Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultural Studies

 | 
Maxime Cervulle
, 
Jade Lindgaard
, 
Éric Macé
, 
et al.

Origines et évolutions des Cultural Studies, spécificités nationales

Débat

Animé par Christophe Evans

Texte intégral

1Christophe Evans : Je relève que les deux précédents intervenants ne traduisaient pas Cultural Studies, mais que le traducteur l’a fait. On aura peut-être l’occasion de revenir sur ce point. Si vous souhaitez poser des questions, vous avez la parole.

2Public : Bonjour, merci pour ces trois interventions qui se rejoignent sur le point qui motive ma question, que j’adresse à tous les trois. C’est ce point à la fois d’historicisation et de traduction. On a beaucoup parlé du va-et-vient entre la France et l’Angleterre, par rapport à Bourdieu mais aussi par rapport aux nouvelles traductions qu’apporte Éric Maigret. Je voudrais maintenant aborder un autre vis-à-vis, un autre aspect du dialogue, qui est l’aspect américain, à propos notamment de cette culture « working class » dont se sont préoccupés Williams et Hoggart. Comme l’a très bien dit Éric Maigret, ils étaient préoccupés par une culture ouvrière « authentique » que la télévision et la culture populaire américaine étaient en train de rendre « inauthentique » et de polluer. Un discours et objectif théorique de Williams et Hoggart, c’est donc de retrouver une culture anglaise « authentique », en réaction à la culture américaine. Paradoxalement, plus tard, les Cultural Studies en sont venues à s’intéresser éminemment à cette culture populaire comme à un objet d’intérêt en soi, et même comme à une possibilité d’émancipation des masses. Quelque part, c’était à l’opposé des origines des Cultural Studies, qui voulaient redonner un sens « authentique » à la culture populaire anglaise, qui n’était justement pas américaine. Quels sont vos points de vue sur cette question ?

3David Morley : Les pionniers des Cultural Studies avaient une conception assez simpliste de ce qui constitue une culture authentique, ce qui pourtant est assez difficile à définir.

4Si la culture américaine, qui les préoccupait tant, pouvait être considérée comme étrangère aux Britanniques, le problème qui se poserait alors, c’est que pour pouvoir retracer une culture britannique spécifique, il faudrait d’abord identifier toutes les résurgences françaises à l’œuvre dans cette culture britannique depuis le xxe siècle. Ensuite, de la même manière, on devrait éliminer toutes les traces de la culture viking qui ont imprégné le nord de l’Angleterre après l’invasion des Vikings. Et de la même manière, il faudrait amputer cette culture britannique de toutes les réminiscences de culture romaine, car l’Empire romain s’était emparé de toute la Grande-Bretagne actuelle, à l’exception de la Cornouaille et de certaines parties de l’Écosse où Hadrien avait trop peur de mettre les pieds. Donc il n’en resterait qu’un concept très restrictif, de cette culture « britannique ».

5Et d’ailleurs, un autre problème se pose : qui peut légitimement définir ce qui constitue la culture britannique ? Je pense qu’on devrait plutôt renverser la question et la reformuler de la manière suivante : qu’est-ce qui peut sembler étranger, et à qui ? Et je crois qu’on ne devrait pas penser la réponse en termes stricts de nationalité. Je vais vous rappeler les travaux assez fameux qui ont été entrepris sur les préférences de lectures de la classe ouvrière anglaise juste après la Seconde Guerre mondiale. Les ouvriers anglais lisaient avec beaucoup plus de délectation et de compréhension les romans policiers de Raymond Chandler que ceux de la Britannique Agatha Christie, parce que les descriptions de Los Angeles et de sa banlieue, donc de ce contexte urbain, leur semblaient beaucoup plus familières que les descriptions des manoirs anglais de campagne, donc des résidences de l’aristocratie anglaise, que faisait Agatha Christie.

  • 1 Hoggart, Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Anglet (...)

