Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

Des expériences

Débat

Texte intégral

1Elisabeth Bailly : Ces trois interventions ont dû susciter des questions, j’imagine...

2Catherine Desbuquois : Je vous ai écouté avec beaucoup d’intérêt puisque je vous découvre et que je découvre quotidiennement la question de l’accessibilité aux côtés de l’équipe de BrailleNet. Je vois que vous avez suivi une voie tout à fait différente puisque BrailleNet travaille à l’accessibilité des sites avec les Webmasters en essayant de leur faire appliquer des règles internationales d’accessibilité. Si j’ai bien compris, votre façon de procéder est la confection d’un petit programme fait sur mesure pour chaque site client. Alors j’ai une question matérielle : combien ça coûte ?

3Manuel Da Silva : Je m’occupe de la partie technique et je ne suis pas un habitué du marketing.

4Nous sommes sous un modèle asp (Application Service Provider), c’est-à-dire que nous avons une plateforme localisée et mutualisée, donc on divise les frais. Ce n’est pas un petit programme qu’on développe pour chaque site. C’est une sorte d’intelligence qui va regarder la page, qui va l’analyser et qui la modifie. Ce n’est pas un développement fait pour chaque site client, tout simplement parce que ce ne serait pas rentable. C’est un même moteur qui est promené sur le site et qui retranscrit la page.

5Combien ça coûte ? Je suis désolé de ne pas pouvoir être très précis. C’est de l’ordre de 100 000 F à 400 000 F, mais tout dépend du site en fait : pour un site de quelques pages comme celui du Premier ministre que nous avons traité – comme BrailleNet l’a fait aussi –, on atteint un coût très différent.

6Public : Les sociétés qui ont créé des sites ont investi des sommes très importantes pour ce faire. Vous allez proposer un système qui permet d’améliorer la convivialité du site pour les déficients visuels. Ne craignez-vous pas que les voyants utilisent votre procédé pour améliorer aussi la convivialité du site ? Ce qui, à ce moment-là, enlève tout intérêt au créateur du site et à la société qui l’a payé.

7Manuel Da Silva : Ce n’est pas une crainte, c’est une volonté. Au départ, c’est vrai que le projet s’adressait plutôt aux déficients visuels, tout simplement parce que j’étais étudiant, que j’avais un besoin à satisfaire, j’ai donc voulu quelque chose qui me convienne. Nous avons voulu élargir le projet pour que les Webmasters comprennent que rendre un site utilisable ne veut pas dire faire une action sociale. On n’est pas là pour enfermer le handicapé dans une solution pour handicapé. Notre solution devrait à terme remplacer la version « normale ».

8Public : Donc détruire l’intérêt d’avoir un site sophistiqué.

9Manuel Da Silva : Tout à fait. On a du mal à le faire passer aussi « cash »

10Mme Lombard : Je voudrais savoir si la démarche que mène votre société et celle que mène l’association BrailleNet sont des démarches complémentaires ou opposées.

11Manuel Da Silva : Nous, nous sommes très contents que BrailleNet existe depuis bien plus longtemps que nous, parce que c’est grâce à BrailleNet que la question de l’accessibilité du Web a été connue et qu’on nous écoute, dans la presse, dans les administrations. BrailleNet a beaucoup œuvré pour faire comprendre qu’un site accessible ne veut pas dire un site triste.

12Je m’exprime en tant qu’utilisateur et en tant que concepteur de sites. Notre démarche n’est pas opposée : BrailleNet s’appuie sur la WAI qui sont des recommandations d’accessibilité du Web : Visual Friendly aussi. BrailleNet est en train de les amender et nous, nous attendons avec impatience ces corrections.

13En revanche, c’est vrai que la wai dit que le site normal doit être accessible au plus grand monde, alors que nous, nous sommes partis du principe qu’un site accessible au plus grand nombre est chose quasiment impossible et que les besoins des uns et des autres sont si différents qu’il est difficile de recouvrir l’ensemble car, à un moment ou à un autre, il y aura un compromis qui ne satisfera pas nécessairement tout le monde. Là-dessus, il est vrai, notre vision est un peu différente de celle de BrailleNet.

14Nicole Saint-Denis : J’ai quelques souhaits à formuler.

15Je voulais d’abord dire que pour nous, professionnels sur le terrain, ces journées ont une importance énorme, vous le savez, nous en avons parlé. J’en ai réclamé une à cor et à cri, je ne suis pas la seule. Pourquoi ont-elles une importance énorme ?

16Elles sont source d’informations : nous avons eu aujourd’hui des informations sur les avancées technologiques. J’ai eu le plaisir en particulier de voir un cybook : il me semblait qu’il pouvait apporter des perspective s d’autonomie et grâce à cette journée j’ai pu en voir un présenté par une collègue de Montpellier. Je le dis à nouveau, ces journées sont indispensables. Et cela me renvoie à une question qui me préoccupe depuis dix ans qui est la grande question de nos formations et de la mutualisation de nos expériences et de nos compétences. Aujourd’hui, nous sommes de nombreux professionnels à nous engager dans ces actions à des niveaux de compétence, d’expérience et de savoir-faire variés. Je pense que c’est cette variété qui est stimulante et qu’il ne faut pas avoir d’inhibition. Notre collègue de Reims a commencé son exposé en disant qu’elle avait peur de parler, non, ce qui est important c’est l’échange, c’est la confrontation de nos expériences et nous avons besoin de cela, quel que soit le stade où nous en sommes, car c’est formateur.

17Je ressens le besoin de partage, de mutualisation et de formation. On a besoin de journées professionnelles, on a besoin de travailler en réseau au sein des régions, des départements. Et ce n’est pas parce qu’il y a de grands services en France que tout est acquis. Il faut vraiment partager tout cela.

18Élisabeth Bailly : Nicole, merci. C’est en effet presque une conclusion et il me sera très facile d’obtenir d’autres journées semblables à celles-ci de mon chef de Département, Thierry Grognet.

19Thierry Grognet : S’il n’y a plus de questions et dans la mesure où la Bpi est totalement en phase avec la dll, je vous proposerai de laisser conclure cette journée d’étude par Gérald Grunberg, son directeur.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access