Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

Ouverture

Texte intégral

1Il est 11h30, les premiers visiteurs sont déjà là et attendent l’ouverture du Centre. Leur nombre augmente progressivement, la pression s’accentue peu à peu. Aujourd’hui, comme tous les jours de la semaine, le Centre Pompidou ouvre ses portes à midi. Le week-end, il ouvre plus tôt, à 10 heures. Mais tous les jours, il ferme à 22 heures. Cela laisse du temps. Alors pourquoi venir si tôt ? Qui sont ils ces aficionados de la Bpi qui se pressent, une demi-heure avant l’ouverture, dans cette file d’attente qui leur est réservée Je reconnais Jacques, parmi les premiers comme toujours, impassible, fier mais discret, petite sacoche sous le bras, en complet beige. Jacques vient tous les jours. Il est là de l’ouverture à la fermeture de cette bibliothèque dont il connaît tous les rythmes, toutes les pulsations, le moindre frémissement. Il est Centrafricain et c’est le premier habitué de la bibliothèque que j’ai remarqué. La file d’attente prend des proportions impressionnantes. Certains se saluent discrètement pendant que d’autres en profitent pour manger un sandwich. Chacun reste à sa place. Les portes sont toujours fermées. Heureusement, il fait beau, le soleil est agréable mais comment se fait-il que même le froid ou une pluie persistante ne réussissent pas à en décourager certains ?

2C’est la première fois que j’attends, avec le public, l’ouverture de « Beaubourg ». Il m’était déjà arrivé de traverser cette file avec mon badge du personnel, essayant péniblement de me faufiler sous des regards réprobateurs et soupçonneux : quel passe-droit, quel subterfuge avais-je réussi à inventer pour passer avant tout le monde ? J’avais aussi assisté, depuis l’intérieur du Centre, à la spectaculaire ouverture de midi. Médusé, j’avais vu des centaines de personnes se ruer et s’agglutiner au pied de l’escalator avant d’avaler les escaliers quatre à quatre. J’avais été fasciné sans bien comprendre le phénomène. Était-ce bien une bibliothèque, le but de cette course effrénée ?

3Il faut savoir qu’un bon tiers des visiteurs quotidiens du Centre Pompidou se déplace pour la Bpi. À elle seule, la bibliothèque enregistre ainsi environ 10 000 entrées par jour alors que l’on prévoyait une fréquentation de 4 000 personnes en moyenne à l’origine. Cette marée humaine s’engouffre dans une bibliothèque qui se révèle bien vite incapable de l’avaler tout d’un coup. Si les premiers arrivés peuvent retrouver leur place habituelle ou jeter leur dévolu sur l’ouvrage de leur choix, l’entrée ne tarde pas à se bloquer à nouveau, dès que le compteur de la bibliothèque affiche le chiffre fatidique de 1 800 visiteurs présents dans les espaces. Il faudra attendre parfois plus d’une heure pour passer le seuil de la bibliothèque et les documents convoités seront peut-être déjà pris par quelqu’un d’autre. L’attente peut commencer dès midi et se poursuivre jusqu’à 18 heures. Le scénario est identique pratiquement tous les jours, onze mois sur douze. Et la situation s’aggrave en période d’examen ou pendant les vacances scolaires, lorsque les bibliothèques universitaires sont fermées. La Bpi ne désemplit vraiment qu’entre le 15 juillet et le 15 août.

4Les portes s’ouvrent enfin, une onde passe, on se serre, on se presse un peu plus. D’un seul coup, l’obstacle qui nous retient encore est franchi. L’espace s’ouvre devant le visiteur, encore vide. Nous sommes dedans, et pourtant la ville est toujours présente. Les parois du Centre sont en verre, comme les coursives extérieures qui permettent de s’élever lentement jusqu’au dernier étage en découvrant progressivement une des plus belles vues de Paris.

  • 1 Renzo Piano, Richard Rogers, Du plateau Heaubourg du Centre Georges Pompidou : entretien avec Anto (...)

5À l’origine, les concepteurs, Renzo Piano et Richard Rogers, ont ainsi défini leur projet : « Au lieu de proposer un objet replié sur lui-même, nous avons imaginé une machine ouverte sur la ville, en prise directe avec les activités qui s’y déroulent. » Ils avaient voulu « rompre avec une conception figée de la culture pour rechercher une définition plus souple, plus ludique ». Résolument « provocateurs » et « désobéissants », ils refusaient « les articulations » en prévoyant une « flexibilité » maximale de l’espace pour un lieu accessible à tous. Le rez-de-chaussée ouvert se voulait perméable pour que « les gens se rencontrent dans une certaine quotidienneté sans devoir passer par un portillon, sans être contrôlés comme à l’usine1 ».

6Entre-temps, les années ont passé, l’institution a changé. Le Centre, déjà un peu vieilli, s’est fermé un peu plus pour répondre aux exigences du plan Vigie pirate. Plusieurs tentatives ont vu le jour pour canaliser ce public trop nombreux qui doit maintenant, avant même d’entrer dans le Centre, choisir sa file d’attente selon qu’il décide d’aller au musée ou à la bibliothèque. Aujourd’hui, il n’y aura donc pas de course folle puisque les centaines de personnes qui attendent encore devant l’entrée passeront une à une le portillon de contrôle.

7Nous traversons maintenant le forum, au rez-de-chaussée, pour rejoindre les escalators exterieurs. Au deuxième étage, une coursive donne accès à la bibliothèque. Tout est vitré et nous sommes comme suspendus dans le vide pour une dernière transition avec la ville. Les sons qui nous parviennent montent du parvis où les animations se succèdent avec leurs musiques, leurs éclats de voix, leurs applaudissements. La rumeur plus urbaine de la circulation automobile est encore perceptible mais tenue en retrait. De l’autre côté, le regard file à l’intérieur de la bibliothèque mais aucun son ne parvient des mouvements du public qui l’animent déjà.

8Si la coursive est un passage obligé pour entrer ou sortir de la Bpi, c’est aussi un espace riche de sociabilités. Tout au long de la journée, elle sera investie par les usagers de la bibliothèque désireux de se ménager une pause. Ils ne peuvent pas quitter la bibliothèque sans prendre le risque de devoir faire la queue pour entrer à nouveau. La coursive est donc le seul espace où ils peuvent sortir pour fumer une cigarette ou grignoter les provisions qu’ils ont pris la précaution d’apporter. C’est aussi un lieu où l’on se retrouve pour discuter ou pour simplement contempler un moment le spectacle du parvis, en contrebas. Pour ceux qui ont décidé de passer une grande partie de leur journée à la Bpi, la pause est naturelle. Ces moments qu’ils s’accordent font partie de l’organisation de leur temps de travail mais aussi de leur conception de l’utilisation du lieu. L’institution n’a pourtant pas expressément conçu cette coursive comme un lieu de vie, et l’endroit n’est pas prévu à cet effet. Lusage a créé une tolérance relative, plus ou moins bien assumée par l’établissement. Ainsi, il est possible de fumer dans cet espace, qui n’est toutefois pas équipé de cendriers ; ces derniers ayant été retirés. La seule personne à ma connaissance qui se réjouisse de cette initiative est un usager qui « fait le ménage » en s’approvisionnant de tabac.

  • 2 Jean-François Barbier-Bouvet, « La bibliothèque, ou le savoir-faire et la ruse », in Jean-François (...)

9Pour l’heure, cette coursive est traversée rapidement. Nous franchissons la porte d’entrée de la bibliothèque, non sans avoir été doublés par quelques bolides espérant encore gagner cette course imaginaire. Ici, il est possible de s’arrêter devant l’un des cinq postes Internet récemment installés. Plus tard, ces écrans très convoités seront plus difficilement accessibles. Juste en face, un bibliothécaire, au bureau d’accueil, regarde passer un flot de gens pressés. À cette heure-ci, la plupart des usagers ne sont pas des novices et savent où ils vont ; ils ne s’arrêteront pas avant d’avoir passé le portillon de contrôle gardé par des agents de sécurité plutôt détendus. Pour ces agents, dans ce sens-là, il n’y a guère de problèmes. C’est à la sortie que le détecteur magnétique bloquera le passage à toute personne qui aurait gardé avec elle un document appartenant à la bibliothèque. Ici, la vague de visiteurs n’emporte rien. Tout est sur place, dans l’ordre pour le moment, et tout restera sur place, dans le désordre, à la fermeture2. Les messages sonores, diffusés par l’institution tout au long de la journée, rappellent d’ailleurs Les règles du lieu : l’interdiction d’emporter avec soi un document, mais aussi de boire ou de manger dans les espaces de lecture, de prendre plusieurs livres à la fois, de les poser par terre. Il est aussi demandé de rapporter les livres, après utilisation, sur les tablettes prévues à cet effet au bout des rayonnages et vivement conseillé de ne pas abandonner son sac qui serait immédiatement détruit pour des raisons de sécurité.

10De l’autre côté du portillon, le public se sépare et se répartit sur les trois étages de la bibliothèque. Certains se ruent sur les écrans du catalogue informatique pour effectuer une recherche. Les allergiques à l’ordinateur ou ceux qui ont une demande particulière s’adressent aux bibliothécaires du bureau d’information 0. C’est le domaine des « généralités » dans la classification décimale universelle utilisée par cette bibliothèque pour distribuer ses documents sur les trois étages par grands domaines de connaissance, partagés ensuite en disciplines. On trouve ainsi, au 1er étage, philosophie et religion en 1/2, littérature en 8, sports et loisirs en 7. Le 3e étage se partage les sciences sociales en 3, les sciences et techniques en 5/6, l’histoire et la géographie en 9.

11Ce qui frappe peut-être le plus, quand on entre pour la première fois dans cette bibliothèque multimédia, c’est qu’elle apparaît d’abord comme une immense sollicitation visuelle plutôt que comme un ensemble d’informations disponibles : « Vous avez tout sous les yeux » à la Bpi, « c’est pratique » disent les habitues. Dans ce lieu ouvert à tous, « il n’y a pas barrière » et tout ce que l’on voit est à portée de main, directement et librement accessible. Il est cependant impossible de tout embrasser du regard en même temps. Avec ses trois étages, la bibliothèque semble immense et les possibilités qu’elle offre apparaissent infinies. Certains habitués ont ainsi l’illusion qu’il ne trouveront jamais une bibliothèque avec autant de livres, autant de connaissances rassemblées au même endroit. « Ici, il y a tout » et « pour tout le monde ».

Notes

1 Renzo Piano, Richard Rogers, Du plateau Heaubourg du Centre Georges Pompidou : entretien avec Antoine Picon Centre Georges Pompidou, 1987, n. 9-44.

2 Jean-François Barbier-Bouvet, « La bibliothèque, ou le savoir-faire et la ruse », in Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain, Publics à l’œuvre :pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou, Bpi-Centre Georges Pompidou, 1986.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access