Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

I. La fréquentation par la bande

Bibliothèques, publics juvéniles et usages collectifs

Texte intégral

1« On entend que vous ! Au bout du troisième avertissement, vous sortez. »C’est ainsi que Nadia, « emploi-jeune préposée à la salle de travail du secteur Jeunesse », apostrophe un groupe de cinq garçons installés à une même table. Nous sommes un mercredi de septembre en fin de journée ; la salle est pleine. Le groupe est rejoint par deux autres garçons, ce qui augmente le niveau sonore de l’ensemble et appelle, une dizaine de minutes plus tard, ce nouvel avertissement de la part de la jeune femme :

2« Eh, les garçons, vous faites quoi ? Ici c’est pas un squat ! Vous êtes là pour les devoirs. »

3Un des garçons :

4« On est obligés de parler pour l’aider.

5– Ce n’est pas un comportement normal en bibliothèque. Tu chahutes. »

6Les garçons se moquent et répètent en chœur :

7« Chahuter chahuter. »

8Nadia se lève et va vers le groupe :

  • 1 Nous avons souligné les termes qui nous paraissent les plus significatifs.

9« Vous faites quoi ? Vous faites quoi ?…C’est moi qui suis là pour l’aider1. »

  • 2 Notre corpus comprend à la fois des observations de type ethnographique et des entretiens, collect (...)
  • 3 Pensons, par exemple, au chapitre sur la ville du Havre dans M. Wieviorka (1999), p.177 sq.

10De telles scènes relèvent de l’ordinaire dans les bibliothèques publiques, elles remplissent nos carnets d’observation2, quels que soient les établissements et leurs différences, qui tiennent à la configuration spatiale, aux personnels, au calendrier. Celle-ci nous paraît tout à fait significative pour tout dire du contexte de difficultés et de tensions auxquelles font face les bibliothèques publiques et plus directement leurs personnels, lorsqu’ils sont en présence des pratiques d’utilisation collective par des publics juvéniles. Les phénomènes de groupe dans les quartiers populaires dits sensibles, les violences urbaines et scolaires, ces phénomènes « socio-médiatisés » selon l’expression de Bernard Charlot (1997), font à présent l’objet d’études nombreuses ou d’appels d’offres de recherches. Mais les travaux qui portent plus précisément sur leur apparition dans le contexte particulier des bibliothèques sont rares sinon inexistants. Il n’en est question qu’indirectement dans des comptes rendus d’expérience, ou dans des études plus générales sur les violences urbaines3.

  • 4 Étude intitulée « Sociabilités juvéniles et usages collectifs dans les bibliothèques publiques », (...)
  • 5 Éducation, Socialisation et Collectivités Locales, département des Sciences de l’éducation, univer (...)
  • 6 L’équipe d’E. Debarbieux, à Bordeaux, s’est pour sa part employée à quantifier et à analyser ce ph (...)
  • 7 Entre autres textes contribuant à les analyser et à les articuler, et sur lesquels nous nous appuy (...)

11L’étude que nous avons conduite visait donc à circonscrire ce phénomène d’utilisation collective des bibliothèques par des publics jeunes4. Il nous semblait, sans être spécialiste des questions de lecture publique, que ce questionnement rejoignait en bien des points les problématiques abordées depuis des années maintenant par l’équipe ESCOL5 et qu’il était possible de repérer des convergences entre l’école et les bibliothèques. Ces deux institutions ont connu l’une et l’autre les effets des politiques culturelles et scolaires de démocratisation, qui se sont traduites par un élargissement de la base sociale des publics accueillis. Depuis une dizaine d’années a surgi la question des violences6. Or, à entendre les témoignages des personnels ou des usagers, on peut relever une autre convergence entre les deux institutions : en dehors des exactions visibles, relevant de délits, comme les vols ou les détériorations de matériel, les manifestations d’irrespect opérées par ces « nouveaux »publics se développent. Elles toucheraient les règlements de l’établissement, comme les normes les plus élémentaires de la civilité, du vivre-ensemble, supposées être connues et partagées par toutes et tous. Afin d’identifier et d’analyser les utilisations collectives des bibliothèques par les publics juvéniles, nous avons donc mobilisé largement les recherches effectuées dans le champ scolaire, et les conceptions et cadres théoriques construits par l’équipe ESCOL7.

Usages collectifs

  • 8 Nous renvoyons à l’historique de ces travaux proposé par M. Poulain (1993).

12Notre étude faisait suite à un ensemble de travaux de type qualitatif8 conduits depuis une dizaine d’années par la Bpi sur ses propres usagers et plus largement sur ceux des bibliothèques publiques. Elle s’inscrit plus particulièrement dans le sillage des questionnements initiés par l’étude dirigée par Michèle Petit (1997) sur des parcours atypiques de jeunes des milieux populaires dont l’histoire a été marquée par la rencontre avec les bibliothèques publiques.

  • 9 Nous utilisons cette terminologie en référence au travail de N. Guénif-Souilamas (2000) à qui nous (...)

13La recherche de Michèle Petit avait le grand mérite de dégager des horizons d’intelligibilité, hors des sentiers battus et des a priori tenaces, touchant le rapport à l’univers des bibliothèques de sujets issus de milieux populaires, descendants de migrants9 pour beaucoup d’entre eux. En retraçant de manière très fine, quasi clinique, les cheminements de quatre-vingt-dix jeunes interrogés, l’analyse faisait apparaître combien les simples indicateurs sociologiques ne jouaient pas toujours un rôle déterminant dans les histoires singulières, et comment des rencontres heureuses pouvaient se produire dans les bibliothèques y compris pour des usagers qui par leur ascendance familiale, sociale ne disposent pas des meilleurs atouts afin d’en profiter.

14Si cet ensemble d’analyses nous semble particulièrement fécond, il convient toutefois d’en réinterroger certaines conclusions. À l’évidence, la plupart des jeunes issus de milieux populaires font ces rencontres heureuses de manière solitaire dans les bibliothèques. Pour autant, ce mode solitaire de contact avec les livres sur le terrain de la bibliothèque est-il le seul susceptible de conduire à des transformations des sujets sur le plan subjectif, cognitif, social ? Peut-on réduire l’appartenance au groupe à une simple « prothèse identitaire »pour les jeunes ? Il nous semblait devoir questionner à nouveau la grille de lecture adoptée dans cette approche ou du moins tenter de cerner de manière plus fine les processus à l’œuvre dans les regroupements juvéniles, leurs sens et leurs enjeux de constructions subjectives, épistémiques et sociales.

Nos terrains

  • 10 Nous avons également renommé chacun des établissements.

15Notre choix s’est porté sur des bibliothèques situées dans des villes et des quartiers dits difficiles. À des fins comparatives, nous avons travaillé à la fois sur des établissements localisés en périphérie et en centre-ville, ainsi que sur une ville de province. Au total, notre recueil de données a porté sur six bibliothèques, dans trois villes différentes, ici rebaptisées10 Rouville, Névieille et Hay-la-Forêt.

16Rouville et Névieille sont en banlieue parisienne :

17Rouville compte une centrale, la bibliothèque Condorcet et deux annexes de quartier ; pour notre recherche nous nous sommes limités à l’annexe Jaurès ; Névieille dispose de la médiathèque Armstrong en centre-ville et de l’annexe de quartier Voltaire.

18Hay-la-Forêt est équipée d’une médiathèque moderne, la médiathèque Hugo, située en centre-ville mais à l’extérieur du centre historique, et d’un réseau de bibliothèques de quartiers ; nous avons retenu l’annexe Curie.

Notes

1 Nous avons souligné les termes qui nous paraissent les plus significatifs.

2 Notre corpus comprend à la fois des observations de type ethnographique et des entretiens, collectifs et individuels auprès des personnels et des usagers.

3 Pensons, par exemple, au chapitre sur la ville du Havre dans M. Wieviorka (1999), p.177 sq.

4 Étude intitulée « Sociabilités juvéniles et usages collectifs dans les bibliothèques publiques », août 1999-juin 2000, réalisée par l’équipe escol, sous la direction scientifique du service Études et recherche de la Bpi, pour le compte de la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication.

5 Éducation, Socialisation et Collectivités Locales, département des Sciences de l’éducation, université Paris 8, Saint-Denis.

6 L’équipe d’E. Debarbieux, à Bordeaux, s’est pour sa part employée à quantifier et à analyser ce phénomène en milieu scolaire afin d’améliorer la compréhension des processus en jeu.

7 Entre autres textes contribuant à les analyser et à les articuler, et sur lesquels nous nous appuyons, nous renvoyons à B. Charlot, E. Bautier, J.-Y. Rochex (1992), à J.-Y. Rochex (1995), à E. Bautier, J.-Y. Rochex (1996), à N. Hedjerassi (1997), à B. Charlot (1997, 1999).

8 Nous renvoyons à l’historique de ces travaux proposé par M. Poulain (1993).

9 Nous utilisons cette terminologie en référence au travail de N. Guénif-Souilamas (2000) à qui nous renvoyons pour l’explicitation de ce choix.

10 Nous avons également renommé chacun des établissements.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access