Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

L’Espace langues

Texte intégral

  • 1 Sur le Laboratoire de langues, voir Jean-François Barbier-Bouvet, Babel il Beaubourg : l’autodidax (...)

1Ici, on apprend aussi bien le malgache que le breton, le peut ou l’estonien. Beaucoup d’étrangers viennent aussi apprendre le français. Au total, cent trente cinq langues sont ainsi mises à la disposition du public. Pour ses utilisateurs, c’est « le Laboratoire de langues », un lieu exceptionnel, le seul laboratoire de cette ampleur à Paris qui soit gratuit et ouvert à tous1.

2Situé au premier étage, derrière les rayonnages des littératures étrangères, le Laboratoire de langues est un peu à l’écart dans la bibliothèque. Bien que clairement identifiable pour tout visiteur de passage, c’est un espace dans l’espace, transparent mais fermé, protégé par des cloisons de verre. On n’y entre pas sans l’intention plus ou moins affirmée d’apprendre une langue. Destiné à l’autodidaxie linguistique, cet espace spécifique se caractérise par la diversité de ses publics mais aussi de ses usages possibles. Multimédia comme la bibliothèque, la médiathèque de langues concentre en effet, dans un espace limité, une offre très diversifiée. Qu’il vienne en curieux pour une seule séance ou avec un projet plus ambitieux, l’utilisateur se trouve tout d’abord confronté à un ensemble de possibilités parmi lesquelles il va devoir opérer une sélection. Cette démarche, qui suppose de sa part une certaine détermination, le conduira ensuite à se familiariser progressivement avec les outils spécifiques qu’il a choisi d’utiliser.

Une habitude à prendre

3Le parcours de l’utilisateur commence par la recherche d’une méthode de langue. Les catalogues et les livrets d’accompagnement sont exposés sur les rayonnages, à proximité du laboratoire. Pour la même langue, plusieurs types d’enseignement sont possibles, du plus général au plus spécialisé (économie, sciences, affaires...]. Puis, de l’initiation à toutes les étapes du perfectionnement, chaque méthode propose une approche pédagogique particulière, de la plus classique à la plus ludique.

4La médiathèque de langues propose des formations sur des supports différents : bandes audio, films vidéo, cédéroms, vidéodisques. C’est l’occasion, pour certains usagers, de se confronter à la réalité d’une offre multimédia qu’ils appréciaient dans la bibliothèque sans nécessairement l’utiliser. Ici, ils pourront, dans le cadre de leur apprentissage, aussi bien entendre des extraits de pièces de théâtre en langue originale, des chansons, des textes littéraires, que regarder des films en VO.

5Un bibliothécaire est présent au bureau d’accueil pour conseiller ou guider l’usager à sa demande. Chacun devra cependant, seul, évaluer le niveau de ses connaissances et définir, en fonction de ses motivations et de ses ambitions, les critères qui l’amèneront à sélectionner une méthode particulière, quitte à l’abandonner pour une autre si elle se révèle inadaptée à ses besoins.

6Cette première épreuve peut suffire à décourager les visiteurs les moins convaincus. Certains d’entre eux se contentent de feuilleter les catalogues et de parcourir les rayons, émerveillés ou pris de vertige devant toutes ces langues dont ils ignoraient parfois jusqu’à l’existence.

7Pour les plus décidés, la deuxième étape consiste à se rendre au bureau d’accueil pour remplir un papier avec les références correspondant à la méthode choisie. Mais pour apprendre une langue aussi demandée que l’anglais, l’espagnol, l’allemand ou le français langue étrangère, il faut prendre rendez-vous et réserver l’une des quarante cabines du Laboratoire 1. Le temps est alors limité pour chacun à une heure. Les autres langues s’étudient dans l’une des vingt cabines du Laboratoire 2, moins frequenté et plus facile d’accès. Passé le bureau d’accueil, victorieusement parvenu de l’autre côté des cloisons vitrées, il faut encore s’arrêter au comptoir où un autre membre du personnel va chercher le matériel nécessaire (livre, cassette audio ou vidéo, cédérom...). Une place est attribuée à chacun. Une curieuse sensation saisit l’usager novice lorsque, debout, au milieu de toutes ces cabines alignées les unes à côté des autres, il entend leurs occupants concentrés proférer des sons étranges en réponse à un interlocuteur invisible. Puis, seul dans le petit box, entouré de gens qui visiblement se sentent à l’aise avec leur casque sur les oreilles, il n’est pas impossible de succomber à un moment de panique. Comment ça marche ?

Les habitués de l’Espace de langues

8L’usage du « Labo de langues » ne va donc pas de soi. Mais ce qui ressemble, la première fois, à une épreuve initiatique deviendra très vite une habitude d’autant plus rassurante qu’elle n’aura pas été facile à prendre. En se familiarisant avec les outils qu’il utilise, l’usager trouve ses repères dans son nouvel environnement. D’une leçon à l’autre, il peut mesurer ce qu’il fait, évaluer par lui-même sa progression. Il s’organise seul comme il le souhaite, à sa manière et à son rythme. L’utilisateur régulier progresse ainsi dans son apprentissage en même temps qu’il s’inscrit dans cet espace plus fortement et plus rapidement qu’il ne pourrait le faire ailleurs dans la bibliothèque.

9L’Espace de langues réunit des gens venus d’horizons variés, aux motivations diverses, mais que rassemble une pratique commune. Leur intérêt pour les langues les rapproche même si chacun, dans son box, est plus isolé qu’ailleurs dans la bibliothèque.

10Quel que soit le rythme qu’ils choisissent, la majorité des utilisateurs du Laboratoire de langues reviennent souvent et beaucoup d’entre eux peuvent être considérés comme des habitués. L’étudiant taïwanais ou le réfugié kurde, qui viennent presque tous les jours depuis trois mois pour apprendre le français, me sont présentés par le personnel comme des habitués, au même titre que ceux qui cumulent l’apprentissage de plusieurs langues depuis des années mais sur un rythme moins soutenu. Le Laboratoire de langues rassemble une proportion importante de gens qui viennent intensivement sur une courte période. Des sociabilités particulières peuvent ainsi se développer plus facilement entre les usagers Les échanges et les complicités sont plus naturels, plus évidents. Il n’est pas rare de les voir s’entraider ou converser dans la langue qu’ils sont en train d’apprendre.

11Le Laboratoire de langues, comme l’Espace musique, ne s’utilise pas sans l’indispensable médiation d’un membre du personnel, ce qui n’est pas le cas ailleurs dans la bibliothèque. Cette relation privilégiée qui peut s’établir entre le public et le personnel en particulier dans le Laboratoire 2 ou l’affluence est moindre est à l’origine de sociabilités importantes, en dépit de la mobilité des équipes chargées du service public, ou les vacataires sont en nombre important. Mais, plus qu’un intermédiaire obligé, le personnel est souvent globalement perçu comme une présence bienveillante, rassurante. On le sollicite pour un conseil ou un problème technique ; il est aussi le témoin supposé des progrès de chacun. Il prête une oreille attentive, le temps d’une confidence, ou bien se protège d’une demande trop forte de prise en charge. Un lien presque affectif les rapproche parfois et, pour certains habitués, cela rend l’espace encore plus attachant, plus familier et plus familial.

12S’il est possible de venir à la Bpi en ignorant l’existence ou l’emplacement de l’Espace de langues, il est aussi possible pour un utilisateur du laboratoire d’ignorer les autres espaces de la Bpi. Cependant, il est frappant de constater que toutes les personnes rencontrées dans cet espace ont une pratique de la bibliothèque qui va bien au-delà de l’utilisation du laboratoire. Certains ont connu la Bpi par l’intermédiaire de l’Espace de langues. C’est souvent le cas des étrangers qui viennent suivre des « cours » de français. Mais l’attente à laquelle ils sont fréquemment soumis avant d’accéder à une cabine leur donne du temps et ils en profitent pour découvrir une offre culturelle qui dépasse de loin ce qu’ils étaient venus chercher. Pour les autres, l’existence d’un laboratoire de langues à la Bpi ne fait que renforcer leur attachement à une bibliothèque qui, décidément, ne ressemble à aucune autre.

13Lorsque je m’installe en juin 1997 au Laboratoire de langues, nous sommes encore à trois mois de la fermeture. À cette époque, l’événement, déjà largement médiatisé par la presse, n’avait encore fait l’objet d’aucune communication officielle à l’intérieur de la Bpi. La plupart des usagers rencontrés à ce moment-là en avaient pris connaissance peu de temps auparavant par les pétitions que les syndicats du personnel commençaient à faire signer dans la coursive. C’est ainsi que Michel l’apprendra, quelques minutes avant notre entretien. D’une manière ou d’une autre, cependant, tous les habitués que nous avons interrogés savaient au moment de l’entretien que la Bpi fermerait pendant deux ans.

14C’est à l’Espace langues que les réactions des usagers face à cette fermeture seront les plus fortes. Lorsqu’ils apprennent, durant l’été, que le Laboratoire de langues ne sera pas transféré à la Bpi-Brantôme, leurs témoignages indignés remplissent le cahier des lecteurs (la décision d’installer finalement quelques cabines dans l’espace de la Bpi-Brantôme ne sera prise qu’ultérieurement). Une pétition lancée par une utilisatrice réunira plus d’un millier de signatures. Une pétition similaire verra le jour à l’Espace musique, autre espace spécifique de la Bpi inaccessible pendant la période des travaux. Fidèles parmi les fidèles, comment les utilisateurs de ces espaces spécialisés auraient-ils pu accepter aisément d’être ainsi privés de ce qu’ils considèrent comme une originalité de la Bpi, sans équivalent ailleurs ?

Xavier. « Elle bouge cette bibliothèque, elle est vivante... c’est-à-dire qu’elle permet... elle donne des ouvertures, des possibles. »

15Xavier est là, dès l’ouverture, à midi, comme nous l’avions convenu la veille, lors de notre prise de rendez-vous. Il semble gêné, mal à l’aise, comme s’il regrettait subitement d’être venu de lui même au rendez-vous. Il me demande combien de temps ça va durer, où on va aller, si j’ai des questions précises et ce que j’attends de lui. Il m’explique aussi, qu’en arrivant, il a croisé des membres du personnel qui faisaient signer une pétition contre la fermeture de la bibliothèque. Il ne savait pas que la bibliothèque allait fermer, il n’arrive pas à le croire. Deux ans, c’est très long.

16On s’installe au Laboratoire 2, près du comptoir, à l’écart des cabines. Xavier a 57 ans, il est intermittent du spectacle. « J’ai un peu tout fait mais, en ce moment, je suis plutôt comédien. » Quelquefois, il monte des spectacles avec des amis. La Bpi qu’il fréquente depuis longtemps « par périodes » lui permet « de rester éveillé à des tas de choses ». Pendant l’entretien, Xavier essaie de formuler ce qu’il éprouve quand il vient là, ce qu’il fait et comment il s’y prend. Il parle avec beaucoup d’émotion, de passion. C’est comme s’il mesurait pour la première fois l’attachement affectif qu’il a pour ce lieu, l’importance qu’il tient dans sa vie.

17Il cherche ses mots, craint de mal s’exprimer, de ne pas trouver le mot juste, de se répéter ou de s’emballer pour des banalités. Il craint de ne pas réussir à se faire comprendre et surtout de ne pas correspondre à ce que l’on attend de lui. « Ce n’est pas ça que vous vouliez que je dise... qu’est ce que vous attendez que je dise ? » Il est aussi intimidé par cet entretien auquel il pense depuis la veille. Il aurait finalement préféré ne pas avoir eu le temps de s’y préparer : « Vous m’auriez demandé ça hier, ce serait venu plus spontanément... » Mais il suffit que je l’invite à continuer pour qu’il rebondisse sur une nouvelle image qui lui revient en mémoire. Il regarde autour de lui comme s’il cherchait les indices de ses passages, de ses errances, des raisons qu’il a d’être là. Nous nous sommes rencontrés au Laboratoire de langues parce que Xavier, depuis deux semaines, y passe une heure, presque tous les jours, pour apprendre le vietnamien. Il prépare un voyage et voudrait en connaître les rudiments avant de partir. Mais, pour lui, c’est plus qu’une langue. C’est aussi une ouverture sur une culture et une autre façon de penser qu’il découvre avec la littérature vietnamienne.

18Xavier est un voyageur à la Bpi. Il trouve sa place en fonction de ses déplacements dans les espaces qu’il associe à ses découvertes dans les livres. Il connaissait la bibliothèque bien avant de fréquenter la médiathèque de langues. S’il ne se souvient plus de sa première visite au Centre, il se rappelle que sa perception de la culture a changé en venant ici. Dans cette bibliothèque « différente », qui « bouge » sans cesse, il imagine que les responsables sont à l’écoute et s’interrogent sur le sens de l’institution. D’ailleurs, il constate en riant qu’il n’arrive pas à nommer cet endroit. En revanche, il « visualise tout de suite. C’est au centre, c’est vers les Halles ».

Jeudi 26 juin, 12h30

Vous étiez en train de me dire pourquoi vous venez plus particulièrement dans cette bibliothèque...

19J’aime bien parce que c’est d’un accès facile. On ne vous demande pas de remplir des papiers... D’abord, c’est au centre de Paris. Moi, par exemple, j’habite le 18e. C’est facile de venir là et puis... je ne sais pas... on est libre.

20Il y a une facilité d’accès aux livres, par exemple. Il y a aussi finalement beaucoup plus d’œuvres que je ne le pensais. Quelquefois, je viens chercher tel ou tel livre et, par association, tout à coup, on pense à une chose et on peut avoir accès à d’autres livres, dans d’autres départements... je ne sais plus ce que je voulais dire...

21Pour moi, elle est quand même différente cette bibliothèque parce qu’il y a un côté incitation, éveil. Je me souviens d’une fois, il y avait des lectures. J’étais venu pour une chose particulière... il y avait des lectures un peu dans tous les coins. Il y avait même des petits spectacles, mais ça ne dérangeait pas du tout. Si vraiment on était gêné, on pouvait aller plus loin... ça j’aime bien parce qu’on a l’impression que cette bibliothèque... c’est pas une bibliothèque comme tout le monde. C’est comme s’il y avait une interrogation : qu’est-ce que peut être une bibliothèque ? Je sens ça. J’imagine que les responsables doivent être à l’écoute.

22Elle bouge cette bibliothèque, elle est vivante, moi je le sens comme ça, c’est-à-dire qu’elle permet... elle donne des ouvertures, des possibles... Je ne veux pas vanter particulièrement cette bibliothèque, mais c’est vrai. Je suis venu avec ma fille, qui est de Bordeaux, je n’aurais pas pensé qu’elle pouvait aussi... elle n’est pas particulièrement axée sur les bibliothèques... mais il y a quelque chose. On s’est mis dans un coin, il y a des endroits préservés où on peut parler un peu quand même. Il n’y avait pas trop de monde, on a pu échanger. Il y a une liberté, on peut bouger, aller d’un coin à un autre. En même temps, c’est un rapport humain, c’est pas un grand temple comme... J’étais un peu impressionné par la grande bibliothèque qu’on a faite sur les quais.

Vous y êtes allé ?

23J’y suis allé une fois, oui. J’y suis allé pour une chose précise mais c’est vrai que c’est un temple. Là, j’ai l’impression qu’on est plus dans une certaine réalité, par rapport à la ville... Je m’exprime mal, je dis des choses comme ça, je ne sais plus ce que je voulais dire, c’est peut-être pas ça que vous attendiez que je dise.

Je veux simplement que vous me disiez les choses qui vous viennent, comme ça vous vient

24Je ne savais pas qu’ils allaient la fermer. À l’entrée, il y avait une pétition, juste là. Je savais qu’ils allaient faire des travaux parce que c’est dans un état un peu... Ils n’avaient pas prévu qu’elle aurait autant de succès, cette... ce musée, enfin ce centre. Ils sont obligés d’un peu tout rénover et la bibliothèque va être déplacée. C’est ce que j’ai compris tout à l’heure. Il n’y aura plus que six cents places, c’est ça ? Je ne sais pas dans combien de temps ça va fermer... Je savais qu’elle serait sans doute déplacée pendant quelque temps, je ne sais pas, pendant six mois, quelque chose comme ça, mais là, deux ans... deux ans, c’est pas la même chose. Et puis surtout, il y a une chose dont on ne parle pas, mais c’est vrai que c’est gratuit, quoi. Ça m’a évité souvent... ça n’a rien à voir avec une bibliothèque de quartier. Il y a des ouvrages qui m’intéressent, je ne peux pas me payer beaucoup de livres et là, il y a quand même des possibilités... surtout que c’est ouvert tard le soir. Si quelque chose m’intéresse, je viens ici. Acheter des livres, je ne peux plus, c’est trop cher. Enfin bon, c’est pas ça, je ne sais pas ce que vous attendez que je dise...

Moi je n’attends rien, je n’ai rien en tête...

25C’est incroyable. Je découvre toujours des tas de choses ici. J’ai l’air de faire de la pub pour la bibliothèque, j’aime pas trop ça, mais bon...

26En ce moment j’apprends, je suis sur une langue, le vietnamien. Bon, j’étais venu au départ pour reprendre l’anglais mais j’étais tombé sur des appareils qui étaient un peu rébarbatifs. J’ai voulu m’inscrire à des cours d’anglais mais c’était cher. Ici c’est gratuit, et puis je me suis rendu compte qu’il y aussi bien audio que vidéo, il y a des postes de télévision, il y a plusieurs possibilités. Tout à coup je me suis dit : mais c’est pas mal aussi... il y a quelque chose de vivant dans tout ça, je ne saurais pas comment dire...

27Ça m’ennuie de dire des choses parce que... je pense à cette nouvelle bibliothèque qu’il y a sur les quais, elle n’est peut-être pas encore rodée, elle démarre, on ne peut pas non plus... J’y suis allé pour chercher un document visuel sur les marionnettes. Je pensais que, là bas, ils avaient les moyens mais ils n’avaient pas ce que je cherchais et je suis revenu ici. Je me suis rendu compte qu’ici, il y a un département théâtre que je n’avais même pas vu. Je ne pensais pas qu’il y avait autant de documents. J’ai trouvé quelque chose sur les marionnettes japonaises et, de là, j’ai découvert qu’il y avait des tas... Je découvre toujours quelque chose ici...

28En même temps... quand je parlais tout à l’heure d’incitation, je voulais dire qu’on ne s’endort pas. Il m’est arrivé de venir un dimanche, on se met dans un coin, on peut se retirer, par exemple le long du mur. Il y a des chaises, on peut rester là. Je peux m’échapper comme ça et rêver... pas rêver mais voyager, disons plutôt. À la bibliothèque on peut sortir, revenir, il y a comme ça un côté vivant... Je sais pas ce que je voulais dire, je suis un peu...

Visiblement, vous venez là depuis pas mal de temps ?

29Oui, mais c’est par périodes... Je suis content qu’elle existe cette bibliothèque. Elle a un esprit qui me plaît... C’est le côté vivant des choses. Elle est pratique... Tout de suite, on peut avoir, dans l’immédiateté comme ça, on peut avoir... On peut demander un renseignement, mais on n’est pas obligé. Les gens qui travaillent là sont tous... bon, ça dépend sur qui on tombe... mais on sent qu’il y a des gens quand même qualifiés... c’est leur boulot, je sais bien, mais ils sont efficaces quand même.

30Si je viens pour une heure, juste pour apprendre, ça se passe tout de suite. Je m’installe, tac, je repars... c’est pratique. Moi, j’aime beaucoup cette bibliothèque... Je ne sais plus ce que je voulais dire. Je ne saurais pas dire des choses intéressantes... qu’est-ce que vous voulez que je dise ?

C’est justement ça qui m’intéresse : ce que, spontanément, vous avez envie de dire...

31Je trouve qu’elle a été bien faite... c’est par rapport aux espaces. Je ne sais pas s’ils y ont pensé ou pas, je ne sais pas comment ça a été fait. On passe dans des allées, des petites allées comme ça... Quelquefois, on reste sur un bouquin, on est concentré vraiment sur ce qu’on fait... En même temps, il n’y a jamais trop de monde non plus... Il y a des tables, les gens sont là pour étudier... il y a des étudiants, comme dans une bibliothèque normale, mais il y a des recoins. C’est toutes ces possibilités qu’il y a. Je trouve que c’est bien... je sais pas comment dire.

32Ce que j’aime aussi, c’est qu’il n’y a pas que des étudiants qui viennent là ; il y a même... je me suis trouvé en hiver avec un gars, il devait faire froid dehors, il était là... bon, il sentait un peu fort, je me suis mis un peu plus loin, mais je me disais : dans le fond, c’est bien quand même, parce que, peu importe, ce gars-là... eh bien oui, il lit quelque chose. Il a des possibilités aussi... C’est ça qui est incroyable. Il y a toutes sortes de gens qui viennent là.

33C’est vraiment la fonction d’une bibliothèque d’être ouverte sur le plus large public possible. C’est la fonction même, véritable, d’une bibliothèque : l’accès à la culture, l’ouverture. J’aime bien que ce soit complètement ouvert, c’est ça qui est incroyable. Il y a une tolérance de la part de tout le monde. Il y a une tolérance parce que c’est vrai que quand tu te trouves à côté de quelqu’un... (...) mais à ce moment-là on peut se pousser un peu...

34Il y a une chose, moi, qui me gênait : de temps en temps, ils diffusaient une information qui disait de faire attention aux vols. J’étais un peu... Mais finalement, ça nous rappelle à une réalité de la vie, de la ville, à ce qu’il y a dehors. Au-delà des baies vitrées, on est dans la ville. Il y a toujours cette présence. On est quand même en relation avec des réalités de la vie. On n’est pas dans une bibliothèque où on va pour s’échapper. Il y a une espèce d’aller-retour... Vous comprenez ce que je veux dire ou pas ? Je m’exprime mal.

Vous allez le préciser...

35Ah, vous ne comprenez pas là ?

Si, si...

36Il y a des règles mais elles ne sont pas... Il n’y a pas quelqu’un qui est derrière nous. Il n’y a pas une discipline, une présence en uniforme qui est trop présente. Il y a un rappel de temps en temps. Je pars dans tous les sens, je ne suis pas bien réveillé, je me suis couché très tard...

Et quand vous dites « s’échapper », vous pensez à quoi ?

37J’ai besoin de rester éveillé dans la vie par rapport à ce qui m’entoure. Je ne vais pas comparer la bibliothèque à d’autres endroits où on peut complètement s’isoler. Là, on n’est jamais vraiment isolé, mais c’est pas mal justement, c’est pas mal du tout ça. Je dis ça par rapport à une période de ma vie...

38En tout cas, par rapport à la ville, j’aime bien que cette bibliothèque soit rattachée à d’autres choses qui se passent dans le Centre. Il y aussi bien du tourisme, des expositions d’art contemporain. Il y a des tas de choses qui se passent ici, même du cinéma. Donc, on peut très bien s’intéresser à autre chose. Je ne sais plus ce que je voulais dire...

Vous disiez qu’on n’est jamais complètement isolé ici et qu’en même temps on l’est quand même ?

39Voilà, ça c’est vrai. Elle a été drôlement bien pensée en tout cas, non ? Il faut dire que c’était un peu après 68.

40D’ailleurs c’est marrant parce qu’elle s’appelle Pompidou et j’arrive jamais à dire la bibliothèque Pompidou, j’arrive pas non plus à dire Bpi, j’arrive pas à dire Beaubourg, ça ne me plaît pas non plus, j’arrive jamais... à la nommer. À chaque fois, il me faut un temps pour trouver le nom de cet endroit.

Et vous lui avez trouvé un terme...

41Non, non, non. Je dis souvent à des amis « Beaubourg ». Je visualise tout de suite, c’est au centre, c’est vers les Halles...

Je vous ai rencontré hier ici, parce que quelqu’un du personnel vous voyait régulièrement. Donc, en ce moment, vous venez particulièrement au Labo de langues ?

42Oui. J’ai habité pendant très longtemps dans le Sud-Ouest et j’ai vu la première fois qu’on pouvait apprendre l’occitan... c’est incroyable. C’est en venant à Paris que j’ai vu qu’on pouvait apprendre l’occitan, par hasard d’ailleurs. Oui, en ce moment, j’apprends le vietnamien. Je consacre une heure comme ça à venir ici, régulièrement, mais uniquement pour ça.

Depuis combien de temps vous venez ici pour le vietnamien ?

43Ça fait quinze jours, oui, disons cinq ou six fois par semaine.

Et avant, vous veniez déjà au Labo de langues pour autre chose ?

44Non, j’étais venu une fois pour l’anglais, mais je trouvais ça rébarbatif. Il fallait parler tout fort dans le micro et l’ordinateur n’était pas vraiment un bon prof. Je ne prononçais jamais comme il fallait alors c’était toujours non. Il y avait des voisins à côté, j’avais peur de déranger. Mais bon, je m’y suis pris autrement. Il y a d’autres possibilités. Il y a des tas de méthodes, de toute façon. Je ne sais pas si c’est intéressant de le dire ça.

Vous apprenez le vietnamien depuis quinze jours. Vous venez cinq, six fois par semaine ?

45Oui, mais c’est par rapport à des tas de choses, par recoupement dans ma vie, mes pôles d’intérêt pour l’Orient, à un voyage que je dois faire. Mais ce n’est pas qu’une langue. Je me suis rendu compte qu’il y a une culture aussi. Il y a des ouvrages sur le Viêt-nam et je découvre la littérature vietnamienne, une façon de penser...

Vous avez un objectif, un projet ?

46Oui, oui, je dois y aller.

Vous avez l’intention de venir ici très régulièrement jusqu’à la date de départ de votre voyage c’est ça ?

47Voilà, c’est ça. J’ai encore une quinzaine de jours.

Et au Viêtnam vous allez rester longtemps ?

48J’ai une occasion de partir avec des amis. Je pars un mois. C’est une première fois. C’est la première fois que je pars si loin...

Vous vous souvenez de la première fois que vous êtes venu ici ?

49La première fois, j’étais encore... Pour moi, la peinture, c’était aller au Louvre et la bibliothèque c’était autre chose. Au départ, cet endroit, je ne trouvais pas ça très beau et je ne sais pas... je me faisais une autre idée de tout ce qui est culture. Avant, si j’allais voir des œuvres, j’allais au Louvre et ici, c’était trop, il y avait n’importe qui, j’ose pas dire... j’avais l’impression que ce lieu, c’était... pas comme les Galeries Lafayette de la culture mais... vous voyez, un côté comme ça...

Centre commercial ?

50Oui, centre commercial... qu’est-ce qu’on peut avoir comme idées reçues ! J’ai évolué. J’ai fréquenté cette bibliothèque, je ne me suis plus posé de questions et j’ai changé aussi, je crois...

Vous venez beaucoup dans cette bibliothèque alors ?

51Ah, oui, oui. Il y a une liberté ici. C’est incroyable, il n’y a pas de barrières. On sort du métro, et tout de suite, on vient dans un endroit où on sent bien. Oui, se sentir bien, écouter de la musique, consulter un bouquin...

52Mais, si vous voulez, ça dépend des périodes de ma vie. Quand j’ai beaucoup d’activités, je ne peux pas venir la journée mais c’est ouvert jusqu’à 10 heures du soir, ça c’est génial. Et il y a des périodes de ma vie où j’étais, comment on peut dire par rapport à la solitude ? Oui, où j’étais assez seul et... je ne sais pas, de sentir les gens qui sont là... Il y a des périodes de ma vie où...

Mais si vous sortez dans la rue, que vous allez au café, dans un jardin public, il y a aussi une présence ?

53Oui, bien sûr.

Mais ici c’est autre chose ?

54On voyage autrement là. C’est le voyage que je ferai... sur le plan imaginaire. Il m’est arrivé de me laisser aller par associations : une chose fait penser à une autre et une autre à une autre. On lit un livre et on va chercher un autre livre. J’aime bien ça... planer, je veux dire.

Et physiquement aussi ?

55Voilà et c’est ce que je voulais dire tout à l’heure. Physiquement, on bouge. On n’a pas sa place où on doit rester. On peut se mettre où on veut. Suivant l’humeur, l’état d’esprit dans lequel on est, on peut se mettre dans un endroit différent, il y a plusieurs possibilités.

Vous êtes aussi bien assis que debout ?

56Des fois, je pense à aller m’asseoir et je reste debout, je ne sais pas pourquoi et je peux rester concentré sur ce que je fais... Et puis il y a le silence. Ce qui est bien c’est que c’est silencieux mais pas complètement... c’est pas complètement silencieux...

57Je ne sais plus ce que je voulais dire. En venant ici, je me disais : je vais lui dire ça et puis... Vous m’auriez demandé ça hier, ce serait venu plus spontanément, je vous aurais dit des tas de choses mais là... j’ai complètement oublié.

Vous dites des tas de choses... Vous parlez d’éveil. Vous êtes vraiment toujours en éveil ici ?

58Oui, et je ne sais pas qui s’en occupe mais j’ai l’impression qu’ils se posent la question de la bibliothèque : qu’est-ce que doit être une bibliothèque maintenant ? C’est le fait de s’interroger sur ce que doit être une bibliothèque qui la rend vivante. J’ai un enfant de 8 ans et je me suis toujours posé des tas de questions pour savoir comment l’élever. Un copain m’a dit : « C’est justement parce que tu t’interroges que tu l’élèves bien ». Et les gens qui s’occupent de cette bibliothèque s’interrogent, je le sens comme ça. Je me trompe peut-être complètement.

Qu’est-ce que qui vous fait penser ça justement ?

59Il y a toujours des choses un peu nouvelles qui se passent. On a l’impression qu’ils tentent des choses. Il y a quelques animations, il y a des expositions incroyables qui vont, en apparence, dans tous les sens. J’ai vu un truc dingue. J’ai vu une exposition sur les fenêtres, à travers tous les poètes qui en ont parlé. Les fenêtres, ça a toujours été un fantasme pour moi. J’ai trouvé ça passionnant.

60J’ai l’impression qu’on s’en occupe de cette bibliothèque... comme le fait, en ce moment, de poser des questions. Je ne sais pas si ça sert mais je sens qu’elle n’est pas traditionnelle, qu’elle n’est pas conventionnelle. [...]

Vous souvenez-vous de la première fois où vous êtes venu à la bibliothèque ou au centre ?

61Je ne me souviens plus très bien [...]. J’ai l’impression qu’elle a toujours été là cette bibliothèque ? Vingt ans ? [...]

Et quand vous venez, ça n’est jamais pareil ?

62Ah non c’est jamais pareil. Un dimanche à 8heures du soir ou un mercredi à 3 heures de l’après-midi, c’est pas la même chose. C’est certain que s’il faut faire la queue le mercredi après-midi, je viendrais plutôt vers 5 ou 6 heures quand il y a moins de monde. Quand c’est possible, je viens plutôt à cette heure-là.

Et ça vous arrive de faire la queue ?

63Oh oui bien sûr, mais maintenant j’évite de venir aux heures d’affluence. De toute façon, on ne se sent jamais stressé par le nombre de gens. Il y a des moments où il y a vraiment du monde mais on ne se sent jamais de trop. C’est pas le métro, on ne sent pas le stress même si toutes les tables sont prises.

Et vous connaissez des gens dans cette bibliothèque ?

64Non, mais ça ne me gêne pas de ne pas connaître des gens. Non, je n’ai pas eu besoin, forcément, d’échanger, je ne me souviens pas.

Même de vue, il n’y a pas des gens...

65Il n’y a pas que des gens qui viennent de Paris. J’ai vu des gens des banlieues. On voit comme ça des gens très différents [...] et j’aime bien.

Et ce ne sont pas que des étudiants...

66Voilà c’est ça, c’est pour ça que j’aime bien. Il y a certainement beaucoup d’étudiants, bien sûr, c’est normal les étudiants. Moi je suis bien un grand étudiant...

Quand vous dites « grand étudiant », vous vous êtes inscrit dans une université ?

67Oh non pas du tout ! Oh, là non, pas du tout ! Disons que je suis plus, comment dire ? Je suis dans le spectacle. Quelquefois, je monte des petits spectacles avec des amis... et puis je travaille aussi. Je suis intermittent du spectacle comme on dit... et mon temps libre c’est pour moi le loisir. Je viens parce qu’il faut rester éveillé dans ce métier. Il faut être au courant, ça me permet de rester éveillé à des tas de choses [...].

68Ça m’est arrivé, par rapport à un casting, à un auteur que je ne connais pas de venir lire des ouvrages ou des critiques sur cet auteur par exemple. Ça peut être aussi par rapport à une chose qui m’a plu, un film que j’ai vu. J’ai envie d’en connaître un peu plus.

Vous avez diverses activités dans le domaine du spectacle ?

69Je suis, j’ai un peu tout fait, mais je suis plutôt comédien en ce moment. [...]

Donc aujourd’hui, vous apprenez que ça va fermer pendant deux ans. Comment vous réagissez par rapport à cette fermeture ?

70Tout dépend comment ils vont fermer. S’ils ferment en ouvrant un autre lieu qui ressemble à ce que c’était avant, ça va. J’ai entendu dire que ça pourrait être payant. Alors là je trouve que c’est dommage. [...] Je ne sais pas comment je vais réagir. [...] Je ne sais pas comment on peut réagir en tant qu’utilisateur, c’est difficile, on est assez isolé... C’est sûr que je manifesterai s’il y a une possibilité, à mon niveau, d’intervenir. Je ne sais pas si une pétition peut faire grand chose...

Mais ça vous gênerait d’apprendre qu’elle ferme...

71Ah oui, oui.

Que le Labo de langues disparaisse... ?

72Ah ben oui, alors là, ils ne vont pas faire ça quand même ?

Je ne sais pas... que ce soit payant, qu’il n’y ait plus d’expositions, qu’il n’y ait plus d’animations dans la bibliothèque...

73Ah non, oh là là...

74Ça vous gênerait ?

75Ah oui ! Non, non ça j’aimerais vraiment pas... Au contraire, c’est cette voie qu’il faut développer. [...]

76Justement, je me souviens d’une époque où il y avait un type qui dormait et discrètement un surveillant venait le réveiller mais sans plus... N’importe qui peut venir par hasard et découvrir autre chose. C’est comme les Maisons de la culture. Tout le monde doit avoir accès à un lieu comme ça, n’importe qui de la rue. Je ne sais pas comment ils font au niveau de la surveillance mais on ne sent pas trop la présence des gens qui surveillent et c’est bien.

77Je trouve qu’à la longue, on est toujours gagnant de laisser ouvert comme ça. Je crois que les gens s’éliminent d’office. Il ne faut pas faire de barrages, par le fric, par rapport au faciès ou à l’habit, je crois que c’est important ça, non ?

78Mais j’imagine qu’ici ça va bouger un peu. Ce sont des décisions qui sont prises comment ici, vous ne savez pas ?

C’est difficile, ça change beaucoup, le Centre devrait fermer pendant deux ans... Vous n’avez pas de lieu équivalent où aller si cet endroit ferme ?

79Je ne sais pas... Je me souviens, au début qu’il y avait les FNAC. On allait lire dans les FNAC et puis après quand on a connu ici... Ça a changé, de toute façon, les FNAC, c’est devenu autre chose. [...] J’ai l’impression d’avoir beaucoup parlé et j’ai pas dit grand chose. Vous faites ça pendant longtemps ?

Il faut aller vite puisque ça va bientôt fermer. Je trouve que chacun ici a une histoire avec le lieu et j’aime bien les histoires que chacun raconte. J’aime beaucoup votre histoire.

80Mais je n’ai pas dit des choses très personnelles... il y a des moments où on se livre plus, on ne sait pas pourquoi...

Milena. « Ici, je peux m’imaginer comme un écrivain, comme une artiste. »

81À l’extérieur du Laboratoire de langues, six téléviseurs munis d’écouteurs individuels sont disposés dos à dos, autour desquels les usagers s’installent en cercle. Ces postes diffusent en direct les émissions de chaînes étrangères transmises par câble ou satellite. Il y a une chaîne anglaise, allemande, italienne, portugaise, espagnole et russe. Chaque téléviseur a ses habitués (parfois les mêmes sur plusieurs postes) mais beaucoup doivent se contenter de l’image. En effet, il n’y a qu’un seul écouteur par téléviseur. Les plus assidus, ceux qui veulent l’écouteur, n’hésitent pas à se présenter dès l’ouverture de la bibliothèque.

82Beaucoup d’habitués recherchent ici un contact avec leur pays ou leur langue d’origine. La plupart se connaissent entre eux. On me parlera beaucoup des « Russes » qui occupent l’espace ces derniers mois. Ils se retrouvent autour des téléviseurs et sont parfois assez nombreux. Quelquefois bruyants et plutôt agités, ils ne sont pas toujours les bienvenus. Henri (on le verra au cours de son entretien) leur reproche de monopoliser les téléviseurs au détriment de ceux qui voudraient apprendre la langue. Il est vrai que tous ces postes très convoités rassemblent des publics différents pour des raisons différentes. Ici, on peut facilement joindre l’utile à l’agréable et partager ce qu’on regarde avec ses voisins. Un match de football peut par exemple réunir de nombreux spectateurs, absorbés devant le même poste, sans affecter l’ambiance studieuse des tables environnantes.

83Devant la télévision anglaise, Milena, l’écouteur sur une oreille, prête l’autre à la discussion que nous avons avec trois de ses voisins. Ils ont eux aussi remarqué qu’elle écoutait, le sourire aux lèvres en nous observant de temps en temps. « Demandez lui ce qu’elle en pense, elle vient souvent ici... » Elle a très envie de parler, de dire à quel point ce lieu est fondamental pour elle, d’affirmer que sa fermeture est une catastrophe parce qu’elle ne connaît pas d’endroit équivalent. Elle vient de Bosnie, elle a 41 ans. En France, depuis quatre ans, il faut « tout recommencer à zéro ». Là-bas, elle travaillait dans une banque mais l’économie ne l’intéresse plus. Dans cette bibliothèque où elle passe toutes ses journées, Milena a commencé par apprendre le français avant de passer à l’anglais. Mais surtout, c’est l’art qui l’intéresse. À la lumière, près des baies vitrées, elle a sa place et peut vivre parmi les livres comme dans les livres. Ici, elle ose dessiner et « c’est le Centre qui aide, qui inspire ». En effet, et même si elle ne va pas au musée, la bibliothèque est pour elle indissociable du Centre. Dans ce lieu ouvert à tous, elle a découvert une atmosphère dans laquelle elle se sent bien et libre. Plus qu’une bibliothèque, c’est pour Milena « une maison magique ».

Lundi 8 septembre, 13 heures

Cela vous fait réagir ?

84Je ne parle pas un français parfait.

Mais ça n’empêche pas...

85C’est pour le Centre ?

Oui

86Pour moi, c’est une maison magique... Je me sens toujours bien ici... Je suis de l’ex-Yougoslavie. Je suis en France depuis quatre ans et je me sens vraiment bien ici. Je trouve que c’est un endroit... un temple de la paix. C’est malheureux qu’il faut payer partout, pour tout... mais c’est le seul endroit où on se sent bien, il y a un accès pour tout le monde. Et maintenant, ça gêne, je ne sais pas qui, c’est dommage. Mais on va se débrouiller... C’est définitif que ça ferme ou ça peut être prolongé ?

Pour le moment, c’est définitif que ça ferme le 29 septembre pour deux ans

87C’est trop deux ans. C’est vraiment trop. Est-ce qu’ils vont tourner Beaubourg sur la tête ou qu’est-ce qu’ils vont faire ? Je ne sais pas. Il y a un peu de tout, il y a des gens malheureux mais ils se trouvent bien ici. Et pourquoi pas un temple pour les gens comme ça, ça ne me gêne pas. Quelquefois, on sent une odeur désagréable, mais si ça nous gêne, on s’en va. Pour moi, ce n’est pas désagréable, il faut quelque chose pour les gens comme ça aussi. Ce n’est pas la rue qui éduque les gens. Il y a des gens que je vois ici qui étaient avant un peu plus malheureux. Maintenant je les vois qui font des dessins, qui lisent. Mais j’ai vu aussi des riches... je vous dis des riches, pas des pauvres... qui arrachent les pages. J’ai essayé de réagir mais j’ai un peu peur. C’est toujours des hommes... Et ça me fait mal, ça m’arrache presque... comment on dit... des morceaux de ma chair... Ici, c’est gratuit, c’est bien, tu peux faire des photocopies, tu peux rester toute la journée sans problème, et il y a des gens qui arrachent...

88J’ai appris le français ici, grâce à Beaubourg. Je me débrouille... ce n’est pas parfait, mais ça va. C’est rageant qu’ils ferment. C’est dommage, encore quelques jours... C’est triste vraiment.

89Il y a des gens qui me connaissent ici et qui disent : « Si tu veux trouver Milena, tu vas au Centre Pompidou. » [...] Je travaillais à l’époque mais maintenant je ne travaille pas... je suis toujours ici... et je ne me sens pas mal... j’aime bien la liberté et c’est ça qui me fait du bien ici. On est libre. (...) Je parle pour moi comme ça, je réfléchis. (...) Voilà, ma petite histoire. Vous travaillez ici ?

90Oui.

91J’ai signé tout ce qu’il faut. Mais j’aimerais bien faire quelque chose ici. J’ai posé une candidature pour un petit travail CES, mais je n’ai pas la réponse. Ce n’est pas grave. Je travaille pour moi-même et c’est important finalement.

Depuis combien de temps venez-vous ici, à la bibliothèque ?

92Je suis en France depuis quatre ans et demi à peu près, presque cinq ans. Et j’ai découvert ça moi-même. L’ami chez qui j’habitais m’a dit que c’est un endroit dangereux, qu’il y a de la drogue, des gens désagréables, trop de violence. Mais moi je ne vois pas ça. Vous savez, ce sont un peu des snobs qui font des pubs pareilles (...). On a le Centre et c’est tout. C’est ma drogue. Je ne sais pas après ce que je vais faire.

Donc, vous venez tous les jours ?

93Pas vraiment tous les jours, mais presque. J’écris même à mes amis qui se trouvent partout, au Canada, en Suède, chez moi en Yougoslavie, en Bosnie Herzégovine... Là-bas, malheureusement, c’est une situation difficile.

94Je suis enthousiaste, j’ai amené plusieurs personnes, il y en a qui ont dit que les chaises sont dures, qu’il n’y a pas trop de choix... Ce sont des gens qui ne savent pas s’amuser eux-mêmes.

Et quand vous venez ici, où allez-vous exactement ?

95Je suis en train d’apprendre un peu l’anglais. Je suis ici devant la télévision et j’apprends aussi dans le Laboratoire de langues. J’aime bien l’art. Je suis dans l’espace... là-bas... Je fais des petits croquis. J’aime bien dessiner moi-même...

96Ma profession, c’est l’économie... je n’aime pas trop... J’ai travaillé pendant dix ans... Et après dix ans, vous devez repartir de zéro. C’est mon cas. Je travaillais dans une banque, c’était sérieux. Et maintenant, ici, je vois que l’économie c’est la politique, sale. Tout est sale dans l’économie et je ne me vois pas trop là-dedans. Alors, je me tourne vers l’art. Et c’est pour ça que je suis à Paris et dans le Centre...

Quand vous venez ici, vous restez longtemps ?

97Je reste toute la journée. Je sors pour manger mais je me prépare pour être ici toute la journée. J’aime ça. S’il fait beau, je sors un peu. L’art, la peinture, le dessin, les traits, les petits points... je vois de l’art partout, ça m’aide dans la vie vraiment. J’aime bien. Ce n’est pas ma profession, mais je conseille aux gens : même si on pense qu’on n’est pas trop doué, il faut essayer, ça aide dans la vie... pour écrire quelque chose, il faut s’exprimer... et c’est le Centre qui aide, qui inspire. Vous comprenez maintenant pourquoi je suis ici ? Ce n’est pas pour rien. C’est ma vie.

Et qu’y a-t-il de si particulier ici pour qu’on se sente inspiré ?

98Parce que c’est une atmosphère... C’est ça. Même si je ne dors pas bien, si j’ai mal à la tête, dès que j’entre ici... il n’y a plus rien. C’est vrai ça, c’est incroyable. C’est pour ça que je dis que c’est une maison magique pour moi. C’est vrai. Je parle avec beaucoup de plaisir, c’est pas partout... C’est un endroit où je me sens bien, et c’est pour ça que je parle...

C’est donc dans l’atmosphère ?

99Ce sont les gens qui font l’atmosphère, les gens qui travaillent ici... qui sont très corrects, je trouve... beaucoup de compréhension, même chez les gens de la sécurité. Il y a des gens qui dorment... je comprends... ça m’est arrivé aussi dans l’espace, là, pour les langues. On est fatigué mais on a envie d’apprendre aussi. On a les écouteurs, et tout d’un coup, on voit que ce n’est pas la bonne page. C’est la vie. Je ne cache pas la réalité. C’est naturel, si on a envie de se reposer. C’est un endroit aussi sans trop de bruit.

Il n’y a donc pas trop de bruit ici ?

100Non. Les gens réagissent quelquefois mais c’est sympa aussi. On a de tout, c’est ça qui est bien. Je n’aime pas vraiment voir les gens malheureux dans la rue, mais quand je vois qu’ils sont bien ici, ça me fait plaisir. C’est le Centre...

101Qu’est-ce qu’on va faire ? C’est dommage que ça ferme vraiment. [...] Ce n’est pas une bibliothèque, un musée d’art moderne... c’est tout ensemble.

Et il y a maintenant des gens que vous avez rencontrés ici et que vous connaissez ?

102J’aime bien parler avec les gens... On apprend toujours. Un geste, un mot quelquefois, et on apprend beaucoup [...]. Voilà le Centre, il est magnifique... encore quelques jours.

Vous venez toujours à l’ouverture ?

103Oui, oui [...] Le samedi et le dimanche, c’est encore plus tôt. C’est bien. Et jusqu’à 22 heures le soir... c’est vraiment magnifique. Je ne reste pas toujours jusqu’à 22 heures, mais c’est bien pour les gens qui travaillent. On a tout ici mais ça ferme, tout le monde est triste. Les gens qui travaillent ici aussi. Est-ce que les gens vont perdre leur travail ? Comment ça va se passer ?

Normalement, non. Tout le personnel avec un poste stable gardera son emploi (...). Et vous avez déjà réfléchi pour savoir s’il y avait une autre bibliothèque que celle-ci ?

104Oui, je connais, je suis inscrite à la Bibliothèque nationale, j’ai une carte, mais je suis maintenant ici tous les jours et j’ai payé 100 francs. C’est le prix pour les gens sans emploi. Parce qu’une entrée c’est 20 francs, donc c’est mieux de payer 100 francs pour toute l’année. J’en ai profité trois mois. J’étais curieuse... je suis allée un peu voir, mais ce n’est pas la même chose. Là-bas, c’est une église, c’est une atmosphère un peu... C’est pas mal, j’aime bien aussi, mais pour les gens, je vous dis un petit peu... moi, je peux lire toute la journée... mais pour les gens qui s’amusent autrement, ce n’est pas un endroit. Alors je pense à ces gens.

Et pour vous, c’est important que justement des gens...

105Oui, ils se sont trouvés bien ici. Je sais qu’il y a des gens qui ne savent pas quoi faire le mardi parce que c’est fermé... Moi j’ai trouvé une solution. Il y a une médiathèque à La Villette aussi. J’aime bien mais ce n’est pas la même chose, ce n’est pas le Centre Pompidou... Vous comprenez tout ce que je dis ?

Oui, vous parlez très bien le français

106Pas très bien... Je sais que je ne pourrai jamais m’exprimer comme dans ma langue mais j’avance et c’est le Centre Pompidou qui m’aide... L’Espace des langues est magnifique, je trouve... on est libre. Si on ne se sent pas bien, on sort et quand on est bien dans la tête, on retourne. C’est bien pour ça, c’est la liberté qui est bien.

Lorsque vous êtes arrivée en France, vous ne parliez pas du tout le français ?

107Non, pas du tout. C’était pour moi une catastrophe terrible de dire « une baguette » dans une boulangerie. Je savais que le pain est masculin et la baguette féminin et chez moi, c’est tout le contraire. Il n’y a pas d’articles. Mais vous voyez, maintenant, je parle. (...)

Et comment organisez-vous votre journée ici ?

108Je viens d’abord un peu ici, devant la télé, juste pour écouter. Quelquefois, on voit les nouvelles, on voit des choses. Pour me sentir un peu à l’aise, pour que je sois prête à aller dans le Laboratoire. Ensuite, je vais là-bas... J’ai mon coin, une chaise, la table, j’écris, je fais les exercices, je travaille.

Là-bas ?

109Oui... Je m’installe souvent à côté de la fenêtre... J’aime bien un peu de soleil, la lumière. On se repose, on regarde les gens... Je ne sais pas... La Bibliothèque nationale, c’est autre chose. Ici, les gens sont plus légers, c’est ça.

Et vous revenez plusieurs fois au Laboratoire dans la journée ?

110Oui, au moins deux fois. C’est important d’écouter une leçon et après, de la refaire pour que ça reste dans la tête. (...) Il faut un prix Nobel pour celui qui a inventé un endroit comme ça. C’est très bien imaginé... C’est pas simple, c’est pas facile... Tout est bien organisé, je trouve. Tout le monde se sent bien. C’est ça qui est important.

Vous pensez que tout a été prévu pour que chacun trouve sa place ici ?

111Je ne sais pas... est-ce que c’était prévu ? C’est aussi sûrement un hasard mais maintenant c’est comme ça. Et ce n’est pas pour rien tout ça. Je ne sais pas si c’est un team ou une personne, mais c’est excellent.

Ce n’est pas trop bruyant pour vous ici ?

112Non, ça ne me gêne pas. Il y a des gens qui mettent des bouchons dans les oreilles. On doit quelquefois un peu écouter les bruits... j’aime bien les bruits des oiseaux, de la forêt, de la mer mais ici, on a quelque chose d’autre et ce n’est pas mal non plus. Il y a des gens qui n’arrivent pas à se concentrer mais ce n’est pas mon cas. Ici, je peux m’imaginer comme un écrivain, comme une artiste... un jour, on ne sait pas... on rêve toujours qu’on va faire quelque chose de bien dans sa vie.

Notes

1 Sur le Laboratoire de langues, voir Jean-François Barbier-Bouvet, Babel il Beaubourg : l’autodidaxie linguistique à la B.P.I., Bpi-Centre Pompidou, 1982.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access