Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultural Studies

 | 
Maxime Cervulle
, 
Jade Lindgaard
, 
Éric Macé
, 
et al.

Origines et évolutions des Cultural Studies, spécificités nationales

Généalogie des Cultural Studies

Érik Neveu

Texte intégral

  • * Professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Rennes.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Pour en savoir plus, cf. Mattelart, Armand, Neveu, Érik, « Cultural Studies’ Stories. La domestica (...)

2Essayer de reconstituer en quinze minutes la généalogie des Cultural Studies, c’est un peu « mission impossible »1, je vais donc me contenter de trois séries de coups de projecteur :

  • Je voudrais donner un aperçu historique pour montrer que cette tradition a des racines relativement profondes dans les débats intellectuels britanniques, ce qui me paraît important à souligner ;
  • Dans un deuxième temps, j’essaierai de faire les croquis plus que les portraits de quatre personnages-clés à l’origine de ces études et de donner un certain nombre de repères sur le contexte qui permet la production de leurs œuvres ;
  • Je conclurai dans un troisième temps, non pas sur la fin de cette généalogie, parce qu’il n’y a pas de fin, mais sur le moment d’épanouissement et de floraison produit par l’institution du Centre for Contemporary Cultural Studies à Birmingham au milieu des années soixante.

Genèse des Cultural Studies

3Si je commence par un coup de projecteur sur les racines ou la généalogie, on peut dire simplement que l’arrière-plan historique de ce qui va obtenir le label « Cultural Studies » remonte au xixe siècle. Comme tout le monde le sait, la société britannique a connu les effets de la révolution industrielle de manière beaucoup plus précoce et impétueuse que les sociétés continentales. Elle connaît donc aussi une série de débats qui portent sur les enjeux de la culture. En soi, ce n’est pas singulier à la Grande-Bretagne : il suffit de penser aux Illusions perdues de Balzac ou au débat, de Guizot à Ferry, sur le rôle de l’École. Ce qui est singulier à la Grande-Bretagne, c’est à la fois :

  • La précocité et l’ampleur de la révolution industrielle ;
  • Les effets sur un brouillage des identités et des frontières de morphologie sociale ;
  • Le fait que cela se passe dans un pays dont l’empire colonial est particulièrement important.

4On trouve ainsi, tout au long du xixe siècle et au-delà, chez toute une série de producteurs culturels (qui peuvent être des universitaires, des artistes, des écrivains), une interrogation autour de ce qui serait l’inculture ou la mauvaise culture des nouvelles élites bourgeoises ; inculture aussi associée au monde ouvrier naissant. Corrélativement, on trouve toute une série de propositions et de prescriptions, parfaitement contradictoires à certains égards, mais qui ont en commun de souligner que la culture – au sens de ce qu’apportent l’École, la presse, la littérature – est un vecteur privilégié de modelage, d’orthopédie sociale, pour combattre ce qui serait tantôt l’esprit béotien et utilitariste du monde industriel, tantôt la privation culturelle associée aux classes populaires ; ces propositions et prescriptions visant à produire de la meilleure culture, de l’identité nationale, etc.

  • 2 Carlyle, Thomas (1795-1881). Auteur écossais, traducteur, historien de veine romantique. Contempte (...)
  • 3 Arnold, Matthew (1822-1888). Poète et critique anglais, il a servi l’enseignement comme inspecteur (...)
  • 4 Morris, William (1834-1896). Peintre, rénovateur des arts décoratifs, auteur et théoricien. Son pa (...)
  • 5 LEAVIS, Frank Raymond (1895-1977). Critique littéraire britannique, il prend parmi ses cibles la p (...)

5Ces débats peuvent emprunter à une veine romantique avec Thomas Carlyle2, à une réflexion sur le rôle socialisateur d’une École publique avec quelqu’un comme Matthwew Arnold3, ou encore ont une dimension utopique et progressiste avec William Morris4. Si l’on se propulse au xxe siècle, on peut aussi évoquer les Leavis5, avec leur revue Scrutiny qui veut mobiliser la grande culture anglaise contre l’action jugée crétinisante des médias de masse et de la publicité.

6Mais les traits communs à ces débats et à ces prises de parole, par ailleurs très hétérogènes, sont, de mon point de vue :

  • La précocité et la permanence d’un débat sur ce que les productions culturelles peuvent faire ou défaire dans une société travaillée par la révolution industrielle et tout un ensemble de bouleversement ;
  • Une sensibilité à la question de la responsabilité et du pouvoir des intellectuels dans la production de ces biens culturels ;
  • Des contradictions, c’est-à-dire que ces dénonciations des effets de l’industrialisme ont un côté régressif (il y a le mythe de l’âge d’or d’une communauté qui aurait été unie, les variantes d’un aristocratisme intellectuel détenteur du beau et du vrai contre la culture de masse, une vision du populaire comme classe-objet qui subit, qui avale, non porteuse d’une culture digne de ce nom), mais qu’il y a aussi des facettes qu’on pourrait dire progressistes, ainsi chez Morris.

Figures de proue des Cultural Studies modernes et arrière-plan historique

7Je pense qu’il était important de rappeler ce legs pour ne pas faire surgir ex nihilo les Cultural Studies modernes. Si l’on se propulse d’un seul coup dans les années de l’après Seconde Guerre mondiale et plus précisément dans les années cinquante, malgré le raccourci que cela représente, on peut faire apparaître quatre personnages qui vont jouer un rôle décisif dans l’émergence des Cultural Studies.

  • 6 Grignon, Claude, Hoggart, Richard, Passeron, Jean-Claude, Pedler, Emmanuel, Rigby, Brian, Richard (...)
  • 7 Hoggart, Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Anglet (...)

8D’abord Richard Hoggart6, avec en particulier – mais ce n’est pas le seul livre qu’il ait écrit – La Culture du pauvre7 qui paraît en 1957, le titre original étant The Uses of Literacy, ce qui est un peu différent. Hoggart aurait d’ailleurs voulu l’appeler : The Misuses of Literacy. Ce livre combine une auto-ethnographie (puisque Hoggart est issu du monde ouvrier), une analyse inspirée par les techniques de critique littéraires, des éléments de sociologie de la culture qui restituent avec une justesse tout à fait admirable – c’est-

9à-dire sans populisme ouvriériste ni misérabilisme larmoyant – ce qu’est la culture au quotidien des classes ouvrières britanniques dans les années vingt et trente, et enfin une réflexion plus actuelle sur les années cinquante.

10On peut trouver dans cette lecture, si l’on cherche, des traces de l’aristocratisme que j’évoquais. Mais il me semble plus important de dire que c’est l’un des premiers textes qui contienne une réflexion critique sur les conditions de réception, et en particulier qui avance l’idée que les classes populaires ne sont pas des récepteurs passifs, avec la fameuse notion qui a été rendue en français par le label « consommation nonchalante ». Il y a aussi dans ces travaux un geste fondateur qui consiste à basculer un certain nombre de techniques d’analyses littéraires, qui avaient été valorisées par Scrutiny et les Leavis, vers des objets culturels illégitimes : les romans-photos, les comics, la presse tabloïd. Il y a là une vraie novation de la posture.

  • 8 Thompson, Edward Palmer, La Formation de la classe ouvrière anglaise, traduit par Dauvé, Gilles, G (...)

11Deuxième personnage : Edward Thompson, un historien dont on connaît essentiellement en France, parce que cela a été traduit, La Formation de la classe ouvrière anglaise8. C’est un enseignant – et ce n’est pas un détail anecdotique – qui était investi dans les institutions de formation permanente des ouvriers, ce qui l’a mis directement au contact des milieux populaires et dans des logiques de collecte d’histoires orales.

  • 9 Thompson, Edward Palmer, Whigs and Hunters : The Origin of the Black Act, Londres, Allen Lane, 197 (...)

12Ce qu’apporte Thompson, c’est une approche de l’histoire vue du bas, à partir de l’expérience des catégories populaires, c’est une posture qui consiste à redonner dignité aux moments et aux pratiques ordinaires populaires, à refuser de penser la vie et la culture des pauvres comme une pauvre culture, et à questionner toutes sortes de formes visibles mais inaperçues de résistance à l’ordre social, comme le braconnage. Je pense à un superbe livre extrêmement éclairant, qui n’est pas traduit et s’appelle Whigs and Hunters9, sur les pratiques de braconnage et de vol de bois.

  • 10 Williams, Raymond, Television : Technology and Cultural form, Londres, Collins, 1974.

13Troisième personnage : Raymond Williams, un universitaire qui, comme Hoggart, est d’origine populaire. Lui questionnera la généalogie du concept de culture. Il sera l’un des premiers à s’intéresser à la télévision – on trouve encore dans les librairies et les bibliothèques anglaises un classique qui s’appelle simplement Television10 dont il est l’auteur – et contribuera à une exploration de la culture de masse, en particulier en questionnant l’effet des systèmes d’éducation et de communication sur le changement social.

14Le dernier enfin : Stuart Hall qui, lui, est d’origine jamaïcaine et un peu plus jeune de génération. Il contribue aux mêmes problématiques : il commence par des travaux sur le jazz ou sur la publicité. Mais Hall, pour-rait-on dire, produit plutôt des textes qui se donnent comme supports de débats théoriques que des monographies.

15C’est quelqu’un dont l’esprit est probablement plus théoricien (les mauvais esprits diront « théoriciste ») et qui a aussi des qualités extraordinaires d’entrepreneur, de constructeur de réseaux intellectuels, de constructeur de ponts entre le monde académique et d’autres univers sociaux, et qui jouera durablement un rôle stratégique dans l’inspiration intellectuelle et la structuration de ce courant.

16Ces quatre fondateurs sont assez différents, mais ils ont en commun un regard débarrassé du légitimisme sur les pratiques culturelles et notamment sur les classes populaires, et le dessein de regarder le social par en bas et de questionner le rôle de la culture et des médias, soit dans la maintenance, soit dans l’ébranlement de l’hégémonie et des rapports de pouvoirs, essayant pour ce faire de sortir de ce qu’on pourra appeler en français « un marxisme vulgaire ».

17Je n’ai pas le temps de détailler le contexte, je vais donc me contenter de poser assez brutalement quelques balises. À propos des auteurs, il faudrait être attentif aux faits suivants :

  • Deux auteurs sur les quatre que j’évoque ici sont ce qu’on pourrait appeler des miraculés scolaires, c’est-à-dire des gens d’origine populaire qui, statistiquement, avaient très peu de chances de devenir universitaires ;
  • Leurs familles ont généralement en commun une expérience de la mobilité internationale et du cosmopolitisme. Il faudrait encore replacer leurs travaux dans le contexte de l’époque :
  • En 1956, c’est non seulement le fameux rapport Khrouchtchev, mais aussi l’épisode de Suez, qui joue un rôle décisif dans les prises de distance par rapport au Labour Party dans la structuration d’une nouvelle gauche en Grande-Bretagne, Labour Party dont font partie beaucoup de ces auteurs ;
  • C’est aussi une période de très grande créativité critique dans les arts en Grande-Bretagne : on peut penser en littérature à ceux qu’on a appelé les Angry Young Men11, avec des auteurs comme Allan Sillitoe, John Osborne, Kingsley Amis ;
  • C’est encore le début d’une époque de très forte mobilité sociale ascendante pour un certain nombre des premières générations des baby-boomers, ce qui n’est pas pour rien dans toute une série d’ébranlements.
  • 12 En Grande-Bretagne, jusqu’en 1993, ces établissements d’enseignement supérieur n’avaient pas le st (...)
  • 13 Née dans les années soixante, l’Open University (« l’université ouverte ») est la première Univers (...)

18Et puis il faudrait aborder (mais je n’ai pas le temps de le faire, on pourra en parler plus tard) des questions qui tiennent à la structuration du monde académique en Grande-Bretagne. La création des Polytechnics12 et d’universités nouvelles (Warwick) puis de l’Open University13 va donner à ces personnages un certain nombre d’espaces marginaux où développer leur influence. Et le fait que les disciplines ne soient pas structurées comme en France et que, par exemple, la sociologie britannique des années cinquante et soixante se moque éperdument des questions de culture, crée une friche disciplinaire qui n’existe pas en France à la même époque.

Le moment de Birmingham

19J’en viens à mon troisième point : le moment de Birmingham. Sans participer à l’idée qu’il y aurait eu un âge d’or, on peut dire que, à partir de 1964 et jusqu’en 1980, une phase de créativité tout à fait exceptionnelle se noue autour du centre créé à Birmingham par Hoggart et très rapidement piloté par Stuart Hall. C’est là qu’éclot une génération de chercheurs dont font partie nos invités, et qui donne aux Cultural Studies son impulsion décisive et une partie de sa créativité. Toujours trop vite, malheureusement, je voudrais m’arrêter sur trois séries de repères.

20Tout d’abord, les impulsions initiales, en particulier les réflexions sur les sociabilités et sur les cultures populaires initiées par des gens comme Thompson, Hoggart ou Williams, sont prolongées et développées avec une volonté d’actualisation. Par exemple, comment les bouleversements dans l’urbanisme – ainsi de la construction d’immeubles collectifs qui disloquent des parties entières de l’East End londonien – modifient-ils la sociabilité ouvrière ? Dans ces problématiques sur les sociabilités et cultures populaires, on voit aussi apparaître la question du passage de témoin entre générations, et donc des interrogations inédites sur certains styles de vie, sur certains modes d’invention ou de réinterprétation de l’identité, ou encore sur le déni d’identité ouvrière par les jeunes générations. À ce sujet, on peut penser à des gens comme Dick Hebdige ou Paul Willis, qui introduisent des méthodes moins pratiquées antérieurement : des méthodes d’inspiration ethnographiques. Cela donne un certain nombre de textes magnifiques ; je pense à des textes de Willis ou de Hebdige où l’on sent une grande empathie, une grande proximité, mais pas au point de tomber complètement amoureux de son terrain – ce qui donne des choses extrêmement productives.

  • 14 Willis, Paul, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs. Farnborough, Hant (...)
  • 15 Brunsdon, Charlotte. Professeur d’études filmiques et télévisuelles à l’université de Warwick.

21Deuxième élément dans ce qui caractériserait cette époque de Birmingham : si je voulais employer une métaphore, je prendrais celle de la tache d’huile, c’est-à-dire que les définitions du culturel ou les objets culturels pris en compte vont s’étendre. Même si ce n’est pas central, on peut citer un certain nombre de travaux sur la question de l’École. Willis écrit, après mais pas sans lien avec ce que font Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, un livre remarquable où il s’interroge sur la façon dont le rapport des enfants d’ouvriers à l’institution scolaire leur garantit pratiquement de retrouver les mêmes métiers que leurs pères14. Ce qui est décisif aussi, c’est l’ouverture de la gamme des biens culturels pris en compte. Pour ne donner que des exemples : la publicité, les musiques de rock, les médias audiovisuels. C’est dans ce contexte que David Morley et Charlotte Brunsdon15 vérifient par des travaux pratiques l’hypothèse de Hall sur la pluralité des modes de réception d’un même programme en fonction des propriétés sociales, culturelles et générationnelles des récepteurs.

  • 16 Hebdige, Dick, Sous-culture. Le sens du style, traduit par Saint-Upéry, Marc, Paris, Éditions Zone (...)
  • 17 Gilroy, Paul. Professeur de sociologie à la London School of Economics.

22Enfin, à partir des années soixante-dix, la catégorie du genre, le paramètre masculin/féminin, prend une importance qu’elle n’avait pas au départ. On est très frappé, quand on lit le très beau livre d’Hebdige, Subculture16, par le fait que dans ces univers « sous-culturels », il ne voit que des garçons, les filles n’étant là que pour la figuration. On est aussi frappé par le fait que, dans la manière dont Willis parle des lads des collèges, il y a une forme de complicité macho qui rétrospectivement peut sembler suspecte, même si elle s’accompagne de clairvoyance. Or, tout cela est ébranlé par la sensibilité féministe et donc par la naissance des problématiques du genre. De même, un paramètre qui était présent chez Hebdige, mais restait relativement périphérique, la question – je ne sais pas comment l’appeler – de l’ethnicité, ou race relation, prend de l’ampleur dans les années quatre-vingt. Il faut dire, car ce n’est pas anecdotique, que Hall est d’origine jamaïcaine et qu’il y a aussi des Britanniques noirs, comme Paul Gilroy17, dans la génération de contributeurs qui apparaît dans les années quatre-vingt.

23Pour conclure brièvement, je ferai quelques ultimes remarques. Au fond, pour reprendre Passeron, on pourrait dire que ces travaux ont en commun – et il n’y a aucune connotation idéologique dans l’adjectif – de proposer une analyse idéologique ou externe de la culture. C’est-à-dire que, toujours selon Passeron, ce ne sont pas des travaux qui cherchent simplement, même s’ils y contribuent, à mettre en évidence ce que peut être la cohérence des pratiques culturelles d’une classe d’âge, d’un groupe social ou d’une intersection de ces variétés. Ils interrogent, selon Passeron, les fonctions qu’assume cette culture dans leur rapport à la domination sociale. Donc, si la culture est centrale, c’est comme point de départ d’un questionnement sur ses enjeux idéologiques et politiques : comment les classes populaires se dotent-elles de valeurs et d’univers de sens ? Quelle est l’autonomie de ces systèmes ? Quelle est leur contribution à la construction d’identités collectives, et desquelles ? Comment s’articulent des identités collectives hybrides ? Et quel rôle cela joue-t-il dans la résistance, dans l’acceptation résignée ou meurtrie de la subordination ?

