Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

Conclusion générale. Pratiques culturelles et légitimité sociale

Texte intégral

1La particularité de certaines caractéristiques relevées à plusieurs reprises parmi les habitués de la Bpi appelle en conclusion une série de mises au point. Pour commencer, en dépit des précautions prises pour constituer notre échantillon, on pourrait s’étonner de rencontrer aussi souvent cette sorte de propension à l’atypisme social ou culturel chez les personnes interviewées. À quelques exceptions près, en effet, il est assez rare que nous ayons eu à faire dans notre corpus à des trajectoires linéaires ou à des profils d’usagers tout à fait convenus ou prévisibles. En cours d’analyse nous avons ainsi pointé le cas de ces nombreux étudiants ou assimilés étudiants – dont le parcours scolaire se présente souvent comme une addition de segments différents, voire disparates. Ce n’est sans doute pas un hasard, par exemple, si nos deux étudiantes khâgneuses ou ex-khâgneuses se situent un peu à la marge de leur prestigieuse filière : l’une se déclare faible lectrice d’ouvrages littéraires et l’autre a décroché puis bifurqué pour s’inscrire en psychologie. Inversement, pour ainsi dire, on rencontre également parmi nos habitués des personnes objectivement éloignées des canons en matière de légitimité et d’engagement culturels mais qui font pourtant preuve d’un activisme sincère et productif dans ce domaine (autodidactes, personnes issues de milieux populaires...). Enfin nous avons aussi souvent pointé, sans d’ailleurs que ce phénomène soit réservé à la seule Bpi, le fait que beaucoup d’interviewés semblaient se trouver dans des situations de désaffiliation sociale assez diverses, ceci, quels que soient leurs profils.

2Un premier élément d’explication à cet état de fait tient au dispositif méthodologique de notre recherche : c’est le propre de toute enquête qualitative que d’aller au-delà des simplifications inévitablement induites par les enquêtes quantitatives et, par voie de conséquence, d’aller au-delà d’un certain nombre de raisonnements macrosociologiques susceptibles d’en découler. L’approche qualitative ouvre sous contrôle la voie vers d’autres informations qui viennent soit simplement paraphraser les données statistiques, soit, comme c’est plus souvent le cas, les compléter ou même parfois les contredire. Il arrive ainsi que cette approche invite à nuancer ou à repenser les catégories sociologiques usuelles : ici les étudiants ou les retraités.

  • 1 Il s’agit bien d’une tendance, et non pas d’un effet mécanique pur et simple.

3Mais ce constat lié à la méthodologie n’explique pas tout. Il faut donc se rendre à l’évidence : la Bpi a tendance à attirer un certain type de public1. Les nombreux signaux que cet établissement émet vers l’extérieur à partir du Centre Pompidou, et qui ont été longuement analysés dans cette enquête, sont bel et bien reçus et interprétés par les personnes qui y dirigent leurs pas et y domicilient leurs activités de recherche ou de loisir.

  • 2 Sans qu’il soit véritablement possible de le vérifier pour le moment, puisque notre échantillon es (...)

4Univers de contrainte relative, la Bpi n’en est pas pour autant un espace public sans consistance, sans identité franche ou « a-normé » à l’opposé par exemple de l’environnement normatif de la Bibliothèque nationale tel qu’il apparaît dans la synthèse de l’enquête réalisée sous la direction de Christian Baudelot. Mais précisément, c’est en partie cette indétermination relative et intentionnelle de la Bpi, notamment en ce qui concerne son principe de non-sélection des usagers ou encore sa posture institutionnelle vis à vis du savoir, des moyens de le transmettre ou de le mettre à disposition du plus grand nombre (toutes choses traduites concrètement dans les dispositifs et les statuts de la bibliothèque : gratuité, libre circulation, dépliants explicatifs proposés aux usagers, séances gratuites de formation aux outils de recherche...), qui attire – éventuellement séduit et qui dessine, ou plutôt redessine à la marge, les contours du public2.

5En cela, sur la base d’une enquête consacrée aux représentations et aux pratiques des habitués de l’établissement, on peut donc dire que la Bpi dispose bien d’un public spécifique.

Sur la légitimité sociale

  • 3 Soulignons au passage le fait que ne pas apprécier le principe des formalités d’admission à l’œuvr (...)
  • 4 Militantisme tempéré, on va le voir lorsqu’il sera question des réactions face à la fermeture.

6La thématique de la légitimité culturelle ou sociale est récurrente dans cet ouvrage. Pourtant, sa formulation dans les discours des habitués de la bibliothèque est rarement directe ou « positive ». L’ambiguité de son énonciation réside en partie dans le fait que certains usagers nous donnent l’impression d’osciller entre illégitimité et légitimité culturelle (ce qui est particulièrement manifeste quand ils évoquent des établissements qu’ils jugent « supérieurs » à la Bpi ou lorsqu’ils comparent leurs activités avec celles de « vrais chercheurs »). Elle réside également dans le lait que la fréquentation de cette bibliothèque non spécialisée, ouverte à tous3, ne procure pas de facto à ses fréquentants assidus un statut distinctif précis. Au contraire, nous avons vu que la légitimité de cette catégorie d’usagers surtout quand ils ne sont pas étudiants, mais pas exclusivement devait se construire (c’est le principe de l’auto-élection évoqué au troisième chapitre). À cet égard, il est intéressant de constater que nos habitués ont parfois tendance à déplacer la question de la légitimité de leur propre fréquentation vers un discours de légitimation de l’établissement. Symptomatiquement alors, ils parlent moins d’eux-mêmes en tant « qu’usagers de droit » qu’ils ne défendent plus ou moins activement la cause de la Bpi en tant qu’institution méritant d’exister (« elle est importante pour les gens qui n’ont pas fait d’études » ; « c’est une bibliothèque pour tout le monde » ; « il y a toutes les nations ici »...). Par un effet de glissement naturel, cet engagement militant pour la bibliothèque4 contribue évidemment en retour à servir la cause de celui qui le formule, mais qui pourtant – ce qui en définitive se révèle très parlant – s’efface au profit de l’institution ou des autres usagers (« je ne dis pas ça pour moi, mais pour ceux qui n’ont rien et qui en ont vraiment besoin »).

7Dans le même ordre d’idées, il faut ajouter que l’installation de la bibliothèque dans un établissement aussi « fameux » que le Centre Pompidou, au voisinage de collections d’art contemporain de réputation internationale, semble, par assimilation, consolider et accentuer la légitimité des usagers réguliers de la bibliothèque ; lesquels, ne l’oublions pas, sont par la force des choses des usagers réguliers du Centre (même si, comme nous l’avons souvent précisé, certains usagers de la bibliothèque ne fréquentent aucun autre département).

Sur la fermeture

  • 5 Quand on dit que l’établissement allait leur manquer, indirectement, on évoque également la ruptur (...)

8Ce sont sans doute les particularités socioculturelles des habitués de la Bpi (en termes de profils et de légitimité) qui expliquent en partie le manque relatif d’interventions spontanées ou une certaine retenue sur la question de la fermeture dans de nombreux entretiens. Ceci, malgré l’imminence de l’événement lors de la réalisation de l’enquête et l’ancrage solide des personnes interviewées dans un établissement qui allait bientôt leur faire défaut sous sa forme originelle5.

9Ce paradoxe ne manque pas d’être intéressant. Jean-Sébastien, pour ne citer que lui, déclare venir depuis l’âge de 15 ans, il en a 35 au moment de l’entretien. À ses yeux, rappelons-le, la Bpi, c’est sa « mine », son « filon », il précise encore : « Ici, j’ai des pierres précieuses », « c’est mon univers, je connais par cœur ici, de haut en bas ». Mais quand l’enquêteur, vers la fin de l’entretien, lui reparle de la fermeture provisoire (à quelques jours seulement de la date fatidique !), il répond : « Oui, on m’a dit que ça fermait deux ou trois ans, alors je vais me reposer deux ou trois ans, qu’est-ce que tu veux que j’y fasse ?Je ne peux rien y faire, je suis comme tout le monde je constate que c’est dommage, effectivement c’est dommage, et on m’explique gentiment que c’est pour y faire des travaux. Si c’est pour faire des travaux et si c’est pour encore faire mieux que ce qui est déjà fait pourquoi pas ? Qu’est-ce que je peux y faire ? Je dirais qu’à la limite je me rabattrai sur d’autres bibliothèques. Il y a Melville par exemple à la place d’Italie, c’est pas mal aussi » [42]. Un peu plus tard pourtant, afin de préciser le type de relation qu’il entretient avec la Bpi, il ajoutera : « Moi, c’est mon grand amour, mon grand amour. » Manifestement, si l’on s’en tient à ses propos concernant la fermeture, on peut arriver à la conclusion que le travail de deuil de ce « grand amour » n’est pas si difficile ou douloureux. Trois choses méritent cependant d’être soulignées. D’une part le deuil de la Bpi allait être temporaire : même si l’incertitude était grande en 1997 concernant l’avenir de la bibliothèque au sortir des deux années de travaux du Centre Pompidou, les usagers savaient qu’elle réouvrirait sur le même site. Ensuite, l’interviewé cité fait partie de la catégorie des usagers « multifréquenteurs » disposant souvent de nombreuses bases de repli. Enfin, il faut prendre conscience du fait que certaines réactions d’ordre sentimental ne sont pas systématiquement exprimées en totalité et en profondeur dans un contexte d’entretien d’enquête, ne serait-ce que parce que la fermeture en tant qu’éventualité prochaine n’a pas nécessairement été pensée dans tous ses attendus par les interviewés au moment de l’entretien.

10Et au-delà même de ce type de témoignage émanant d’un usager dont on peut penser que son profil socioculturel il prépare une thèse d’aéronautique lui procure sans doute une forme d’aisance culturelle, on peut encore formuler une dernière hypothèse pour expliquer le silence relatif sur la fermeture (relatif, parce que certains ont tout de même donné de la voix : une manifestation a même été organisée devant le ministère de la Culture par un comité d’usagers). Celle-ci pourrait tenir en une formule que l’on imagine bien dans la bouche de certains habitués : « La mariée était trop belle... » En effet, nous avons pu nous apercevoir lors de la réalisation des entretiens que l’indignation unanime que nous avions anticipée cédait souvent le pas à un discours de résignation du type : « La Bpi, c’était trop beau pour nous. Il est donc logique qu’elle soit fermée ou que ses principes soient révisés » ; preuve que les modalités d’affranchissement qu’a bel et bien rendues possibles cet établissement novateur lors de son ouverture en 1977 demeuraient fragiles ou encore difficilement croyables pour certains de ses usagers fin 1997.

Notes

1 Il s’agit bien d’une tendance, et non pas d’un effet mécanique pur et simple.

2 Sans qu’il soit véritablement possible de le vérifier pour le moment, puisque notre échantillon est numériquement limité et assujetti aux principes de prélèvement que nous avons décrits dans le premier chapitre, il semblerait que l’activisme culturel dont font preuve nos habitués se double par ailleurs pour certains d’entre eux d’une forme « d’activisme social » (participation à des associations ou œuvres à caractère « social » au sens restreint, attention portée aux autres en général, attirance pour la psychologie en tant que discipline permettant d’acquérir des compétences relatives à l’introspection et aux interactions interindividuelles).

3 Soulignons au passage le fait que ne pas apprécier le principe des formalités d’admission à l’œuvre dans de nombreuses bibliothèques, comme nous l’avons souvent rencontré dans notre corpus d’entretien, peut aussi bien être considéré d’une façon plus ou moins négative ou désenchantée comme un discours de défense ou de résistance face à la domination culturelle, que comme un état d’esprit, un moteur qui témoigne d’une volonté d’affranchissement personnel et de rejet des cadres traditionnels de classement.

4 Militantisme tempéré, on va le voir lorsqu’il sera question des réactions face à la fermeture.

5 Quand on dit que l’établissement allait leur manquer, indirectement, on évoque également la rupture d’un lien matériel et symbolique avec la collection. La formule : « J’ai besoin de ma bibliothèque parce que c’est le disque dur de mon cerveau », que l’on peut lire dans le compte rendu d’une enquête allemande sur les représentations des bibliothèques publiques décrit bien cet état d’esprit (Barbara Lison, « Les bibliothèques publiques allemandes : vers l’an 2 000 », Bibliothèques publiques en Europe, regards croisés et perspectives, Bpi-Centre Georges Pompidou, 1999.)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable