Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

III. Âge tendre, âge de raison : grandir en section Jeunesse

Introduction

Texte intégral

  • 1 À notre connaissance, le seul ouvrage important (et incontournable) concernant les enfants de cet (...)

1Entre 9 et 12 ans, les enfants vivent leurs dernières années d’école primaire et leurs premières années dans le secondaire, au collège. L’entrée en sixième marque le début d’une période charnière du point de vue du cursus scolaire. Elle impose des modifications sensibles du rythme et des modalités d’apprentissage, avec des effets sur la relation que les enfants entretiennent au savoir et au groupe et, plus généralement, sur la construction de l’image de soi. Cependant, cette tranche d’âge paraît quelque peu délaissée dans la plupart des enquêtes sur la lecture et les lecteurs1 et notamment les jeunes usagers des lieux de lecture publique. Il semble en effet que les psychologues et, dans une moindre mesure, les sociologues s’intéressent davantage aux tout petits, aux bébés, aux très jeunes ou bien à ceux qui sont déjà franchement engagés dans l’adolescence, bref aux usagers des sections Jeunesse qui, pour des raisons très différentes, contraignent les professionnels à s’interroger sur les conditions de l’accueil et du séjour de leur jeune public : les premiers parce que, pénétrant dans la bibliothèque, ils entament avec l’émerveillement spontané des premières découvertes une histoire partagée de livres et de lecture ; les seconds parce qu’ils vivent souvent un épisode de détachement ou d’appropriation plus ou moins transgressive des lieux, associés au rejet ou au désamour à l’égard de l’écrit, ce qui les conduit trop souvent, après une flambée de provocations ou d’indifférence, à mettre un terme à une histoire commencée souvent avec un certain bonheur à l’orée de l’âge dit de raison – et même parfois bien avant.

  • 2 Sur ces questions voir, notamment, Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, De la biblio (...)

2Ces deux périodes dans l’évolution de la relation d’un « jeune » à la médiathèque posent problème parce qu’elles correspondent à des moments cruciaux en termes de socialisation. On peut considérer en effet que jusque vers 8 -9 ans l’enfant consacre l’essentiel de ses efforts à acquérir et assurer les premières compétences de lecture, à se familiariser avec les livres et les autres médias, les modes de classement et l’organisation de l’espace qui leur est consacré. Au moment de l’adolescence, les difficultés renvoient souvent à la représentation symbolique du lieu, au sens attribué à sa fréquentation et à ses usages effectifs. On se souvient que, longtemps, la médiathèque a été, de par la volonté des élus et avec l’assentiment des professionnels, un lieu privilégiant l’offre de culture légitime – ou d’œuvres et productions en voie de légitimation, du seul fait qu’une place leur était réservée en son sein. Si l’aspect institutionnel et monumental subsiste, des efforts considérables ont été faits pour rapprocher la médiathèque de ses publics et, surtout, en faciliter l’accès à ceux qui n’y viendraient pas spontanément. La gratuité (même relative), le libre accès, la place faite aux médias audiovisuels changent l’image d’une médiathèque qui n’est plus réservée à une minorité de lecteurs accomplis ou destinés à l’être. Cela étant, la médiathèque est encore perçue comme emblématique des règles et des contraintes de la société globale, pour le meilleur lorsqu’elle assure sa fonction d’intégration culturelle et sociale critique et, parfois, pour le pire lorsque l’invitation à l’autonomie et à la liberté qu’elle propose, ne rencontrant chez les jeunes, notamment les adolescents de milieu populaire, ni goût ni compétence correspondant à leur habitus, est reçue dans l’indifférence, ou même comme une provocation2.

  • 3 Cette étude nous a été commandée par Philippe Debrion, directeur du Patrimoine et du Réseau des mé (...)

3En 2001-2002, Christophe Evans et moi-même avons mené une enquête dans les sections Jeunesse de deux établissements du réseau du san de Saint- Quentin-en-Yvelines – médiathèque du Canal, médiathèque des 7 Mares3. L’objectif général de cette enquête était de comprendre comment, au sein d’une médiathèque, les enfants procédaient pour cheminer et construire des repères qui fassent sens pour eux et leur permettent de s’approprier l’espace et les objets qui s’y trouvent. Ces deux établissements sont de grands équipements (voire très grand dans le cas de la médiathèque du Canal) et beaucoup des observations qui y ont été faites ne concernent pas (ou peu) des équipements de taille plus modeste. En conséquence, la pertinence de certaines des analyses qui seront proposées tient à la taille de ces médiathèques. Celles-ci ont été retenues, par ailleurs, en raison de leur inscription différente dans la cité : la première fonctionne surtout comme une centrale installée au cœur de la ville nouvelle où sont concentrés la plupart des grands équipements publics et commerciaux ; la seconde, beaucoup moins monumentale, est un équipement de proximité installé dans un quartier plutôt résidentiel où se trouvent de nombreux ensembles d’immeubles hlm. D’une médiathèque à l’autre, les publics sont apparus à la fois différents et proches. Les différences sont évidemment liées à l’origine sociale des enfants, mais aussi aux modalités d’accès à la médiathèque (en raison du caractère peu résidentiel de l’environnement urbain, on se rend rarement à pied à la médiathèque du Canal, au contraire de celle des 7 Mares), à la richesse de l’offre et à la diversité des espaces mis à la disposition des publics – caractéristiques qui suscitent des modes de fréquentation en famille ou encouragent la visite en groupe de pairs. Le fonctionnement interne de la section Jeunesse, son articulation aux autres lieux de la médiathèque, l’organisation du travail des bibliothécaires, etc., influent sur la composition et le comportement des publics enfantins. Les ressemblances tiennent aux caractéristiques de la classe d’âge retenue. L’étude s’est en effet plus particulièrement attachée aux représentations et aux pratiques des enfants entre 9 et 12 ans. Cette fourchette d’âges n’a évidemment qu’une fonction indicative. Elle est une commodité de formulation qui ne nous interdira pas de recourir aux témoignages d’enfants un peu plus jeunes ou un peu plus âgés lorsque nous les jugerons éclairants pour notre propos.

4En comparaison de leurs aînés, ces enfants, les 9-12 ans, que nous avons observés, rencontrés, interviewés nous sont apparus plutôt à l’aise, bien intégrés dans des établissements tranquilles. De la section Jeunesse qu’ils fréquentent, ils donnent l’impression d’avoir une connaissance à la mesure de leurs besoins, où ils ont suffisamment de repères pour s’y sentir chez eux, maîtrisant gentiment les territoires de leurs curiosités et de leurs goûts personnels. Ils ont répondu à nos questions dans un esprit de coopération, avec enthousiasme et sérieux. Précisons toutefois que les entretiens ont pris assez souvent un tour plus directif que nous ne l’aurions souhaité dans une enquête de ce type. Les enfants ont, en effet, pour la plupart, besoin d’être sollicités avec insistance sur des questions qui ne les préoccupent pas particulièrement et sur lesquelles ils sont peu accoutumés à s’interroger spontanément. Les relances sont nécessaires et nombreuses en cours d’entretien. L’observation nous a été d’un grand secours, notamment pour les plus petits, pour l’interprétation de données discursives parfois succinctes ou confuses.

Notes

1 À notre connaissance, le seul ouvrage important (et incontournable) concernant les enfants de cet âge est celui de François de Singly, Lire à douze ans, Nathan, 1989.

2 Sur ces questions voir, notamment, Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, De la bibliothèque au droit de cité, Bpi/Centre Pompidou (coll. Études et Recherche), 1997 ;Martine Burgos, Claude Poissenot, Jean-Marie Privat, « Droits d’usages. Les usagers non-inscrits des bibliothèques municipales », dans Les Bibliothèques municipales et leurs publics. Pratiques ordinaires de la lecture, Bpi/Centre Pompidou (coll. Études et Recherche), 2001.

3 Cette étude nous a été commandée par Philippe Debrion, directeur du Patrimoine et du Réseau des médiathèques du SAN de Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle a fait l’objet d’un rapport remis au commanditaire de l’enquête en mars 2003 et d’un article rédigé par Christophe Evans : « On s’débrouille : enquête sur les usagers des sections Jeunesse », La Revue des livres pour enfants, n° 204, 2002.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access