Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?

 | 
Benoît Berthou

I. Profils de lecteurs, profils de lectures

Christophe Evans

Note de l’éditeur

avec la participation de Jacques Bonneau

Texte intégral

1. Extension du domaine de la bande dessinée et recul des pratiques de lecture

  • 1 On pense ici aux « nouveaux dessinateurs », « dotés d’une disposition cultivée », et aux nouveaux e (...)

1La bande dessinée ne manque pas de visibilité de nos jours. Bien présente dans les librairies, les grandes surfaces, les bibliothèques publiques, elle a fait son entrée dans l’univers scolaire : à l’école et dans certaines bibliothèques universitaires. Elle figure en bonne place au sein des industries culturelles, dans les productions « transmédiatiques » qui se développent aujourd’hui associant les mondes de l’édition, de la télévision, du cinéma et du jeu vidéo, sans oublier celui d’Internet, bien sûr (cf. VI-2, §15-18). Des films récents, Le Transperceneige, La Vie d’Adèle ou Lulu femme nue, sont inspirés d’œuvres d’auteurs ; la série télévisée très populaire The Walking Dead est tirée d’un célèbre comics ; à l’inverse, les dessins animés Simon’s Cat diffusés sur YouTube ont fait l’objet d’une publication sous la forme de mini-albums. Par ailleurs, la bande dessinée affiche sa présence aussi bien à travers ses contenus que son langage même : dans la publicité, les modes d’emploi, le domaine de l’infographie (comme en témoigne la mise en bulles par Pénélope Bagieu de la campagne virale de défense des fonds marins surexploités par le chalutage en eaux profondes). S’il reste encore aujourd’hui des terrains à conquérir par le neuvième art, en particulier dans le registre de la critique savante ou dans celui de la médiation institutionnelle, on peut dire que les luttes engagées par les militants des années 1960 et 19701 ont porté leurs fruits – du moins en ce qui concerne l’offre et, partiellement, la reconnaissance sociale.

  • 2 Evans, Gaudet (2012). À noter, cette enquête comporte un échantillon de personnes âgées de 7 à 10 a (...)

2Côté « réception », selon les résultats de l’enquête commanditée par la Bibliothèque publique d’information, le département des études, de la prospective et de la statistique, le service du livre et de la lecture et réalisée par TMO Régions, on comptait en France, en 2011, 76 % de lecteurs de bandes dessinées au sens large parmi les personnes âgées de 11 ans et plus, soit près de huit personnes sur dix (29 % déclarant avoir lu au moins une bande dessinée au cours de l’année, et 47 % disant l’avoir déjà fait précédemment)2. Exprimé sur la population des 15 ans et plus – laquelle constitue ordinairement la base de sondage des enquêtes sur les activités culturelles, ce taux de lecture est de 75 % (24 % de lecteurs actuels et 51 % d’anciens lecteurs). La demande de bandes dessinées semble donc bien correspondre à première vue au phénomène d’extension de l’offre dont on vient de parler. Il convient bien sûr de compléter ces premiers résultats pour étudier d’un peu plus près les profils actuels des lecteurs et leurs modalités de lecture, en regardant notamment l’incidence des variables sociodémographiques et socioculturelles traditionnelles. C’est ce que nous nous efforcerons de faire au cours de ce chapitre à travers un retraitement statistique des données initiales issues de l’enquête TMO Régions.

  • 3 Significativement, dans la première édition de l’enquête « Pratiques culturelles des Français » en  (...)

3Avant d’effectuer ce travail d’affinage, une petite analyse rétrospective s’impose toutefois. Nous disposons, avec cette nouvelle enquête consacrée à la lecture de bandes dessinées, d’indicateurs frais qui peuvent s’insérer dans une série statistique ayant pour origine la fin des années 1980. En effet, il est possible de comparer une partie des résultats de cette étude produite en 2011 avec ceux obtenus à l’aide des enquêtes « Pratiques culturelles des Français » de 1989, 1997 et 20083. Si les modalités d’interrogation de ces deux dispositifs – que par la suite nous appellerons ici par commodité « PCF » et « TMO » – diffèrent sensiblement (voir Introduction, §20-21), il s’agit dans les deux cas d’enquêtes représentatives à l’échelle nationale, recourant à la méthode des quotas et dont les questionnements sont très proches. Leurs résultats sont par conséquent comparables, et le constat est sans appel quand on examine les taux de lecture de bandes dessinées des personnes âgées de 15 ans et plus : ils affichent une baisse régulière de 1989 à 2011 (voir figure 1). 41 % des personnes âgées de 15 ans et plus déclaraient avoir lu au moins une bande dessinée dans l’année en 1989, contre 24 % en 2011, soit un recul de 17 points (environ 40 % de moins). L’érosion la plus forte concerne les lectrices, chez qui on enregistre une baisse de 20 points, contre 15 points chez les hommes. Dans le même temps, les pratiques de lecture de bandes dessinées un peu plus soutenues sont également en diminution. En effet, si on comptait au sein de la population 29 % de personnes déclarant en lire cinq et plus dans l’année en 1989, on n’en compte plus que 19 % en 2011 ; les gros lecteurs disant en avoir lu vingt et plus au cours de l’année demeurent pour leur part au même niveau marginal, puisqu’ils ne représentent que 7 % de la population en 2011 (mais 28 % tout de même des lecteurs de bandes dessinées), pour un taux de 8 % en 1989.

  • 4 Cherchant à expliquer la baisse des taux de lecture de bandes dessinées de 1997 à 2008, il signalai (...)
  • 5 Le Centre national de la bande dessinée et de l’image (CNBDI), par exemple, ouvre en 1990 à Angoulê (...)
  • 6 Mais peut-on encore parler de bande dessinée quand il est question d’images animées ou d’images fix (...)

4Contrairement au recul de la lecture de livres stricto sensu, ce repli de la pratique de lecture de bandes dessinées n’a pas fait l’objet de nombreux commentaires jusqu’à présent. Olivier Donnat lui-même avait été tenté, par prudence, d’en relativiser la portée quand il analysait les résultats de la dernière enquête PCF datant de 20084. On peut dès lors se demander si le développement du marché de la bande dessinée (en partie grâce au dynamisme du manga), l’augmentation considérable de la volumétrie et de la diversité des collections dans les bibliothèques, ou encore les entreprises de patrimonialisation et d’institutionnalisation de ce secteur culturel5 n’ont justement pas contribué à différer la prise de conscience d’une évolution des pratiques de lecture : la bande dessinée imprimée semble s’être imposée en France sur le terrain de l’offre alors que la demande baissait parmi les personnes âgées de 15 ans et plus. C’est évidemment d’un recul de la pratique traditionnelle de lecture qu’il faut parler ici, les accès à la bande dessinée s’étant, comme on l’a vu, considérablement hybridés et multipliés au cours des dernières années6.

Figure 1. Évolution de la lecture de bandes dessinées

Figure 1. Évolution de la lecture de bandes dessinées

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Comparaisons entre les enquêtes « Pratiques culturelles des Français » 1989, 1997, 2008 et notre étude (TMO, 2011).

  • 7 C’est vrai du côté de l’offre comme du côté des usages : on verra que la lecture des bandes dessiné (...)

5Nous sommes évidemment tentés d’établir un lien ici entre la baisse régulière des pratiques de lecture de bandes dessinées imprimées et le recul constant des pratiques de lecture de livres en France parmi les personnes âgées de plus de 15 ans. L’un et l’autre phénomène ne sont toutefois pas de même nature, sachant que la baisse de la lecture de livres, d’après les enquêtes PCF, est moins forte que celle de bandes dessinées (-5 points de 1989 à 2008, pour les personnes âgées de 15 ans et plus déclarant avoir lu au moins un livre au cours des douze derniers mois ; -12 points sur la même période pour les personnes disant avoir lu au moins une BD). Qui plus est, ce recul de la lecture de livres touche avant tout les populations de forts lecteurs, notamment les personnes déclarant lire vingt ou vingt-cinq livres et plus au cours des douze derniers mois, alors que la baisse de la lecture de bandes dessinées concerne également les lecteurs occasionnels. Enfin, le fait que les femmes soient plus touchées que les hommes par le recul de la lecture doit nous alerter : en effet, elles sont tendanciellement moins concernées que ces derniers par la baisse de la lecture de livres stricto sensu. S’il y a bien proximité entre les deux phénomènes, c’est plutôt du côté de la concurrence exercée par les pratiques liées aux nouveaux écrans et aux nouveaux médias qu’il faut chercher : jeux vidéo, usages ludiques de l’ordinateur et des réseaux sociaux numériques – qu’il s’agisse de concurrence des temps ou des univers de référence. La bande dessinée relève de l’univers de l’image, mais plus exactement de celui de l’image fixe souvent associée au texte. Elle est par ailleurs aujourd’hui encore fortement ancrée dans le monde de l’imprimé et de la culture livresque, surtout en France où la notion d’album prend une signification particulière7. Avec l’essor des phénomènes de dématérialisation des contenus et de « transmédialité » dont on a déjà parlé – ayant pour principe de mixer culture imprimée (livre, presse magazine), audiovisuelle (télévision et cinéma) et vidéo-ludique (jeu vidéo) en déclinant un même produit sur l’ensemble des supports existants (voir VI-4, §32-33) –, les choses seront peut-être amenées à changer ; nous n’en sommes pas encore là.

  • 8 Saemmer (2011).
  • 9 Lesquels, il faut le reconnaître, partent de moins haut.

6On peut trouver un début de validation à cette hypothèse de la concurrence des univers de référence avec l’analyse des pratiques de lecture de bandes dessinées en fonction de l’âge ou plus exactement de la génération : toutes les tranches d’âge semblent concernées par la baisse de lecture, comme le montre la figure 2 mais elles ne le sont pas au même niveau. Le recul chez les jeunes – amateurs d’écrans et « numériquement insérés », selon l’heureuse expression d’Alexandra Saemmer8 – est ainsi beaucoup plus marqué que parmi les seniors : il est de 25 points pour les 15-19 ans de 1989 à 2011 (de 72% à 47%), 29 points pour les 20-24 ans (63% à 34%), 27 points pour les 25-34 ans (56% à 29%), 17 points pour les 35-44 ans (45% à 18%), 5 points seulement pour les 45-54 ans (c’est la tranche d’âge qui fait preuve du taux de lecture de BD le plus stable en l’espace de vingt-deux ans), 4 points pour les 55-64 ans et 6 points pour les 65 ans et plus9. Comme on le voit, une ligne de partage générationnelle semble donc séparer ici les moins de 45 ans et les plus de 45 ans. Avec le mouvement naturel de recouvrement des générations, cette singularité générationnelle pose évidemment la question de l’évolution dans un avenir proche des pratiques de lecture de bandes dessinées imprimées (et de la transmission du patrimoine culturel dans ce domaine). Nous aurons à y revenir.

Figure 2. Évolution des pratiques de lecture de bandes dessinées par tranches d’âge

Figure 2. Évolution des pratiques de lecture de bandes dessinées par tranches d’âge

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Comparaisons entre les enquêtes « Pratiques culturelles des Français » 1989, 1997, 2008 et notre étude (TMO, 2011).

  • 10 En particulier Octobre (2004), Octobre, Détrez, Merckle et Berthomier (2010).

7L’analyse qui précède ne porte évidemment que sur les adultes, ou du moins sur les personnes âgées de 15 ans et plus. Rien n’empêche de penser que la situation est différente pour les enfants et adolescents de moins de 15 ans, réputés gros consommateurs de bandes dessinées. Grâce aux derniers programmes d’enquête du DEPS ciblés sur les jeunes, nous disposons justement de statistiques publiques qui permettent de fixer quelques repères sur cette question10. La comparaison avec l’enquête TMO 2011 est cependant un peu plus délicate cette fois, car les questionnements sont sensiblement différents. Ainsi, l’enquête la plus récente mise en œuvre par Sylvie Octobre pour le DEPS est une étude longitudinale ayant permis de réinterroger tous les deux ans quatre mille enfants âgés de 11 ans en 2002 et qui atteignent l’âge de 17 ans en 2008 au terme du programme. Cette enquête discrimine des personnes n’ayant « jamais ou presque jamais lu de bandes dessinées » et des lecteurs plus investis (« tous les jours ou presque », « une à trois fois par semaine », « une à trois fois par mois »), alors que l’enquête TMO réalisée en 2011 différencie quant à elle des lecteurs de bandes dessinées (« au moins une bande dessinée lue au cours des douze derniers mois »), des anciens lecteurs (« en ayant lu mais pas au cours des douze derniers mois »), et enfin des non-lecteurs (« déclarant n’en n’avoir jamais lu »). Par conséquent, dans le second cas, la catégorie « lecteurs de bandes dessinées » est susceptible d’agréger des lecteurs très occasionnels avec des lecteurs plus réguliers.

8Les écarts constatés entre les données obtenues dans le cadre de ces deux programmes d’étude ne nous permettent pas ainsi de conclure de manière tranchée à une évolution des pratiques à la hausse ou à la baisse. Quoi qu’il en soit, les tendances observées sont tout de même suffisamment marquées pour être rapportées ici. Dans l’enquête longitudinale, la lecture de bandes dessinées baisse en effet de 41 points alors que les individus passent de l’âge de 11 ans à celui de 17 ans ; dans l’enquête TMO en 2011, l’écart est de 56 points entre les personnes âgées de 11 ans et celles de 17 ans (voir figure 3) En effet, les taux de lecture de bandes dessinées de cette enquête plus récente sont beaucoup plus élevés pour les personnes âgées de 11, 13 et 15 ans que ceux constatés aux mêmes âges dans l’enquête longitudinale, tandis que le taux de lecture de bandes dessinées des personnes âgées de 17 ans en 2011 est strictement identique à celui enregistré en 2008 au même âge : 38 %. La lecture baisse donc considérablement à mesure que l’âge avance au cours de l’adolescence, on aura l’occasion de le vérifier à nouveau ici, et si nous ne sommes pas tout à fait en mesure de dire si cette pratique a augmenté chez les moins de 15 ans alors qu’elle a diminué comme on vient de le voir chez les plus de 15 ans de 1989 à 2011, on peut au moins émettre l’hypothèse qu’elle n’a pas baissé avec le temps chez les préadolescents de 11 ans et de 13 ans puisque pour ces âges, les taux sont à leur maximum en 2011, selon l’enquête TMO.

Figure 3. Taux de lecture de BD entre 11 ans et 17 ans

Figure 3. Taux de lecture de BD entre 11 ans et 17 ans

Population : lecteurs de bandes dessinées (au moins une bande dessinée au cours des douze derniers mois). Comparaison entre l’étude DEPS 2002-2008 et notre étude (TMO, 2011).

2. Profils de lecteurs : le poids des variables traditionnelles

  • 11 Donnat (1998, 2009), Octobre (2004), Octobre, Détrez, Merckle et Berthomier (2010).

9La première exploitation statistique des résultats de l’enquête TMO 2011 a montré que la lecture de bandes dessinées était doublement marquée du sceau du juvénile et du masculin. Ce constat n’a rien de surprenant : d’autres enquêtes de portée nationale, nous l’avons vu, ont déjà souligné par le passé le poids considérable des variables âge et sexe pour expliquer l’engagement dans ce type de lecture11. Les données objectives semblent donc rejoindre sur ce point le sens commun, et elles viennent contredire a priori un discours récurrent sur les mutations récentes de la bande dessinée. En effet, on entend dire parfois que son lectorat se serait féminisé ces dernières années, une féminisation qui pourrait notamment avoir pour origines le processus contemporain d’émancipation féminine, la multiplication de créatrices dans le champ du neuvième art, le développement de certains genres comme le roman graphique, ou encore les procédés de plus en plus courants de segmentation éditoriale (à l’image du shojo, dans le cas du manga, conçu pour un public féminin). On entend dire également que ce lectorat aurait vieilli, ou plus exactement que la lecture de bandes dessinées aurait tendance à se pérenniser alors que les individus avancent en âge, cette activité de loisir, comme l’écoute de musique ou le jeu vidéo, prenant ici les caractéristiques d’un phénomène générationnel et non plus simplement juvénile. Quel est au juste l’effet de ces deux variables sociodémographiques que sont l’âge et le sexe ? Et quelle est l’influence de deux autres variables que l’on sait en général déterminantes pour les pratiques culturelles : le niveau de diplôme et la profession ?

Âge et génération : les trois temps de la lecture de bandes dessinées

  • 12 En effet, il arrive avec cette méthode, que l’on pourrait qualifier d’hypothético-déductive, que le (...)

10Bien mesurer la diffusion sociale de la pratique de lecture de bandes dessinées sur l’ensemble de la population française suppose de prêter une attention particulière à la façon dont les différentes classes d’âge s’approprient cette activité. Encore faut-il s’accorder sur le bon découpage par tranches d’âge. Pour tenter d’identifier des effets de seuils « naturels » dans ce domaine, nous pouvons procéder de manière inductive. Au contraire de ce que l’on fait habituellement quand on utilise des catégories d’âge standardisées prédécoupées à l’avance pour produire des taux moyens d’usages parfois un peu artificiels12, nous proposons ici de partir des données brutes observées pour chaque âge de notre échantillon afin d’effectuer des recodages statistiques pertinents, quitte à produire des taux de lecture de bandes dessinées portant sur des tranches d’âge inégales. Les objectifs visés ici sont le respect de la cohérence des données (plutôt que des catégories a priori, ce qui pourra nous conduire par exemple à créer une tranche d’âge regroupant des jeunes adultes et des adultes), et bien entendu le respect de la taille des effectifs bruts observés (les réservoirs statistiques doivent être suffisants). Deux exemples peuvent permettre d’illustrer cette démarche : dire que 90 % des personnes âgées de 11 à 14 ans ont lu au moins une bande dessinée au cours de l’année, comme on l’a écrit dans la synthèse publiée en 2012, masque, comme on vient de le voir, le fait que 94 % des 11-12 ans l’ont réalisé contre 85 % des 13-14 ans ; dire par ailleurs que 50 % des personnes âgées de 15 à 17 ans ont lu au moins une bande dessinée au cours de l’année ne rend pas compte du constat que 58 % des 15-16 ans l’ont réalisé (les pratiquants sont donc majoritaires), alors que 38 % seulement des personnes de 17 ans l’ont effectué (les pratiquants ici sont minoritaires).

  • 13 Les enfants de 7 à 10 ans, sondés indirectement via leurs parents dans l’enquête de 2011, seraient (...)
  • 14 On observe le même type d’érosion de la pratique de lecture de bande dessinée (mangas compris) de l (...)

11Cette méthode permet de confirmer à nouveau que l’aspect juvénile de la pratique de lecture de bandes dessinées est incontestable, en particulier pour ce qui concerne la période préadolescente. Entre 11 et 12 ans – âge qui, pour beaucoup, marque l’entrée au collège, nul n’échappe à cette activité (on ne compte alors que 6 % de non-lecteurs de bandes dessinées)13. Ces lecteurs actifs sont encore largement majoritaires à l’âge de 13-14 ans, mais le taux passe à 85 %, soit près de 10 points de moins. De 15 à 16 ans, comme on l’a vu également, le taux de lecture s’établit à 58 %, soit tout de même près de six lecteurs de bandes dessinées sur dix personnes14. Après cette barrière symbolique des 16 ans – à la sortie du collège, c’est-à-dire au moment où la sociabilité et les pratiques culturelles juvéniles se transforment considérablement, le taux de lecteurs passe nettement sous la barre des 50 % ; il est de 41 % en moyenne entre 17 et 20 ans, et se stabilise ensuite à 29 % pour les adultes âgés de 21 à 54 ans (soit tout de même trois lecteurs sur dix pour une tranche d’âge particulièrement étendue puisqu’elle couvre trente-trois années). À partir de 55 ans, à l’image de nombreuses autres pratiques culturelles, lecture de livres exclue, la lecture de bandes dessinées devient relativement marginale au sein de la population française, sans toutefois disparaître pour autant : on ne compte plus que deux lecteurs sur dix parmi les 55-66 ans, un lecteur sur dix parmi les 67-72 ans et, pour finir, deux lecteurs seulement sur cent personnes au sein des 73-96 ans, âge le plus élevé de notre échantillon. Ainsi, le plateau adulte que l’on repérait dans la précédente synthèse de l’enquête (28 % en moyenne des personnes âgées de 25 à 49 ans étaient lectrices de bandes dessinées) est manifestement un peu plus étendu que prévu, puisque c’est en fait une moyenne équilibrée de 29 % de personnes entre 21 et 54 ans qui ont lu des bandes dessinées au cours des douze derniers mois.

12Pour résumer, il y aurait donc trois temps pour la lecture de bandes dessinées : celui de la pratique majoritaire à la période juvénile, celui de la pratique minoritaire mais constante et consistante à l’âge adulte (près d’une personne sur trois) et, enfin, celui de la pratique marginale parmi les seniors et les personnes très âgées (marginale ne voulant pas dire inexistante). S’il existe bien un pic préadolescent fortement marqué aux premiers âges de cette période, il faut reconnaître que la bande dessinée concerne également une frange non négligeable de la population adulte entre 21 et 54 ans : un peu plus de huit millions de personnes. Il y a bien un « moment préadolescent » relativement court pour la bande dessinée (qui relève plutôt d’un effet d’âge), mais c’est également une pratique qui semble liée aux effets de génération.

Volume, régularité de lecture et attachement à la pratique en fonction de l’âge

13Pour bien caractériser le rapport aux bandes dessinées en fonction de l’âge, reste à affiner ces premières tendances avec d’autres indicateurs : le volume, la régularité de lecture, ainsi que l’attachement à la pratique. Le nombre de bandes dessinées lues au cours des douze derniers mois (l’indicateur de volumétrie) en dit sans doute plus long que le simple fait d’avoir lu au moins une bande dessinée pendant la même période, certaines lectures pouvant être qualifiées d’exceptionnelles, sinon accidentelles. On retiendra ici la borne de dix bandes dessinées au moins lues au cours des douze derniers mois, ce qui peut paraître relativement faible (à peine une par mois), mais qui s’impose d’un point de vue statistique car, ici, nous ne disposons pas de réservoirs suffisants de données brutes qui nous permettent de placer le curseur plus loin (vingt bandes dessinées et plus, cinquante et plus, etc.). En effet, à peine une personne sur dix de la population totale des personnes âgées de 11 ans et plus (9 % pour être précis) déclare lire vingt bandes dessinées et plus au cours de l’année (c’est le cas de 34 % de leurs lecteurs), et 3 % seulement de cette même population indique lire cinquante bandes dessinées et plus (15 % de leurs lecteurs).

14Sans surprise, comme le montre le tableau n°4, on retrouve avec ce nouvel indicateur de volumétrie la même hiérarchie entre les âges évoquée plus haut : plus on est proche de la préadolescence, plus on compte de lecteurs investis dans la lecture de bandes dessinées au sein de la population, c’est-à-dire de lecteurs qui déclarent en avoir lu au moins dix dans l’année (près de sept lecteurs environ sur dix entre 11 et 12 ans, un peu plus de six sur dix entre 12 et 14 ans). Cette fois, cependant, le seuil à partir duquel on commence à compter moins de 50 % de lecteurs « investis » dans la pratique est franchi un peu plus tôt : dès l’âge de 15-16 ans, où l’on ne compte plus qu’un tiers de lecteurs investis au sein de la population. De la même façon, comparativement aux simples taux de lecture (au moins une bande dessinée lue au cours des douze derniers mois), le taux de lecteurs déclarant en lire dix et plus devient marginal un peu plus tôt au sein de la population française : on n’en compte que 15 % pour la tranche des 21-54 ans, et 10 % seulement à partir de 55 ans. La question de la lecture régulière de bandes dessinées, c’est-à-dire le fait de déclarer lire des bandes dessinées régulièrement tout au long de l’année, apporte encore un nouvel éclairage sur la question du rapport à cette activité. Si on compte en moyenne un lecteur régulier sur deux au sein des 11-12 ans parmi l’ensemble de la population (51 %), ce taux de lecteurs réguliers passe sous la moyenne au cours même de la préadolescence à partir de 13-14 ans, et chute brutalement dès l’âge de 15-16 ans puisqu’il tombe à 15 %. Enfin, les données concernant l’attachement fort à la lecture de bandes dessinées permettent pour leur part assez clairement de relativiser la place que cet univers occupe au sein de la société française. L’indicateur de proximité est intense, puisqu’il s’agit ici des personnes qui déclarent que les bandes dessinées « leur manqueraient si elles en étaient privées pendant six mois ». Et il se trouve que cette catégorie de lecteurs particulièrement attachés à la bande dessinée est minoritaire sur l’ensemble de la population, quels que soient les âges, même à 11-12 ans. On retrouve ici, pour résumer, des tendances qui avaient été bien montrées dans la synthèse déjà publiée : la lecture de bandes dessinées est une pratique courante chez les jeunes, en particulier parmi les préadolescents, et notamment chez les garçons comme on va le voir, mais cette pratique ne fait pas pour autant systématiquement l’objet d’un investissement fort, du moins pour la grande majorité des individus.

Figure 4. Taux de lecture et volume (dix et plus) de bandes dessinées lues en fonction des tranches d’âge

Figure 4. Taux de lecture et volume (dix et plus) de bandes dessinées lues en fonction des tranches d’âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

Effets d’âge et de génération sur la sous-population des lecteurs de bandes dessinées

15On peut affiner une partie des analyses qui précèdent en s’intéressant plus spécifiquement à la sous-population des lecteurs de bandes dessinées. S’agissant d’une population plus réduite en termes d’effectifs bruts, nous sommes contraints, pour effectuer ce travail, d’augmenter l’étendue de certaines classes d’âge, et par conséquent d’en limiter le nombre (voir la figure 5). L’image que nous obtenons n’est évidemment pas tout à fait la même quand on compare avec la population totale, puisque la proximité avec la bande dessinée est tendanciellement plus forte parmi les lecteurs. On peut remarquer toutefois que les écarts ne sont pas si importants dans l’ensemble, excepté souvent pour les classes d’âge les plus élevées de notre échantillon (ce qui témoigne à nouveau d’un effet de génération). Si on compte ainsi, comme on vient juste de le voir, 66 % de personnes sur l’ensemble de la population âgée de 11-12 ans déclarent lire dix bandes dessinées et plus dans l’année, 70 % de leurs lecteurs aux mêmes âges sont dans ce cas (7 points d’écart seulement) ; si on compte 15 % de personnes sur l’ensemble de la population âgée de 21-54 ans qui déclarent lire dix BD et plus dans l’année, 53 % des lecteurs de bandes dessinées sont dans cette situation (38 points d’écart, cette fois). On peut faire quasiment les mêmes constats à propos de la question de l’attachement à la bande dessinée ou de la régularité de lecture. Pour cet indicateur, on s’aperçoit même que les lecteurs de bandes dessinées âgés de 21 à 54 ans et ceux de 55 ans et plus sont sensiblement plus nombreux à déclarer en lire régulièrement que les lecteurs de bandes dessinées âgés de 15-20 ans (respectivement 26 % et 28 % contre 21 %). Par conséquent, tout porte à croire que si la bande dessinée est une pratique courante au sein des jeunes générations actuelles, notamment chez les préadolescents, elle n’est peut-être pas aussi solidement ancrée qu’on pouvait le penser ; statistiquement un peu plus rare en revanche au sein des générations plus âgées, cette pratique semble bien résister au temps quand elle existe. Il convient peut-être d’atténuer un peu ce constat en disant que de 15 à 54 ans, on trouve la même proportion de lecteurs se déclarant très attachés à la bande dessinée : 17 %. Par ailleurs, quatre lecteurs sur dix se disent pas du tout attachés à cette pratique, et un peu plus de six sur dix au-delà de 55 ans.

Figure 5. Volume (dizaines et plus), régularité et attachement à la bande dessinée parmi les lecteurs en fonction des tranches d’âge

Figure 5. Volume (dizaines et plus), régularité et attachement à la bande dessinée parmi les lecteurs en fonction des tranches d’âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

Hommes et femmes face à la BD : permanences et changements

16Entre 2008 et 2011, soit entre la dernière enquête « Pratiques culturelles des Français » et l’enquête TMO, il n’y a manifestement pas eu de réduction de l’écart entre hommes et femmes en ce qui concerne le taux de lecture de bandes dessinées, parmi les personnes âgées de 15 ans et plus. Au contraire, cet écart s’est creusé : il était de 8 points en 2008, il est passé à 14 points en 2011 (voir le graphique n°1). Voilà qui répond à l’une des questions qui étaient posées en introduction : la féminisation du lectorat de la bande dessinée n’a pas eu lieu. Au sein de la population plus vaste des personnes âgées de 11 ans et plus, on observe que les hommes sont, d’une manière générale, systématiquement plus engagés que les femmes, quels que soient les âges considérés, qu’il s’agisse de lecture occasionnelle de bandes dessinées, de pratique soutenue (dix et plus au cours de l’année), de régularité de lecture et d’attachement à la pratique. 23 % des lecteurs masculins déclarent, par ailleurs, relire très souvent ou assez souvent leurs bandes dessinées ; ce n’est le cas que de 10 % des lectrices. Autre signe d’éloignement relatif, les femmes sont également deux fois plus nombreuses que les hommes au sein de la population des non-lecteurs de bandes dessinées (personnes déclarant n’avoir jamais lu de BD au cours de leur existence) : 32 % de non-lectrices au sein de la population des 11 ans et plus pour 14 % de non-lecteurs. Le processus de socialisation à la lecture de bandes dessinées ne s’est donc pas exercé de la même façon entre les hommes et les femmes au sein de la société française. La césure sur ce plan semble être la frontière qui sépare les générations nées avant la seconde guerre mondiale et celles nées ensuite : celles et ceux qui sont nés après la guerre auront 20 ans dans les années 1960, c’est-à-dire au moment de l’essor des cultures juvéniles et des formes contre-culturelles auxquelles la bande dessinée sera beaucoup associée.

  • 15 En fait, il s’agit des 45-70 ans. Les 70 ans et plus n’ont pas été intégrés ici à l’analyse : ils a (...)

17L’engagement plus mesuré des femmes dans la lecture de bandes dessinées ne veut pas dire pour autant qu’elles se tiennent à distance de ce domaine culturel. En effet, il faut rappeler que jusqu’à l’âge de 16 ans, plus d’une femme sur deux déclare en lire au cours de l’année. En outre, on enregistre peu d’écarts entre les hommes et les femmes en matière de connaissance des personnages célèbres du neuvième art : les écarts les plus marqués, comme le montre le tableau n°7 concernent d’ailleurs les personnages typés « public masculin » (Rahan ou Blueberry) ; pour le reste, les niveaux de connaissance sont assez proches. Avec le temps (et le « travail » des différentes générations), on voit même avec le tableau suivant (n°8) que la connaissance de la bande dessinée chez les femmes tend à augmenter de façon assez nette et à se rapprocher de celle des hommes : les écarts sont relativement faibles au sein de la population des personnes âgées de moins de 45 ans, ce qui est beaucoup moins le cas pour les plus de 45 ans15 . Cette analyse à la fois générationnelle et sexuelle montre à nouveau un effet de « domination masculine » en matière de connaissance de la bande dessinée qui concerne les hommes âgés de 45 ans et plus. Enfin, à la question « si vous ne pouviez plus lire de bandes dessinées pendant six mois, cela vous manquerait-il ? », 70 % des hommes lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus répondent oui (78 % des hommes lecteurs de bandes dessinées de moins de 45 ans), dont 26,5 % beaucoup, et tout de même 56 % des femmes lectrices (64 % des femmes lectrices de bandes dessinées de moins de 45 ans), dont 16 % beaucoup.

Figure 6. Lecteurs connaissant au moins de nom les personnages suivants…

Figure 6. Lecteurs connaissant au moins de nom les personnages suivants…

Population : ensemble des personnes interrogées âgées de 11 ans et plus.

Le roman graphique : une catégorie féminine ?

  • 16 Parmi les lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus, 84 % des hommes déclarent avoir lu d (...)

18En introduction de ce chapitre, nous nous sommes demandé si la catégorie « romans graphiques et autres bandes dessinées alternatives » faisait l’objet d’un surinvestissement féminin du fait notamment de sa proximité avec l’univers romanesque, et par conséquent si cette catégorie en pleine croissance pouvait être le signe une mutation des pratiques de lecture de bandes dessinées. En fait, il est assez difficile de répondre à cette question de manière tranchée, pour deux raisons. D’une part parce que les effectifs bruts de lecteurs dans ce domaine sont assez réduits, et d’autre part parce que cette appellation recouvre des éléments assez disparates : des adaptations d’œuvres littéraires classiques sous forme graphique, telles que l’ouvrage Voyage au bout de la nuit de Céline adapté par Tardi chez Futuropolis/Gallimard, des bandes dessinées qui s’approchent de l’univers romanesque comme Blankets, manteau de neige de Craig Thompson parue dans la collection bien nommée « Écritures » chez Casterman, mais aussi des BD qui relèvent plutôt d’un circuit alternatif telles que Toxic de Charles Burns parue chez Cornelius. On peut toutefois penser que la formule « romans graphiques », proposée dans le cadre d’une enquête par questionnaire, est un marqueur symbolique qui permet à certains lecteurs de se singulariser s’ils le souhaitent. À première vue, l’écart entre les hommes et les femmes est quasiment nul dans ce domaine : 25 % des hommes et 26 % des femmes lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus déclarent avoir lu des romans graphiques ou des bandes dessinées alternatives au cours des douze derniers mois. C’est toutefois la seule catégorie d’œuvres relevant du neuvième art dans laquelle les lectrices sont plus nombreuses que les lecteurs, ce qui mérite d’être signalé16. En fait, ce quasi-équilibre est dû aux tranches les plus âgées du lectorat : en effet, parmi les lecteurs de bandes dessinées, on compte sensiblement plus de femmes lectrices de romans graphiques au-delà de 45 ans que d’hommes (21 % contre 16 %, soit 5 points d’écart) ; en revanche, chez les moins de 45 ans, le rapport est plus équilibré mais inversé, puisqu’il se situe à 30 % chez les hommes et à 28 % chez les femmes.

  • 17 Engagement qui se prolonge jusqu’à la sphère professionnelle : les femmes sont plus investies que l (...)

19C’est plutôt à propos des thématiques de bandes dessinées que l’on enregistre des écarts significatifs entre les hommes et les femmes, du moins pour des rubriques telles que enfance-jeunesse ou western (voir le tableau n°7). Ces écarts ne sont pas surprenants évidemment : la seconde catégorie est un genre masculin par excellence ; quant à la première, il s’agit peut-être d’une combinaison entre nécessité et vertu : certaines femmes s’intéressent à ce domaine parce qu’elles sont aussi très engagées auprès des enfants17 et parce qu’elles développent autour de la littérature et de la bande dessinée jeunesse des compétences propres, une expertise et, pour finir une inclination spécifique. On notera également que la catégorie autobiographie et reportage est tendanciellement plus féminine que masculine (+ 8 points). En effet, il y a fort à parier – malheureusement, cette enquête ne permet pas de le vérifier – que les reportages dessinés autobiographiques d’un auteur tel que Guy Delisle plaisent aux femmes.

Figure 7. Catégories de bandes dessinées préférées

Figure 7. Catégories de bandes dessinées préférées

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

L’influence du niveau de diplôme et de la profession

  • 18 L’analyse est réservée ici à ces catégories sociales pour éviter les effets de brouillage liés aux (...)

20On associe parfois les bandes dessinées à une certaine facilité de lecture, en particulier au décodage « immédiat » des images. Le neuvième art constitue toutefois un domaine culturel à part entière qui suppose un apprentissage et le développement de compétences spécifiques. On ne sera pas étonné, dès lors, de constater que niveau de diplôme et origine sociale, même s’il s’agit d’un registre qualifié parfois de « contre-culturel », constituent des variables qui exercent une influence sur la pratique. Ainsi, le taux de lecteurs de bandes dessinées est deux fois plus élevé parmi la population des actifs et des demandeurs d’emploi18 au moins titulaires d’un bac+2 comparativement aux actifs et demandeurs d’emploi qui ne possèdent pas de diplômes ou ont un diplôme inférieur au baccalauréat (41 % contre 20 %). Au sein de cette même population, l’écart entre d’un côté ouvriers, employés, agriculteurs, et de l’autre professions intellectuelles supérieures et professions libérales est du même ordre : on compte plus de deux fois plus de lecteurs de bandes dessinées parmi ces deux dernières catégories (respectivement 47 % et 48 %), contre 19 % seulement chez les agriculteurs, 20 % chez les ouvriers, 23 % chez les employés ou les artisans. Mais les variables niveau de diplôme et profession déclarée n’impliquent pas pour autant un investissement intense dans la pratique et ne sont par conséquent pas totalement prédictives du rapport à la bande dessinée. En effet, elles sont moins discriminantes chez les lecteurs de bandes dessinées pour ce qui a trait au nombre de parutions lues au cours de l’année : 55 % des lecteurs de bandes dessinées, actifs et demandeurs d’emploi et qui ne possèdent pas de diplôme ou ont un diplôme inférieur au baccalauréat déclarent avoir lu dix bandes dessinées et plus au cours de l’année ; c’est le cas de 50 % de ceux qui possèdent le baccalauréat ou ont un diplôme inférieur à bac+1 et de 59 % de ceux qui possèdent au moins un niveau bac+2 ; 56 % des lecteurs de bandes dessinées ouvriers déclarent pour leur part avoir lu dix bandes dessinées et plus au cours de l’année ; c’est le cas de 46 % des employés, 60 % des lecteurs de bandes dessinées appartenant aux professions intellectuelles supérieures et 57 % des lecteurs de bandes dessinées appartenant aux professions libérales, ce qui montre bien que les écarts statistiques ne sont pas vraiment significatifs sur ce point. En fait, ce sont les agriculteurs qui, d’une manière générale, se montrent le moins investis dans la bande dessinée au sein des actifs et des demandeurs d’emploi : quand ils lisent des bandes dessinées, on ne compte parmi eux que 12 % d’individus déclarant lire dix bandes dessinées et plus. Par ailleurs, c’est au sein de cette profession que l’on trouve le taux le plus élevé de non-lecteurs de bandes dessinées (38 % contre 4 % seulement de non-lecteurs pour les professions intellectuelles supérieures).

  • 19 Dans l’enquête, nous ne disposons pas pour les adultes de l’information concernant la profession du (...)

21En complément des analyses qui précèdent, on peut se demander, comme il est courant de le faire en sociologie de la culture, quelle est la variable la plus déterminante entre le niveau de diplôme et la position sociale mesurée à partir de la profession déclarée de la personne interrogée19. Tout laisse à penser qu’il s’agit de la profession, comme le montre le tableau n°8 En effet, on voit que parmi les actifs et demandeurs d’emploi lecteurs de bandes dessinées âgés de 18 ans et plus, les personnes titulaires d’un baccalauréat ou d’un diplôme supérieur lisent systématiquement plus de bandes dessinées que celles qui ont un diplôme inférieur au baccalauréat. Mais au sein des différentes catégories sociales, c’est parmi les catégories supérieures que l’écart est le plus faible (3 points seulement) et que le taux de pratique est systématiquement le plus élevé (au point que les titulaires d’un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat au sein de cette catégorie lisent plus de bandes dessinées que les personnes appartenant aux catégories moyennes qui possèdent un niveau d’étude égal ou supérieur au baccalauréat : 8 points de plus). La position sociale mesurée à travers la profession semble donc plus influente que le niveau de diplôme.

Figure 8. Catégorie sociale (profession de l’interviewé) et niveau de diplôme : quelles variables ?

Figure 8. Catégorie sociale (profession de l’interviewé) et niveau de diplôme : quelles variables ?

Population : ensemble des actifs et des demandeurs d’emploi de 18 ans et plus.

3. Profils de lectures20

  • 20 Une grande partie de ce chapitre repose sur la première synthèse de l’enquête rédigée par Jacques B (...)

22Au-delà des données sociodémographiques et socioculturelles qui viennent d’être présentées, il faut rappeler que l’enquête TMO Régions avait aussi pour ambition de décrire un peu mieux les pratiques de lecture de bandes dessinées et de répondre notamment aux questions suivantes : quelle place la lecture de bandes dessinées trouve-t-elle au juste au sein des autres pratiques de lecture (en particulier en ce qui concerne la lecture des livres et des romans) ? Que peut-on dire des lectorats des différents genres (mangas, comics, etc.) et des différentes sous-catégories de bandes dessinées (humour, SF, fantasy, etc.) ?

La lecture de bandes dessinées dans l’ordre des lectures : éclectisme et proximité avec le livre

23Pour répondre rapidement à la première question, et si l’on raisonne uniquement pour les personnes âgées de 15 ans et plus (ce qui permet à nouveau de faire des comparaisons utiles avec les enquêtes « Pratiques culturelles des Français »), on peut commencer par dire que la bande dessinée ne fait globalement pas partie des pratiques de lecture majoritaires. En effet, au vu des résultats de l’enquête TMO Régions, cette activité est trois fois moins courante que la lecture de la presse (quotidienne et magazine) et deux fois moins courante que la lecture des romans : 77 % des personnes âgées de 15 ans et plus déclarent avoir lu des journaux d’information au cours des douze derniers mois, 73 % des magazines et des revues, 45 % des romans pour le plaisir, 24 % des BD, et 9 % seulement de la poésie. À peu de chose près, cette répartition est la même en fonction des différentes tranches d’âge, excepté chez les 15-20 ans chez qui la lecture des magazines est sensiblement plus forte que celle des journaux et qui ont par ailleurs la particularité de compter parmi les plus forts lecteurs de romans, de bandes dessinées et de poésie (voir le tableau n°9). Moins courante que d’autres formes de lecture, la lecture de bandes dessinées fait toutefois l’objet de pratiques de relectures assez fréquentes, ce qui singularise cet usage au regard des autres pratiques du texte : 55 % de ses lecteurs âgés de 11 ans et plus déclarent relire les bandes dessinées qu’ils possèdent chez eux, soit un peu plus d’un lecteur de bandes dessinées sur deux. C’est le cas de 66 % de ses lecteurs âgés de 11 à 20 ans (les deux tiers), 51 % des 21-54 ans et 45 % des 55-72 ans. La relecture des bandes dessinées n’est donc pas un usage exclusivement juvénile.

Figure 9. Place de la bande dessinée au sein des différentes pratiques de lecture en fonction de l’âge

Figure 9. Place de la bande dessinée au sein des différentes pratiques de lecture en fonction de l’âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

  • 21 Ce pourcentage culmine à 57 % chez les 11-14 ans, ce qui voudrait dire que près de six personnes su (...)
  • 22 Les pourcentages de lecteurs de bandes dessinées sont par ailleurs de 40 % chez les lecteurs de rom (...)

24Le lecteur de bandes dessinées est par ailleurs plutôt éclectique qu’exclusif. Le croisement entre le nombre de livres lus tous types confondus – bandes dessinées exclues – au cours des douze derniers mois et le fait d’être ou non lecteur actuel de bandes dessinées met en lumière le fonctionnement quasiment binaire des pratiques de lecture. En grossissant à peine le trait, on peut dire que soit on est non lecteur de livres et on n’est que très marginalement lecteur de bandes dessinées (dans seulement 6 % des cas pour l’ensemble des personnes âgées de 11 ans et plus), soit on est lecteur de livres et on est relativement souvent (dans 43 % des cas, soit sept fois plus) lecteur de bandes dessinées. L’hypothèse d’une concurrence mécanique entre livres et bandes dessinées se trouve donc apparemment infirmée, et elle ne se vérifie pas plus pour la sous-population des lecteurs de mangas. Il serait plus juste de parler de complémentarité entre les pratiques. Cette moyenne générale de 6 % de lecteurs de bandes dessinées parmi les non-lecteurs de livres mérite toutefois d’être nuancée : elle n’est que de 3 % chez les 55-72 ans, de 6 % chez les 21-54 ans, mais elle s’élève à 25 % chez les 11-20 ans21. La complémentarité livres-bandes dessinées n’est manifestement pas systématique : elle est moins forte parmi les classes d’âge les plus jeunes, et il y a fort à parier qu’il s’agit là autant d’un effet d’âge que de génération (on lit beaucoup de bandes dessinées au moment de la préadolescence ; les jeunes générations actuelles lisent moins de livres que les jeunes générations passées). Cette complémentarité s’infléchit également sensiblement pour les très gros lecteurs de livres : chez les personnes âgées de 11 ans et plus ayant déclaré lire cinquante à quatre-vingt-dix-neuf livres au cours des douze derniers mois, le nombre moyen de bandes dessinées lues est de 30,2 alors qu’il est de 26,2 chez les personnes ayant déclaré lire cent livres et plus. Enfin, il faut noter que c’est parmi les lecteurs de romans de SF et fantasy, ainsi que chez les lecteurs de romans érotiques, que l’on enregistre les taux les plus forts de lecteurs de bandes dessinées (respectivement 53 % et 56 %) : l’appétence pour la bande dessinée s’inscrit donc tendanciellement dans un profil de lecture romanesque un peu typée22.

25Les lecteurs de bandes dessinées ont des pratiques assez hétérogènes qui, lorsque l’on cherche à les agréger, donnent lieu à la formation d’une multitude de sous-populations aux effectifs très réduits. Par ailleurs, les « lecteurs exclusifs » ne peuvent pas être isolés facilement des autres en raison de leur rareté. Quand on est lecteur de bandes dessinées, on lit bien souvent de tout, sans s’interdire évidemment d’avoir une prédilection (plus ou moins prononcée) pour un ou plusieurs genres en particulier. Partant de ces constats, une approche typologique a été mise en œuvre, distinguant les lecteurs exclusifs (ou quasiment) des autres lecteurs. Concrètement, les premiers ont été regroupés selon une méthode dite « volontariste » se basant sur le genre qu’ils lisent exclusivement (ou quasiment) et le nombre de bandes dessinées qu’ils lisent. À cette fin a été retenu le seuil de cinq BD lues, les petits lecteurs se situant en dessous de ce seuil, les autres au-dessus. Quant aux seconds, ils ont été regroupés au moyen d’une méthode statistique : une classification ascendante hiérarchique (dite « méthode de Ward »). Il ressort de cette démarche que les petits lecteurs multigenres constituent numériquement le groupe le plus important au sein des lecteurs de bandes dessinées : près d’un sur cinq en fait partie. On trouve ensuite le groupe des lecteurs quasiment exclusifs d’albums traditionnels, qui réunit 14 % des lecteurs de bandes dessinées. Trois autres groupes pèsent un peu plus de 10 % : les moyens lecteurs de mangas et d’albums traditionnels, les petits lecteurs exclusifs d’albums traditionnels, et les moyens lecteurs d’albums traditionnels et de journaux d’humour. Au total, dix-huit groupes ont ainsi pu être mis en évidence, dont certains très peu représentés : le « groupe » le plus marginal, celui des lecteurs quasiment exclusifs de romans graphiques, rassemble moins de 1 % des lecteurs de bandes dessinées. C’est bien la multiplicité des pratiques de lecture de la bande dessinée qui est révélée à travers cette analyse.

Figure 10. Typologie des lecteurs de bandes dessinées selon le nombre de bandes dessinées lues par genre

Figure 10. Typologie des lecteurs de bandes dessinées selon le nombre de bandes dessinées lues par genre

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.

Taux de lecture des différents genres de BD

26L’un des paris de cette enquête consistait à aborder avec une certaine précision la question des genres de BD lues. Pour ce faire, le comité scientifique de l’étude a proposé une répartition en quatre grandes familles de BD (« les albums traditionnels, séries franco-belges ou européennes » ; « les comics et autres bandes dessinées américaines » ; « les mangas et autres bandes dessinées asiatiques » ; « les romans graphiques ou bandes dessinées alternatives »), complétées par une famille de support rarement évoquée dans les enquêtes (« les journaux d’humour et de bande dessinée »). Ce type de catégorisation n’est évidemment pas exempt de problèmes : on mélange ici deux niveaux d’information distincts (des éléments intrinsèques liés aux contenus, des éléments extrinsèques liés aux contextes géographiques), et on n’évite pas, ce faisant, des risques de recoupements (Charlie Brown ou Mafalda seraient ici placés dans les comics ou bandes dessinées américaines, mais pourraient figurer dans les bandes dessinées traditionnelles ; Taniguchi est placé avec les mangas et autres bandes dessinées asiatiques, mais pourrait aussi bien apparaître dans les romans graphiques ou les bandes dessinées alternatives ; etc.). Il faut dire qu’il n’existe pas de catégories consensuelles dans le domaine de la bande dessinée, les éditeurs et les experts ne s’entendant pas toujours sur les frontières du genre. Ajoutons qu’il n’est pas non plus possible dans le cadre de ce type d’enquête quantitative de compter sur une expertise partagée par l’ensemble des lecteurs. C’est la raison pour laquelle ces choix de catégories ont été faits. Ils ont le mérite d’une certaine simplicité, reposent essentiellement sur un principe de marqueurs symboliques, et ont été par ailleurs proposés aux personnes interrogées, accompagnés d’exemples précis de titres d’ouvrages.

  • 23 La question n’était pas posée aux 11-14 ans.

27Sans surprise, les albums traditionnels, séries franco-belges ou européennes (XIII, Les Passagers du vent, Lanfeust, Blacksad, Titeuf, etc.) sont le genre de la bande dessinée comptant le plus de lecteurs : 24 % de la population âgée de 11 ans et plus déclarent en avoir lu durant l’année écoulée (et 19 % des 15 ans et plus). Sachant qu’au sein de cette même population, la part des lecteurs de bandes dessinées tous genres confondus s’établit à 29 %, cela redit l’importance des albums traditionnels au sein de la bande dessinée. À un second niveau figurent les journaux d’humour et de bande dessinée (Fluide glacial, L’Écho des savanes, Picsou, Lanfeust Mag, etc.), les comics et autres bandes dessinées américaines (Spider-Man, Hellboy, The Walking Dead, Les Simpson, Calvin & Hobbes, etc.), et les mangas et autres bandes dessinées asiatiques (Naruto, Dragon Ball Z, Death Note, mais aussi des auteurs tels que Taniguchi, Tezuka, etc.), qui comptent respectivement 15 %, 14 % et 11 % de lecteurs au sein de la population (et respectivement 11 %, 10 % et 7 % des 15 ans et plus). Les romans graphiques ou bandes dessinées alternatives (Persepolis, L’Ascension du Haut Mal, Nine Antico, etc.) rassemblent pour leur part 6 % de lecteurs chez les 15 ans et plus23. Ces taux de lecture peuvent également être déclinés pour la population des seuls lecteurs de bandes dessinées. Parmi eux, une large majorité (plus de huit sur dix) déclare lire des albums traditionnels, un sur deux lit des journaux d’humour et des comics, un peu plus d’un sur trois des mangas, et un sur quatre des romans graphiques.

Taux de lecture des différents genres selon l’âge

28Chaque catégorie d’âge est plus ou moins lectrice des différents genres de la bande dessinée, ainsi que le montre l’analyse des taux de lecture par genre et âge conduite sur la base des lecteurs actuels de bandes dessinées. Pour les albums traditionnels, quelle que soit la tranche d’âge considérée, la majorité des lecteurs de bandes dessinées déclare lire ce genre. Cela étant, la proportion de lecteurs est plus forte à partir de 40 ans : elle est presque maximale, excédant 90 %. Elle s’établit également à un niveau relativement élevé (autour de 85 %) jusqu’à 17 ans. C’est entre 18 et 30 ans que les albums traditionnels sont le moins lus, avec un taux de lecture légèrement supérieur à 60 %. Ce genre globalement très prisé l’est donc un peu moins par les jeunes adultes.

Figure 11. L’album de bandes dessinées : évolution de la lecture par âge

Figure 11. L’album de bandes dessinées : évolution de la lecture par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

29Les journaux d’humour connaissent une décroissance tendanciellement progressive de leur taux de lecture, l’âge avançant. Ce taux atteint, chez les lecteurs de bandes dessinées, son niveau le plus élevé entre 18-24 ans : il monte alors à 62 %. Puis il décline, si bien qu’il se trouve quasiment divisé par deux à partir de 60 ans (s’établissant alors à 34 %). Avant 18 ans, la part des lecteurs se situe plutôt dans la fourchette haute (supérieure à 50 %), mais elle est plus forte entre 11 et 14 ans (61 %) qu’entre 15 et 17 ans (51 %).

Figure 12. Les journaux d’humour : évolution de la lecture par âge

Figure 12. Les journaux d’humour : évolution de la lecture par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

30Bien qu’il connaisse quelques soubresauts, le pourcentage de lecteurs de comics au sein des lecteurs de BD se maintient au-dessus des 50 % avant 40 ans. C’est toutefois aux âges les plus jeunes qu’il atteint ses deux valeurs les plus fortes, notamment entre 11 et 14 ans (69 %). À partir de 40 ans, le pourcentage de lecteurs s’abaisse franchement jusqu’à arriver à un chiffre relativement bas chez les 60 ans et plus (seulement 13 %).

Figure 13. Les comics : évolution de la lecture par âge

Figure 13. Les comics : évolution de la lecture par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

31La courbe des taux de lecture de mangas revêt quelques similarités avec celle des comics. Se retrouve notamment un décrochage net à partir de 40 ans, la part des lecteurs de mangas parmi les lecteurs de bandes dessinées chutant alors aux alentours de 10 %. Avant 40 ans, en revanche, cette part dépasse dans tous les cas la moyenne globale de 37 %. De même, le taux de lecture maximal se situe entre 11 et 14 ans (59 %), suivi de près cette fois-ci par celui des 15-17 ans (56 %).

Figure 14. Les mangas : évolution de la lecture par âge

Figure 14. Les mangas : évolution de la lecture par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

32Enfin, c’est parmi les lecteurs de bandes dessinées âgés de 25 à 29 ans que s’observe la plus forte proportion de lecteurs de romans graphiques : 41 % déclarent en lire. De part et d’autre de cette tranche d’âge, les taux de lecture suivent un mouvement progressif de décroissance jusqu’aux âges extrêmes. Entre 18-24 ans et 30-39 ans, ces taux sont encore de 30 %. Entre 15-17 ans, la part des lecteurs est égale à 24 % tandis qu’elle tombe à 14 %, sa valeur la plus basse, chez les 60 ans et plus.

Figure 15. Les romans graphiques : évolution de la lecture par âge

Figure 15. Les romans graphiques : évolution de la lecture par âge

Population : lecteurs de bandes dessinées.

33Il est possible de compléter ces données par une information supplémentaire, habituellement peu mise en lumière dans les enquêtes : le fait de lire des bandes dessinées de tel ou tel genre sans apprécier celui-ci pour autant. Parmi ceux qui déclarent avoir lu des mangas dans l’année, par exemple, 6 % des lecteurs de 11-20 ans disent ne pas aimer ce type de bandes dessinées ; c’est le cas de 10 % des lecteurs de 21-54 ans et de 35 % des lecteurs de 55-72 ans. On retrouve le même type de répartition pour les comics dans les mêmes trois tranches d’âge (respectivement 9 %, 15 %, 38 %), alors que les pourcentages sont globalement très faibles pour les BD traditionnelles (5 %, 4 %, 3 %) et plus marqués pour les romans graphiques (41 %, 11 %, 2 %). Il convient donc de relativiser les pourcentages de lecteurs en fonction des différents genres avec ces indicateurs : un lecteur déclaré n’est pas nécessairement un lecteur conquis.

Estimation des « parts de lecture » des différents genres

34Les résultats de l’enquête permettent d’évaluer le nombre moyen de bandes dessinées lues par l’ensemble des personnes interrogées (qu’elles soient ou non lectrices de bandes dessinées), ventilé par genre. Connaissant la taille de la population française via les données du recensement de 2008, il est donc possible, en lui appliquant les moyennes issues de l’enquête, de calculer une estimation théorique du volume annuel de bandes dessinées lues dans l’année (toujours par genre). Par exemple, le sondage évalue à 2,9 le nombre annuel moyen d’albums traditionnels lus par la population âgée de 11 ans et plus. Cette population se chiffrant en France métropolitaine à un peu moins de cinquante-quatre millions d’individus, il en découle qu’approximativement cent cinquante millions d’albums traditionnels auraient été lus durant l’année (que ces albums aient été achetés, empruntés, relus…). Ce volume définit en quelque sorte la « part de lecture » des albums traditionnels au sein de la population : cet indicateur se rapproche en effet, conceptuellement, de la notion de part de marché, mais sans rendre compte d’une dimension économique. Son intérêt est de nuancer les taux de lecture globaux (scindant la population en lecteurs/non-lecteurs) en y ajoutant une seconde dimension : celle du volume de bandes dessinées lues par les lecteurs. Parmi les différents genres, les albums traditionnels s’attribuent la « part de lecture » la plus conséquente puisqu’ils représenteraient, selon les estimations effectuées, 37 % des bandes dessinées lues au cours des douze derniers mois. Ce résultat tient à la fois aux plus forts taux de lecture de ce genre de BD au sein de la population et au nombre moyen de bandes dessinées lues par les amateurs du genre. Les mangas, dont le taux de lecture se situe en deçà des comics et des journaux d’humour, apparaissent pourtant en deuxième position en termes de « part de lecture » : ils représentent 23 % des bandes dessinées lues annuellement, soit près d’une sur quatre. Ce score s’explique par le volume de lecture, les lecteurs de mangas lisant en moyenne deux fois plus de titres que les lecteurs de comics et de journaux d’humour. Ces deux derniers genres constituent respectivement 15 % et 17 % des bandes dessinées lues. Avec 7 % des BD lues, les romans graphiques demeurent en retrait des autres genres.

Figure 16. « Parts de lecture » des différents genres de bandes dessinées

Figure 16. « Parts de lecture » des différents genres de bandes dessinées

Population : ensemble de la population âgée de 11 ans et plus. Uniquement les 15 ans et plus pour les romans graphiques.

Estimation des « parts de lecture » des différents genres selon l’âge

35Les « parts de lecture » des différents genres de la bande dessinée s’avèrent relativement fluctuantes selon les âges. Les 11-14 ans restent finalement assez proches de la moyenne, même s’ils lisent un peu plus de mangas : 29 % des bandes dessinées qu’ils lisent appartiennent à ce genre, contre 23 % au global. Cette surreprésentation des mangas, légère chez les 11-14 ans, est en revanche très prononcée chez les 15-17 ans, puisque près d’une bande dessinée sur deux lue par cette tranche d’âge est un manga. La prépondérance des mangas se fait principalement au détriment des albums traditionnels, dont la « part de lecture » est deux fois moins importante qu’au global. Chez les 18-29 ans, les mangas tiennent aussi, mais à un degré moindre, une place plus importante qu’en moyenne : ils constituent environ 30 % des bandes dessinées lues. Autre genre plus représenté, les romans graphiques : plus de 10 % des bandes dessinées lues par les 18-29 ans relèvent de ce genre, pourcentage pas si éloigné de celui des journaux d’humour et des comics. Les albums traditionnels sont, eux, en retrait par rapport à la moyenne, bien qu’ils soient en proportion le deuxième genre le plus lu. À l’instar des 11-14 ans, les 30-39 ans affichent des résultats peu éloignés des résultats globaux, bien qu’ils soient un peu plus lecteurs de comics : ce genre représente 21 % des bandes dessinées qu’ils lisent, contre 15 % tous âges confondus. Cette catégorie d’âge fait d’une certaine façon office de transition avec les âges supérieurs ou égaux à 40 ans où prédominent les albums traditionnels : la moitié, voire plus, des bandes dessinées lues à ces âges appartient à ce genre.

Figure 17. « Parts de lecture » des genres de la bande dessinée selon l’âge

Figure 17. « Parts de lecture » des genres de la bande dessinée selon l’âge

Population : ensemble de la population âgée de 11 ans et plus. Uniquement les 15 ans et plus pour les romans graphiques.

Clé de lecture : 33 % des BD lues par les 11-14 ans sont des albums traditionnels tandis qu’au global, les albums traditionnels représentent 37 % des BD lues.

Notes

1 On pense ici aux « nouveaux dessinateurs », « dotés d’une disposition cultivée », et aux nouveaux exégètes de la bande dessinée dont parlait Luc Boltanski dans un article publié en 1975 dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales – fondée la même année par Pierre Bourdieu – qui allait contribuer à la connaissance et à la visibilité du champ de la bande dessinée (Boltanski, 1975).

2 Evans, Gaudet (2012). À noter, cette enquête comporte un échantillon de personnes âgées de 7 à 10 ans ayant été indirectement interrogées par l’intermédiaire de leurs parents. Les données issues de ce sur-échantillon ne seront pas exploitées ici du fait de la spécificité du mode d’interrogation.

3 Significativement, dans la première édition de l’enquête « Pratiques culturelles des Français » en 1973, aucune question ne portait sur les bandes dessinées. Pour la seconde édition, en 1981, deux questions s’y rapportaient : l’une sur la possession de bandes dessinées au foyer, et l’autre cherchant à savoir si les bandes dessinées faisaient partie des lectures les plus fréquentes des personnes interrogées (voir Introduction, §14-15) ; en revanche, aucune ne concernait à l’époque le fait d’avoir lu des bandes dessinées au cours des douze derniers mois. Voir DEP (1990), Donnat (1998), Donnat (2009).

4 Cherchant à expliquer la baisse des taux de lecture de bandes dessinées de 1997 à 2008, il signalait le fait que le questionnaire employé en 2008 tendait à sous-sonder les lecteurs exclusifs de BD au profit des lecteurs de livres lisant également de la bande dessinée (la question de sa lecture n’était posée en fait qu’aux seconds). Dans l’enquête TMO de 2011, on ne compte en fait que 8 % de lecteurs de bandes dessinées qui déclarent n’avoir aucun livre : à peine un sur dix.

5 Le Centre national de la bande dessinée et de l’image (CNBDI), par exemple, ouvre en 1990 à Angoulême, il se transforme en Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI) en 2008. Astérix et Obélix sont exposés au musée des Arts et Traditions populaires en 1996-1997, et investissent les salles d’exposition de la prestigieuse BnF en 2013.

6 Mais peut-on encore parler de bande dessinée quand il est question d’images animées ou d’images fixes diffusées sur le web mais limitées à de simples strips ou à des images uniques ?

7 C’est vrai du côté de l’offre comme du côté des usages : on verra que la lecture des bandes dessinées est partiellement liée à l’engagement dans la lecture de livres, même pour les lecteurs de mangas.

8 Saemmer (2011).

9 Lesquels, il faut le reconnaître, partent de moins haut.

10 En particulier Octobre (2004), Octobre, Détrez, Merckle et Berthomier (2010).

11 Donnat (1998, 2009), Octobre (2004), Octobre, Détrez, Merckle et Berthomier (2010).

12 En effet, il arrive avec cette méthode, que l’on pourrait qualifier d’hypothético-déductive, que les moyennes écrasent certaines informations.

13 Les enfants de 7 à 10 ans, sondés indirectement via leurs parents dans l’enquête de 2011, seraient pour leur part 76 % à avoir lu des bandes dessinées au cours de l’année.

14 On observe le même type d’érosion de la pratique de lecture de bande dessinée (mangas compris) de la préadolescence à l’adolescence dans les enquêtes réalisées par le DEPS auprès des jeunes : Octobre (2004), Octobre et al. (2010).

15 En fait, il s’agit des 45-70 ans. Les 70 ans et plus n’ont pas été intégrés ici à l’analyse : ils appartiennent à des générations spécifiques caractérisées par une présence et une valorisation de la bande dessinée beaucoup plus faible lorsqu’ils étaient jeunes.

16 Parmi les lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus, 84 % des hommes déclarent avoir lu des albums traditionnels et des séries franco-belges ou européennes, pour 81 % des femmes ; 51 % des hommes disent avoir lu des comics ou des bandes dessinées américaines, pour 44 % des femmes ; 39 % des hommes déclarent avoir lu des mangas ou des bandes dessinées asiatiques pour 33 % des femmes.

17 Engagement qui se prolonge jusqu’à la sphère professionnelle : les femmes sont plus investies que les hommes dans les sections jeunesse des librairies ou des bibliothèques.

18 L’analyse est réservée ici à ces catégories sociales pour éviter les effets de brouillage liés aux populations scolarisées (scolaires, lycéens et étudiants qui sont en cours d’étude) ou retraitées (qui, pour leur part, ont été parfois scolarisées – ou non – dans un monde radicalement différent).

19 Dans l’enquête, nous ne disposons pas pour les adultes de l’information concernant la profession du père de la personne interrogée (donnée qui en dirait plus long sur l’origine sociale) : cette question n’a été posée qu’aux personnes âgées de moins de 18 ans. Pour rendre lisible le tableau et éviter des effectifs bruts observés trop faibles, on a effectué les regroupements suivants : catégories populaires (ouvriers, employés), catégories moyennes (techniciens, professions intermédiaires), catégories supérieures (cadres et professions intellectuelles supérieures, professions libérales, contremaîtres et agents de maîtrise) ; diplômes inférieurs au baccalauréat ou sans diplômes, baccalauréat et diplômes supérieurs au baccalauréat ; lecteurs de bandes dessinées (au moins une au cours de l’année), non-lecteurs de bandes dessinées (n’en ayant pas lu au cours de l’année).

20 Une grande partie de ce chapitre repose sur la première synthèse de l’enquête rédigée par Jacques Bonneau pour TMO Régions, en particulier les développements sur la typologie par genre de BD lues et l’analyse des taux et parts de lecture, qui sont repris quasiment in extenso.

21 Ce pourcentage culmine à 57 % chez les 11-14 ans, ce qui voudrait dire que près de six personnes sur dix non lectrices de livres à cet âge seraient lectrices de bandes dessinées. Le conditionnel est cependant de rigueur, sachant que les effectifs bruts pour cette sous-population sont particulièrement réduits ici (trente et une personnes seulement avant redressement).

22 Les pourcentages de lecteurs de bandes dessinées sont par ailleurs de 40 % chez les lecteurs de romans policiers, taux identique chez les lecteurs de littérature classique, 34 % chez les lecteurs de best-sellers, taux identique chez ceux de littérature contemporaine, 26 % seulement chez les lecteurs de romans sentimentaux.

23 La question n’était pas posée aux 11-14 ans.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la lecture de bandes dessinées
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Comparaisons entre les enquêtes « Pratiques culturelles des Français » 1989, 1997, 2008 et notre étude (TMO, 2011).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-1.png
Fichier image/png, 973k
Titre Figure 2. Évolution des pratiques de lecture de bandes dessinées par tranches d’âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Comparaisons entre les enquêtes « Pratiques culturelles des Français » 1989, 1997, 2008 et notre étude (TMO, 2011).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3. Taux de lecture de BD entre 11 ans et 17 ans
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées (au moins une bande dessinée au cours des douze derniers mois). Comparaison entre l’étude DEPS 2002-2008 et notre étude (TMO, 2011).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-3.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 4. Taux de lecture et volume (dix et plus) de bandes dessinées lues en fonction des tranches d’âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-4.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 5. Volume (dizaines et plus), régularité et attachement à la bande dessinée parmi les lecteurs en fonction des tranches d’âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-5.png
Fichier image/png, 111k
Titre Figure 6. Lecteurs connaissant au moins de nom les personnages suivants…
Légende Population : ensemble des personnes interrogées âgées de 11 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-6.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 7. Catégories de bandes dessinées préférées
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-7.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 8. Catégorie sociale (profession de l’interviewé) et niveau de diplôme : quelles variables ?
Légende Population : ensemble des actifs et des demandeurs d’emploi de 18 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-8.png
Fichier image/png, 181k
Titre Figure 9. Place de la bande dessinée au sein des différentes pratiques de lecture en fonction de l’âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-9.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 10. Typologie des lecteurs de bandes dessinées selon le nombre de bandes dessinées lues par genre
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-10.png
Fichier image/png, 644k
Titre Figure 11. L’album de bandes dessinées : évolution de la lecture par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-11.png
Fichier image/png, 819k
Titre Figure 12. Les journaux d’humour : évolution de la lecture par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-12.png
Fichier image/png, 782k
Titre Figure 13. Les comics : évolution de la lecture par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-13.png
Fichier image/png, 802k
Titre Figure 14. Les mangas : évolution de la lecture par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-14.png
Fichier image/png, 788k
Titre Figure 15. Les romans graphiques : évolution de la lecture par âge
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-15.png
Fichier image/png, 778k
Titre Figure 16. « Parts de lecture » des différents genres de bandes dessinées
Légende Population : ensemble de la population âgée de 11 ans et plus. Uniquement les 15 ans et plus pour les romans graphiques.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-16.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 17. « Parts de lecture » des genres de la bande dessinée selon l’âge
Légende Population : ensemble de la population âgée de 11 ans et plus. Uniquement les 15 ans et plus pour les romans graphiques.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1673/img-17.png
Fichier image/png, 192k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2015

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter