Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

I. La fréquentation par la bande

Un sexe des usages

Texte intégral

1« J’y vais tout le temps, sauf dès que je suis malade entre parenthèses ! » (Sarah, entretien collectif, groupe de filles.)

2Un jeudi en fin d’après-midi, l’annexe Curie est pleine. Si, d’un côté de l’allée, dans l’espace de travail, toutes les rangées de tables sont occupées par des groupes de filles, les autres, le long de la façade vitrée, le sont par des groupes de garçons. Toutes les tables proposées dans l’espace de consultation sont investies par des filles à trois ou quatre. Seule la longue table jouxtant l’espace Presse est occupée par des garçons, qui travaillent ou lisent la presse locale ou sportive.

3Dans tous les établissements, nous avons observé cette inégale répartition des sexes dans les espaces et la différence des activités. Les groupes sont plutôt homogènes, rarement mixtes sinon par accident, par manque de place par exemple. Toutefois, cette distribution sexuée des groupes s’estompe avec les niveaux scolaires et l’âge. La non-mixité serait plutôt caractéristique des publics des écoles primaires et des collèges. Les groupes d’élèves des lycées et les étudiants paraissent plus mélangés.

Des filles en groupes ou des groupes de filles ?

4Nous commencerons par présenter les types d’usages collectifs développés par les filles que nous avons dégagés dans notre étude.

5Le premier type renvoie aux lectrices - travailleuses, qui se redistribuent en lectrices solitaires et lectrices faisant partie d’un collectif.

6Le second désigne des « usagères », c’est-à-dire des groupes de filles, présentes très régulièrement à la bibliothèque, utilisatrices de ses ressources (à des fins scolaires, avant tout, mais pas seulement), mais pour lesquelles la frontière entre la sociabilité et le travail est fort ténue : le relationnel l’emportant souvent sur le studieux.

7Enfin, un troisième type serait celui des « groupales ». Pour bien distinguer ce type du précédent, nous réservons l’emploi de l’expression « groupes de filles » à ce type et désignons le précédent plutôt par « filles en groupes ». Les « groupes de filles » qui composent ce troisième type relèvent davantage de ce que nous avons analysé dans la partie sur les usagers déviants. Ces publics se caractérisent en effet par une culture commune de la provocation et de l’insulte, la recherche de l’affrontement. Alors que les filles en groupe peuvent, par leurs pratiques langagières ou comportementales, perturber les autres usagers et le personnel, mais de manière involontaire, les « groupes de filles » s’inscrivent délibérément dans cette logique.

Des pratiques bien différenciées et différenciatrices

Des socialisations familiales différenciées

8Les différences de pratiques entre sexes sont à mettre en relation avec les différenciations entre filles et garçons opérées dans l’éducation familiale et scolaire. Les garçons bénéficient dans l’ensemble d’une plus grande marge d’autonomie. Le contrôle semble particulièrement renforcé sur les filles issues des milieux populaires, descendantes d’immigrants nord-africains, et élevées dans un contexte musulman. Pour ces familles, la bibliothèque s’inscrit dans une parenté étroite avec l’école, institution à qui elles peuvent déléguer ce rôle de contrôle sur les comportements de leurs filles.

  • 1 Zami, une nouvelle façon d’écrire mon nom, Laval, Québec, Trois, 1998, p. 231.

9« C’était le seul endroit où nous pouvions être totalement seules, c’est-à-dire sans nos mères. Ni l’une ni l’autre n’avions envie de retourner dans nos foyers, vers nos guerres familiales respectives. » (Lorde, Audre1.)

10Nous avons donc observé de nombreuses jeunes filles, entourées d’une fratrie, qui, bien souvent, leur sert d’alibi. Les bibliothèques leur donnent la possibilité de prendre de la distance avec les rôles sociaux de sexe assignés par leurs familles, lesquelles entendent souvent les maintenir dans l’espace domestique et son lot de tâches ménagères. Les jeunes filles dégagent ainsi du temps pour avancer dans leur travail scolaire (stratégiquement important pour elles dans le chemin de l’autonomisation), pour lire en toute tranquillité et bien sûr pour socialiser. Les équipements de quartiers font massivement l’objet de ce type d’appropriation collective par des jeunes filles. La proximité avec l’habitation joue clairement dans l’autorisation qui leur est accordée par les familles. Il est significatif ainsi dans notre corpus que les deux bibliothèques qui connaissent des formes de « squattage » par des groupes de filles soient des annexes de quartier.

Des socialisations scolaires différentes

11À la bibliothèque, plus que les garçons, les filles se consacrent à des activités de travail, de recherche, de lecture. On sait – et les recherches sur l’école, les données chiffrées de l’Éducation nationale l’attestent – que les filles sont plus facilement mobilisées par le travail scolaire que les garçons. Il est donc explicable que les filles en groupes observées sur nos sites utilisent si facilement les bibliothèques à des fins scolaires. La salle de travail est largement occupée, les documents (dictionnaires, usuels, ouvrages…) consultés.

Des filles plus lectrices

  • 2 Ce que les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français et les recherches sur la lecture en (...)

12Autre signe de cette appropriation différenciée : l’inscription à la bibliothèque. Alors que pratiquement toutes les filles de notre échantillon avaient une carte de lecteur, la proportion des garçons qui déclaraient avoir accompli la démarche d’inscription ou de réactualisation était limitée. Les filles s’inscrivent pour emprunter parce qu’elles sont en moyenne plus grandes lectrices2, tandis que la lecture sur place, collective ou solitaire, essentiellement de bandes dessinées ou de journaux et de magazines, caractériserait plutôt les garçons. Si la mobilité de ces derniers à l’intérieur de la bibliothèque est plus visible, paradoxalement elle se réduit aux espaces de circulation, alors que les filles entretiennent des rapports fonctionnels avec les espaces qu’elles occupent ou utilisent au sens fort : elles manipulent vraiment la collection, ne se contentent pas de glisser entre les rayons. Dans nos entretiens, nous avons pu pleinement mesurer ces différences à la connaissance que les jeunes avaient de la bibliothèque. Nous demandions à ces jeunes usagers d’imaginer qu’ils présentaient la bibliothèque à une personne qui ne la connaissait pas du tout. Proportionnellement, les filles manifestaient une connaissance plus fine. À cet égard, la description proposée par Adèle, jeune collégienne, habituée à s’installer avec un groupe de camarades dans la salle de travail des jeunes de la médiathèque Armstrong, est exemplaire. Nous en reproduisons un extrait :

13« À l’entrée [elle rit] de l’espace Jeunesse sur la gauche, heu, y a, y a des livres pour les plus petits, pour les plus jeunes. Après, heu, l’entrée, dès qu’on va tout droit, quand on tourne, enfin bon tout droit, on passe à côté de [elle rit, réfléchit] sur la droite quand on entre, il y a des livres de poésie, de théâtre [elle réfléchit] et, et des livres de langue, alors et juste en face de ça, y a des livres d’art je crois, et heu après il y a de musique, je pense [elle réfléchit] si de musique…après y a le sport, et puis, comment on appelle ça, des trucs manuels. Alors on continue, on arrive face à une étagère, enfin ça commence à aller vraiment dans l’espace de travail…y a des livres où on peut chercher des renseignements, comme par exemple quand on rentre y a directement une étagère. Sur cette étagère, y a des, des livres de géographie et de l’histoire… »

14Elle contraste singulièrement avec la présentation lapidaire arrachée à Ahmed : « Y a des machins pour les enfants là-bas et en haut y a pour les adultes et puis aussi, à droite, y a le machin des journaux là, et y a un, une salle pour la musique, et y a Internet aussi, et c’est tout, mais c’est nul ; ça sert à rien. »

Espace collectif d’entraide scolaire

15Les bibliothèques sont le lieu de prédilection choisi par les groupes de filles pour faire ensemble leurs devoirs. À la médiathèque Armstrong, nous avons rencontré à chacun de nos passages un groupe de collégiennes, descendantes d’immigrants nord-africains, toujours ensemble pour les recherches, le travail. Interviewées collectivement, elles ont affirmé poursuivre en classe cette pratique : c’est ensemble qu’elles réalisent les activités scolaires, quelles qu’elles soient, y compris les devoirs et contrôles surveillés…

16« Hum, je préfère, parce que toute seule des fois on est pas sûr, et puis quand on a quelqu’un on peut [elle réfléchit] je sais pas comment dire [elle réfléchit] on peut choisir, je sais pas, je sais pas quoi donner comme exemple, mais enfin on peut décider entre nous, alors que si on est toute seule, voilà quoi. » (Amal.)

17Significatives de ce fonctionnement collectif, sont les difficultés que nous avons rencontrées à obtenir d’elles des entretiens individuels ; à l’exception de l’une d’elles, toutes souhaitaient être interviewées ensemble.

Ces filles qui « tchachent » beaucoup et qui s’agitent

18Si les filles adoptent en général dans les bibliothèques des conduites en conformité avec les attentes sociales, il existe d’autres cas de figure que nous avons eu l’occasion d’observer dans le cadre de notre enquête. Les jeunes usagères mettent ainsi en œuvre deux autres types de pratiques collectives qui sont la cause de certaines tensions.

Logique des retrouvailles et de l’amusement

19Le fait que les bibliothèques soient l’un des rares espaces de sortie autorisés par leurs familles entraîne des dérives, sources de tensions et d’incompréhension, puisque les filles se saisissent de ces espaces comme d’un lieu où elles peuvent s’autoriser des choses et par là même s’émanciper du contrôle social qui pèse sur elles. Les bibliothèques sont dès lors perçues comme un substitut ou, parfois, une alternative aux sorties. Dans leurs discours, la référence aux pairs, aux copines, aux autres jeunes susceptibles d’être rencontrées, revient de manière répétée :

20« On est presque sûr de les rencontrer à la médiathèque. Quand je veux voir une copine, je passe là. »

21Halem signale clairement que pour elle la médiathèque Armstrong est un lieu de rencontres, alors même que le quartier dispose par ailleurs d’une salle pour les jeunes, qui propose un certain nombre d’activités. Elle précise que cet espace est surtout fréquenté par les garçons. Ce point est important : le poids des interdits familiaux n’explique pas tout. Les rapports de sexe jouent également. Toutes les recherches qui portent sur les jeunes des quartiers populaires mettent en évidence une constante, le ravalement des filles à des objets sexuels. Les paroles particulièrement machistes et ordurières de nombreux morceaux de rap vont dans ce sens. Les filles peuvent dès lors préférer ne pas s’exposer à « être traitées », comme le souligne Nadia, membre de ce même groupe.

22Si la bibliothèque est explicitement utilisée comme un espace relationnel, c’est aussi un lieu ludique pour certains groupes de filles. Sarah, qui fréquente quotidiennement la bibliothèque Condorcet, met en avant cette dimension de la rigolade avec les copines :

23« On vient souvent ici pour s’amuser, pour rigoler. Les autres, elles viennent là pour faire des conneries…

  • C’est quoi, des conneries ?
  • Je sais pas moi, exemple, courir, crier… »

24D’ailleurs, Sarah, qui se présente clairement comme étant engagée dans des comportements « transgressifs », manifeste une connaissance très précise du règlement :

25« [Le règlement de la bibliothèque] c’est marqué en grand dès qu’on rentre à l’entrée. Je l’ai lu dès que je suis allée pour la première fois.

  • Tu peux m’en donner des points ?
  • Ne pas courir. Chuchoter. Faire attention aux livres [elle rit].Heu. Comment ? Ne pas faire de bruit. Ne pas entrer dans les endroits privés […]
  • Et toi tu le respectes ce règlement ?
  • [Elle rit.] Non, je cours, je parle fort et je fais beaucoup de bruit. »

26Nous avons pu, lors de nos visites dans la bibliothèque, apprécier le niveau sonore difficilement supportable, les vives apostrophes échangées entre elles, les courses dans les escaliers… autant de libertés prises avec le règlement qui participent des conflits susceptibles de les opposer à d’autres usagers et aux personnels.

Des groupes de filles dans des conduites ruptrices

27« Ainsi ce qui change dans les cités, c’est que, malgré la domination spectaculaire des frères sur les sœurs, la violence devient aussi l’affaire des femmes. » (Pascal Duret, 1999.)

28Alors que Jean-Charles Lagrée, dans les années quatre-vingt, concluait que « la bande reste une activité masculine », notre étude rejoint l’analyse de Pascal Duret, qui note, de son côté, que « l’exacerbation de l’ethos de virilité fait partie du climat ambiant de la cité ».Des groupes de filles aux comportements anomiques peuvent se rencontrer en bibliothèque, dans l’outrance, voire la surenchère, puisqu’elles ont encore plus à marquer leur écart avec les normes et les représentations traditionnelles. Elles se jouent ainsi de la double assignation imposée par les familles et par les institutions de savoir, que ce soit l’école ou la bibliothèque. Ces groupes de filles investissent les espaces des bibliothèques, soit pour s’affronter à l’institution, soit pour rigoler, soit pour régler des comptes entre elles. Nous avons pu noter également, mais plus rarement, la présence de filles dans des groupes de garçons.

29Un groupe de filles, lycéennes au moment des entretiens, présentes de manière régulière dans l’espace de travail, évoque dans un entretien collectif son passé à la médiathèque Armstrong :

30« Quand on était jeunes, c’est vrai on faisait de la provoc’. On venait se bagarrer avec le vigile…Ah ouais, on était graves. Mais maintenant on a changé, on est au lycée. On vient travailler quoi ! » (Souad.)

31Hakim, déjà critique à l’endroit de ses pairs masculins engagés dans des comportements provocateurs et anomiques dans les bibliothèques, à l’école ou dans la rue, exprime son étonnement face aux comportements des filles de sa seconde classe de troisième :

32« Même les filles, elles faisaient n’importe quoi. Des filles ! ! ! Des folles, des folles…Elles criaient, elles criaient. Y en a pas une, pas une seule qui est au lycée maintenant. Elles sont toutes en BEP. Moi j’les aidais j’leur disais y a le brevet…

  • Où vous retrouviez-vous pour travailler ensemble ? Vous veniez ici ?
  • Ouais, on pouvait venir ici. Mais elles, elles étaient trop graves, elles pouvaient pas rester. » Nous avons pour notre part régulièrement assisté à des altercations entre des groupes de filles et le personnel, qui se soldaient par des exclusions.

Tableau d’usages collectifs au féminin : des copines, Houria et les autres

33L’une des figures que nous avons beaucoup rencontrée est celle des « bandes » de copines, à la fois préadolescentes (élèves de classe de primaire) et adolescentes (élèves en collèges ou en lycées).Nous allons donc marquer un arrêt sur Houria et sa petite troupe, rencontrées à la bibliothèque centrale de Rouville, avec lesquelles nous avons eu des entretiens collectifs (sur place, à la bibliothèque) et individuels. Houria est en 6e, ses deux copines, Fouzia et Fatima sont élèves de primaire. Ce noyau dur peut être, de manière ponctuelle, élargi à d’autres filles. Fouzia et Fatima se rendent tous les mercredis et les samedis à la bibliothèque. Houria, désormais scolarisée au collège, ne peut plus venir en semaine après les cours comme elle en avait l’habitude les années précédentes. Ces jeunes filles mettent en avant quatre raisons majeures de fréquenter la bibliothèque : travailler, lire et emprunter des livres, et se retrouver toutes ensemble. En fait, si nous confrontons leurs discours et nos observations, nous les avons vu plutôt occupées à rire, à parler, à utiliser le poste de consultation du catalogue, qu’à lire ou à travailler.

Des rapports tendus avec le personnel

34« Y en a, elles sont méchantes…Là : les deux…Elles nous virent, elles veulent toujours nous virer. » (Rokia.)

35Précisément, leur présence à la bibliothèque pose problème, du fait que la bande s’augmente souvent d’autres copines rencontrées sur place, également accompagnées de petits frères ou petites sœurs, ce qui en fait un groupe très imposant, dans un espace particulièrement restreint. Nous avons déjà souligné l’importance de l’exigence du silence dans la bibliothèque Condorcet. Pour ces filles, déjà « repérées », pour reprendre une terminologie scolaire qui a sa place ici, comme sources potentielles de problèmes, les rapports avec le personnel sont particulièrement tendus. C’est ainsi qu’elles s’exposent au refoulement dès l’entrée, ou, le plus souvent, une fois à l’intérieur, elles sont priées de sortir à la moindre incartade. Un rapport de force semble s’être installé de part et d’autre : le personnel développant une posture de méfiance, des a priori négatifs, les filles, engagées dans une logique de provocation.

Houria et la bibliothèque

36La figure et l’histoire de Houria peuvent éclairer cette situation conflictuelle. Houria vient à la bibliothèque, à la fois pour faire ses devoirs et pour y rencontrer ses copines. Les livres n’occupent une place majeure ni dans son rapport à la bibliothèque ni dans ses activités propres. Notons d’ailleurs la discrimination spatiale qu’elle opère dans l’établissement en fonction de ses activités :

37« Pour travailler je vais plutôt en haut c’est plus calme, y a plus de tables…En bas c’est pour être avec les copines, rigoler. »

38Elle est toujours accompagnée de sa jeune sœur Fatima et moins systématiquement de Moustafa, son petit frère. Houria paraît plus libre de ses mouvements et de ses déplacements que ses copines, sa famille semble moins crispée sur les traditions. Avant la naissance de son frère, sa mère travaillait dans les cantines municipales. Son père est gérant d’une épicerie. Leur rapport aux pratiques religieuses a l’air moins strict. Certes, Houria suit un cours d’arabe, mais seulement une fois par semaine et à sa demande, plus pour retrouver ses copines que pour toute autre motif. Il est d’ailleurs significatif de relever que ce que ses copines désignent comme « cours coranique » devient chez Houria « cours d’arabe ». Pour autant, notons un rapport ambivalent aux autres, à ceux qui n’appartiennent pas au cercle de ses copines. Elle oppose en effet aux « nous » (elles) les « autres », ceux de son quartier qu’elle qualifie de « caillera », qui sont plutôt des « garçons », des infréquentables, parce qu’ils « zonent » et « font des conneries ». Elle se démarque également des « autres » de l’école : là encore elle opère une distribution à l’intérieur du collège entre elle et les autres, et en particulier avec un garçon perturbateur :

39« Cette année, depuis que j’suis au collège, on fait rien, on fait rien. Les profs y en a, i nous laissent jouer aux cartes. Y a trop de bruit, trop de bordel. Toujours des bagarres.

  • Dans le collège ?
  • Non dans ma classe, y a un garçon i passe son temps à se bagarrer… »

Son rapport à l’école et au travail scolaire

40Houria se définit clairement comme une « travailleuse modérée » : il s’agit pour elle de faire juste ce qu’il faut. Ce qui prime en dehors de l’école, ce sont les espaces et les temps de sociabilité, d’où son hostilité face à la reproduction par les personnels des bibliothèques de règles qui, pour elle, relèvent plutôt du monde scolaire. La bibliothèque se présente comme un espace intermédiaire entre l’école, la famille et l’extérieur : s’il lui semble pertinent de respecter une certaine forme de silence par égard pour ceux qui travaillent dans cet espace, Houria refuse toutefois de voir appliquer cette règle de manière absolue ou rigide. Cette situation d’incompréhension, que nous avons observée tout au long de cette enquête, témoigne des malentendus générateurs de tensions qui peuvent opposer le monde des bibliothèques et les publics juvéniles.

Notes

1 Zami, une nouvelle façon d’écrire mon nom, Laval, Québec, Trois, 1998, p. 231.

2 Ce que les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français et les recherches sur la lecture en France font ressortir.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access