Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

Avant-propos

Christophe Evans

Texte intégral

  • 1 Les premiers résultats de cette vaste enquête représentative à l’échelon nationale placée sous la (...)

1La recherche sur les publics jeunes commencerait-elle à sortir de l’isolement relatif où elle a été tenue pendant longtemps en France ?On aimerait le penser aujourd’hui, alors que le ministère de la Culture et de la Communication a fait de cette catégorie de public l’une de ses priorités pour les années à venir, et alors que le Département études et prospective du même ministère vient de lancer un dispositif d’enquête ambitieux portant sur les loisirs et les pratiques culturelles des 6-14 ans1.

2Dans le champ de la lecture publique les choses semblent bouger un peu également. Certes, on ne peut pas dire que la question des jeunes publics soit à proprement parler une terra incognita ici non plus. Les travaux de Jean Hassenforder, ceux de Régine Sirota, Jacqueline Eidelman, François de Singly et Claude Poissenot ont déjà balisé le terrain dans ce domaine. Mais il reste beaucoup à faire encore. N’oublions pas que les moins de 15 ans représentent environ 40 % des inscrits dans les bibliothèques municipales ! Adultocentrisme oblige, nul besoin de préciser que cette proportion de 40 % n’a pas son pendant en ce qui concerne les surfaces des sections Jeunesse, les collections…et bien sûr les programmes et crédits de recherche.

3C’est la raison pour laquelle nous avons souhaité publier sous la forme d’un recueil thématique les trois études qui suivent. Le premier texte de Nassira Hedjerassi est une synthèse de l’enquête qu’elle a réalisée dans le cadre d’un programme de recherche lancé conjointement par la Direction du livre et de la lecture et la Bibliothèque publique d’information portant sur les « sociabilités juvéniles et les usages collectifs des médiathèques ». Le second texte de Fabienne Soldini, Patrick Perez et Philippe Vitale, issu d’une recherche soutenue par le Conseil régional Provence-Côte-d’Azur, aborde le même sujet, mais dans un contexte local et une perspective théorique forts différents. Le dernier, enfin, porte sur des publics globalement plus jeunes et l’optique de son auteur, Martine Burgos, n’est cette fois pas focalisée sur la question parfois problématique des « usages collectifs », à la différence des deux précédents.

4On pourra lire ces textes comme ils se suivent dans ce volume ou pas. L’idée qui a présidé à leur réunion étant qu’ils se répondaient, ou plutôt qu’ils pouvaient se questionner l’un l’autre. On est tenté ainsi de chercher des ressemblances entre les trois – il y en a beaucoup – ou des différences – il y en a autant. En restant volontairement elliptique et en schématisant un peu, on verra en fait qu’il existe des publics juvéniles des médiathèques, apparemment « sans histoires », qui posent question et d’autres, apparemment « à histoire », qui ne sont pas si problématiques…Ce type de conversion du regard à l’encontre des jeunes usagers est, semble-t-il, salutaire au moment où les statistiques d’inscription en section Jeunesse enregistrent une baisse sensible au niveau national et alors que les inquiétudes redoublent aujourd’hui en ce qui concerne le recul de la lecture de livres pour ces mêmes catégories de publics en France.

Notes

1 Les premiers résultats de cette vaste enquête représentative à l’échelon nationale placée sous la responsabilité de Sylvie Octobre seront rendus publics au cours du premier trimestre 2004.

Auteur

Christophe Evans, sociologue, service Études et recherche, Bpi.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access