Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultural Studies

 | 
Maxime Cervulle
, 
Jade Lindgaard
, 
Éric Macé
, 
et al.

Origines et évolutions des Cultural Studies, spécificités nationales

Introduction

Christophe Evans

Texte intégral

  • * Sociologue à la Bpi.

1Note portant sur l’auteur*

2Je voudrais préciser deux ou trois choses pour commencer. Contrairement aux trois personnes qui m’entourent, en plus du traducteur bien sûr, je ne suis pas un spécialiste des Cultural Studies à proprement parler. Cela dit, étant sociologue au service Études et recherche de la Bpi, c’est-à-dire dans un service qui consacre une grande partie de ses activités à l’analyse des pratiques de lecture, donc de réception, je peux dire que certaines problématiques sur lesquelles nous travaillons au sein du service recoupent celles des Cultural Studies. J’exposerai brièvement deux exemples.

3Premier exemple : la question du user turn (le « tournant usager »), tout à fait centrale dans les Cultural Studies. Je crois qu’il faudra revenir d’ailleurs – je me tourne vers Éric Maigret – sur ce principe qui consiste à ne pas traduire certaines formules issues de l’anglais pour conserver leur intelligibilité, ce qui peut paraître un peu paradoxal, mais vous allez voir que c’est tout à fait sensé et qu’il ne s’agit pas d’une coquetterie. Revenons au principe du user turn, à savoir cette attention nouvelle accordée à l’activité créatrice des récepteurs d’œuvres culturelles au sens large (visiteurs d’exposition, spectateurs, lecteurs, pour la partie qui me concerne) ; ces récepteurs n’étant plus considérés comme de simples réceptacles passifs – on verra d’ailleurs dans quelles circonstances. Ce tournant me semble être un point de convergence important avec nos propres travaux.

4Autre exemple qui sera également développé, peut-être plutôt dans la deuxième partie de cette manifestation : l’intérêt affiché, revendiqué même, par les Cultural Studies pour des objets « indignes », en tout cas souvent traités de haut, ignorés, voire méprisés dans certains cas par la recherche scientifique. Je pourrai prendre pour exemple, concernant justement les Cultural Studies, les travaux sur la réception des programmes télévisés ou sur les séries, sur la lecture de romans sentimentaux (les romances), les Fan Studies et ainsi de suite.

5Au-delà de l’aspect apparemment trivial de ces objets, qui ne le sont pas toujours, il me paraît évident que leur étude permet de décentrer les analyses et de lutter contre ce qu’on pourrait appeler une forme de culturo-centrisme ambiant.

  • 1 Collovald, Annie, Neveu, Érik, Lire le noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Paris, (...)
  • 2 Lagrange, Pierre, Voisenat, Claudie, L’Ésotérisme contemporain et ses lecteurs. Entre savoirs, cro (...)

6C’est dans cet esprit que nous avons récemment lancé et piloté à la Bpi tout un progmme de recherche consacré à la réception du roman policier contemporain1 - Érik Neveu en sait quelque chose puisqu’il a eu la charge avec Annie Collovald de réaliser cette enquête. Mais des travaux encore plus récents s’attachent également à la réception de l’ésotérisme contemporain2, et nous venons de lancer une enquête sur la réception des mangas. Vous voyez donc qu’il y a des points de convergence entre la tradition des Cultural Studies qui sera présentée ici et un certain nombre de travaux qui, aujourd’hui, alimentent la recherche dans le domaine de la culture ou des pratiques culturelles, quelles qu’elles soient.

7Enquêtes de réception, tournant usager, décentrement : ces questions, et bien d’autres encore, seront évoquées ici par trois spécialistes des Cultural Studies, véritables spécialistes en ce qui les concerne, que je remercie tout particulièrement de leur participation et que je vais vous présenter par ordre de passage à cette tribune :

  • Pour commencer, Érik Neveu, sociologue, politologue, directeur de l’Institut d’études politiques de Rennes, coauteur avec Armand Mattelart d’une Introduction aux Cultural Studies3 éditée, et récemment rééditée, aux éditions La Découverte dans la fameuse collection Repères ;
  • À mes côtés, Éric Maigret, professeur de sociologie des médias à l’université Paris-III – Sorbonne nouvelle, et à Sciences Po Paris. Éric Maigret a pour sa part codirigé avec Hervé Glevarec et Éric Macé une anthologie4 de textes issus des Cultural Studies parue chez Armand Colin, que nous vous présenterons évidemment ;
  • Et pour terminer, David Morley, professeur au département Média et communications du Goldsmiths College (université de Londres). David Morley est spécialiste de la télévision, et plus particulièrement de la réception de certains programmes télévisés. Il est, entre autres, connu pour ses travaux sur la réception de l’émission Nationwide. À ce sujet, il est l’auteur d’un ouvrage parmi de nombreux autres, intitulé The Nationwide Audience5 et publié au British Film Institute.

Notes

1 Collovald, Annie, Neveu, Érik, Lire le noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Paris, Éditions de la Bpi, 2004.

2 Lagrange, Pierre, Voisenat, Claudie, L’Ésotérisme contemporain et ses lecteurs. Entre savoirs, croyances et fictions, Paris, Éditions de la Bpi, 2005.

3 Mattelart, Armand, Neveu, Érik, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2008.

4 Glevarec, Hervé, Macé, Éric, Maigret, Éric (éd.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, 2008.

5 Morley, David, The Nationwide Audience : Structure and Decoding, Londres, British Film Institute, 1980.

Notes de fin

* Sociologue à la Bpi.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access