Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

Chapitre 1. Contexte et cadre de l’enquête

Texte intégral

1.1. La Bpi racontée par ses habitués mêmes

  • 1 Un local provisoire, la « Bpi-Brantôme », situé à proximité immédiate du Centre Pompidou, allait p (...)
  • 2 Rappelons que de 1977 à 1997, la Bpi a totalisé plus de 60 millions d’entrées. S’il est possible d (...)

1L’enquête « habitués », dont l’initiative revient à Anne-Marie Bertrand, s’est déroulée pendant l’été 1997, peu de temps avant que les travaux de rénovation du Centre Georges Pompidou n’engagent la Bpi à fermer provisoirement et partiellement ses portes pour une période de deux ans1. La fermeture d’un tel établissement après vingt ans de fonctionnement ininterrompu on serait presque tenté d’ajouter vingt ans de bons et loyaux services2 constituait à n’en pas douter un événement marquant pour l’ensemble des acteurs concernés : usagers et personnels. Il fut donc question, à l’origine, de tenter de mesurer et d’apprécier la réaction du publicface à ce qui pouvait être vécu comme une grande gêne, un déchirement, voire un traumatisme. Rappelons au passage qu’un peu plus d’un usager sur cinq, à la Bpi, était un usager exclusif selon les statistiques produites en 1995, c’est-à-dire qu’il ne fréquentait que cette bibliothèque (la proportion de monofréquenteurs s’élevait à 17 % pour les étudiants et 34 % pour les usagers non-étudiants).

2Deux éléments vont nous conduire à modifier sensiblement notre angle d’attaque. D’une part les premières personnes contactées, même si elles se montraient pour la plupart navrées, pour ne pas dire plus, de cette fermeture imminente (il s’agissait de fréquentants assidus...), ne s’étendaient pas toutes sur le sujet malgré les relances des enquêteurs. Certaines d’ailleurs ne l’abordaient pas du tout. D’autre part, l’entretien portant sur les modalités concrètes et les motifs de la fréquentation de la bibliothèque ainsi que sur les représentations des usagers, le matériau recueilli était extrêmement riche et varié sur ces questions. Il faut préciser que la consigne qui permettait de lancer l’entretien n’était pas directement centrée sur la fermeture de l’établissement. Au contraire, l’amorce de l’interview, délibérément générale, portait sur la façon dont les personnes interrogées avaient commencé à fréquenter la Bpi et sur le rythme de leurs visites (Depuis quand fréquentez vous la Bpi ?) Il nous paraissait important, en effet, de ne pas trop influencer la réaction des usagers par rapport à la fermeture imminente : il fallait faire en sorte qu’ils abordent le sujet eux-mêmes, au moment qu’ils jugeaient opportun, et surtout qu’ils puissent le faire avec leurs propres termes, leurs propres formulations. Il était également important qu’ils puissent ne pas l’aborder du tout, ce qui s’est donc parfois produit.

3Pour le dire autrement, nous ne souhaitions pas imposer notre problématique et nos préoccupations à nos assidus. Il ne fallait pas postuler dès le départ que la fermeture était un « problème », ou simplement un sujet de réflexion à propos duquel chacun pouvait avoir une opinion bien arrêtée et personnelle. Notre démarche, de ce fait, devenait beaucoup plus inductive, ou hypothético-inductive, en ce sens que nos interprétations allaient finalement découler d’hypothèses formulées à partir de l’analyse des entretiens et moins d’hypothèses posées préalablement à la réalisation de ces derniers. Dès le début donc, l’enquête a été réorientée plus globalement vers l’analyse des représentations de la Bpi et, plus précisément encore, sur la relation que les usagers assidus entretenaient avec cette bibliothèque via leurs visites réitérées : la Bpi racontée mise à nu en quelque sorte par ses habitués mêmes, pour paraphraser Duchamp.

1. 2. Les « habitués » : une catégorie englobante

4Qu’appelle-t-on ici un habitué, et pourquoi avoir choisi cette population ? Relèvent de cette catégorie, comme nous l’avons déjà laissé entendre, ceux qui, sans nécessairement fréquenter la Bpi depuis très longtemps, y viennent de façon relativement assidue, voire très assidue. Plus précisément, il s’agit de ceux qui, au moment de l’enquête, viennent depuis au moins un an et effectuent, en gros, plus de deux à trois visites mensuelles. On voit que la définition est large. Elle l’est d’autant plus que, si la répétition des visites constitue le dénominateur commun de cette population, la régularité de ces dernières ne constituait pas pour autant à nos yeux un critère discriminant (les visites pouvaient être concentrées, voire très concentrées, sur certaines périodes, puis espacées). Il n’est donc pas uniquement question ici des « fidèles de la Bpi », fidèles que l’on pourrait caractériser en fonction de la longévité de leur fréquentation : nous avons par exemple interrogé des étudiants qui ne venaient que depuis un ou deux ans, et qui pourtant nous semblaient faire preuve d’une grande habitude de la Bpi. Nous avons également interviewé certains usagers qui ne venaient plus aussi souvent qu’auparavant au moment de l’entretien, mais qui avaient été très assidus à certaines périodes. Prévoir un costume aussi large pour les habitués avait pour but de varier les expériences et les discours tout en conservant une référence commune aux uns et aux autres : la Bpi passée, présente, et à venir.

5L’habitué est celui qui a des choses à dire, qui a accumulé un certain nombre d’informations sur la bibliothèque comme sur le Centre Pompidou dans son ensemble et qui dispose d’un capital connaissance. C’est ce que laisse entendre par exemple cette jeune étudiante âgée de 19 ans qui vient très régulièrement depuis deux ans environ au moment de l’enquête lorsqu’elle déclare : « Quand on vient souvent, on finit vraiment par classifier » [17] ; ce qui veut tout simplement dire qu’en venant régulièrement, cette jeune étudiante a fini par se familiariser avec les subtilités techniques du mode de classement des documents. L’habitué est également celui qui peut afficher une certaine forme d’assurance. En effet, sur la base des expériences vécues et répétées dans la bibliothèque, les usagers disposent peu à peu de repères qui peuvent concourir à produire un sentiment de maîtrise de l’environnement : ce que l’on peut désigner cette fois comme un capital confiance (« Plus on connaît de gens, et plus on est habitué à la maison », précisera ainsi cette même étudiante).

6C’est principalement cette notion de maîtrise de l’espace public de la bibliothèque, de ses collections, de ses services et la relative assurance qui en découlaient, qui nous intéressaient en premier lieu (nous explorons ici un domaine situé à la charnière du psychologique et du sociologique). La notion d’habitude n’est pas envisagée dans son sens pauvre ou mécanique, comme un simple petit geste sans importance, une routine aveugle, mais comme une manière d’être et de se comporter fondée sur un savoir incorporé. Il faut considérer l’habitude « disposition acquise par la répétition » dans sa capacité à produire du savoir sous la forme d’un schéma d’action susceptible d’être réactivé par la suite (sans que cette opération soit nécessairement consciente). On peut donc distinguer un aspect tout à fait concret de cette notion, concret parce qu’extériorisé : ce sont les actes, les comportements eux-mêmes, et un aspect psychologique, intériorisé : le sentiment d’assurance évoqué plus haut.

7Le terme usager « régulier » est assez normatif. L’usager régulier peut par certains côtés apparaître comme un usager « en règle », ce qui, on le verra, est une caractéristique dont ne se réclament pas les habitués de la Bpi interviewés ici (du moins sous l’aspect institutionnel de cette appellation). « Habitué » leur convient bien en revanche, d’autant mieux d’ailleurs qu’ils l’emploient volontiers pour se décrire eux-mêmes. Nos interviewés sont donc habitués à la Bpi, ce qui ne veut surtout pas dire qu’ils soient « blasés », loin s’en faut. Enfin, il faut ajouter que les habitués ne sont pas nécessairement des experts de la Bpi. Nous avons pu constater en effet que, même parmi certains assidus dont la fréquentation remontait à l’ouverture en 1977, la méconnaissance de l’offre documentaire de la bibliothèque pouvait être grande : un certain nombre de services pourtant mitoyens parfois des espaces fréquentés par nos interviewés n’étaient pas connus et leur existence même n’était pas soupçonnée (c’est le cas par exemple de l’Espace musique, de l’Espace langues ou encore de certains documents).

8Les habitués, on aura l’occasion de le vérifier longuement ici, constituent donc une population intéressante dans la mesure où ils sécrètent une « culture de la bibliothèque » à la lois globale (en tout cas étendue à d’autres bibliothèques), locale (particulière à l’établissement), voire idiosyncrasique (n’appartenant qu’à eux). Si la notion de public au sens fort du terme au sens psychosociologique de groupe et non au simple sens de rassemblement – est souvent délicate à utiliser pour évoquer l’ensemble des individus qui fréquentent un établissement culturel tel qu’une bibliothèque, ici elle semble beaucoup plus pertinente. Les habitués, et notamment les plus assidus d’entre-eux, forment en effet une sorte de communauté, ou plutôt de microsociété (si le premier terme doit nécessairement renvoyer à une idée de fusion), laquelle, sans être à proprement parler homogène, n’en fonctionne pas moins sur une forme d’interreconnaissance mutuelle des personnes qui la composent, pour ne pas parler dans certains cas d’interconnaissance même.

1. 3. Échantillonnage et méthodologie

« Nous faisons le pari que la sociologie (par son mode de pensée relationnel et l’évitement de l’absolutisation de certains traits sociaux, par sa capacité spécifique de distanciation vis-à-vis de réalités d’interdépendance qui, d’ordinaire, provoquent plutôt des attitudes d’engagement...) peut aider à comprendre des cas singuliers (pas forcément au sens d’« exceptionnel ») sans éparpiller les raisons ou disséminer les causes à l’infini. » Bernard Lahire, Tableaux de famille, Seuil-Gallimard, 1995

  • 3 Voir l’annexe en fin d’ouvrage.

9Nous avons réalisé une soixantaine d’entretiens, de juillet à septembre 1997, en nous efforçant de respecter certains critères de choix et en variant autant que faire se peut les modes de prise de contact3. Ainsi, nous avons eu recours à l’expérience du personnel de la bibliothèque pour contacter nos habitués (voire à celle de certains usagers mêmes, dans le cas du complément d’enquête ethnographique). Il faut préciser que quelques assidus se sont parfois auto-désignés en venant se renseigner sur les modalités de la fermeture auprès des personnes postées dans le bureau d’accueil, à l’entrée. Enfin, pour faire en sorte de ne pas interroger que les usagers les plus visibles ou les plus décidés (en laissant de côté les plus discrets pourtant tout aussi intéressants), nous sommes entrés en contact de manière aléatoire avec un petit nombre de personnes en les accostant directement, l’entretien n’ayant pas lieu s’il s’avérait qu’elles étaient novices.

  • 4 Le fait est que même dans le cas de sondages, le taux de refus de réponse est faible à la Bpi.
  • 5 Il le premier enquêteur n’hésitait pas, par exemple, à s’installer à plusieurs reprises et à diffé (...)

10Une anecdote mérite d’être rapportée ici, tant elle est révélatrice de l’importance du contexte extérieur sur la production des matériaux qualitatifs et des aléas de toute recherche de terrain basée sur des entretiens. Nous disposons dans notre corpus de deux interviews réalisées auprès de la même personne par deux enquêteurs différents. Selon toute probabilité l’habitué en question n’a pas identifié qu’il s’agissait d’une seule et même enquête lors des deux prises de contact (à aucun moment, par exemple, il ne mentionne le premier entretien au cours du second qui a lieu deux mois plus tard). Il est manifeste cependant que cet usager très assidu semble particulièrement concerné par ce qui se passe dans la bibliothèque à l’image de nombreux autres habitués d’ailleurs4 -, au point de se sentir naturellement porté et fondé à témoigner autant de fois qu’il le faut. Les enquêteurs vont d’ailleurs rapidement constater que l’interviewé éprouve un certain plaisir à évoquer ses activités dans la bibliothèque, d’où sans doute également sa réponse favorable à la double sollicitation. Or, ce qui pourrait passer en définitive pour un inutile doublon va se révéler par la suite précieux pour apprécier à quel point le contexte relationnel influence la production d’un discours dans une situation de face à face, puisque les deux entretiens sont assez différents l’un de l’autre malgré leur objectif commun. Dans le premier cas, l’enquêteur se présente comme un jeune homme assez semblable d’aspect aux nombreux étudiants qui fréquentent la bibliothèque et, de ce point de vue, identifiable à un membre du public. Cette possible assimilation est renforcée par le dispositif d’enquête qui conduit l’enquêteur à prendre contact avec l’enquêté par la médiation d’un autre usager et à répéter ses entretiens5.Le second enquêteur est une femme plus âgée qui est mise en contact avec l’interviewé par l’intermédiaire d’un bibliothécaire cette fois, ce qui tend inévitablement à renforcer son identification à l’institution. Dans le premier entretien, la parole s’installe librement, l’enquêteur intervient très peu et laisse l’interviewé maître de sa parole : une forme de connivence s’installe facilement entre les deux interlocuteurs, perceptible au fait que l’interviewé livre rapidement un certain nombre de détails biographiques assez personnels. Avec l’enquêtrice, quelque semaines plus tard, l’entretien se situe dans un registre beaucoup plus impersonnel mais finira, contrairement au premier, sur une évocation de la figure de la mère de l’enquêté (laquelle, selon l’interviewé, a été « assassinée culturellement » dans son milieu social).

  • 6 Le guide d’entretien prévoyait d’aborder l’expérience de la Bpi dans le temps : dans l’espace conc (...)

11Nul besoin de préciser que les différences relatives qui apparaissent clairement lorsque l’on compare ces deux entretiens relatives dans la mesure où il n’y a pas de contradictions à proprement parler mais des nuances, des ajouts, des retraits de l’un à l’autre – doivent nous pousser à prendre un certain recul par rapport à l’ensemble des interwiews réalisées dans le cadre de cette enquête. Il faut en effet considérer les matériaux discursifs recueillis ici comme des efforts de reconstruction concernant des pratiques et des représentations dans le contexte productif d’une interaction qui engage deux personnes, elles-mêmes situées dans un espace et un temps donné. Il faut souligner ainsi le fait que les entretiens (de type semi-directif, c’est-à-dire que l’enquêteur disposait de plusieurs consignes permettant d’explorer un certain nombre de thèmes6), d’une durée moyenne d’une heure, ont souvent eu lieu dans les espaces mêmes de la bibliothèque pendant les heures d’ouverture.

12Enfin, comme nous l’avons annoncé, les lieux de « prélèvement » ont également fait l objet d’une attention particulière : certains entretiens ont été réalisés dans la Salle d’actualité du rez-de-chaussée du Centre et dans le laboratoire de langues. Nous avons cherché à entrer en contact avec des assidus du premier, du second, du troisième étage de la bibliothèque ainsi que de l’entresol et de la coursive. Deux habitués du service spécialisé d accueil des non-voyants ont été également interviewés. Tous les entretiens sont individuels (un interviewer, un interviewé), hormis quatre qui sont collectifs (de deux à quatre personnes interviewées : les conditions paraissant propices aux enquêteurs pour qu’une dynamique de groupe productive s’installe). Au total, les soixante entretiens réalisés représentent environ sept cents pages de transcriptions.

Le général et le particulier

13Nous n’avons pas cherché à obtenir une forme de représentativité au sens statistique, mais nous avons souhaité en revanche produire un corpus d’entretiens contrastés ayant une valeur d’exemple, bien qu’ils ne soient pas exemplaires au sens courant du terme (si, par exemplaire, on doit entendre : tel étudiant interviewé est représentatif de l’ensemble des étudiants qui fréquentent la Bpi ; tel retraité interviewé est représentatif de l’ensemble des retraités...). Cela ne veut pas dire que nos entretiens ne constituent pas des matériaux sociologiques à proprement parler (c’est-à-dire généralisables), mais simplement que leur champ de validité et de pertinence en tant qu’échantillons qualitatifs s’établit par rapport à des trajectoires sociales riches et complexes – pour ne pas dire particulières dans certains cas – qu’il est nécessaire de reconstruire et de replacer dans leur contexte d’origine ainsi qu’avec les données d’enquêtes quantitatives dont nous disposons. Il est indispensable par conséquent de mettre en garde le lecteur pressé contre un certain type d’interprétation dérivée : notre population d’enquête ne saurait à aucun moment être assimilée à un public moyen pas plus qu’à un public modal (c’est-à-dire numériquement majoritaire). Les analyses produites ici valent pour un type d’usagers, assez courant cela dit à la Bpi : les habitués ; et non pour l’ensemble des publics. Ce rappel permet sans doute de comprendre un peu mieux à l’avance pourquoi les propos concernant l’institution qui seront rapportés ici sont souvent si enthousiastes. Par définition, ceux qui n’apprécient guère l’établissement ne le fréquentent pas assidûment : ils sont ailleurs, comme leurs critiques.

14Les méthodes quantitatives permettent une vision d’ensemble en simplifiant la réalité sociale, de manière parfois réductrice. Les méthodes qualitatives, si elles n’autorisent pas le même recul, permettent de détailler et, souvent, de nuancer la réalité observée (notamment celle qui apparaît à travers les chiffres). La pertinence du raisonnement sociologique dans ce cas s’établit donc en fonction d’une série d’indicateurs précis dont le rôle et l’action ne peuvent être aussi bien compris s’ils sont décontextualisés et désincarnés : tel usager, fréquentant assidu engagé dans un travail de création intellectuelle, et par ailleurs autodidacte ; tel autre usager assidu, ayant fait des études supérieures et réfugié politique ; tel autre encore, étudiant au moment de l’enquête, ayant bifurqué, arrêté, puis repris ses études... Les deux démarches, quantitative et qualitative sont, bien sûr, tout à fait complémentaires. Elles seront d’ailleurs en partie associées ici puisque l’enquête « habitués » fait suite à une vaste enquête statistique déjà citée réalisée en 1995.

15Ce qui nous intéresse en priorité ici, ce n’est pas tant de faire jouer à nouveau les catégories macrosociologiques traditionnelles (sexe/âge/PCS), que de prendre en compte un certain nombre d’autres indicateurs tels que la fréquence de visite par exemple, l’autodidaxie, la situation dans le cycle de vie ou encore une certaine forme d’altruisme, voire d’investissement dans des activités culturelles ou associatives. Ce faisant, on verra d’ailleurs que nous affichons les mêmes prétentions que les personnes interviewées ici qui préfèrent en général être identifiées en fonction de leurs actes plutôt qu’en fonction de leurs titres ou de leur rang. Étant partiellement dégagés de la représentativité au sens statistique du terme, nous pourrons enfin, une fois n’est pas coutume, permettre à ceux que les chiffres bruts représentent moins bien aujourd’hui à la Bpi de gagner en visibilité et de s’exprimer. Les catégories « général » et « particulier » doivent de toute façon être manipulées avec précaution : on verra par exemple que l’ambiance particulière de la bibliothèque résulte de la coprésence de différentes catégories usagers dont certaines sont parfois numériquement très faibles mais symboliquement très importantes.

  • 7 L’enquête de 1995 permettait d’avancer les proportions de 72 % d’étudiants inscrits dans l’enseign (...)

16Nous avons respecté dans notre échantillon un équilibre entre hommes et femmes. Les âges vont de 19 à 90 ans. On trouve une vingtaine d’étudiants (au sens large, c’est-à-dire incluant une étudiante par correspondance par exemple, un étudiant autodéclaré comme tel n’étant inscrit dans aucune institution et trois étudiants travaillant à temps partiel en contrat à durée indéterminée), une dizaine de retraités (parmi lesquels tout de même sept personnes ayant plus de 70 ans), une dizaine de chômeurs, sans profession ou autres, et enfin près de trente salariés7. Si nous souhaitons avec tant d’insistance porter notre regard au-delà des chiffres, c’est que nous sommes persuadés que la logique du nombre seule ne suffit pas à rendre compte de tout ce qui se passe à la Bpi, comme dans toute institution à vocation culturelle en général.

  • 8 J.-M. Cretin. Les habitués, 30 mn, Productions 108 Bpi/Centre Georges Pompidou-1 Centre audiovisue (...)

17Cette étude, réalisée en interne par les membres du service Etudes et recherche, était d’autant plus qualitative qu’un travail d’enquête ethnographique plus spécifique, comme nous l’avons déjà brièvement évoqué, est venu s’articuler à ce dispositif d’enquête sociologique traditionnel. Pour aller au-delà des déclarations des personnes interrogées, dans une perspective d’immersion et de confrontation directe des discours aux actes, un ethnologue (Jean-Michel Cretin, également membre du personnel de l’établissement) s’est chargé d’explorer des univers particuliers dans la bibliothèque tel que le Laboratoire de langues, ou de s’intéresser à des usagers ou à des réseaux d’usagers assidus, plus ou moins denses, plus ou moins soudés. Ce développement s’est révélé très productif pour repérer et observer – dans un univers parfois décrit comme déshumanisé, anonyme, atomisé – des sortes de microsociétés d’usagers. Afin d’observer ces personnes in situ, de nombreux entretiens ont été réalisés dans les espaces mêmes où elles s’installaient, pendant les heures d’ouverture. Comme souvent au cours d’une enquête ethnographique, certains entretiens ont été reconduits à plusieurs reprises. Dans le prolongement de cette exploration minutieuse et approfondie, le son numérique et l’image ont été tour à tour utilisés pour produire d’autres matériaux d’enquête que les discours. C’est ce travail spécifique qui a donné naissance au film Les habitués dont certaines vues sont reproduites ici8

18En résumé, cette enquête souscrivait donc à trois principes : une période d’investigation particulière (la fermeture imminente de la bibliothèque), une population enquêtée particulière (les habitués), des méthodes d’investigation particulières. Nos résultats doivent donc être rapportés à l’ensemble de ces conditions. Ajoutons que si de nombreuses observations issues de cette recherche ne valent que pour la Bpi, d’autres en revanche sont tout à fait généralisables à d’autres bibliothèques de lecture publique.

1.4. Le terrain : la Bpi avant la fermeture provisoire

19Quelques mots enfin pour présenter rapidement le terrain de l’enquête, c’est-à-dire la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou avant sa fermeture provisoire et partielle. La Bpi, à cette époque, proposait et propose toujours depuis sa réouverture gratuitement, en accès libre, et sur plus de 10 000 m2 d’espaces publics répartis sur trois niveaux, des collections encyclopédiques en consultation sur place, sans possibilité d’emprunt. Ces collections comprenaient en 1997 :

  • plus de 300 000 titres de monographies,
  • plus de 2 500 vidéos,
  • près de 10 000 documents musicaux,
  • environ 300 vidéodisques,
  • une centaine de cédéroms,
  • 10 accès directs et gratuits à Internet.

20Le nombre de places assises était de 1 800 (seuil de saturation). La bibliothèque était ouverte, en 1997, de 12 heures à 22 heures, tous les jours à l’exception du mardi (fermeture) et du week-end (dont l’amplitude horaire était de 10 heures à 22 heures).

  • 9 Anne-Marie Bertrand, au-delà du sens littéral qui met l’accent sur l’aspect plurimédia du terme, p (...)

21La Bpi, on le voit, est donc bien une médiathèque au sens littéral comme au sens fort du terme9. Ceci, même si les imprimés occupent une grande place à la fois dans son dispositif d’offre et dans les représentations de ses usagers. Ce paradoxe relatif a déjà été souligné, et il n’est pas question ici de réactiver la querelle terminologique des anciens et des modernes (bibliothèque us médiathèque). Il convient, cela dit, de rester vigilant si l’on prétend porter un regard sociologique sur les publics qui fréquentent assidûment cette institution : ceux-là en effet ne sont pas tous des « lecteurs ». On s’en tiendra donc souvent ici au vocable « usager » malgré l’imprécision relative et le caractère administratif du terme.

La ville et ses quartiers

22En 1997, l’offre de la Bpi comprenait également un Laboratoire de langues (permettant d’apprendre 124 langues différentes), une discothèque, une logithèque (espace informatique d’autoformation), un Espace Public-Info (permettant de consulter des dossiers de presse en partie numérisés réalisés par les bibliothécaires), un Espace télévisions du monde (diffusant des programmes télévisés internationaux en continu). Elle comprenait encore une Salle d’actualité, située au rez-de-chaussée du Centre, proposant un panorama des nouveautés de l’édition livresque et musicale ainsi qu’un grand choix de journaux et de revues françaises et étrangères. Enfin, un service était consacré à l’accueil et à l’accompagnement des usagers malvoyants auxquels plusieurs salles de travail équipées étaient réservées.

23La Bpi en 1997 était donc la somme de l’ensemble de ces parties, le tout, comme les poupées russes, étant inclus à son tour dans un vaste pour ne pas dire gigantesque centre culturel situé en plein cœur de Paris. Les publics de la bibliothèque, et nous arrêterons ici cette modeste tentative d’épuisement d’un lieu parisien à la Perec, étaient, comme nous l’avons annoncé, majoritairement composés d’étudiants puisque cette catégorie d’usagers couvrait près des trois quarts de l’ensemble des publics. Les femmes étaient sensiblement plus nombreuses que les hommes (55 %, contre 45 %), et près d’un usager sur quatre environ était de nationalité étrangère. Enfin, et c’est primordial dans le cadre de cette étude, il faut préciser que le rythme de visite était très élevé. 95 % des usagers interrogés au cours de l’enquête réalisée en 1995 étaient venus au moins deux lois dans l’année, 50 % environ avaient déclaré plus de vingt visites annuelles. La moyenne par personne était de trente-deux visites environ sur une seule année.

Notes

1 Un local provisoire, la « Bpi-Brantôme », situé à proximité immédiate du Centre Pompidou, allait permettre de maintenir la Bpi partiellement ouverte de novembre 1997 à août 1999. L’offre de documents y serait limitée aux cinq dernières années d’acquisition complétées par un certain nombre de documents électroniques (voir Françoise Gaudet et Christophe Evans, « La Bpi-Brantôme : un cas de restructuration des publics par l’offre ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 4, 1999).

2 Rappelons que de 1977 à 1997, la Bpi a totalisé plus de 60 millions d’entrées. S’il est possible d’étalonner la satisfaction des usagers en fonction de l’intensité de visite, alors celle-ci était grande puisque un usager sur deux effectuait plus de vingt visites annuelles, et pas moins d’une personne sur dix environ déclarait venir tous les jours (Christophe Evans, La Bpi à l’usage. 1978-1995 : analyse comparée des profils et des pratiques des usagers de la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou, Bpi-Centre Georges Pompidou, 1997).

3 Voir l’annexe en fin d’ouvrage.

4 Le fait est que même dans le cas de sondages, le taux de refus de réponse est faible à la Bpi.

5 Il le premier enquêteur n’hésitait pas, par exemple, à s’installer à plusieurs reprises et à différents moments de la journée et de la semaine dans les espaces de la bibliothèque parmi les usagers.

6 Le guide d’entretien prévoyait d’aborder l’expérience de la Bpi dans le temps : dans l’espace concret de la bibliothèque et du Centre dans son ensemble ; par rapport à d’autres bibliothèques ; en ce qui concernait aussi bien les pratiques que les représentations (à ce titre, d’ailleurs, un certain nombre de relances devaient permettre d’approfondir cette question, du genre « Finalement, qu’est-ce que c’est pour vous, la Bpi ? », avant d’aborder le thème de la fermeture s il n’était pas apparu au cours de l’entretien).

7 L’enquête de 1995 permettait d’avancer les proportions de 72 % d’étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur et de 28 % de non-étudiants (parmi lesquels 10 % de professions intellectuelles supérieures, 4 % de chômeurs, 0,5 % de retraités).

8 J.-M. Cretin. Les habitués, 30 mn, Productions 108 Bpi/Centre Georges Pompidou-1 Centre audiovisuel de Paris. 1998.

9 Anne-Marie Bertrand, au-delà du sens littéral qui met l’accent sur l’aspect plurimédia du terme, propose d articuler entre eux un certain nombre d éléments qui permettent de caractériser plus précisément ce que recouvre le modèle médiathèque » : des locaux vastes et accueillants qui encouragent l’appropriation de l’espace et la convivialité ; des collections documentaires abondantes en libre accès ; un personnel qualifié qui soit en mesure de faciliter la médiation. Anne-Marie Bertrand, Bibliothèque territoriales, identité et environnement. CNFPT, 1996

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access