Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

II. Usages pluriels des bibliothèques : règles et conflits

Publics et usages

Texte intégral

1Les conduites des jeunes témoignent d’un triple usage de la bibliothèque. Outre l’usage du livre – i.e. un public qui vient exclusivement pour lire ou travailler –, les collégiens conjuguent un usage du livre et du lieu, où lecture et sociabilité s’entremêlent – la bibliothèque étant alors utilisée comme un espace de ressources variées, livresques et sociales – et un usage unique du lieu, qui se désintéresse totalement de l’offre culturelle au profit d’usages illégitimes, illicites et parfois illégaux.

Les usages du livre

2Si les motifs de fréquentation des jeunes usagers sont assez variés dans l’ensemble, il faut reconnaître que la majorité d’entre eux, contrairement à ce que l’on pourrait penser, viennent pour lire, consulter ou emprunter des livres, même s’ils se détachent de la représentation idéalisée du lecteur littéraire.

  • 1 1997, p. 8.
  • 2 Cf. M. Burgos, C. Evans, E. Buch (1995).
  • 3 Cf. G. Cavallo, R. Chartier, op. cit., p. 10-11.

3Observer le comportement des adolescents dans les salles de lecture s’avère doublement enrichissant car cela permet de saisir les origines de certains conflits mais aussi d’analyser concrètement ce qu’est la lecture pour ce public. Cette pratique culturelle est ainsi trop souvent pensée comme un processus individuel qui détache le lecteur des espaces-temps contraints des ordres sociaux, alors que, comme le soulignent Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, « la lecture est toujours une pratique incarnée dans des espaces, des gestes, des habitudes1 ». À la fois pratique solitaire et acte de sociabilité2, « la lecture n’est pas seulement une opération intellectuelle abstraite ; elle est mise en jeu du corps, inscription dans un espace, rapport à soi ou aux autres3 », confrontation qui mène parfois au conflit.

  • 4 Cf. les travaux de C. Baudelot et alii (1999), F. DE Singly (1989), C. Poissenot (1997), E. Shön ( (...)
  • 5 Cf. F. DE Singly (1993) (a).
  • 6 Même si, parfois, les romans lus par obligation peuvent être relus des années après avec grand pla (...)
  • 7 Les lectures adultes étant construites sur d’autres finalités, moins consensuelles, l’organisation (...)

4La lecture est fréquemment catégorisée sous forme d’opposition : d’un côté, la lecture plaisir, réalisée pour soi, dans un temps de loisirs et, de l’autre, la lecture scolaire, réalisée dans un but utilitaire, et qui s’apparente à de la lecture contrainte (catégorie pertinente par ailleurs en ce qui concerne les représentations qu’ont les adolescents de leurs propres pratiques lectorales4). En d’autres termes, la lecture plaisir aide à la construction de soi et de son identité5, la lecture scolaire, faite par obligation6, a quant à elle pour fonction de bâtir un capital scolaire à rentabilité plus ou moins différée. De cette représentation duale des finalités de la lecture découle un modèle homogène de la répartition des espaces qui organise les sections Jeunesse7, aboutissant parfois à faire cœxister des pratiques contradictoires, d’où peuvent naître certains conflits.

Répartition des espaces et usages attendus du livre

  • 8 Les espaces Jeunesse des bibliothèques marseillaises répètent la même organisation spatiale : un c (...)

5La répartition des ouvrages matérialise la division lecture loisirs/lecture travail, susceptible de s’imprimer dans les corps et dans les comportements. Au confort de l’espace « lecture loisirs » qui recrée un espace de l’intime dans un lieu public, intimité jugée nécessaire à l’investissement cognitif dans une lecture plaisir et détente, s’oppose un aménagement de l’espace calqué sur le modèle scolaire, où la lascivité propre à l’abandon corporel n’a aucun droit de cité. A priori, on pourrait supposer que la gestion des espaces ludiques s’avère plus délicate, en raison de leur position plus reculée8, davantage à l’abri des regards, propice à des relâchements corporels et spirituels, par rapport à celle des espaces de travail, au contraire, exposés et soumis à un contrôle panoptique. Il n’en est rien, et les conflits personnels/usagers, liés à la discipline et au respect des règles en vigueur, se produisent pour l’essentiel dans l’espace de travail scolaire.

  • 9 Nous désignons par ce terme, non le statut, mais l’activité, ce qui inclut les catégories C et tou (...)

6En effet, s’il se produit parfois des tensions entre les adolescents qui viennent se nicher dans les coins « intimes » et les bibliothécaires9, la majorité des conflits en salle de lecture ont lieu dans les espaces scolaires, où la marge de tolérance est moindre quant aux écarts de comportement. La gestion des espaces présuppose une séparation du temps conforme à celle de l’espace, dissociant travail et ludique. Si cette organisation cloisonnée des espaces-temps structure les activités des adultes, il n’en est pas de même chez les collégiens, pour qui lecture ludique et lecture sérieuse s’entremêlent. En fait, si le ludique est rarement utilisé à des fins scolaires, le scolaire est, par contre, « détourné » et utilisé à des fins ludiques et sociables, à rentabilité non scolaire, mais à forte rentabilité groupale, ce qui constitue une des bases des conflits les plus fréquents entre les jeunes usagers et les personnels. Si la lecture individuelle demeure le modèle ordinaire de la lecture, la lecture collective fait partie des impensés institutionnels et sociaux, alors qu’elle s’affirme en tant que mode d’appropriation des œuvres fondamental dans les bibliothèques populaires.

Usage du livre et usage de lieu : la lecture collective

  • 10 P. Saenger (1997), p. 170.

7La lecture individuelle, scolaire ou de détente, ne génère pas de conflits entre jeunes usagers et bibliothécaires, au contraire des manifestations de lecture collective. Ce n’est pas tant la pratique de lecture collective qui dérange que la coprésence des deux. La lecture collective, bruyante, est censée perturber le « bon » lecteur, i.e. le lecteur individuel, tout en mettant à mal l’image de la bibliothèque comme lieu d’étude « auguste et sacré10 », voué à l’appropriation silencieuse des œuvres et au travail érudit. L’usage collectif du livre ouvre sur un autre usage, celui de la bibliothèque en tant qu’espace de sociabilité.

  • 11 Cf. M. Burgos (1993), M. Poulain (1990).
  • 12 P. Bourdieu (1985), p. 224.
  • 13 C. Baudelot, M. Cartier, C. Détrez (1999), op. cit., p. 59.

8Deux formes de sociabilité autour de la lecture s’expriment en bibliothèque. La plus ordinaire mais la moins fréquente en section Jeunesse, la lecture partagée11, qui consiste à commenter un livre qui a été lu de façon solitaire, inscrit la lecture dans une communauté de pairs, à condition, bien sûr, d’avoir « un marché sur lequel on peut placer un discours concernant les lectures12 ».Tout en renforçant l’appartenance du lecteur à un groupe, elle « permet à chacun de s’affirmer individuellement par ses différences, et au groupe de se constituer par l’élaboration progressive de goûts communs et de préférences individuelles13 »

  • 14 G. Cavallo, R. Chartier, op. cit., (1997), p. 11.

9La lecture collective consiste à regarder à plusieurs un livre tout en le commentant, et de ce fait participe à l’affirmation du groupe par le biais d’une expérience commune. Les collégiens s’inventent plus fréquemment un rapport collectif à l’écrit et à la lecture, qu’ils élaborent en commun, avec leurs pairs. De cette façon, « la lecture à haute voix […] cimente […] des formes de sociabilité emboîtées qui sont autant de figures du privé14 », mais un privé qui s’exerce dans un domaine public. Plus que la lecture silencieuse et pour soi, c’est la parole à l’autre, la lecture au sein du groupe qui crée l’individu lecteur.

Usage du livre de loisirs

  • 15 La chambre ou le salon sont en général les lieux d’élection de la lecture de loisirs.
  • 16 G. Mauger, Cl. Poliak, B. Pudal (1999).

10La construction sociale de la lecture en tant qu’acte de l’intimité, mouvement de retrait du monde, qui se réalise dans la sphère domestique15, a du mal à s’accorder avec la réalité d’une lecture commune. Le livre se doit de faire l’objet d’une appropriation personnelle, qui favorise une introspection ou un apprentissage. La lecture est généralement pensée en tant qu’échange entre un livre et un lecteur, entre un auteur et son lecteur par la médiation du texte, et non entre plusieurs lecteurs. Perçue comme un usage profane de la culture écrite16, plutôt que comme un processus permettant la production d’un sens construit à plusieurs, la lecture collective est souvent considérée comme une preuve de lacunes culturelles et scolaires ou, quand elle est pratiquée de façon ostentatoire, comme un manque de respect envers l’institution, son personnel, ses autres usagers.

  • 17 Cf. D. Lepoutre (1997).

11C’est autour de la lecture collective que naissent un certain nombre de conflits en salle de lecture, d’autant plus nombreux (bien que, dans l’ensemble, plutôt rares) à Saint-Charles que la lecture collective ostentatoire y est fortement pratiquée. Par « lecture collective ostentatoire », on entend un groupe de collégiens installés autour d’une même table, soit deux à six - sept personnes, massées les unes contre les autres, afin que tous puissent voir les illustrations ou lire le texte, qui s’exclament, s’esclaffent, produisent des commentaires vigoureux ou outranciers. Le livre devient un support d’étonnement, de plaisanteries parfois sexuelles, de « vannes17 » adressées aux membres du groupe ou visant des personnes de leur entourage quotidien (famille, autres pairs absents, enseignants…).

12Mais la lecture collective, si elle semble désordonnée car bruyante, obéit en fait à certaines règles. Loin d’être un mouvement d’indiscipline, elle véhicule les valeurs du groupe, établit des hiérarchies, renforce l’appartenance et le positionnement des individus. Expression collective, le choix des livres lus en commun répond aux exigences d’une exhibition groupale, favorisant des jeux de langage, démonstration de compétences verbales. Ce sont alors surtout des ouvrages qui traitent du phénoménal ou de l’incongru qui sont lus, tels Le Livre des records ou Le Livre des inventions.

  • 18 En effet, parler de ses lectures, c’est parler de soi, c’est dévoiler une part de soi-même, qui se (...)

13La banalité des textes mis en commun d’où émerge un sens collectif protège par son essence même les locuteurs, qui ont le bénéfice d’une sociabilité amicale sans en encourir les dangers sociaux18. Ce n’est pas tant le contenu de l’échange, l’image ou le texte lus qui importent, que le fait de lire en commun. L’acte de lecture est productif : à la production de sens s’ajoute une production de rapports sociaux, un renforcement du lien amical ainsi que du contrôle groupal fait de jeux d’influence et d’autorité.

  • 19 Cf. F. DE Singly (1993) (b).

14La lecture collective ostentatoire est avant tout une pratique masculine et populaire, qui s’inscrit à contre-courant du modèle habituel de la lecture, pratique peu valorisée chez les garçons de milieux populaires19, car associée aux valeurs des classes moyennes et supérieures, tout en renvoyant du côté d’une féminité dévaluée dans un univers de la surenchère virile. La lecture collective et ses manifestations bruyantes intègrent le livre dans un schème d’identité masculine, où les garçons étalent leurs connaissances et compétences. Ce type d’exhibition cognitive joue alors le même rôle que les démonstrations de compétences physiques (bagarres, jeux de ballons…) effectuées à l’entrée de la bibliothèque.

Usage scolaire du livre

  • 20 Le fameux brainstorming.

15Outre l’investissement groupal, le livre fait l’objet d’un fort investissement scolaire. De nombreux collégiens viennent travailler seuls, utilisant les ressources documentaires offertes dans les rayonnages, ou apportant leurs propres documents, la bibliothèque étant alors conçue essentiellement comme un espace de ressources matérielles et non culturelles, un endroit calme, propice au retrait, contrairement au domicile familial. Mais les collégiens apprécient également le travail groupal, car le groupe favorise le travail, par un brassage d’idées qui facilite la production20, par une entraide, mais aussi par tout un travail d’autostimulation et d’autorégulation. Le groupe produit de l’information, de la connaissance, opère une mise à niveau des plus faibles par un travail de réexplication des consignes scolaires, du contenu du cours, des contraintes d’écriture d’un devoir… Même si le groupe se détourne épisodiquement de la production scolaire, au profit de discussions sur des affaires quotidiennes (familiales et autres), par sa cohésion et ses objectifs affirmés, il reste un garant qui empêche, autant que faire se peut, l’abandon du travail scolaire. Les individus qui composent ces groupes de travail, même bruyants, se soumettent à une autodiscipline, qui les oblige à rester assis plusieurs heures autour d’une table devant des documents scolaires ; ils produisent une autorité acceptée, sous forme d’injonctions souvent plus efficientes que celles des bibliothécaires. Le travail scolaire, comme toute autre activité en bibliothèque, s’accomplit sous le regard de l’autre ; le contrôle social exercé de la sorte par les pairs possède un retentissement beaucoup plus fort que celui des adultes investis d’une autorité intellectuelle, car ce sont eux qui font et défont les réputations, qui hiérarchisent et mettent à l’écart les individus.

  • 21 Nous avons pu entendre dans une bibliothèque cette réflexion faite à un jeune usager : « Vous n’êt (...)

16Malgré tout, il est fréquent que les collégiens requièrent l’aide du personnel pour leurs devoirs scolaires. L’aide scolaire est un invariant des bibliothèques étudiées, mais des différences s’observent quant à sa gestion. Cette réalité de la pratique quotidienne du métier de bibliothécaire continue à être considérée en général comme une utilisation abusive des locaux21 et des individus par un certain nombre d’agents. De l’absence de consensus sur les modalités de l’aide à apporter découlent des conflits avec les collégiens et entre les membres du personnel. Alors qu’il existe une construction collective efficiente de ce que doivent être les pratiques de lecture en bibliothèque, qui régule les situations et propose une cohérence face à des comportements jugés indésirables ou dérangeants, l’absence de réelle prise en compte de l’activité parascolaire des salles de lecture engendre des dissensions entre les personnels, ainsi que des conflits usagers /personnels liés à la versatilité des pratiques (conflits qui sont susceptibles de se répercuter par la suite en conflits interpersonnels).

Usages du lieu et pratiques d’écriture

17À côté de l’écrit imposé par les devoirs, des formes d’écritures moins attendues se déploient, pratiques ludiques de « détournement », certaines illégitimes, d’autres illicites. L’écriture peut être individuelle ou collective : c’est le cas des graffitis réalisés par un seul scripteur sous la dictée d’autres.

  • 22 Collèges avoisinants.

18Les déclarations d’amour comme les proclamations de « leadership » tapissent les murs de la bibliothèque. Le graffiti participe à la mise en scène de soi. C’est une affirmation publique informant et impliquant les pairs (collégiens, jeunes de la cité) détenteurs des codes leur permettant de déchiffrer les alliances et d’inscrire le graffiti (abstrait pour l’adulte ou l’usager ordinaire) dans le jeu des rapports fluctuants de la sociabilité adolescente en construction. Ces écritures murales assurent une publicité maximale aux compositions et recompositions incessantes du groupe de pairs comme des places assignées à chacun. Elles révèlent également aux yeux de tous les unions, et le mur peut servir d’entremetteur silencieux. Lues, commentées, générant des violents éclats de rire qui se poursuivront en moqueries, ces paroles murales témoignent du contrôle prégnant du groupe sur lui-même. De telles activités contribuent en effet à le renforcer dans ses classements sociaux et son intégration interne à travers la reconnaissance collective des amoureux et des chefs. Elles constituent également des actes de « bravoure » à l’égard des adultes en général, car ce sont les murs des couloirs intérieurs qui font office de « canard local ». À Saint-Charles, l’école demeure le marqueur social par excellence puisque les déclarations de statut de boss mentionnent le collège ou la classe : « Medhi le boss de Quinet », « Ahmed le boss de Versailles22 » jouxtent « Rachid, Malik et Redouane, les boss de la 3e2 ». Les élèves de troisième s’avèrent les principaux écrivains, et ce d’autant plus que la classe est stigmatisée au sein de l’établissement, renversant de la sorte l’ordre symbolique des classements scolaires. Par contre, au Merlan, les rares écritures offrent un positionnement par rapport à la résidence (« Ahmed le boss de la Busserine »), témoignant de la captation de la bibliothèque au sein de l’espace clôturé des cités avoisinantes.

Usages du lieu

19Les usages du lieu tirent profit, non pas des ressources culturelles mais des espaces offerts au public tels que les esplanades, les couloirs, points de ralliement, de rencontre et de circulation. En plus des possibilités qu’ils offrent en termes de sociabilité, ces espaces constituent des gisements potentiels non négligeables : commodités domestiques (boissons et toilettes gratuites), biens économiques divers (quémandés, volés ou empruntés).

20Le parvis de la bibliothèque Saint-Charles est utilisé comme une immense scène, avec son public assis sur les bancs et les murets, embrassant du regard l’ensemble des lieux. Plus que tout autre espace, il se prête par sa configuration au déroulement de véritables pièces où les acteurs vont mettre en scène différents attributs de leur identité sociale et sexuelle à l’occasion de leurs jeux. Le terme de l’année scolaire, marqué par le conseil de classe du troisième trimestre alimente de jour en jour des groupes sans cesse plus nombreux de collégiens démunis de tout attribut scolaire (cartable et autres), utilisant la bibliothèque comme lieu de rencontre à l’exclusion de toute autre fonction. Le stationnement dans ces lieux favorise la construction - reconstruction, pour les exclus de l’école, de l’estime de soi à travers les actes quotidiens de la sociabilité et les multiples jeux sur les classements sexués. La bibliothèque devient alors un espace-temps de transition entre le monde de l’adolescence et l’âge adulte fait de précarité pour ne pas dire d’inactivité.

  • 23 Cf. E. Goffman (1973)
  • 24 De ce point de vue, une bibliothèque s’apparente aux espaces ouverts, tels les centres commerciaux (...)

21Le parvis obéit à une répartition sexuelle : les groupes de garçons occupent plus souvent l’espace, debout ou en mouvement, tandis que les groupes de filles, parfois rejointes par les garçons, discutent sur les côtés, assises sur les bancs ou les murets. L’occupation de l’espace reflète les valeurs fondamentales des groupes masculins, distinctes selon les âges. Les jeux de l’enfance, tels les jeux de balle et de trottinette, les percussions sur des poubelles accompagnées d’un chœur féminin, réservés aux élèves de sixième/cinquième côtoient une mise en scène de soi23 des élèves de quatrième/troisième, où s’affichent les attributs de l’âge adulte : l’autonomie, les ressources économiques et la mobilité sont affirmées par la possession d’un deux-roues ; la capacité à « gratter » des cigarettes ou de l’argent à des usagers ordinaires, manifestant débrouillardise mais aussi sens de la générosité, assure pouvoir et reconnaissance à l’occasion de la redistribution au sein du groupe, tout comme la capacité à établir des relations avec les filles. Les garçons espèrent se voir reconnaître au sein de cet espace ouvert24 une valeur sociale sur le marché des échanges amoureux.

22Mais ces différentes manifestations de l’âge adulte et de la masculinité ne sont pas sans induire un certain nombre de contraintes et de rapports de force.

  • 25 Nous voulons désigner par ce terme, le point de vue juvénile qui n’est en rien acceptation et tolé (...)

23Il convient de distinguer à ce propos plusieurs types d’activités où l’usage de la contrainte physique de la part de certains usagers juvéniles se trouve différemment accepté. Citons en premier lieu l’usage « sérieux25 » de la violence physique. C’est le cas des situations où un garçon se pose en défenseur de l’honneur familial et gifle sa sœur ou toute personne apparentée ; le regard des spectateurs se détourne alors, la morale domestique contrebalançant toute autre considération.

24À cet usage de la violence s’oppose une conduite détachée de toute morale domestique, obéissant aux règles internes du groupe des pairs, où la puissance peut se trouver affirmée et mise en scène ou euphémisée. Les affrontements physiques ritualisés ou « bagarres » supposent deux protagonistes qui désirent s’affronter, quel qu’en soit le motif (honneur, insultes…), et les échanges de coups, arbitrés par deux « séparateurs », s’effectuent sous le regard d’un public qui, cette fois, jauge et évalue chacun des acteurs, et profite de la situation pour échanger vannes, plaisanteries et jeux de langage. L’issue de l’action se manifeste par l’abandon de l’un des protagonistes. Par ailleurs les activités physiques ludiques (jeux de balle, de bâton, de pierres…) sont fréquemment accompagnées de manifestations de puissance assorties de dénégation (« ce n’est qu’un jeu ! » selon l’expression des collégiens), qui génèrent des comportements de fuites collectives où les individus cherchent refuge au sein de la bibliothèque.

25Les plus âgés démontrent parfois avec ostentation combien ils sont désormais « hommes », jouant de la contrainte physique auprès des autres garçons et des filles, comme si le désir du contact avec le corps de l’autre ne pouvait s’exprimer décemment que par un rapport de force, survirilisant les garçons et féminisant à outrance les filles. La tranquillité se trouve alors garantie par le repli au sein de l’espace intérieur de la bibliothèque. Espace de l’entre-soi, la bibliothèque est également un espace sécurisant. C’est ainsi que les plus jeunes s’y réfugient sitôt que s’annonce une bande d’un collège voisin. Les activités ludiques entre filles et garçons, les moins ostensibles en matière de domination sexuelle, tels les jeux de balles, sont aussi agonistiques, obligeant parfois les filles à se réfugier en courant dans le hall. Ouvrant brutalement la porte, elles provoquent l’intervention des gardiens qui entreprennent de refouler le groupe de garçons à l’extérieur.

