Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’espace livre au lieu de vie

 | 
Sonja Kellenberger
, 
Fabrice Raffin

Deuxième partie. Un lieu de vie dans la ville : ce que la ville fait à la librairie, ce que la librairie fait à la ville

Texte intégral

Une librairie pour moi est un lieu indispensable dans une ville. Si une ville n’a pas de librairie, c’est une ville qui ne va pas beaucoup bouger déjà. C’est le lieu d’abord où les gens se rencontrent, on peut trouver les livres qu’on veut, donc c’est vraiment un lieu de passage et de culture important. (Femme, 50 ans, illustratrice de livres pour enfants, FdE_A_14b)

1De nombreux témoignages recueillis dans le cadre de cette enquête décrivent la librairie indépendante comme un lieu constitutif d’une ville. Sa présence dans une ville est le signe « d’une ville qui bouge », « d’une ville qui fait attention à sa vie culturelle », « d’une ville bien équipée ». Une ville « qui bouge » est une ville qui se construit sur l’économie (le commerce), la culture, mais aussi le politique, et d’autres ordres signifiants. La librairie indépendante prend place à l’intersection de ces deux ordres de la ville que sont l’économie et la culture, mais, nous allons le voir, elle relève aussi d’autres ordres caractéristiques des villes contemporaines, l’ordre politique notamment ou l’ordre des mobilités.

Centralité marchande, ordre économique et requalification urbaine

2Parmi les ordres urbains constitutifs de la ville, l’ordre marchand est primordial. Souvent installée dans le quartier commercial par excellence, celui du centre-ville, la librairie s’inscrit dans cet ordre marchand et participe aux dynamiques urbaines qui affectent les centralités commerciales. Celles-ci sont sans cesse en mouvement, en fonction de pratiques changeantes, d’effets de mode, d’évolutions démographiques ou de mouvements de population, d’aménagements urbains durables ou éphémères qui altèrent les flux. La ville n’est pas stable, les équilibres territoriaux et les centralités évoluent, se reconfigurent et se déplacent en fonction de dynamiques locales et extra-locales. Les petits commerces en dépendent tout particulièrement.

3Toutes les librairies de notre corpus se situent dans un centre-ville traditionnel ou dans une centralité marchande. Du fait de cette localisation, elles subissent les restructurations spatiales qui façonnent à la fois les conditions d’exercice de l’activité commerciale, mais aussi les pratiques d’approvisionnement des usagers-clients. Plusieurs caractéristiques propres permettent aux librairies indépendantes de se maintenir au centre-ville et d’y jouer un rôle important. Elles ont la capacité de s’adresser à des populations diverses et à des besoins tout aussi divers, en jouant sur la variété de la marchandise vendue qui leur permet en fonction des cas de proposer à la fois des beaux livres, des ouvrages de divertissement, des guides touristiques, de l’équipement de nécessité (livres scolaires, par exemple), papeterie ou carterie, ainsi que des animations culturelles. Les librairies peuvent ainsi s’adapter aux transformations de la population de la ville ou du quartier en renouvelant l’offre en fonction des évolutions de la clientèle.

4Susceptible de s’adresser à tous, la librairie indépendante attire cependant en particulier une population dont le pouvoir d’achat n’est pas négligeable et le capital culturel relativement élevé. Le cas de La Galerne est révélateur de la spécificité commerciale de la librairie indépendante et des effets de qualification qu’elle peut produire sur un quartier. En s’installant en 1999 dans le bâtiment qu’elle occupe aujourd’hui, La Galerne a contribué à l’évolution commerciale de l’îlot urbain. Ce déménagement correspondait d’abord à un acte de stratégie commerciale, motivé par l’installation prochaine d’une Fnac ; c’était aussi le moyen d’affirmer la librairie comme un lieu culturel à part entière, grâce à l’agrandissement des locaux et à l’ouverture d’un espace café fonctionnant comme un café littéraire.

5Le gérant avait cependant pris le risque de s’installer un peu en décalage des flux principaux :

Il y a un premier centre [commercial urbain] derrière le Volcan, il y a les Halles avec les commerces de bouche haut de gamme et prêt-à-porter masculin haut de gamme. Après, il y a la rue piétonne qui est à 200 mètres de là, puis vous avez le centre de la place de l’Hôtel-de-Ville qui est un espace assez vaste avec des jardins, et sur la droite de la place de l’Hôtel-de-Ville, à 200 mètres, il y a le centre commercial [l’espace Coty, où se trouve la Fnac] qui est un deuxième grand centre commercial de la ville et nous, on est entre les deux.

  • 1 Alain Metton, « Espoirs et amertumes du commerce des centres-villes », Échanges/ Surfaces,aru, n° (...)

6Dans des centres-villes en évolution, la librairie indépendante apparaît un commerce élémentaire et singulier, qui se distingue notamment des Fnac et autres grandes surfaces commerciales. Ces chaînes, bien qu’elles apparaissent comme les « nouveaux symboles d’une urbanité commerciale avancée1 », contribuent à une certaine uniformisation des villes qui altère notre perception du territoire. À l’inverse, la librairie indépendante donne du relief au territoire, grâce à l’originalité du projet qui la soutient, et à la logique de distinction qui anime certains de ses usagers.

7Cependant, en dépit du fait que les librairies indépendantes peuvent devenir un repère urbain et jouer un rôle majeur dans les rééquilibrages territoriaux du quartier où elles s’installent, leur marge de manœuvre reste fortement contrainte par les dynamiques marchandes. L’interaction entre centre-ville et périphérie en termes commerciaux et en termes d’usage est au cœur de leur statut urbain ; elle entre aussi dans la problématique de leur survie économique. C’est ainsi que Folies d’Encre, qui avait ouvert ses portes au début des années 80 dans une rue piétonne animée a subi de plein fouet le déclin du quartier. Les commerces de proximité ont progressivement été remplacés par des bazars, des points Internet, des taxiphones, des points de vente de service (edf), etc., et la fréquentation a changé. En lien avec ces évolutions contextuelles, FdE a connu une baisse significative de sa clientèle, ce qui a motivé, pour des raisons de rentabilité, son déménagement à une centaine de mètres du métro Croix-de-Chavaux, juste à côté d’un Monoprix – cas de figure un peu paradoxal au demeurant puisque ce Monoprix dispose lui-même d’un petit rayon livres. Ce grand magasin, l’un des symboles des centres-villes français, participe de l’attractivité de la zone, et garantit un flux régulier de personnes que FdE est susceptible de capter en partie. La proximité des deux commerces multiplie les parcours d’usages : on peut venir à Monoprix et s’arrêter de manière opportune à FdE, mais l’inverse est également vrai.

8Le renforcement est donc mutuel. C’est en raison de la déqualification commerciale de la rue piétonne que la librairie a été déplacée, pour la rapprocher de flux urbains plus importants liés à la présence du Monoprix. Mais, avec le temps, FdE a acquis les qualités symboliques d’un lieu commercial d’importance pour Montreuil : sa nouvelle implantation renforce la qualification du quartier et génère un flux commercial dont Monoprix et les commerçants alentour peuvent bénéficier, tandis que son déménagement a sans doute précipité le déclin de la rue piétonne. De même, le départ de La Galerne de son emplacement d’origine a été fatal à l’animation de son ancien quartier :

Tout le temps que La Galerne y était, il y avait du monde. Moi pour ce que j’ai remarqué, c’est quand elle est partie, les autres commerces ont disparu et la vie a disparu. (Homme, 48 ans, infirmier psychiatrique, LG_18)

9Il arrive aussi que l’installation d’une librairie accompagne et favorise un mouvement de requalification d’une rue commerçante. C’est le cas de l’Atelier 9, dans la rue des Martyrs. Ici, la fréquentation de la rue n’a pas faibli, bien au contraire, avec l’arrivée d’une nouvelle population au fort pouvoir d’achat et aux goûts culturels affirmés. L’Atelier 9, qui a remplacé une quincaillerie, participe à ce mouvement de transformation de la rue et de ses commerces, les commerces de bouche de proximité laissant place au tertiaire, aux restaurants et à des commerces plus raffinés.

10Mais des mouvements inverses, liés à des évolutions urbaines larges, peuvent aussi se produire. C’est le cas à Castelsarrasin où un espace culturel Leclerc a ouvert en 2007 en périphérie de la ville, dans une zone commerciale située à côté de la bretelle d’autoroute. Comme tous les petits commerces, la librairie est fortement exposée aux fluctuations des ventes, qui dépendent en partie de son emplacement dans le tracé viaire d’un quartier et de l’activité commerciale environnante. Ainsi, elle se montre fortement dépendante des aménagements qui modifient les flux et la zone de chalandise immédiate. La librairie fonctionne d’abord comme un commerce pour lequel l’accessibilité en termes de commodité urbaine est primordiale. Pouvoir inscrire le passage à la librairie dans un circuit quotidien, pouvoir se garer, parfois, importe beaucoup pour les usagers. Si la librairie n’est pas facilement accessible, seuls les plus motivés d’entre eux ne ressentiront pas ce déplacement comme un effort.

  • 2 Nous ne pouvons pas chiffrer cette baisse mais, nous rendant à un an d’intervalle dans les deux li (...)
  • 3 À laquelle s’ajoute la dimension rituelle et symbolique des marchés.

11Depuis l’ouverture du Centre Leclerc, les deux libraires de Castelsarrasin ont ainsi connu une forte baisse de leur fréquentation2. La concurrence apparaît trop rude non seulement en termes de prix et de diversité de l’offre, mais aussi en termes d’accessibilité et d’usages. Dans le centre culturel Leclerc, il est possible de lire, comme à la Fnac – un espace est même dédié exclusivement à la lecture sur place. Passer à l’espace culturel ou y laisser les enfants tout en faisant ses courses peut se révéler très attractif. De plus, malgré la taille modeste de la ville de Castelsarrasin, il est plus facile de se garer sur les vastes parkings du Centre Leclerc que dans les petites rues étroites de la ville. Seul le jour du marché permet une logique d’approvisionnement complète et comparable, doublée d’une promenade agréable dans le centre-ville3.

  • 4 François Ascher, Métapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, 1995.

12La grande distribution, on le sait, déplace les zones commerciales en périphérie. Les parcours opportuns migrent vers ces zones où l’on peut tout à la fois faire ses courses et, éventuellement, lorsque l’on passe devant l’espace culturel, acheter un livre. Les modes d’approvisionnement des citadins se transforment ainsi avec la métropolisation des modes de vie, qui se traduit par une augmentation de la mobilité et un double processus de concentration et de dispersion4. L’approvisionnement tend à se regrouper dans ces centres fonctionnels. Les centres-villes eux-mêmes se fragmentent et l’on voit émerger des pôles de spécialisation. La librairie indépendante, par rapport à ces transformations, cherche sa place : c’est souvent un commerce qui n’est pas assez standardisé pour intégrer les nouveaux centres commerciaux, mais qui ne se positionne pas non plus uniquement comme un commerce « haut de gamme ».

La librairie indépendante dans l’ordre des mobilités urbaines

  • 5 André Le Gall, dans Lettres à mon libraire, Rouergue/Lechoixdeslibraires.com.

Dans ma lointaine adolescence, les librairies formaient, avec les halls de cinéma, les étapes à peu près invariables de mes parcours dans la ville de Rennes5.

  • 6 Voir Max Weber, Histoire économique, Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la so (...)
  • 7 Prendre place : espace public et culture dramatique, sous la direction d’Isaac Joseph, Recherches- (...)

13L’ordre commercial des villes se constitue sur la base de la mobilité, autre ordre majeur de la ville depuis son origine6. Le statut et les usages de la ville se construisent aussi sur ce plan, entre un dispositif d’accueil des usagers-clients, modelé par des aménagements urbains, et les logiques de mobilité des individus eux-mêmes. Lorsque la fréquentation de la librairie s’inscrit dans des parcours individuels ou collectifs, il convient d’appréhender la façon dont cette pratique se construit dans l’interaction avec d’autres usages, qu’ils soient ou non commerciaux. Il s’agit alors de comprendre comment une librairie relève de formes d’accessibilité urbaine, au sens où l’entend Isaac Joseph7, c’est-à-dire, « la capacité d’un lieu à interagir avec d’autres lieux ». Dans ce sens, l’accessibilité d’une librairie relève d’une interaction avec l’ensemble urbain où elle prend place, de même qu’elle participe en retour de sa définition.

Interface urbaine

14Les librairies étudiées se situent toutes dans une centralité marchande, à proximité d’autres commerces, mais aussi de lieux d’usage à fort potentiel symbolique tels que, par exemple, la mairie, les églises, les places publiques. Le lien qu’elles entretiennent avec l’espace public passe principalement par des éléments architecturaux liés au cadre bâti, mais aussi et surtout par la vitrine qui fonctionne comme une interface entre la rue et l’intérieur.

15Le plus souvent, le bâtiment en tant que tel n’est pas un élément distinctif de la librairie. Celle-ci se caractérise architecturalement par sa « normalité urbaine » : c’est un commerce parmi d’autres, qui contribue par son insertion dans un quartier à former une centralité commerciale. « Normalité » veut dire ici qu’elle ne détonne pas, ni dans l’ensemble urbain ni dans l’alignement d’une rue traditionnelle de centre-ville, que ce soit à Paris, rue des Martyrs, à Castelsarrasin, ou même au Havre. Cette normalité architecturale la distingue des autres lieux de culture, tels que les musées ou les théâtres, qui tendent à marquer la ville, à travers une symbolique spécifique et une matérialité du lieu souvent monumentale.

16C’est essentiellement la vitrine qui permet à la librairie de se démarquer et de signaler qu’elle n’est pas un « commerce comme les autres ». La vitrine est l’interface entre le projet librairie et la rue, le passant, l’usager potentiel. Elle constitue, dirait J. Gibson, la première « prise ». Plus que l’architecture, ce sont des choix décoratifs, de mise en scène à l’intérieur de la vitrine qui distinguent la librairie et la signalent comme un commerce original.

C’est vraiment la vitrine, c’est vraiment alléchant, je me rappelle à Noël t’as envie de tout acheter. (Femme, 43 ans, en reconversion métier TS, FdE_A_19)

Moi régulièrement… comme là en ce moment il y a les photos qui sont à l’extérieur, des fois les vitrines sont régulièrement… ça donne envie de rentrer et franchement c’est chaleureux. (Homme, 32 ans, chauffeur à la propreté de Paris, FdE_A_7c)

17Chaque fois, néanmoins, le contexte local définit des attendus normatifs spécifiques. Par exemple, la banalité normée de Castelsarrasin n’est pas celle de l’Atelier 9. Dans le premier cas, la vitrine fait la part belle aux guides de voyage et aux ouvrages gastronomiques, en lien avec la vocation touristique de ce département du Sud-Ouest. Un présentoir de cartes postales fait en quelque sorte déborder la vitrine sur le trottoir. La librairie tente ainsi de capter des touristes ou des passants non-clients, tout en s’efforçant d’améliorer son image et de renforcer la fréquentation de sa clientèle habituelle.

18À l’Atelier 9, la mise en scène de la vitrine, régulièrement renouvelée, s’accompagne chaque fois d’une véritable création artistique, ce qui fait là aussi écho au contexte, en l’occurrence celui d’une ville telle que Paris dont le rayonnement culturel est intense. L’équipe de la librairie va même plus loin, en cherchant à rompre la continuité parisienne ordinaire de la rue des Martyrs, avec des scénographies parfois spectaculaires. Un des libraires est également artiste peintre. Il élabore quatre vitrines thématiques par an, choisies collectivement avec l’équipe, en fonction de l’actualité littéraire ou culturelle de la ville (par exemple, l’exposition sur le surréalisme au Centre Pompidou), mais aussi en faisant appel à des thématiques ludiques et humoristiques. Ainsi a-t-il réalisé une vitrine sur les nains de jardin, pour indiquer que la librairie n’est pas un « espace austère », pour « lutter contre l’austérité », parce que « beaucoup de gens n’osent pas rentrer dans une librairie. On y sent le poids culturel. Mais c’est en train de changer. » (Libraire de l’A9)

19Au quotidien, les vitrines des librairies interpellent celui qui aime lire et s’intéresse au livre, mais aussi le non-lecteur au hasard de ses déplacements, en faisant appel à des éléments ludiques et décoratifs, pas forcément en rapport direct avec l’univers du livre. Ces éléments attirent, entre autres, l’attention des enfants, d’autant que la vitrine est à leur hauteur, voire s’adresse explicitement à eux. Par ailleurs, la vitrine joue un rôle particulier auprès des riverains du quartier qu’ils soient ou non usagers. Elle instaure un dialogue avec eux, pour communiquer sur sa vivacité, sa vie interne, comme n’importe quel commerce de proximité.

Un lieu qui structure des parcours dans la ville

Parcours opportunistes ou programmés

20Alors que la librairie conserve souvent une image de lieu culturel plus ou moins élitiste, dans les faits se développent des usages banals, en lien avec la vie quotidienne et les mobilités ordinaires. Les usages de la librairie s’inscrivent ainsi très fréquemment sur des parcours d’approvisionnement (nourriture, service, etc.) ou de déplacements quotidiens (travail-maison ; maison-école).

Folies d’Encre, c’est aussi parce que c’est dans le centre commercial et quand j’y fais un tour je m’y arrête. Je vais à Monoprix, soit faire les courses, soit chez le tout petit chinois, pour manger. Sinon les enfants ont le manège, il y a le cinéma aussi. En fait j’ai plein de raisons pour y aller.
(Femme, 43 ans, en reconversion métier TS, FdE_A_19)

21Ces parcours peuvent être raisonnés et prémédités : la visite à la librairie est programmée à l’occasion de la fréquentation d’un autre commerce. Ils peuvent être aussi opportunistes : l’usager n’avait pas prévu au départ d’entrer dans la librairie. La proximité de la librairie avec d’autres équipements de loisirs favorise par exemple les visites opportunes. Deux lycéennes passent à FdE après avoir vu un film au cinéma Le Méliès de Montreuil, le mercredi après-midi. D’autres associent une halte à l’Atelier 9 à la fréquentation de la piscine. Ces passages correspondent bien ici à des opportunités territoriales, qu’on associe à des temps libres. Le passage à la librairie s’effectue dans un ordre de mobilités ordinaires et opportunes, par opposition aux usages événementiels, extraordinaires (une sortie au spectacle, par exemple). En ce sens, nous l’avons déjà évoqué supra,on peut parler ici d’une « normalité culturelle » qui vient redoubler la normalité urbaine et qui contribue à faire de la librairie un lieu culturel relativement accessible.

22Dans d’autres cas, au contraire, la visite à la librairie est la raison même du déplacement. C’est un choix, motivé par l’offre marchande, par la perspective d’y mener telle ou telle activité, voire tout simplement par l’ambiance du lieu.

Quand je vais à la librairie, je vais à la librairie. C’est pas à l’occasion de « Tiens, je vais chercher une baguette de pain ». (Homme, 58 ans, Enseignant chercheur en sociologie, FdE_A_18)

Cette librairie, je viens parce que je la trouve chaleureuse, je la connais depuis 4, 5 ans, je viens exprès dans le quartier, je vais pas aller ailleurs, ça m’attire au point que je viens que pour ça. C’est aussi important qu’un très bon cinéma ou un très bon théâtre. C’est aussi important que ça. (Femme, 55 ans, psychiatre, A9_19)

Une halte dans la ville

  • 8 Op. cit.

23Programmée ou inopinée, opportune ou motivée, la visite en librairie se caractérise en général par sa longueur : pas moins de 26 minutes en moyenne, selon l’enquête réalisée par Livres-Hebdo-Ipsos en 20068. La librairie est un lieu où l’on s’attarde. Il est possible en effet, nous l’avons vu, d’y mener différentes activités, toutes plus ou moins chronophages : flâner, feuilleter des ouvrages, lire, discuter… Lorsque sa taille le permet, elle est elle-même perçue comme un espace à parcourir, un lieu de promenade, un terrain d’exploration :

N’empêche, le lieu ça compte beaucoup aussi, pour que l’on puisse se promener, que ce soit un vrai espace de déambulation. (Femme, 29 ans, dans l’industrie agroalimentaire, A9_3)

J’aime beaucoup ce lieu ici. Il y a plusieurs niveaux, il y a partout des petits recoins. Quand on connaît un peu la librairie, on sait dans quel coin aller, il y a différents styles. (Homme, 31 ans, ingénieur, FDE_A_6a)

24L’aménagement intérieur des librairies modernes favorise l’installation de l’usager, en mettant par exemple à leur disposition des sièges accueillants. À Montreuil, deux amies viennent d’une cité HLM voisine, avec leurs cinq enfants. C’est un samedi après-midi, elles sont d’abord passées par le centre commercial. Elles s’arrêtent à la librairie, halte sur leur parcours. Elles s’installent et bavardent pendant une heure trente sur un canapé du 2e étage, pendant que leurs enfants cherchent des livres. Au-delà d’un simple espace commercial, la librairie se présente ainsi comme un lieu de vie et de convivialité, ce qui motive la visite et l’intègre dans un parcours urbain. Certaines librairies vont jusqu’à proposer un service de restauration ou un espace café ; ceci encourage la construction de modes de sociabilité mixtes, relevant de la convivialité propre aux cafés, mais favorisés aussi par le cadre et l’ambiance livresque.

25L’ensemble de ces usages construit la librairie comme espace public de sociabilités variées, qui évoluent en fonction des temporalités, des moments de la semaine. Le mercredi et le week-end, les vacances scolaires, sont des moments où les usages non livresques sont le plus facilement observables.

La librairie dans l’ordre culturel des villes : un lieu d’affirmation du livre dans l’espace urbain

26Une fonction essentielle de la librairie, nous l’avons vu, est d’affirmer et de promouvoir la présence du livre dans la ville. Cette fonction de valorisation du livre et de la lecture, mise en œuvre quotidiennement à partir de compétences et de relation de conseils personnalisés, structure la part la plus visible des usages des librairies indépendantes. Elle suffit à elle seule, aux yeux de nombreux usagers, à qualifier la librairie comme un élément constitutif de l’ordre culturel urbain.

27Cependant, au-delà de ces actions régulières (le conseil, la vitrine…) des projets plus ambitieux font apparaître certaines librairies comme de véritables acteurs culturels locaux. C’est le cas de deux librairies de notre corpus, Folies d’Encre et La Galerne. Les manifestations que ces deux librairies organisent dans leurs espaces commerciaux visent non seulement à promouvoir le livre et la littérature, mais aussi à mettre en valeur différentes disciplines artistiques : musique, théâtre, conte, arts plastiques, etc. Ces programmations événementielles, exceptionnelles ou régulières, pourraient ne relever que d’une logique d’animation commerciale. Cette dimension existe, bien entendu. Cependant, le souci d’affirmer le statut culturel de la librairie et de participer à la qualification du quartier ou de la ville est sans doute tout aussi fort.

Un lieu d’exception culturelle par le livre

28Tandis que certains usagers – qualifiés ici de « pragmatiques » – ne voient dans la librairie qu’un point de vente susceptible de répondre à des besoins pratiques, d’autres considèrent que ce commerce jouit du prestige traditionnellement attaché au livre. La banalité de l’acte d’achat est alors comme transcendée par des représentations quasi sacrées liées aux « œuvres de l’esprit ». C’est la raison pour laquelle il est souvent impossible pour cette catégorie d’usagers d’acheter des livres dans un supermarché. Aller en librairie, en revanche, dans un lieu dédié à ces œuvres de l’esprit, est un usage qu’ils ne considèrent pas comme trivial ou anodin. La présence des livres est un marqueur essentiel de ce lieu d’accès à la culture au sens le plus fort du terme. La librairie sous ce registre est alors assimilée à un lieu culturel, quasiment au même titre qu’un musée ou que tout autre patrimoine culturel local.

  • 9 La notion de démocratisation culturelle était ainsi résumée en 1959 d’un point de vue politique : (...)

29Pour ces usagers « non pragmatiques », la librairie ne peut donc avoir le même statut que d’autres commerces, tels que la boucherie ou la boulangerie. Parmi les personnes interrogées, certaines montrent en effet une aversion prononcée pour les surfaces de vente où le livre est associé à d’autres produits, comme si la proximité avec des aliments et autres objets de consommation courante venait corrompre son caractère. Ces personnes, qui se définissent souvent elles-mêmes comme des « lecteurs passionnés », défendent âprement la culture comme une sphère d’activité « à part » et la librairie en tant que lieu de cette activité particulière. On constate que cette opinion est assez généralement partagée, même chez des lecteurs moins assidus, mais que ces représentations associent la librairie à un espace où se joue malgré tout une certaine démocratisation de la culture. Grâce à leurs actions en faveur du livre et de la lecture (notamment les vitrines et les « coups de cœur ») et leur programmation culturelle, certains libraires accèdent même à un rôle d’acteur de la démocratie culturelle locale9. Nous allons y revenir.

Un lieu d’exception culturelle par la rencontre : faire événement culturel, rencontrer des écrivains

30Le statut exceptionnel dont la librairie peut bénéficier dans une ville, au milieu d’autres commerces, tient aussi à la possibilité d’y rencontrer des personnalités appartenant au monde de la culture. Ces acteurs de la culture sont d’abord les libraires eux-mêmes, ou les vendeurs. Cependant, ce sont surtout les écrivains, identifiés comme personnages non ordinaires, dont la présence est recherchée – les écrivains, mais aussi, dans une mesure moindre, les illustrateurs, les photographes et autres acteurs des mondes du livre.

31Toutes les librairies indépendantes ne proposent pas des animations littéraires avec la même intensité ni la même fréquence, mais cette activité est devenue un trait qui, pour les usagers, les caractérise. Les cinq librairies de notre corpus organisent toutes, plus ou moins régulièrement et avec plus ou moins d’ampleur, des rencontres avec des auteurs, des dédicaces, des événements variés autour du livre. L’accès aux mondes culturels offert par la librairie passe donc aussi par le fait que l’on peut y rencontrer les écrivains ou des acteurs culturels « en chair et en os ». La rencontre est un moment particulier sur un territoire familier et partagé. Elle est susceptible d’engendrer une expérience culturelle marquante, une découverte de l’univers de l’auteur rendue possible grâce à ce moment privilégié. La librairie est alors le lieu d’actualisation de ce supplément d’âme aisément prêté à la culture.

Les rencontres avec les écrivains, c’est très intéressant quand ils parlent de leurs livres, de ce qu’ils ont fait, les conférences, c’est super intéressant, c’est vraiment sympa, on apprend des choses sur l’auteur et on peut se faire dédicacer le livre. Ça, c’est le petit plus, mais ce qui compte vraiment, c’est de les entendre parler de leurs livres, de comprendre le contexte du livre, comment ils l’ont créé. (Femme, 17 ans, lycéenne, LG_3)

32De ce moment de face-à-face, à travers la dédicace, peut naître une quasi-intimité. Un auteur pour enfants insiste par exemple, lors d’un entretien informel, sur la différence qu’il perçoit entre les séances de signature organisées dans le cadre de salons et celles qui se déroulent en librairies, plus intimes, moins contraintes par le temps. Certains lecteurs peuvent dialoguer parfois longuement avec l’écrivain, qui fait l’objet d’une certaine fascination, en lien avec son statut culturel.

33À la différence des séances de signatures, les débats publics n’offrent pas ce contact privilégié avec les auteurs, mais ces manifestations ont, pour leur part, la force du nombre. La présence simultanée de plusieurs auteurs ou acteurs des mondes du livre vient renforcer l’image de la librairie comme lieu de rencontre. L’accessibilité est là, grâce à la librairie, dans une relation directe avec les acteurs des milieux culturels, beaucoup plus aisément que dans d’autres espaces publics. Certaines librairies, comme La Galerne ou Folies d’Encre, vont jusqu’à impliquer les usagers en organisant des jurys littéraires, en décernant des prix. Les clients participent en amateurs, voire en experts ou juges d’un jour, à une activité de critique littéraire.

  • 10 Antoine Picon, La ville territoire des cyborgs, Les Éditions de l’Imprimeur, 1998 ; Antoine Picon, (...)

34Avec Antoine Picon, nous dirons que la ville se caractérise aussi par la multiplication des occasions et des événements, mineurs ou majeurs, qui viennent rompre les routines de vie10. Ce qui relève de l’exceptionnel ou de l’événement est une dimension caractéristique de l’urbanité. La dimension événementielle de la librairie relève ainsi de sa capacité à se situer dans l’ordre non ordinaire de la ville, en opposition ou en décalage avec les usages routiniers, banalisés, quotidiens de la cité.

Occurrence événementielle culturelle et urbanité élargie de la librairie

35À la capacité de faire événement d’une librairie, correspondrait ainsi un lien à la ville renforcé, une dimension urbaine d’autant plus importante. C’est sans doute ce qui pousse les libraires à diversifier leurs propositions, à offrir à leurs usagers des manifestations moins convenues que les dédicaces, les simples rencontres ou tables rondes. L’organisation d’expositions, par exemple, devient courante. On voit aussi des spectacles de danse ou des concerts se dérouler dans certaines librairies ce qui affirme encore leur ancrage culturel.

36À l’instar d’une structure de diffusion institutionnelle, certaines librairies soutiennent ainsi une véritable programmation. C’est le cas de La Galerne au Havre et de Folies d’Encre à Montreuil dont l’offre de diffusion est particulièrement étoffée et diversifiée. Concerts, expositions, lectures ou débats publics s’y succèdent continuellement, tout au long de l’année. À l’inverse, les librairies de Castelsarrasin limitent leurs animations à de rares signatures, ce qui correspond à un statut de moindre envergure, tant sur le plan urbain que culturel. Néanmoins, lorsque les gérants de la librairie Lecreux nous parlent de la signature qu’ils organisèrent voici plusieurs années avec les Frères Bogdanov, vedettes parisiennes de la tv, ils disent implicitement leur tentative d’affiliation à certains mondes culturels, mélangeant à la fois références événementielles télévisuelles, liens tissés avec la capitale intellectuelle et culture grand public, à mi-chemin entre la science-fiction et la science.

37Les débats publics organisés sur les questions de société ancrent la librairie dans une forte contemporanéité, qui renforce sa proximité avec certains usagers et avec des réseaux intellectuels, comme les universités. À travers l’ensemble de ces manifestations, rencontres littéraires ou questions de société, convergent vers la librairie des acteurs de la culture et des personnes qui ne fréquentent pas nécessairement les lieux culturels institutionnels : des clients, par exemple, qui sont là pour un simple achat ; des personnes qui ne font qu’accompagner des connaissances. Cette mixité des acteurs et des publics participe du statut de la librairie dans la ville. Comme l’écrit Alain Tarrius :

  • 11 Alain Tarrius, Fin de siècle incertaine à Perpignan, Éd. Trabucaire Perpinyà, 1998.

Là (dans le centre-ville), on se vit pleinement en êtres urbains. (…). En fait, ce que suggèrent ces usages et ces perceptions du centre-ville, c’est une réaffectation du sens de l’espace public, non plus conçu à l’échelle des transactions commerciales qui s’y déroulent, mais selon la finalité des lieux ouverts à la rencontre des autres ; un vaste champ de la mixité, dont on attend la redécouverte de la totalité sociale, politique, urbaine11.

Un lieu identitaire : l’ordre politique

38Les librairies s’inscrivent aussi dans un espace de représentations sociales et génèrent des usages symboliques. Ces usages symboliques varient en fonction du projet du libraire, de l’inscription de la librairie dans la ville et dans le temps, de sa localisation et de sa matérialité architecturale, ainsi que de son interaction avec les autres lieux de la cité. À la croisée de ces différentes dimensions, la librairie peut fortement marquer la dynamique d’une ville, travailler ses espaces, mais aussi travailler son identité. La librairie indépendante peut alors devenir un repère urbain au même titre que la mairie, le théâtre, la maison de la Culture.

Ordre symbolique, identité urbaine et construction des centralités

39Le dynamisme culturel de la librairie est un élément d’adhésion important, autorisant des usages symboliques qui participent de la construction d’une d’identité locale. Toutes les librairies de nos terrains n’ont pas un potentiel identitaire aussi fort. Cet effet joue à plein lorsque la librairie est visible et repérée comme à Montreuil et au Havre. Chacun peut alors éprouver la réalité de ce dynamisme, à l’échelle d’une ville, voire de l’agglomération.

Les Havrais perçoivent La Galerne comme un lieu culturel, comme l’est la Maison de la Culture ou le Musée Malraux, comme le sont certains cinémas, on voit souvent des gens qui font visiter La Galerne à des gens qui ne la connaissent pas, qui viennent de l’extérieur. Moi-même, ça m’est arrivé. Je crois que ça a pris une place culturelle. (Femme, 47 ans, infirmière de nuit, LG_17)

La librairie fait partie du dynamisme culturel d’une ville, elle est incontestablement l’un des grands facteurs d’attractivité du Havre. (36-45 ans, urbaniste, LG)

  • 12 Réponses au questionnaire passé dans les librairies de Castelsarrasin.

40Au Havre, cette adhésion à la librairie en tant qu’élément majeur de la vie culturelle de la ville – voire de la vie tout court – a été exprimée de nombreuses fois avec force par les usagers de La Galerne. Il est vrai que La Galerne, comme Folies d’Encre à Montreuil, fait partie de ces librairies de référence, connues dans la France entière, qui participent de la construction de l’image de la ville dans lesquelles elles sont implantées. Mais, même à Castelsarrasin, où les deux librairies n’ont pas la même visibilité et n’offrent pas les mêmes services, leur importance de ce point de vue identitaire et urbain est soulignée par les habitants : « Une librairie indépendante dans ma ville c’est vital ! » ou « Indispensable culturellement pour soi et pour la ville »12.

41Un centre-ville sans offre culturelle, et notamment sans librairie, ne saurait être tout à fait un centre. Cette dimension est particulièrement présente dans une petite ville comme Castelsarrasin. Le statut d’une agglomération de cette taille, avec à peine quelques milliers d’habitants, est incertain en termes urbains. Plus importante qu’un village, mais n’accédant pas tout à fait au statut urbain légitime, Castelsarrasin se situe dans un entre-deux. Avoir une librairie dans sa ville, c’est déjà affirmer son image urbaine. En avoir deux, en l’occurrence, c’est se prouver que l’on est dans une ville et non un village.

42La librairie indépendante participe ainsi à la construction d’une identité urbaine particulière, qui se singularise dans un jeu de concurrence avec d’autres villes. La présence d’une ou plusieurs librairies est perçue comme symbolique d’une ville qui attache de l’importance à la culture, qui dispose d’équipements valorisants. Elle est un élément de comparaison par rapport à des villes dont les usagers pensent ou supposent qu’elles n’ont pas « la chance » de « posséder » une librairie telle que la leur.

Une ville qui a une très bonne librairie ou plusieurs, c’est important. Une ville qui sait faire attention à ses librairies, c’est une ville où les gens ont une façon de réfléchir, ne se contente pas certainement d’être dans la consommation de marché. Des villes de province qui ont des bonnes librairies comme Bordeaux, Montpellier, Lyon, c’est important, ça veut dire quelque chose. Il y a des villes qui en ont et d’autres pas. À La Rochelle, où j’ai vécu un peu, il n’y a aucune librairie qui marque vraiment. C’est un très gros plus ou un moins. (Femme, 55 ans, psychiatre, A9_19)

Sans en faire un détail, je crois que c’est important d’avoir une librairie dans une ville comme Montreuil, qui se targue quand même d’être une banlieue pas trop pourrie, où il y a un truc culturel, où il y a une densité de troupes de théâtre par exemple qui est énorme. Ça nécessiterait un long discours et de l’argumenter… mais je crois que c’est important… je crois que ça constitue tout de même… (je vais dire une banalité affreuse) contribue peut-être un petit peu à faire une ville. (Homme, 58 ans, enseignant chercheur en sociologie, FdE_18)

La librairie comme lieu politique : engagement et éthique partagés

43L’adhésion à une librairie pour des raisons symboliques et identitaires ne conduit pas forcément à devenir un assidu du lieu. En général, ce soutien de principe doit s’accompagner d’aspects pragmatiques, de satisfaction de besoins d’approvisionnement en livres, avant d’aboutir à une fréquentation régulière et surtout à des achats. Cependant, pour certains usagers, le choix d’un type de commerce s’effectue avant tout sur des critères éthiques et politiques plutôt que pratiques ou économiques. Le libraire s’engage pour le livre, pour la lecture et l’écriture, pour sa ville ; ce type de client se montre particulièrement sensible à ce genre engagement.

Je me souviens, à une époque, celle où il y avait un espace informatique qui n’existe plus maintenant (…). Il y avait un ordinateur sur lequel les gens pouvaient tester des logiciels et bien souvent des jeunes passaient leur temps à s’amuser. Un jour, quelqu’un qui était là a fait une réflexion au gérant sur ces jeunes. Il a répondu que « tant qu’ils sont là et qu’ils s’amusent, ils ne feront pas les cons ailleurs ». Il y a ici un engagement pratiquement militant, même si, il faut l’avouer, ce système qu’il avait mis en place venait des États-Unis et qu’il y avait un objectif aussi financier. (Homme, 48 ans, infirmier, LG_18)

44Certains usagers interviewés s’efforcent de faire leurs achats chez les « petits libraires » ou les « vrais libraires », par conscience citoyenne, ou en tant que consommateur responsable ; par réflexe populaire de soutien des « petits » contre les « grands » ; par prise de position explicite contre les monopoles de la grande distribution. Les raisons avancées, pour différentes qu’elles soient, convergent pour tenir une certaine « ligne morale » et une défense de la librairie indépendante.

Je ne fréquente pas Virgin, je n’aime pas trop les grandes surfaces, parce que je trouve qu’il y a de la place pour tout le monde et je ne supporte pas qu’ils soient en concurrence avec les petites librairies, enfin tout le monde est en concurrence…, mais moi je suis pour les petits espaces personnalisés. (Femme, 60 ans, retraitée, A9_21)

Ça m’arrive d’acheter à la Fnac, mais je préfère venir ici. En plus, je me dis, il faut les encourager, parce que je sais bien que des vraies librairies, elles ont plutôt du plomb dans l’aile, c’est comme tous les commerces un peu raffinés. Il m’arrive d’aller à la Fnac parce que je suis à côté. Je peux me trouver au Quartier latin par exemple, si vraiment j’ai besoin d’un livre tout de suite et que je passe à côté, j’y vais, ou si je vais vers les grands magasins, là aussi il y a une Fnac, mais je n’aime pas la Fnac. (Femme, 64 ans, journaliste, FdE_A_17b)

45« Plutôt que d’aller à la Fnac ! » De nombreux usagers avancent cet argument pour expliquer leur fréquentation d’une librairie indépendante. L’argument est politico-éthique. Il relève pour beaucoup d’usagers d’une « résistance au marché », sans que le sens de ces termes soit précisé. Cependant, cet argument est rarement avancé seul. Souvent, il s’exprime comme une marque de soutien à un commerce local et indique une conscience citoyenne non contraignante, un engagement limité, une défense de la proximité d’accès au livre.

Je préfère venir ici plutôt que d’aller à la Fnac. (…). Oui, enfin ce n’est pas une grosse conviction non plus. Je sais que je peux le trouver [le livre recherché] à la Fnac, mais je me suis dit que je vais d’abord essayer ici. (Homme, 30 ans, coordinateur rencontres cinéma documentaire, FdE_A_3c)

Je vais également à la Fnac, parce que la Fnac a un côté pratique. Quand je rentre du boulot et que je passe aux Halles et que j’ai besoin d’un truc en vitesse, je passe à la Fnac. On ne devrait pas le faire, mais on le fait quand même. (…). C’est pour des raisons commerciales, je préfère faire travailler mon petit libraire du quartier, plutôt que d’aller à la Fnac, sinon ça voudrait dire qu’il n’y aura plus de libraire de quartier. (Femme, 31 ans, documentaliste, A9_6)

46La notion de proximité apparaît d’autant plus fort dans une petite ville comme Castelsarrasin où les prochaines librairies indépendantes se trouvent à Montauban, à plus de 20 km. Mais la proximité est aussi avancée par les urbains comme argument éthique pour la fréquentation d’une librairie. C’est un argument qui défend une certaine conception de la ville, aux fonctions intégrées dans le centre (le commerce, la culture, le résidentiel…) et qui s’oppose à la segmentation urbaine fonctionnelle contemporaine.

Pour moi le livre est le pivot essentiel de l’éducation, de l’instruction et de la culture. Passer une journée sans ouvrir un livre est quelque chose d’exceptionnel pour moi. Je ne peux imaginer que les diktats des marchés fassent disparaître les librairies indépendantes qui sont les garantes d’un service personnalisé, de qualité et de proximité ! J’espère que les volontés politiques de protéger les librairies traditionnelles face aux mastodontes de la grande distribution se confirmeront et se renforceront ! (Castelsarrasin, questionnaire Q2)

47Si l’engagement pour la librairie indépendante reste modéré chez la majorité de nos interlocuteurs, certains usagers font preuve d’une implication parfois radicale. La forme et les registres de cette implication sont multiples. L’engagement culturel des libraires rencontre différentes strates d’expériences, individuelles et collectives. Pour ces lecteurs engagés, la librairie indépendante offre une alternative à la consommation de masse, perçue comme un rapport à la marchandise standardisé, nouant des relations abstraites et neutres entre les objets et les gens.

C’est un commerce avec une finalité un peu moins mercantile… vente de la bouffe et surtout des habits… et justement la culture me semble être une alternative aux habits, une alternative à la consommation pure et dure, c’est ça. (Homme, 35 ans, technicien de diffusion, A9_11)

48De plus, les librairies indépendantes se distinguent aux yeux de ces usagers par leur ancrage local et par l’expression d’une personnalité qui pour beaucoup tient évidemment au libraire, à ses choix et son parcours. Une relation, qui va au-delà de l’usage d’approvisionnement, se noue alors entre les usagers et la librairie. Ces derniers fréquentent le lieu non seulement pour satisfaire leurs besoins de livres ou leurs envies de divertissement, mais ils y associent surtout des aspects politiques et éthiques. Fréquenter une librairie devient alors un moyen de se positionner dans un débat public : sur la consommation, sur la conception de la ville, sur la culture, etc.

49Ce type de posture trouve parfois son origine dans la trajectoire sociale des individus. Certains usagers interviewés ont pu connaître telle ou telle librairie dans des conditions particulières et à des moments marquants de leur existence. Certaines concordances peuvent alors s’établir entre l’histoire personnelle, les positions politiques et éthiques individuelles et l’offre culturelle qui a la capacité de les renforcer. Cette concordance engendre des expériences spécifiques et est susceptible d’influencer les usages.

J’ai l’expérience de la librairie de libraire, pas de la grande surface ou de la grande librairie. Quand j’étais à la Sorbonne, on allait à Maspero et aux PUF et on n’allait pratiquement jamais chez Gibert. (…) Bon, moi qui étais plutôt engagé ou qui avais une certaine ligne politique, idéologique, théorique ou comme on voudra et puis, on avait le sentiment, enfin moi, mais je n’étais pas le seul, à faire quelque part une bonne action en allant acheter chez Maspero, on faisait vivre une boîte d’édition qui n’était pas très diffusée… Ce sont des librairies où je me sens mieux que dans d’autres. (Homme, 58 ans, enseignant-chercheur en sociologie, FdE_18)

Dans mon enfance, il n’y avait pas de librairie. Il y avait une maison de presse et une bibliothèque très conséquente, donc je n’avais pas besoin d’aller à la librairie. Mais en fait, j’ai commencé à aller en librairie quand… c’était à Saint-Michel, la librairie archiréputée, Maspero, là tout d’un coup j’ai découvert la librairie. C’était dans les années 70, maintenant c’est fini. […] C’était une librairie très politisée d’abord et qui avait une façon de montrer les livres autres, j’imagine, je ne me souviens pas, c’était une librairie où l’on ne rencontrait pas n’importe qui. On rencontrait des gens intéressés par les livres exposés, c’était une librairie qu’on appelait « engagée ». (Femme, 50 ans, illustratrice de livres pour enfants, FdE_14b)

Réseaux d’acteurs et ancrage urbain des librairies

  • 13 Sur les analyses de réseaux et les temporalités sociales voir les travaux d’Alain Tarrius, Les fou (...)

50Si certains acteurs locaux ne font que se croiser dans la librairie, d’autres y gravitent plus durablement. De ce point de vue, la librairie n’est pas seulement un lieu d’accueil éphémère, pour une rencontre, un débat, elle est aussi un lieu de structuration de réseaux locaux et extra-locaux, parfois à long terme, qui participent de son ancrage durable dans une ville. En tant que lieu de culture spécifique, la librairie est impliquée dans différentes temporalités, différentes histoires locales, régionales, nationales voire transnationales13. Dans les faits, cependant, ces réseaux sont activés avec plus ou moins d’intensité.

  • 14 Un phénomène similaire était observable à Castelsarrasin lors de la sortie du livre du chanteur Pi (...)

51Entrant dans une librairie de la rue de la Roquette à Paris, nous sommes pris à part par la libraire qui nous attire vers un étalage un peu particulier. Désignant le choix de livres, elle déclare : « Vous êtes écrivain ? Ce sont tous des écrivains qui habitent le quartier. » On discerne dans sa voix une pointe de fierté, qui signifie aussi l’appartenance de ce lieu, de la librairie, au monde littéraire local. La libraire se montre soucieuse des écrivains qui habitent le quartier, intégrant leur œuvre et leur personne dans ses fonds, reliant de la sorte le littéraire au local. Sa librairie n’est pas coupée du monde, elle en est partie prenante. Le rayonnement d’une librairie tient aussi à son réseau, réseau de la création littéraire dans l’exemple rue de la Roquette. Les acteurs présentés, associés au projet culturel de la librairie, la valorisent non seulement par leurs livres, mais aussi parce qu’ils habitent le quartier14.

52L’implication de la librairie dans la promotion des auteurs locaux a été constatée sur chacun de nos terrains. Certaines librairies vont jusqu’à éditer ces auteurs (FdE, LG). Les autres leur consacrent au minimum un traitement particulier, par exemple en exposant leurs livres en vitrine (Parchemin, Lecreux). Ce travail particulier de valorisation des auteurs locaux est l’une des spécificités des librairies indépendantes. Ces derniers ne trouvent nulle par ailleurs cette même écoute, sauf s’ils sont déjà dotés d’une envergure nationale. Les librairies renforcent ainsi leur singularité, en tant que lieu de culture de proximité, en valorisant une forme de démocratie culturelle.

Des réseaux locaux aux réseaux extra-locaux

53La promotion des auteurs locaux n’est pas la seule manière d’inscrire une librairie dans la vie culturelle de la ville. Deux des librairies de nos terrains, La Galerne et Folies d’Encre on créé des prix littéraires. Le prix des Embouquineurs, par exemple, organisé à La Galerne, permet de tisser un double lien local et extra-local et d’ouvrir la librairie à des publics plus larges. Ce prix, destiné aux élèves de la tranche CP-3e, mobilise non seulement de jeunes lecteurs, mais aussi leurs professeurs – et donc les parents. La manifestation rassemble ainsi des acteurs locaux et, simultanément, fait le lien entre plusieurs librairies de diverses régions de France, qui organisent elles-mêmes ce prix dans leur ville. Elle constitue ainsi un lien professionnel à l’échelle nationale, entre grandes librairies reconnues, comme la librairie Dialogues à Brest ou L’Armitière à Rouen. Faire participer les acteurs de la ville, se situer à l’échelle locale comme acteur du livre, de la culture, de l’éducation, tout en se faisant connaître à l’échelle nationale participe de la construction du statut de la librairie dans la ville.

54Chaque librairie développe sa propre stratégie de travail de réseaux, qui est largement influencée par la spécificité territoriale et la posture de départ du libraire. La circulation entre des réseaux locaux et nationaux est particulièrement forte chez LG et FdE, dont la longévité constitue un atout important. La librairie La Galerne, rappelons-le s’est positionnée dès le départ comme un lieu culturel à part entière, engageant une forte circulation de symboles littéraires ; elle a organisé progressivement une véritable stratégie culturelle. Repérée au niveau national grâce à une programmation mensuelle nourrie et à une participation à diverses initiatives littéraires nationales, La Galerne s’est imposée très rapidement comme un réel partenaire des institutions et des associations culturelles de la ville.

55Cette librairie se présente à la fois comme un espace de valorisation de la culture locale et comme un lieu de diffusion de la culture internationale. Pour maints auteurs locaux (poètes, historiens, élus, etc.), mais aussi des photographes ou plasticiens, La Galerne agit comme un promoteur, de par son espace d’exposition réservé à l’accrochage de tableaux et sa capacité d’organisation d’événements. Mais ces événements qui promeuvent une dynamique culturelle locale alternent avec des rencontres culturelles où les invités sont de renommée internationale : Pascal Bruckner, Tzvetan Todorov, Philippe Geluck, Enki Bilal, Michel Serres, etc. La politique culturelle de La Galerne peut se résumer de la façon suivante, selon les termes mêmes de son propriétaire : « Nous avons non seulement vocation à amener la culture internationale au Havre, mais aussi à faire connaître la culture locale à l’extérieur. » Les deux missions qu’il attribue à sa librairie sont un moyen de la positionner sur un territoire mais aussi de participer au repositionnement territorial de la ville.

  • 15 Notons ici un phénomène simultané, celui d’un lent processus de gentrification de Montreuil, où s’ (...)
  • 16 Nous observons un phénomène similaire dans le cas de l’implantation du Musée d’art contemporain da (...)

56De même, la librairie Folies d’Encre travaille aussi bien son lien avec sa ville, Montreuil, avec son département, la Seine-Saint-Denis, qu’avec Paris, la capitale culturelle, et les milieux littéraires les plus reconnus. Certains écrivains parisiens soutiennent de manière appuyée Folies d’Encre, fréquentent la librairie, y associent leur image sur des affiches, la citent dans les médias15. Ce type de relation avec la capitale est à même de contribuer aux repositionnements territoriaux des villes de banlieue16. La valorisation de territoires excentrés passe ainsi par la construction d’une nouvelle proximité avec des centralités à fort capital symbolique et donc économique. La librairie peut jouer ce rôle de (re)-qualification territoriale.

57Le statut local et territorial de la librairie (comme de tout lieu culturel) dépend fortement des représentations qu’elle mobilise et de sa dimension médiatique : il s’agit de « faire parler de soi ». La multiplication des projets et des initiatives est essentielle, qu’ils soient ou non directement liés à l’activité commerciale. À Montreuil, le propriétaire de FdE a été plus loin encore, puisqu’il est partie prenante de la création du plus important salon de littérature jeunesse à l’échelle nationale. Il est donc lié, non seulement aux réseaux culturels, mais aussi aux réseaux économiques et politiques locaux, puisque les partenaires du salon sont municipaux, départementaux et régionaux. Le libraire est devenu une figure locale. Le salon, parmi d’autres événements, ancre ainsi plus profondément l’activité de la librairie et ses réseaux dans la ville. C’est aussi un élément supplémentaire de requalification d’un territoire par la culture.

58Ce repositionnement territorial d’une ville de banlieue est donc le fruit de dynamiques plus larges, auxquelles la librairie participe. L’inscription de FdE dans des circuits territoriaux liés aux réseaux des mondes du livre relève à la fois du parcours personnel du libraire, de l’élargissement progressif de ses réseaux relationnels et d’une évolution territoriale attestée notamment par la reconnaissance dont bénéficient désormais le libraire et la ville :

Avant, si je devais me considérer comme un animateur culturel, ça n’était que local. Maintenant je suis devenu comme mes clients, c’est-à-dire il n’y a plus de frontières. J’étais chez le Ministre hier en tant qu’animateur culturel non seulement local, ou en tout cas local à dimension universelle. Bien sûr que je suis un animateur culturel local, mais ça s’arrête pas là. Quand je suis éditeur et que j’ai un livre qui se vend à Marseille, je suis un animateur culturel marseillais. (…). Quand j’avais une émission comme le Bateau Livre de Frédéric Ferney ou des émissions comme ça, c’est Montreuil qui y va, c’est le libraire de Montreuil qui y va. Et donc, c’est resituer Montreuil dans un espace qui n’est pas simplement un espace local, mais qui peut rayonner bien au-delà. (…). Il y a quinze ans, penser qu’un libraire de Montreuil pouvait se trouver dans une telle situation, c’était impensable, parce que Montreuil, c’était pas assez… ce n’était pas moi qui était en cause, c’était le statut d’être libraire de Montreuil. Maintenant, on est passé à autre chose et je participe à ce mouvement, (…) de reconnaissance de ce genre d’endroit. Maintenant il y a des librairies qui ont le droit d’être peut-être intelligent et donc venir parler à tel ou tel endroit. Montreuil il y a 25 ans, tu te dis : quel chemin parcouru. Je participe à ce chemin de reconnaissance. Maintenant, je ne suis qu’un participant. À l’émission, je suis venu parler de livres, mais il y a 25 ans, il aurait été impensable de faire venir quelqu’un de Montreuil pour parler livre. (Propriétaire, FdE)

59Cette reconnaissance est d’ailleurs vivement appréciée par les usagers, qui en bénéficient eux-mêmes par ricochet :

Elle est super cette librairie, le patron est super, il passe bien à la télé. Il est passé au Bateau Livre. (Homme, 58 ans, professeur de guitare, FdE_16b)

Notes

1 Alain Metton, « Espoirs et amertumes du commerce des centres-villes », Échanges/ Surfaces,aru, n° 78, 1992.

2 Nous ne pouvons pas chiffrer cette baisse mais, nous rendant à un an d’intervalle dans les deux librairies, avant et après l’ouverture, nous constatons cette baisse. Certains après-midi, pas plus de deux à trois clients ne viennent chez Lecreux.

3 À laquelle s’ajoute la dimension rituelle et symbolique des marchés.

4 François Ascher, Métapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, 1995.

5 André Le Gall, dans Lettres à mon libraire, Rouergue/Lechoixdeslibraires.com.

6 Voir Max Weber, Histoire économique, Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Gallimard, 1991 et Jean Remy, La ville phénomène économique, Éditions Economica, 2000.

7 Prendre place : espace public et culture dramatique, sous la direction d’Isaac Joseph, Recherches-Plan urbain, 1995, http://www.ccic-cerisy.asso.fr/prendreplaceTM95.html.

8 Op. cit.

9 La notion de démocratisation culturelle était ainsi résumée en 1959 d’un point de vue politique : « rendre accessibles les œuvres de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français, d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent » ; Décret du 24 juillet 1959 suite à la nomination d’André Malraux. La démocratie culturelle pose, elle, la reconnaissance et le soutien à des formes d’actions culturelles contemporaines souvent non institutionnelles. Elle reconnaît des formes de culture « populaires » ou « indigènes » (grassrooted). La politique de démocratie culturelle soutient les formes esthétiques produites par des acteurs traditionnellement « peu » légitimes de l’art. Voir Fabrice Raffin, « Vers une démocratie culturelle en Île-de-France ? », Les cahiers de l’iaurif, septembre 2008.

10 Antoine Picon, La ville territoire des cyborgs, Les Éditions de l’Imprimeur, 1998 ; Antoine Picon, Les Saint-simoniens : raison, imaginaire et utopie, Belin, 2002.

11 Alain Tarrius, Fin de siècle incertaine à Perpignan, Éd. Trabucaire Perpinyà, 1998.

12 Réponses au questionnaire passé dans les librairies de Castelsarrasin.

13 Sur les analyses de réseaux et les temporalités sociales voir les travaux d’Alain Tarrius, Les fourmis d’Europe, L’Harmattan 1992, ainsi que ceux de Ariel Colomonos, Sociologie des réseaux transnationaux, L’Harmattan, 1995.

14 Un phénomène similaire était observable à Castelsarrasin lors de la sortie du livre du chanteur Pierre Perret, « figure artistique » locale, dont le livre fut mis en valeur dans les deux librairies de la ville.

15 Notons ici un phénomène simultané, celui d’un lent processus de gentrification de Montreuil, où s’implante une population artistique issue du milieu artistique parisien.

16 Nous observons un phénomène similaire dans le cas de l’implantation du Musée d’art contemporain dans la ville de Vitry/Seine, le Mac/Val, qui fait accéder la ville à une notoriété positive alors qu’elle était connue jusque-là quasi uniquement négativement, par des troubles dans ses « cités ». Le musée participe ainsi d’une requalification du territoire. Voir F. Raffin, op. cit.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable