Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

Synthèse de la journée

Gérald Grunberg

Texte intégral

1Merci, Nicole Saint-Denis, d’avoir offert une telle transition et d’avoir aussi largement anticipé sur la synthèse, si tant est qu’une synthèse soit possible après une journée si riche. C’est toujours ce qu’on dit, mais pour cette fois ce n’est pas une clause de style.

2Il n’y a pas eu de temps mort dans cette journée et le nombre d’informations que chacun a pu récolter est, me semble-t-il, assez impressionnant.

3Plutôt qu’une synthèse à proprement parler je vais essayer de reprendre quelques pistes qui ont été évoquées et de lancer des ponts vers ce que vous appelez de vos vœux : d’autres journées de ce type.

4D’abord un constat : les services documentaires offerts aux personnes déficientes visuelles constituent une offre en plein développement et le succès de cette journée en témoigne.

5Succès de cette journée : le nombre de ses participants, la diversité des structures qu’ils représentent prouvent qu’en dix ou quinze ans le paysage a considérablement évolué et, sans se masquer tout le chemin qui reste à parcourir, il faut se réjouir de ce constat qui montre l’attention que portent désormais aux problèmes qui ont été évoqués aujourd’hui les professionnels des bibliothèques et aussi les pouvoirs publics, qu’il s’agisse des collectivités territoriales ou de l’État. Je voudrais dire à ce sujet, pour rebondir sur une intervention qui a eu lieu ce matin, que, d’une certaine façon, ce progrès suit, mais de façon un peu décalée dans le temps, les progrès de la lecture publique dans notre pays et le formidable développement qu’ont connu les bibliothèques de lecture publique depuis vingt-cinq ans, progrès dont la bibliothèque dans laquelle nous sommes est évidemment un témoignage particulièrement éclatant, mais dont il existe, comme vous le savez, de multiples autre s exemples. Et, à cet égard, la réflexion qui a eu lieu ce matin et qui consistait à dire : « Oui, tout ça c’est bien gentil, mais ce n’est que pour les grandes villes », me fait penser un peu à la réflexion qu’on entendait il y a quinze/vingt ans quand les bibliothèques commençaient à s’informatiser et que beaucoup d’entre nous regardaient cela en se disant : « Je n’aurai jamais dans ma ville les moyens de passer à l’informatisation. » Or regardez ce qu’il en est aujourd’hui : ce n’est plus une question de taille.

6Pour ce qui nous réunit aujourd’hui, c’est-à-dire ce qui est devenu une véritable cause nationale, on le doit bien sûr aux efforts de quelques pionniers mais on peut supposer qu’avec le décalage que je mentionnais les choses vont suivre le même cours.

7Ces progrès me semblent tenir à deux facteurs :

8Le premier est celui que je viens d’évoquer, à savoir la prise en compte du public handicapé, à des degrés divers certes, par les pouvoirs publics, qu’il s’agisse de l’État ou des collectivités territoriales ; il y a une véritable prise de conscience et une volonté politique qui s’affiche – encore une fois Montpellier en est une illustration majeure, mais il y a d’autres exemples.

9C’est aussi, me semble-t-il, la conviction désormais établie chez une majorité de nos collègues bibliothécaires de ce que certains d’entre vous affirment depuis des années ce que Jean-Didier Wagneur rappelait ce matin dans le constat qu’il faisait pour la BnF, à savoir que toutes les recherches menées et toutes les actions mises en œuvre pour faciliter l’accès aux handicapés profitent à l’ensemble du public.

10C’est cette conviction profonde, c’est ce postulat que Marie-Cécile Robin, par exemple, a souvent répété qui, aujourd’hui, non seulement ne sont plus remis en cause, mais sont de plus en plus pris en compte.

11La problématique de l’intégration des publics spécifiques se traduit d’abord dans la conception architecturale du bâtiment. En ce qui concerne la signalétique, la question a été posée ce matin. Sans doute y a-t-il encore des progrès considérables à faire et nous le savons bien à la Bpi. C’est un vaste domaine qui demande des moyens et dont il ne semble pas que l’on puisse pour l’instant faire émerger de solutions qui donnent radicalement et définitivement satisfaction. Il me semble que c’est encore largement un champ de recherches d’où doivent naître de nouveaux progrès.

12Pour la conception architecturale du bâtiment il existe des lois : on conçoit une médiathèque en termes d’accessibilité à l’ensemble des collections elles-mêmes et non plus à une collection spécifique installée dans un coin spécifique, comme ce fut trop souvent le cas. Le problème est bien posé maintenant en termes d’extension du service, de l’accès à la totalité des ressources disponibles dans la bibliothèque :

  • Accès aux collections générales y compris de documents électroniques par le biais de matériel spécifique. On a vu là qu’il y avait encore de nombreux problèmes techniques à résoudre, j’y reviendrai.
  • Accès à des produits d’édition adaptée et notamment de documents numérisés, ce qui devrait avoir comme corollaire une attention spécifique des bibliothèques qui se lancent dans des politiques de numérisation : on a vu l’importance de prévoir d’emblée cette numérisation en mode texte et, au fond, l’exemple qui nous a été donné de Gallica est une illustration de la nécessité de trouver les moyens de résoudre un certain nombre de problèmes à la fois techniques et budgétaires.
  • Accès au site de la bibliothèque et à son opac : le dernier exposé l’a montré, il faut intégrer dès les réflexions préalables de conception d’un site Web de bibliothèque le problème de l’accessibilité pour tous dans la question plus générale de l’ergonomie des sites. Là encore, ce qui sera fait en prenant en compte les problèmes spécifiques sera finalement au bénéfice de l’ensemble des lecteurs et des usagers.

13Pour suivre ces développements, j’ai dit que le chemin était encore long probablement devant nous et, comme il a été rappelé tout au long de la journée, cela suppose de réunir un certain nombre de conditions qui ont été également évoquées :

  • Première condition : une volonté politique forte. Ce n’est évidemment pas un hasard si cette journée s’est tenue à Montpellier qui est emblématique de cette volonté politique : Gilles Gudin de Vallerin nous a rappelé l’engagement personnel du député-maire sur ces questions. Là où cette volonté n’existe pas, les bibliothécaires doivent essayer de convaincre. À la clé il y a des moyens à mettre en œuvre aussi bien en investissement qu’en fonctionnement et il y a eu comme un murmure dans la salle ce matin quand Gilles Gudin de Vallerin a dit qu’il y avait deux personnes, deux agents permanents de la bibliothèque à temps plein pour cette fonction. Cette présence de professionnels constitue évidemment un facteur essentiel de la réussite d’une politique d’intégration : les bénévoles ont un rôle tout à fait important, capital à jouer, mais ils le joueront d’autant mieux qu’ils seront conduits, pris en charge, par du personnel de la bibliothèque qui connaît bien la bibliothèque et ses ressources.
  • Deuxième condition : la coopération, le travail en partenariat. De ce point de vue, tous les échelons de la vie publique sont concernés : le niveau local, le niveau régional et le niveau national.
  • Au niveau local les interventions de Sylvie Hamzaoui et de Jean-Louis Glénisson nous ont montré, à Reims comme à Périgueux, comment la bibliothèque remplit sa mission culturelle et, en même temps, joue un rôle social essentiel en suscitant et en fédérant les bonnes volontés de partenaires extrêmement divers dans des actions de sensibilisation du public le plus large au-delà de l’offre qui peut être faite dans la bibliothèque.
  • Coopération au niveau régional : je crois qu’en dehors de Montpellier nombre de bibliothèques municipales à vocation régionale incluent dans leur ambition régionale, dans leurs missions, un rôle de tête de pont dans ce domaine, en coopérant avec d’autres établissements et en proposant clairement de jouer un rôle pilote d’expérimentation et de mise à disposition d’outils nouveaux. Elles entendent aussi être un lieu ressource, un lieu de formation des personnes ressources et des personnes relais.
  • Au niveau national enfin, je crois qu’après l’intervention de Thierry Grognet et de Catherine Desbuquois, personne ne doute plus de l’importance des moyens mis en œuvre notamment par la Direction du livre et de la lecture et le ministère de la Culture et de la Communication pour favoriser la rencontre d’un certain nombre de synergies – c’est le cas de la commission « culture et handicap » – et pour favoriser un certain nombre de réalisations initiées par des organismes nationaux, pour favoriser la complémentarité des collections au travers des entreprises collectives comme le catalogue collectif de l’édition adaptée, réalisé conjointement par la Bpi et l’inja, qui permet l’interrogation de bases nationales et étrangères de documents adaptés. Personne ne doute plus du rôle essentiel des pouvoirs publics au niveau national pour soutenir et favoriser la création de réservoirs d’œuvres transcrites en braille... Tout le monde aura ressenti la même satisfaction que moi en constatant que la présentation du serveur hélène suscite de réels espoirs ; on peut espérer que l’impulsion est suffisamment donnée pour que ces espoirs ne soient pas déçus.
  • Enfin, dernière condition nécessaire : la formation des professionnels. C’est effectivement un point important qui n’a pas été spécifiquement évoqué, peut-être parce que la formation des bibliothécaires accuse encore un certain retard sur ce point. C’est le décalage que j’évoquais en début d’intervention.

14Cela dit, ce retard est en train de se combler, d’abord parce que les professionnels vont venir se former de plus en plus dans les lieux qui fonctionnent, mais aussi parce que cette formation maintenant qu’elle existe – c’est toujours comme cela : il faut toujours prouver le mouvement en marchant, on le sait bien – va être relayée par nos organismes de formation. Je sais que l’enssib a prévu pour la première fois une action spécifique dans ce domaine.

15Il y aurait encore énormément de choses à dire mais la journée a débuté tôt ce matin et a été très dense. Je vais m’en tenir là pour ce qui me semble être les éléments saillants de cette journée. Cette journée, c’est un peu comme le livre dont on est l’auteur : on va se quitter, on va se dire au revoir, on s’échange nos adresses, mais la fin de la journée c’est à nous de l’inventer. Cette journée n’aura vraiment pleinement atteint son objectif que si elle se poursuit par des entreprises communes, par des projets communs qui vont naître des contacts qui ont été pris aujourd’hui.

16Gilles Gudin de Vallerin et moi-même avons décidé d’essayer de donner l’exemple. La Bpi qui fut pionnière dans le domaine qui nous a occupés aujourd’hui et qui, suite aux récents travaux de rénovation, a retrouvé une certaine forme d’exemplarité, et la bm de Montpellier – dont j’ai assez dit que sur ce point et sur bien d’autres, comme chacun a pu le constater au cours de la visite que nous avons eu la chance de faire aujourd’hui, elle a non seulement rejoint la Bpi, mais l’a dépassée à certains égards –, ont donc décidé de donner une suite à cette journée. Ainsi, dans le cadre d’une politique de partenariat que la Bpi entend mettre en place avec un certain nombre d’établissements en région sur des thèmes spécifiques, nous allons travailler à la façon de mettre en commun le capital d’expériences accumulées de part et d’autre, pour le bénéfice bien sûr de nos établissements, mais aussi pour le bénéfice des autres bibliothèques. Il a été question de mutualisation tout à l’heure, c’est exactement ce que nous allons essayer, dans un partenariat bilatéral, de développer et que nous proposerons à nos tutelles respectives.

17Notre conviction est que notre journée aura pleinement atteint son objectif si d’autres initiatives de ce type voient le jour.

18Pour conclure, je voudrais remercier la municipalité de Montpellier, son représentant M. Philippe Saurel dont j’ai bien retenu la phrase « une bibliothèque qui se veut de pointe dans certains domaines », ainsi que les services municipaux, au premier rang desquels bien évidemment la bibliothèque municipale de Montpellier, son directeur, Gilles Gudin de Vallerin, et toute l’équipe de la bibliothèque. Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir tenir cette journée à Montpellier. Encore merci.

Auteur

Gérald Grunberg est directeur de la Bibliothèque publique d’information, au Centre Pompidou.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access