26La présence sur l’espace du parvis donne lieu à un partage des usages de l’espace. Les activités ludiques qui requièrent mouvements et déplacements s’effectuent dans une zone encadrée par des plots, qui délimitent de manière informelle l’aire de jeux, distincte de l’aire de circulation empruntée par les usagers ordinaires. Le respect du partage des espaces auxquels sont dévolues des activités spécifiques afin d’éviter l’intervention des gardiens, qui agissent sitôt que le centre de gravité se déplace au centre de l’aire de trafic, garantit aux usagers juvéniles leur maintien dans les lieux. Il existe ainsi un pacte tacite entre classes d’âge et catégories sociales quant à une répartition de l’espace qui permet de limiter les conflits.

27Les comportements illicites des collégiens sont souvent interprétés comme une agression volontaire à l’égard de l’institution, réaction de rejet, de frustration « d’exclus » de la culture dominante. Les collégiens qui brûlent les poubelles dans l’enceinte de la bibliothèque, qui volent les usagers ou le personnel au sein des salles, qui jettent des cailloux sur des membres du personnel ou sur des usagers (autant enfants qu’adultes) ne le font pas par esprit de vengeance sociale à proprement parler, sous-entendu une vengeance préméditée qui viserait explicitement la bibliothèque, ses agents, son public. Ils le font plus simplement parce que la configuration spatiale et urbaine des lieux leur permet de s’adonner à des pratiques dont ils sont coutumiers, tout en leur garantissant l’anonymat et la sécurité qui est inhérente à la bibliothèque publique. C’est ainsi que le parking de l’université voisine de la bibliothèque Saint-Charles, les rues adjacentes, connaissent les mêmes actes de délinquance. Ces pratiques, pour autant déplaisantes, restent marginales, et constituent l’usage illicite des lieux le plus événementiel mais aussi le plus rare qu’il nous a été donné d’observer.

Notes

1 1997, p. 8.

2 Cf. M. Burgos, C. Evans, E. Buch (1995).

3 Cf. G. Cavallo, R. Chartier, op. cit., p. 10-11.

4 Cf. les travaux de C. Baudelot et alii (1999), F. DE Singly (1989), C. Poissenot (1997), E. Shön (1993).

5 Cf. F. DE Singly (1993) (a).

6 Même si, parfois, les romans lus par obligation peuvent être relus des années après avec grand plaisir lorsque le spectre de l’astreinte scolaire s’est estompé (cf. E. Schön, op. cit).

7 Les lectures adultes étant construites sur d’autres finalités, moins consensuelles, l’organisation de l’espace diffère selon les lieux.

8 Les espaces Jeunesse des bibliothèques marseillaises répètent la même organisation spatiale : un coin lecture de loisirs confortable (poufs, chauffeuses, tables basses), situé à l’écart dans un espace plus intimiste, et un espace de travail, positionné de façon centrale, au mobilier austère et scolaire.

9 Nous désignons par ce terme, non le statut, mais l’activité, ce qui inclut les catégories C et toute personne travaillant en salles de lecture, ayant une relation de service autour du livre.

10 P. Saenger (1997), p. 170.

11 Cf. M. Burgos (1993), M. Poulain (1990).

12 P. Bourdieu (1985), p. 224.

13 C. Baudelot, M. Cartier, C. Détrez (1999), op. cit., p. 59.

14 G. Cavallo, R. Chartier, op. cit., (1997), p. 11.

15 La chambre ou le salon sont en général les lieux d’élection de la lecture de loisirs.

16 G. Mauger, Cl. Poliak, B. Pudal (1999).

17 Cf. D. Lepoutre (1997).

18 En effet, parler de ses lectures, c’est parler de soi, c’est dévoiler une part de soi-même, qui se retrouve exposée au jugement de l’autre.

19 Cf. F. DE Singly (1993) (b).

20 Le fameux brainstorming.

21 Nous avons pu entendre dans une bibliothèque cette réflexion faite à un jeune usager : « Vous n’êtes pas ici pour travailler. »

22 Collèges avoisinants.

23 Cf. E. Goffman (1973)

24 De ce point de vue, une bibliothèque s’apparente aux espaces ouverts, tels les centres commerciaux, la rue, propices, pour les classes populaires, aux affinités électives.

25 Nous voulons désigner par ce terme, le point de vue juvénile qui n’est en rien acceptation et tolérance de la part du sociologue. L’esprit de sérieux accompagne ainsi la morale domestique, y compris dans ses manifestations les plus arbitraires et les plus violentes.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access