24Une dernière remarque : j’espère que nos interventions vous donneront envie de lire sur le sujet ce qui est traduit en français. J’espère encore plus que vous aurez envie, à partir de ces textes, traduits ou non, d’établir des ponts avec ce que dira peut-être David Morley tout à l’heure. En effet, Armand Mattelart et moi considérons qu’il y a une « loi de Morley » : theory travels better. C’est-à-dire que les énoncés les plus abstraits, les plus détachés des terrains qui fondent les enquêtes et leur donnent sens, sont ceux qui voyagent bien parce qu’ils permettent de prendre des bains de bouche avec des mots en « isme » et que nous tous, intellectuels, on adore ça. Mais le bon usage des Cultural Studies, ce n’est pas d’importer des mots en « isme » ou des grigris théoriques ; c’est aussi de comprendre les contextes socio-historiques, ce qui fait qu’elles ont été si productives et, éventuellement, ce qui peut aussi en suggérer les limites ou les modalités d’importation raisonnables. Importer et les concepts, et les terrains, et les contextes intellectuels dans lesquels les Cultural Studies sont produites, je crois que c’est la seule façon de bien se les approprier.

Notes

1 Pour en savoir plus, cf. Mattelart, Armand, Neveu, Érik, « Cultural Studies’ Stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Réseaux no 80, 1996, p.11-58.

2 Carlyle, Thomas (1795-1881). Auteur écossais, traducteur, historien de veine romantique. Contempteur de son siècle, il lui oppose la « loi naturelle » et élabore une théorie du héros.

3 Arnold, Matthew (1822-1888). Poète et critique anglais, il a servi l’enseignement comme inspecteur des écoles.

4 Morris, William (1834-1896). Peintre, rénovateur des arts décoratifs, auteur et théoricien. Son parti pris esthétique d’un art pour tous allait de pair avec un engagement politique dans le mouvement socialiste anglais.

5 LEAVIS, Frank Raymond (1895-1977). Critique littéraire britannique, il prend parmi ses cibles la portée « abrutissante » de la publicité et de la grande presse. Fondateur de la revue littéraire Scrutiny (1932-1953), il y défendra des positions élitistes souvent très conservatrices ; mais par la rigueur et la qualité de ses relectures et critiques, la revue va aussi armer une génération intellectuelle qui ne suivra pas toujours les tropismes idéologiques de son fondateur.

6 Grignon, Claude, Hoggart, Richard, Passeron, Jean-Claude, Pedler, Emmanuel, Rigby, Brian, Richard Hoggart en France, Paris, Éditions de la Bpi, 1999.

7 Hoggart, Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduit par Garcias, Françoise, Garcias, Jean-Claude et Passeron, Jean-Claude, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

8 Thompson, Edward Palmer, La Formation de la classe ouvrière anglaise, traduit par Dauvé, Gilles, Golaszewski, Mireille et Thibaut, Marie-Noëlle, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1988.

9 Thompson, Edward Palmer, Whigs and Hunters : The Origin of the Black Act, Londres, Allen Lane, 1975.

10 Williams, Raymond, Television : Technology and Cultural form, Londres, Collins, 1974.

11 On a appelé Angry Young Men (« jeunes gens en colère ») un petit groupe d’écrivains qui, au milieu des années cinquante, ont exprimé le malaise social qui touchait l’Angleterre contemporaine. Parmi eux, Osborne, John (1929-1994) avec Look back in Anger (1956) traduit par La Paix du dimanche, Amis, Kingsley (1922-1995) avec Lucky Jim (1954) et Sillitoe, Allan (1928- …) avec Saturday Night and Sunday Morning (1958).

12 En Grande-Bretagne, jusqu’en 1993, ces établissements d’enseignement supérieur n’avaient pas le statut d’universités. Les Polytechnics équivalent aujourd’hui aux Instituts universitaires techniques français.

13 Née dans les années soixante, l’Open University (« l’université ouverte ») est la première Université à distance.

14 Willis, Paul, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs. Farnborough, Hants Saxon House, 1977, New York, Columbia University Press, 1981.

15 Brunsdon, Charlotte. Professeur d’études filmiques et télévisuelles à l’université de Warwick.

16 Hebdige, Dick, Sous-culture. Le sens du style, traduit par Saint-Upéry, Marc, Paris, Éditions Zones, 2008.

17 Gilroy, Paul. Professeur de sociologie à la London School of Economics.

Notes de fin

* Professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Rennes.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access