Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

Des lecteurs de quotidiens

Texte intégral

1On accède à la bibliothèque par le deuxième étage, dont une partie est occupée par l’administration. L’espace qui reste a la disposition du public concentre un incroyable fourmillement d’activités. C’est d’abord un couloir à double sens, passage obligé de tous ceux qui entrent ou sortent. Avant même de passer les portillons de contrôle, le visiteur traverse un espace où sont installés des téléphones, une librairie, des écrans Internet, un bureau d’accueil et le poste des agents de sécurité, tandis qu’une allée conduit directement aux toilettes. Derrière les portillons, se trouvent les escalators qui conduisent au premier ou troisième étage, l’entrée de l’administration, un bureau d’information, des postes de consultation de cédéroms et du catalogue, un espace d’exposition, le service des dossiers de presse appelé Public Info, et le bureau de reproduction des microfilms.

2Un bloc de trois tables, capables d’accueillir cinquante lecteurs, est encadré par le bureau d’information et par des rayonnages qui proposent, d’un côté, bibliographies et dictionnaires encyclopédiques, de l’autre, des périodiques ainsi que des ouvrages sur la lecture, la bibliothéconomie, la documentation, la presse ou ce qu’on appelle la communication. Il y a là encore deux photocopieuses, un espace consacré au visionnement des microfilms, un autre au catalogue informatisé de la Bpi.

3Les usagers cherchent une place en fonction des motifs de leur visite ou des types de documents qu’ils utilisent. Beaucoup sont debout devant les écrans. Une cloison vitrée protège les lecteurs installés aux tables du passage vers les toilettes et supporte, un peu plus loin, un présentoir avec un choix de quotidiens de plusieurs pays.

4Ici, plus qu’ailleurs, les publics les plus variés se côtoient. Cependant, on remarque parmi eux des usagers qu’on ne retrouve qu’à la Salle d’actualité au rez-de-chaussée du Centre, des lecteurs de quotidiens. La lecture du journal est une activité plutôt masculine a la Bpi et elle se distingue des pratiques étudiantes par l’absence de tout dispositif d’écriture. Ceux qui lisent le journal n’ont pas de crayon à la main ni de papier sur la table. Le cartable, la sacoche, le sac à dos sont des ustensiles superflus, et la plupart viennent les mains libres. La lecture du journal justifie à elle seule les longues heures passées à la même place. Rares sont ceux qui ont une place attitrée mais on les retrouve en général installés à l’une des trois tables proches du présentoir. C’est une activité parfaitement légitime qu’ils assument entièrement, dès lors qu’elle se situe dans cet espace où la pratique est dictée par l’offre. Ils emportent rarement leur journal pour aller le lire ailleurs, à un autre étage où ils se retrouveraient isolés avec leur « passetemps » au milieu des autres lecteurs de la Bpi. S’ils voyagent dans les espaces de la bibliothèque, c’est pour consulter des livres qu’ils prendront « uniquement pour lire » sans prendre de notes comme le font les étudiants. Certains se retrouvent aussi aux Télévisions du monde où ils peuvent suivre l’actualité dans la langue et le pays de leur choix. Mais c’est bien à la Bpi qu’ils viennent régulièrement lire la presse et nulle part ailleurs, ni chez eux, ni au café du coin. Pourtant, ils n’hésitent pas à apporter leur propre quotidien, le journal du jour étant très convoité et difficilement accessible à la Bpi.

5Mme Lombardi apporte Le Parisien qu’elle donne ensuite à M. Truchet Steven vient avec Le Figaro qu’il laisse dans les présentoirs avant de partir. Tous trois sont retraités et passent beaucoup de temps à ta Bpi. Ils n’ont pas d’ambition particulière en venant ici, pas de grand projet pour l’avenir. C’est avant tout un passe-temps, une promenade, une distraction sérieuse.

6Je ne sais pas comment M. Truchet et Mme Lombardi se sont rapprochés pour réussir un jour à se parler, mais ils se sont rencontrés ici. Ils ne connaissent pas beaucoup de monde à ta Bpi. Tous deux sont très intrigués par le comportement de Steven que je connais aussi pour l’avoir longuement observe. Cette enquête sera l’occasion de dialoguer avec lui sous le regard étonné des deux autres qui ne manqueront pas de réagir...

Mme Lombardi

7Mme Lombardi vient d’assister à ma rencontre avec Steven. Pendant l’entretien, elle était assise juste en face de nous, à côté de M. Truchet. Je m’empresse de la rejoindre dans les rayons où elle est partie à la recherche d’un article paru dans L’Illustration. Je l’aborde pour la première fois.

8Vous m’avez vu en train de parler avec le monsieur qui était en face de vous...

9Oui, parce qu’il ne parle jamais, c’est pour ça que je suis surprise. Il y a longtemps que ce monsieur vient, on ne l’a jamais vu parler. D’ailleurs, je me demandais s’il parlait français parce qu’on ne l’a jamais entendu parler. J’étais très surprise. Vous le connaissez ?

10Je le vois régulièrement ici, comme je vois monsieur Truchet...

11Vous connaissez monsieur Truchet ?

12Je le vois depuis des années ici...

13Moi aussi c’est pareil, je ne le connais pas particulièrement, mais comme je viens aussi... J’habite le quartier, je viens assez régulièrement, alors je parle à ce monsieur, il est content. Il ne connaît personne non plus. Mais le monsieur, là, il est de quelle origine ce monsieur-là ?

14Je viens d’apprendre qu’il est de l’île Maurice. Ah !

15On s’est longtemps demandé ! Ah... il est de l’île Maurice ! Oui et puis alors je me disais il ne doit pas parler français, il ne parle jamais, mais là il a très bien parlé. Mais qu’est-ce qu’il fait comme ça tout seul ? Je suis curieuse...

16J’enregistre notre conversation...

17Ah non alors je ne veux pas.

18Je fais un travail pour la bibliothèque.

19Ah je n’avais pas vu que vous aviez ça...

20J’ai aussi enregistré ce monsieur Je craignais qu’il refuse parce que, moi non plus, je ne l’ai jamais vu parler avec personne...

21Non, il ne parle jamais, c’est pour ça que j’étais très surprise. Il avait l’air de vous connaître...

22Non c’est la première fois que je lui adressais la parole. Monsieur Truchet m’a dit qu’ils se connaissaient de vue...

23Ah, c’est vous qui avez interviewé monsieur Truchet ! L’autre jour il m’a dit : « Il y a un monsieur qui m’a parlé longtemps. » Ah bon !

