Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues régionales : langues de France, langues d'Europe

 | 
Jérôme Bouvier
, 
Pierre Encrevé
, 
Jacques Fusina
, 
et al.

V. Les contributions au forum sur Internet (mai 1999-décembre 2001)1

Texte intégral

Contribution n° 1 de Philippe Blanchet, maître de conférences et directeur de recherche en sociolinguistique à l’université Rennes 2 et au ceroc-Paris iv

  • 1 Les opinions émises librement ici n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs et en aucun ca (...)

1Quelques remarques de fond par un spécialiste et un locuteur natif du provençal, suite à la lecture attentive des textes sur votre site :

  • Déterritorialiser une langue, c’est l’abstraire des pratiques sociales (qui, elles, ont toujours lieu quelque part à un certain moment) et des fonctionnements effectifs des langues (dont la symbolique territoriale est majeure dans les perceptions et les usages des locuteurs). C’est probablement, au contraire de ce qui est supposé, l’ethniciser en l’enfermant sur ses locuteurs (aujourd’hui extrêmement localisés) au lieu de l’offrir a quiconque séjourne sur une aire donnée. C’est la scléroser, en en limitant les droits d’usage à des individus en nombre restreint. C’est aussi peut-être une stratégie soit pour signer la Charte (voire la ratifier) en la vidant de toute efficacité sur le terrain, soit pour permettre à des milieux militants de s’emparer des possibilités liées à ces langues à la place des collectivités locales légitimes de la République (cf. point suivant).
  • Il ne faudrait pas négliger le fait que, la République ayant abandonné la gestion de ces langues à qui en veut, elles sont souvent aujourd’hui la quasi « propriété » politique de groupuscules militants qui en proposent des versions artificielles, avec des objectifs très différents de ceux des populations qui restent attachées à ces langues et parlers locaux. On prétend qu’il faut bien les « standardiser » pour les réhabiliter, mais ce n’est aucunement nécessaire : le corse (l’une des mieux réhabilitées) et le provençal (pourtant langue à la littérature prestigieuse) ne sont pas standardisés, et leurs locuteurs ne veulent pas de norme standard (toutes les variétés sont inter-tolérées, jusque dans la graphie). Quelles langues visent-on ? Les parlers authentiques porteurs de cultures populaires vivantes, ou des constructions artificielles de militants (qui souvent les parlent « mal ») aux idéologies douteuses (cf. point suivant) ?
  • Le provençal est perçu et fonctionne comme langue distincte de l’ensemble d’oc par l’ensemble de la population (avec notamment une orthographe spécifique), dont les élus ont pris position en ce sens (question écrite explicite de M. Vauzelle, président de la Région et député d’Arles, à Mme Trautman, ministre de la Culture). Cela correspond à la définition qu’en donne A. Lodge. Mais on continue à voir (et à lire sur votre site) des activistes de la « Grand Occitanie » affirmer autoritairement que le provençal est une variété de leur « occitan » centralisé. Quels principes démocratiques respecte-on alors ? Où est le pluralisme ?

Contribution n° 2 de Jean-Marie Woehrling, juriste, président du Conseil scientifique de l’Institut du droit local Alsacien-Mosellan

Le Conseil Constitutionnel contre les libertés et le pluralisme

2On peut se demander si la France pourrait encore aujourd’hui ratifier la Convention européenne des Droits de l’homme compte tenu des restrictions aux libertés que le Conseil constitutionnel a instituées par une interprétation prétorienne de la Constitution française avec sa décision sur la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Comme l’adhésion à cette Charte est requise désormais des pays candidats au Conseil de l’Europe, la France ne pourrait probablement même plus devenir membre de cette institution, qui a son siège à Strasbourg, compte tenu des incompatibilités instituées par le juge constitutionnel français entre notre loi fondamentale et les principes fondamentaux d’une Europe démocratique. Car ce n’est évidemment pas cette charte internationale qui est « inconstitutionnelle », mais notre constitution qui n’est pas à la hauteur des standards européens.

3La jurisprudence du Conseil constitutionnel sur l’inexistence d’un peuple corse était déjà invoquée par les cours turques pour justifier la répression menée contre les Kurdes. Demain, les États qui voudront se débarrasser de leurs minorités linguistiques trouveront une justification facile dans la décision de la cour constitutionnelle de la « patrie des Droits de l’homme ». Des minorités francophones en seront peut-être aussi victimes.

4La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires met pourtant en œuvre une démarche authentiquement « républicaine » et citoyenne de la protection de la diversité linguistique car elle n’institue pas une protection spécifique de minorités linguistiques (ce qui n’aurait d’ailleurs rien de choquant), mais charge l’ensemble de la communauté nationale de la préservation du patrimoine culturel que constituent les langues régionales et minoritaires. Tout comme le combat contre l’antisémitisme n’institue pas une minorité juive, la promotion des langues régionales ou minoritaires conçue par la Charte ne conduit pas à attribuer des privilèges au profit de groupes linguistiques, mais établit seulement le fondement nécessaire au développement d’une société pluraliste respectueuse de toutes ses composantes.

5Pour établir une incompatibilité entre ces objectifs et la Constitution française, le Conseil Constitutionnel a donné un caractère répressif à cette dernière : celle-ci interdit, selon lui, de reconnaître le droit de pratiquer une langue régionale ou minoritaire dans la vie publique ; pour lui, la prise en considération éventuelle des vœux exprimés par les groupes pratiquant une telle langue porte, à elle seule, atteinte aux principes d’indivisibilité de la République et d’unité du peuple français ; il comprend le concept de droits collectifs, que ces principes interdiraient, de manière tellement large qu’il en résulte nécessairement une remise en cause des libertés religieuse et d’association. Les associations cultuelles de la loi de 1905 sont-elles encore constitutionnelles en tant qu’elles sont l’expression de « droits collectifs » ? Aujourd’hui les langues, demain n’importe quelle forme d’expression publique d’une différence pourra tomber sous la censure constitutionnelle.

6Autant dire que la récente décision du Conseil Constitutionnel ne sert pas à prévenir un mythique « communautarisme », mais dégrade l’image internationale de la France, enferme celle-ci dans une conception régressive de l’unitarisme républicain et met en cause la cohérence de notre système des libertés publiques. Le coup porté est si profond qu’il sera très difficile d’y trouver remède. Les fondements donnés par le Conseil Constitutionnel à sa décision sont tellement généraux qu’une réforme constitutionnelle portant sur la seule reconnaissance des langues régionales n’y suffirait pas. C’est désormais le pluralisme de la société française qu’il faut refonder constitutionnellement.

Contribution n° 3 de J-F. Blanc, président de l’Institut d’études occitanes de Paris

Faux débat et vraie idéologie

7La contribution de Philippe Blanchet sur le site de la Bpi pose de faux problèmes et sous-tend un vrai danger idéologique. Pour la résumer, il s’insurge du rattachement du provençal à l’occitan en s’appuyant sur les arguments suivants :

8Je cite : « la République ayant abandonné la gestion de ces langues à qui en veut, elles sont souvent aujourd’hui la quasi “propriété” politique de groupuscules militants qui en proposent des versions artificielles, avec des objectifs très différents de ceux des populations qui restent attachées à ces langues et parlers locaux ».

9Je cite encore : « Quelles langues visent-on ? les parlers authentiques porteurs de cultures populaires vivantes, ou des constructions artificielles de militants (qui souvent les parlent “mal”) aux idéologies douteuses ? »

10« Le provençal est perçu et fonctionne comme langue distincte de l’ensemble d’oc par l’ensemble de la population (avec notamment une orthographe spécifique), dont les élus ont pris position en ce sens (question écrite explicite de M. Vauzelle, président de la Région et député d’Arles, à Mme Trautman, ministre de la Culture). Cela correspond à la définition qu’en donne A. Lodge. Mais on continue à voir (et à lire sur votre site) des activistes de la "Grand Occitanie" affirmer autoritairement que le provençal est une variété de leur "occitan" centralisé. Quels principes démocratiques respecte-on alors ? Où est le pluralisme ? »

Quelques réponses à ces fausses questions :

  • La langue est la propriété de celui qui la parle. Les « groupuscules » dont P. Blanchet parle sont des associations comme le Félibrige (fondé par Frédéric Mistral dont par ailleurs il se réclame) et l’Institut d’études occitanes (fondé par des intellectuels issus de la Résistance) qui tous deux ont publié un communiqué affirmant l’unité linguistique de l’occitan ou langue d’oc, déjà proclamée par Frédéric Mistral dont le monument lexicographique (le Trésor du Félibrige) englobe l’ensemble des variétés d’occitan ou langue d’oc.
  • Le provençal est perçu comme composante de la langue d’oc par tout provençal qui se déplace ailleurs, en Occitanie, et qui constate que les gascons, les languedociens, les limousins et les auvergnats connaissant leur variété d’occitan le comprennent.
  • La graphie « mistralienne » employée en Provence est aussi valable que la graphie « alibertienne » employée partout en Occitanie. Elle ne s’adapte hélas pas facilement aux autres dialectes de l’occitan alors que la graphie alibertienne permet, tout en respectant les particularités de chaque parler, une compréhension immédiate par quelqu’un l’employant déjà pour son dialecte.

11- Le lobbying des « groupuscules » (pour conserver le terme de M. Blanchet) hostiles à l’unité de la langue occitane a réussi à toucher M. Vauzelle. Celui-ci ne devrait-il pas se rappeler que le même lobbying a réussi à mener la municipalité FN d’Orange à changer le panneau d’entrée de la ville pour le mettre en « bonne graphie provençale » ?

Les vraies questions, à mon humble avis, devraient être :

  • Quels moyens se donner pour enseigner la langue de manière efficace (et éviter que les militants la « parlent mal ») ?
  • Quels moyens se donner pour que les « locuteurs naturels » accèdent à l’écrit, cessent d’être (grâce à la République dont on sollicite maintenant – ô courte mémoire – la bienveillante législation) ?

12Et, pour être plus méchant :

  • À quel groupuscule militant, pour sa part, appartient Philippe Blanchet ? Quels sont les effectifs de l’Union provençale ?
  • Au nom de quel principe démocratique tout article envoyé dans un autre dialecte à une revue quelconque utilisant la graphie mistralienne est transformé en provençal et en graphie mistralienne ?

Contribution n° 4 de Philippe Espinasse, musicien, Auch (32), Occitanie

Les langues de France

13Voici quelques réflexions pour alimenter le débat sur les langues de France : À quoi peuvent servir les langues de France aujourd’hui ? Pourquoi vouloir les conserver ?

14Contrairement à la vision nostalgique de quelques grincheux repliés sur un autre temps, la défense et la pratique d’un bilinguisme ouvert sera sans aucun doute une des clés de la construction d’une Europe citoyenne et harmonieuse. En effet la pratique de plusieurs cultures permet de comprendre qu’une langue ou une civilisation ne sont pas une fin en elles mêmes, mais un outil pour observer le monde et s’y situer. Quelle richesse, lorsque on en possède plusieurs, de pouvoir le voir en stéréoscopie, avec le surround en prime.

15« Il n’y a pas de langue maudite, seulement des pouvoirs excessifs » (Claude Marti).

16Osons profiter de cette richesse culturelle qui nous permet d’accéder tout naturellement à une ouverture d’esprit et à la tolérance. En effet, comment accepter l’autre dans un pays qui ne supporte pas la diversité. Un peuple, une nation, une langue, une race (pure) ?

17Alors osons... dans le respect de l’autre et l’enrichissement mutuel des différences.

Contribution n° 5 de Jean-Louis Autret

Apprentissage du breton

18Le breton appris à l’école, qui est une synthèse entre les différentes variantes du breton (Léon, Trégor, Cornouaille et Vannetais), ne risque-t-il pas de rester trop littéraire et de pas correspondre au breton réellement parlé ?

19À titre d’exemple, comme le breton est ma langue maternelle, j’ai suivi les cours de breton de Per Denez à Rennes dans le but de savoir l’écrire. Or, j’ai découvert plusieurs termes que je n’ai jamais utilisés :

  • par exemple, « aujourd’hui » se dit « hiziv » alors que j’ai toujours dit « hirrio » ;
  • « parler » se dit « komz » alors que je disais « kozeal »…
  • Ne risque-ton pas de créer ainsi une langue artificielle ?

Contribution n° 6 de Mathias van den Bossche, Tolosa/Toulouse

Normalisation, standard vs. parlers locaux

20La question posée est celle du caractère artificiel des langues régionales enseignées. Je ne crois pas qu’il faille se faire de souci à ce propos. Il est normal, pour une langue qui n’a pas été officielle pendant des siècles, de présenter des variations géographiques, autant sur le plan de la prononciation que sur celui du lexique.

21La récupération de ces langues passe pour chaque langue par la récupération de chaque parler. Cela signifie que toutes les variantes doivent être considérées comme valables, avec autant de synonymes que nécessaire. Il est en particulier important que les dictionnaires présentent tous les synonymes. Ensuite, l’usage de la presse, des élites qui ont décidé de parler la langue considérée, des écoles, etc. peut tendre à créer une langue qui est une synthèse des parlers locaux. Cela peut se faire « sur le tas » (tel journaliste qui aime un sujet particulier finissant par populariser les termes de son propre parler, par exemple) ou de façon plus concertée, par un travail lexicographique approfondi, où l’on peut par exemple retrouver quelles sont les nuances sémantiques très souvent présentes entre synonymes apparents.

22Par exemple, en occitan il y a au moins trois mots pour dire « balai » : « engraniera », « balaja », et « escoba ». Ce sont des synonymes apparents. Mais si on regarde dans le détail, on se rend compte que l’un désigne plutôt le balai sommaire constitué de branches attachées, l’autre désigne le balai moderne (manche + planche + poils), etc. Il n’y a donc pas de choix véritable à faire, dans une langue normalisée, en dehors d’expliciter ces nuances latentes, ce qui permet d’obtenir des lexiques bien plus riches que celui du français. Ceci n’a rien d’artificiel, c’est simplement ambitieux.

23Ce qu’il faut éviter, c’est d’imposer un standard préfabriqué, en disant « il faut dire X et non Y », mais au contraire considérer au moins de façon temporaire que le standard est une variété de plus, qui pourra éventuellement avec le temps évoluer et être utilisée par la plupart des locuteurs, en incluant le maximum de la richesse linguistique des parlers de base.

Contribution n° 7 de Daniel Lauret, professeur de français à l’IUFM de la Réunion

Que faut-il entendre par bilinguisme « français/langue régionale » ?

  • 2 Lauret D., « Le créole à l’école : pourquoi ? », Dossier : L’école dans les dom-tom, Cahiers pédag (...)

24Sur le fond, il importe de comprendre ce qui freine l’extension à notre contexte de mesures réglementaires somme toute modestes. Je reprendrai ici quelques idées qui prolongent un article paru dans Les Cahiers pédagogiques2.

25Le consensus qui prévaut toujours est de prendre en compte le créole pour favoriser l’apprentissage du français. Cette orientation, conforme à l’esprit de la loi Deixonne (1951) représente une avancée incontestable. Il faut dire cependant que ce discours n’a rien de nouveau.

26Lorsque E. Pouzalgues, ia-ipr de lettres, chargée de mission « Maîtrise du langage » dans l’académie de la Réunion, dit l’importance « de s’appuyer le plus efficacement possible sur la langue maternelle pour mettre en place une langue seconde » (ARUM, n° 21, sept 1999, p. 7), elle répète un discours local vieux de 30 ans :

27« Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif premier demeure le développement d’activités langagières en français et l’acquisition d’un second système linguistique qui se réalisera d’autant plus aisément qu’il n’y aura pas rejet de la langue maternelle [...]. À cette condition, sans doute, qui exclut les antinomies passionnées et qui repose sur le simple bon sens, pourra se développer plus harmonieuse l’appétence souhaitée pour l’apprentissage de la langue française » (lettre du vice-recteur aux enseignants de l’école maternelle, 1982).

28Il faut dire aussi que cette orientation ne permet pas l’instauration d’un programme bilingue tel qu’il est évoqué dans les circulaires concernant les langues régionales. Pour prendre la mesure de la crispation séculaire sur la question je rappellerai deux textes.

29Le 18 mars 1888 (cela fait maintenant un siècle), dans un Rapport à Monsieur le Vice-Recteur, J. B. Bossard, directeur de l’École normale de Saint-Denis passait en revue les différents domaines du fonctionnement de l’établissement : les finances, l’état des locaux..., les problèmes pédagogiques :

30« [...] Le français est faible. Cette faiblesse tient à plusieurs causes : d’abord les élèves qui se présentent au concours d’admission pour l’entrée à l’École normale n’ont jamais fait, pour la plupart, une narration. C’est ce que nous constatons chaque année par la nullité du devoir de français. Il y a donc tout à faire sous ce rapport avec les jeunes gens.

31De plus le patois créole nuit considérablement à la pureté du style qui est émaillé à chaque instant, surtout au début, d’expressions impropres et de tournures vicieuses que les trois années d’École normale suffisent à peine à faire disparaître [...] » (Archives départementales, cote T/124).

32En 1976, le ministre de l’Éducation, M. Haby était en visite à la Réunion. C. Murigneux, directeur de l’École normale, rappelait, dans son discours d’accueil, les orientations académiques sur un sujet alors très tendu : « Nous enseignons le français, en français, à des petits Français. »

33Ces textes expriment bien le cadre de référence monolingue de l’éducation dans notre contexte et la représentation du créole comme menace ou handicap pour la maîtrise du français, perspectives dont je voudrais montrer les limites en m’appuyant sur des travaux récents.

34• La représentation des rapports créole/français décrite ci-dessus, cohérente avec la volonté (explicite ou implicite) d’éradiquer le créole pour rendre plus efficace l’enseignement du français, repose sur une théorie discutable, celle des « espaces occupables » :

35« Pour ou contre l’enseignement des langues d’origine à l’école ?

  • 3 Moore D., « L’école et les représentations du bilinguisme et de l’apprentissage des langues chez l (...)

36On craint bien souvent (les enseignants, les parents, l’opinion publique) que la mise en place de cours de langue et culture d’origine dans l’espace scolaire retarde l’apprentissage de la langue de l’école pour les enfants issus de la migration, et à terme leur intégration dans le pays accueillant/Considérer que l’apprentissage de l’une entrave l’apprentissage de l’autre revient à une conception en termes d’« espace occupable » des langues dans le cerveau, comme si le développement d’une langue allait prendre la place, étouffer l’autre langue, qu’elles allaient se gêner mutuellement. » (D. Moore D., 19943.)

  • 4 Cité par H. Baetens Beardsmore, in « L’enseignement multilingue, facteur d’harmonie psychosociolog (...)

37• « Le modèle compensatoire/transitionnel » de l’enseignement bilingue. J. Fishman4 recense trois modèles d’enseignement bilingue dans plus de cent pays du monde dont « un modèle compensatoire/transitionnel, destiné à assimiler l’élève à la culture dominante ». La prise en compte du créole pour mieux enseigner le français poursuit-elle d’autres objectifs ? La visée monolingue est-elle vraiment récusée ?

38« Dès les années quatre-vingt, les recherches menées en psycholinguistique, en sociolinguistique, en ethnographie de la communication, entre autres, ont entraîné dans le champ pédagogique un intérêt précieux pour les langues des communautés migrantes (Peal et Lambert, 1962 ; Gumperz, 1964 ; Fishman, 1965 ; Skutnabb-Kangas et Toukomaa, 1976 ; Cummins, 1981 ; Hamers et Blanc, 1983). Les chercheurs ont montré combien le niveau de connaissance dans la langue familiale avait d’incidences sur le succès de l’apprentissage dans la langue du pays d’accueil. Cependant, l’école n’a généralement retenu de ces recherches que le fait qu’un enrichissement quantitatif de la langue familiale allait permettre une accélération de l’apprentissage du français et allait favoriser le mouvement vers un nouveau monolinguisme. La langue familiale n’était pas intéressante en tant que langue reconnue. La langue se trouvait finalement réduite à un « objet » promu à des fins didactiques, à un instrument de transition. Elle perdait sa dimension sociale et communicative.

  • 5 Perregaux C., L’École espace plurilingue, 1995, LIDIL, 11.

39Loin d’avoir disparu, cette conception persiste encore mais on se trouve aujourd’hui en possession de nouvelles recherches et de certaines propositions pédagogiques qui pourraient aider l’école à sortir de cette ornière. » (Perregaux C., 19955.)

40Une pédagogie interculturelle fondée sur l’échange entre deux domaines linguistiques et culturels reconnus pour leur richesse complémentaire présuppose que le créole soit autre chose qu’une tolérance ou un passage obligé vers la seule langue et culture digne de l’école.

41Un nouveau cadre de référence, le bilinguisme, reste à construire. La perspective bilingue, explicite dans les textes de l’Éducation nationale relatifs à l’enseignement de la langue régionale depuis 1982, présuppose la reconnaissance de la langue créole pour elle-même. La reconnaissance au créole du statut de langue régionale irait dans ce sens.

42Pour aller vers un bilinguisme français/langue régionale, quelques points méritent encore d’être précisés :

  • le bilinguisme ne signifie pas « parité linguistique ». La langue régionale n’a pas vocation à remplir toutes les fonctions qu’assume la langue nationale ;
  • la notion de « bilinguisme partiel » : H. Baetens Beardsmore (1996) rappelle que le bilinguisme n’implique pas une compétence égale dans deux ou plusieurs langues. L’auteur propose une typologie des programmes bilingues dont il répartit les finalités selon le schéma suivant :

43bilinguisme

  • minime
  • partiel
  • complet
  • 6 Maîtrise de l’écrit (lecture seulement ou lecture / écriture) dans l’une ou l’autre langue, ou dan (...)

44accompagné de compétences bilitéraires6

  • minimes
  • partielles
  • complètes
  • 7 Compte-rendu de mission, Académie de la Réunion, 27 nov. -5 déc. Danièle Boyson – Fradet, Daniel C (...)

45Le rapport credif7 (1995) notait : « [...] Un manque de clarté dans les politiques éducatives quant aux rôles et places du créole dans l’espace scolaire : le recours au créole quand il est pratiqué relève plus de la gestion de l’instant que de la mise en œuvre de stratégies éducatives spécifiques et adaptées [...]. »

46L’explicitation de la notion de « bilinguisme partiel » (limites des rôles et fonctions que le créole pourraient raisonnablement assumer dans le cadre scolaire) permettrait de sécuriser les usagers et de faire avancer la question.

La question du volontariat

La logique de la demande :

47L’introduction des langues et cultures régionales dans les cursus scolaires n’a pas de caractère obligatoire. Les textes soumettent, avec insistance, leur application au volontariat des usagers. Il ne suffit pas que les parents et les enseignants soient d’accord, encore faut-il qu’ils soient demandeurs.

  • 8 Bebel-Gisler D., Les Enfants de la Guadeloupe, L’Harmattan.

48Il n’est pas question de contester la souveraineté des populations sur les choix qui concernent, à travers la scolarisation de leurs enfants, l’avenir de leur société. Il faut savoir qu’en l’état actuel les parents, comme les enseignants, peuvent difficilement être demandeurs d’une réforme qui, à leurs yeux, ne pourrait tourner qu’à leur désavantage. Les décideurs ont beau jeu de s’abriter derrière « l’absence de demande des parents », absence de demande qu’ils ne se donnent pas les moyens de faire évoluer, pour ne pas faire entrer dans leur phase d’application des projets favorables à la langue régionale. Il est commode de prendre au premier degré le refus du créole exprimé par les usagers. Il est facile « de se cacher derrière le comportement aliéné des classes les premières concernées, pour évacuer la principale cause de l’échec scolaire : le rejet de la langue maternelle et la non maîtrise du français » (D. Bebel Gisler, 19858, p. 83).

49Le principe du « libre choix » et « le respect du volontariat » peuvent ainsi servir d’alibi à l’inertie et assurer en définitive la perpétuation du système en place.

La logique de l’offre :

50Une réforme qui n’obtient pas, d’une part la confiance de ceux à qui elle est destinée (les parents d’élèves et à travers eux celle de leurs enfants), d’autre part l’adhésion de ceux qui en sont les artisans (les maîtres) est vouée à ne jamais être appliquée. Double impasse dans le cas du créole où les enseignants sont souvent hostiles à sa promotion dans le cadre scolaire et où les parents sont faciles à mobiliser contre toute innovation dans ce sens.

51Ne faudrait-il pas substituer à la logique de la demande, une logique de l’offre. Le volontariat des usagers ne pourra découler, à mon sens, que du volontarisme des décideurs :

  • à faire évoluer positivement les représentations que les Réunionnais se font du créole ;
  • à informer les usagers sur le cadre, les objectifs, les modalités et les contenus précis d’un enseignement bilingue français/langue régionale.

En conclusion

52Il faut travailler à diminuer les résistances en sécurisant les usagers par une information qui rendrait transparent un projet éducatif dont ils pourraient apprécier, en connaissance de cause, le bien fondé. Un programme d’information, de formation, de recherche descriptive, de recherche didactique pourrait se fixer de tels objectifs.

53Une redéfinition des rapports créole/français en termes de bilinguisme (vs diglossie conflictuelle) serait bénéfique aux deux langues, mais surtout aux usagers, c’est-à-dire, en ce qui nous concerne, les enfants dont la réussite scolaire dépend notamment d’une représentation positive de la langue familiale. Les enjeux sont doubles :

  • développer la langue et la culture régionale pour permettre la transmission culturelle et assurer l’ancrage identitaire du sujet ;
  • faciliter l’enseignement de la langue nationale : par un appui sur une compétence langagière reconnue et valorisée en L1 : hypothèse de la capacité langagière sous-jacente (Cummins, cité par H. Baetens Beardsmore, 1994)9. Le sujet qui apprend une L2 ne commence pas à zéro. Les compétences acquises dans la L1 sont transférables dans l’apprentissage de L2 ; par une relativisation et une dédramatisation des rapports de langue.

54La question de l’enseignement du français est actuellement enlisée dans un face à face français/créole générateur d’affrontements. Or, si aucune langue première n’a jamais empêché un sujet d’en apprendre une autre, les rapports conflictuels que ces langues entretiennent entre elles peuvent être de nature à compromettre l’acquisition satisfaisante de la seconde.

55La reconnaissance au créole du statut de langue régionale contribuerait à assainir le rapport créole/français et à créer des conditions favorables à l’apprentissage efficace de la langue nationale.

Contribution n° 8 de Philippe Blanchet, maître de conférences et directeur de recherche en sociolinguistique à l’université Rennes 2 et au ceroc-Paris iv

Réponse de M. Blanchet à M. Blanc

56Merci de ce dialogue que j’espère utile. Je répondrai à M. Blanc (contribution n° 3, suite à ma contribution n° 1) les choses suivantes :

57Je ne me réclame ni de Frédéric Mistral ni du Félibrige, auquel je n’appartiens pas. Je ne vois pas d’où vient cette information erronée. Je n’appartiens à aucun mouvement activiste ayant pour objet la promotion de la langue régionale (sauf en tant qu’abonné à des revues locales bien tranquilles ; je suis aussi abonné à des revues occitanistes, sans l’être pour autant ! – il faut bien se tenir informé). Puisqu’on me demande de me justifier, l’Union provençale, à laquelle je collabore effectivement en tant qu’expert, regroupe 80 associations sur toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elle a pour but la promotion d’un statut spécifique de la région similaire à celui de la Corse, et la défense des intérêts institutionnels, économiques, et culturels de la collectivité territoriale, qui lui confie depuis plusieurs années la mise en œuvre de diverses manifestations culturelles.

58J’ajoute que les communiqués des mouvements militants sont à prendre pour ce qu’ils sont. Je préfère me fonder aussi et surtout sur l’avis scientifiquement observé de la population non militante et sur ses élus représentatifs légitimes. Du reste, les Félibres provençaux (au contraire du Félibrige central) ont, comme l’immense majorité du tissu associatif local, pris position pour l’identification distincte du provençal (sinon c’était se couper de la population) : leur pétition au nom de « la maintenance de Provence du Félibrige » a déjà recueilli plusieurs milliers de signatures en ce sens.

59L’orthographe occitane, dite « alibertine », est certes tout aussi respectable que tout autre dans l’absolu. Il est cependant tout à fait faux de considérer qu’elle note la diversité des parlers : elle la réduit considérablement, car ses objectifs sont d’unifier l’ensemble d’oc. Tous les travaux à ce sujet l’attestent. M. Blanc regrette que la graphie provençale, dite « mistralienne », s’adapte mal aux autres parlers d’oc.

60C’est possible, mais pas si sûr. Mais cela n’est pas un argument pour qui constate ainsi (soyons cohérents) que les parlers de la famille d’oc sont suffisamment différents pour être des langues distinctes ayant des graphies spécifiques. On voit par là que le choix d’une graphie, question essentielle pour les langues minoritaires, est lié à l’idée qu’on se fait de la langue qu’elle écrit. Ce n’est donc pas qu’un outil technique, c’est une symbolique identitaire et idéologique. De ce point de vue, l’aspect élitaire et expansionniste (dirais-je « centraliste » voire « nationaliste » ?) de la version occitaniste des choses inquiète beaucoup le profond démocrate humaniste que je suis. Je préfère de loin la modeste ambition phonétique et populaire, à échelle locale, du système provençal, ou corse, ou wallon.

61Que les locuteurs limousins ou languedociens comprennent (plus ou moins) le provençal n’est pas un argument pertinent pour l’assimiler à une même langue. L’intercompréhension entre langues différentes est un fait banal. Je renvoie au critère d’identificattion d’une langue bien résumé par A. Lodge dans sa contribution ci-dessus.

62Je déplore, comme M. Blanc, toute censure, y compris graphique, sauf bien sûr quand il s’agit de refuser des actes délictueux, anti-démocratiques et non respectueux des Droits de l’homme (cf. le dernier article de la Déclaration de 1948). Je dois dire qu’il est tout aussi difficile, voire plus, d’accéder à des revues occitanistes pour y faire corriger des informations erronées. Là, c’est le texte lui même qu’on refuse.

63Enfin, je déplore que M. Blanc essaye de corrompre le débat en instillant quelques allusions aussi perfides que fausses sur le champ du rapport à l’extrême-droite. Ce n’est pas « le même lobbying », mais la population locale en chœur qui a fait corriger les panneaux d’Orange et la décision était déjà prise avant l’élection – qui m’a mortifié – d’un maire fn. Ce même maire est d’ailleurs le seul ayant aujourd’hui pris explicitement position contre les positions des régionalistes provençaux (lettre à l’Union provençale). Par contre, leur position est soutenue par de nombreux élus de tous partis républicains, notamment de gauche, dont la président de la région ou la ministre de l’Environnement. Répondrais-je qu’aujourd’hui l’ieo collabore avec le président allié au fn de la région Languedoc-Roussillon (création du cirdoc) et qu’il compterait parmi ses figures fondatrices, si j’en crois les revues occitanistes que je lis en ce moment (Lo Lugarn, par ex.), des collaborateurs pétainistes comme Louis Alibert ? La question des langues et des cultures dépassent largement ces allusions mesquines et les divisions politiques. Il y a des gens douteux dans toute langue et toute culture. Heureusement, on trouve aussi partout des gens admirables !

64Nos lecteurs verront donc que c’est bien un milieu trop conflictuel et aux motivations trop politiques qui s’empare trop souvent des langues et cultures régionales. L’obligation qui m’est faite de répondre à cette interpellation le prouve une fois de plus, et je le regrette. Plus de sérénité, de bienveillance et de déontologie seraient mieux venues dans cette question si humaine, trop humaine ? Cela prouve également, pour conclure, qu’il faudrait entourer cette question de règles démocratiques et de garanties de légitimité. Voilà pourquoi la France a tout intérêt à gérer officiellement ses langues et ses cultures.

65Pour terminer, je crois que ma contribution répond justement aux questions que pose M. J. Blanc : « Quels moyens pour éviter que les militants “parlent mal”, pour que les “locuteurs naturels” accèdent à l’écrit ? »

66Et bien, précisément, en s’appuyant sur les parlers authentiques du réservoir des « locuteurs naturels » (et non sur un standard artificiel), en employant une graphie d’accès facile, proche de l’oralité, sous laquelle les « locuteurs naturels » reconnaissent leur langue locale (et non sous une graphie savante éloignée de la langue parlée), en s’appuyant sur le nom effectif de la langue, la perception et les attentes réelles de la population (et non en employant un nom qu’ils ne connaissent pas, tel « occitan », et une vision de leur langue qui leur est étrangère), en ne se coupant pas de la culture régionale historique (chez nous à la fois populaire et littéraire), en ne présentant pas la langue régionale comme concurrente d’un français auquel ils sont aujourd’hui attachés, mais comme un complément de proximité. C’est plutôt ce qui se fait en Provence.

67Évidemment, c’est bien modeste, par rapport aux ambitions de « reconquête de la langue nationale » de militants outranciers... Mais c’est autrement plus réaliste, acceptable et sérieux.

Contribution n° 9 d’Odile Bayol

Réponse à M. Autret

68Je signale à M. Autret que la langue bretonne, pour être transcrite par écrit, doit adopter une orthographe standard, qui ne correspond pas nécessairement à la prononciation. Ainsi, « hiziv » et « hirrio » sont le même mot, mais il a été retranscrit sous sa forme phonétique le plus courante. Moi qui ai suivi des cours de breton ai appris que « hiziv » se prononçait « hirrio » dans certaines endroits de Bretagne, et que, contrairement à ce que dit M. Autret, les deux mots sont les mêmes. Il m’est aussi arrivé de converser en breton avec ma grand-mère et, bien que nos prononciations diffèrent et que j’aie appris ce que M. Autret nomme le « breton académique », nous nous comprenons fort bien. Certes, quelques différences existent puisque le breton enseigné actuellement est « véhiculaire », mais il n’est pas si éloigné du breton parlé pour autant.

Notes

2 Lauret D., « Le créole à l’école : pourquoi ? », Dossier : L’école dans les dom-tom, Cahiers pédagogiques, n° 355, juin 1997.

3 Moore D., « L’école et les représentations du bilinguisme et de l’apprentissage des langues chez les enfants », dans Alleman-Ghionda, C., Multiculture et éducation en Europe, 1994, Peter Lang, Berne. Danièle Moore est, avec Danièle Boyson-Fradet et Daniel Coste, l’un des trois auteurs du rapport credif cité plus loin.

4 Cité par H. Baetens Beardsmore, in « L’enseignement multilingue, facteur d’harmonie psychosociologique », Équivalences, 8/2-3, 1978, p. 123-131.

5 Perregaux C., L’École espace plurilingue, 1995, LIDIL, 11.

6 Maîtrise de l’écrit (lecture seulement ou lecture / écriture) dans l’une ou l’autre langue, ou dans les deux.

7 Compte-rendu de mission, Académie de la Réunion, 27 nov. -5 déc. Danièle Boyson – Fradet, Daniel Coste, Danièle Moore (credif, École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud).

8 Bebel-Gisler D., Les Enfants de la Guadeloupe, L’Harmattan.

9 « Considérations théoriques sur l’enseignement multilingue in L’enseignement international et l’enseignement bilingue, une chance pour l’avenir des jeunes », 3e Colloque de Saint – Germain en Laye, 29 et 29 avril 1994.

Notes de fin

1 Les opinions émises librement ici n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs et en aucun cas celle de la Bibliothèque publique d’information ou celle du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access