Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

II. Usages pluriels des bibliothèques : règles et conflits

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. M. C. Bellanger (1995), V. Bouchard (1995).
  • 2 L’analyse des populations et des conduites en bibliothèque a été régulièrement appréhendée à l’aun (...)
  • 3 Pour une sociologie qui s’intéresse à la relation entre la proposition et l’appropriation de biens (...)
  • 4 Cf. C. Grignon, J.-C. Passeron (1989).

1La littérature professionnelle des bibliothèques municipales1 fait état depuis quelques années de conflits plus ou moins importants, avec des jeunes usagers, essentiellement des collégiens ou des adolescents en cours de déscolarisation. Il est souvent fait mention d’inadaptation de ces publics2 – exclus de la culture, ignorants des codes en vigueur…–, occultant les propriétés mêmes de l’espace dans lequel se déroulent ces conflits. Si les politiques culturelles d’accès aux bibliothèques ont échoué dans la réduction des inégalités d’accès, elles ont néanmoins réussi dans l’accroissement généralisé des taux d’inscription et de fréquentation des différentes catégories sociales, et plus encore des classes d’âge les plus jeunes3. Depuis les années quatre-vingt, le déroulement continu de la scolarité au collège, repoussant le seuil de l’orientation de la cinquième à la troisième et à la seconde, ainsi que les pratiques scolaires de familiarisation avec le livre et l’univers des bibliothèques, amènent des nouveaux publics, qui conçoivent ces établissements comme un espace ouvert au sein desquels les pratiques les plus hétérogènes peuvent être conjuguées. Si l’imprimé (presse et livre) demeure le support privilégié, si les scolaires et les étudiants lisent et empruntent des livres autant que les adultes, les plus jeunes se distinguent pour leur part par l’importance accordée aux pratiques scripturales (devoirs scolaires) et aux jeux. Ils imposent en salle de lecture des formes d’appropriation des espaces tenues pour mineures4 mais néanmoins réelles, lesquelles s’accomplissent dans la simultanéité du groupe : commentaires lectoraux à plusieurs, plaisanteries, provocations, échanges et coproductions d’écrits…À côté de l’appropriation collective livresque ou scripturale figurent par ailleurs de nombreuses pratiques impliquant le groupe : jeux, contact des filles et des garçons, accès à certains biens (toilettes, boisson, cigarettes, menue monnaie…) par des moyens légaux ou non… Autant d’activités qui ne s’exercent pas dans l’espace clos de l’intimité mais qui exigent le regard d’autrui par lequel se fixent les hiérarchies, s’affirment les valeurs, s’intègrent les groupes. Ceci, non sans heurts et éventuels affrontements physiques. La bibliothèque partage, avec d’autres espaces ouverts, un certain nombre de caractéristiques – lieu de rencontre, de rapprochement physique entre les sexes – tout en s’en distinguant par la gratuité des lieux et la commodité des services. De surcroît, elle offre, contrairement à la rue, un lieu sécurisé et se prête, plus que tout autre espace, à la mixité des conduites juvéniles et des identités sociales. L’appropriation de ces ressources s’effectue à travers des pratiques non explicitement attendues bien que tacitement acceptées, tant qu’elles ne sont pas jugées perturbatrices, auquel cas elles peuvent engendrer des conflits parfois démesurés.

  • 5 Cette recherche a fait l’objet d’un financement du conseil régional paca.

2Nous avons précisément choisi d’étudier5 les conflits en bibliothèque dans une perspective relationnelle, voulant éviter par là et le relativisme, qui consiste à affirmer que chaque situation et chaque lieu sont spécifiques et qu’il paraît difficile de dégager des éléments invariants, et le substantialisme, qui explique les conflits par l’essence du public (parce qu’ils sont jeunes, de milieux défavorisés…). Nous postulons qu’un conflit ne naît pas par hasard, qu’il s’agit d’un événement liant deux parties dans un environnement social précis. Le conflit est un processus s’inscrivant dans une durée, doté d’un commencement, d’un développement et d’une résolution, chaque étape engageant les deux parties. Le conflit peut advenir ou non, être étouffé ou se développer, voire dégénérer. Il nous est ainsi apparu essentiel de saisir les éléments objectifs susceptibles de se trouver à la base des conflits : leurs déclencheurs, leurs catalyseurs et leurs régulations.

  • 6 1973, p. 12.
  • 7 Cf. A. Strauss (1992).

3Comme l’analyse Erving Goffman, « quand des personnes s’engagent dans des rapports mutuels réglés, elles se mettent à employer des pratiques sociales courantes, autrement dit des modèles d’adaptation aux règles, qui incluent la conformité, l’esquive, les déviations secrètes, les infractions excusables, les violations flagrantes, etc. ». Ces modèles aux motivations diverses et aux fonctionnements variés du comportement réel, ces routines associées aux règles fondamentales, tout cela constitue ce qu’on pourrait appeler « un ordre social6 ». La bibliothèque peut être considérée comme un ordre social négocié7, régi par quelques règles connues des usagers car régulièrement énoncées, mais parfois non respectées, et parfois aussi soumises à l’arbitraire de leur application. C’est la conjonction, dans un espace faiblement réglé, de la non-observance de ces règles, sous forme de non-respect, volontaire ou non, de la part des usagers, sous forme d’arbitraire, volontaire ou non, de la part des personnels, qui est à l’origine d’un grand nombre de conflits avec les adolescents. Les règles comportementales sont généralement l’objet d’une intériorisation qui se manifeste par le respect des usages en vigueur et l’anticipation des rappels à l’ordre ou des sanctions, mais cette disposition n’est cependant pas partagée par tous, ce qui peut bouleverser le fonctionnement ordinaire de l’institution. Garantir la pérennité des règles suppose l’exercice d’une autorité conditionnelle par laquelle des personnels des bibliothèques, voire même des usagers, intiment le respect des usages du lieu. Le rappel des règles par le personnel dépend d’un ensemble de variables telles la position occupée par l’agent dans la division du travail, sa représentation des jeunes et de leurs activités, et leur coprésence avec un public perçu comme légitime. Leur maintien effectif suppose aussi l’adhésion des usagers quant à la légitimité de leur contenu, celle des agents qui les expriment et la manière même dont elles sont énoncées. C’est pourquoi, après avoir analysé les différents usages des espaces que mettent en œuvre les collégiens, nous nous sommes attachés aux règles qui régissent ces espaces publics et aux interactions qu’elles provoquent.

  • 8 En tout, 50 entretiens.
  • 9 750 questionnaires.

4Nous nous sommes intéressés aux bibliothèques municipales de la ville de Marseille et notre principal outil d’enquête a été l’observation in situ, une année entière à différents temps et heures et dans différents espaces intérieurs et extérieurs, complétée par des entretiens semi-directifs8 avec des membres du personnel et des usagers, ainsi que des questionnaires9 adressés aux usagers.

  • 10 Nous avons étudié deux de ces bibliothèques en raison de leur inscription dans des quartiers de mo (...)

5L’implantation des bibliothèques municipales dans cette ville offre des situations contrastées, tant dans leurs inscriptions et configurations spatiales que dans les modes d’organisation du travail. L’offre de lecture se décline dans trois types de bibliothèques. À la plus ancienne et la plus importante située dans le centre-ville, la bibliothèque centrale Saint-Charles, s’ajoutent deux bibliothèques de secteur, situées au beau milieu des quartiers Nord (Le Merlan), quartiers populaires composés de grands ensembles et d’anciens villages absorbés par l’urbanisation massive des années soixante-dix, et des quartiers Sud (Léon-Gabriel Gros), quartiers chic au sein desquels se trouvent plusieurs cités, et cinq bibliothèques de quartier10 (Le Panier, Saint-André, La Grognarde, Castellane, Les Cinq Avenues) conçues comme des équipements de proximité, inscrites dans des quartiers de morphologie et de composition sociale très variées. La bibliothèque centrale et les bibliothèques de secteur se distinguent des équipements de quartier par l’offre de documents, le public, les différents usages du lieu comme par l’organisation du travail.

  • 11 Cf. J. Viale (1994).

6La majorité des conflits ont lieu à la bibliothèque centrale, qui se caractérise par un public hétérogène et des usages pluriels, conciliant emprunt et séjour, retrait de documents et travail sur place11. Connaissant les taux les plus élevés de scolaires et d’étudiants (60,2 % des scolaires et étudiants parmi ses usagers contre 40,5 % pour l’ensemble des grandes bibliothèques), d’individus qui déclarent venir étudier (22,4 % contre 10,3 %), de non-inscrits (22,5 % contre 16,8 %) et plus encore de non-emprunteurs (61,8 % contre 39,2 %), elle fait office d’un « bureau de travail » dans la ville assidûment fréquenté. Située dans l’hyper-centre, à proximité des gares ferroviaire et routière, environnée de quartiers contrastés, parmi lesquels figurent de nombreux quartiers ouvriers d’immigration récente, la bibliothèque jouxte un collège, un lycée et une université. L’existence d’un vaste parvis, l’absence d’équipements de loisirs au sein du quartier, l’exiguïté de l’habitat qui n’autorise guère le développement d’une sociabilité d’intérieur, favorisent chez les collégiens un usage du lieu parfois détaché de toute référence au livre.

7Si chaque bibliothèque possède son mode de fonctionnement, des constantes se retrouvent toutefois, lesquelles autorisent l’élaboration d’un modèle explicatif des conflits.

Notes

1 Cf. M. C. Bellanger (1995), V. Bouchard (1995).

2 L’analyse des populations et des conduites en bibliothèque a été régulièrement appréhendée à l’aune d’une sociologie de l’accès aux œuvres de la culture légitime, laquelle véhicule un modèle savant de l’appropriation des biens culturels qui en privilégie les manifestations individuelles. On étudie les supports et genres empruntés, afin d’indexer les individus selon un ensemble de propriétés – l’appartenance sociale, le niveau de certification, le statut scolaire…– sur l’échelle de la hiérarchie culturelle. Les pratiques de sociabilité étudiées sont celles par lesquelles les individus échangent, au gré de leurs conversations, des goûts et des valeurs, classent et se trouvent classés, et se focalisent sur l’individu décontextualisé.

3 Pour une sociologie qui s’intéresse à la relation entre la proposition et l’appropriation de biens culturels au sein d’espaces publics, étudier les comportements des publics jeunes relève d’une particulière acuité, car ce sont surtout ceux-là qui sont considérés comme les usagers les plus perturbateurs. Mais l’on ne saurait tenir ces manifestations comme de simples conduites homogènes, opposant un groupe « jeunes » perçu comme faussement uniforme à celui des personnes plus âgées, groupe tout aussi faussement uniforme, sans prendre en compte le statut associé à cet âge de la vie au sein de nos sociétés et la reproduction des disparités sociales, sexuelles et culturelles.

4 Cf. C. Grignon, J.-C. Passeron (1989).

5 Cette recherche a fait l’objet d’un financement du conseil régional paca.

6 1973, p. 12.

7 Cf. A. Strauss (1992).

8 En tout, 50 entretiens.

9 750 questionnaires.

10 Nous avons étudié deux de ces bibliothèques en raison de leur inscription dans des quartiers de morphologie villageoise à fort recrutement populaire.

11 Cf. J. Viale (1994).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access