des livres, jusqu’aux regroupements moins éphémères de lecteurs au sein de clubs de lecture, cercles ou salons littéraires, associations des amis de tel ou tel auteur » (idem, p. 27).

Le numérique : quelle sociabilité littéraire ?

20Esquissant différentes approches du monde de l’imprimé, ces sociabilités renvoient à plusieurs des fonctionnalités qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et prennent notamment une forme que nous avons voulu interroger dans le cadre de notre étude : celle du « forum ». Organisés afin de permettre conversations et discussions collectives, ces sites internet permettent au lecteur d’évoquer toutes sortes de sujets et offrent, pour reprendre les propos de Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini dans Internet et la sociabilité littéraire, aux « lecteurs des lieux permanents d’expression, qui constituent du même coup un espace public de rencontre » (Leveratto, Leontsini, 2008, p. 151). Ces forums nous invitent ainsi à appréhender une sociabilité au regard d’une forme de complexité, car le caractère « public » de l’espace de « rencontre » évoqué ci-dessus n’a rien d’évident : fonctionnalité ne signifie pas nécessairement popularité, et encore moins unanimité, et les données que nous avons récoltées montrent en effet que ces dispositifs sont tout sauf neutres.

21Pour certains lecteurs, ils semblent clairement s’inscrire dans un imaginaire de la « dispute littéraire » (idem, p. 149), ou plus précisément dans une forme de conversation entre gens avertis. En atteste l’importante proportion de « grands » lecteurs répondant par l’affirmative à la question « Parlez-vous souvent, parfois ou rarement, ou jamais bande dessinée avec des personnes que vous ne connaissez pas sur les forums ou des réseaux sociaux ? ». 28 % des personnes interrogées déclarant lire cinquante bandes dessinées et plus sur une année répondent par « souvent » ou « parfois », pourcentage qui tombe successivement à 19 % (vingt à quarante-neuf bandes dessinées, et dix à dix-neuf bandes dessinées), 13 % (cinq à neuf bandes dessinées) et 8 % (une à quatre bandes dessinées) pour les autres catégories. Plus la pratique est forte, plus se manifeste la volonté de la partager, telle est effectivement la clé de cette sociabilité numérique à en croire les auteurs de l’ouvrage sus-cité : « Le goût pour la littérature constituant le lieu commun qui unit tous les participants, il autorise la réduction de l’autocontrôle et l’expression sans fausse honte de sa sensibilité » (idem, p. 156).

22Et force est de constater que notre étude leur donne effectivement raison, toutes les inhibitions ayant trait à l’expression s’éclipsant apparemment avec la progression de la lecture elle-même : les réponses à une autre question (« Vous est-il déjà arrivé d’intervenir sur des forums de bande dessinée ? ») mettent ainsi en évidence un déséquilibre encore plus spectaculaire entre les catégories évoquées au paragraphe précédent. Si 25 % des plus gros lecteurs répondent par l’affirmative, cette proportion baisse de façon spectaculaire avec le nombre de bandes dessinées lues dans l’année (13 %, 9 %, 8 % et 2 %). Mais, face à ce dispositif nourri d’interactions fort inégalement partagées, pouvons-nous encore parler d’un « espace public », et ne vaut-il pas mieux le penser sur le mode d’un cercle fait « des connaisseurs du livre, auxquels Internet offre l’occasion de rencontrer d’autres connaisseurs, des individus capables et disposés, à la différence des parents, des amis et des proches, à converser sérieusement de littérature » (idem, p. 164) ?

23Mais, aussi éclairantes soient-elles, les analyses de Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini ne nous semblent pertinentes qu’au sein d’une population restreinte, ainsi qu’en atteste l’analyse de nos données. L’âge privilégié de cette volonté de « converser » correspond en fait à l’entrée dans la vie active puisque la catégorie des lecteurs compris entre 25 et 29 ans est supérieure à toutes les autres dans tous les types de réponses à la question « Parlez-vous souvent […] sur les forums ou des réseaux sociaux ? » (11 % d’entre eux déclarent parler « souvent », 18 % « parfois », 16 % « rarement » et seulement 45 % « jamais »). Et au sein des 72 % de lecteurs déclarant ne « jamais » parler, force est de constater que les plus jeunes générations sont fort bien représentées (67 % et 61 % des 11-14 ans et des 15-17 ans, contre 68 % des 30-39 ans), et ce alors que ce sont paradoxalement elles qui utilisent le plus massivement l’informatique à des fins domestiques à en croire l’étude menée par Olivier Donnat (la catégorie des 15-19 ans arrivant largement en tête dans les items « Visiter des blogs, des sites personnels », et en seconde position juste derrière les 19-24 ans pour ce qui est de « participer à des chats, des forums de discussion, écrire des commentaires »).

Le partage : au-delà des supports

24Il existe donc bien une place pour d’autres formes de médiation et de sociabilités, peut-être proches de celles qu’observent Christine Détrez et Olivier Vanhée dans l’ouvrage intitulé Les Mangados. Lire des mangas à l’adolescence. Analysant une population de lecteurs d’âge majoritairement compris entre 11 et 19 ans, les deux chercheurs constatent que « la lecture de mangas constitue en effet pour de nombreux lecteurs une ressource mobilisée dans les interactions quotidiennes, au sein des fratries comme des groupes d’ami(e)s » (Détrez, Vanhée, 2012, p. 110), ce que met également en évidence notre étude. Le fait de parler de bandes dessinées avec « les autres membres de votre famille, vos amis ou vos collègues » est en effet franchement apprécié par ces tranches d’âges, et plus spécifiquement par les 11-14 ans qui répondent « parfois » ou « souvent » dans 76 % des cas, et par les 15-17 ans qui font de même dans 61 % des cas. Il s’agirait dès lors d’appréhender le cadre de ces échanges au regard des « usages communicationnels » (Octobre, 2011, p. 4) qu’évoque Sylvie Octobre à propos de l’usage de l’ordinateur par les adolescents.

25Cette volonté de proximité nous invite effectivement à repenser ces activités numériques à l’aune d’une forme de complémentarité : « Les discussions sur les forums […] peuvent ensuite donner lieu à de véritables rencontres, amicales ou amoureuses [et] les sociabilités virtuelles sont d’ailleurs souvent entrelacées avec des formes de rencontres “IRL” (“in real life”, ou encore “DVV”, “dans la vraie vie”), c’est-à-dire avec des interactions “physiques” » (Détrez, Vanhée, 2012, p. 120). Il convient toutefois de se garder de toute idée reçue, et on aurait sans doute tort d’opposer trop vite sociabilités télématiques et « physiques » qu’il est à notre avis bien plus intéressant de considérer au regard d’une même intention : mettre en scène une pratique culturelle, ou plus exactement définir les modalités publiques d’exposition de la lecture selon des modalités qui nous invitent cette fois à dépasser clairement le cadre de « l’autoreprésentation du public littéraire » dont traitent Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini (2012, p. 175). Au pseudonyme et à « l’anonymat favoris[a]nt la construction de disputes littéraires entre étrangers » (idem, p. 131), il existe en effet peut-être un pendant : le travestissement, que nous avons souhaité analyser dans notre étude à travers une question (« Vous est-il déjà arrivé de participer à un cosplay, en vous déguisant, en jouant le rôle d’un héros de bande dessinée ? »).

Figure 4. Médiations : répartition par genres

Figure 4. Médiations : répartition par genres

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.

26Est ici évaluée la participation à un tout autre genre de « rencontre » (idem, p. 151) pour reprendre les mots de Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini, puisque ce travestissement prend place « lors de conventions ou de festivals » durant lesquels les « “cosplayers” peuvent participer à des concours et défiler sur scène, jouer des petites saynètes » (Détrez, Vanhée, 2012, p. 126). Et on aurait tort de penser cette pratique de la panoplie sur le mode de la simple curiosité, car elle fait clairement sens d’un point de vue culturel : les réponses fournies à l’interrogation présentée ci-dessus montrent qu’elle est toujours le fait des lecteurs les plus actifs, et ce dans des proportions également spectaculaires. 23 % des personnes interrogées déclarant lire cinquante bandes dessinées et plus sur une année reconnaissent s’y être adonnées, chiffre qui chute de façon spectaculaire avec l’intérêt pour le neuvième art (13 % des lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées, 8 % des lecteurs de dix à dix-neuf bandes dessinées, 2 % des lecteurs de cinq à neuf bandes dessinées et d’une à quatre bandes dessinées). Nous retrouvons exactement la même structure que dans le cas des forums présentés plus haut, puisque l’intensité d’une pratique culturelle et une volonté de partage sont directement corrélées.

3. Médiation et événements : festivals et dédicaces

27Cette dernière est en effet manifeste car, si la pratique reste selon nos données relativement marginale (8 % des lecteurs de bandes dessinées seulement reconnaissant l’avoir pratiquée), elle semble par contre être éminemment fédératrice, et il nous faut sur ce point remettre en perspective les affirmations de Christine Détrez et Olivier Vanhée. Se fondant sur un échantillon nettement plus important, notre étude permet en effet de compléter certaines des conclusions fournies par l’approche qualitative, et ces amateurs appartiennent par exemple majoritairement à des tranches d’âges supérieures à celles qui sont examinées au sein des « Mangados » (les groupes de lecteurs âgés de 18 à 24 ans et de 25 à 29 ans présentant les plus hautes valeurs observées avec respectivement 20 % et 13 %, tandis que les 15-17 ans ne se disent intéressés que pour 7 % d’entre eux). Il nous est également difficile d’affirmer que « ce jeu de soi et des apparences est surtout pratiqué, parmi les adolescents rencontrés, par des filles » (Détrez, Vanhée, 2012, p. 126). Selon nos données, le sexe n’a rien de discriminant, puisque exactement 8 % des garçons et des filles déclarent pratiquer ces déguisements.

28Même le type de bandes dessinées lues ne pose pas forcément problème, et nous sortons clairement sur ce point du cadre de l’examen des pratiques liées au seul manga : si 18 % de lecteurs déclarant leur attachement à ce genre disent également avoir pratiqué le cosplay, cette pratique semble également séduire en nombre les lecteurs affectionnant d’autres formes d’expression comme les romans graphiques (20 %) ou encore les comics (14 %). Seuls les amateurs d’albums traditionnels (7 %), c’est-à-dire un lectorat qu’il s’agit de penser en terme de majorité plus que de singularité (puisqu’il représente 88 % des actuels amateurs du genre), semblent finalement ne pas s’intéresser franchement à ce qui constitue pourtant clairement une autre forme de sociabilité littéraire. L’écrit propre aux forums cède en effet la place à la mobilisation de « savoir-faire traditionnels : couture, découpage du tissu, bricolage » (Détrez, Vanhée, 2012, p. 127) et à des activités comme le karaoké ou des concours de danse, l’idée étant peut-être dans tous les cas de permettre à des « individus capables et disposés » de construire à partir de leurs lectures un véritable « espace public » (Leveratto, Leontsini, 2012, p. 151).

Figure 5. Médiations : répartition par nombre de bandes dessinées lues dans l’année

Figure 5. Médiations : répartition par nombre de bandes dessinées lues dans l’année

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

29Tel est en effet l’objectif de ces pratiques qui prennent place au sein de véritables événements auxquels notre étude s’est également intéressée à travers notamment une question (« Vous est-il déjà arrivé de fréquenter un festival de bande dessinée ? »). Qu’il s’agisse de conventions, de foires, d’événements ayant une notoriété dépassant les frontières de l’Hexagone (dans le cas du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême) ou s’inscrivant dans un univers graphique et thématique bien précis (à l’instar par exemple de la Japan Expo), la popularité de ces manifestations est en effet avérée dans des proportions tout à fait comparables à celles du cosplay, puisque 10 % des personnes interrogées se déclarant lectrices de bandes dessinées disent les avoir visitées. Et, considérant plus en détail ces réponses positives, nous retrouvons ici sans surprise la même structuration que dans les deux cas sus-cités, puisque cette fréquentation est directement corrélée à l’intensité de la pratique de lecture : fait des 57 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus dans l’année écoulée, cette proportion chute à 35 % (vingt à quarante-neuf bandes dessinées), 27 % (dix à dix-neuf bandes dessinées), 18 % (cinq à neuf bandes dessinées) puis 10 % (une à quatre bandes dessinées).

Les festivals : quels publics ?

30Nous ne saurions par contre pousser plus avant la recherche de similitudes entre ces deux phénomènes, car nombre de divergences nous semblent bien plus signifiantes, et ce tout d’abord parce qu’elles mettent en évidence la spécificité de l’ensemble de ces événements. Les festivals paraissent, en effet, recruter leurs visiteurs au sein d’une autre population, puisque l’échelle des âges des « répondants » à la question présentée ci-dessus présente bien des singularités. Elle est d’abord plus large, puisque trois catégories de lecteurs arrivent en tête pour ce qui est des visites effectivement effectuées, à commencer par ceux qui sont âgés de 25 à 29 ans (38 %), puis de 30 à 39 ans (34 %) et enfin de 18 à 24 ans (30 %), données qui nous placent face à un véritable problème. Semblent d’abord concernées les populations au sein desquelles la non-lecture de bandes dessinées est la plus forte (voir I-2, §9) : l’enjeu majeur pour ces festivals paraît ainsi être à la fois le renouvellement et la captation de publics à la fois plus jeunes et matures, puisque ces trois tranches d’âges présentent des valeurs nettement supérieures à celles d’autres catégories regroupant des lecteurs dont l’âge est compris entre 40 et 49 ans (23 %) et entre 15 et 17 ans (18 %).

31Invitant les organisateurs des différents festivals à œuvrer pour une plus grande diversité (en ouvrant par exemple des espaces « jeunesse » dédiés à la lecture de contes au « Quai des bulles » de Saint-Malo, ou animés avec le concours d’une bibliothèque au « BD Boum » de Blois), ces chiffres placent les organisateurs devant une périlleuse voire impossible mission : se définir véritablement comme des instruments de médiation, c’est-à-dire prendre acte d’une multiplicité d’approches de la chose événementielle et renoncer dans tous les cas à réduire celle-ci à une seule formule ou à un unique mode d’organisation qu’il serait possible de dupliquer à volonté (possibilité à une époque envisagée par la Japan Expo et le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême). En effet, l’âge de ces lecteurs potentiellement visiteurs ne constitue pas la seule originalité de ces manifestations vis-à-vis des autres pratiques que nous avons étudiées, et il est également possible de nous demander si celles-ci ne mettent pas en jeu différentes motivations, ou plus exactement différents rapports à la création. En atteste par exemple une autre série de données ayant trait à une pratique éminemment courante, voire carrément structurante, au sein de ces divers événements : « Vous est-il déjà arrivé de chercher à obtenir des dédicaces d’auteurs ? »

32Le fait pour l’auteur de signer ou de dessiner sur les livres qu’il a conçus dans le cadre d’un festival n’a en effet rien d’anodin, ainsi que le signale Jean-Christophe Menu dans un dossier intitulé « Critique de la dédicace » publié dans la revue L’Éprouvette : « La dédicace, rituel obligé de quasiment toute manifestation publique liée à la bande dessinée, a pour ambiguïté d’être à la fois basée sur la gratuité et de représenter la justification marchande de la manifestation » (Menu, 2006, p. 80). Cette pratique se situe ainsi au croisement de plusieurs des thèmes que nous abordons dans notre étude et dans cet ouvrage : la volonté de partager une expérience de lecteur (avec l’auteur l’ayant précisément permise), le mode de propriété des bandes dessinées et la volonté de valoriser une accumulation d’imprimés (dans le cas de collections : voir III-1, §7-8). Et elle met dans tous les cas en cause, à en croire Jean-Christophe Menu du moins, une certaine éthique des pratiques qui nous intéressent : « Si plaisir il y a, c’est très rarement celui d’observer dessiner, mais bien plutôt d’obtenir ce succédané d’“original” » (idem, p. 80) susceptible d’être revendu à bon prix et permettant de « déguiser un intérêt marchand en désintérêt de lecteur » (idem, p. 81).

La dédicace : diversité de la bande dessinée ?

33On ne peut plus tranchés, ces propos nous invitent ainsi à nous interroger sur les dispositifs de « médiation » permettant de rapprocher un mode d’expression (la bande dessinée) de l’ensemble de ses publics potentiels et réels, et il nous faut dès lors les mettre en perspective vis-à-vis des données dont nous disposons dans le cadre de notre étude. Car si nous n’avons pas mesuré la part de semblable « intérêt » au sein des divers modes de circulation du livre de bandes dessinées, le « désintérêt » qu’évoque Jean-Christophe Menu semble à la fois constituer le fondement de la pratique qu’il pourfend ici (puisque l’intérêt pour les dédicaces est encore une fois directement fonction de l’intensité d’une pratique culturelle : 38 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus dans l’année écoulée déclarent s’y intéresser, contre seulement 11 % des lecteurs d’une à quatre bandes dessinées et de cinq à neuf bandes dessinées dans l’année écoulée) et mettre en évidence ses aspects les plus problématiques. En effet, nous sommes face à une pratique inégalement répartie au sein de notre échantillon, et surtout face à l’une des seules questions vis-à-vis desquelles le type de bandes dessinées lues semble plus signifiant que d’autres clivages et indicateurs comme l’âge, le sexe ou les professions et catégories socioprofessionnelles.

34Si l’on considère quatre des genres qui sont au fondement de nos investigations (« albums traditionnels », « comics », « mangas », « romans graphiques », ici présentés par ordre de popularité : voir I-3, §32), force est de constater que nous n’obtenons pas du tout les mêmes valeurs et que le rapport à la dédicace se doit d’être considéré à l’aune d’une certaine diversité. Sans surprise (puisqu’il s’agit du public le plus large et aux pratiques de lecture les moins soutenues), les lecteurs d’« albums traditionnels » semblent être les moins concernés : seulement 18 % d’entre eux déclarent « chercher à obtenir des dédicaces d’auteurs », activité constituant tout de même leur deuxième centre d’intérêt au sein de ceux que nous avons choisi d’interroger (31 % d’entre eux déclarent ainsi « visiter des expositions de bande dessinée », 13 % « faire de la bande dessinée en amateur », 9 % « intervenir sur des forums de bande dessinée »). Étrangement, la recherche d’un rapport plus « direct » avec l’auteur semble ainsi plus prégnante au sein de genres dans lesquels celui-ci est a priori bien moins accessible et présent, car ils font la part belle à une production étrangère et traduite.

35Tel est le cas en ce qui concerne les comics (22 % des lecteurs) et les mangas (28 %), productions vis-à-vis desquelles les lecteurs doivent bien souvent se contenter de rares apparitions d’auteurs américains ou japonais (par exemple à la Japan Expo ou au Comic Con) ou se tourner vers des créateurs français opérant dans les mêmes genres (à l’instar de Run ou de Reno, respectivement auteurs de Mutafukaz et Dreamland). Force est en tout cas de constater, au regard de ces données, qu’une production que l’on pourrait dire « feuilletonesque » car s’articulant autour de la publication de séries faisant la part belle à la tomaison n’est pas incompatible avec un intérêt pour l’auteur : sur ce point, et comme dans le cas d’autres modes d’expression, il nous faut revenir sur les idées reçues entachant trop souvent l’étude de ce que l’on a aujourd’hui tendance à nommer de façon sans doute trop vague les « industries culturelles ». Si l’on s’en tient à l’analyse des publics et plus spécifiquement du lectorat qui nous intéresse, celles-ci ne sauraient être appréhendées comme les vecteurs d’une production ne faisant aucun cas de la création et des créateurs.

36Il s’agit de rompre avec une tradition intellectuelle prenant ses sources dans le célèbre chapitre (« La production industrielle des biens culturels ») de la Dialectique de la raison signé Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, et assimilant implicitement ou explicitement (à l’instar d’Alain Finkielkraut dans une interview ayant fait couler beaucoup d’encre donnée au journal Libération le 28 janvier 2008) bande dessinée et « sous-littérature ». Adopter une tout autre perspective semble notamment nécessaire au regard d’un genre vis-à-vis duquel la dédicace paraît constituer une pratique on ne peut plus structurante : le « roman graphique », dont 32 % des lecteurs disent chercher à rencontrer les auteurs des livres qu’ils affectionnent, point qui nous semble des plus intéressants. Ces bandes dessinées que l’on peine à définir avec exactitude (et qui, à en croire Thierry Groensteen dans l’article « roman graphique » du Dictionnaire de la bande dessinée publié sur le site neuvièmeart 2.0, entendent avant tout établir « une distinction entre le tout-venant de la production et des œuvres plus ambitieuses ») sont, en effet, ici ramenées à ce qui les caractérise le mieux : l’affirmation d’un auteur, sensible dès l’apparition du terme (sur la couverture d’Un pacte avec Dieu de Will Eisner) et qui reste présent à travers les avatars les plus « feuilletonesques » (pensons aux Batman de Frank Miller) ou « romanesques » du genre. Et l’organisation, dans le cadre d’un festival, d’une rencontre entre auteur et lecteur débouche sur la plus haute valeur que nous ayons enregistrée et évoquée dans le cadre de cet article : peut-être faut-il dès lors repenser la médiation et « l’hybride » qu’évoque Jean Caune au regard d’une création.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les choix de lecture de bandes dessinées : quelles modalités ?
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1678/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2. L’accès à la bande dessinée : quels médiateurs ?
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de plus de 11 ans et de plus de 15 ans. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1678/img-2.png
Fichier image/png, 184k
Titre Figure 3. Médiation et numérique : répartition par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1678/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 4. Médiations : répartition par genres
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1678/img-4.png
Fichier image/png, 115k
Titre Figure 5. Médiations : répartition par nombre de bandes dessinées lues dans l’année
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1678/img-5.png
Fichier image/png, 128k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2015

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter