Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’espace livre au lieu de vie

 | 
Sonja Kellenberger
, 
Fabrice Raffin

Conclusion. Librairies et clients indépendants ?

Texte intégral

1La librairie tire son origine du projet fondateur du libraire, on l’a vu, mais les usagers, par leurs pratiques, contribuent à leur tour à la construction de ce projet et le font évoluer : il s’agit bien d’un processus de coconstruction. Ainsi, fréquenter de manière motivée – voire systématique – une même librairie indépendante pour des motifs d’ordre culturel et/ou intellectuel (manifester son intérêt pour une orientation littéraire affichée par la librairie), par affinité (parce qu’on apprécie la personnalité du libraire et/ou de son équipe), ou pour des motifs qui relèvent de l’engagement de proximité et d’une certaine forme de militantisme (participer en tant que client au maintien et à la défense de ce type de commerce dans son quartier et dans l’espace public en général), c’est contribuer personnellement et plus ou moins activement à l’inscription de ce lieu culturel dans la ville. Ces attitudes semblaient assez courantes sur nos terrains d’enquête.

2Si la librairie indépendante n’est pas, comme on l’a souvent entendu, un « commerce comme les autres », c’est sans doute aussi parce qu’elle apparaît dans les entretiens comme un espace de liberté, voire, curieusement, comme un espace de gratuité. C’est l’un de ses nombreux paradoxes :

Que signifie pour vous la librairie dans votre ville ?
— Heureusement que ça existe, heureusement que c’est là. Sinon la plupart du temps, la ville, on a vite fait le tour, tu restes chez toi devant la télé en attendant que ça passe. L’ANPE le matin, la maison l’après-midi et voilà quoi. Et puis La Galerne.
Et la plage ?
— On a vite fait le tour. La plage c’est bien quand on a les sous. Pour s’asseoir, boire un pot, mais quand on a fait le tour il y a rien de neuf, on y va une fois, ça suffit. Ici, il y a toujours des nouveautés qui arrivent. C’est bien. (Femme, 29 ans, demandeur d’emploi, prépare un concours d’aide-soignante, LG_ 10)

3Cet usage non commercial des points de vente du livre n’est évidemment pas l’apanage des seules librairies indépendantes : on le trouve aussi bien dans certaines grandes surfaces culturelles. L’anonymat est même plus facile dans ces enseignes, ce qui peut favoriser les pratiques non commerciales que certains usagers perçoivent malgré tout comme étant plus ou moins déviantes (regarder simplement les nouveautés, consommer sur place, etc.). En revanche, les librairies indépendantes présentent l’avantage inverse pour d’autres types de personnes en recherche de lieux de sociabilité livresque. Pour celles-ci, l’intérêt principal de la librairie réside dans le fait qu’elle concentre dans un même espace des livres et des amateurs de livres. Qui plus est, pour ces mêmes lecteurs, c’est aussi un endroit physique où, contrairement à la bibliothèque publique, on peut discuter livres et lectures à voix haute, et où il est possible, contrairement à Internet, de croiser ou de rencontrer des « vrais gens » dans la « vraie vie ».

4À la différence aussi des grandes surfaces culturelles actuelles, les librairies indépendantes sont plus souvent conçues et perçues comme étant des lieux d’expertise partagée. Là encore, ce ne sont pas les seuls commerces indépendants en ville qui présentent ce genre de qualité : on peut en effet la trouver chez certains cavistes ou même chez certains fleuristes qui proposent des sélections exigeantes de produits et qui sont à même d’attirer à eux experts et amateurs éclairés (ce qui sous-entend également échanges de points de vue et conseils, discussions argumentées, etc.). Une nuance importante tient peut-être au fait que les librairies indépendantes exposent et mettent en vente des « biens de consommation » (qui sont aussi des biens symboliques ou « biens de salut culturel », selon l’expression de Max Weber) dont on peut assez facilement entamer la lecture sur place. Il est donc possible d’y passer un peu plus de temps que dans d’autres types de commerces sans vraiment « déranger » ou « détonner » (c’est sans doute moins évident chez un fleuriste ou un caviste) : l’espace et l’atmosphère des librairies s’y prêtent et nous avons vu qu’ils étaient l’un et l’autre souvent intentionnellement construits et aménagés pour cet usage.

  • 1 Sans doute beaucoup plus que d’autres institutions du livre telles que les bibliothèques publiques (...)

5Enfin, en tant qu’espaces de visibilisation et d’expérience du livre au sens le plus large, les librairies indépendantes jouent évidemment un rôle très important : elles l’affichent publiquement à travers leurs vitrines et leurs sélections et contribuent de la sorte à inscrire la pratique de lecture dans le tissu urbain1. C’est ici que les caractéristiques de « normalité urbaine » et de « normalité culturelle » se révèlent décisives et font des librairies indépendantes des commerces décidément singuliers en tant que lieux culturels publics, à la fois proches et accessibles par certains côtés : des espaces chaleureux et personnalisés avec « un côté un peu bazar », mais aussi des « îlots », des « bulles », des « réservoirs », des « sources », des « poumons », des « oasis », comme nous avons pu l’entendre dans nos entretiens.

Notes

1 Sans doute beaucoup plus que d’autres institutions du livre telles que les bibliothèques publiques qui s’autorisent moins ce rôle d’interface via les vitrines et les tables de présentation.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter