Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultural Studies

 | 
Maxime Cervulle
, 
Jade Lindgaard
, 
Éric Macé
, 
et al.

Origines et évolutions des Cultural Studies, spécificités nationales

Études culturelles anglaises, impérialisme académique et interdisciplinarité

David Morley

Texte intégral

  • 1 Professeur au département Média et communication du Goldsmiths College, université de Londres. Tou (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Je m’excuse, mais mon français est terrible. Je parlerai donc en anglais. Je suis désolé, mais c’est nécessaire. Aujourd’hui, je ne vais pas parler de public comme je l’ai fait il y a quelques années, mais des études culturelles de manière plus générale. Le titre de la conférence que j’ai préparée est, je le concède, un peu compliqué : Études culturelles anglaises, impérialisme académique, interdisciplinarité, théorie appliquée et mauvais usages de l’abstraction.

Études culturelles anglaises

3Je parle bien d’études culturelles anglaises, et non britanniques, parce qu’à l’origine, ces études étaient très anglaises, et ce de deux manières :

  • D’abord, elles étaient anglaises par leur ancrage dans une certaine tradition intellectuelle des études empiriques (j’en parlerai plus longuement à propos de l’engagement des études culturelles envers la théorie appliquée et à propos de leur usage caractéristique de l’abstraction théorique) ;
  • Deuxièmement, elles ont été façonnées par leur origine anglaise du fait des sujets étudiés, qui ont été conceptualisés dans les conditions spécifiques de l’Angleterre et de son État-nation dans la période spécifique des années soixante et soixante-dix.

4À mon avis, ces deux préoccupations doivent être traitées de façon différente.

5Concernant la première question, l’engagement spécifique des études culturelles envers l’étude empirique et la théorie appliquée, c’est le rejet des modèles abstraits généralistes. C’est ce qui définit les études culturelles et les distingue d’autres approches, tout comme leur engagement pluridisciplinaire, dont je parlerai de manière plus détaillée un peu plus tard. C’est donc à cet engagement que je m’accroche, par principe.

6La seconde question doit être abordée de manière résolument différente. Sur ce point, nous devons examiner les façons dont les modèles originaires des études culturelles anglaises doivent être transposés et traduits, parce que le modèle créé pour l’analyse de la culture anglaise dans les années soixante se voit de plus en plus exporté vers d’autres horizons et à d’autres époques. Pour le dire simplement, la question qui se pose à nous est : comment ce qu’ont pu écrire Richard Hoggart et Raymond Williams sur l’expérience adulte des ouvriers blancs anglais de l’après-guerre saurait-il s’appliquer à un individu sud-coréen de nos jours ?

7Les études culturelles ont d’abord été développées à une époque où le cadre national de la vie sociale et culturelle était beaucoup plus stable. À l’âge de la globalisation et du transnationalisme, nous devons certainement redéfinir ces cadres analytiques. Si l’État-nation (sous la forme où certains la conçoivent) n’a pas encore disparu, un cadre national, et simplement national, est largement insuffisant pour répondre aux défis analytiques de notre temps. De plus, pour passer de la dimension historique à la dimension géographique, nous devons prendre en compte le fait que, ces trente dernières années, des formes d’études culturelles originairement développées en Grande-Bretagne ont été massivement exportées partout dans les territoires de langue anglaise, et à présent, à l’extérieur de ces territoires, dans beaucoup d’autres endroits du monde, de Paris à Pékin.

Impérialisme académique

8Je souhaite maintenant aborder la question de l’impérialisme académique. Les racines de l’impérialisme remontent très profondément et se manifestent au moment même où je vous parle : comme beaucoup de mes compatriotes, je suis monoglotte et ne peux m’adresser à vous que par le truchement d’un traducteur. Cela témoigne de privilèges historiques de l’impérialisme qui m’ont permis, à moi et à d’autres compatriotes, de rester monoglottes, parce que nous n’avons pas été obligés, comme d’autres l’ont été, d’apprendre des langues étrangères pour survivre. Bien sûr, l’anglais n’est plus la langue dominante partout dans le monde. C’est une langue parlée dans une proportion encore importante, mais qui diminue dans les chiffres de la population mondiale. Et comme le disait Stuart Hall, l’anglais paie le prix fort pour son hégémonie, qui se poursuit de nos jours, en ce qu’il est parlé sous beaucoup de formes hybrides, et mêmes brisées, dans différentes parties du monde. Je pense à l’anglais combiné au hindi, au chinois, à l’espagnol, et ainsi de suite.

9La diffusion de ce qui était initialement le phénomène anglais des études culturelles correspond aux ramifications de l’ancien Empire, puisqu’elles se sont diffusées du Royaume-Uni vers l’Australie, vers le Canada, et un peu plus tard vers l’ancienne colonie américaine. Ensuite, en beaucoup d’endroits, les études culturelles se sont développées de manière bien différente de leurs origines de Birmingham.

10En me référant aux origines, je ne tends pas vers la géographisation ou vers une sanctification non critique de certaines formes spécifiques d’analyses développées en un endroit précis, à une époque précise. Je tends même vers la direction opposée, car je me préoccupe à présent de cette question : comment développer de nouvelles formes d’études culturelles applicables à de nouveaux endroits et à une nouvelle époque ? Pourtant, je pense que pour transcender le particularisme, nous devons d’abord le prendre en compte directement.

11Ayant grandi à Birmingham, je peux vous dire que, dans les années soixante, c’était décidément une ville anglaise, et non simplement britannique, parce que dans leur conception initiale, les études culturelles à Birmingham accordaient une attention vraiment négligeable aux questions liées à l’Empire. À cet égard, je pourrai vous rappeler ce qu’observait un des personnages de Salman Rushdie, à savoir que le problème avec les Anglais, c’est qu’ils connaissent très peu leur histoire parce qu’elle s’est beaucoup déroulée ailleurs. Par ailleurs, en plus de négliger l’Empire dans ses modalités plus distantes, les études culturelles n’accordaient pas une grande attention aux questions internes de l’Empire, et spécifiquement à la relation hégémonique que l’État anglais entretenait avec ses territoires régionaux du Pays de Galles, de l’Écosse et de l’Irlande du Nord.

  • 2 Thompson, Edward Palmer, La Formation de la classe ouvrière anglaise, traduit par Dauvé, Gilles, G (...)

12Bien sûr, on peut constater ici quelques anomalies. Si certains des auteurs les plus importants dans l’histoire des études culturelles, comme l’historien Edward Thompson qui a écrit une étude célèbre sur la formation de la classe ouvrière anglaise2, étaient anglais, Raymond Williams était gallois, et dernièrement, il a abordé de façon très pointue la question de sa propre identité ethnique. Stuart Hall lui-même, bien qu’il ait reçu une éducation anglaise classique, avait grandi en Jamaïque et n’est arrivé en Grande-Bretagne qu’au sein de la première vague de migration des colonies vers le cœur de l’Empire, après la guerre. Et dans ses derniers ouvrages, il en est arrivé à investiguer la construction de sa propre identité ethnique et culturelle migratoire comme une préoccupation principale. Qui plus est, vers la fin des années quatre-vingt, Hall a commencé à déplacer tout le cadre d’analyse vers la race, en insistant sur le fait que le concept d’anglicité blanche en lui-même doit être considéré comme une forme spécifique d’ethnicité profondément problématique, et donc ne pas être abordé comme norme non marquée, comme un point de repère neutre pour définir les autres ethnicités.

13Toutefois, à leur origine, ces questions de race, d’ethnicité et d’identité culturelle ne suscitaient qu’un intérêt secondaire, comme d’ailleurs la question du genre. À leurs débuts, la préoccupation principale des études culturelles en Grande-Bretagne tendait plutôt vers les questions de classes et de pouvoir dans le cadre de la nation.

14Ces dynamiques, comme Érik Neveu l’a évoqué, se sont également reflétées dans la vie institutionnelle des études culturelles. Cette perspective s’est fait jour à la marge de la société britannique : dans les parties de statut inférieur du système éducationnel, dans les collèges d’éducation pour adultes et plus tard dans les polytechnics, et non dans les universités ; mais aussi dans les régions marginales du pays, comme le Nord industriel et la région des Midlands, et certainement pas à Londres ou dans d’autres universités prestigieuses du pays. En effet, les études culturelles ont parcouru une longue marche, des avant-postes marginaux hier vers les centres du pouvoir éducationnel au Royaume-Uni aujourd’hui, même si les bastions ultimes de ce pouvoir éducationnel, les universités d’Oxford et de Cambridge – quoique Raymond Williams ait été présent à Cambridge depuis le début – se trouvent peut-être encore aujourd’hui à des années-lumière d’accepter la légitimité des études culturelles.

  • 3 Gramsci, Antonio (1891-1937). Secrétaire du Parti communiste italien, il est surtout connu pour se (...)

15Ces circonstances ont marqué le cadre théorique et le sujet des études culturelles, comme les divisions internes de classes, ainsi que les questions de pouvoir politique et idéologique, ont constitué la dimension analytique majeure, l’influence fondatrice sur les études culturelles ayant été une certaine forme de marxisme dérivée de manière assez substantielle de la pensée de Louis Althusser, et plus tard de celle d’Antonio Gramsci3. Ces façons de penser, encore à l’œuvre, sont importantes. Il y a un mois, lors d’une conférence à Londres, Stuart Hall s’est donné beaucoup de peine et a insisté sur son engagement présent à comprendre les modalités complexes par lesquelles les facteurs économiques et politiques modèlent et influencent les formes culturelles. À cet égard, l’abandon de ces problèmes, ces derniers temps, par certaines variétés d’études culturelles développées à l’étranger, et surtout en Amérique du Nord, ne peut constituer qu’une grande déception pour ceux qui, comme moi, ont été formés à l’époque de Birmingham.

