Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’espace livre au lieu de vie

 | 
Sonja Kellenberger
, 
Fabrice Raffin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir : « Un label pour les librairies indépendantes ? », entretien avec Benoît Yvert, Directeur du (...)
  • 2 La presse se fait l’écho de ce genre d’inquiétude : « Les librairies indépendantes vont-elles disp (...)

1La récente création d’un « Label Librairie Indépendante1 » témoigne des nouveaux enjeux de reconnaissance des librairies contemporaines. Au cœur de ces enjeux, deux dimensions s’affrontent et l’objet « librairie » apparaît comme un lieu de gestion de paradoxes ailleurs insolubles. Comment concilier en effet la dimension commerciale et la dimension culturelle qui lui sont propres et qui sont au fondement des principales segmentations de la profession ? Tentative de solution au risque de fermeture des librairies2, l’appellation en gestation de « commerce culturel de proximité et de qualité » témoigne de cette problématique. Un commerce « pas comme les autres » dit-on, « un maillon fragilisé dans la chaîne du livre » dit-on aussi, qui tente de se repositionner aujourd’hui à partir de ses particularités, réelles ou rêvées, perçues par les professionnels.

2Mais les clients ? Que perçoivent-ils de ces enjeux ? Que signifie aujourd’hui fréquenter une librairie indépendante ? Que représente finalement ce type de commerce pour ceux que, faute de mieux pour le moment, nous appellerons ses « usagers » (qu’ils soient clients ou simples visiteurs) ? Des points de vente de livres fort variés en taille et en qualité se présentent à eux. Une Fnac diffère d’une librairie de quartier qui diffère d’une librairie-papeterie. Comment ? En quoi ? De quel point de vue ?

3Comme souvent au commencement d’une recherche, le chercheur doit faire un pas de côté, changer de focale, redéfinir l’angle de vue. Parce que les représentations de la librairie indépendante et le discours spontané dominant des acteurs sont quelque peu similaires dans toutes les librairies, indépendantes ou non. Le discours culturel valorisant est, partout, un discours qui articule la culture à des questions éthiques ou politiques. Ce discours est devenu un argument commercial, porté par les propriétaires des petites librairies comme par les dirigeants des grandes enseignes de la vente de livres. On trouve également ce discours « culturéthique » dans la bouche de certains lecteurs, pour valoriser les usages qu’ils font de la librairie. À l’heure d’Internet, le simple fait de vendre des livres papier, d’y donner accès, apparaît presque comme un geste militant.

4Prenant acte de ce contexte, notre approche a consisté, dans un premier temps, à supposer que la singularité des « librairies indépendantes » était appréhendable à travers les usages et les perceptions des clients, dans la tension entre registre commercial et registre culturel de l’activité. Très vite cependant, un modèle d’analyse plus complexe est apparu au fil de nos investigations. Nous avons pu poser :

  • que les librairies dans leur fonctionnement et leurs usages spécifiques dépassent ce double registre (commerce et culture), bien qu’il soit structurant, pour relever d’un lieu/projet ;
  • que leur activité renvoie à des individus, initiateurs de ce lieu/projet qui le créent, le gèrent, le font évoluer ;
  • qu’en tant que lieu/projet personnel, elles ne sont pas déconnectées d’un contexte social et surtout spatial, en l’occurrence d’un espace urbain.

5Au cœur de cette structuration, apparaissait la nécessité de prendre en compte la spécificité du bien culturel au cœur de ce commerce : le livre. Le livre dans sa matérialité et ses contenus, le livre en tant qu’objet porteur lui-même de sens, de symboles et d’usages différenciés, le livre dans sa diversité : du livre référence de littérature à la bande dessinée, du livre de cuisine au livre d’art, du livre pour enfant au traité de philosophie, du best-seller au dictionnaire... En bref, il s’agissait de prendre en compte un objet protéiforme et plastique, capable d’accueillir des usages et des sens sociaux imprévisibles.

6Un triptyque analytique a été ainsi défini, entre usagers, libraires et territoires. Trois éléments en interaction continue, renvoyant à une tension simultanée entre culture et commerce : autour d’un « objet livre », des usages et des usagers ; une équipe initiatrice et gérante de la librairie, porteuse d’un projet ; en un lieu inscrit dans un espace plus large, un quartier, une ville, un territoire.

7De ce dernier point de vue, la dimension urbaine apparaît comme une caractéristique majeure des librairies indépendantes. Librairie en ville, librairie d’une ville, ce rapport au contexte urbain est un élément essentiel à prendre en compte pour une analyse des usages des librairies. Cette spécificité territoriale est à double sens. En effet, comme pour n’importe quel domaine d’activité, si le cadre sociospatial intervient dans la définition et les usages des librairies, la librairie est aussi à appréhender comme un élément de construction à part entière du monde urbain.

8Comprendre la place qu’occupent les librairies indépendantes sur un territoire, « ce qu’elles sont », les usages qui en découlent et qui les façonnent, c’est aussi poser les caractéristiques de cette relation au territoire. Autrement dit, il s’agit d’analyser la territorialisation des librairies, territorialisation étant entendu ici comme le processus qui consiste pour une librairie à s’implanter dans un territoire et à s’y construire un statut à travers les usages qu’elle génère.

Usages, usagers-clients et représentations des librairies indépendantes

Vous m’excuserez si je vous corrige, mais vous parlez tout le temps des « usagers ». C’est plutôt un terme qu’on utilise en bibliothèque, en librairie, on parle de « client » (…) Usager ? Ça fait un peu ratp je trouve, non ? (Libraire Folies d’Encre)

  • 3 La première signification du terme « usager » entend : « Personne qui utilise un service (fréquemm (...)
  • 4 Bertrand de Quatrebarbes, Usager ou client ? Marketing et qualité dans les services publics, Les É (...)
  • 5 Gilles Jeannot, Les usagers du service public, PUF, 1998.
  • 6 Bernard Lahire, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Nathan, Essais & Recherches, Paris, 19 (...)

9« Clients », « publics de la culture », les termes sont chargés de représentations et d’a priori. Afin de clarifier notre approche, le terme plus neutre « d’usager » est utilisé dans ce texte, ce qui n’est pas le cas sur le terrain. La notion d’usager est fréquemment rattachée au domaine du service public3 où il convient de parler de plus en plus d’ » usager-client », voire d’ » usager-client-citoyen4 ». Cette extension de la notion témoigne d’une apparition progressive au sein du service public, non pas d’une coupure brutale, mais de découpages fins entre l’État et le marché, entre la prestation de service individuel et la poursuite de finalités attachées à l’intérêt général5. Implicitement, la figure de l’usager suggère l’idée de service public culturel, notion que certains libraires rencontrés dans le cadre de cette enquête ont parfois mis en avant pour pointer la spécificité de leur commerce. Qui plus est, toute visite dans une librairie ne débouche pas forcément sur une transaction financière : tous les visiteurs ne sont pas nécessairement clients. Enfin, l’accent mis sur les usages autorise une approche plus neutre qui évite notamment de classer a priori les individus dans des catégories sociales figées6.

10Pour cette étude, une enquête de terrain a été menée sur cinq librairies et quatre territoires. D’emblée, le choix de la démarche a été qualitatif et non quantitatif. L’objectif consistait notamment à interroger la diversité des rôles et des usages des librairies et leur impact sur des territoires variés. Le corpus comprend en conséquence des librairies généralistes, mais de taille et d’aspect différents. Les types de projet (orientés plutôt vers le commercial ou plutôt vers le culturel), les générations auxquelles appartiennent les gérants et l’emplacement territorial sont également variés. Nous avons retenu : L’Atelier 9 (A9) dans un quartier parisien, Folies d’Encre (FdE) en proche banlieue parisienne, La Galerne (LG) au centre-ville du Havre et deux librairie-papeteries, Lecreux (LX) et Le Parchemin (PCh), dans la petite ville de Castelsarrasin. Il faut noter que notre enquête a volontairement été centrée sur les librairies généralistes, les librairies spécialisées, pourtant intéressantes, relevant pour leur part de problématiques par définition spécifiques.

  • 7 Voir pour cette segmentation l’étude Situation économique de la librairie indépendante.
    Notons par (...)

11Selon une terminologie de professionnels, il s’agit de librairies de niveau 1, mais chacune représente un segment différent allant de la « librairie A » à la « librairie C »7. Les deux librairies de Castelsarrasin sont des librairies-papeteries représentatives du niveau 2 même si elles attachent elles aussi de l’importance à une « posture littéraire ».

12Les outils habituels de l’enquête qualitative ont été mobilisés pour cette étude : observations in situ, photographies, réalisation d’entretiens semi-directifs (environ 25 par site) auprès des différents publics et des personnes-clés (libraire, usagers, acteurs de la ville), analyse de documents divers (documents internes, statistiques sur le quartier, etc.), mais aussi questionnaires pour la vérification de certaines hypothèses.

Notes

1 Voir : « Un label pour les librairies indépendantes ? », entretien avec Benoît Yvert, Directeur du livre et de la lecture, http://www.centrenationaldulivre.fr/?Un-label-pour-les-librairies, 2010.

2 La presse se fait l’écho de ce genre d’inquiétude : « Les librairies indépendantes vont-elles disparaître ? », Ouest France, 4 octobre 2006. Plus récemment, la fermeture de la librairie Oscar Hibou à Bordeaux, en 2010, suscite l’émoi dans le milieu et les articles sur la disparition ou, du moins, les difficultés des librairies, notamment face aux grandes surfaces commerciales.

3 La première signification du terme « usager » entend : « Personne qui utilise un service (fréquemment un service public), qui emprunte habituellement un domaine, un lieu public. » Voir le Trésor de la Langue française.

4 Bertrand de Quatrebarbes, Usager ou client ? Marketing et qualité dans les services publics, Les Éditions d’organisation, 1996. Bertrand de Quatrebarbes, La participation des usagers/clients/citoyens au Service public, France Qualité Publique, La Documentation française, 2004.

5 Gilles Jeannot, Les usagers du service public, PUF, 1998.

6 Bernard Lahire, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Nathan, Essais & Recherches, Paris, 1998.

7 Voir pour cette segmentation l’étude Situation économique de la librairie indépendante.
Notons par ailleurs que le terme de « niveau » de librairies vient de la segmentation des clientèles opérée par les entreprises de diffusion. Cette segmentation distingue :

  • le 1er niveau, qui désigne, selon les maisons, les 700 à 1 300 clients les plus importants (librairies et grandes surfaces culturelles), soit en termes quantitatifs (chiffre d’affaires réalisé avec les éditeurs diffusés), soit en termes qualitatifs (capacité du libraire à « lancer » un titre, travail sur le fond des éditeurs diffusés, etc.) ;
  • le 2e niveau (4 000 à 12 000 points de vente selon les diffuseurs), qui regroupe les petits points de vente de proximité ;
  • les hypermarchés (environ 1 000), qui bénéficient d’une équipe spécifique de représentants ou d’une structure dédiée.

Plus récemment, on a vu apparaître le terme de « 3e niveau » pour désigner les très petits points de vente et les points de vente occasionnels qui n’ont pas de compte ouvert chez les distributeurs et s’approvisionnent, comme les magasins populaires et la majorité des 1 800 supermarchés vendant « du livre », auprès de grossistes ou des agences régionales des distributeurs.
Voir Hervé Renard, « Situation économique de la librairie indépendante », Ipsos Culture et Observatoire de l’économie du livre, mars 2007.
http://www.culture.gouv.fr/culture/guides/dll/Etude_economique_librairies_30mars2007.pdf

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter