Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultural Studies

 | 
Maxime Cervulle
, 
Jade Lindgaard
, 
Éric Macé
, 
et al.

Les Cultural Studies et les études sur la culture contemporaine

Débat

Animé par Jade Lindgaard

Texte intégral

1Jade Lindgaard : Avant de donner la parole à la salle, je propose que les intervenants répondent aux questions qu’ils se sont adressées les uns aux autres. Pour commencer, Angela

2McRobbie, Éric Macé vous interrogeait dans son intervention sur le moment « backlash » que vivrait le Royaume-Uni depuis 2005 et l’attentat, backlash qui remettrait en cause la prise de conscience et l’importance culturelle de la question des new ethnicities. Est-ce aussi votre sentiment ?

  • 1 Lors du débat, les propos d’Angela McRobbie ont été traduits par Jade Lindgaard.

3Angela McRobbie1 : Cette situation de backlash au Royaume-Uni se complexifie. On peut la mettre en rapport avec l’intervention de Geneviève Sellier sur le genre et celle de Maxime Cervulle sur l’antiracisme. Le point commun, c’est que les questions posées par les Cultural Studies ont été prises pour cible par les politiques néolibérales du blairisme.

4Les étudiants en Gender Studies (ça ne s’appelle pas forcément comme ça, mais c’est bien de ça qu’il s’agit), à Goldsmiths, sont pour 80 % des femmes. Ces femmes, qui traversent les évolutions que j’ai décrites et sont engagées dans des carrières professionnelles, veulent comprendre leur situation, les mass media et le succès de Bridget Jones. Et tous connaissent le travail de Judith Butler. Mais ce que l’on apprend à l’université est de toute façon désappris, défait, démantibulé hors de l’université. Et ça, c’est un nouveau rapport de force qui s’est instauré et qui participe du backlash dont on parle.

5Jade Lindgaard : Autre question : Maxime Cervulle distinguait une deuxième génération de Cultural Studies. Est-ce qu’on peut distinguer différentes générations ?

6Éric Macé : On peut considérer la succession de professeurs et d’étudiants, mais c’est plutôt dans le sens de l’extension des objets et des questionnements qu’il faut raisonner. Et comme l’a dit Éric Maigret tout à l’heure, chaque fois qu’on pense qu’un savoir est stabilisé, qu’un point de vue nouveau a été introduit, s’ouvrent un nouveau chantier et de nouveaux déboîtements. À mon avis, c’est donc plutôt en termes d’extension généralisée du questionnement qu’il faut réfléchir.

7Maxime Cervulle : Je parlais justement de seconde génération pour mettre en valeur la transmission entre Stuart Hall et Richard Dyer et le déplacement que le second a opéré dans la problématisation des objets. Stuart Hall, dans les années quatrevingt, commence à s’interroger sur l’ethnicité anglaise (« englishness ») et crée de nombreuses épistémologies nouvelles comme l’épistémologie du positionnement (« positionality », « politics of location »), et donc au moment où Richard Dyer…

8Éric Macé : Cela vient des féministes noires américaines.

  • 2 Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham.
  • 3 Carby, Hazel. Britannique, professeur d’African American Studies et American Studies à l’université (...)

9Maxime Cervulle : Oui, en partie – mais il y avait aussi sur ces questions une réflexion en Angleterre, avec Hall au cccs2 et Hazel Carby3 dans le champ du féminisme noir. Ce background va permettre à Richard Dyer de poser la question de la blanchité. Il va se dire qu’en tant qu’homme blanc, il ne peut pas continuer à travailler sur les images de l’Autre (les images de Noirs, d’Arabes, etc.), mais qu’il doit s’interroger sur la spécificité culturelle de l’identité blanche et de ses représentations.

  • 4 Dyer, Richard, Le Star-système hollywoodien, suivi de Marilyn Monroe et la sexualité, traduit par N (...)

10Geneviève Sellier : J’ajouterai que Richard Dyer est aussi le créateur des Star Studies, c’est-à-dire d’un nouveau champ dans les études filmiques, qui construit l’objet « star » comme un lieu conflictuel de l’expression des contradictions sociales. À ce sujet, un de ses livres a été traduit, Le Starsystème hollywoodien4, et dans ce même livre, je vous recommande vivement le court mais génial essai Marilyn Monroe et la sexualité.

11Éric Macé : Pour revenir brièvement sur les couleurs de peau, on change de point de vue si l’on considère que les Blancs ne sont pas blancs, mais dépigmentés. On suppose toujours que ce sont ceux qui ne sont pas blancs qui ont quelque chose de moins, mais si l’on renverse ce point de vue, ce sont les Blancs à qui il manque quelque chose. D’ailleurs, dans les récits de l’invasion de l’Amérique du Sud par les Espagnols, les Indiens décrivaient les Blancs comme dépigmentés, c’est-à-dire comme des gens qui n’ont pas de couleur, et qui ne sont pas humains, précisément parce qu’ils n’ont pas de couleur. Ça renverse les évidences.

12Public : Vous avez expliqué que poser la question de la minorité visible supposait forcément une énonciation blanche. Mais la question même de la blanchité, comme l’énonçait sans doute M. Macé, est l’expression d’une société à majorité blanche, occidentale, et donc du regard noir d’un blanc (dans tous les sens du terme), ou d’un regard noir dans une société occidentale à majorité blanche. Y a-t-il des études sur la blanchité en tant que minorité visible dans les sociétés africaines ou dans les ghettos noirs américains ? Il ne faudrait pas exclure ces situations, ce serait un comble.

13Maxime Cervulle : Il existe de telles études, mais peu, puisque ce champ s’est d’abord développé essentiellement en Angleterre, puis aux États-Unis. Il y a des travaux sur des communautés à dominante noire, mais très peu, du moins avec cet angle spécifique inscrit dans l’histoire des Cultural Studies – sauf peut-être en Afrique du Sud, assez perméable à la littérature théorique états-unienne. Les Critical White Studies ont pu être très critiquées, à juste raison parfois. Leur regard est intéressant, mais Richard Dyer par exemple, dès les premières pages de White, écrit qu’il serait terrible qu’existe un jour une discipline enseignée sous le nom White Studies ! Ce champ n’est pas encore très structuré, il n’y a pas d’enseignement de masse aux États-Unis non plus, mais la question se pose de la manière dont on remet au centre l’identité blanche ; c’est-à-dire que finalement, l’Université a toujours enseigné la formation des identités blanches.

  • 5 Watkins, Gloria Jean. A pour nom de plume bell hooks, volontairement écrit en minuscules. Elle ense (...)
  • 6 Morrison, Toni. Auteure et universitaire, Prix Nobel de littérature en 1993. Engagée pour la reconn (...)

14Ce champ d’étude répond aussi à un impératif politique, intervenant à un certain moment de l’histoire intellectuelle en Angleterre et aux États-Unis : la nécessité de construire un savoir fondé sur l’expérience, ce qui est une question extrêmement importante dans les Cultural Studies. C’est la question, par exemple, de l’épistémologie minoritaire. Ainsi, à un certain moment, les femmes, avec la perspective sociale, culturelle et politique que confère la position de femme, produisent un savoir en tant que femmes. Il s’est passé la même chose avec les Black Studies, les Chicano Studies, les Disability Studies, etc. Et les hommes blancs se sont demandés : « Et nous ? » La réponse est venue des féministes noires, de bell hooks5 et Toni Morrison6 notamment : « Interrogez-vous sur votre propre identité ! » La masculinité est rarement interrogée, l’identité blanche est rarement interrogée, l’hétérosexualité est rarement interrogée, le « validisme » (le fait d’être valide) est rarement interrogé, etc.

15C’est vraiment là un travail propre aux Cultural Studies que de déplacer le regard sur de nouveaux objets. Mais il ne faut pas non plus que toute l’attention se porte sur ces lieux hégémoniques.

16Geneviève Sellier : Pour compléter ce que vient de dire Maxime Cervulle : dans un premier temps, les études féministes, pour des raisons qu’on peut très bien comprendre, se sont intéressées aux images de femmes produites par le cinéma dominant, qui était un cinéma majoritairement masculin, sinon totalement. C’est seulement après qu’elles se sont intéressées aux cinéastes femmes pour les rendre visibles – d’ailleurs le travail n’est pas fini, et c’est un peu le mien – parce que l’histoire du cinéma les avait systématiquement occultées. Or, ce qui est intéressant, c’est de casser l’idée du masculin comme norme universelle.

17C’est pour cette raison que je préfère « Gender Studies » à « études féministes  », même si c’est un mot étranger, parce que l’idée est bien de s’interroger sur les normes sexuées que fabrique telle société à telle période. Et parmi les normes sexuées, il y a le masculin et le féminin qui, évidemment, se définissent l’une par rapport à l’autre. Il est donc aussi nécessaire d’interroger les normes du masculin telles que les a produites la culture que les images de la femme. Il faut décentrer le regard pour rendre au masculin sa spécificité, étant entendu que dans notre culture, le masculin reste considéré comme la norme universelle, et que c’est bien ce qu’il faut déconstruire.

  • 7 De Lauretis, Teresa. Italienne à l’université de Californie, Santa Cruz, elle y enseigne l’histoire (...)

18Éric Macé : On l’a bien compris, le risque c’est l’essentialisation, la réification de ces objets. Mais le charme malgré tout, l’intérêt, c’est que par ailleurs la réflexivité théorique soit permanente pour éviter ce travers. Prenons un exemple simple, celui des questions de genres. Pour ne réifier ni la féminité ni la masculinité, le concept de technologie de genre, tel qu’il a été proposé par Teresa de Lauretis7, est pertinent. Il permet de ne pas penser en termes identitaires, mais de se demander quel est l’ensemble des dispositifs et des technologies – pour reprendre un vocabulaire foucaldien – qui produit les hommes comme hommes. Mais pas les hommes en tant qu’essence ! Les hommes vus comme tels, constitués comme tels. Ou bien les Blancs désignés comme Blancs, les Noirs désignés comme Noirs, etc. Parce qu’à moins de faire une hypothèse naturaliste, les races n’existent pas, et que la différence de sexe n’a pas grand-chose à voir avec les genres.

19Mais quand on a dit ça, il n’en reste pas moins des asymétries, des rapports de pouvoirs qui sont des rapports sociaux, dont il faut bien rendre compte. En tant que chercheurs, nous devons rendre compte de l’ensemble des technologies et dispositifs qui désignent les catégories. Et une fois désignée, qu’est-ce qu’on fait de cette catégorie ? Parce qu’il y a aussi la construction des subjectivités, des individuations. Quand Lilian Thuram dit, à la une de L’Équipe : « Je ne suis pas noir », il dit : « Je ne suis pas ce Noir que vous voulez que je sois sous prétexte que je suis un joueur de foot antillais. Je ne suis noir qu’à partir du moment où je décide d’exprimer moi-même des formes d’ethnicité qui me sont propres et qu’il n’est pas question de négliger. »

20Contrairement à ce que pensait Marx, les moins conscients des rapports de domination et de pouvoir, ce sont les dominants, parce qu’ils ont spontanément le sentiment que ce qu’ils sont est la norme. Les plus mystifiés, ce ne sont donc pas les dominés, et c’est la raison pour laquelle ces derniers se saisissent des outils, des espaces et des modes de réflexivité qu’offrent les Cultural Studies, parce qu’elles ont la prétention de travailler sur des objets au coeur de la construction des rapports de pouvoir.

21Public : Je voudrais poser une question au sujet de la violence de genre. Mme McRobbie a parlé de la violence masculine sur les jeunes filles, mais elle n’a pas parlé de la violence dont souffrent les hommes violentés par des femmes au sein de leur foyer ou, en cas de séparation, contraints de quitter leur maison, leurs enfants… Cela a ouvert un nouveau champ de recherches autant au Canada, au Québec, qu’en Suède. Quelle est votre réaction ?

22Angela McRobbie : Mon intervention portait sur le rétablissement des genres, et je m’interrogeais sur les conséquences de vingt ans de politique néolibérale sur les objets des Cultural Studies. Et le sentiment d’agression suppose une situation individualisée qui n’a rien à voir avec les structures extérieures.

23Il y a bien sûr des situations où les femmes deviennent plus violentes, les médias en parlent. La question que vous posez renvoie aux points que j’ai développés dans ma communication  : le foyer, la sphère privée, la rue, l’École…

24Éric Macé : Que les femmes puissent être violentes n’a rien d’étonnant. Depuis le féminisme s’établit une forme de symétrie dans le domaine professionnel, le domaine des études (les filles sont meilleures que les garçons, y compris dans les études scientifiques), etc. Puisqu’il y a prise d’autonomie et affirmation de soi dans tous les domaines, il n’y a pas de raison de penser que les femmes ne puissent pas cogner, puisqu’elles ne sont pas enfermées dans une féminité normative. S’il y a un répertoire de conduites plus « ouvert » pour tout le monde, il n’y a pas de raisons de penser qu’en situation conjugale où, comme le dit Angela, les choses sont de moins en moins institutionnalisées – les familles ne sont plus des institutions mais des systèmes d’interaction –, la femme ne peut pas devenir violente alors qu’elle est peut-être plus maligne, plus rapide, plus forte. Ce qui serait étonnant, c’est qu’on pense : « C’est bizarre que des filles tapent aussi. » Il n’y a pas de raison pour qu’elles soient moins violentes. D’ailleurs, historiquement, les formes de violences féminines étaient dirigées contre elles-mêmes et contre leurs enfants, et étaient d’une brutalité extrême. Il n’y a pas de raison de penser qu’aujourd’hui, les choses étant ce qu’elles sont, elles ne peuvent pas diriger ces formes de violences aussi contre les hommes. Il faut surtout prendre en compte l’ensemble des transformations et éviter la naturalisation du débat sur la violence.

25Public : J’ai peut-être une question de néophyte. C’est la question de la subjectivité du chercheur par rapport aux objets qu’il étudie et de l’adéquation entre la nature sociale, culturelle et économique du chercheur et son objet. On disait tout à l’heure que les femmes s’étaient d’abord lancées dans les questions féministes. Je me demandais comment on gérait cette subjectivité, ou si elle était complètement assumée.

26Angela McRobbie : En ce qui concerne mon travail de recherche, je m’intéresse aux rapports entre culture populaire et culture politique. Je regarde aussi les rapports entre la sociologie et les Cultural Studies, mais également l’articulation entre travaux empiriques et lectures plus théoriques (Judith Butler ou Stuart Hall). Et j’essaie simplement de tout combiner.

27Encore un mot. Nous avons en Grande-Bretagne de grandes dettes envers les Français. Nous lisons seulement des écrivains français : Foucault, Latour, Deleuze, Deleuze, encore Deleuze, Bourdieu… Mais nous les lisons de façon hybride.

28Geneviève Sellier : J’ajouterai, de façon plus terre à terre, que la question de la subjectivité du chercheur se pose, comme par hasard, depuis que les chercheurs ne sont plus entre membres de l’élite blanche masculine. En un sens, ils étaient réciproquement garants de leur objectivité, puisqu’ils étaient entre eux. C’est donc l’irruption dans les recherches en sciences humaines d’un autre point de vue, d’un point de vue dominé, qui pose la question. C’est une question récurrente : « Mais les études féministes, ce n’est pas objectif ? » Renvoyer cette question à ceux qui la posent – pas à vous bien sûr – fait partie du travail des Cultural Studies, pour faire apparaître que la recherche traditionnelle est traversée par diverses formes de subjectivité, subjectivités personnelles et déterminées socialement, qui conditionnent le choix de tel objet d’étude et de telle approche. Pour faire apparaître, donc, qu’on est dans un système hiérarchique de valeurs, selon lequel certaines approches et certains objets sont considérés objectifs ou normaux et d’autres, parce qu’ils émergent à partir d’un point de vue de dominés, sont renvoyés à la subjectivité des dominés. Il y a donc un travail constant, mais il nous force à être d’autant plus rigoureux, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Toutefois, il faut bien être conscient du lieu d’où se pose ce type de questions.

29Éric Macé : Je ferai un raisonnement en deux temps. Le premier temps, c’est ce qu’on appelle les standpoint epistemologies, les épistémologies situées. Elles permettent l’irruption, dans le domaine des sciences sociales, d’objets qui n’étaient pas encore jugés problématiques. Cela a des effets de transformation profonds. Ainsi, si la question du genre n’avait pas été portée par le mouvement féministe, jamais elle ne serait devenue ce qu’elle est aujourd’hui. De même pour les questions d’ethnicité. Et pour les problématiques internes, pareil. Prenez les questions du féminisme noir américain : elles seules pouvaient les poser, partant de l’expérience qu’elles avaient de l’intersection de ces dominations. Dans ce cas, la subjectivité est justifiée car productive.

30La limite de ce raisonnement – c’est le deuxième temps –, ce serait que sous prétexte qu’on n’est pas lesbienne, on ne peut pas travailler sur les identités de genre lesbiennes, etc. Ce qui entre en contradiction avec le projet proprement scientifique des sciences sociales. Dans un deuxième temps, il faut donc introduire, en termes de catégories d’analyse, de méthodes de travail, de construction de terrain, de vigilance épistémologique, tout ce qui permet à un bon chercheur professionnel de produire de la connaissance sur d’autres expériences que les siennes. Et je dis cela en tant que « vu comme Blanc, masculin, supposé hétéro, etc. » !

31Jade Lindgaard : Personne ne veut intervenir dans la salle, j’en profite pour poser une autre question. Éric Macé, vous pointiez tout à l’heure un élément chronologique : pour vous, on serait, aujourd’hui en France, à un moment « hallien », à un moment d’inversion du rapport à la question des new ethnicities, des « nouvelles ethnicités ». Et il y avait comme une contradiction, comme un décalage en tout cas, entre cette idée et la perception de Geneviève Sellier à propos des Gender Studies, plus sombre, comme si quelque chose restait noué, coincé, bloqué. Est-ce que ce sont deux temps différents ? ou est-ce une situation partagée où l’un peut tirer l’autre ? Comment envisagez-vous le moment que nous vivons ?

32Geneviève Sellier : Je pense qu’Éric est dans un environnement scientifique où le bouillonnement est plus grand que dans le mien. Un élément que je n’ai pas abordé, très contraignant dans l’Université française, c’est les forteresses disciplinaires, quasiment infranchissables, y compris à travers les processus de qualification, enfin ces histoires de section, CNU, le machin… dans lesquels nous sommes tous prisonniers dès que nous travaillons dans l’Université française. C’est l’une des causes qui nous empêchent de faire fructifier les Cultural Studies et les Gender Studies. C’est un obstacle objectif ! Dans les disciplines qui ont su conquérir de vastes domaines, comme la sociologie ou l’histoire, cela se ressent moins que dans des disciplines « universitairement construites » de façon très étroite, comme le cinéma qui, comme vous le savez, fait partie de la dix-huitième section, « Art et esthétique »… Ça craint ! Et malheureusement, c’est infranchissable. En termes de cursus aussi, puisque le type de département dans lequel quelqu’un comme moi enseigne, c’est « Arts du spectacle »... Ça craint aussi ! Donc, le paysage un peu déprimant que je m’excuse de vous avoir dépeint est lié au fait que je suis beaucoup plus enfermée institutionnellement que ne peut l’être Éric. D’ailleurs, il faut prendre cette organisation disciplinaire au sens de Foucault : ce sont des prisons, des prisons caractéristiques de l’Université française et qui n’ont pas d’équivalent dans l’Université anglo-saxonne.

33Éric Macé : Peut-être faut-il être gramscien : il y a des fronts qui avancent, d’autres qui reculent, certains qui se reconfigurent, qui font se déplacer des choses. Il me semble qu’à la fois dans le domaine académique et dans le domaine politique, on peut exactement dire cela, qu’il y a des choses qui avancent et d’autres qui reculent… Et parfois, c’est pire que ça. On a l’impression que les choses avancent mais, en réalité, elles sont reformulées de manière tout aussi hégémonique. Comme le disait Angela McRobbie tout à l’heure, le girl power pouvait être émancipateur à un moment donné, mais il y a eu un déplacement d’hégémonie, déplacement extrêmement puissant puisque l’hégémonie n’est plus vécue comme telle. Voilà pour le domaine politique. Et dans le domaine académique, pour vous rassurer, en ce moment, il y a une telle incertitude dans l’Université française qu’au fond, on peut pratiquement tout faire pourvu qu’on saisisse les opportunités, tellement les disciplines sont ruinées, tellement les universités de lettres et sciences humaines sont désaffectées. Donc, si l’on veut remobiliser les libido sciendi, il va bien falloir qu’on fasse des offres transgressives par rapport aux vieilles frontières disciplinaires, qui sont en train de couler mais ne le savent pas encore.

34Geneviève Sellier : Restons sur ce mot optimiste.

35Public : En tant que professionnel de la culture et de l’éducation populaire, j’ai trouvé dans les Cultural Studies et dans vos discussions des perspectives d’action concrètes dans le social, la politique et l’éducation. Il serait intéressant de penser l’articulation de la production académique et de sa transposition dans l’action sociale. Une anecdote à ce propos, concernant ce qui s’est passé dans les Antilles. Dans le milieu de l’action culturelle, d’un seul coup, il y a eu plein de gens très enthousiastes, et parce qu’on est toujours très politisé, moi qui travaille en partenariat avec l’Institut du Tout-Monde d’Édouard Glissant, j’en ai fait état à mon Conseil d’administration. On m’a répondu : « C’est formidable, tu as raison, ce qui se passe aux Antilles, ça dépasse les Antilles. » Et dans une perspective que je pense être « Cultural Studies », j’ai dit : « Non, ça ne dépasse pas les Antilles » parce que j’y voyais une tentative de réappropriation, « ce sont les Antilles qui nous dépassent. » Cela nous oblige à repenser des choses qu’on n’aurait pas repensées autrement. Pour moi, penser une traduction en termes d’action sur le terrain, c’est aussi un enjeu.

Notes

1 Lors du débat, les propos d’Angela McRobbie ont été traduits par Jade Lindgaard.

2 Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham.

3 Carby, Hazel. Britannique, professeur d’African American Studies et American Studies à l’université de Yale. Pionnière dans le champ du féminisme noir avec Reconstructing Womanhood : The Emergence of the Afro-American Woman Novelist, New York, Oxford University Press, 1987.

4 Dyer, Richard, Le Star-système hollywoodien, suivi de Marilyn Monroe et la sexualité, traduit par Naccache Jacqueline, Meininger Sylvestre, Burch, Noël, Paris, L’Harmattan, 2004.

5 Watkins, Gloria Jean. A pour nom de plume bell hooks, volontairement écrit en minuscules. Elle enseigne l’anglais au City College de New York. Féministe, ses écrits portent sur le genre, la race, l’enseignement, l’importance des médias dans la culture contemporaine. Elle insiste sur l’interconnexion de ces objets.

6 Morrison, Toni. Auteure et universitaire, Prix Nobel de littérature en 1993. Engagée pour la reconnaissance des droits civiques, féministe, son œuvre est consacrée à la communauté noire et met souvent en scène des femmes oppressées.

7 De Lauretis, Teresa. Italienne à l’université de Californie, Santa Cruz, elle y enseigne l’histoire de la conscience. Elle a enseigné l’italien, la littérature comparée, les théories filmiques, les Women et Gender Studies, les théories psychanalytiques ou encore la sémiotique. L’interdisciplinarité fonde ses recherches, traversées par une réflexion sur le sujet genré.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access