L’interdisciplinarité

16J’aborderai maintenant la question de la pluridisciplinarité qui, selon moi, fonde et définit les études culturelles. J’ai reçu une formation initiale en économie et en sociologie et, par la suite, alors que je faisais de la recherche, j’ai découvert que malheureusement, aucune de ces deux disciplines ne pouvait me fournir les outils analytiques nécessaires pour comprendre les dynamiques de la culture contemporaine. Comme beaucoup de gens avant moi, et sans doute comme beaucoup après moi, j’ai découvert que, pour ce faire, il me faudrait aussi, au moins, des rudiments d’anthropologie, de linguistique, d’études littéraires, d’histoire et de géographie. J’ai parfois eu l’occasion d’entendre des anthropologues fondamentalistes dire que l’anthropologie est ethnographie ou qu’elle n’est rien. Même si j’ai le plus grand respect pour les modalités d’étude de l’ethnographie, je ne pense pas que les ethnographes, ou toute autre discipline ou technique méthodologique d’ailleurs, puisse maintenir un monopole de la vérité ; et si je devais transposer les termes de ce cri du cœur anthropologique, je dirais : « Les études culturelles sont une pluridisciplinarité ou elles ne sont rien. » Je suis très reconnaissant à ma formation initiale en économie et sociologie ; et sans ce que j’ai acquis par ces disciplines, il m’aurait été impossible de poursuivre ma recherche. Mais pour autant que j’estime ces perspectives, je suis très heureux de m’être échappé de leurs chaînes disciplinaires.

17Il y a beaucoup d’aspects assez ironiques. Si je devais parler de la figure de Pierre Bourdieu, je dirais que je n’aurais pas pu entreprendre le travail que j’ai poursuivi sur les différences de classes dans le décodage de la télévision sans faire référence à son travail sociologique sur le rôle du système de classe dans la distribution différentielle des compétences culturelles. Je n’aurais d’ailleurs pas pu non plus entreprendre le travail que j’ai fait plus tard sur la signification et la relevance du genre dans la consommation domestique de médias sans faire référence à son œuvre anthropologique antérieure sur les dimensions symboliques de la maison berbère.

18Cependant, malgré mon grand respect pour Bourdieu, ce rejet sociologique des études culturelles comme science inférieure ne peut être, à mes yeux, qu’une erreur, et ce d’autant plus à une époque où d’énormes pressions sont à l’œuvre, aussi bien à l’intérieur de l’Université britannique qu’ailleurs, ces pressions s’exerçant sur les chercheurs pour les pousser vers des frontières disciplinaires plus conservatrices et plus conventionnelles, donc plus marquées. Ces pressions ne peuvent être que renforcées par les éditeurs, qui s’efforcent constamment de reprendre et retenir leurs auteurs à l’intérieur de ces frontières afin de cibler le plus profitablement possible les niches universitaires de marché fondées sur des spécialités académiques clairement précisées, et donc plus prévisibles.

  • 4 Serres, Michel, Latour, Bruno, Éclaircissements. Entretiens avec Bruno Latour, Paris, Flammarion, (...)

19J’aurais souhaité vous parler plus longuement de la théorie avec un grand T, mais dans l’intérêt du temps et de notre débat, je dois abréger mon exposé et donc sauter directement à la conclusion, qui reprend une citation que j’affectionne. Comme Michel Serres l’affirme dans une de ses conversations avec Bruno Latour4, « une clé universelle ne peut pas ouvrir toutes les serrures ; à chaque fois que vous voulez ouvrir une serrure différente, vous devez créer une clé spécifique. »

20Et comme vous vous le rappelez sans doute, Richard Hoggart a écrit quelques lignes assez célèbres sur the uses of literacy, les usages de l’alphabétisation. Cela revient à ma préoccupation centrale, celle des études culturelles en elles-mêmes qui, à mon avis, ne sauraient être lues que comme des usages de la théorie.

Notes

2 Thompson, Edward Palmer, La Formation de la classe ouvrière anglaise, traduit par Dauvé, Gilles, Golaszewski, Mireille et Thibaut, Marie-Noëlle, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1988.

3 Gramsci, Antonio (1891-1937). Secrétaire du Parti communiste italien, il est surtout connu pour ses écrits de prison où il explique l’absence de révolution mondiale et la permanence du capitalisme par le consentement du prolétariat à l’« hégémonie culturelle » bourgeoise. Le « gramscisme » est une pensée composite qui s’est progressivement substituée à la pensée de Gramsci.

4 Serres, Michel, Latour, Bruno, Éclaircissements. Entretiens avec Bruno Latour, Paris, Flammarion, 1994.

Notes de fin

1 Professeur au département Média et communication du Goldsmiths College, université de Londres. Tous les propos de David Morley ont été traduits par Robert Adam (Traduclair).

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access