6Érik Neveu : Vous faites bien de remarquer cette vision un peu horrifiée de l’importation culturelle américaine comme barbarie ou comme casse du modèle culturel de la classe ouvrière britannique. Un extrait de texte dans lequel tout le monde peut le voir, ce serait le passage de La Culture du pauvre1 où Hoggart parle des milk bars, qui seraient comparables à la salle d’opération d’un hôpital et qu’il oppose à la chaleur du pub anglais. Il ne comprend pas pourquoi les jeunes vont traîner là-dedans alors que selon lui, on n’y a aucun plaisir. Là, on voit clairement qu’il y a une combinaison – mais souvent les deux vont de pair – entre antipathie et cécité.

  • 2 Hoggart, Richard, 33 Newport Street, Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires (...)
  • 3 Cohen, Philip. Directeur de l’institut de recherche London East de l’université de l’Est de Londre (...)

7Mais ce qu’on pourrait aussi considérer, ce sont les dispositions qu’ont probablement Williams et Hoggart du fait de leur statut de boursiers et de miraculés sociaux. Cela leur confère à la fois une lucidité extraordinaire sur certaines choses et probablement, malgré leur capacité à déplacer leur regard, des formes de légitimisme ou de sensibilité pour les conventions. Je ne saurais pas retrouver la source exacte, mais dans l’un des trois volumes de ses mémoires (un seul a été traduit, 33 Newport Street2), Hoggart écrit : « Est-ce que je suis nostalgique ? », et il répond : « Oui, c’est possible, mais au fond je ne suis pas en train de dire que c’était mieux de mon temps, mais que c’était peut-être plus confortable. » Et il y a cette idée qui, elle, me paraît pertinente, selon laquelle sa génération aurait vécu une forme de reproduction culturelle à l’intérieur du monde ouvrier beaucoup plus lisse que celle(s) qu’ont connue(s) les générations suivantes. Certes, cela n’était pas forcément enviable, mais il y avait une cohérence et une continuité, alors que les générations de jeunes issus des familles ouvrières de l’après-guerre ont été confrontées à des chocs culturels, à la décomposition d’identités collectives – précisément à ce que d’autres auteurs de Cultural Studies, comme Dick Hebdige ou comme Phil Cohen3, explorent de manière très stimulante.

8Public : Vous parliez tout à l’heure des relations un peu tourmentées que pouvait entretenir Judith Butler avec les Cultural Studies. Pouvez-vous nous donner plus d’indices ?

9Éric Maigret : C’est moi qui ai mis le pied dans la fourmilière !

10Pour rebondir sur ce qui a été dit auparavant, je pense qu’il y a un moment fort dans les Cultural Studies : c’est quand Stuart Hall, à partir des années quatre-vingt, délibérément mais aussi contraint et forcé, présente les Cultural Sudies comme un processus permanent de désessentialisation, de déconstruction des positions. Contraint et forcé, et je vous renvoie au texte d’Angela McRobbie et Jenny Garber qui se trouve dans l’anthologie, texte qui évoque l’absence ou l’occultation des femmes dans les travaux de Birmingham dans les années soixante à soixante-dix ; mais il faudrait aussi évoquer l’occultation de tout ce qui va au-delà de la réception ouvrière ou de la culture de masse par la télévision : l’occultation de tout ce qui relève de l’identité ethno-raciale. Et pourtant, Stuart Hall devait être le mieux placé pour aborder cette question, lui qui était jamaïcain noir (« le Noir de la famille », comme Macé et moi le nommions dans un autre ouvrage). Contraint et forcé donc, mais aussi délibérément, Hall soutient que tout ce qui nous paraît évident à tout moment est une cristallisation de rapports de force qui ont toujours un sens culturel. Et donc, même la naturalité de la position de Hall comme homme à la tête du centre doit être mise en cause.

11En tout cas on peut dire que, d’une certaine façon, les queers, à travers les travaux de Butler notamment, ont poussé le bouchon encore plus loin puisque Butler a abandonné la question des stratégies sociales, et même des tactiques, pour la question de la performativité, qui est une question encore plus complexe et qui renvoie à une analyse encore plus flottante des identités.

  • 4 Fraser, Nancy. Professeur de science politique et sociale à la New School University de New York. (...)
  • 5 Noble, Jean Bobby. Professeur au département Women’s Studies de l’université de Victoria. Ses ouvr (...)
  • 6 Halberstam, Judith. Professeur à l’université de Californie du Sud. Elle s’intéresse particulièrem (...)

12En ce sens, Butler a des affinités très fortes avec les Cultural Studies, et au fond, elle en est porteuse historiquement – y compris du modèle gramscien de départ. Mais depuis quelques années, elle prend beaucoup de distance avec les Cultural Studies et se rapproche de modèles plus universalistes de pouvoirs, c’est-à-dire qu’elle est en voie de renoncer à l’hyperconstructivisme qu’elle arborait par ailleurs. Ainsi, elle revient à la question des normes de la justice, dans un débat avec Nancy Fraser4 notamment, où elle reprend une position plus haute, plus cassante d’une certaine façon, au point d’être critiquée et parfois même accusée de revenir à une forme d’essentialisme. Tout cela fait l’objet d’un débat profond aujourd’hui. Si je dis que les queers sont dépassés sur leur gauche par les transgenres, c’est parce que les auteurs transgenres vont justement mettre le doigt sur ces phénomènes d’essentialisme. Je pense à des gens comme Jean Bobby Noble5, et à Judith Halberstam6 un peu avant.

13C’est un débat sans fin où le dernier arrivé accuse le précédent d’être encore trop essentialiste.

14Public : Il y a dix ans environ, Alan Sokal s’en est pris aux Cultural Studies. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelle est votre opinion à ce sujet ?

15Érik Neveu : Je vais me jeter à l’eau le premier. Mais ce qui me pose problème, c’est l’énoncé : « Sokal s’en est pris aux Cultural Studies »…

16Christophe Evans : Peut-être pour-rait-on rappeler la controverse avec Sokal.

17Érik Neveu : La controverse, c’est que Sokal, un chercheur états-unien, a écrit un papier que je n’hésite pas à qualifier de grotesque, un pastiche de ce qui se fait de plus mauvais dans les Cultural Studies, chic et choc, postmoderne et « plus-avant-gardiste-que-moi-tu-meurs », le truffe de citations d’auteurs idoines, l’accompagne d’hommages extrêmement appuyés aux rédacteurs de la revue Social Text, et le leur envoie. Sokal était un physicien, il faut le préciser. Car en gros, ce texte dit : « Moi qui suis un physicien, vous m’avez ouvert les yeux. Je me suis aperçu en vous lisant que tout ce que je produisais en physique n’était qu’un discours socialement déterminé, au même titre que les sciences sociales, les bavardages autour de la machine à café ou les romans, et que réclamer un statut scientifique particulier était une prétention exagérée. » À l’instant où ce papier va être publié par Social Text, Sokal publie, dans je ne sais plus quelle autre revue, un article expliquant l’imposture et mettant en cause, de manière extrêmement extensive, les vices et les défauts des Cultural Studies.

  • 7 C’est d’aileurs à « l’affaire Social Text » qu’Alan Sokal consacre une page renvoyant à de nombreu (...)

18Personnellement, sur le cas précis de « l’affaire Sokal », je pense qu’il faudrait parler de « l’affaire Social Text »7. Je me sens plutôt du côté de Sokal car, effectivement, il y a eu des dérives, des idées se revendiquant des Cultural Studies, notamment dans le contexte de la mode postmoderniste, qui sont tout bonnement du n’importe quoi : le genre de produits qui prétendent cumuler les élégances de la littérature, la radicalité et le prestige de l’engagement et la rigueur de la science, et qui naturellement n’ont aucun de ces attributs. C’est une pure perte de temps de les lire. De ce point de vue, je ne peux donc que donner raison à Sokal.

  • 8 Bricmont, Jean, Sokal, Alan, Impostures intellectuelles, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

19En revanche, la systématisation de cette critique – ainsi quand il tire tous azimuts sur les sciences sociales avec le livre Impostures intellectuelles8 qu’il a écrit avec Bricmont, quand il vise de grandes figures de la philosophie ou des sciences sociales des années 1980-1990 – me paraît beaucoup moins soutenable, entre extension simplificatrice et amalgame. Il va de soi, de mon point de vue, que l’ensemble des produits qui ont aujourd’hui le label « Cultural Studies » ne sont pas justiciables de la critique qu’adresse Sokal à des produits spécifiques de la revue Social Text.

20Mais – et c’est peut-être l’un des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés – l’étiquette « Cultural Studies » a sa dynamique propre qui fonctionne comme un emballage pour des travaux sur des objets tellement divers, avec des paradigmes et des problématiques tellement différents, que par moments, on se demande si elle ne devient pas consubstantielle à une catégorie des sciences sociales et si, à mesure que les usages du concept s’étendent, le concept ne se vide pas sémantiquement. C’est un élément dont on pourrait discuter.

21Éric Maigret : Pour revenir sur l’expression « Cultural Studies » : on traduit, ou l’on ne traduit pas ?

22Comme les Cultural Studies ont du mal à passer en France, on a tendance à vouloir garder l’expression anglaise. C’est le mécanisme classique d’inversion des stigmates, et puis, « Cultural Studies », ça sonne bien, c’est exotique. Le problème de la traduction « études culturelles », à mon sens, c’est qu’elle manque de rythme. Et derrière les Cultural Studies, il y a le projet anthropo-ethnographico-social de décrire le monde contemporain, avec le Centre for Contemporary Cultural Studies. Les Cultural Studies, c’est-à-dire les études culturelles contemporaines : le monde actuel, qui a l’air si bizarre, peut donc faire l’objet d’une véritable description ethnographique, très profonde, y compris dans ses marges en apparence les plus absurdes.

23Mais la traduction représente un réel enjeu, surtout dans nos pays où, dans ce champ-là, on ne traduit pas grand-chose. On le voit bien auprès des étudiants : en première année, voire jusqu’à la troisième année, sans textes en français, c’est parfois difficile de faire comprendre des théories, des méthodologies, d’étudier tout en détail et de se colleter vraiment avec les œuvres.

24Donc : est-ce qu’il ne faudra pas tout de même traduire l’expression « Cultural Studies » une fois qu’on aura purgé le problème du stigmate ? Je commence à me dire que ça ne serait pas plus mal, à terme, d’utiliser l’expression en français. Dans le champ français, certains l’utilisent déjà, même si on peut se l’approprier de façon très, très différente. J’observe qu’aujourd’hui, l’expression « études culturelles » est plutôt revendiquée du côté des courants littéraires, et peut-être pas toujours pour désigner ce qui nous occupe et qu’on aurait envie de promouvoir. Le débat est en cours.

25Érik Neveu : Cette dernière remarque me paraît importante. Toute une partie de l’extension planétaire des Cultural Studies passe par des départements d’études littéraires et de littérature. Qu’on soit bien clair : cela n’a rien de stigmatisant dans ma bouche, j’adore la littérature. Mais il y a là un paradoxe : au fond, des universitaires qui souvent n’ont aucune espèce de formation ou de compétence en sciences sociales se mettent à produire des travaux et analyses qui demanderaient tout de même de manipuler et mobiliser un certain nombre de concepts des sciences sociales. Et cela donne souvent des choses où la virtuosité ou la parade de références théoriques remplace un vrai travail d’articulation entre les concepts et le terrain. Si demain je voulais m’auto-instituer spécialiste de Faulkner ou spécialiste de Thomas Mann, je ne suis pas sûr que j’arriverais, en l’espace de quelques semestres, à battre les spécialistes sur leur terrain. C’est un autre problème que rencontrent les Cultural Studies : leur succès, c’est un perpétuel processus d’enrôlement, et certains groupes de la grande armée n’ont pas les mêmes armements ou les mêmes qualifications que les autres, d’où des effets d’hétérogénéité.

  • 9 Ibid.

26Pour revenir brièvement sur l’affaire Sokal : si chacun veut se faire une idée, on peut aller directement aux annexes d’Impostures intellectuelles9, et l’on trouve la traduction en français de l’extraordinaire article publié par Sokal dans Social Text. Je pense qu’il est inutile d’en lire plus de trois pages. Si vous n’êtes pas pris d’accablement ou de fou rire, je serais très inquiet. Le problème, c’est que cela a été publié par une revue scientifique.

  • 10 Carey, James ( ?-2006). Théoricien de la communication et professeur de journalisme à l’université (...)

27Éric Maigret : Encore un mot sur les histoires de départements et de disciplines. J’adhère à tout ce qu’a dit Érik Neveu. Il y a effectivement ce problème que les centres de recherches en anthropologie, en sociologie, en histoire, etc., n’ont pas été les terreaux d’où les Cultural Studies françaises auraient pu naître. Et l’information -communication comme discipline universitaire encore moins, qui est pourtant un champ où, a priori, au-delà des études littéraires, quelque chose pourrait se produire. Alors je plaide depuis un certain temps pour que les sciences de l’infocom se transforment en « sciences de l’information-communication-culture », puisque, si je relis James Carey10 et d’autres auteurs, c’est la même chose.

28Pour récapituler, on voit que ce sont plutôt des départements littéraires qui utilisent l’expression « études culturelles », même s’ils n’en font pas forcément. Que ça bouge du côté des sciences sociales et de l’information et communication, mais pas nécessairement au niveau des institutions. Et que c’est peut-être dans le champ, non pas médiatique, mais de la culture, à Beaubourg par exemple, ou dans d’autres institutions, que les choses commencent à passer, à se discuter vraiment.

29Christophe Evans : Et cela fait plus que commencer.

30Public : Je voudrais demander à M. Morley de parler un peu de Paul Willis. Je connais ses travaux, que je trouve très subtils et très intéressants, sur le corps et l’expression du style. J’aimerais connaître la personnalité professionnelle de Paul Willis.

  • 11 « C’est un chic type ! »
  • 12 Willis, Paul, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs, Farnborough, Hant (...)

31David Morley : He’s a great guy11 ! Je pense qu’il opère une transposition des techniques de l’ethnographie vers les Cultural Studies (ou études culturelles). Il le fait d’une manière éclatante dans son livre Learning to Labour. On peut croire que sa manière de définir les jeunes, dont il parle comme des lads, est une approche assez méprisante du sujet. Mais si vous avez rencontré Paul Willis ne serait-ce qu’une fois, vous vous rendez compte qu’il se pense lui-même un peu comme un lad, comme un garçon. Et c’est justement par sa capacité à comprendre et à s’identifier avec ce sujet d’étude qu’il a pu comprendre leur « sous-culture » et ses codes non écrits. En même temps, il sait faire preuve d’une certaine distance critique, ce qui lui permet de prendre du recul à certains moments et de produire une métanarration qu’ils n’auraient certainement pas été capables de produire par eux-mêmes. Sa démarche est finalement celle de toute anthropologie de qualité : se rapprocher autant que possible du cœur même d’une culture sans pour autant faire le dernier pas et « devenir un natif ». L’usage de cette technique par Paul Willis dans Learning to Labour12 est le seul bon usage de cette technique que je connaisse dans les Cultural Studies (ou études culturelles).

32Public : Avez-vous déjà entendu parler de ce qu’on appelle les Disability Studies dans l’espace anglo-saxon et les incluez-vous dans les Cultural Studies ? Parce qu’il y a beaucoup de représentants des Disability Studies qui se revendiquent des Cultural Studies. Je ne saurais pas le traduire en français… Disons : « les études sur le handicap ».

33David Morley : Le travail le plus intéressant que j’aie vu dans ce domaine met en relation les nouveaux médias et les façons dont on peut compenser les handicaps. Certains employeurs ou gouvernements ont pensé que les modes virtuels de communication pouvaient rendre moins présente la réalité des handicaps physiques. Mais si vous posez la question du pouvoir, ce que les Cultural Studies font presque tout le temps, vous voyez aussi l’envers du décor. Et dans ce cas, il y avait un enjeu idéologique. Une chercheuse américaine a rédigé un ouvrage très intéressant sur la manière dont certains employeurs ont utilisé les facilités et les technologies de pointe du monde virtuel pour ne pas rendre certains endroits accessibles de manière physique.

  • 13 Goffman, Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit par Alan Kihm, Paris, Édition (...)

34Érik Neveu : J’ajouterai une remarque dissensuelle. Je n’ai pas de lumières particulières sur les Disability Studies, mais je note un problème plus général concernant les travaux en sciences sociales. Que les spécialistes d’un objet ou d’un enjeu trouvent un espace pour y réfléchir ensemble, c’est très fécond. Mais doit-on pour autant créer une discipline, ou une indiscipline, chaque fois qu’il y a une micro-communauté de chercheurs ? Est-ce qu’on y gagne épistémologiquement ? Stigmate13, de Goffman, est probablement un des plus grands livres qu’on ait écrit sur ces questions. Et Goffman ne faisait pas des « Disability Studies ». Plus simplement, il faisait de la sociologie, ou des sciences sociales.

35Éric Maigret : La prolifération des Studies est positive en ce sens que c’est un processus d’exploration de terrains, parfois déjà très couverts, ou bien à découvrir encore. L’inconvénient, c’est l’émiettement, émiettement que confortent les stratégies éditoriales qui consistent à créer une revue sur un point parfois minuscule, alors que ce point pourrait gagner à être confronté à autre chose. Mais si je compare le paysage des revues scientifiques françaises et celui des revues scientifiques américaines ou anglaises, je me rends compte qu’aujourd’hui, pour mes travaux empiriques, c’est dans les revues anglo-saxonnes que je vais puiser. Donc, d’une certaine façon, l’excès même de Studies a aussi des aspects bénéfiques.

36Érik Neveu : Cela peut être une voie d’invention, mais je pense que, le plus souvent, les inconvénients l’emportent sur les avantages. Et pour le dire vulgairement, ça produit des armées de spécialistes d’objets minuscules, « couilles de mite », qui ne communiquent pas entre eux. C’est quand même un problème.

37Éric Macé : Comme l’a suggéré Éric Maigret tout à l’heure, à force de craindre l’émiettement par les Studies, il y a plein d’objets sur lesquels on ne travaille pas. L’avantage des Studies, c’est qu’à un moment donné, on concentre un effort intellectuel ou de recherche sur des objets qui jusqu’alors semblaient suffisamment bizarres pour n’intéresser personne. Cela peut avoir un effet productif, créatif.

38Pour revenir à la question qui a été posée, je crois qu’il faut tenir le raisonnement suivant : le grand avantage de rattacher les Disability Studies aux Cultural Studies, c’est de pouvoir les fédérer autour d’un questionnement commun à toutes ces « Fill-in-the-Blank Studies », qui est à chaque fois celui des rapports conflictuels de pouvoir dans la culture. Et quelle question posent les Handicap Studies ? Les questions de la norme. C’est-à-dire : y a-t-il des handicapés, ou y a-t-il des situations handicapantes ? Y a-t-il des handicapés, ou y a-t-il des gens désignés comme handicapés ? C’est là que se fait jour la différence avec Goffman : Goffman n’était pas lui-même handicapé, tandis que toutes ces Studies, à un moment donné, sont mobilisées par des personnes concernées. Elles vont mobiliser les ressources culturelles de l’Université, de la connaissance, etc., pour se constituer, pour constituer des objets et des chercheurs. C’est la dimension plus politique.

39Et pour le coup, le rapport à la norme va être transgressif. Sur les questions relatives à l’esthétique du corps, on se dit : « Ce n’est pas parce qu’il nous manque un membre que nous devons absolument avoir une prothèse qui ressemble à ce membre. Au contraire, nous pouvons montrer que le corps est techno-construit, même pour ceux qui apparemment ne sont pas handicapés. » Il me semble, comme il y a des technologies de genre, qu’il y a des technologies de corps. Il n’y a pas de raison pour que la norme corporelle standard s’impose. Au contraire, on peut « performer », c’est-à-dire faire usage et démonstration, de corps quasi cyborgs. Il existe une esthétique du corps où les prothèses se montrent comme prothèses plutôt que de se cacher honteusement.

40Pour conclure, il me semble que le grand avantage des Studies, c’est de développer et déployer des intérêts, des libido sciendi, des excitations de chercheurs, que mobilisent les groupes concernés, et ce dans une interaction et une interrogation commune. C’est ce qui me semble le plus important.

41Christophe Evans : Ça a failli être le mot de la fin. Encore une question, donc.

42Public : Je travaille depuis le milieu des années soixante sur les cultures paysannes en France et, depuis un certain temps, je me sens très proche des Cultural Studies, puisque je travaille sur des cultures méprisées et qui continuent de l’être. Mais on ne peut pas dire que les Cultural Studies anglaises aient eu un vrai retentissement sur la sociologie rurale en France. Est-ce le même problème en Angleterre ?

43Christophe Evans : On a vu que les racines ouvrières « working class » étaient très fortes…

44Érik Neveu : La seule chose qui me vient en tête, mais je n’ai même pas la référence précise, c’est la traduction, dans Actes, d’un article d’inspiration « Cultural Studies » sur les représentations de la campagne et du monde paysan dans la peinture britannique. Mais avec ça, j’ai malheureusement épuisé mon savoir.

  • 14 « Pas de paysans chez nous. Il y a longtemps que nous les avons tous tués. »

45David Morley : No, we don’t have peasants. We killed them all off a long time ago14

Notes

1 Hoggart, Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduit par Garcias, Françoise, Garcias, Jean-Claude et Passeron, Jean-Claude, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

2 Hoggart, Richard, 33 Newport Street, Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, Le Seuil, 1991.

3 Cohen, Philip. Directeur de l’institut de recherche London East de l’université de l’Est de Londres. Il s’intéresse notamment aux subcultures des jeunes britanniques et aux changements socio-culturels de l’Est londonien.

4 Fraser, Nancy. Professeur de science politique et sociale à la New School University de New York. Ses domaines de recherche sont les théories politiques et sociales, les théories féministes et les pensées contemporaines françaises et allemandes.

5 Noble, Jean Bobby. Professeur au département Women’s Studies de l’université de Victoria. Ses ouvrages s’intéressent notamment aux Drag Kings et au passage Female to Male.

6 Halberstam, Judith. Professeur à l’université de Californie du Sud. Elle s’intéresse particulièrement aux cultures queer, populaires et visuelles.

7 C’est d’aileurs à « l’affaire Social Text » qu’Alan Sokal consacre une page renvoyant à de nombreux articles sur le site Internet de l’université de New York.

8 Bricmont, Jean, Sokal, Alan, Impostures intellectuelles, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

9 Ibid.

10 Carey, James ( ?-2006). Théoricien de la communication et professeur de journalisme à l’université de Columbia, auteur de Communication as Culture : Essays on Media and Society, New York et Londres, Routledge, 1989.

11 « C’est un chic type ! »

12 Willis, Paul, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs, Farnborough, Hants Saxon House, 1977, New York, Columbia University Press, 1981.

13 Goffman, Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit par Alan Kihm, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

14 « Pas de paysans chez nous. Il y a longtemps que nous les avons tous tués. »

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access