24C’est surtout lui qui m’a beaucoup parlé.

25Oui, parce qu’il s’ennuie, oui, il s’ennuie, ah bon, bon, bon...

26Le monsieur de l’île Maurice vient ici depuis qu’il est à la retraite...

27Ah ? Je ne le voyais pas avoir 60 ans cet homme-là. Je ne lui aurais pas donné cet âge-là, ah bon... Je trouvais que c’était un cas parce qu’il ne parlait jamais. Il avait souvent des livres devant lui, des journaux et il les regardait à peine, alors on se demandait ce qu’il faisait là. Monsieur Truchet m’a dit : « C’est peut-être un surveillant. » C’est peut-être quelque chose comme ça, non. Mais où est-ce que vous allez mettre ça ?

28C’est pour la bibliothèque. On a envie de mieux connaître les gens qui viennent régulièrement à la bibliothèque. Tout le monde se pose ces questions-là finalement...

29Ben oui, moi je fais pareil.

30Et vous n’avez jamais eu l’occasion de vous parler ?

31Avec ce monsieur-là ? Non, moi je me suis dit qu’il ne parlait peut-être pas français et il n’avait pas l’air d’avoir envie de parler, alors... Je viens assez souvent mais comme ça va fermer, je ne viendrai plus. Ça va fermer ici ?

32Bientôt.

33J’habite le quartier, ça me faisait une promenade.

34Vous venez depuis combien de temps ?

35Depuis longtemps, depuis que je ne travaille plus. Je m’ennuyais à mourir et j’ai trouvé cet endroit formidable, il y a un contact humain, on n’est pas tout seul. J’ai des collègues qui ne me comprennent pas, qui me disent : « Je ne te comprends pas, tu n’as qu’à rester chez toi avec un bon livre et tu seras très bien », mais j’ai dit : « C’est pas la même chose ! » Non, ils ne comprenaient pas. Ici, j’ai un livre, d’accord, mais je sais qu’il y a du monde, il y a quelque chose qu’on ne trouve pas chez soi toute seule, voilà, c’est tout...

36Ça a l’air de vous embêter mon appareil, mais ne vous inquiétez pas...

37Non, ça ne fait rien... Je sais que ce Centre m’a rendu un grand service parce que j’avais fait comme de la dépression nerveuse. Je m’ennuyais. J’ai travaillé quarante ans avec beaucoup de monde et puis tout d’un coup mon mari est décédé, mes enfants sont grands, alors je me suis retrouvée toute seule. Je suis venue à cette bibliothèque, comme j’habite dans le coin, je viens des fois à pied, c’est très agréable, ça change les idées.

38Vous ne venez pas forcément à des jours réguliers ?

39Vous savez, je ne suis pas tout le temps ici. Je pars demain, par exemple. J’ai une petite maison dans la campagne, dans l’Yonne exactement. Je vais partir quinze jours, je reviens, je repars, puisque je ne travaille plus. C’est normal, je suis vieille moi.

40Et que faisiez vous comme travail ?

41J’ai été dans les Télécoms pendant quarante ans. Très intéressant. Ah oui !

42C’était un travail qui vous plaisait ?

43Oui surtout avec l’étranger, avec l’Amérique, tout ça. Il fallait parler anglais, c’était formidable. C’était dans le coin, rue des Archives, tout à côté.

44Vous n’avez jamais quitté le quartier ?

45Non, et j’habite le quartier, dans le Marais. Je trouve que c’est formidable par ici et demain je vais dans ma petite maison de campagne. Je prends le train à la gare de Lyon qui n’est pas loin non plus, c’est bien. Je vais partir quinze jours, je reviendrai, et je marie mon fils dans quinze jours aussi, alors j’ai plein de problèmes avec ça. Oh là là, enfin c’est pas grave. Je vais vous laisser.

46Vous ne voulez pas encore me parler un petit peu de cette bibliothèque. J’ai envie d’avoir votre avis sur cette bibliothèque...

47Oui, évidemment il n’y a que ça qui vous intéresse, bien sûr, cette bibliothèque... Moi, ce qui m’intéresse, ce sont les journaux. J’aime aussi beaucoup les fameuses illustration. C’est formidable, les années passées, avec tout ce qui s’est passé dans ces années-là. Ça remonte très loin... dans les années 1800. C’est très intéressant et je vous dis... il y a ce fameux contact.

48Je viens, ça me promène. Mes collègues me disent : « Tu devrais aller dans les magasins. » Oui, c’est très agréable, je fais les magasins aussi, mais c’est fatigant. Je leur dis que je vais à mon Centre Pompidou, à la bibliothèque. Je suis assise et je suis bien ! Je trouve qu’il ne fait pas chaud en ce moment. La climatisation est un peu trop forte, mais enfin c’est rien... Je vais aller m’asseoir.

49Vous venez à des horaires particuliers ?

50Je me promène avant, donc je viens ici vers quatre heures et demie, cinq heures moins le quart. Je reste deux heures. Je prends le bus et je rentre chez moi tout de suite et ça m’a fait une bonne journée.

51Et vous restez essentiellement dans ce secteur-là, où il y a L’Illustration ?

52Oui, c’est idiot parce qu’on me dit qu’il y a d’autres salles qui sont très bien mais pour l’instant j’aime bien lire les journaux, les nouvelles. Il y a souvent des Match mais ils sont très difficiles à avoir les Match. Quand je n’ai plus rien à lire, je viens me ressourcer dans ce qui s’est passé il y a longtemps parce que ce sont les Illustration des années 1 800 et quelque chose. Par exemple, je vais prendre 1931. J’étais née mais j’étais toute petite, alors je vais retrouver un tas de choses là-dessus... Je ne sais pas si je me rappellerai aussi...

53Et vous avez une idée de ce que vous allez faire après la fermeture ?

54Oh ça ne me dérange pas, vous savez moi j’ai beaucoup d’amis à Paris. J’ai beaucoup de collègues, je sors beaucoup. Je ne sais pas, je crois qu’il va y avoir quelque chose. Je viendrai voir, sinon je m’occuperai. Avant, j’allais aussi au Palais de Justice, c’est très intéressant, écouter des procès à la Correctionnelle. C’est très amusant aussi pour passer son temps.

55Mais vous avez des enfants, non ?

56Oui, mais ils sont grands. Il y en a un qui est à Lyon mais je ne le vois pas souvent. L’autre est à Paris, je ne le vois pas non plus, enfin... je le vois plus souvent lui. C’est comme ça la vie. Quand on vieillit, on n’a plus personne autour de soi alors... enfin, j’ai des amis il ne faut pas que je me plaigne.

57Et ici vous rencontrez des amis ?

58J’ai ce monsieur qui est charmant, ce vieux monsieur, il est charmant. Il y avait une dame avec sa fille. Oui, j’ai rencontré deux ou trois personnes mais en principe c’est interdit de parler, tout au moins, il ne faut pas parler fort. Plusieurs fois, on s’est fait disputer : « Ici, c’est interdit de parler. » Il y avait des gens qui se plaignaient. Là, en ce moment, ils ne disent rien mais...

59Nous, au début, on parlait doucement, après le ton est monté, personne n’a rien dit...

60Oui, mais ça dépend. Quelquefois vous vous trouvez avec des gens qui ne veulent pas qu’on parle, ils nous le disent. Il y en a qui le disent même assez méchamment, mais enfin là, en ce moment, c’est assez calme. Bon, je vais aller m’asseoir.

61Oui, je vous embête là...

62Non, non, non...

63Nous allons nous asseoir à côté de M. Truchet.

64Ici on est bien. Ce que j’apprécie, c’est le calme et le repos. Ici, on ne peut pas être mieux...

65Mais vous vous ne vous plaignez pas du monde ou du bruit qu’il y a ici ?

66Non, il n’y a pas de bruit. Le monde ? IL y a de tout ici. Je ne peux pas me plaindre, c’est pour tout le monde ici. Je n’ai à me plaindre de personne, tout le monde est correct.

67Et pour vous, c’est un endroit qui est calme ?

68Oui, puisqu’on ne parle pas, je trouve que c’est très calme ici.

69On peut se reposer. Je trouve que je me repose ici. On lit, on est bien. On voit du monde, ça change les idées. Moi je dis beaucoup de bien de cette bibliothèque. Je remercie monsieur Pompidou, enfin, je ne l’ai pas connu personnellement. Je l’ai connu quand il était président de la République. C’est lui qui a fait faire le Centre. C’est formidable. Évidemment, on me dit : « C’est pas beau ce Centre. » Extérieurement... mais intérieurement c’est bien. Extérieurement évidemment, on ne peut pas dire que ce soit beau, mais intérieurement je trouve qu’on est bien, très bien. Voilà, c’est tout.

70Et vous me disiez que vous venez depuis combien de temps ?

71Ça fait bien dix ans que je viens ici, je suis à la retraite depuis 82... oui... dix, douze ans. Presque régulièrement parce que lorsque je suis à Paris, presque tous les jours je viens ici... à moins que je sorte avec une amie mais très souvent, je viens ici.

72Ça vous arrive de venir avec des amies ici ?

73Pas beaucoup parce que d’abord elles habitent loin d’ici, elles ne peuvent pas venir, non mais je rencontre le monsieur. Il y avait une dame aussi avec sa fille, plusieurs fois j’ai rencontré d’autres personnes, c’est bien, mais enfin, dans l’ensemble ce sont plutôt des personnes jeunes ici quand même. Il n’y a pas beaucoup de personnes âgées. Il y a beaucoup plus de personnes jeunes que de personnes âgées... beaucoup d’étudiants, je suppose, qui prennent des notes. Moi c’est pas le cas, c’est pour lire. Alors vous faites ça pour le compte du Centre ? (...)

74Pour la bibliothèque.

75Ah bon ? Alors, j’aimerais bien leur demander pourquoi il n’y a pas de Match, vous savez le journal Match, on ne peut pas le trouver. Je ne sais pas ce qu’ils en font. C’est ici qu’il doit être...

76Elle se retourne et aperçoit un exemplaire du quotidien Le Parisien aux mains d’un lecteur.

77Ah ben, c’est le mien ça... qu’est-ce qu’il fabrique avec mon journal ? Pourquoi il est là-bas ? Monsieur ! c’est mon journal ! Il était derrière, quelqu’un l’a pris, oui... mais il est à moi... non, d’aujourd’hui... Oui, mais il était derrière, quelqu’un me l’avait pris... Oh, c’est pas grave...

78Vous venez avec vos propres journaux ?

79Moi, j’achète Le Parisien tous les jours, régulièrement. Je le lis chez moi et je l’amène au monsieur pour qu’il le lise et je le remmène pour moi parce qu’il y a la télévision... je ne sais plus les mots...

80Les programmes...

81Les programmes... C’est pour ça que je le remmène. Je lui amène. Il est content de le lire. Lui, il achète Le Figaro, alors moi, je lui amène Le Parisien.

82Vous avez amené France-Soir aujourd’hui ?

83Oui, ce France-Soir c’est spécial. C’est mon concierge qui me l’a donné. C’est un journal gratuit vous voyez, « Ne peut être vendu », il est offert. Mais il est tout seul ce monsieur que vous avez interviewé tout à l’heure de l’île Maurice ? II a l’air vraiment tout seul !

84Il a de la famille mais en fait il n’a pas d’enfants, je pense qu’il vit seul oui...

85Il vit seul, oui... Parce qu’on le voit tout le temps seul et il ne parle jamais ! C’est la première fois. J’ai même dit au monsieur : « Mais dites-moi, le monsieur, il parle ! » Jamais il ne parle, il ne parle à personne. J’étais très surprise qu’il vous parle... très. En plus, je me disais : « Est-ce qu’il parle français ? On ne l’a jamais entendu parler. »

86Je ne savais pas non plus comment il réagirait. J’ai pensé que peut être il aurait été un peu...

87Non, il a bien réagi, c’est bien. Il a dû être content. Il ne parle à personne, personne ne lui parle, mais lui, il est régulièrement là tous les jours.

M. Truchet

88Pendant l’entretien que nous avions eu quelques jours auparavant, M. Truchet m avait déjà fait la description d’un « mystérieux » personnage. Je lui avais demandé si, au cours de ces vingt années de présence assidue à la Bpi, il avait fait des connaissances... Voici la réponse qu’il m’avait faite :

89Je ne connais pas les gens d’ici. Je connais une dame qui vient de temps en temps... des fois elle me demande des trucs, elle est retraitée aussi, mais ça ne va pas plus loin.

90Au point de vue public ici, je ne connais personne. Je ne connais pas, c’est passager. Vous me connaissez parce que vous m’avez remarqué ici peut-être, mais moi je ne connais personne, personne. Alors si... si... je connais... il y a un Noir qui est là tous les jours, alors lui il est mystérieux ! Il est là depuis des années. Vous voyez qui c’est ce Noir qui est là, toujours à la même place ?... Il ne lit rien. À 6 heures tapantes, il va se laver les mains, alors je pense qu’il est employé ici... Il fait quelqu’un qui a l’air d’être assis pour lire. Je ne sais pas s’il est inspecteur ici... pas inspecteur mais il est peut-être chargé... de voir si quelqu’un déchire quelque chose dans un livre. Vous ne voyez pas qui c’est ? Il est toujours correctement habillé...

91Il a un peu le type hindou. Ça fait des années qu’il vient là et il intrigue tout le monde. J’ai fini par voir sa tête. Il ne parle à personne non plus. Il n’a rien à faire. Je ne l’ai jamais vu lire un livre ici. Il y en a des livres, il ne lit pas. Je ne sais pas si les autres l’ont remarqué, moi je l’ai vu. [...]

92Aujourd’hui, M. Truchet vient d’être le témoin, avec sa voisine, de ma rencontre avec Steven. Quand je l’aborde pour avoir ses réactions, il me demande immédiatement de quelle nationalité il est.

93Il vient de l’île Maurice.

94On pensait bien qu’il devait être Hindou. Mais justement, à l’île Maurice, c’est peuplé d’Hindous comme à la Réunion. Alors là ça y est, on ne s’était pas trompé ! Il ne vous a pas parlé de lui ? Il ne dit rien, il est assez discret...

95Si, il m’a parlé de lui...

96Moi, je le vois au moins depuis sept ou huit ans ici, plus que ça même.

97Il m’a dit qu’il venait là depuis qu’il est à la retraite.

98Il est déjà en retraite... Il était peut-être dans l’armée non ? On ne sait pas.

99Je pense que vous pouvez très facilement aller lui parler. Il sera ravi, il m’a dit aussi qu’il vous connaît...

100Il est comme moi, il ne parle à personne... Alors vous, vous m’avez eu mais sans ça je ne parle pas beaucoup... Je ne connais personne. Alors vous l’avez développé mon entretien ?... parce qu’il est décousu, c’était au fur et à mesure, je vous ai parlé de la Nouvelle-Calédonie, du bagne, autant que je me rappelle. Qu’est-ce que je vous ai dit encore ?

101Tout votre parcours là-bas, en Nouvelle-Caledonie, vous m’avez beaucoup parlé du bagne.

102Oui, je vous ai parlé du bagne mais c’était un besoin de parler, de me défouler un peu parce que je suis trop concentré sur moi, et puis j’ai d’autres histoires, alors si vous recommencez non... non... C’est pas que je ne veux pas recommencer, mais aujourd’hui je suis fatigué... Je ne vous ai pas regardé quand vous parliez, j’ai dit : « Tiens, il parle avec le Noir », alors je croyais que c’était quelqu’un que vous connaissiez, mais vous l’aviez remarqué aussi ?

103Oui, comme vous... je suis allé le voir et je lui ai dit que je le voyais ici depuis longtemps...

104Mais alors comment se fait-il qu’il est toujours à la même place ? Et qu’il ne lit rien ? II ne lit pas... Il ne lit pas comme moi par exemple, là des livres. Ça, ce sont des recueils de plusieurs journaux du siècle dernier, sous Napoléon III.

105Lui, il lit les journaux, il lit beaucoup Le Figaro et le Herald Tribune aussi.

106Oh oui, il lit Le Figaro des fois mais il a toujours la même page ouverte et il ne bouge pas. Il regarde partout ou il dort... des fois il s’endort à la table. Il s’est déjà endormi... Il n’a pas l’air malheureux peut-être ?

107Non, mais je crois que vous pouvez vraiment aller lui parler, vous n’avez qu’à lui demander...

108Il voudrait peut-être parler à quelqu’un, c’est ça peut-être...

109Il a été très très gentil.

110C’est peut-être un timide dans le fond. Il n’ose pas parler peut-être. Moi vous savez on ne me parle pas, je ne parle pas. Alors là si je commence à parler avec vous, il y en a pour une heure.

111M. Truchet, lui, lit beaucoup et pas seulement les journaux. Même s’il n’a rien écrit, s’il n’a pas pris de notes, il a beaucoup appris en venant ici. Il ne pourra pas finir tout ce qu’il voulait faire avant la fermeture. Il parle de ses lectures comme d’un grand voyage qui traverserait toutes les disciplines et tous les espaces géographiques de la Bpi. En spécialiste de la navigation et des naufrages, il constate que beaucoup de livres ont disparu. Il y en a d’autres qu’il pense être le seul à consulter et aussi trop de livres qui ne seront jamais lus par personne. Il connaît les rayons et peut indiquer le chemin à ceux qui sont perdus. Il s’émerveille de tout ce qu’on trouve ici. Au cours de ses expéditions, il croise ou imagine des lecteurs qu’il associe et confond avec te sujet des livres qu’il trouve. « Il y a tout... le jardinier, le cultivateur, les fleurs... »

112Mais en explorant les rayons de la Bpi, c’est son passé qu’il retrouve et fait revivre ici. Il est né en Nouvelle-Calédonie il y a quatre-vingt-dix ans. C’était au temps des bagnards et il connaît beaucoup d’histoires du bagne qu’il ne partage plus avec personne aujourd’hui. Nous avons néanmoins choisi, dans le texte de l’entretien qui suit, de couper les longs développements relatifs à son histoire en Nouvelle Calédonie qui ne présentaient pas un intérêt direct pour notre étude.

113Vous venez depuis combien de temps ?

114Moi je viens depuis le début, depuis 76 je viens ici, tous les jours, tous les jours, même le dimanche. Et ici c’est unique. J’ai bien trouvé d’autres bibliothèques municipales mais il n’y a pas le choix d’ici. Je ne connais pas la nouvelle bibliothèque créée par Mitterrand, je n’y suis jamais allé. Je ne voudrais pas que ça ferme... ça me manque moi. C’est la seule distraction que j’ai de venir ici Je m’ennuie chez moi. Et puis ici, on voit des gens qu’on connaît à la longue, pas beaucoup mais enfin... Il faudrait vous raconter, mais il faut des heures...

115Allez-y...

116Ça me vient pas et ça me fatigue parce que je parle très peu, je n’ai pas l’occasion de parler. Je lis beaucoup pour moi, je lis aussi bien de l’histoire de France, je consulte la géographie, la médecine... De la médecine, je saute aux chemins de fer, je fais de la navigation... la littérature, pas beaucoup... je ne lis pas les romans, moi. Je lis tout ce qui est sciences, l’astronomie aussi et je suis content...

