Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

II. Usages pluriels des bibliothèques : règles et conflits

Conclusion

Texte intégral

1Les bibliothèques et médiathèques, espaces d’offre de biens culturels, impulsées par une politique volontariste et soucieuse de démocratisation, sont demeurées tributaires d’une représentation hiérarchisée des biens. Cette dernière privilégie le livre et son appropriation savante et individuelle et oppose les pratiques de lecture / écriture selon leurs finalités supposées : hédonisme, i.e. « loisir », ou ascèse scolaire et professionnelle. L’allongement de la scolarité des enfants les plus démunis culturellement, au sein du collège unique qui valorise le rapport savant à la culture écrite dans un contexte socioéconomique d’accentuation de la valeur protectrice des diplômes sur le marché de l’emploi, conduit à l’accès progressif de ces nouveaux publics qui importent, au sein des bibliothèques et médiathèques, des formes collectives d’appropriation. Loin d’être le simple écho de « manques » (absence de dispositions à la rationalisation des usages du temps par la distinction loisir / travail, distance vis-à-vis de la culture savante et légitime), les usages pluriels et les appropriations collectives témoignent d’un « bricolage » judicieux qui conjugue des contraintes multiples. Connaissant – car ils en jouent – les règles de fonctionnement des bibliothèques (il n’est qu’à voir la déférence qu’ils témoignent en général face aux adultes lettrés qui fréquentent cet espace, ainsi que leur usage stratégique des registres langagiers), les collégiens constituent un public ambivalent pour les personnels des établissements de lecture publique. Si le rappel des règles contribue à accentuer la pénibilité du travail des agents, et ce d’autant plus que la fréquentation est importante, la relation de service que les collégiens sollicitent fréquemment apporte des gratifications professionnelles et symboliques non négligeables confortant de la sorte leur pouvoir d’expertise. L’existence d’une relation d’échange entre les usagers juvéniles qui associent usage du livre et usage du lieu et le personnel des établissements (bibliothécaires et gardiens, dès lors que ces derniers se trouvent intégrés dans la division du travail de diffusion de la culture écrite), contribue de manière favorable à l’acceptation du rappel des règles, voire des sanctions provisoires.

2Lorsque le public est homogène, qu’il s’agisse d’un public lecteur issu des classes moyennes ou d’un public non-lecteur populaire, les risques de conflits sont moindres car la tolérance face au manquement à la règle est beaucoup plus forte. Supprimer la mixité engendrée par la coprésence devient alors une façon d’éliminer les conflits. C’est pourquoi, dans la plupart des bibliothèques, il existe déjà un traitement différencié des publics qui interdit à certains, identifiés comme usagers jeunes, l’accès à des espaces précis. Par exemple, les collégiens n’ont pas le droit d’aller dans les salles de travail où prévaut un modèle de lecteur travailleur intellectuel (lycéens, étudiants, adultes). Parallèlement, une autre forme de traitement des publics jugés difficiles (jeunes, masculins et populaires) consiste à en confier la gestion à un personnel détenteur d’une ou de plusieurs proximités : géographique (on embauche des résidents du quartier ou de la cité), sociale (de milieu populaire), générationnelle (jeune), voire ethnique (le « grand frère »), qui se trouve affecté exclusivement auprès de cette population. Cette allocation prioritaire, où l’origine tient lieu de compétences, a pour effet pervers de renforcer la ségrégation sous le couvert d’un discours d’ouverture et d’adaptation à un public jugé particulier tout en mettant en avant des différences socioculturelles pensées en termes de handicap, comme si ces différences constituaient la totalité de leur identité.

3Cependant, la séparation des publics n’est pas synonyme d’exclusion, loin de là. Et c’est là l’un des paradoxes du travail des bibliothécaires confronté à leur idéologie professionnelle. En effet, ces traitements des publics permettent de les maintenir dans l’institution. Quelle que soit la pénibilité de leur travail, les bibliothécaires rencontrés refusent d’exclure des publics, même s’ils les expulsent parfois des salles de lecture. Tout comme le fameux « il est interdit d’interdire », pour ces professionnels il est exclu d’exclure :

4« On prévient une fois, on prévient deux fois, trois fois puis après dehors, “puis tu reviens pas de l’après-midi !” Il avait exaspéré tout le monde. Il revenait tout le temps. “Non tu reviens plus !” Là, on l’a pas vu d’une semaine. Il est revenu et il a été calme. Il était embêté parce qu’il voulait rentrer dans la bibliothèque, il disait : “Je m’embête dehors !” J’ai dit : “Tu réfléchis, tu rentres, tu rentres pas aujourd’hui, mais réfléchis, tu as une meilleure attitude et tu reviendras, il y a pas de problème !” Alors ça, c’est usant. » (Assistant de bibliothèque, catégorie B.)

5« Le problème que j’ai moi c’est que quand je dis à quelqu’un de sortir j’ai pas envie que ce soit définitif. J’ai toujours envie, quelquefois j’arrive à faire passer, à dire que le lendemain ils peuvent revenir, s’il a décidé de se comporter comme il faut. Comme on lui demande de se comporter. [Q. : Vous, vous êtes contre le système d’exclusion… ?] Tout à fait oui, sauf vraiment des cas très exceptionnels. C’est des gosses quand même et c’est leur chance, ou alors on travaille pas à la bibliothèque si on considère pas que c’est aussi une chance pour certains enfants, cette entrée libre à la bibliothèque ! » (Assistant de bibliothèque, catégorie B.)

6« Il est arrivé que les collègues qui sont là-haut appellent du renfort pour qu’on soit plusieurs à mettre les gens dehors […] On va chercher les gardiens […] et ils s’occupent eux, de les sortir. […] Ils reviennent et quand ils reviennent on leur dit : “C’est pas une interdiction à vie hein !” Des fois on leur dit même : “Va te calmer un moment, quand tu seras calmé tu reviendras.” Et puis souvent ils reviennent le lendemain […]. Il y en a qui sont systématiquement un problème, mais c’est des gamins qui sont aussi attachants ou parfois ils font ça et puis le jour où ils ont besoin de quelque chose ils s’aperçoivent qu’on va les renseigner, qu’on va leur trouver tout, ils se confondent en excuses, en merci. » (Assistant de bibliothèque, catégorie B.)

7Cette éthique s’inscrit dans une conception générale du service public renforcée par une politique de la publicité de l’espace. C’est l’idéologie professionnelle des bibliothécaires que rappelle ce cadre A :

8« On fait des mises en garde, d’exclusions non, non, on pratique pas des exclusions. J’ai jamais vu interdire, c’est un service public ! Il faut pas l’oublier, c’est un accès public chez nous ! C’est pas une chasse gardée. C’est un lieu public, on peut pas empêcher les gens de déambuler dans l’équipement ! » (Bibliothécaire, catégorie A.)

9Agents de la diffusion culturelle, les bibliothécaires continuent à se définir dans un rapport d’ouverture par opposition à l’école, autre institution de diffusion, pensée comme une institution qui génère de l’exclusion. « Vous avez des enfants que le 15 mai c’est fini, ils ont plus cours, ils sont livrés à eux-mêmes. Un établissement comme le collège Edgar-Quinet, il y a rien là pour fixer les gosses. Pourquoi on les a tant chez nous ? Parce qu’il y a rien. Les salles de travail, les centres de cdi sont minuscules, d’abord les bibliothécaires qui gèrent ça elles peuvent pas les supporter. Alors quand ils ont quatre ou cinq troublions, ils ne les supportent pas, ils les foutent dehors et où on échoue ? À votre avis ? » (Bibliothécaire, catégorie A.)

10Au final, les pratiques des bibliothécaires reflètent toute l’ambivalence des conditions actuelles d’exercice de leur profession. Leur éthique d’ouverture se conjugue avec une gestion de la coprésence des publics fondée sur une séparation des objets et des corps.

11À un autre niveau, les politiques culturelles et urbaines jouent sur une ségrégation des publics. À la création de bibliothèques dotées de salles réservées à une certaine catégorie de population (étudiants, chercheurs), les « vrais » lecteurs, qui excluent certaines catégories d’usagers, s’ajoute la création de bibliothèques dans des quartiers pauvres « sensibles », qui conjuguent compensation culturelle et ghettoïsation.

  • 1 La bmvr répond au cadre de la loi du 13 juillet 1992 relative à l’action des collectivités locales (...)
  • 2 G. Ascaride, S. Condro (2001).
  • 3 M. Péraldi (2001).
  • 4 Lancée en 1995, l’opération d’intérêt national Euroméditérranée a notamment pour but de développer (...)

12La politique en cours s’est traduite par la fermeture définitive de la bibliothèque centrale (qui serait transformée en annexe de l’université). Dans le même mouvement, la bibliothèque municipale à vocation régionale (bmvr) ouvrira prochainement ses portes au public, située en plein centre-ville, au cœur d’un quartier de transit de population étrangère précaire. L’opération, qui s’inscrit dans une politique nationale1, est liée au projet de la Ville de création d’un centre pilote pour la lecture. Fondée sur le modèle de la Bibliothèque nationale, la bmvr est en passe de devenir un espace culturel réservé à un public d’étudiants avancés, de chercheurs, de professionnels, bref d’adultes. L’implantation de l’Institut de formation des maîtres (iufm), des universités et du musée de la mode rentre dans ce processus de réhabilitation du quartier qui s’accompagne d’une tentative de déplacement de ses populations2 par les pouvoirs publics forts de leur droit de préemption3.Ce projet de requalification du centre-ville s’intègre dans le plan Euroméditerranée4 qui vise à transformer le centre-ville en autant d’espaces d’affaires, de pôles d’enseignements et de services internationaux… La bibliothèque centrale et « ses jeunes » n’ont pu résister à ce mouvement de « reconquête » du centre-ville, ce qui inquiète les bibliothécaires de l’établissement, qui s’interrogent sur le devenir de leurs publics. Nous leur laisserons la parole en guise de conclusion :

13« J’ai pas une connaissance approfondie du quartier. C’est un désert culturel, ça c’est sûr. Pour moi ce serait vraiment grave s’il y avait plus de bibliothèque ici, ou à côté ou dans…Vraiment parce que ces enfants qui viennent du troisième, ils descendront pas à Belsunce, c’est trop loin. Ça me révolte assez qu’on soit pas capable de dire c’est sûr, il va y avoir un truc ici parce que c’est obligatoire. Ce serait obligatoire dans plein de quartiers mais bon… Je sais pas si j’aurais envie d’y travailler, c’est pas pour moi, ma collègue me dit : “Pourquoi tu veux rester ici ? – Non c’est pas pour moi.” Peut être que j’aurais envie d’aller à la bmvr ! Mais qu’il y ait quelque chose pour ces gosses, pas pour les adultes. » (Assistant de bibliothèque, catégorie B.)

14« J’espère qu’il y aura une bibliothèque de quartier parce que la bmvr, on a plein de petits, où c’est qu’ils vont aller, ça m’étonnerait qu’ils aillent jusqu’à la bmvr parce que là ils viennent à pied. » (Assistant de bibliothèque, catégorie B.)

15« Moi la grande peur que j’ai, c’est que quand nous allons quitter cet équipement que rien ne soit conservé pour les jeunes, c’est vrai que ça été demandé par le Comité d’intérêt du quartier, nous on est pour que soit conservé un minimum, une lecture publique. Je dis pas la lecture publique actuelle, mais un équipement de quartier, une section Jeunesse, c’est un minimum. Vous croyez que ces enfants ils vont aller jusqu’en bas ? Non. Nous sommes peut-être leur seul lieu, leur seule peut-être espérance, où ils peuvent se regrouper, où ils peuvent trouver une distraction, un lieu de rencontre quelque chose… Ça devrait être conservé. C’est un service rendu aux populations. » (Bibliothécaire, catégorie A.)

Notes

1 La bmvr répond au cadre de la loi du 13 juillet 1992 relative à l’action des collectivités locales en faveur de la lecture publique et des salles de spectacles cinématographiques. Pour une analyse de l’historique et des missions des bmvr., voir Grognet, T., Lorius, M., 2000.

2 G. Ascaride, S. Condro (2001).

3 M. Péraldi (2001).

4 Lancée en 1995, l’opération d’intérêt national Euroméditérranée a notamment pour but de développer les relations d’échanges entre la France, Marseille et l’arc méditerranéen. La relance des activités portuaires, la création d’entreprises et les échanges internationaux sont associés à un programme de requalification du centre-ville et une politique de développement social de ses quartiers. Voir sur ce point : A. Donzel (dir.) (2001).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access