Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitués

 | 
Agnès Camus
, 
Jean-Michel Cretin
, 
Christophe Evans

Préface

Christian Baudelot

Texte intégral

Même le dimanche…

1La division du monde en deux domaines séparés, le profane et le sacré, est selon Emile Durkheim, le trait distinctif de la pensée religieuse. Profane et sacré fonctionnent comme un couple dont les deux termes sont absolument nécessaires l’un à l’autre. Aucune de ces réalités n’existe en soi ; elles tiennent respectivement leur sens et leur existence de la distinction qui les fonde en les opposant. Le sacré n’existe qu’en rejetant dans les ténèbres extérieurs au cercle qui le constitue tout ce dont il tient à se séparer. Le profane peut alors s’incarner dans des figures diverses allant de la vie ordinaire et quotidienne jusqu’à des stigmatisations plus disqualifiantes : païen, impie, mécréant, etc.

2En s’appliquant à des domaines largement étrangers à celui des seules religions déclarées, cette distinction fondamentale a le grand mérite de manifester la force persistante des catégories de la pensée religieuse dans un grand nombre de champs apparemment laïcisés de la société civile. Elle s’impose en particulier avec une grande netteté dans le domaine des institutions et des biens culturels. Le secours de la religion est alors mobilisé comme une arme efficace de la domination culturelle puisqu’elle tend à persuader tout un chacun qu’il existe une forme supérieure et légitime de manipulation et d’usage d’un certain type de biens culturels, immédiatement identifiés à des biens de salut. Tout écart à la norme est immédiatement frappé d’un signe négatif : infériorité, indignité, illégitimité. Et chacun de s’en convaincre, pour en tirer gloire et assurance lorsqu’il se persuade qu’il est inscrit dans le cercle sacré ; pour en souffrir, lorsqu’il réalise qu’il en est exclu.

3Publique ou privée, la lecture est l’une des pratiques culturelles les plus exposées aux effets souvent dévastateurs de cette forme élémentaire de la vie religieuse. Le grand intérêt de l’enquête qu’on va lire est d’en manifester la force et l’existence mais sous un jour tout à fait inhabituel puisqu’il est heureux. C’est à un laïc et joyeux retournement du stigmate que se livrent devant nous les « habitués » de la Bibliothèque publique d’information interrogés par Agnès Camus, Christophe Evans et Jean Michel Cretin. Loin de se définir négativement par rapport aux « lecteurs », grands et savants, de la Bibliothèque nationale de France, loin d’éprouver leurs pratiques de lecture et de consultation comme des sous-produits dégradés de la culture noble, loin d’adhérer à la représentation moutonnière que se font d’eux, pour mieux s’en distinguer, les tenants d’une lecture savante et sacralisée, nos « habitués » se sentent assez sûrs d’eux et chez eux à Beaubourg pour s’approprier le lieu et le plier à leurs propres désirs. Refusant de se reconnaître dans les termes à leurs yeux réducteurs de l’appellation officielle « Bibliothèque publique d’information » et encore moins dans son sigle (« Bpi »), ils préfèrent, se recommander du quartier (« Beaubourg ») ou de l’esprit démocratique et républicain du fondateur (« Pompidou »), pour nommer le cadre matériel et institutionnel de leurs habitudes. C’est bien de culture qu’ils viennent assouvir leurs besoins et non d’information, bien qu’ils y lisent régulièrement mais pas seulement les journaux.

4En revendiquant publiquement le plaisir qu’ils éprouvent à fréquenter la bibliothèque de Beaubourg, bibliothèque moderne, ouverte à « tout le monde », au « tout-venant », au « grand public », ils apprécient en connaisseurs l’absence de « bâtons administratifs » (carte, dossier de candidature, droits d’inscription) interposés entre leurs désirs et leur satisfaction. La joie et la fierté qu’ils affichent expriment, en dehors du plaisir personnellement ressenti, des valeurs militantes et revendicatives : le combat du moderne contre l’ancien, le défi de la liberté lancé à la contrainte, la revanche du profane sur le sacré. En ce sens, et si libertins qu’ils se pensent, nos habitués participent encore du plaisir de goûter le fruit défendu. Par le soin qu’ils apportent à apprécier leur plaisir en référence à l’austérité intégriste des grands temples du livre que sont la BnF et les autres bibliothèques universitaires (Sainte-Geneviève en particulier), ils demeurent encore en partie prisonniers des catégories de la pensée religieuse. Le plaisir du profane se nourrit de son aversion pour l’ascèse du lettré. De fait, les habitués qui ont répondu aux enquêteurs se vivent encore, vingt ans après la fondation du Centre Pompidou, comme les militants d’avant garde d’une nouvelle conception de la culture et de la consommation culturelle. Fort répandue dans les institutions culturelles nord- américaines où elle est depuis l’origine la norme dominante, qu’il s’agisse des musées ou des bibliothèques, cette conception démocratique de l’accès à toutes les formes de culture est encore dominée dans notre pays par une philosophie à la fois cléricale et républicaine, fondamentalement élitiste, qui tend à dresser devant la culture des barrières sociales destinées à en chasser l’infidèle. Le même Émile Durkheim a très bien expliqué, dès 1904, tout ce que cet humanisme des clercs devait aux origines religieuses de l’école républicaine.

5Il est clair que le style d’accès aux œuvres culturelles tel qu’il est proposé par la Bpi correspond en profondeur aux aspirations et aux dispositions d’un public croissant de tous âges et de toutes conditions. Le grand succès populaire des médiathèques, venues localement relayer cet effort, l’atteste. Ouvertes elles aussi à tous et proposant, comme Beaubourg, une large palette de produits culturels associant au livre, les journaux, les revues, les vidéos, les CD (rom ou non !) ainsi que les nouvelles ressources de l’informatique (Internet...), elles militent pour un nouveau rapport aux œuvres culturelles et pour une définition plus large et plus démocratique de ces œuvres. Leurs personnels en sont les ardents propagateurs. Ces institutions sont à ce titre parfaitement en phase avec les pratiques de lecture des jeunes générations d’élèves des collèges et des lycées. Ces derniers se distinguent en effet de leurs aînés par une désacralisation croissante de leur rapport au livre et à la lecture. Le livre ne bénéficie plus chez eux d’un statut d’autonomie qui le placerait à part et au-dessus des autres formes d’expression culturelle. L’univers du livre communique au contraire pleinement avec le monde de l’image et du son dans une relation de complémentarité.

6Malheureusement cette conception d’une culture moderne, ouverte et sans frontières, accessible à tous que Beaubourg et les médiathèques ont progressivement mise en place entre parfois en contradiction avec une vision plus traditionaliste et élitaire de la lecture et des œuvres du patrimoine, pratiquée dans l’enceinte scolaire. Le combat que se livrent ces deux conceptions de la culture, sacrée et profane, sous-tend en sourdine beaucoup des propos recueillis par les auteurs de cette enquête passionnante. Reposant sur une observation très fine de la réalité et d’une perception aiguë des conflits latents qui s’y jouent sous les dehors innocents d’une population d’habitués débarrassée de ses complexes, la recherche d’Agnès Camus, Christophe Evans et Jean-Michel Cretin invite, sur la lancée du travail accompli à Beaubourg, à poser en des termes nouveaux les rapports entre une culture savante et fermée et une culture ordinaire et ouverte..., même le dimanche à l’heure de la messe.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access