117Je vois la fermeture avec regret. J’ai 90 ans, ça ne se voit pas mais je ne sais pas si je serai là pour la réouverture. J’ai beaucoup appris depuis que je suis ici, je me suis perfectionné... beaucoup de choses que je ne savais pas.

118D’abord le personnel a toujours été gentil. Ils ne m’ont jamais ennuyé. Je fais ce que je veux. Je connais les rayons. Des fois, j’indique à des gens qui ne savent pas, je leur dis : « Venez voir, c’est là que vous allez trouver ça. »

119Je constate que beaucoup de livres ont disparu et sont introuvables ailleurs. Et je me suis perfectionné... sur l’histoire de France, je lis beaucoup l’histoire de France, je fais des recherches.

120Je connais même un Portoricain qui vient depuis des années ici. C’est le seul de Porto-Rico qui vient à Pompidou pendant ses vacances. La première des choses qu’il fait, c’est de venir ici. Il me demande des choses que je dois trouver pour lui. Il vient pour se perfectionner en français. Il est content de trouver ces choses-là. Cette année, il n’a pas pu venir. C’est la première fois depuis douze ans. Ça l’intéresse parce qu’il ne trouve pas à Porto-Rico une bibliothèque comme celle-là. Vous voyez, ici, ça a du succès.

121J’ai déjà lu toute L’Illustration qui commence en 1846, je crois. Je les ai tous lus, c’est-à-dire que je les ai tous feuilletés année par année. Heureusement que cette collection est conservée ici précieusement parce qu’elle est difficile à avoir sauf à la Bibliothèque nationale. Puis j’admire toute la collection d’atlas qu’il y a, les cartes sont magnifiques. J’ai lu beaucoup de choses sur la géographie. Parfois, je vais voir des récits sur le cinéma d’autrefois, sur certains films avec des vieux acteurs d’autrefois qui sont là, conservés.

122Je pars avec regret parce que je ne sais pas où je vais trouver tout ça. J’espère que vous allez reclasser sérieusement ce qui manque et remplacer les livres disparus parce que je vous signale qu’il y en a beaucoup, surtout dans les livres de navigation, sur l’histoire des bateaux d’autrefois. Vous avez des ouvrages sur Napoléon qui étaient magnifiques et qui ont disparu. Sinon, je ne me suis pas perfectionné en anglais, j’ai pas cherché.

123J’ai fait des recherches sur des livres introuvables ailleurs, que vous ne trouvez pas dans les bibliothèques municipales et je me demande où on a pu trouver tout ça ? Par exemple il y avait des livres imprimés en Belgique, magnifiques, ils y sont encore. Et vous avez les grosses encyclopédies. Vous avez la grande du xixe siècle en dix-sept volumes qui est là intacte, vous savez, celle qui est écrit fin, il n’y a pas d’images dedans... mais toutes les bibliothèques municipales n’ont pas ça.

124J’ai vu beaucoup de choses et je pars avec regret parce que j’aurais voulu fouiller ce que j’ai pas vu. Ailleurs, il y a quelques livres mais vous n’avez pas ce choix. Ici ça part du temps des Gaulois jusqu’à la dernière guerre et ce qui est intéressant c’est l’histoire de l’Occupation en sept ou huit volumes qui part de 1940 avec l’arrivée des Allemands. Vous voyez où c’est, là-haut ? C’est moi qui la consulte souvent, et je suis le seul à consulter certains ouvrages que personne ne prend.

125L Illustration, je peux vous le dire, est rarement consultée, sauf par des personnes âgées. J’ai jamais vu un jeune homme en train de lire L’Illustration, un étudiant quelconque lire L’Illustration.

126L’Illustration est respectée, on n’a pas déchiré beaucoup d’articles. On n’a rien coupé dedans parce que ça n’intéresse pas certains qui veulent les choses de maintenant, vous voyez ce que je veux dire ?

127Je constate que beaucoup de livres intéressants ont disparu, alors si on pouvait les remettre. Je ne peux pas vous en dire plus, il faudrait que je vous revoie pour ça... J’aime bien les récits d’autrefois, des grands navigateurs d’autrefois. Les grands navigateurs, je les ai retrouvés ici, les atlas et certaines cartes, il y a un rayon là-haut de géographie qui est parfait. Je trouve qu’on achète même trop de livres qui ne seront jamais lus, par exemple des livres avec des mathématiques dedans.

128Je constate qu’il y a des pharmaciens qui viennent se renseigner. Il y a tout... le jardinier, le pâtissier, le cultivateur, les fleurs...

129Comment vont-ils faire pour trouver six cents places ici pendant deux ans ? Ils ont installé quelque chose là dans le fond, dans le supermarché qui a fermé. Là-dedans, ça ne sera pas pratique parce que c’est humide et l’éclairage est défectueux. Ils pourront mettre de bonnes lampes et puis ça fait souterrain. Ici, il y a de l’air, mais là-bas vous verrez... Enfin.je crois que je vous en ai assez dit...

130C’est ici que vous vous installez ?

131Je lis ici les journaux courants. Il y a une dame qui vient me parler souvent. Si elle a un journal, elle me le passe. Ça ne va pas plus loin.

132C’est là-haut que je lis le plus. Il y a tout là-bas : médecine, aviation, pharmacie... les dentistes, je suis sûr qu’ils viennent prendre des renseignements ici. Il y a de tout, pour les maîtres d’école par exemple, l’éducation.

133Et vous avez l’habitude de venir lire les journaux ici ?

134Je viens lire les journaux du jour. Je lis Le Figaro. Je l’achète chez moi. Je ne vois pas pourquoi je continue à acheter Le Figaro puisqu’il est ici. Il y a des choses qu’on ne trouve pas dans d’autres journaux. Par exemple, ils ont des récits scientifiques, je ne sais pas où ils ont découvert ça. Au point de vue politique, c’est trop ardu à lire. Je m’en occupe pas beaucoup de la politique. (...)

135Vous venez tous les jours, à quel moment de la journée ?

136Ici, je viens l’après-midi, jamais le matin, souvent entre 3 et 4 heures parce que des fois je regarde la télévision l’après-midi. Moi, je sais beaucoup de choses parce que j’ai beaucoup lu dans ma vie. J’ai été un pilier de bibliothèque dès que j’ai été au collège.

137Je suis né en Nouvelle-Calédonie, à vingt mille kilomètres d’ici. Je ne trouverais pas ça là-bas et je n’y retournerai plus parce que je suis retraité. C’est fini la Nouvelle-Calédonie, tandis que moi j’ai trouvé ici l’histoire de la Nouvelle-Calédonie en cinq volumes et j’ai trouvé des choses qu’on pouvait encore rajouter là-dedans, des histoires que je connais et puis il y a des personnages que je connais.

138Sur certaines photos, il y a un sportif par exemple... c’était un de mes cousins, je ne me rappelle plus quand il avait gagné... Vous voyez la série de la Nouvelle-Calédonie qui est en cinq volumes... et il n’y a pas tout dedans.

139Je me suis spécialisé sur les naufrages en Nouvelle-Calédonie. Ce sont des naufrages que je connais mais qui ne sont pas connus en France. Je suis resté en Nouvelle-Calédonie jusqu’à l’âge de 21 ans et puis j’ai navigué. Je suis venu en France avant la guerre et je suis reparti quarante-sept ans après, alors je n’ai plus trouvé Nouméa comme je l’avais vue pendant mon enfance. Dans mon enfance c’était sauvage la Nouvelle-Calédonie, il n’y avait pas de routes, pas d’autos. J’ai connu les chevaux, le Far-West d’Amérique qui est là-bas. J’ai connu la mer, le corail...

140Tout ça est bien relaté dans la partie sur la Nouvelle-Calédonie, vous voyez où c’est ? Il y a tout. Il y a même des livres qui sont inexacts parce que pendant mon enfance c’était pas ça. Ceux de maintenant racontent ce qu’ils ont vu mais ils oublient qu’il y a eu un passé en Nouvelle Calédonie.

141J’ai connu la Nouvelle-Calédonie du temps des bagnes. Il y a eu près de dix-huit mille forçats qui sont venus par bateaux, à la voile, et mon père lui aussi était venu à la voile. Il a mis cent trente-six jours par le Cap Horn. Il était jeune soldat. Il y avait en Nouvelle-Calédonie des descendants du bagne et des hommes libres. Je descends d’un milieu libre, mon père était à la Justice, il était huissier. Il y avait en Nouvelle Calédonie... (...)

142Ici, je lui demande s’il a fait des connaissances à la Bpi [voir texte plus haut].

143À la bibliothèque, vous n’avez jamais rencontré de gens de Nouvelle Calédonie ?

144Non jamais, et pourtant je consulte souvent là-bas... La dame que je connais n’est pas de Calédonie. Elle a été fonctionnaire. Elle ne connaît pas... c’est moi qui lui raconte des histoires de Calédonie. Elle n’a aucune idée. Elle me demande des trucs sur l’histoire de France. Il y a beaucoup de gens qui ne savent rien, on ne peut pas parler avec eux. Vous voyez, je suis content de parler avec vous, vous avez une bonne documentation. Je ne parle jamais, je n’ai personne avec qui parler. Si quelqu’un s’intéresse à quelque chose, j’ai plaisir à dire, sans ça je ne parle pas, je suis tout seul.

145Des fois, j’ai des réunions avec des retraités, impossible de parler avec eux, ils ne s’intéressent à rien, il y en a un qui a été trente-cinq ans chez Renault, il a travaillé tous les jours pendant trente-cinq ans à faire la même pièce. Il n’a jamais rien vu d’autre en trente-cinq ans, je ne peux pas parler de Nouvelle-Calédonie. Il n’a presque pas d’instruction, il dit : « Mais qu’est-ce que c’est, c’est loin, c’est pas la Californie ? ». Il y a des gens qui ne connaissent rien du tout. Même un type bien, un type qui avait travaillé avec un avocat, qui était intelligent, il m’a dit : « Il faut que je regarde mon dictionnaire, je ne vois pas où c’est. »

146Je vis avec le passé, moi, beaucoup. Je connais beaucoup d’histoires du bagne. (...)

Steven

147J’avais été intrigué par les attitudes de Steven capable de rester des heures à la même place devant son journal qui semblait moins l’occuper que tout ce qui se passait autour de lui. Je le voyais là tous les jours, imperturbable, contemplant le spectacle qui l entourait sans avoir l’air de se rendre compte qu’il s’asseyait souvent à côté des mêmes personnes. Parfois, il s’endormait en toute simplicité et j’admirais son savoir-faire et sa sérénité.

148Il avait visiblement beaucoup de plaisir à être là, à profiter de la présence des autres qu’il ne cherchait pas à rencontrer. Qui était-il ? À quoi pensait-il pendant tout ce temps ? Que pouvait-il raconter de cette bibliothèque ? En me posant ces questions, je me demandais comment il pourrait réagir si je l’abordais, comment ne pas l’effaroucher en provoquant une rencontre qu’il aurait toutes les raisons de refuser. Finalement, je l’aborde en lui disant que je le connais de vue depuis longtemps et cela le fait rire.

149Si M. Truchet affirme que Steven est là tous les jours depuis huit ou dix ans, l’intéressé, plus modestement, dit qu’il vient de temps en temps depuis qu’il est en retraite, cela fait quatre ans. Peu prolixe sur les lecteurs qui l’entourent, il regrette de ne plus voir les gens du personnel auxquels il était attaché. Il sait qu’eux aussi l’avaient remarqué. Serait-ce une manière de me dire qu’il fait un peu partie de la maison, indépendamment des activités qui l’occupent ici ? Et d’ailleurs M. Truchet ne le suspecte-t-il pas d’être embauché ici comme surveillant ? Selon M. Truchet, à « six heures tapantes », Steven aurait l’habitude de se laver les mains ; pourtant celui-ci a coutume de s’en aller vers 5 heures. C’est le moment que j’ai maladroitement choisi pour l’aborder sans me rendre compte qu’il avait déjà fini sa journée et qu’il aurait peut-être aimer s’en aller.

150Steven : Il y a ici des filles, des Mauriciennes qui travaillent comme femmes de ménage, vous ne les connaissez pas ?

151Non... Je ne savais pas.

152Mais je ne les vois plus en ce moment. On m’a dit qu’elles ne travaillent plus. Je me suis renseigné auprès d’une dame sénégalaise ou malienne, ici aux toilettes... elle m’a dit qu’elles ne travaillaient plus.

153Vous vous êtes rencontrés ici ?

154Oui, je les ai rencontrées ici. Ça devait faire longtemps qu’elles travaillaient ici, depuis cinq ou six ans. Il y a des gens du personnel de sécurité que je ne vois plus. Ils ont démissionné ou ils ont arrêté. C’est un boulot dur ça... des fois, ils ont des problèmes avec le public, il y a des méchants. C’est un boulot qui demande de la responsabilité. Il y en a beaucoup que je ne vois plus...

155Et vous, vous venez depuis combien de temps ?

156Je viens depuis 93, ça fait quatre ans. Mais il y a des fois où je ne viens pas quand je suis occupé ailleurs, que je n’ai pas le temps. Le mardi je sais que c’est fermé. Je viens de temps en temps. Des fois je viens chercher un journal, si je ne le vois pas j’amène le mien, Le Figaro, Libération ou Herald Tribune. Les journaux, c’est difficile d’en avoir ici, vous n’en trouvez pas...

157Là, tout à l’heure, j’avais mon journal. Je n’avais pas mon Figaro d’aujourd’hui mais celui de samedi. Il était comme ça, vous voyez. Mon Figaro était comme ça, le Libé comme ça. Tout d’un coup je me suis endormi et quand je me suis réveillé, je regarde sous mon Libé... il était parti mon Figaro. J’avais deux petites serviettes que j’avais prises au Mac Do’dans Le Figaro et il a tout pris. Quand je me suis levé, j’ai trouvé les petites serviettes sur la table là-bas mais pas Le Figaro. J’ai fait le tour et j’ai pas trouvé. Qui c’est qui me l’a piqué ? Je ne sais pas. C’est pas la première fois que ça m’arrive. À l’occasion, ils piquent mon journal Herald Tribune. C’est quelqu’un qui sait lire l’anglais, qu’est-ce que vous voulez ? Je laisse tomber...

158La personne a dû croire que c’était te Figaro de la bibliothèque ?

159Peut-être qu’il a cru que c’était celui de la bibliothèque. Quelqu’un m’avait déjà demandé. J’ai dit que ce n’était pas celui d’aujourd’hui, mais celui de samedi et dimanche, alors il est parti et ne l’a pas pris. Alors qui l’a pris ? Je ne sais pas. Enfin, c’est pas grave. De toute façon, j’avais terminé et quand j’ai terminé je le laisse là, je ne l’emmène pas... je le range dans les étagères.

160Ça, c’est un journal qui ne m’intéresse pas. Je le regarde comme ça...

161C’est quoi ?

162Le Matin. Ça vient de Casablanca... boulevard Mohamed V, Casablanca... Il y a plusieurs journaux... Voilà El Païs, c’est espagnol... La Repubblica, c’est italien.

163Vous lisez aussi en espagnol et en italien ?

164Non.

165Vous parlez plusieurs langues ?

166Le français et l’anglais couramment. On sait l’anglais chez nous, au pays. Vous savez, l’île Maurice était française avant. Quand c’était un département français, l’île Maurice, ça s’appelait « île de France », et puis l’île de France a été prise par les Anglais et ils ont changé le nom. Les Anglais ont gouverné l’île Maurice pendant cent cinquante ou cent soixante ans et puis le Premier ministre a dit : « Ça suffit, préparez vos bagages, rentrez chez vous, on vous donne une compensation. » Et hop, l’île Maurice a obtenu son indépendance le 12 mars 68. Le 12 mars 92, le jour de l’anniversaire de l’indépendance, le Premier ministre a proclamé l’île Maurice République. L’île de la Réunion c’est à côté mais c’est toujours une île dépendante de la France.

167Vous me disiez que vous étiez en France depuis quand ?

168J’ai quitté l’île Maurice le 4 février 75. Je suis descendu à Bruxelles et on a pris le car jusqu’à la gare du Nord. Depuis je suis là. Je suis reparti le 20 décembre 82, spécialement pour un procès en divorce et je suis revenu le 20 janvier. Je suis reparti en vacances en 87 et en 88 je suis allé aux États-Unis chez ma nièce pour quinze jours de vacances. En 89 je suis reparti à l’île Maurice pour un mois de vacances. En 90, j’ai fait deux voyages au Maroc. En 91, je suis retourné pour la dernière fois à l’île Maurice. On est en 97... ça fait six ans que je n’y suis pas allé. On est presque fin septembre, on ferme la bibliothèque lundi 28 au soir ? Je partirai peut-être à la mi-octobre de cette année. Alors, je ferai peut-être deux mois là-bas.

169Vous avez encore de la famille là-bas ?

170Mon père est décédé, il y a longtemps. J’étais en France quand mon père est mort le 1er juin 77, à l’âge de 75 ans. Ma mère est décédée le 13 avril 93 et la même année, je suis parti à la retraite. Je suis à la retraite depuis le 1er octobre 93. Ça fait quatre ans et c’est pour ça que vous me voyez souvent, avant non. Comme je ne travaille plus, je me balade à droite, à gauche, je monte à la bibliothèque, je descends au rez-de-chaussée, à la librairie, je m’accorde vingt minutes, une demi-heure mais la plupart du temps je suis ici à la bibliothèque.

171Au rez-de-chaussée...

172Au rez-de-chaussée, à la librairie.

173Pas la Salle d’actualité, la librairie.

174Oui, c’est la Salle d’actualité. Ils sont en bas de l’escalier.

175Vous allez lire les journaux aussi là-bas ?

176Des fois... mais je cherche et je ne trouve pas, alors j’ai toujours le mien... La même année en 93, mon frère qui était aveugle est décédé juste après la mort de ma mère. Mon frère l’avait emmenée chez lui et il est tombé subitement malade, comme ça. On l’emmène à l’hôpital et il est décédé quelques jours après, le 29 décembre 93.

177Il s’interrompt le temps de serrer la main de quelqu’un qui le salue en passant.

178J’ai un jeune frère qui est décédé à l’âge de 24 ans ou 25 ans. Il est mort noyé dans un port en Indonésie. C’était en 65. Il travaillait comme novice sur un navire norvégien depuis onze mois. En 71, j’étais encore à l’île Maurice, mon neveu est décédé à l’âge de 9 ans. Il a été admis un samedi à l’hôpital et huit jours plus tard il était décédé. Le lendemain, nous avons été à l’hôpital chercher le corps et l’après-midi on l’a enterré. (...)

179Et vous avez des enfants ?

180Non je suis divorcé depuis 82. Je n’avais pas d’enfant, heureusement, je n’avais pas d’enfant.

181Vous êtes venu en France pour travailler ?

182Avant de venir en France, j’étais employé de l’État, je travaillais dans le gouvernement. Je n’étais pas venu pour chercher du travail, j’étais venu pour trois mois de vacances.

183Vous faisiez quoi comme travail ?

184Je travaillais dans le gouvernement, employé de l’État. Au début, j’ai travaillé au ministère des Finances, au bureau des impôts. J’ai été transféré au ministère de l’Éducation (...). En 75, j’étais venu en vacances pour trois mois et comme par hasard, un ami de mon frère était en France. Quand je suis allé lui dire au revoir avant d’aller à Londres pour prendre l’avion Sabena, il me dit : « Qu’est-ce que vous allez faire à l’île Maurice ? Restez et je vais vous trouver du travail. » Et en effet, il m’a trouvé du travail. J’ai débuté dans un magasin et depuis je suis là. J’ai mes papiers régularisés. Je n’ai jamais eu de problèmes avec un agent de police, un gendarme ou n’importe qui. Même avec mon ex-employeur, je n’ai jamais eu de problèmes. Depuis le premier jour où j’ai mis les pieds sur le sol français, j’étais en situation régulière. Le patron chez qui j’ai travaillé m’avait emmené à la préfecture, il m’a fait avoir une carte de séjour renouvelable tous les trois mois. C’est comme ça que je me suis régularisé. Tous les trois mois, j’allais à la préfecture renouveler mes papiers, ma carte de séjour... Bon, je vais vous laisser...

185Vous avez une carte de résident maintenant?

186Maintenant, j’ai une carte de résident mais avant de partir en vacances, je dois me renseigner avec cette histoire de sans-papiers. Après les vacances, je ferai une demande de carte d’identité nationale. J’aurais dû le faire depuis très longtemps. Je vais essayer. Mon casier judiciaire est toujours vierge comme une jeune fille de treize ans. À cette époque, il n’y a plus de jeune fille vierge très jeune, il n’y en a plus. Je vais vous laisser... Merci pour...

187Mais attendez... Vous ne m’avez pas dit quel travail vous avez fait jusqu’à la retraite ?

188Au début, j’ai travaillé dans le prêt-à-porter. Ensuite je suis rentré dans l’hôtellerie et je suis arrivé à l’âge de la retraite.

189Mais pourquoi vous venez particulièrement ici.

190Ça vous plaît cet endroit ? Non, non, je viens ici passer mon temps, lire le journal, regarder des revues, tout ça...

191Pourquoi vous avez choisi cette bibliothèque-là ?

192Au début, quand je suis venu en France, je ne suis jamais monté visiter. De temps en temps, j’entendais parler de la bibliothèque Pompidou, la librairie, tout ça... Alors je suis monté pour me rendre compte et petit à petit, de temps en temps, je suis monté, comme ça.

193Ça vous a plu ?

194Ah ben, oui... des fois je monte là-haut au troisième étage mais rarement. Je me suis habitué ici.

195Et vous venez toujours ici, à cette place ?

196Toujours par-là, vous me voyez... C’est vrai...

197Et pourquoi cette place-là particulièrement ?

198Question d’habitude. Ça me plaît dans ce coin. Je me suis habitué.

199Et il y a des horaires où vous préférez venir ?

200Je viens toujours avant midi. Je viens toujours avant midi, parce qu’on ouvre à 10 heures, non maintenant à midi. Avant c’était 10 heures.

201C’est 10 heures le week-end.

202Oui, le samedi et dimanche. Non pas avant midi, je viens toujours entre une heure, une heure et demie, une heure et demie ou 2 heures. Des fois je lis, je lis, je reste là jusqu’à 4 heures, 4 heures et demie, 5 heures, et je m’en vais voilà... Sinon quand je m’ennuie un peu, je descends en bas, au rez-de-chaussée à la Salle d’actualité.

203Et vous lisez ?

204Oui, je viens pour lire certains journaux ou des revues, un bouquin. Voilà, c’est comme ça...

205Et vous me disiez que maintenant il y a des gens que vous connaissez ici ?

206Comme je vous dis il y a des anciens que je ne vois plus, même dans le personnel de sécurité, les anciens que je connaissais, auxquels je me suis habitué et qui me remarquaient souvent ici, au rez-de-chaussée comme à la bibliothèque. Mais je ne les vois plus ces gens-là. Où ils sont partis, qu’est-ce qu’ils font ? Je ne sais pas. Il y a ici des gens qui viennent faire des recherches. Il y a des étudiants qui viennent faire leurs devoirs ici et faire des recherches en même temps. Bon, étudiants... il y a des habitués aussi. Cette dame est une habituée, le vieux aussi...

207Et il y a quelqu’un qui vous saluait tout à l’heure, quelqu’un à qui vous parlez régulièrement alors ?

208Le jeune qui lit Libération ? Il est là tous les jours. Lui, il s’intéresse à Libé.

209Vos journaux préférés c’est ?

210Le Figaro, sinon Herald Tribune ou France-Soir. On est le 22 aujourd’hui ?... Bon, je vais vous laisser... ça vous a plu ?

211Beaucoup.

212À la prochaine... Quelle heure il est ? 6 heures moins vingt...

213Et à la fermeture comment vous allez faire ?

214À la fermeture, comme je vous l’ai dit, je partirai peut-être au pays. Je rentrerai vers la mi-janvier. Il faut que j’aille voir un peu, j’ai des frères, des sœurs, des nièces, des neveux. J’ai une nièce qui se marie ce mois-ci...

215Et après, ça sera fermé ici. Vous allez être obligé de trouver un autre endroit...

216Je ne sais pas, je verrai. Il n’y en a pas une nouvelle qui doit ouvrir là ? Il y a du personnel qui n’était pas content. Ils ont fait circuler un pamphlet, des demandes de signatures, vous êtes au courant de ça ?

217Oui.

218C’est l’État qui décide... hein ?...

219Vous l’avez appris comment, la fermeture ?

220J’ai appris la fermeture sur Le Figaro. Ça fait longtemps que j’ai appris ça. Sur les autres journaux aussi, il y avait des annonces de la fermeture.

221Mais sinon il y a d’autres endroits où vous allez lire le journal ?

222Non, non, non.

223Seulement ici ?

224Seulement ici et je viens avec mon journal. Quand je joue le tiercé, j’achète un France-Soir. Et puis je prends la feuille jaune parce que c’est le mien et je laisse le France-Soir ici. Bon, je vais vous laisser.

225Vous n’habitez pas Paris ?

226En ce moment, non. Pour aller à Dourdan, il faut cinquante minutes par le RER. Comme demain mardi, c’est fermé, je serai là peut-être mercredi après-midi... À la prochaine, à mercredi, je suis là mercredi.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable